Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Good Old Days
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Chakal D. Bibi
~ Chakal Touffu ~


Inscrit le: 02 Nov 2004
Messages: 1985
Localisation: La Tanière du Chakal

MessagePosté le: Mer 16 Nov 2011, 6:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Très bon texte Saha', putain de rythme ! On se retrouve aussi essoufflé que la radasse en lambeau que tu décris et, même si j'ai pas tout bité quant à l'identité de cette fille, j'dois dire qu'on s'en bas un brin les noyaux et que seule l'immersion du texte importe. Effectivement, on se retrouve trempé aussi, on se reconnait un peu je pense (qui ne s'est jamais retrouvé à courir comme un dératé sous la pluie pour rattraper une gonzesse, ou, moins romantique, un bus ou un métro ?).

Bref, bon texte Wink Et j'adore la musique =) Je n'ai jamais essayé d'écrire avec du classique, je n'écoute que du jazz ou du blues quand j'écris, mais ça pourrait le faire aussi en fait =)

_________________
[quote="Speed Hunter"]Chakal lui c'est un héros de musicien ![/quote]
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Dim 01 Jan 2012, 5:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Petite poésie sur un thème je crois que je n'ai jamais traité : l'amouuuur.
Fallait bien que ça arrive. Comme tout les poèmes sur ce thème, il est sans prétention.

-------

J'ai cette bête au fond de moi
Qui posée allongée comme un chat sur ma rate
Agrippe ses griffes jusqu'à mes poumons
Et prend ma gorge en otage
Elle m'empêche de respirer
Un autre air que le tiens.

Il a ses rugissements
Que tu n'entends pas
Toujours étouffés
Par le ton sarcastique de ma voix
Je suis là mais tu ne la vois pas
Cette bête qui me torture et m'éventre
Pour se faire voir
Qui tôt ou tard déchirera mon ventre
Pour un de tes regards.

Je crois que je n'avais pas imaginé…
Qu'on pu me tuer autant
Sans faire sortir une larme, un cri, un hurlement :
La douleur anonyme, invisible, discrète
Qui tôt ou tard me ménera
A me faire me faire sauter la tête.

Oh bien sûr cela passera.
Mais je ne veux pas que cela passe
Cette douleur est trop douce trop belle
Elle mérite qu'on l'entretienne
Elle mérite qu'on la supporte
Toujours ravivé
Par un espoir de plus en plus abstrait
Cette idée que tu pourrais débarquer à ma porte
Un jour par hasard
J'ai oublié ta voix ton regard ton odeur ton allure
Ou alors je fais semblant
J'aime, presque autant que je me mens.
Reste en moi la sombre brulure
D'un coeur qui aime aimer
Sans rasons sans limite
Complètement obsédé
Par l'amour qui l'habite.

Tu n'es plus rien qu'une ombre
Le genre de souvenir dont on s'encombre
Mais de toutes les ombres
Qui peuplent mes fantasmes
Tu es la seule dont j'attend
Qu'elle m'emporte avec elle
Dans son monde informel
A mon tour ombre parmi les ombres
Noyée dans mon fantasme.

Si donc la bête ne me tue pas
Et si je ne sombre pas…
Non.
Plus aucune issue pour moi.
Je t'inventerais un reflet qui n'est pas toi
Et tout à mon adoration
Je finirais bien
Par en oublier jusqu'à ton non.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Chakal D. Bibi
~ Chakal Touffu ~


Inscrit le: 02 Nov 2004
Messages: 1985
Localisation: La Tanière du Chakal

MessagePosté le: Lun 02 Jan 2012, 11:50 am    Sujet du message: Répondre en citant

Nice ! J'ai bien aimé l'idée et le développement, le fond plus que la forme (bah oui, moi la poésie...Quoique, j'ai fait un truc, j'le posterai après, bref). Thème universel, traité avec la simplicité qui s'impose pour ce genre de chose et tu le fais très bien.

J'ai beaucoup aimé ce passage en particulier,

Citation:
Par un espoir de plus en plus abstrait
Cette idée que tu pourrais débarquer à ma porte
Un jour par hasard
J'ai oublié ta voix ton regard ton odeur ton allure
Ou alors je fais semblant


Par contre l'avant dernier couplet/paragraphe, j'ai eu un peu d'mal avec la répétition du mot "ombre", j'sais pas...J'trouve que c'est le seul passage où ça d'vient un tantinet "Twilight", t'vois ce que j'veux dire ? Mais après j'l'ai p'tet mal compris donc bon ^^

'fin v'la, j'ai bien aimé Wink

_________________
[quote="Speed Hunter"]Chakal lui c'est un héros de musicien ![/quote]


Dernière édition par Chakal D. Bibi le Jeu 16 Fév 2012, 1:33 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Lun 02 Jan 2012, 9:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais eu cette idée sur l'ombre je devais avoir... 14 piges ? Je commençais tout juste, so elle est revenue avec sa... Caaaandeuuuur xD ?
Critique reconnue juste donc :p
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Mar 14 Fév 2012, 12:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

Avant de dormir :

Tout va bien et pourtant tu ne peux pas t'empêcher d'avoir envie d'être triste. C'est comme un secret, un secret si secret que toi même tu ne le maîtrise pas très bien. Une sorte de pressentiment. Comme si cette tristesse lancinante te venait de l'instinct. Comme une sorte de certitude.
Cette impression elle te vient surtout le soir, la nuit, allongé. Jusque là tout est normal. Jusque là tout va bien. Tu as fais tes devoirs. Tu as préparés tes affaires pour le lendemain. D'ailleurs demain il n'y a rien de spécial, rien de particulier. Ni demain ni toute la semaine. Aucun contrôle, aucune source de stress. Tu vas même voir des amis.
Et puis tu fermes les yeux. Et lorsque tu fermes les yeux tu suffoques, tu te noies, tu peines à avaler ta salive et tu paniques. Tu paniques tellement fort que tu rouvres les yeux pour te rassurer d'une semi clarté, celle hypocrite de la Lune. Tes yeux avalent une grande bouffé d'air frais faite de lumière et de contrastes entre gris et gris. Et à chaque fois que tu refermes les yeux, c'est la même histoire qui se joue dans ta tête : tu entends le battement de ton cœur raisonner à tes oreilles dans le silence le plus complet d'une nuit que tu passes seul, chacun de tes muscles semble se révolter et s'agiter pour manifester son existence, tout ton corps se couvre de tic nerveux et de spasmes trop légers pour qu'un œil extérieur puisse les apercevoir mais qui toi te rongent et t'épuisent, tes respirations se font plus amples, plus grasses, elles cherchent l'air, elles cherchent quelque chose qui te fasse te sentir vivant, elles refusent de diminuer, de te laisser aller au sommeil, tes poumons tout entier se rebellent et refusent de se laisser faire : tu commences à te sentir à l'étroit dans le cadre de tes yeux clos, tu rouvres les yeux, tu ne dors toujours pas.
C'est que les yeux fermés te projettent à la rétine un balais de petit courant de lumière violet, et mauve et prune et lilas et qui par contraste font encore mieux ressortir le noir, le noir, cette couleur qui n'a même pas la délicatesse d'entre être une.
Tu veux reprendre le contrôle, tu te parles à toi même « une, deux, une deux... » pour rythmer tes respirations, ou peut être compter jusqu'à 100 ou n'importe quoi d'autre, tu parles encore et toujours, à cette voix dans ta tête qui ne doit pas s'éteindre... et doucement ton esprit s'envole... Tes pensées perdent en substance. Elles perdent en consistance. Elles perdent en concret. Peu à peu elles deviennent une simple fumée de passage dans ton esprit. Ton esprit qui se détend dans cette marée visqueuse d'idées mortes nées... Il y a dans tout cela un relent putride de cadavre qui mijote, c'est normal, c'est ton esprit qui agonise une fois le corps las de résister. Ca ne devrait plus durer trop longtemps... Peu à peu tout chez toi abandonne. Tu es triste, tu sera de nouveau triste au réveil. Et peu à peu la journée et son soleil viendront réveiller en toi le souvenir du bonheur, cela sera suffisant pour une douzaine d'heure, pas plus.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
HEEM
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 02 Fév 2008
Messages: 50
Localisation: l'éternel ailleur

MessagePosté le: Dim 19 Fév 2012, 10:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'adore ton style, il est assez particulier/unique a mes yeux, en temps normal je lis très peu de textes jusqu’à la fin, je suis pas un expert du verbe mais j'ai des gouts très précis.

J'étais absent depuis longtemps sur le forum, je suis revenu y'a peu de temps et j'ai pris le temps de lire tes textes entièrement, j'aime toujours autant.

Je préfère l'histoire du violeur, la façon de le rendre humain, c'est une chronique d'un monstre ordinaire que je trouve très réaliste, j'aime bien la vision de l'art sous cet angle, à savoir un lieu privilégié pour l'étude du mal.

Bonne continuation.

_________________

Aux Sombres Héros De L'amer
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012, 12:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'adooooore voir de nouvelles têtes trainer par ici !
Plus encore lorsqu'elle cible exactement ce que j'aime faire passer, la sensation qu'il ne faut pas lacher le texte jusqu'à la fin :p

Merci beaucoup beaucoup ! J'écris moins qu'avant mais toujours avec le même plaisir aussi j'espère avoir matière à te contenter à ton prochain passage :p

En attendant : I NEED VOTRE HELP LECTEUR !!
Ma fac de philo organise un concours de poesie, j'ai vu les anciens lauréats et je pense avoir le niveau pour faire parti des sélectionnés qui gagneront 450 euro, cette somme je ne le cache pas m'aidera à financer mon voyage au japon !!

J'aurais besoin de votre aide pour me dire lequel de mes anciens poèmes vous avez préféré :p Si j'ai quelques personnes qui veulent bien donner leurs avis je choisirais le plus apprécié ^^
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Mikazuki
Dramaturge des forums
Dramaturge des forums


Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 1269

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012, 12:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je veux bien lire Saha', même si mon avis vaut certainement moins que celui d'une personne réellement connaisseuse du domaine. D'ailleurs, ce sera peut-être un échange de bons procédés puisque mon école organise également un concours dont la récompense se chiffre à 150 euros...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
HEEM
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 02 Fév 2008
Messages: 50
Localisation: l'éternel ailleur

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2012, 12:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ah tiens, mon humble plume participe elle aussi a un concours dont la récompense est un voyage, je bloque dans mon texte parce que je me refuse d’intégrer la moindre palette émotionnelle conventionnelle au personnage, il doit être l’éternel perdant du monde physique sans aucun usage d'amour, amitié....etc, je me heurte au mur du scolastique Sad.

Bref, je dirais que le poème né sous le revers de ton encre qui m'a le plus plu c'est celui parlant du rejet, mais c'est peut être le sujet et non la technique qui fait que c'est mon favori.

N'y a-t il pas de contrainte pour l’œuvre présenter a ce concours ? nous on nous en impose deux, l’intégration d'une phrase donnée et la longueur du texte.

_________________

Aux Sombres Héros De L'amer
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Mar 03 Avr 2012, 5:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Plop.

---


Ca tourne dans ma tête et ça m'empêche de dormir,
Le rongeur et ses sbires ;
Ca tourne dans ma tête et ça m'empêche de dormir
Le rongeur et ses sbires ;
Ca tourne dans ma tête et ça m'empêche de dormir
Le rongeur et ses sbires 
Ca tourne dans ma tête et ça m'empêche de dormir
Le rongeur et … ses sbires 
Ca tourne dans ma tête... et ça m'empêche de dormir...
Le rongeur et ses sbires...
Ca tourne... dans ma tête... et ça... m'empêche de dormir...
Le rongeur... et ses sbires...
Ca tourne... dans ma tête et... m'empêche de... dormir...
Le rongeur et ses sbi...r....

Dans mon monde explose des pop couleurs
Une fillette sur un banc suce une sucette
Les cuisses bien écartées
Un béret sur la tête
Elle chante du Elvis Presley
En trémoussant ses reins creux.

A côté d'elle un lapin blanc gesticule
Ses oreilles forment un gros nœuds
Il se dandine sur ses pattes arrières
Et pourlèche ses incisives
D'un air connaisseur.

Plus loin c'est un homme d'affaire
Qui va et vient
Entre
La maison et sa boite
Sa femme et
Ses responsabilités,
Il change de métro station Trocadéro.

Les bulles de couleur explosent et PLOC
Une encre bleu lavande
Tache le chemisier de notre écolière
Elle a le goût d'un réglisse amer.
En baissant la tête elle regagne
Le foyer familial.

Ploc
Le lapin blanc devient vert gazon
Pris de confusion
Il bouffe ses propres oreilles
Croyant voir le haut d'une botte de carotte.

Ploc
L'homme d'affaire à l'abris dans le métro
Voit station Bir Hakeim
Tomber une pluie gris souris
Et qui ne l'atteint pas.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Mar 29 Mai 2012, 11:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Paysage
-

Une poupée de chiffon
S'effondre
Sous ses propres prétentions
A la consistance.

Emportée par le vent
Qui gonfle sous sa jupe
Ses rêves et ses retenues
Elle n'est qu'un instant
Un mouvement
Un plis du chiffon sur lui même
Elle tend ses bras flasques
Et s'effondre
Sous ses propres ambitions,
D'envol.

Son jupon doit être remplit
De plombages
Elle reste collée au sol
Sans forme
Et murmure :
«  A quoi il me sert
Ce petit corps à la peau tendue
Tas de viande infâme
Il faut poser tes mains dessus
Pour amener mon âme à mon ventre
Et rendre vivante
Sa carcasse.

Il me faut ce bouche à bouche
Pour raviver mon souffle
Je souffle les flammes
De la raison que je me crame
Autodafé
De mes plus sages pensées

A quoi ils me servent
Ces seins bien droits
S'il n'y a personne pour les tordre
Je voudrais des rides partout
A force de s'user à rire et
à aimer. »

C'était,
Une poupée de chiffon
Qui s'effondrait
Sous sa propre consistance.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Ven 01 Juin 2012, 1:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Petite explication :

C'était un combat rigolo
Tes coups de poing sur mes mots
Comme une comptine d'enfant
Qui dirait, après le
«Ils vécurent heureux
Et eurent beaucoup d'enfant »
Ce qu'il se passe, vraiment.
Les cris et tes yeux fous dément
Je dois bien l'avouer
Au début ça me plaisait
Quand je courrais m'enfermer dans la salle de bain
Cette poussée d'adrénaline :
T'as planté en moi
La graine du crime,
Cette volonté de frapper,
Mes poings sur leurs mots,
Imprimer mes digitales,
Et faire rougir chaque joue pâle !
Je dois bien avouer :
Au début ça me plaisait
Assez
Cette sensation entre le sexe et l'effrois
L'idée que ça ne concerne
Que toi et moi.
Ce sport de haut niveau :
Faire de la vie conjugale un combat
Et sans compassion aucune
Jouer de la passion
Comme d'une arme de destruction massive.
Et entre la vaisselle et la lessive :
Détruire la routine passive,
A grand coup,
D'étreinte bien virile.
Tu m'as appris à devenir un homme :
A planter mes poings sur ta peau,
Je cours après toi,
A travers la ville,
Pour détruire mon créateur.
Je dois bien avouer :
Qu'au début ça me plaisait.
Y'a en toute femme, je crois
Un homme qui n'attend que ça.
De trouver une cible
A ses poings serrés :
En vu du crime.
Je m'allonges devant d'autres que toi
J'attends ta réaction
Mais pas en public
Cette histoire là
Ne concerne que toi et moi
On a notre ring
Bien définis
Entre la télévisions
Et le canapé du salon.
Tu t'étouffes déjà :
Et moi je remets ça
Encore et encore sur le tapis...
Je te veux KO
Allongé sur le lit !
Je dois bien avouer qu'au début
Ca me plaisait
L'idée de te voir étendu sur le parquet.
J'ai bien plus de force que toi
Mais cette histoire là
Elle ne concerne que moi.
Cette graine du crime qui germe en moi,
Que t'as su arroser, de tes crachats,
Désormais partout tout le temps :
J'ai envie d'exploser
Mes poings sur les gens.
Et je cours à travers le salon
Attraper le créateur
D'un si odieux démon.
Tu ne bouges plus ?
Ne répond pas ?
Mon doux créateur,
Je dois bien avouer,
Que ça me plait.
L'idée que seul un homme puisse frapper...
C'est assez soulageant.
Le rôle de victime
Me va comme un gant.
Et pourtant cette graine
Qui germe en moi
C'est bien une histoire
Entre toi et moi.
Et je dois bien avouer :
Que j'ai mal à en chialer
Rien que de penser
Que cette histoire
Ne concerne plus que moi.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Uchiha-sasuke-da
Retro girl
Retro girl


Inscrit le: 04 Mai 2007
Messages: 694
Localisation: Dans les villes en folie

MessagePosté le: Ven 01 Juin 2012, 4:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'aime. Y'a un cheminement, comme ton titre le dit lui-même tu expliques ... et si j'ai bien compris je pense savoir de quoi tu parles :p

"L'idée que ça ne concerne
Que toi et moi. "
J'aime l'évolution que cette phrase suit, on voit où tu veux en venir. Et ça décrit la situation ...
J'aime bien aussi tout le champ lexical de la violence.
Bref j'sais pas trop quoi en dire précisément si ce n'est que j'aime beaucoup... c'est bien écrit, bien construit et agréable à lire.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Ven 01 Juin 2012, 5:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci ma jolie !

Pour plus d'ambiance c'est à écouter sur la musique qui m'a servit à rédiger ce poème =

http://www.youtube.com/watch?v=O0bkYKs1Quk

Ahah par contre personne a l'air de piger que la meuf est enceinte xd
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Uchiha-sasuke-da
Retro girl
Retro girl


Inscrit le: 04 Mai 2007
Messages: 694
Localisation: Dans les villes en folie

MessagePosté le: Mar 12 Juin 2012, 10:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

j'veux pas te décevoir, mais ça se comprend pas en effet.

Après dans ce que j'en comprend moi, c'est vraiment loin de ce que tu voulais faire, j'imaginais plus une histoire d'amour tellement ... j'sais pas trop quoi, qui a fait grandir de la haine chez la femme.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Mar 12 Juin 2012, 10:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En fait j'ai fichus des allusions un peu nawak ici et là :

« ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants »
« t'as planté en moi la graine du crime »
« y'a en toute femme je crois un homme qui n'attend que ça »
« la graine du crime qui germe en moi que tu a su arroser de tes crachats »
« cette graine qui germe en moi c'est bien une histoire entre toi et moi »

Mais jconçois que c'est pas assez explicite :p

Dans ma tête c'est l'histoire d'une meuf tarée à la base qui se fait mettre en cloque par un connard ordinaire et que ça rend dingue, le couple est violent façon cantat/trintignant et au final la meuf finit par le butter (jpensais à cantat qui butte sa femme "par hasard" dans une "dispute ordinaire") presque par hasard là aussi. J'aime bien l'idée que les femmes puissent être coupable de violence conjugale, voir être les tortionnaires Very Happy
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Uchiha-sasuke-da
Retro girl
Retro girl


Inscrit le: 04 Mai 2007
Messages: 694
Localisation: Dans les villes en folie

MessagePosté le: Mar 12 Juin 2012, 10:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sujet sensible pour moi (à toi de voir lequel est-ce Razz)

Au final mise à part le grossesse, j'avais plutôt cerner la chose. De toute façon, j'avais bien aimé à la première lecture, et en relisant avant de poster j'ai eu le même avis. Le truc qui a vraiment attiré mon oeil, c'est la phrase que j'ai déjà cité, j'aime je sais pas pourquoi. Au final, le sujet que tu as traité est "sympa" (tu m'comprends) aussi, et avec ces quelques explications supplémentaires, c'est encore plus intéressant.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Mar 12 Juin 2012, 10:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est difficile de trouver de vrais sujets sensibles maintenant, j'aimerais bien en avoir l'idée plus souvent, j'aime bien quand ça frétille la gène sous le doigt quand t'écris Very Happy
Merci en tout cas de tes attentives lectures !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Uchiha-sasuke-da
Retro girl
Retro girl


Inscrit le: 04 Mai 2007
Messages: 694
Localisation: Dans les villes en folie

MessagePosté le: Mar 12 Juin 2012, 10:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Justement, tu as raison de faire ça. Sans trop te jeter de fleur (Razz), je dirais que tu as une qualité majeure: arriver à faire du très bon sur des sujets qu'on trouve peu, tu vois par exemple souvent les gens s'cassent la gueule sur des sujets ultra-complexe parce qu'ils les traitent avec de la prétention (?), avec un regard trop hautain de pseudo littéraire (c'est mon avis, et mon ressenti sur certaines "merdes" qu'on peut lire un peu partout :p). Mais toi, tu laisses tomber les mots comme ça et ça marche. Sincèrement, cette plume dérangeante de va très bien, mieux que des textes plus normaux ...

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2390
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Ven 22 Juin 2012, 12:41 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai souvent remarqué que plus les choses même les plus intimes étaient dites sans chichis, plus elles étaient efficaces pour peu qu'on cherche un peu le mots juste...

Voici un poème qui ne me ressemble pas... Je crois que je regarde trop game of throne, j'a choppé l'esprit héroic fantasy un peu je trouve xD

----

J'ai souvent rêvé qu'un pic de glace me transperce,
Pour réchauffer ma chaire rendue brulante par la fièvre.
Une fièvre sans fin, que j'ai toujours connu,
Embrassant mon corps,
Lui donnant forme et vie.
Je suis faite pour des froids polaires :
Pour hiberner,
Pour l’éternité,
Et non pas pour cette seconde brulante qu'on appelle une vie.
Je ne souhaites pas la mort.
Mais je souhaites le silence.
L'absence.
La nuance.
Les quiproquos.
Et tout ce qui est susceptible de ralentir...
De prendre du temps...
Et de laisser mon corps s'étendre, encore et encore,
Sur une plage de glace...
Pour savourer une lumière qui ne chauffe pas, ne brule pas,
Qui permet de garder les yeux ouverts :
Et de fixer le Soleil, comme on fixe un insecte.
Regarder, contempler. Prendre le temps entre mes deux mains serrées
Et le tordre. En faire un collier. Et le porter au cou :
Comme un trophée.
Pas de parade.
Pas de servant.
Pas d'acclamation.
Dans cet empire du chuchotement
La mégalomanie se vit seul.
Et chaque soir la Lune pourra bien venir se moquer,
De ce tas de chaire froide qui se contente d'être allongé,
Jour après jour elle aussi s'abimera du passage du temps,
Et aura beau grossir à nouveau dans le ciel,
En subira à nouveau les outrages la semaine suivante.
Et voyant son sourire se tordre dans tout les sens
Je saurais que j'ai gagné sur les astres eux mêmes.
Quand des milliers d'années seront passés,
Que le temps se sera dissout,
Que les années seront un souvenir,
Les mois une légende,
Et les jours un mythe,
Alors peut être je reviendrais, debout :
Marcher vers l'Equateur, quelque part vers Cuba
Me cramer au soleil et mourir d'un cancer
Sous la déchirure béante de l'ozone.
Peut être aurais je des enfants,
Peut être mes parents deviendront ils grands parents,
Mais ce ne sera pas moi :
Ce sera juste un corps en action.
Comme dans toute la Physique.
J'ai souvent rêvé qu'un pic de glace me transperce
Et que je n'en mourrais pas.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Page 5 sur 8

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum