Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. amas de mots

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
xa-moros
Genin


Inscrit le: 05 Aoû 2007
Messages: 469

MessagePosté le: Sam 29 Mar 2008, 12:35 am    Sujet du message: amas de mots Répondre en citant

Plénitude acte

Une quête interne
Pleine de sourire,
J'aime à jouir...
De me voir partir.

Un "Poisson-Homme" luit
Sur le rouge sable
De la "Dame Rouge",
Je me sens en harmonie.

Comme un diamant
Précieux et raffiné,
Je le prends
Et désespère de le voir s'en aller

Je t'attends patiemment,
...Désespérément...,
De te "reconvoiter" ;
Mais j'ai peur d'être volé.




---




Absurde et passager

Décor sombre et luisant de vert,
Avec des colonnes de lampes par paires ;
J'erre dans des labyrinthes naturels,
Où l'Homme voit mieux le ciel.

Seul les étoiles éclairent dans ces nuages verts.
La bougie nous est élémentaire,
Dans cet air malsain.
Et même le feu tend au vert.

Quand je vois l'avenir de nos érudits,
Il y a une salle profonde, une porte s'ouvrant ;
Un havre propice décrit,
Mais pour des gens différents.




---



Sous recommandation de JSP, hein ! gene
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Nini
Aspirant genin


Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 293
Localisation: Au large des côtes rêveuses...

MessagePosté le: Sam 29 Mar 2008, 4:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne pensais pas que Xa écrivait des poèmes. Very Happy

Je met un commentaire pour dire qu'ils sont tout les deux magnifiques, surtout le premier ! ^^

J'espère que tu continueras !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
xa-moros
Genin


Inscrit le: 05 Aoû 2007
Messages: 469

MessagePosté le: Sam 29 Mar 2008, 7:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

je sais pas

merci



---



Là, c'est sensé être le début d'une histoire qui est dans ma tête (je connais la fin etc...).
Logiquement, c'est du style médiéval-fantastique voire science-fiction (à la toute fin)...



Début ->



Il était une fois : Terre-Tranquille, un pays merveilleux où siégea un roi fort talentueux nommé bALZUS. Beaucoup le disaient bénit des Dieux pour expliquer l’ascension fulgurante de leur seigneur paysan. bALZUS avait en effet assouvi nobles, barbares ou mécréants de par son verbe exercé, tant et si bien qu’il conféra paix et prospérité à cent lieues de rayon de la demeure familiale. Demeure familiale qui soit dit en passant se transformait petit à petit en château.


Comme tout bon roi qui se respecte, bALZUS devait, malgré sa magnanimité, organiser des championnats chevaleresques dont bon nombre de candidats passeraient de vie à trépas, afin de désigner les futurs protecteurs de sa cité. Les textes procéduraux des contrées avoisinantes relatifs aux tournois de joutes épiques imposaient des hommes qualifiés. Mais Terre-Tranquille habitait des êtres doués d’outils plus utiles à trancher les céréales que les appendices humains. Même bALZUS aurait fait pâle figure devant ses nouveaux alliés s’il eut dû les convaincre par la force. Et laisser seule une élite armée et étrangère devenir gardienne du nouveau royaume ne plaisait guère à son roi !


Aussi, suivant les recommandations de son précieux mage : lONGUE-bARBE-rAFISTOLEE, le roi osa défier les principes admis par ses pairs, offrant une formation guerrière accélérée avec à la clef l’obtention du titre de chevalier à tout paysan de Terre-Tranquille voulant bien s’éventrer le jour du tournoi. pERCEE était le maître d’armes tout désigné pour cette formation rapide. Originaire du pays, il s’était lancé vingt années durant, vingt ans avant l’avènement de bALZUS, dans une quête apocryphe dans de lointaines régions d’où il revînt plus bredouille qu’à l’allée, ayant perdu un œil, un nez, une main, une jambe… Au moins y acquit-t’il le vécu nécessaire pour stimuler ardemment les pauvres gens volontaires ; ne pouvant se désister ; à ne pas renouveler l’exploit de leur mentor !


La veille du premier tournoi ; il était prévu d’en organiser un l’an ; bALZUS et son mage conspirant affichaient une mine si réjouissante qu’elle en déformait violemment leurs traits. Il y avait en effet de quoi les réjouir, quarante-trois chevaliers étrangers et cent-trente-deux brebis de leur cru avaient postulé pour ce championnat auquel trente individus deviendraient « gardiens de la cité ». En temps normal, aucun paysan de Terre-Tranquille ne viendrait à bout d’un de ces chevaliers ! Mais de tels tournois se prêtant plus à une démonstration militaro-politique devant une assemblée composée de rennes et rois qu’à une réelle démonstration du code chevaleresque, bALZUS et lONGUE-bARBE-rAFISTOLEE ne reculeraient devant aucune bassesse. Ils planifièrent la décrépitude d’au moins dix gêneurs par des courtisanes chargées de leur faire boire un élixir ; la mort des quatre plus vaillants dans un traquenard contre les barbares ; l’abandon de huit nobles par chantage ; et l’indigestion des restants. Et quand bien même quelques rescapés obtiendraient la victoire, on les assassinerait plus tard.


Le roi et le mage, sans jamais avoir visité leurs cent-trente-deux champions, firent les préparatifs du lendemain. Ainsi, ils allèrent quérir quelques amis barbares, maîtres chanteurs, cuisiniers douteux et donzelles bien charnues. D’ailleurs, bALZUS mît un temps certain à quitter ces dernières. Nul n’ignorait à quel point le roi aimait la chair, pour le plus grand désarroi de sa reine : eSIRON. En fin de journée le roi et la reine accueillirent leurs pairs, leurs sous-fifres ceux des autres. Et la fête débuta !


Au matin du championnat, les cours s’empressèrent d’examiner les candidats, statufiés en I côté Terre-Tranquille et végétant en S de l’autre. Le regard médusé des rennes et rois au regard de leurs champions respectifs ranima la joie qu’éprouva la veille bALZUS. Elle s’estompa cependant rapidement lorsqu’il eut compté quarante-trois S ! Vite fait, il scruta leurs écus dans l’espoir de reconnaître ses armoiries, en vain. Les cuisiniers avaient bien fait leurs besognes contrairement aux mercenaires et corbeaux. En revanche, tous parés de leur casque de métal, il était impossible de juger du travail des courtisanes. bALZUS arrêta de scruter les champions adverses et rejoignit les siens. Il interrompit la conversation entre le maître d’armes et le mage auquel il jeta un regard des plus noirs.


- Alors, nos champions sont-ils de la race des gagnants ? lança-t’il d’un sec ton.
- Voyez par vous-même mon bon roi répondit pERCEE.


Et côte à côte, ils inspectèrent leurs hommes qui enlevèrent tour à tour leur casque avant de s’agenouiller. On vît des visages livides, des rictus ou des yeux perçants destinés à leur vénéré roi. Jamais bALZUS ne se sentit plus mal ces derniers mois. Pourtant, deux de ses champions riaient et souriaient. Revenu de sa morosité, le roi se dépêcha de saluer les deux seuls vaillants originaire de son pays qu’il eut l’occasion de rencontré à l’exception de son maître d’armes. Mais lorsqu’il se rendit compte que ces deux ouailles étaient ces deux arrières-cousins soulagés, sa morosité passagère se fit plus forte.


Bien que peu scrupuleux quant à la façon d’arriver à ses fins, bALZUS ne se pardonnerait pas la mort de deux cousins. La famille, qui avait si longtemps fermé les yeux sur ses agissements et sans qui il ne serait devenu roi, pourraient tout gâter par vengeance ! Et il était nullement question de disqualifier les deux compères devenus chevaliers sans provoquer la mutinerie d’autrui, et encore bien moins d’annuler le tournoi qui aurait pour conséquence le discrédit de son royaume.


- Mais qui me les a-t’il donc envoyé ? pensa-t’il très fort. La famille me lançerait-elle un défi, à moins que ce ne soit quelques gens mal avisés pour m’affaiblir, ou seraient-ils tout simplement venu de leur propre chef à la recherche d’une quelconque fortune.
Pour en avoir le cœur net, il questionna ses deux cousins : aWERN et bARRICK.
- Comment diable se fait-il que vous soyez ici ?
- Nous sommes venus gagner les clefs de ton royaume cher cousin répondirent-ils synchroniquement.
- Et qui diantre vous a-t’il fait miroiter ce trésor ?
- La personne chargée de quérir tes champions lança bARRICK amusé.
- La famille est-elle au courant de votre entreprise ?
- Pour sûr. Nous les avons persuadés de notre démarche lorsqu’ils ont su que c’est toi qui nous offrirais le titre de chevalier.


Le titre de chevalier ! Le roi avait chargé pERCEE de le conférer à tous sans exception. Si seulement il s’était lui-même attelé à cette tâche, il aurait pu dénouer le fil de ses maux à temps. Le tournoi commencerait dans deux heures, peut-être restait-il une quelconque solution au dilemme. Il rejoignit à grande enjambée ses appartements, prenant par la main son mage, devant le regard étonné des cours auxquelles il ne prêtait guère plus attention.


Arrivé dans son salon, bALZUS raconta à lONGUE-bARBE-rAFISTOLEE la présence d’aWERN et bARRICK parmi leurs champions et l’enjeu qui découlerait de leur duel s’il s’avérait néfaste. Le mage prît à son tour un air inquiet et enleva pour l’occasion sa barbe afin de se gratter le menton, se donnant des airs de penseur.


- Oui, c’est cela, affirma le mage. De toute façon, vos cousins n’ont aucune chance de sortir victorieux d’un de ces chevaliers étrangers. Les barbares, corbeaux et donzelles ont bel et bien accompli leur mission après le festin d’hier soir. On a retrouvé une quarantaine de cadavres à l’orée du bois de la Blanche-Sorcière. A la fontaine principale de la cité, une dizaine de langues. Par contre, les femmes ont su tenir les leurs après s’être fait rosser.
- Si seulement nous pouvions faire combattre ces chiens d’enragés entre eux marmonna le roi.
- C’est ce qui arrivera fatalement lorsque nos couleurs ne seront plus portées.
- Mmm.
- Il faut se rendre à l’évidence sire, l’intégralité de vos gardiens sera des étrangers. N’allons pas pousser le vice jusqu’à saigné quelques chevaux ou saboter des lances à la vue de tous. Les prochaines années seront vôtre.
- Je sais. Je tiens seulement à sauver deux pauvres âmes d’un massacre que je voulais en tout point, hum… modéré.
- Quitte à passer la journée à se faire ridiculiser, autant en profiter mon seigneur. Présentez vos cousins comme simple d’esprit, tels qu’ils le sont. Et faîtes croire que vous leur avez organisé un défi à leur portée pour qu’ils puissent s’ils réussissent réaliser une quête, vos armoiries en main. Les gens discerneront-ils même en vous un cœur tendre.
- Ils trouveront surtout en moi un esprit plus dérangé que chez mes cousins.
- Excusez messire, mais ils vous trouveront tout de même cet esprit à la fin du tournoi lorsque vous aurez envoyé plus de cent de vos hommes se faire occire.


Et le roi écouta désormais attentivement les recommandations de son mage.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Nini
Aspirant genin


Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 293
Localisation: Au large des côtes rêveuses...

MessagePosté le: Dim 30 Mar 2008, 2:42 am    Sujet du message: Répondre en citant

Eh bien le début est pas mal du tout. Je me suis plongée dans l'histoire.

En plus sympa comme nom "Terre-Tranquille". ^^

Enfin j'espère que tu continueras ton histoire car ça sera dommage que tu n'écris pas la suite.

Moi j'adore lire, cela me fera de la lecture. ^^
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
xa-moros
Genin


Inscrit le: 05 Aoû 2007
Messages: 469

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû 2008, 12:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

Apocalypse

L'espèce humaine a échappé de peu et à plusieurs reprises à l'extinction.

A la fin de la troisième guerre mondiale, il ne restait qu'un pour mil d'homo sapiens. La Terre était devenu une telle misère qu'on vécut quelques siècles en orbite, attendant de coloniser Mars, Uranus et des lunes de Jupiter... Repeuplée, et atteignant le chiffre record d'un million de milliard, il fut décidé de coloniser la Voie Lactée... A ce moment-là, la technologie maîtrisée était à son paroxysme... La recherche scientifique n'avait plus lieu d'être... Tout ce qu'un membre de l'univers pouvait trouvé l'avait été. Que ce soit l'humain, l'ordinateur ou l'extraterrestre le plus ingénieux de la plus grande civilisation, il n'y avait plus rien... Faut dire : téléportation, vie éternelle, retour dans le temps... blablabla...

Alors, la course technologique atteinte, qu'advint-il ? Et bien... l'arme absolue, vecteur intemporelle du Big Crunch fut lancé par *censuré* (on ne fait dans la délation ><)... Bref, annihilation de toute vie... L'univers entier n'était plus qu'un ensemble de petits morceaux éparses et gelé (frisant le zéro absolu) et continuant sa dérive infinie...

Notre histoire commence-là...


Neon Genesis

Le Dieu de notre Univers que l'on va appeler... hum... Kami... qui a créé l'univers et programmé toutes vies était parti depuis bien longtemps chez ses congénères...

En fait, il avait créé notre monde précipitamment et sans avoir reçu l'autorisation de ces supérieurs. En gros, il a fait sa bourde, et on l'a direct réprimandé et remis en apprentissage... Il est important de noté que Kami avait prévu qu'il se fasse pincé à l'époque et avait donc créé des copies de lui-même (comprendre des entités avec des pouvoirs démentiels d'un niveau quasi-équivalent à la technologie ultime humaine de son apogée mais avec le sens de l'autorité et sans volonté de réduite tout à néant)... Mais ces différentes copies (nettement inférieur à l'originale) avaient quand même hérité de la non-maturité (comprendre l'harmonie de soi) de Kami... ce qui provoqua la naissance de moultes religions concurrentes... de guerres saintes... et a posteriori du Big Crunch...

Hop hop hop... Kami vient d'obtenir le BAC : Brevet d'Aptitude à la Création. Alors, après une bonne chouille avec sa promo, il arrive tout bourré à l'endroit où à peu près il créa jadis le Big Bang... En fait, Kami a de la culpabilité...

Aparté :
Kami est un Dieu issu d'un univers créé par un autre Dieu. C'est un mode de reproduction des Dieux.
L'autre utilité de créé pour un Dieu, c'est de pouvoir apprendre de ses créations... et ainsi apprendre encore et encore... En fait, il faut voir les Dieux dont Kami comme des chercheurs. La recherche scientifique n'a donc pas atteint ses limites dans l'inter-Univers. C'est parce que Kami avait créé l'Univers d'une mauvaise façon, que des paradoxes vinrent à la tête de ses créatures et qu'elles ne puissent plus à un certain moment avancer.


Kami regarde une dernière fois le résultat final de sa création... triste... puis se matérialise enfin ! Il devient une bouche et d'elle aspire le Big Crunch.
D'un coup, le rien a pris la place du chaos. La bouche de Kami a disparu bien sûr.
Mais Kami souffre... Il souffre énormément... En fait, il vient d'absorber toute l'expérience de chaque ex-êtres vivants à qui enfin un paradis est offert grâce à une mystérieuse symbiose dans l'esprit de Kami...

Kami n'a plus mal. Il sait pertinemment qu'il est maintenant apte à créer un univers logique... Mais encore faut-il y réfléchir. Very Happy Kami sait surtout qu'il peut encore se tromper.
"Je vais m'immerger dans ce nouvel univers et le construire au fur et à mesure en prenant pleinement mon temps" pense-t-il.

Kami se matérialise alors en poule, s'auto-féconde et pond un œuf minuscule. Kami regarde l'œuf avec intérêt.
Kami se dématérialise et rentre dans l'œuf. Kami devient un œil. Il ne voit qu'une masse noire... Il créé en son centre une lumière et il voit maintenant une masse blanche et un soleil.

"Je ne me défilerai pas. Mon destin sera lié à celui de cet univers. S'il doit mourir, je mourrai. S'il doit vivre, je vivrai." pense Kami.

Pour ce faire, l'œil devient bouche et prononce son pacte magique.

S'en suit plusieurs métamorphose de Kami pour créer un univers bien différent de celui d'autres fois. Il est sphérique mais quand Kami y marche pour la première fois, c'est sur la paroi interne. Ca signifie qu'en regardant vers le ciel, on voit l'autre parti de la paroi interne de l'œuf.

"Je recherche le bonheur en ce monde. Je souhaite que mes créatures soient heureuses avant tout autre chose". dit-il.

Pour ce faire... Kami réfléchit à ce que devra être sa première création pensante. Il y a les anges que ses copies avaient créé jadis... mais ça ne l'emballe pas.


---


On verra si suite il y aura...^^
Les fautes... Euh, je verrai si je les corrigerai.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Goukimaster
夭 Fist master


Inscrit le: 22 Nov 2007
Messages: 3053
Localisation: Dans le turfu

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû 2008, 1:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Apocalypse

L'espèce humaine a échappé de peu et à plusieurs reprises à l'extinction.

A la fin de la troisième guerre mondiale, il ne restait qu'un pour mil d'homo sapiens. La Terre était devenu une telle misère qu'on vécut quelques siècles en orbite, attendant de coloniser Mars, Uranus et des lunes de Jupiter... Repeuplée, et atteignant le chiffre record d'un million de milliard, il fut décidé de coloniser la Voie Lactée... A ce moment-là, la technologie maîtrisée était à son paroxysme... La recherche scientifique n'avait plus lieu d'être... Tout ce qu'un membre de l'univers pouvait trouvé l'avait été. Que ce soit l'humain, l'ordinateur ou l'extraterrestre le plus ingénieux de la plus grande civilisation, il n'y avait plus rien... Faut dire : téléportation, vie éternelle, retour dans le temps... blablabla...

Alors, la course technologique atteinte, qu'advint-il ? Et bien... l'arme absolue, vecteur intemporelle du Big Crunch fut lancé par *censuré* (on ne fait dans la délation ><)... Bref, annihilation de toute vie... L'univers entier n'était plus qu'un ensemble de petits morceaux éparses et gelé (frisant le zéro absolu) et continuant sa dérive infinie...

Notre histoire commence-là...


Excellent, excelleeeent !

J'aime bien l'effet de stade 1
Puis la on grimpe technologiquement, jusqu'à l'apogée finale, puis, on creer finalement nous meme le BIG Bang, l'extinction de notre espece, pour sa meme réapparition !

C'etait bien marrant, bien sympatoche a lire ... Surtout, qu'on peut au moins se faire plaisir a se dire : "Et si, c'etait ça ?" ^^

Tchaô Kami

_________________


Space : Gouki il est intemporel, il change pas, il est immortel, c'est un Mcleod.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum