Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. La Chronique : Vacances

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Le site - www.captainaruto.com
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Le Vieux
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 21 Nov 2007
Messages: 51

MessagePosté le: Mar 24 Juin 2008, 12:31 am    Sujet du message: La Chronique : Vacances Répondre en citant

-- Je n’ai jamais eu de nom, ni de forme d’ailleurs.
-- Comme un pet, quoi.
-- Oui. Si tu veux. Comme je n’ai pas de forme,
je peux devenir ce que je veux.
-- Ah.
-- Cette fois-ci, j’ai décidé de prendre une forme facile à
reconnaître, celle d’une icône du capitalisme. J’aurais bien
pris Mickey, mais chez Disney, ils sont assez tatillons
avec les droits de reproduction. Je n’ai pas envie de me
retrouver avec un procès sur le dos.
(H. Murakami, Kafka sur le rivage)

Le Salut.

1. Cette chronique est dédiée à un bouquin, Kafka sur le rivage d’Haruki Murakami. Elle ne parlera donc pas beaucoup de Naruto. Je sais, c’est mal. J’entends déjà les plus râleurs d’entre vous : « Qu’est-ce que c’est que ce sac ? ». Pourtant, j’insiste : je prends mes aises ; je me mets en congé du gamin en pyjama orange. C’est bientôt les vacances.

2. C’est l’histoire d’un jeune garçon en fugue, Kafka Tamura. Il a fui son père et Tokyo parce qu’il avait peur s’il restait « d’être abîmé au point où l’on ne pourrait plus [le] réparer ». C’est aussi l’histoire de Nakata, un vieillard qui parle aux chats. C’est encore l’histoire du Colonel Sanders, celui des KFC, d’anguilles qui tombent du ciel, d’un morceau de musique, d’écoliers mystérieusement évanouis après le passage d’un avion, d’une maison dans la forêt, de brusques colères, de prostituées qui citent Hegel et d’un garçon nommé Corbeau.

3. Un ami m’attendait au café en lisant ce livre. Le lendemain, je le retrouvai dans la bibliothèque d’une amie chez qui je dinais. Après en avoir lu quelques pages, je décidai de lui emprunter. Ce qui m’a immédiatement frappé, c’est le style. J’ai lu plusieurs romans japonais et, à chaque fois, l’écriture avait une forme de préciosité, un concentré de complexité et de transparence qui a fini, pour moi, par incarner l’esthétique littéraire des écrivains de ce pays. Je pense notamment à Mishima, cité en exergue de la dernière chronique.

Or, le style de Kafka sur le rivage est presque enfantin : la phrase seule semble être en deçà de toute ambition artistique : elle est peu travaillée, presque plate. C’est au bout de la page et au fil de l’histoire qu’elle finit par dégager une musique singulière et qu’elle prend sa valeur poétique. Un exemple, un peu au hasard : Kafka Tamura part.

La route est plutôt longue jusqu’à Takamatsu : dix heures de bus. Nous arriverons tôt demain matin. Du temps, j’en ai plus qu’il n’en faut. Le car quitte la gare routière peu après huit heures du soir, j’abaisse mon dossier. Aussitôt enfoncé dans mon siège, ma conscience s’amenuise, comme une pile qui achève de se décharger, et je m’endors.
Vers le milieu de la nuit, un orage éclate. Je me réveille de temps en temps, jette un petit coup d’œil entre les rideaux bon marché, regarde l’autoroute. Les gouttes de pluie frappent violemment les vitres, brouillant la lumière des réverbères qui bordent la route. Ils défilent à perte de vue, plantés à intervalles réguliers comme s’ils étaient destinés à mesurer le monde. Une nouvelle lumière surgit et l’instant d’après elle n’est plus qu’un souvenir, une lueur surannée qui disparaît derrière nous. Je regarde ma montre : minuit vient de passer. Et mon quinzième anniversaire est là, propulsé à l’avant de la scène.

C’est un roman qui construit ses effets par accumulation douce. Rien n’est forcé, rien ne jaillit mais, au final, le monde entrevu est inattendu, il inquiète par surprise lente. Car le propre d’une telle écriture est qu’elle parvient, par sa douceur même, à acclimater les choses les plus étranges : un homme qui parle aux chats, une ombre claire, des poissons qui tombent du ciel donc ; le surnaturel s’ajoute sans heurts à la réalité contemporaine. Cela fait penser aux dessins animés de Miyazaki (Princesse Mononoké, Le Château ambulant etc.) qui ne posent jamais la question du réalisme bien qu’ils naviguent entre le quotidien le plus normal et l’onirisme le plus délirant. Or, l’œuvre de Miyazaki se signale aussi par sa douceur.

4. Naruto a besoin de justifier, de rationaliser, son imaginaire. C’est bien parce que ce manga intègre une forme de rigueur logique que les lecteurs peuvent se lancer dans de grandes théories compliquées. Les romans sont plus libres à cet égard, plus fous peut-être, parce qu’ils ne doivent pas séduire un public aussi nombreux, qu’ils n’ont aucune contrainte marketing à l’inverse d’un manga comme Naruto qui ne peut pas vraiment se permettre de partir en vrille au risque de braquer une partie de son lectorat. Or, libre, Kafka sur le rivage l’est singulièrement.

C’est d’ailleurs cette liberté qui rend ce livre si captivant dès les premières pages. Non seulement elle aiguise notre curiosité car tout peut arriver mais surtout elle semble faire du dialogue entre le livre et le lecteur un entretien exclusif : l’auteur ne s’adresse pas à la foule informe qu’ordonne un désir de voyeurisme, non plus à telle partie de la population masculine qui rêve de puissance et de badaboum, ni même à cette génération qui se méfie du réel, non, l’auteur uniquement de propre liberté ne s’adresse à personne en particulier, autrement dit, exclusivement, à celui qui veut bien l’écouter.

5. D’un certain point de vue donc, Kafka sur le rivage libère de tout ce qui, dans Naruto, nous parle par-dessus l’épaule. Toutes ces grandes paroles qui s’attachent en nous à ce qui nous appartient le moins, les désirs de l’âge, les fantasmes commerciaux, les soupçons communs, ce roman les dédaigne. De Naruto, il ne resterait qu’une chose : ce qui ce chuchote, un secret de lecteur sensible.

Naruto en vacance de lui-même, une bonne manière de passer les vôtres.

Le Vieux.
Le no sms
Pour discuter de la chronique (commentaires, critiques, précisions, suggestions etc...) : Aller sur le forum
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
xa-moros
Chuunin


Inscrit le: 05 Aoû 2007
Messages: 584

MessagePosté le: Mar 24 Juin 2008, 1:33 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
C’est bien parce que ce manga intègre une forme de rigueur logique que les lecteurs peuvent se lancer dans de grandes théories compliquées. Les romans sont plus libres à cet égard, plus fous peut-être, parce qu’ils ne doivent pas séduire un public aussi nombreux, qu’ils n’ont aucune contrainte marketing à l’inverse d’un manga comme Naruto qui ne peut pas vraiment se permettre de partir en vrille au risque de braquer une partie de son lectorat.


Pour les théories, lol.

En revanche, tu mélanges marketing et critique.


La couverture a été soigneusement étudiée. Du moins, c'est ce qui avait tranché ma décision entre 2 livres que je me tâtais à offrir. C'est celui-là que j'ai acheté. Je ne l'ai pas encore lu.

Des romans que j'ai lu, il y a une grande diversité de styles et de complexités.
Et il en est pareil dans toute la diversité de manga.
Pour en venir à : je trouve mal-à-propos de comparer un manga style Naruto aux romans jap' en général.

'fin, c'est tout ce que je pouvais dire. Ah si, t'écris toujours aussi bien. Razz
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
shika38
Civil


Inscrit le: 22 Mai 2008
Messages: 3

MessagePosté le: Mer 25 Juin 2008, 3:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Naruto a besoin de justifier, de rationaliser, son imaginaire. C’est bien parce que ce manga intègre une forme de rigueur logique que les lecteurs peuvent se lancer dans de grandes théories compliquées. Les romans sont plus libres à cet égard, plus fous peut-être, parce qu’ils ne doivent pas séduire un public aussi nombreux, qu’ils n’ont aucune contrainte marketing à l’inverse d’un manga comme Naruto qui ne peut pas vraiment se permettre de partir en vrille au risque de braquer une partie de son lectorat. Or, libre, Kafka sur le rivage l’est singulièrement.


Drôle de comparaison avec le manga de Masashi Kishimoto, car je pense sincèrement que Naruto n'a aucune contrainte marketing contrairement à ce que tu dit. Si l'idée vient à l'auteur de "partir en vrille", je ne vois pas pourquoi il en serait empêcher par de simples risques de braquages des lecteurs. C'est vrai que certaines choses ne peuvent pas être dites dans le manga.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Keïtaro
Jounin


Inscrit le: 12 Mai 2007
Messages: 901
Localisation: k-nada

MessagePosté le: Jeu 26 Juin 2008, 7:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour la thune tout simplement ... Naruto ... vous imaginez la thune que ce fait kishi là dessus ? Naruto est partout : anime, manga, jeux video, en figurines, au cinema et même au Mc Do.

Si Kishi part en vrille il risque de braquer une partie des lecteurs, et de faire plonger les ventes du manga et des produits dérivés. C'est tout.

Belle chronique Le Vieux. Ça m'a donné envie de le lire ce roman, je vais essayer de le trouver.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Carte
SaraHime
Aspirant genin


Inscrit le: 21 Oct 2007
Messages: 180
Localisation: 92

MessagePosté le: Jeu 26 Juin 2008, 10:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est marrant quand je lisais la description au 2. j'avais l'impression d'un roman à la Vian.

Bref, je connaissais pas du tout mais cette chronique donne envie.
En plus j'ai pas beaucoup de références asiatiques dans mes lectures, ça fait toujours plaisir d'enrichir donc je le mets dans ma liste à lire.

LV a écrit:
Naruto a besoin de justifier, de rationaliser, son imaginaire. C’est bien parce que ce manga intègre une forme de rigueur logique que les lecteurs peuvent se lancer dans de grandes théories compliquées. Les romans sont plus libres à cet égard, plus fous peut-être, parce qu’ils ne doivent pas séduire un public aussi nombreux, qu’ils n’ont aucune contrainte marketing à l’inverse d’un manga comme Naruto qui ne peut pas vraiment se permettre de partir en vrille au risque de braquer une partie de son lectorat. Or, libre, Kafka sur le rivage l’est singulièrement.


Par contre comme les autres, je sais pas si ce n'est imputable qu'à la contrainte marketing. C'est vrai que Naruto dure dans le temps et donc a plus intérêt à suivre les attentes du public pour ne pas le perdre en route.
Mais en même temps, ça n'empêche pas les mangas à jouer sur l'imaginaire, peut être que si Naruto est plus rationnel c'est parceque Kishi l'est et qu'il a besoin de créer un monde certes imaginaire mais avec ses règles.
En tous cas, le premier extrait en intro de la chronique donne envie.


PS: Toujours intéressantes tes chroniques, mais où est passé le dessin de Yun ? en vacance ?

Edit : je sais pas si c'est pire mais en tout cas c'est pas mieux lol
En tout cas bon courage Wink

_________________


Dernière édition par SaraHime le Ven 27 Juin 2008, 12:47 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Yun
Chuunin


Inscrit le: 22 Avr 2006
Messages: 701
Localisation: Note: faire un truc original un d'ces 4

MessagePosté le: Ven 27 Juin 2008, 12:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pire que ça: en bac.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Goukimaster
夭 Fist master


Inscrit le: 22 Nov 2007
Messages: 3182
Localisation: Into his dark land

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû 2008, 1:36 am    Sujet du message: Répondre en citant

Keïtaro a écrit:
Pour la thune tout simplement ... Naruto ... vous imaginez la thune que ce fait kishi là dessus ? Naruto est partout : anime, manga, jeux video, en figurines, au cinema et même au Mc Do.



Mouais, en meme temps DBZ a connu le même truc, et je dirais que c'est encore d'actu aujourd'hui, tu regardes mc do, c'est pas naruto en ce moment a la télé ou dans le Happy meals des gosses de 8 ans !
C'est vegeta, goku et compagnie ...

Naruto fait son essor niveau fric, je comprend Kishi, s'il veut un jour rivaliser avec Dbz, il peut les mettre les boucher doubles, de toute manière, il deviendras culte a sa façon, mais remplacera pas le chef d'œuvre de Toriyama...

Jolie chronique LV, je l'ai lu avec beaucoup de retard, mais bon.

_________________


Space : Gouki il est intemporel, il change pas, il est immortel, c'est un Mcleod.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Le site - www.captainaruto.com Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum