Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Hopla!

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Pimii
Civil


Inscrit le: 03 Mai 2008
Messages: 7

MessagePosté le: Sam 24 Mai 2008, 11:02 pm    Sujet du message: Hopla! Répondre en citant

Bon voila un de mes textes, j'espere que cela vous plaire(bon sinon dites ce qui vous gènes(si c'est le sujet en lui même j'y pourrais pas grand chose malheureusement.)et j'essayerais de voir ce que je peux faire).

Bon allez hop je me lance(par contre il a pas de titre, mais bon...)


La journée avait été magnifique, l’air était encore chaud en cette nuit d’été. La nuit est magnifique, la campagne est magnifique.Je suis assis là au milieu des fleurs. Les chants d’oiseaux ont cessé, un léger vent chaud souffle sur la plaine charriant une délicieuse odeur de viande cuite au feu de bois. J’ai tellement faim, cela n’a rien de vraiment étonnant quasiment douze heures après le repas de midi.

La table a été montée avec soin, les assiettes sont alignés les unes par rapport aux autres, les chandeliers sont déjà allumés, le vin est déjà ouvert. Cela va être un magnifique repas, ma mère a invité une vingtaine de personne ce soir afin de partager le repas du 15 août. Drôle de tradition que de célébrer les fêtes de la mer en pleine campagne.

Les hommes sont en train de faire cuire la viande, les femmes sont en cuisines et les enfants sont en train de jouer dans le jardin. Nous ne sommes que tous les deux assis au pied d’un grand chène, comme si plus rien n’existait autour de nous. Nous sommes tous les deux, ensembles et c’est tout ce qui compte pour nous. Pourquoi est ce que nous nous cachons ? Je ne saurais vraiment le dire, peut être parce que nous ne voulons pas savoir quelle serait la réactions des parents quand ils nous verront ensembles.

Comme prévu, le repas fut excellent. Toute la viande a été mangée, le vin choisi avec soin. Maintenant autour de la table, les parents parlent et rient entre eux, la plupart des enfants sont partis se coucher, d’autres dorment carrément sur la table. Nous, nous ne dormons pas, nous profitons de ces instants passés ensemble comme si le temps ne pouvait nous atteindre. Nous n’attendons rien de spécial, nous profitons tant que nous le pouvons.

Sur les coups de quatre heures du matin, les parents dans un élan de lucidité sont allés se coucher, rappatriant les quelques enfants qui dormait à même la table. Une fois la maison de nouveau calme, nous nous retrouvons dans sa chambre. Nous nous endormons dans les bras l’un de l’autre, peau contre peau. Je n’ai pas souvenir d’avoir aussi bien dormi dans toute ma courte vie, peut être parce que l’alcool avait pris le pas sur mes craintes passées.

Le soleil n’est pas très haut dans le ciel, je suis là à moitié endormi, je sais que je devrais rejoindre ma chambre, mais cette sensation est tellement agréable dans ses bras que je n’ai pas la force de me lever. Je me rendors insouciant, au son de sa respiration douce et rythmée.

Un bruit dans la cuisine m’a réveillé, je me réveille en sursaut. Cependant il est déjà tard, le soleil est haut dans le ciel. Quelqu’un arrive devant la porte, je peux voir l’ombre de ses pieds. Qu’est ce qui va nous arriver ? La porte s’ouvre à la volée, et mes cousins, cousines rentrent en trombe dans la chambre suivi de prés par ma tante.

La nouvelle n’a pas pris longtemps pour faire le tour de la maison, ce que je redoutais tant venait d’arriver. Au repas, l’ambiance était grave mais comment cela aurait-il pu être autrement. Nous savions à quoi nous nous exposions mais nous nous aimions et pour lui comme pour moi cela n’avait pas d’importance. Nous étions peut être cousins mais nous nous aimions.

Je l’aime, il m’aime pour celui que je suis.



Bon hé bien voila, à vous maintenant.

_________________


Hum...Je crois que je vais pas me faire des potes dans l'équipe de modération...
Je sais pas si c'est vraiment sérieux...
Tu veux la vérité ou un mensonge qui fait plaisir?(quand on pose cette question l'autre comprend en général l'inutilité de la sienne)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Sam 24 Mai 2008, 11:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Aloooors !
Tout d'abord c'est une grande sérénité macabre qui se dégage.
On vient doucement à la finalité qu'on suspecte en se laissant bercer par un ton neutre, régulier, décrivant un repas parfait.
Quand on commence à imaginer l'inceste, ça titille l'imagination.
Cependant je dirais qu'il manque de force brute ^^ De mots fort, même si la neutralité morbide fait aussi le charme du texte. Il lui manque une fin forte je pense... Ou alors plus insister sur le côté lent et doucereux de calme avant la tempête pour rendre l'ensemble plus exaltant :p

Y'a du bon ^^ continus !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Pimii
Civil


Inscrit le: 03 Mai 2008
Messages: 7

MessagePosté le: Mar 02 Sep 2008, 12:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

Allez un deuxième one shot (ouais je sais je remonte un très vieux topic mais bon...)

Je connais cette sensation de se sentir si stupide. Viens ensuite ce sentiment de frustration, on se retrouve obliger de faire quelque chose qu’on ne veut pas, quelque chose qu’on n’avais pas prévu. Comme je peux haïr, le fait de se rendre compte qu’on vient de perdre ou qu’on a oublié quelque chose.

En même temps, la plupart du temps il suffit d’aller chercher ce que l’on a oublié, ou alors un passage au commissariat suffit à nous débarasser de ce sentiment. Comme j’aimerais qu’un trajet jusqu’au commissariat règle mon problème. Je me sens si stupide, comment ai-je pu ne pas m’en rendre compte ? C’est pourtant quelque chose d’important, tout le monde se le rappelle au moins une fois par jour, dans les moments difficiles.

Je ne peux même pas vous dire quand je l’ai perdu. Comment ai-je donc pu être aveugle si longtemps ? Je me suis laissé bercer pendant tout ce temps par la vie, si bien que je suis passé à coté. Pour moi tout aller bien, j’ai quelqu’un dans ma vie, j’ai un travail qui me plait, une maison, des amis, un enfant depuis peu. J’ai une vie que beaucoup envient, j’en suis bien conscient, et pourtant la seule que je souhaite maintenant c’est fuir cette vie.

Quand j’étais jeune, je voulais être conu, je voulai marquer les gens. Puis ensuite la vie s’est accélérée : le premier amour auquel ont succédé beaucoup d’autres, pendant ce temps il y avait les études. Ensuite je me suis marié, je suis entré dans la vie active, j’ai donné tout ce que je pouvais pour vite évoluer. Je n’ai pas pris le temps de réaliser le rêve de cet enfant, que j’étais.

Et pourtant je sais maintenant que j’ai réalisé mon rêve de gosse, le plus frustrant c’est que je ne l’ai pas réalisé volontairement. C’était pendant mes vacances alors que j’étais en train de bronzer sur la plage, que je me suis rendu compte qu’au fond de moi il y avait un immense vide. Je pensais que cet immense vide se comblerait que je reprendrais le travail, cependant même au travail ce vide était encore bien là présent au fond de moi.

J’avais perdu ma raison de vivre, pas comme les jeunes qui viennent de se faire larguer. J’avais vraiment perdu ma raison de vivre. Je voulais marquer les gens, je l’ai fait inconsciemment perdant ainsi toute chance de rebondir. Même les gens les plus fous gardent au fond d’eux un rêve de gosse ou autre, il y a encore un petit fil qui les raccroche à la vie. Moi je n’ai même plus ce petit fil, j’essaye de me raccrocher par d’autres fils à la vie, mais je n’ai plus cette petit flamme au fond de moi qui m’animait autrefois.

Je continue cependant à vivre, je n’ai plus gout à rien. Je m’ennuie de tout, plus rien ne me fait vraiment réagir. Je suis comme au milieu d’une plaine aride et morte plus rien ne m’attire dans la vie, quelques rapides rayons éclairent ma vie mais cela ne dure jamais très longtemps. J’aimerais me suicider, mais je n’ai pas de rêve que je ne peux atteindre à vouloir oublier. J’erre sans but véritable, comme si j’avais cessé de vivre.

N’ayez pas peur de perdre ce que vous voyez, ayez peur de perdre ce que vous ne pouvez voir.

Et hop c'est à vous maintenant

_________________


Hum...Je crois que je vais pas me faire des potes dans l'équipe de modération...
Je sais pas si c'est vraiment sérieux...
Tu veux la vérité ou un mensonge qui fait plaisir?(quand on pose cette question l'autre comprend en général l'inutilité de la sienne)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum