Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Les nuits des longs kunais, a Hyuuga's story
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Jeu 07 Jan 2010, 3:19 pm    Sujet du message: Les nuits des longs kunais, a Hyuuga's story Répondre en citant

Après mon petit exercice de style sur lequel je n'ai pas eu de mauvais échos, je me lance dans un projet un peu plus ambitieux

La fic est centrée sur les Hyuuga et se passe pendant la période où Naruto est parti pour le Pays du Fer et après que Sakura soit partie avec Kiba, Lee et Sai le rejoindre.

Citation:
LA NUIT DES LONGS KUNAIS : PROLOGUE

Le village de Konoha, autrefois une ville orgueilleuse, ne ressemblait plus qu'à un camp de réfugiés. La quasi totalité des structures avait été détruite lors de l'attaque de l'Akatsuki. Cependant, si la très vaste majorité des habitants vivait dans les tentes qui avaient été plantées dans un semblant d'ordre, quelques bâtiments de bois s'élevaient déjà dans les ruines. Hinata Hyuga sortait de l'un d'eux, le ryokan construit par la Mokuton de Yamato où logeait à présent l'ensemble du clan en attendant la reconstruction du manoir. Elle se rendait au nouvel hôpital de Konoha, premier bâtiment à avoir été rebâti. Elle était entourée de deux hommes : Neji, son cousin, et Ko, le ninja de la Bunke qui avait été à ses côtés lors de l'attaque. Hinata portait un bouquet de jasmin d'hivers qu'elle avait cueilli en dehors du village le matin même. Arrivé à l'hôpital, le trio bifurqua vers une petite maisonnette où était logée désormais Kurenai Yuhi ainsi qu'une demi douzaine de femmes, également enceintes. Deux jeunes-homme attendaient devant le perron, discutant d'un air grave, il s'agissait de Shikamaru et de Shino. Le dernier membre de l'équipe huit, Kiba, aurait sans doute été là lui aussi s'il n'était parti pour une sorte de mission avec Sakura, Saï et Lee. Les deux jeunes chunins interrompirent leur discussion à leur arrivée et les saluèrent

" - Nous t'attendions, Hinata, entama Shino. Pour fatiguer le minimum Kurenai-sensei, il vaut mieux ne faire qu'une seule visite."

Ko, qui n'était venu que pour escorter Hinata, resta à l'entrée et les quatre jeunes-gens pénétrèrent dans la bâtisse. Shikamaru qui n'en était visiblement pas à sa première visite les guida jusqu'à la chambre de la compagne de son défunt sensei et toqua. une voix féminine leur répondit et les invita à entrer.

Ils pénétrèrent tous les quatre dans la pièce, Neji restant en retrait, s'adossant à la cloison. Il n'avait pas de rapport particulier avec cette femme et laissa donc l'espace à ses élèves et à Shikamaru. Mais, même de là où il se trouvait, il voyait sans peine les traces d'humidité sous ses yeux. Elle était assise sur un fauteuil près de la fenêtre et une photo encadrée de son amant, portant le bandeau noir du deuil, était posée sur un guéridon à côté, le verre du cadre avait lui aussi été mouillé.

" - Bonjour à tous déclara Kurenai, faisant un effort visible pour sourire. Je suis contente de vous voir.
- Bonjour Kurenai-sensei, répondit Hinata avant les garçons. Je vous ai apporté des fleurs, cela égaiera la pièce."
Hinata entreprit de les plonger dans un vase tandis que les garçons saluaient à leur tour la jeune femme.

Une heure fila en conversations aimables entrecoupées de silences gênés. Chacun évitait soigneusement d'évoquer des sujets douloureux, mais au bout d'un moment, après un blanc plus marqué que les autres, Kurenai demanda aux garçons de sortir et de la laisser seule avec Hinata, ils s'exécutèrent après l'avoir saluée.

" - Bien, marmonna Shikamaru avant de s'adresser à Neji. Voudrais tu me suivre? Il y a plusieurs choses dont je voudrai te parler. J'en ai déjà discuter avec Shino. Nous devrions peut être aller dans la tente de ma famille, et pourquoi ne pas en profiter pour jouer une partie de shogi ?
- Je suis d'accord pour te suivre répondit Neji, mais je ne suis pas particulièrement calé en shogi, je préférerai une partie de go.
- Va pour le go conclut Shikamaru. De toute façon se sera une partie bavarde.
- Et c'est avant tout un bon prétexte pour que tu me suives sans trop éveiller de soupçons, reprit il à voix basse."

Dans la chambre de Kurenai, Hinata venait de s'asseoir sur le lit et sa sensei avait pris sa main. Kurenaï plongea son regard carmin dans celui de son élève avec intensité. Un long moment passa sans qu'aucune ne prenne la parole.

" - J'ai toujours voulu t'en parler, Hinata, amorça t-elle sur le ton de la confidence, mais je n'ai jamais eu de bonne occasion. Tu sais, j'ai toujours vu en toi la fille que j'étais, à bien des égards. J'ai moi aussi eu des... problèmes avec mon père. Nous ne nous entendions pas sur l'image qu'il avait de moi et ce qu'il voulait que je devienne. Il est mort la nuit où Kyubi a attaqué. Et même si nos relations étaient tendues, j'aurai voulu être pleinement reconnue par lui."
Kurenai regarda son ventre rond avant de reprendre.
" - Finalement, j'ai accomplit ce qu'il me voulais voir accomplir, mais suivant ma volonté propre... J'ai entendu ce que tu avais fait lors de l'attaque de Konoha. Tu es une jeune fille courageuse et pleine de cœur, je l'ai toujours su. Tu dois avoir la force de te faire acceptée telle que tu es, et faire valoir ce que tu désires. Tu me comprends ?
- Oui sensei.
- Moi je n'en ai pas eu le temps. Peut être t'en reste t-il peu à toi aussi. Je pressent des temps sombres pour Konoha. et.."

Kurenaï fut interrompue par Ko qui frappait à la porte. Il entra, paraissant à la fois inquiet et excité.

"- Hinata sama, Hiashi-sama est rentré de son voyage. Il demande à vous voir immédiatement. Il a demandé aussi à ce qu'on prépare une aire de combat.
- C'est sans doute l'occasion que tu n'aurais même su espérer, Hinata, commenta Kurenai. Vas y, et bonne chance.
- Merci sensei. Portez vous bien. Je te suis Ko.
- Hinata, interpella Kurenai, avant qu'elle ne passe la porte. Tu as le même pouvoir que Naruto. Tu sais changer l'opinion des autres à ton égard. Shino, Kiba, Neji ou ce ninja qui est venu te chercher ; tous en témoignent. Utilise ce don que tu partages avec lui. "

Ce que lui avait dit sa sensei avait fait monté le rouge aux joues de Hinata, en même temps que de lui donner une résolution accrue à affronter l'épreuve qui visiblement l'attendait. Elle suivait Ko qui la menait bon train vers le ryokan derrière lequel elle vit bientôt un petit attroupement. Hiashi attendait effectivement Hinata au milieu d'un large cercle tracé dans le sol. Il scrutait attentivement sa fille.

" - Hinata. amorça t-il. On m'a rapporté ta conduite récente. Tu vois de quoi je parle ?
- Oui père répondit Hinata sans bredouiller un instant. Je l'ai fait par pur égoïsme et...
- N'en dit pas plus, interrompit Hiashi. Je veux que tu te mesures à moi, que je puisse juger la valeur de ton acte, je dois savoir s'il s'agissait d'inconscience pure et simple ou de bravoure. Auras tu l'audace de m'affronter moi aussi ?
- Oui père, je le ferai, répliqua Hinata en se mettant en garde."

Hiashi scruta le visage déterminé de sa fille.

" - Hmm très bien reprit il. Ce combat devrait être... instructif. Je te laisse un quart d'heure pour te préparer."


* * * * *



Un quart d'heure plus tard, Hiashi et Hinata se faisaient face. Un présentoir portant le katana et le wakisasi, qui trônaient auparavant dans le dojo du domaine, avait été amené et installé auprès de l'aire de combat. Une demi douzaine de Hyuuga de la Bunke étaient venu assister à l'affrontement. Hanabi était également présente. Une voix fusa.

" - Allez-y Hinata-sama, courage ! "

L'homme qui venait d'intervenir était plus carré que la normale du clan et portait les cheveux à hauteur d'épaules. Il était situé juste à côté de Ko et avait manifestement laissé déborder son enthousiasme. Il avait tendu haut son bras en l'air, poing serré, en signe d'encouragement. Ko se retourna vers lui en même temps que toute l'assemblée.

" - Tu n'es pas en train d'assister à un combat de foire, le sermonna son voisin. Montre un peu de retenue.
Il se retourna vers le chef du clan et s'inclina.
- Veuillez accepter nos excuses, Hiashi-sama. Hida-kun s'est laissé emporter. Bon combat à vous
Ko marqua un petit temps d'hésitation avant de se tourner vers Hinata.
- Bon combat à vous, Hinata-sama."

Il garda la tête inclinée sous le regard inquisiteur de Hiashi.

Au bout d'une poignée de secondes, Hiashi dirigea de nouveau toute son attention sur sa fille. Hinata cru percevoir un très léger sourire sur ses lèvres. Il s'adressa à Ko sans le regarder.
- Ko-san, puisque vous portez un intérêt aussi grand au combat, veuillez donner le signal.

- Bien Hiashi-sama répondit celui-ci avant de se lever.

Père et fille activèrent leurs Byakugan, prêts au combat, alors que Ko pénétrait dans l'aire de combat improvisée.

- Hajime, s'exclama Ko !

Hiashi ne perdit pas de temps et se rua sur sa fille, tentant un enchainement de coups que Hinata esquiva avant de contre-attaquer, forçant Hiashi à rompre le combat. Ne lui laissant pas le temps de reprendre l'initiative, elle se saisi de six kunais entre ses doigts repliés et les projeta vers son père. Chacun était porteur d'un parchemin, point que Hiashi ne manqua pas de remarquer et auquel il réagit et tourbillonnant sur lui même et en relâchant son chakra par tout les tenketsus de son corps. Les kunais se fracassèrent sur la défense impénétrable du Kaiten et allèrent s'écraser sur le pourtour de la zone de combat sans exploser. Hiashi s'immobilisa et regarda un instant sa fille.

" - Il va falloir me montrer plus que ça pour m'impressionner, commenta t-il. Maintenant... Paume du Hakke !"

Hiashi avait frappé de sa paume dans le vide, laissant courir devant lui une vague d'énergie invisible qui fila vers Hinata. Celle-ci bondit par dessus le sillage de poussière soulevé par la technique et se retrouva à deux enjambées de son adversaire. Deux lions de chakra brillaient à présent devant ses paumes ouvertes.

" - Pas du Hakke, les lions jumeaux, annonça Hinata à son père qui ne pouvait masquer sa surprise."

Profitant de l'instant de flottement, Hinata se rua sur Hiashi, qui, prit de court, se défendit en lançant une nouvelle fois le Kaiten. Le lion gauche devant la main de Hinata heurta le mur de chakra et se dissipa dans un claquement retentissant. Hinata elle même fut projetée en arrière mais elle parvint à ne pas chuter en baissant son centre de gravité. Elle dérapa néanmoins sur plus de deux mètres.

L'assemblée retenait son souffle. De toute évidence, Hinata attendait le moment où son père stopperai immanquablement son tourbillon et se préparait à lancer un assaut avec le lion qu'elle avait gardé en réserve et qui brillait encore devant sa main gauche, même si à ses traits tendus, il était clair qu'elle devait fournir un effort de volonté pour le maintenir. Soudain, deux formes jaillirent du tourbillon et atterrirent au moment ou le Kaiten cessait. Il y avait à présent trois Hiashi sur l'aire de combat et tous dégageait le même chakra. Le maître de la Soke avait usé du Kage Bunshin, offrant trois cibles potentielles à l'unique coup de sa fille. Celle-ci lança néanmoins son assaut vers celui qui se tenait au centre du cratère créé par le Kaiten. Dans un panache de fumée, le corps se dissipa, elle n'avait touché qu'un des clones. Le second lion avait disparu et les deux Hiashi restant se ruèrent sur elle. Un des deux arriva au contact mais Hinata l'abattit d'un coup de paume dans le buste. Comme de bien entendu, ce corps se dissipa lui aussi dans un panache de fumée. Le dernier et véritable Hiashi était à présent à bonne distance pour lancer l'attaque des soixante-quatre poings du Hakke.

" - Paume du Hakke, s'exclama à son tour Hinata, frappant dans le vide pour ne pas laisser à son père le temps de prendre la posture de l'attaque fatale."

Hiashi sauta de côté et se réceptionna en un roulé-boulé parfaitement exécuté. Alors qu'il s'immobilisait, il vit que sa fille avait pris une autre posture. Elle avait désactivé son Byakugan, clos les yeux et tendait à présent sa main droite devant son visage dans un sceau d'activation. Sur sa droite,Hiashi remarqua que seul un très petit nuage de poussière avait été soulevé par la technique de Hinata, et vit au même instant qu'il avait atterri juste à dix centimètres d'un des kunais porteur de parchemin qu'elle avait lancé auparavant.

Au moment ou Hiashi réalisait que Hinata avait lancé une attaque factice pour le faire se déplacer où elle le souhaitait, il entendit l'exclamation qu'elle lançait pour activer ses parchemin. Il y eu six flashs qui saturèrent sa vue à l'acuité décuplée par le Byakugan ainsi que celle des spectateurs, puis il entendit le bruit d'une sandale dérapant sur le sol.
Quand sa vue revint, au bout d'un moment, Hinata se tenait devant lui, paume ouverte à un centimètre de sa peau, au niveau de son cœur. Ko n'annonça pas la fin du combat pour ne pas insulter le patriarche de la Soke en lui faisant remarquer l'évidence. C'était en effet indiscutable, Hinata avait gagné.

Hiashi fit deux pas en arrière et s'inclina devant sa fille.

" - Je te félicite mon ainée, tu as remporté la victoire sur moi.
- J'ai gagné grâce à vous, père, répliqua Hinata avec un brin de malice. C'est parce que vous avez suffisamment cru en mes capacités que vous m'avez pensé capable d'exécuter la Paume du Hakke. Hélas, je ne peux l'effectuer qu'avec le concours de Neji-nii-san pour le moment. Elle m'échappe encore quand je suis seule. Je vous remercie pourtant d'avoir cru en moi."

Hiashi regarda sa fille, interdit un instant, puis partit d'un grand rire. Ce fut au tour de Hinata d'être surprise, elle n'avait pas vu son père se laisser aller à un tel débordement depuis bien des années, et jamais devant ses subordonnés.

" - Hinata tu viens de gagner et tu m'imputes tout le mérite de ta victoire en ménageant mon égo. C'est de la diplomatie à l'état pur... Et c'est une immense qualité de meneuse."

Hinata ne pu rien répliquer. Elle avait subitement la bouche complétement sèche. Une telle remarque de son père devant des membres de la Bunke avait presque valeur de proclamation officielle. Ils restèrent un moment à se regarder l'un l'autre, puis une femme d'une trentaine d'années au visage très doux et aux cheveux teints en blanc s'approcha d'eux. Elle s'inclina devant Hinata pour la féliciter puis s'adressa à Hiashi d'une voix mélodieuse, emprunte de sollicitude.

" - Vos yeux vont bien, Hiashi-sama ? Le flash a été puissant.
- Cela va bien, Doji-chan, inutile de t'inquiéter, lui répondit il souriant. Veux-tu bien préparer les lieux ? "

D'autres spectateurs vinrent acclamer et féliciter Hinata, en premier lieu Ko et son amant Hida, l'homme qui l'avait encouragé si chaudement avant le combat. Tous se contenaient parfaitement dans leurs élans, mais l'enthousiasme était bel et bien présent.

Hiashi laissa quelque minutes à Hinata pour savourer ce moment. puis, il s'adressa de nouveau à elle.

" - Suis moi, Hinata, je te prie."

Hinata suivit son père et ils se rendirent à l'étage. Doji sorti d'un petit salon et ils s'y installèrent. Elle avait mis du thé à infuser dans une théière posée sur une petite table. Père et fille s'installèrent en silence et Hiashi servi cérémonieusement le thé.

" - J'imagine père, risqua Hinata, que vous souhaitez me parler de ma conduite lors de l'attaque de Pain.
- Tu m'as dit avoir était égoïste. En quoi ? T'attendais tu à la gloire pour ton acte, voulais tu faire impression ?
- Non, je ne voulais simplement pas voir mourir sous mes yeux l'homme que..."
Hinata s'interrompit, un instant, gênée. Son père continuait de la fixer avec calme et attention, attendant la fin de sa phrase. Hinata rassembla sa détermination et fixa Hiashi, toute trace d'embarras ayant disparue de son regard.
" - ... L'homme que j'aime, termina Hinata."

Un silence s'installa puis Hiashi reprit la parole.

" - Mon frère s'est sacrifié pour me sauver. Je l'avais relégué au rang de subalterne. J'avais laissé notre père marquer mon propre neveu sans broncher. Mais Hizashi est mort pour moi, alors que notre père lui demandait de mourir pour le clan. Pour cela je l'ai admiré... Et tu as fait la même chose que lui. Tu as ignoré tes prérogatives de membre de la Soke et tu t'es jeté au devant d'une mort certaine pour sauver une personne chère à tes yeux. Comment pourrai je t'en vouloir ? "

Le silence dans la pièce semblait s'être épaissi. Hiashi changea totalement de sujet.

" - Comme tu le sais, j'ai été voir ta mère, c'est pour cela que j'ai été absent si longtemps.
- Comment se porte t-elle, répondit Hinata d'une voix légèrement éraillée ? Cela fait si longtemps que je ne l'ai pas vue.
- Sa fonction de diplomate à la cour lui prend tout son temps, en tant que nièce du Daimyo, elle est sans cesse sollicitée et ne peux généralement se déplacer que pour les cérémonies officielles. En dehors de cela elle va bien. Elle a été ravie de voir Hanabi et regrette que tu n'aies pu nous accompagner.
- Et vous ?
- Comment cela ?
- Avez vous été heureux de lui rendre visite.
- Tu sais, notre mariage n'a eu lieu que pour maintenir la tradition de l'union entre notre clan et la maison du Daimyo. C'est un mariage sans passion, alors je ne peux pas parler réellement d'une immense joie. C'était avant tout une visite protocolaire. Ta mère est à peine moins une étrangère pour moi qu'elle ne l'est pour toi, même si tu sais le respect profond que j'ai pour elle. Quand je la vois, c'est finalement le regret qui domine.
- Quel regret père ?
- Le regret qu'elle n'ait pas pu concourir plus à ton éducation. Je n'ai été éduqué que par mon père, moi aussi. Vous élever, toi et ta sœur, ce fut une expérience à laquelle je n'était pas préparé... Cela a été une excellente chose que Kurenai soit désignée pour être ta senseï. C'est une femme qui a su t'apprendre bien des choses que je n'ai su te transmettre."

De nouveau, le silence s'était installé. Hiashi avait les traits plus détendus, il était visiblement soulagé de s'être ouvert à sa fille. Hinata, elle, maintenait une position assise parfaitement conforme à l'étiquette mais ses mains sur ses genoux tremblaient légèrement d'émotion.


Citation:

Chapitre 1 : Crépuscule

" - Byakugan ! "

Neji observait les ombres derrière lui.

Cà y est je le vois… Un ninja qui me suit de loin.

L’homme portait les mêmes tatouages sur les joues que Kiba, l'une des deux en tout cas, puisque l’autre était marquée par la trace d’une morsure. Aucun animal ne l’accompagnait. Il était bien dissimulé ; sans les soupçons de Shikamaru, Neji n’aurai jamais recherché avec autant d’attention et ne l’aurai sans doute jamais découvert.

Bien entendu, un ninja avec des capacités sensorielles alternatives pour pouvoir égaler le Byakugan. Si je ne me trompe pas, il doit être apparenté au clan Inuzuka.

Ses pas l’amenèrent au ryokkan. Neji remarqua avec satisfaction que le ninja qui le suivait ne s’était pas approché de l’auberge : bien sur il devait se tenir éloigné d’une telle concentration de Hyuuga pour ne pas être découvert… Le soleil était en train de se coucher, l’air du soir était trompeusement apaisant et le calme régnait dans le village. Malgré tout cela, tout en Neji lui criait qu’un nouveau malheur était près à s’abattre. Immédiatement après cette pensée, Neji remarqua les subtils signes qui indiquaient que le niveau d’alerte pour les membres du clan avait augmenté. Il y avait un ninja en faction, un ninja qu’il ne connaissait que très peu. Ce dernier se raidit à son approche.

" - Bonsoir Neji-san.
- Bonsoir Sano. Nous allons avoir un visiteur. Son mot de passe est Sandaime, laisse le rentrer quand il arrivera, je me porte garant de lui.»

Il entra et monta immédiatement à l’étage. Arrivé sur les dernières marches de l’escalier la voix d’Hinata se fit entendre.

" - Ko-san, je veux que demain tu prennes le temps d’aller voir les médecins pour t’assurer que ta jambe est guérie.
- Mais je suis de garde, Hinata-sama, çà serait manquer à mes devoirs.
- J’insiste. Je veux être certaine que tu te portes bien.
- Bien Hinata-sama ! Ce sera fait, et merci. "

Neji se maintint un peu à l’écart le temps que Ko sorte. Il le salua au passage et malgré ses préoccupations, il sourit intérieurement en voyant l’expression du ninja : un mélange de gravité et de respect ému. C’était un expression que l'on voyait sur plus de en plus de visages de membres du clan… Une expression qu’il affichait d'ailleurs lui-même bien souvent. La voix de Hinata, qui avait du le voir arriver, se fit entendre.

" - Bonsoir Neji-niisan, entre."

Neji entra se retourna le temps de s’agenouiller et de fermer la porte puis se retourna vers Hinata. Il vit alors qu’elle était vêtue d’un yukata traditionnel, orangé à motifs de flammes rouges courant depuis le bas, et fut frappé par l’aura qui semblait émaner d’elle. Il se baissa instinctivement dans un salut respectueux et souffla un " Bonsoir, Hinata-sama " qui lui échappa et qui, il le savait, allai lui valoir un léger reproche.

" - Neji-niisan, nous en avons parlé et tu sais que j’aimerai que tu m’appelles autrement, surtout en privé
- Oui, pardon Hinata… chan.
- C’est beaucoup mieux, répondit celle-ci avec un sourire.
- Cà m’a échappé. Je suis désolé.
- Ne t’excuse pas comme çà, tu me ressembles trop, dit-elle avec un petit rire. Tiens, il reste du thé, je t’en sers ?"

Elle a l’air vraiment radieuse ces derniers temps. Pourvu que çà dure, c’est un plaisir de la voir ainsi.

Neji accepta le thé avec gratitude, la froidure hivernale commençait à s’installer à Konoha. Un petit silence passa, durant lequel, tout en sirotant son thé, Neji détaillait sa cousine.

" - Ca y est, j’ai trouvé…
- Trouvé quoi ?
- Ce Yukata, je sais ce qu’il me rappelle. Tu portais une tenue très semblable le jour où je t’ai vue pour la première fois, le jour de tes trois ans."

A cette mention le sourire de Hinata s’effaça.

"- Ce n’est pas le jour le plus agréable de ton existence, n’est ce pas Neji-niisan…
- Tu sais je me souviens maintenant que ce jour je t’avais trouvé très mignonne.
- Ce yukata appartenait à ma mère, on l’a retrouvé intact dans les décombres de notre demeure. C’est père qui me l’a donné.
- Hisashi-sama est donc rentré ?
- Il est revenu avec ma sœur mais il est reparti il y a moins d’une heure, pendant que tu étais chez Shikamaru-kun.
- C’est lui qui a augmenté le niveau d’alerte ?
- Oui, quand il a appris la nomination de ce Danzou au poste d’Hokage. Il a dit que le clan était sans-doute sous surveillance et que nous pourrions être la cible d’une attaque. Il est allé voir seul le Daimyo pour lui parler de la nomination du Rokudaime et le faire revenir sur sa décision… Il a dit qu’il ne voulait pas risquer la vie de quelqu’un d’autre en chemin.
- Il craint une manœuvre contre le clan de la part des troupes de l’Hokage… C’est ce que Shikamaru soupçonnait également… Et nous sommes bel et bien surveillés, j’ai repéré un ninja qui me filait en sortant de chez lui. D’ailleurs c’est un ninja qui semble avoir appartenu au clan Inuzuka.
- Voilà qui confirme ses craintes. Son expression se fit encore plus mélancolique. Je crains le pire, tu sais. Mon père m’a laissé la responsabilité du clan en partant. Cà fait tant de vie qui dépendent de moi et…"

Elle s’interrompit, regardant, sans la voir, la théière un petit moment, puis son regard et son expression passèrent en un instant de la mélancolie à la détermination la plus farouche. Elle darda son regard droit dans les yeux de Neji.

" - Neji, je vais te donner un ordre, c’est très rare, c’est même le premier, mais c’est impératif
- Je t’écoute.
- Veille sur ma sœur avant tout, ne t’occupes pas de moi.
-Je… Bien Hinata-sama. D’après Shikamaru il y a deux cibles prioritaires possibles en cas de manœuvre de la Racine, notre clan et les Anbus. Shikamaru a aussi dit que son propre clan pourrait être une cible secondaire, ainsi que Tsunade-sama. Lui et son père s’apprêtent à se défendre et Ino va tout faire pour mettre la Godaime à l’abri.
- Bien. Tu vas faire savoir à ceux qui sont concernés que le clan Hyuuga leur offre l’asile s’ils subissent des attaques. Quand bien même nous serions attaqués, nous aurions la possibilité d’organiser une défense plus efficace, les Nara pour ne prendre qu’eux ne sont pas aussi nombreux que nous, loin de là."

Le manteau du commandement lui va comme un gant .Dire qu’elle a tant craint de l’endosser. Maintenant je sais pourquoi je lui resterai fidèle, quoiqu’il arrive.

" - Hinata-chan... Tu te rends compte que c’est ton premier acte officiel ?"

Hinata ne répondit pas et se contenta de sourire légèrement. Neji poursuivit.

" - Pour ce qui est d’avertir les autres, Shikamaru a dors et déjà prévu un moyen sur. Je pense qu’il doit être arrivé maintenant. Tu descends avec moi ?"

Hinata et Neji se levèrent et descendirent l’escalier. En bas un garçon brun, les bras croisés derrière la tête, discutait avec Hanabi, en tout cas, c'est à elle qu'il débitait un flot de parole sur un ton fier, et Hanabi l'écoutait avec un air mi-figue mi-raisin, d’autres Hyuuga les regardaient à la dérobée et semblaient amusés par l’aplomb décomplexé du jeune homme.

" - La forêt de la Mort comme épreuve, c’est pas de la tarte, niisan m’en a parlé, y a même des mille-pattes de six mètres de long, mais je suis sur que j’aurai aucun mal à la faire, surtout avec la super technique qu’il m’a apprise et avec laquelle j’ai descendu un de ces malades percés qui nous attaquaient. Et puis me battre contre les meilleurs ninjas de la promotion juste après çà me motivera à mort… Et t’inquiète, si on tombe l’un face à l’autre, je serai pas trop méch…"

En entendant Hinata et Neji descendre l’escalier il s’interrompit et se retourna en souriant de toutes ses dents. Hinata, qui souriait elle aussi, reconnu immédiatement le petit fils du troisième Hokage.

Ce Konohamaru..., pensa Neji, Ce n’est pas le disciple de Naruto pour rien.

Descendant les trois marches qu’il restait, Hinata prit la parole.

" - Konohamaru Sarutobi, c’est bien çà ?"

Konohamaru qui semblait frappé par l’apparition de Hinata rougit quelque peu et saluât.

" - Oui Hyuuga-sama, c’est bien moi.
- Pas la peine d’être aussi cérémonieux Konohamaru-kun, répondit Hinata en souriant. Neji-niisan m’a dit que tu étais un messager.
- Oui, je peux communiquer avec Shikamaru, Ino Yamanaka et Kurenaï Yui en un instant… Pour d’autres personnes c’est aussi possible mais çà serai plus long et plus risqué.
- Bien ce sont les personnes à qui je voulais m’adresser, Shikamaru-kun a bien fait les choses. Tu vas transmettre le message. Tout ninja de Konoha attaqué, que ce soit de l’intérieur ou de l’extérieur, pourra obtenir l’asile et la protection des Hyuuga. Précise que nous risquons d’être aussi attaqués et qu’on ne peut garantir une protection totale, simplement une défense commune. Le message vaut aussi pour toi, si la Racine est paranoïaque au point d’éliminer ceux qui pourraient avoir un lien avec les anciens kages, tu es sur la liste. De plus il faudra un mot de passe. Heu… voyons. Ramen au porc.
- Hey, mais c’est le plat préféré de niisan, l’interrompit Konohamaru.
- Heu… oui. Les membres de la Racine ne penseront pas à çà j’espère. Tu as compris ? "

Konohamaru claqua un salut militaire impeccable en souriant.

" - Tout de suite, madame !"
Et il disparut dans un nuage de fumé. Hanabi fut la première à réagir.

" - Une technique de transposition ? Pfff, il faut vraiment qu’il frime.
- Non Hanabi-sama répondit Neji, c’est la disparition d’un kage bunshin, ses autres corps ont emmagasiné le message et pourront tous le retranscrire, je suppose qu’ils sont chez les trois personnes qu’il a mentionné, c’est bien pensé comme mode de communication.
- Kage bunshin, interrogea Hanabi ? Mais c’est une technique de haut niveau, un kinjutsu de rang A, non ? Ce n’est pas qu’un frimeur après tout…
- Non, petite sœur, reprit Hinata. Et crois moi il n’est pas non plus aussi confiant en lui qu’il veut le laisser paraître, j’en mettrais ma main au feu. Bien, je vais me changer, je ne voudrais pas abimer le présent de père. Dès que je reviendrai nous organiserons une défense en cas d’attaque. Neji, rassemble ceux qui ne sont pas de garde, s’il te plait."


Dernière édition par aldebaran le Mar 16 Juil 2013, 6:33 am; édité 16 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Makushimu
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 05 Déc 2007
Messages: 143
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 11 Jan 2010, 6:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J’ai été attiré par le titre, et je n’ai pas été déçu ! C’est fluide, ça se lit bien et c’est bien écrit^^
Puis bon, les descriptions sont expressives et font bien ressentir l’ambiance, l’atmosphère un peu angoissée qui règne dans le clan…

Et puis, j’aime bien ce que tu as fait du personnage de Hinata : effectivement elle a bien changé depuis qu’elle s’est révélée à Naruto^^ Là, c’est davantage Neji qui a l’air un peu coincé ! D’ailleurs… n’est-ce pas un peu trop ? C’est Neji quand même, le génie de sa génération. Certes, il s’est calmé par rapport à son arrogance de la first gen, mais au point de s'aplatir comme ça face à son clan... je ne sais pas^^
M'enfin, après, c'est très subjectif tout ça !

En tous les cas, très bon premier chapitre, j’ai hâte de lire la suite !

_________________
Un proverbe chinois dit que quand on a rien à dire, on dit un proverbe chinois...



Dernière édition par Makushimu le Mar 12 Jan 2010, 1:52 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Sankai
Chuunin


Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 701
Localisation: Ahnenerbe

MessagePosté le: Mar 12 Jan 2010, 12:59 am    Sujet du message: Répondre en citant

Fic franchement plaisante a lire, j'aime bien le style.

je attend la suite avec beaucoup enthousiasme.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mar 12 Jan 2010, 2:07 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de vos commentaires... Je travaille sur la suite mais oubliez ce que j'ai dit pour une chapitre par jour quoique... Passé le deuxième chapitre çà devrai aller plus vite puisque ce qui se passe après m'inspire plus, j'attends de faire le raccord. (Et non... Je n'écris pas dans l'ordre).

Pour ce que Makushimu a dit, Neji est en quelque sorte le témoin de ce qui se passe (une sorte de narrateur à la troisième personne) d'où peut être le fait qu'il paraisse plus passif... Je vais tenter de corriger çà et je vous promet qu'il aura son heure de gloire.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Arlia
Reverse Thinker


Inscrit le: 12 Jan 2009
Messages: 16643

MessagePosté le: Mar 12 Jan 2010, 11:56 am    Sujet du message: Répondre en citant

Arf, je peux pas blairer Neji...

Oh et puis je m'en tape.

C'est vraiment pas mal du tout. J'ai pris du plaisir à lire ce premier chapitre et j'appréhendais d'en arriver à la fin tant c'est bien rédigé. J'ai hâte de voir la suite de ton histoire. Que tu as donc bien préparé.

J'ai relevé ce qui me semble être une petite erreur
Edit : Quelle erreur ? On a rien vu Smile

_________________



Dernière édition par Arlia le Mar 12 Jan 2010, 6:43 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mar 12 Jan 2010, 6:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Edit : Oui, on n'a rien vu ...

Very Happy


Dernière édition par aldebaran le Mar 06 Avr 2010, 11:24 am; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mer 13 Jan 2010, 5:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

Second chapitre, j'ai mis plus de temps que je ne le pensais à l'écrire. J'éspère que vous trouverez que çà valait le coup.

Citation:
Chapitre 2 : Défense

Neji montait la garde à la porte de la chambre de Hinata et Hanabi. Il avait été décidé de ne pas éveiller les soupçons d’éventuels assaillants en maintenant les apparences d’une activité normale, vu de l’extérieur, tout se passait comme à l’accoutumée, il était dans les environs d’une heure du matin et mis à part une surveillance basique et coutumière, tout semblait s’être assoupi dans le ryokan. Normalement, Neji devait céder son quart dans une demie heure, il venait à en espérer que si attaque il devait y avoir, qu’elle ait lieu vite, il savait qu’il n’allait pas pouvoir fermer l’œil de la nuit, si cette pression perdurait cela serai un rude coup car personne ne combattait au mieux de ses capacités en ayant veillé plusieurs nuits d’affilée, même un ninja.

Neji était en poste avec deux autres gardes à cet étage. Il y avait Ko, qui, Neji le savait, s’en voulait énormément de ne pas avoir sur arrêter la bravade insensée de Hinata lors de l’attaque du village. Hinata avait beau lui dire qu’il en était ainsi et que si elle n’avait pu faire ce qu’elle avait fait elle en aurait sans doute perdu plus que la vie, Ko en avait été atteint dans son honneur, Neji n’avait aucun doute sur le fait qu’il allait tout faire pour remplir son rôle. Il y avait également, un Hyuuga assez âgé, Sano qu’il avait vu plus tôt gardant la porte du ryokan. C’était un homme aux cheveux longs bruns-roux portant une large cicatrice sur la main droite. Neji n’en savait pas plus sur lui et cela le gênait, il aimait savoir au côté de qui il combattait. La disposition de la chambre de Hinata l’inquiétait, elle comportait une vaste baie donnant sur un balcon. Selon le plan prévu, il n’était pas possible de poster des gardes sans éveiller les soupçons aussi avait elle était piégé par des parchemins explosifs, néanmoins le piège ne ferai effet qu’une fois et servirait avant tout d’alarme. La présence d’un Inuzuka parmi ceux qui les observaient leur interdisait d’avoir recourt à des transferts de personnes… Neji secoua la tête, énumérer les facteurs qui jouaient contre eux était des plus inquiétant. Il devait se fier à la force des troupes présentes et à sa vitesse, d’action comme de réflexion. Le seul point qui jouait en sa faveur était que Hinata et Hanabi, du fait du manque d’espace, partageaient la même chambre. Quels que soient les ordres que lui avait donnée sa cousine, il était hors de question qu’il la laisse seule face au danger.

Neji repensa à la découverte qu’il avait faite dans les ruines après l’attaque de Pain, ce pourrait être leur atout. Tout en connaissant et comprenant les raisons de Hinata qui lui avait confié la garde de Hanabi, Neji pestait intérieurement contre cet ordre qui les empêchait d’exploiter au mieux cet avantage. Une raison de plus pour rester près d’elle malgré tout…

Soudain, le signal qu’il attendait retenti : un martèlement le long d’une des poutres porteuses de l’auberge. Immédiatement, il se mit intérieurement sur ses gardes, tout en se forçant à maintenir la même position c’était la stratégie : ne pas bouger jusqu’au contact et prendre l’assaillant au dépourvu. Neji n’eut pas à attendre plus de quelques secondes, le bruit d’une explosion se fit entendre dans la chambre de Hinata. La porte venait de délivrer son piège. Libéré de l’attente, il se précipita à l'intérieur. Au moment où il allait entrer, son byakugan, immédiatement activé, lui révéla que Ko se précipitait également vers lui. Dans la chambre, Hinata et Hanabi étaient debout, en garde, prêtes au combat, Neji vint se positionner près de Hanabi. Une dizaine de ninjas entrèrent soudainement en 'button hook', Neji repéra parmi eux l’Inuzuka balafré qui le suivait. En bas le chaos commençait à s’installer, les yeux de Neji lui montraient des Ninjas entrant par toutes les issues du ryokan, violements accueillis par des Hyuuga qui leur tombaient dessus par surprise. Plusieurs des assaillants étaient déjà à terre mais l’effet de surprise allait bientôt se dissiper, à eux de profiter de cet avantage. Soudain il y eu une explosion dans l’escalier, dont Neji n’avait pu voir la source. La voie des renforts était momentanément coupée, ils allaient devoir se battre contre dix ninjas surentrainés de la Racine à eux quatre : lui, Hinata, Hanabi et Ko, qui venait à son tour d’entrer dans la chambre.

A part l’Inuzuka tous les membres de l’escouade étaient masqués, sans doute que le ninja balafré voulait conserver toute l’acuité de son odorat. Deux des assaillants étaient armés de katanas, un était particulièrement massif et musculeux et un se tenait au centre mais en retrait, sans doute un spécialiste des attaques à distance ; les cinq autres ne présentaient aucune marque de spécificité évidente.

Quatre des ninjas sans signe distinctif se ruèrent à l’attaque, deux se ruèrent sur Hinata et deux sur Hanabi et Neji, leur camarade musculeux et un des épéistes les accompagnèrent, se dirigeant respectivement sur Hinata et Neji, Ko couru pour se poster à côté de Hinata. La vision de Neji lui révélait que la lame du sabreur était parcourue d’un flux d’énergie : une lame de chakra. Voyant en lui la plus grande menace, Neji lança un kunai porteur de parchemin explosif à ses pieds pour retarder sa charge, puis il laissa les deux autres s’approcher et lança le tourbillon divin pour les repousser. Ils furent projetés contre les murs. Hélas, le sabreur dont la lame crépitait d’électricité n’avait qu’à peine freiné sa course. Le parchemin n’avait pas explosé, Neji pouvait le voir coupé en deux morceaux inoffensifs. L’attaque des deux premiers n’était qu’une diversion. Le ninja allait frapper Hanabi de sa lame, son sabre était levé au dessus de la tête, prêt à s’abattre sur la jeune fille. Dans un mouvement fluide Neji parvint à se glisser sur sa trajectoire, il pu stopper la course des bras de l’assaillant en les saisissant. Influant une violente décharge de chakra dans ses tenkensu il fit lâcher son sabre au ninja. A peine l’eut il fait qu’un crépitement se fit entendre, une douleur aigue infusa dans ses paume et se rependit dans ses bras. Un choc électrique ! Il lui était momentanément impossible d’utiliser le Juken. Le sabreur lui cria, moqueur :
"- Je t’ai piégé sale gosse !"
Les deux avant-bras de Neji furent empoignés et maintenus écartés de son corps. Dans la foulée, Neji reçut un coup de tête magistral qui le sonna quelque peut. Il n’eut pas le temps de se remettre de ce choc qu’il fut bourré de coup de genoux. Son champ de vision rétrécissait. Soudain le ninja lâcha son bras gauche et en périphérie de sa vision, Neji vit Hanabi, qui avait tenté de porter un coup, projetée à terre. Cette seconde de répit permit au regard de Neji d’accrocher une chose : le sabre tombé à terre. Puisant dans les ressources de sa volonté il ordonna aux muscles endoloris de son bras de bouger, à ses doigts gourds d’empoigner la nuque du sabreur. Il le tira vers lui, marcha sur la poignée du sabre. Le sabre se dressa, Neji chuta et emporta son ennemi dans sa chute. Le choc fut rude et le sol heurta l’arrière de son crâne, le privant de ses sens un court instant.

Une fois ses sensations revenues il sentit une odeur de sang. Il regarda et vit son ennemi empalé sur son propre sabre. La chance avait été du côté de Neji, la lame avait percé le cœur. Plus loin il vit que Hinata et Ko avaient repoussé deux de leurs assaillants mais le ninja musculeux restait debout devant eux, menaçant. Les autres n’avaient pas encore bougé, mais le ninja qui avait l’air d’utiliser des attaques à distance et semblait mener le groupe pointa du doigt et deux autres ninja se ruèrent en direction de lui et sa plus jeune cousine : le ninja balafré et celui, des deux restant, qui était désarmé. Repoussant son ennemi mort d’un coup de pied, Neji se cambra sur ses mains et ses jambes pour se projeter d’un saut périlleux inversé juste à côté de Hanabi. Il avait à peu prêt retrouvé l’usage normal de ses bras et se préparait pour le second assaut.

Au même moment le ninja musculeux lança un kunai sur Ko. Ko esquiva mais son adversaire profita de sa distraction pour le saisir par la jambe, celle qui avait déjà été blessée. Il le leva bien haut comme un fétu de paille et le frappa à terre comme s’il s’agissait d’une massue, enfonçant de quelques centimètres Ko dans le sol et l’assommant pour le compte. Un craquement sinistre se fit entendre et la brute lâcha la jambe de Ko qui faisait maintenant un angle écœurant. Le ninja s’apprêta à lui donner le coup de grâce d’un monstrueux coup de poing mais Hinata criant "Non !" se rua sur lui. Un lion bleu brillait devant sa main ouverte et il heurta de plein fouet la brute qui alla s’écraser plus loin.

La distraction avait permis au sabreur resté en retrait de se jeter sur elle. Neji qui s’apprêtait à parer les coups de l’homme à la balafre n’eut que le temps de hurler un avertissement et Hinata esquiva d’un bond gracieux. Elle atterrit contre le mur, se maintenant à sa perpendiculaire grâce à son chakra. Ne perdant pas son élan, le sabreur donna un second coup, horizontal. Hinata qui était prise à contrepied ne pu pour arrêter l’assaut que risquer le tout pour le tout et tenta une prise de sabre. Les paumes de ses deux mains se refermèrent à plat sur la lame, l’arrêtant net, mais le chakra du sabre avait poursuivit sa course la coupant au niveau de l’épaule, faisant couler le sang.
"- Ton sabre est une lame de chakra, commenta Hinata en serrant les dents. C’est redoutable… Mais ton arme est à double tranchant ! yah !"
Un claquement typique du hakke retentit, le ninja cria et fut projeté d’un mètre en arrière. Ses bras pendaient, ballant, le long de son corps, un instant plus tard il s’effondra.

"- Merci Neji-niisan, murmura Hinata pour elle-même, de m’avoir raconté ton combat contre ce Kidomaru…"

Le second affrontement, opposant Neji et Hanabi aux deux ninjas de la Racine, ressemblait à un terrible ballet. Neji devait combattre son sauvage adversaire en même temps qu’il parait les plus dangereuses attaques de celui qui s’en prenait à Hanabi. Celle-ci se défendait de très bonne façon mais c’était un membre de l’élite de Konoha qui l’assaillait, très vite elle s’épuisait et Neji saignait déjà en maints endroits. Il fallait trouver une solution pour se sortir de ce tourbillon d'attaques et de parade qui tournait dramatiquement vite au désavantage des Hyuugas. Neji ne pouvait même pas utiliser le Kaiten, pas en avec Hanabi en train de combattre à côté de lui.

Hinata s’était porté auprès de Ko, lui passant délicatement sa paume sur le front elle infusa une légère décharge de chakra qui tira Ko de son inconscience.

"- Il faut que tu reste conscient Ko, murmura t-elle, sinon ce sera la fin."

Elle se releva et se précipita vers sa sœur et Neji pour leur venir en aide mais un ninja s’interposa : celui que Ko avait repoussé précédemment. Il se mordit le pouce et pausa sa main au sol, un ours énorme apparu dans un nuage de fumée. Au même instant un autre ninja fit irruption dans la pièce. Il s’agissait d’un Anbu couvert de blessure. Deux des membres de la racine, celui repoussé par Hinata et un de ceux projetés par Neji plus tôt s’était relevés et engagèrent le combat avec lui. Tout en combattant, l’anbu criait.
"- Le quartier général de l’anbu est attaqué, nous ne tiendrons pas longtemps… Vous ne pouvez pas espérer des secours de notre part, vous devrez tenir seuls."

L’ours avait réussit à étreindre Hinata dans ses pattes puissantes et la malmenait. Elle luttait pour se dégager. Pendant ce temps, son invocateur contourna le combat, un kunai à la main, projetant visiblement de poignarder Hinata dans le dos. Il passa cependant à côté de Ko qu’il devait croire encore inconscient. Celui-ci lui lacéra l’arrière de l'articulation du genou d’un coup de kunai. L’invocateur tomba en arrière, et Ko posa son arme à la perpendiculaire du sol. Son adversaire chuta lourdement, Ko avait bien visé, la lame s’enfonça dans sa nuque. Son invocateur mort, l’ours disparut dans un nuage de fumée. Ils eurent juste le temps de voir l’anbu acculé se faire prendre à revers par le deuxième ninja jeté à terre par le Kaiten de Neji. Celui-ci avait transformé son poing en pierre et il porta un coup à l’anbu qui s’envola avant de s’écraser comme une poupée désarticulée.

Au même moment, Hanabi fit un faux mouvement et glissa. Neji n’avait pas d’alternative et du tenter le tout pour le tout pour la protéger. Il infusa du chakra par les tenketsu longeant ses points vitaux, espérant que cela suffise. Il s’engagea complètement contre le ninja qui allait asséner un coup mortel à Hanabi et le frappa avec autant de force qu’il le put, le déstabilisant. Le ninja à la balafre profita de son acte pour le viser à la nuque. Neji senti sourdre une douleur atroce et couler son sang, mais sa protection avait apriori joué suffisamment son rôle. Luttant pour ne pas crier il parvint à articuler :
"- Hanabi-sama, maintenant !"

Hanabi se releva et visa avec application le cœur de son ennemi avec sa paume. Le coup porta avec un claquement violent et l'adversaire de la jeune Hyuuga s'effondra. Neji se retourna prêt à vendre chèrement sa vie. Mais son sauvage assaillant avait bondit au côté du dernier ninja à ne pas avoir bougé, le capitaine de l’escouade. Neji vit que le ninja, durant le combat, avait laissé tomber une sacoche d’où s’échappaient des petites boulettes rouge. Des pilules énergétiques ! Neji en attrapa une et la croqua. Il devait reprendre des forces pour le prochain coup qui s’annonçait rude. Il en ramassa une poignée pour en donner à Hinata et Hanabi.

Le ninja à la cicatrice s’adressait à son capitaine. Derrière eux étaient rassemblé quatre autres de leurs assaillants : les trois qui avaient terrassé l’anbu, et la grande brute.

"- Yahitsu-taichou, dit l'Inuzuka, je sens d’autres ninja arriver, les Hyuuga reçoivent des renforts et ce n’est pas l’Anbu. D’autres ninjas du village s’opposent à la volonté de Danzou-dono
- Oui, Saito-chui, répondit le dénommé Yahitsu. Mais nos deux cible de priorité une sont là et elles sont épuisées, c’est le moment ou jamais. Je vais les finir."

Le capitaine effectua une série de sceaux, tendit les bras, paumes ouvertes devant lui et s’écria :

"- Katon, la nuée ardente."

Un mur de cendres surchauffées apparut, sortant des ses paumes, et se dirigeait à grande vitesse vers ses cibles. Elle engloutit d’abord l’anbu qui hurla. Neji voulu courir mais vit qu’Hanabi était restée figée devant la scène. Il repensa aux ordres d’Hinata « Veille sur ma sœur, ne t’occupe pas de moi ». Il se jeta contre Hanabi et l’attrapa du bras en la tirant à lui, lui faisant décoller les pieds du sol, il continua sa course, tentant le tout pour le tout pour se mettre devant Hinata avant d’activer son tourbillon divin. Mais la nuée fut plus rapide, elle recouvrit les corps que les assaillants avaient laissés derrière eux puis elle engloutit Hinata et Ko à leur tour. Tout était perdu et Neji n’avait pas d’autre choix que d’accomplir son dernier devoir envers sa cousine. Le monde tourbillonnât autour d’eux pendant qu’il relâchait son chakra.
"- Kaiten !"



En fait, je ne me sent pas très à l'aise pour décrire les combats... J'éspère que çà passe... Confused


Dernière édition par aldebaran le Mer 17 Juil 2013, 6:23 am; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kotus
Aspirant genin


Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 190

MessagePosté le: Ven 15 Jan 2010, 6:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais une petit apréhension en ce qui concerne les combats aussi...Néanmoins, je trouve que ça passe bien.
Une histoire sur les hyuugas, forcèment ça m'interesse. Tu nous présente les anciens tel Hanabi, Neji etc...Mais aussi des nouveaux venus interessant comme Ko par exemple. C'est un mélange plutôt réussit. J'attend la suite pour me faire une plus ample idée de la tournure de ton histoire.
Bonne chance!

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Resident-Evil
Genin


Inscrit le: 14 Aoû 2009
Messages: 429
Localisation: Sur ta gauche ou sur ta droite

MessagePosté le: Ven 15 Jan 2010, 6:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais pas encore lu cette fanfic alors je me suis mis à lire les deux chapitres d'un cul sec... Et franchement, je suis ressortis du bar avec le sourire. Tes chapitres sont excellents, en plus il n'y a pas de fautes. Si on devait noter ta fic, je noterai 9/10, car les Hyûga c'est pas tellement ce qui m'intéresse... Je t'encourage et attends la suite Very Happy

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Adresse AIM Yahoo Messenger MSN Messenger Carte
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mer 10 Fév 2010, 1:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre trois... enfin j'ai pu le terminer... en espérant avoir moins de délais la prochaine fois... Je m'excuse auprès de mes (nombreux Question Question Question Smile) fans de les avoir autant fait attendre. Je vous avais laissé dans le doute le plus affreux et Hinata dans la cendre brulante.

Sans plus attendre

Citation:

Chapitre 3 : Arcane

La nuée passa autour de Neji et Hanabi, protégés par le Kaiten, brulant les murs et laissant derrière elle un vaste nuage de fumée. Neji stoppa son tourbillon, tenant toujours Hanabi contre lui. Un cri lui échappa "Hinataaaa !" au même moment qu’Hanabi criait "Neechaaaan !". La fumée commençait à se dissiper mais au grand étonnement de Neji, un grand oiseau translucide en émergea : un échassier bleu au milieu duquel se tenait Ko et, devant lui, Hinata figée dans une gracieuse posture de danseuse. Celle-ci souffla le nom de la miraculeuse technique qui les avait maintenus à l’abri de la nuée

" - Pas du Hakke, la Grue Immaculée. "

Les ninjas de la Racine, tout comme Neji restèrent ébahis devant cette apparition un long moment. Le capitaine des assaillants semblait s’être vidé de toutes ses forces en utilisant son jutsu, Saito, son sergent, le soutint.

" - Yahitsu-taichou, je ne peux pas vous donner de pilules énergétiques du clan Inuzuka, le gamin les a prises, il faut que vous vous repliez, je vais prendre le relais, à nous cinq nous parviendrons à nous débarrasser de ceux là, quand bien même cette fille serai bien meilleure que ne le laissent penser les informations de nos data books.
- Bien sergent, vous prenez le relais. "

Yahitsu se retira derrière ses hommes et fit retraite. L’Inuzuka, la grande brute et les trois qui avaient mis à terre l’anbu, restaient.

Neji avait profité de ce moment de flottement pour se rapprocher d’Hinata et lui glisser une pilule dans la main, pilule qu’elle avait croquée aussitôt. Son Byakugan lui montrait que des Hyuuga étaient en train de déblayer l’escalier. Des renforts arrivaient.

" - Hanabi-sama, dit-il, des renforts arrivent, il faut que vous portiez Ko pour le mettre hors d’atteinte, avec les nôtres qui arrivent vous serez en sécurité. Nous allons les retenir.
- Neji ! Je t’avais ordonné de ne pas quitter Hanabi.
- Oui, je sais. Mais tu devrais connaitre le penchant de notre famille pour désobéir aux ordres quand un être cher est en danger… Je ne te laisserai pas seule face à eux. Sois réaliste, ton geste est noble, comme il le sied à l’héritière des Hyuuga, mais si tu tombes, çà ne ferai que retarder le danger pour les nôtres et je t’aurai perdu. C’est hors de question. Je reste ! "

Hinata eu un sourire. Hanabi, elle, avait commencé à trainer Ko vers la porte. Les ninjas de la Racine guettaient visiblement une faille pour fondre sur elle mais n’en trouvaient aucune.

" - Tu as besoin de moi, reprit Neji ; pour repousser ces cinq là, nous allons devoir nous en remettre à l’Arcane.
- Nous avons trouvé le rouleau de la famille dans les décombres il y a à peine deux jours et nous n’avons eu le temps de le lire qu’une seule fois, nous ne nous sommes pas entrainés.
- Allons, je connais quelqu’un qui a seulement lu une fois un rouleau traitant d’une technique interdite et en a fait son premier atout en combat… Tu devrais être capable d’en faire autant… Non, tu en es capable… petite sœur.
- Neji-niisan, répondit Hinata, un sourire aux lèvres et une larme brillant au coin de l’œil, je dois bien avouer que tu as trouvé exactement les mots pour me convaincre. Finissons-en. "

Ils se mirent en garde dos à dos, prenant des postures symétriques. Hanabi avait quitté la pièce.

" -Oui, finissons en, repris Neji alors que les ninjas de la Racine se ruaient sur eux.
- Arcane du Hakke, s’exclamèrent t-ils en même temps. Les frappes du Yin et du Yang ! "

L’élan des assaillants fut stoppé net et ils furent frappés d’une multitude de coups, comme pris dans une inexorable tempête. Quand il pensaient qu’un des deux Hyuuga allaient les frapper et se préparaient à parer, c’est l’autre qui arrivait d’une toute autre direction, l’air résonnait du claquement caractéristique des coups du Juken. Un à un, les assaillant s’effondraient sur le sol, convulsant. Bientôt ne restèrent plus debout que Neji et Hinata, pantelants. Les cinq assaillants restaient au sol totalement immobiles. Neji, se saisi d’un kunai et s’approcha du plus proche de lui, prêt à donner le coup de grâce. Hinata l’interrompit

" - Arrête ! Ils n’ont plus une goutte de chakkra et ils ont perdu l’usage de leurs cinq sens. Tant que nous ne frappons pas des tenkensu bien précis pour qu’ils les retrouvent ils seront hors de combat. Nous ne sommes pas des assassins, nous ne sommes pas comme eux.
- Et bien, répondit Neji en souriant à demi et lâchant son kunai, si Naruto ne reconnait pas son nindo en toi, c’est que c’est lui qui n’a pas l’usage de ses sens. "

Il s’effondra sur ses genoux. Reprenant difficilement son souffle.

" - Cet Arcane est redoutable mais est très gourmand en chakkra, nous n’y serions jamais parvenus sans les pilules de ce Saito. "

Hinata s’adossa à un mur couvert de cendre e,t à son tour, s’effondra, le souffle court. Les deux restèrent prostrés un long moment. Finalement Neji, semblant puiser dans ses dernières ressources, activa son Byakugan.

" - Il semble que les combats aient cessé. Nous devrions descendre rejoindre les autres, l’assaut a été repoussé, en tout cas la première vague. Il faut nous préparer à l’assaut suivant. "

Il se leva et aida sa cousine à se relever. Se soutenant mutuellement, ils quittèrent la chambre dévastée et se dirigèrent vers l’escalier. Des voix leur parvenaient d’en bas. Parmi elles, celles d’Hanabi et de Konohamaru, le ton montait entre eux, si bien que Hinata et Neji purent sans difficulté suivre la conversation alors qu’ils descendaient à petit pas.

" - Tu frimes avec ta super attaque, s'exclamait Hanabi, mais je n’aurais pas frappé les tenkentsu de ses jambes pour l’empêcher de bouger correctement tu ne serais même pas arrivé à le toucher.
- Oui mais je l’ai mis au tapis direct avec mon rasengan, rétorquait Konohamaru, en un seul coup ! Et puis tu oublies de dire que si je n’avais pas fait des clones avec ton apparence avant, il t’aurait empalée, ce gros moche !
- Pfff. En tout cas, si on se retrouve à combattre pour l’examen chunin, tu as intérêt à donner tout ce que tu as pour m’inquiéter sérieusement, inutile de vouloir faire ton fier et de retenir tes coups, je t’aplatirai sans problème si tu fais çà.
- Je t’aurai massacrée avant que l’examinateur n’ait eu le temps de dire ton nom, espèce de petite snobinarde !
- Frimeur ! "

Neji et Hinata pénétrèrent dans la pièce au moment même où les deux genin se tournaient furieusement le dos. Konohamaru vint se planter à côté de Shikamaru qui était là aussi, non loin du pied de l’escalier. Neji regarda tous ceux qui s’était joint à la bataille et il constata qu’il y avait quasiment tous les ninjas qu’il connaissait ne serai-ce qu’un peu. Shikamaru était là avec son père, Ino également. Pour compléter deux générations du trio Inoshikacho les Akimichi père et fils étaient eux aussi présent. Plus loin se trouvait Gai, accompagné de Tenten. En retrait, il vit Shino appuyé contre un mur et, mêlés à la cohorte des Hyuuga, Shizune, Kotetsu et Izumo. Les voyant arriver les cris de soulagement fusèrent de l’assemblée. Shizune se précipita aussitôt pour soigner les blessures de Neji tandis qu’Ino se portait au côté de Hinata. Se laissant envahir par la sensation du chakkra guérisseur, Neji observait la scène. A côté de lui, Konohamaru marmonnait à l’adresse de Shikamaru.

" - Rhaaa, mais pourquoi elle me cherche comme çà, celle-là ? Quel est l’esprit malade qui a inventé les femmes ?
- Tu sais, lui répondit Shikamaru en lui posant la main sur l’épaule, je me suis posé la même question à ton âge, tu comprendras très vite que tu ne peux pas vivre sans."

Konohamaru se rasséréna.

" - N’empêche, je vais lui faire mordre la poussière, elle pourra plus dire que je suis qu’un frimeur.
- Oui, et tu sais, j’ai dans l’idée que c’est exactement ce qu’elle attend de toi...
- Ha ? Bon ben, décidément, je crois que çà va mettre un sacré bout de temps pour que je les comprenne. "

Un peu plus loin, Hinata s’enquérait des conséquences de la bataille, Neji raccrocha à cette conversation, s’en voulant de s’être laissé distraire.

" - … en dehors de ces pertes matérielles, disait Ko, qui portait à présent une attelle, il y a eu vingt blessés légers chez nous ainsi que cinq beaucoup plus graves, Ino-san et Shizune-san les ont soignés mais elles disent qu’il faut les emporter dans un hôpital si l’on veut qu’ils passent la nuit… Cà laisse cinq des nôtres indemnes, il s’en est vraiment fallu de peux.
- Cinq ? Demanda Hinata, cela en fait deux qui …
- Oui, reprit Ko. J’ai le regret de vous annoncer que Doji et Hiroki sont morts. Les ninjas de la Racine ont été pris au dépourvu par notre préparation. Le bilan est très positif pour nous mais…
- Oui, répondit Hinata, ce sont déjà trois morts de trop avec le messager Anbu et cinq autres des nôtres sont en danger.
Neji vit Shikaku se joindre à la conversation.
- Le bilan aurait pu être bien plus lourd Hinata-san, les ninjas de la Racine ont été visiblement pris de court, d’où le fait que nous ayons pu les repousser relativement facilement, qui plus est ils ne s’attendaient pas à combattre d’autres ninjas que des Hyuuga, mais c’est terminé. Je pense que le gros de leurs troupes a attaqué les Anbu et aprioris ceux-ci sont en grosse difficulté, d’après le messager qui est parvenu jusqu’à nous. Si la Racine triomphe là bas, et malheureusement çà ne saurai tarder, nous aurons affaire au reste de leur force… qui sera averti des dispositions prises ici.
- Il nous faut faire face, nous n’avons plus le choix. Mais vos familles ? Vous ne craignez pas qu’elles puissent être en danger ?
- Elles ont fuit, accompagné par Kurenai, qui peut retarder les ninjas de la Racine pendant très longtemps avec ses genjutsu… Elle a dit regretter de ne pas pouvoir se joindre à toi pour t’aider mais vu son état elle ne peut pas se le permettre.
- C’est déjà dangereux pour elle, çà fait quand même sept mois…
- Ne t’inquiète pas, fit une voix prêt d’elle. "

Neji remarqua seulement maintenant que Shino s’était approché, en toute discrétion, comme toujours.

" - Mon clan les accompagne. Pourquoi ? C’est simple, après le clan Hyuuga, les miens représentent un effectif non négligeables, même s'ils n'avaient pas été la cibles d’actions militaires, les miens auraient été dans la ligne de mire de l’Hokage en tant que force d’opposition potentielle. A l’origine nous devions venir nous battre ici, mais j’ai convaincu les miens d’escorter les civils des familles concernées avec Kurenaï-senseï.
- Mais toi, interrogea Hinata, tu n’es pas avec eux ?
- Non, je ne laisse pas une coéquipière et une amie en danger, c’est comme çà. Tu devrais le savoir, pourtant.
- Oui, je suis navrée, je le sais très bien. Je te remercie, Shino kun. "

Hinata, sa blessure à présent refermée, se leva et s’adressa à l’assemblée.

" - Merci à vous tous qui êtes venus, vous vous êtes néanmoins posés en tant que traitres par rapport au Rokudaime et je … "

Gai prit la pose 'nice-guy' et l’interrompit

" - Neji est mon élève, ce qui le menace me concerne aussi.
- Il n’était pas question que je reste encore en arrière, intervint Tenten.
- Après avoir envoyé Tsunade-sama au pays des limaces, poursuivit Ino à côté d’elle, on a profité de ton invitation pour s’incruster… C’est joli chez toi.
- L’histoire jugera qui sont les traitres, philosopha Kotetsu, mais pour moi il est clair que c’est ce Danzou.
Choji s’avança vers Shikamaru et lui mit la main sur l’épaule
- Je n’abandonne pas un ami, pas plus qu’une camarade."

Hinata avait souri, visiblement émue, à ces déclarations, après un petit temps, elle répondit

" - Merci à tous. C’est une rude épreuve que nous avons à traverser et nous devons tout faire pour que le plus de vie possibles soient épargnées. Notre ennemi est fanatique mais il ne donne sa loyauté qu’à une seule personne. Au contraire, comme vos paroles l’ont montré, nous somme tous liés les uns aux autres, directement ou non et je pense que c’est ce qui peut nous permettre de nous en sortir. "

Il y eut un long temps de silence dans la salle, un silence ou planait le sentiment de fierté. Shikamaru finit par l’interrompre.

" - Et bien, j’en connais un qui n’aurait pas mieux dit, Hinata. Maintenant je crains qu’il ne faille nous préparer à un second assaut.
- Pourrais tu mettre une défense au point, Shikamaru-kun, interrogea Hinata ?
- C’est une mauvaise idée intervint Shino. Les membres de la Racine savent que les Nara sont parmi nous. Ils les ont étudiés en tant que cible et ils s’attendront à ce que ce soit l’un d’eux qui mette une défense au point, comme cela a été fait de nombreuses fois auparavant, et celle-ci porterai leur marque, qu’ils laisseraient inévitablement de façon inconsciente, et ils sauront la contrer.
- Shino a raison, reprit Shikamaru. Et puis c’est à toi en tant qu’héritière de la Soke, de protéger ton clan, ainsi que ceux qui sont sous sa protection. Tu ne peux pas t’y soustraire.
- Bien, fit Hinata, après avoir pincé ses lèvres. Neji-niisan, je vais avoir encore besoin de toi. "


Bien sur vos commentaires / critiques / encouragements / insultes / menaces sont toujours les bienvenus


Dernière édition par aldebaran le Mer 17 Juil 2013, 4:02 am; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Shikaku'
Chuunin


Inscrit le: 12 Aoû 2009
Messages: 550
Localisation: Rennes

MessagePosté le: Mar 13 Avr 2010, 11:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Salut, j'ai lu le premier chapitre de ta fic' que j'ai découverte grâce à la "vampiresse sexy" et je le trouve excellent ! Tu arrive à mettre une ambiance dans tes tes textes et tu ne nous noie pas dans les paroles, tout est très bien décrit. C'est excellent Very Happy !

J'en prends de la graine pour ma fic' et je m'attaque aux autres chapitres.

Edit : J'ai lu le chapitre 2 et je l'ai trouver très bien, il n'y a aucun problème dans ta narration des combats. Je m'attaque au chap 3.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Dim 10 Juil 2011, 3:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est pas la suite mais le Prologue... La suite dans un temps indéterminé, bientôt j'espère...

Edit : pour des raisons de commodité de lecture j'ai copié ce passage dans le premier post... Vous l'avez donc déjà lu en principe.


Dernière édition par aldebaran le Jeu 31 Jan 2013, 8:33 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hinagoth
Genin


Inscrit le: 26 Jan 2010
Messages: 328
Localisation: A Hallure avec Zagi

MessagePosté le: Mer 24 Aoû 2011, 7:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Alors, après ton message je me suis mise à lire cette Fic'.

Et je suis non seulement surprise par tes idées (qui sont absolument originales, et qui s'incrustent bien dans l'histoire)
Mais j'aime beaucoup ton style.

C'est captivant, on arrive trop vite à la fin tellement sa nous passionne, c'est très fluide et évident.

Les combats sont vraiment bien retranscrits, et malgré un peu de lenteur, c'est très prenant.

J'aime beaucoup, j'attends une suite !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Carte
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mar 22 Jan 2013, 7:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Chapitre 4 : Shosuro Hyuuga


Les yeux de Kushina s’était agrandis de surprises. Sa rivale, celle qu’elle détestait pour lui avoir voler son seul amour mais également celle à qui elle allait devoir la vie, avait esquissé un geste, mais trop tard. Sa main l’avait agrippée et attirée à elle, et tandis que les ténèbres s’abattait à jamais sur son regard, ses lèvres s’était jointes à celles de Kushina, restant coller à elle le temps d’une douzaine de battement de cœur. Puis Kushina s’était défaite de son étreinte et l’avait violemment repoussée.

« - ‘Tebane ! Qu’est ce qui te prend Shosuro avait elle rugit !
- A présent, je suis sur tes lèvres Kushina-chan. A jamais. Pense-y la prochaine fois que tu seras dans les bras de ton mari. »


Cela avait été une vengeance bien mesquine, vaine et, qui plus est, elle lui avait imposé le visage de sa rivale comme ultime vision de ce monde. Sans doute un premier acte de folie, puisque c’était de folle qu’on l’avait traitée, quand elle avait hurlé à la nouvelle de la mort de son rival, Jin. De folle, aussi, on l’avait traitée quand Minato était mort et qu’elle s’était griffé le visage jusqu’à l’os.

C’était près de dix-sept ans avant et pourtant c’était une des rares choses qu’elle pouvait revoir précisément : les cheveux rouges de Kushina Uzumaki et ses grands yeux. Elle n’arrivait plus à se focaliser sur le visage de Jin. De Jiraya-sensei, ne restait plus en sa mémoire que son rire. Même Minato, le visage de son bien-aimé Minato qu’elle trouvait si solaire, si plein de joie, même ce visage était inaccessible à sa mémoire.

Et son visage à elle ? Elle passa sa main sur la peau de son crâne complétement lisse comme celui d’une moniale, puis sur ses pommettes marquées des sillons de griffures, sur les pattes d’oie qui commençaient à se former sur le côté de ses yeux, sur ses paupière qui cachaient ses yeux aveugles, puis elle s’attarda sur son front. On lui avait décrit sa marque. La croix de vie avait tourné et les crochet l’agrippaient à présent. Ses yeux, lui on avait également dit, étaient devenus entièrement gris, sans pupille. Elle devait être assez effrayante. D’ailleurs la jeune princesse, quand elle était venue l’aborder, avait eu un mouvement de peur, elle l’avait senti.

La jeune princesse... Le fait de prendre une élève l’avait un peu tirée de son isolement. Une bien meilleure compagnie que celle du commis que le temple envoyait, chargé de ce qu’on lui octroyait pour sa subsistance du mois. Et l’entrainement de sa disciple tranchait avec son quotidien de méditation et de pratique solitaire de son art. Qui aurait pu croire qu’elle était la petite fille de Hyuuga Hanteï ?

Mais avec où sans elle, il fallait s’entrainer. Son art, c’est son art qui l’avait tirée de son apathie, son art et la rigoureuse discipline qu'elle s'était elle même imposée.

Ses yeux perdus, elle était incapable d’utiliser le juken dans sa forme première. Elle avait été reléguée à l’exécution des plus basses tâches pour le clan. Elle qui avait été l’élève d’un des trois sanin, avait du jouer les mendiantes pour espionner des villages mineurs. Elle qui avait été la compagne d’arme de l’Eclair Jaune de Konoha, avait été chargée de l’intendance et de l’approvisionnement du clan. Elle qui avait été la rivale d’un homme qui, par la seule force de son travail, s'était fait un des plus grands experts en taijutsu de Konoha, avait eu pour tâche d’entretenir le jardin de rocaille du manoir Hyuuga. Une Hyuuga aveugle. Une Hyuuga inutile. Des années avaient passé, le patriarche du clan l’avait déclaré folle et exclue. Depuis elle vivait en recluse dans cette cabane au fond des bois. Jiraya-sensei était bien passé quelques fois pour tenter de la remotiver mais lui même était abattu par la mort de son élève préféré et n’y était guère parvenu. Il avait fini par quitter Konoha pour voyager et fuir ses tourments. Il était mort peu de temps auparavant avait-elle appris de sa disciple. Le fils de son bien aimé Minato, qui faisait tant battre le cœur de la jeune princesse, avait été bouleversé. Elle n’aimait pas ce garçon, c’était sa mère tout craché, peu importait comment sa disciple lui en parlait.

Elle se dévêtit complétement, laissant le froid de cette fin d’automne lui mordre la chair. Elle s’y était habitué durant ses entrainement quotidien en solitaire qu’il pleuve, vente neige ou que le soleil lui cuise la peau. Elle avait réendurci ce corps qu’elle avait laissé trop longtemps s'amollir, tout comme son esprit. Cela avait été la mort d’Hantei qui l’avait sorti de sa torpeur. Il avait disparu lors d’une mission à Kiri. Curieusement, cela l’avait libéré. Etait-ce la joie d’apprendre la mort de cet homme qui avait scellé son destin ? Ou bien au contraire la honte qu’elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver vis à vis de cette même joie ? Un mélange des deux ? Peut être aussi était-ce aussi qu’elle s’était rendue confusément compte dans un moment de lucidité que rester prostrée à haïr et à pleurer des morts n’avait aucun sens et qu’il lui fallait d’urgence se trouver une raison d’exister. Cette raison elle l’avait trouvée dans le voyage et l’étude des arts martiaux.

Elle avait du tout recommencer depuis le début. Le juken ne lui étant plus d’aucune utilité, il lui avait fallu travailler avec acharnement pour maîtriser, ne serai ce que les bases du goken. Jin, lui aussi, avait du travailler tellement dur avec Jiraya-sensei, et grâce à cet acharnement l’époque où elle le surpassait en tout avait été bien vite finie et qu’il était devenu son rival. C’est bien parce qu’elle avait assisté à tous ces entrainements, observant attentivement que Shosuro avait pu reprendre les bases. La maitrise du souffle. Elle s’assit dans la position du lotus comme elle en avait depuis toujours pris l’habitude, inspirant le Yin et expirant le Yang jusqu’à ce que tout se mêle qu’il n’y ait plus deux mouvements distincts mais un seul et unique, indivisible et entier.

La position du Lotus... Jin avait baptisé ses techniques pour lui rendre hommage. Mais hommage ou pas, elle, elle demeurait incapable d’ouvrir ne serait ce que la première porte. Minato ne parvenait que péniblement à le faire à l’entrainement, sans pouvoir se concentrer assez en combat pour l’utiliser. Ca avait été un passionnant sujet d’étude que leur avait proposé Jiraya senseï. Pour complété les information éparses contenues dans tous ces parchemins poussiéreux, les connaissances de Shosuro sur les méridiens de chakra leur avait été d’une grande aide, mais seulement théoriquement. Seul Jin avait réellement pu mettre toute cette théorie en pratique. A présent elle savait pourquoi. C’était avant tout une technique mentale, et une disposition d’esprit. L’esprit de Jin n’avait aucune entrave, il était plein de foi et de confiance, son esprit à elle était trop en proie au doute... déjà.

Shosuro passa aux exercices du souffle des cinq éléments. Poings joints devant sa poitrine, expiration, bloquée, inspiration, bloquée : Terre. Bras complétement relâchés le long du corps, mouvements de rotation des épaule. Inspiration ondulée et expiration fracassante : Eau. Inspiration et expiration s’accélérant, bras s’étirant longuement au dessus de la tête : Feu. Bras largement écarté sur les côtés, paume en l’air, pouces et index joints, inspiration ascendante, expiration plongeante : Vent. Main gauche en coupe au dessous du nombril, main droite tendue devant le cœur, inspiration grondante, expiration éclaire : Foudre. Terre. Eau. Feu. Vent. Foudre. Terre, eau, feu, vent, foudre. Terre, eau, feu, vent, foudre. Terre, eau, feu, vent, foudre, terre, eau, feu, vent ,foudre...

Les souvenirs affluaient de nouveau. Elle entendait de nouveau la foule du stade l’applaudir à tout rompre. Hiashi Hyuuga venait de déclarer forfait. Elle ne pouvait plus utiliser son bras droit et elle était à deux doigts de perdre connaissance, mais elle avait gagné. Son instant de gloire, mais si vite assombri. Dans la loge d’honneur, le regard glacial du patriarche du clan avait effacé son sourire. Elle avait oublié tous les visages de ceux qui lui avaient été chers, mais ce regard là, jamais elle ne l’avait pu. Kushina et Hanteï, elle était condamnée à ne se rappeler que du visage de ces deux là, mais cela lui permettait de les haïr à loisir.

Elle attaqua les enchainements de base de Taijutsu. La précision. Elle se leva, exécutant une série de coups de poing dans le vide, puis une autre de coups de pieds, s’évertuant de reproduire exactement le même mouvement, se retrouver dans le même équilibre à la fin de chaque coup. La puissance. Elle frappa de sa paume ouverte sur le sol, déversant toute sa force. Le sol trembla, la topographie du petit cercle dans lequel elle s’entrainait en avait été, elle le savait, bouleversée. L’équilibre. Elle esquissa une série de pas chassés, notant mentalement chaque irrégularité du terrain puis elle exécuta ses katas, frôlant à peine le sol de la plante des pieds quand elle se mouvait, les enchainements formèrent bientôt une danse précise, le sol ne la gênait pas, elle pouvait se servir des creux et bosses du sol pour donner de l’impulsion à ses mouvements, et de la direction de la brise légère qui caressait froidement sa peau pour s’orienter.

Ses pensées de nouveau se tournèrent vers le passé : Jiraya senseï venait de quitter sa chambre d’hôpital. Il lui avait annoncer qu’elle et Jin avaient été promus tous les deux à la suite de leur match nul. Le dernier match des examens chunin opposant Minato à Shikaku Nara était reporté au lendemain. Elle avait du s’assoupir car elle ne se souvenait pas avoir vu Hanteï-sama entrer. Il l’avait fixé en silence un très long moment puis avait prononcé ses simples mots.
« - N’oublie jamais ceci. »
Il avait tendu son majeur et son index devant son front : le très redouté mudra d’activation du sceau de l’oiseau en cage. La douleur avait vrillée dans tout son être depuis son crâne. Elle s’était tordue de douleur dans son lit puis ce fut le noir aussi profond que celui qu’allait abattre sur elle sa cécité. Elle ne s’était réveillé que trois jours plus tard. Son équipe l’avait attendue pour célébrer leur triple promotion. Elle et Jin, tout amochés qu’ils étaient de leur duel, s’était promis mutuellement de surpasser l’autre et de ne pas en rester à un match nul la prochaine fois. On parlait aussi beaucoup autour d’eux de l'enlèvement de Kushina Uzumaki par Kumo pendant les épreuves, même si elle avait pu leur échapper. Il lui semblait se souvenir avoir remarqué que Minato arborait un sourire énigmatique ce soir là, comme gardant un secret. Jin et elle s’étaient livré à trois autre duels depuis ce jour. Mais sans jamais finir autrement que sur un match nul. Le temps avait passé. Minato s’était vu confié des élèves, Jin également, dont un énergique jeune homme du nom de Gai qui était son préféré. Des années plus tard Jin allait vaincre seul une force d’une centaine de ninjas de Kumo même si pour cela il lui faudrait ouvrir la Huitième Porte et dévoiler son ultime technique. Quand bien même les combattants du pays de la Foudre se souviendraient à jamais dans leur chair meurtrie du Dragon du Sud il y aurait désormais prêt d’elle un vide. Non... Il y en aurait deux. Kushina lui aurait pris depuis longtemps Minato.


Il était temps de passer aux exercices plus sérieux. C’est là que son art commençait à prendre véritablement son sens. Shosuro s’immobilisa, se dressant parfaitement droite. Elle joignit ses mains devant elle et malaxa son chakra. Sa main droite se porta devant sa hanche gauche, paume tournée vers les cieux, tout comme elle l’avait appris au pays du Fer. Son nom de Hyuuga avait bien aidé à se faire accepter dans un dojo, elle n’avait attendu que deux mois. Elle fléchit les genoux, se mit en garde. Sa main gauche passa sous la droite et descendit sur le côté de son corps, relâchant le chakra et traçant la forme d’un sabre . Elle attendit. Un corbeau s’envola en croassant dans le lointain. Sa main droite se retourna, saisissant l’extrémité de sa lame de chakra et elle dégaina a toute vitesse, frappant à l’horizontal dans un même mouvement fluide.
« - Sabre du Hakke : Bato no jutsu ! »
Elle pivota ses épaules à la perpendiculaire et ramena son sabre parallèle à elles.
« -Frappe de la pointe ou frappe du fil, lui avait on dit. »
Le sabre fila droit devant elle, suivant une trajectoire parfaite.
« -Mais les vrais artistes tuent avec le fil. »
Elle pratiqua les huit formes de coupe, tourbillonnant pour se positionner dans les huit directions d’attaques différentes.
«  -Peut importe le moyen, lorsque l’on tient un sabre, le but est de pourfendre l’adversaire. »
Elle enchaîna les katas. Elle avait toujours pu le faire avec facilité, le combat au sabre différait assez peu du juken, ce qui était normal au vu de leur origine commune. Quand elle eu suffisamment pratiqué le style traditionnel qu’elle maîtrisait quasi à la perfection, elle s’entraina sur les formes beaucoup plus exotiques qu’elle avait apprises en voyageant à l’ouest du pays de la Terre. Ce style était plus acrobatique, requérant souvent de son utilisateur une maitrise parfaite de la tension de ses membres pour équilibrer la totalité de son corps et le poids nul de son épée immatérielle la forçait à repenser tous ses mouvements par rapport à ce qu’elle avait appris au cour de son entrainement initial.

Elle avait tellement aimé Minato. Elle aurait été prête à le suivre au bout du monde, même marié, même avec Kushina Uzumaki portant ses enfants, ne fut ce que pour être à ses côtés et demeurer son ombre, son oiseau de proie. Quand il avait été désigné comme nouvel Hokage, elle avait été la première à lui promettre sa totale fidélité. Elle l’avait fait avec une telle ferveur ; trop de ferveur, le patriarche du clan ne l’avait pas entendu de cette oreille.

Shosuro tendit son sabre de chakra devant elle, le réabsorbant dans sa main. Elle sentait l'énergie palpiter dans sa paume. Fléchissant les jambes elle se campa sur ses appuis, se concentrant. Elle fit courir une partie de son chakra le long de son bras, puis le fit passer dans sa poitrine et de là vers son autre paume. Il fallait ensuite maîtriser sa forme. C’était le Rasengan de son si cher Minato qui l’avait mise sur la voie. Rien que cette idée avivait son esprit. En réalisant cette technique, elle se rapprochait un peu de son amour. Cela lui était devenu familier, elle étendit le chakra le séparant en quatre dans chacune de ses mains, formant de longues griffes acérées. Elle se concentra pleinement, visualisant la forme pour mieux la maîtriser. Une fois satisfaite de son effort elle reprit sa garde.
« - Pas du hakke : les serres de l'épervier ! »
Elle reprit sa série de katas, puis, quand elle les eu travaillés suffisamment pour en être satisfaite, elle ramena ses mains au niveau de son bassin sur la droite, les talons des mains joints. Elle sentit le chakra de ses deux serres se fondre. Elle fit le vide, de ses mains elle fit jaillir un bec, elle le visualisait bien. Elle prit une grande inspiration, se laissant imprégner des odeurs de la forêt. Les effluves entêtantes de résine dominaient. Elle se concentra, fit émerger des ailes de sa création. Les odeurs se différenciaient. Elle fixa son attention sur l’une de ces sources, la plus proche. Elle tendit ses bras droit devant elle, paumes en coupe, relâchant sa création.
« - Pas du Hakke : l’envol de l’épervier ! »
Son chakra fusa, se projetant dans l’espace. Un craquement sec, le bruit de petits oiseaux s’envolant, l’odeur de la résine se faisant encore plus présente, masquant toute autre odeur. Puis vint le déchirement du bois en une longue plainte torturée et le vacarme énorme du tronc qui chutait au sol. Elle s’avança vers sa cible. Elle fit une soixantaine de pas pour trouver la souche. Elle s’agenouilla et l’embrassa pour apprécier la circonférence du tronc rugueux du sapin qu’elle avait abattu. Deux bon mètre ! Et ce géant était tombé d’un seul coup. Elle était satisfaite, cette technique était vraiment au point.

C’était fini pour l’entrainement. Elle savait que son ultime technique restait à travailler, mais elle ne voulait pas recourir à Jin ce soir. Elle s’était entrainée pendant des heures et la nuit avait dû tomber depuis bien longtemps. Soir de vague à l’âme. Elle s’était trop attardée sur ses souvenirs. Il était temps de prendre du repos. Elle s’apprêta à ramasser son kimono quand le sol tremblota sous ses pieds. Du monde arrivait, ce que lui confirmèrent ses oreilles d’abord puis ses narines. Une trentaine de personnes peut être quarante. Des ninjas bien sur : ils se mouvaient assez en silence pour ce si grand nombre surtout qu’ils devaient être accompagné par une demi douzaines de lourds quadrupèdes. Des chevaux. Un des ninja de tête accéléra le mouvement et fit route droit sur elle. Elle reconnu l’odeur de la cannelle, même mêlée à celles de la suie de la cendre et du sang, et ne se mit pas en garde, c’était sa disciple. Elle s’immobilisa devant elle.
« - Mes respects Shosuro-senseï, annonça Hinata Hyuuga. Je suis dans l’obligation de demander asile au nom du clan et de plusieurs alliés. »
Shosuro hocha gravement la tête. Elle pressentait ce qui allait arriver. Elle n’allait pas dormir de sitôt. Finalement elle danserai sans doute avec Jin avant peu.
« - Senseï, hésita la jeune princesse ? Peut être pourriez vous vous rhabiller... »


Bon après une longue absence ici comme écrivain, un petit chapitre de transition pour cette fic.

Exercice délicat que la présentation d'un OC (de deux en fait, même si Jin est mort)... J’espère que le résultat est suffisamment évocateur et clair. D'autant que j'ai écrit le tout volontairement de façon un peu décousue pour aller avec le personnage présenté ...

Ma source d'inspiration:
Spoil:

Et un peu (beaucoup) d'imagination, et du fait que je suis persuadé que Jiraya n'a jamais enseigné qu'à de grands ou futurs grands ninjas...

Selon vos commentaires il est possible que je fasse des modifications.


Dernière édition par aldebaran le Mer 17 Juil 2013, 4:54 am; édité 7 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
yahiko
Genin


Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 491

MessagePosté le: Mar 22 Jan 2013, 8:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Salut,

Bon, je découvre cette fic.

Elle est sympathique.
Tu écris plutôt bien, c'est fluide et les descriptions sont bien rendues.

Le principal souci pour ma part c'est qu'on est plutôt dans le shojo ici. Ce n'est pas une critique, juste une question de goût personnel.
Je vois que tu aimes bien raconter les relations sentimentales. Chacun sa sensibilité après tout Wink

Sinon, comme tu as l'air de bien t'amuser avec cette Shosuro, je n'ai qu'une chose à te dire : "Fonce !"

Bonne continuation Wink

_________________
[b:6c8da0f690]Fanfic Interactive (en construction) : La Larme d'Argent[/b:6c8da0f690]

Fanfic Rikudou : Au temps des Six Chemins
Sketch Kishi : Naruto, le combat de Kishimoto
Fanfic/Théorie CQST : Le Dernier des Uchiha
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mar 05 Fév 2013, 2:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de ce commentaire... En effet je m'attarde sur le côté sentiment... Mais c'est essentiellement parce que je considère que le clan Hyuuga a un énorme potentiel romantique (au sens littéraire du terme), du coup je l'exploite...

Par contre pour le dernier chapitre, j'avoue que j'aurai aimé avoir plus de commentaire. En fait de mon point de vue tout est clair concernant le passé et les motivation de Shosuro, mais du point de vue du lecteur extérieur, j'aurai aimé avoir une vision globale de comment rend le chapitre : ce qui se comprend, les pistes que cela évoque, les zones d'ombre qu'il reste à éclaircir etc... Que je puisse appuyer là où il faut dans les prochains chapitres.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mat
Jûbi


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 5781

MessagePosté le: Lun 11 Fév 2013, 1:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Comme je n'ai pas eu le temps de lire toute ta fic' le fait que tu souhaites des commentaires sur le dernier chapitre m'arrange. Voilà un très rapide retour d'un lecteur :

Spoil:

Il y a quelques coquilles au niveau des conjugaisons (participe passé, etc.) et pour certaines formulations mais rien de très important.

La mort d'Hantei est donc ce qui aura fourni à Ao son Byakugan ?

Comme tu as pu l'indiquer, le passé et le présent se mélange. Du coup je me suis un peu perdu par moments en ne sachant pas trop si les paroles que Shosuro tenaient venaient du passé ou alors du présent.

Par rapport à sa cécité et à la croix de vie qui a tourné : c'est une punition du clan ? Ou alors c'est naturellement que la croix évolue et rend aveugle ?

Ensuite il y a un élément un peu étrange mais qui sera sans doute développé par la suite : tu mentionnes qu'elle vit en recluse, a été traitée de folle mais elle s'occupe de Hinata (ce doit être dans la logique de Hiashi qui ne se préoccupe pas trop de sa "ratée" de fille ?) et, surtout, elle vit dans une cabane au fond des bois et à la fin Hinata et al. viennent demander asile. Niveau installation, etc. on doit pouvoir trouver mieux donc pourquoi s'entasser dans un tel endroit ?

Je ne sais pas si ces quelques remarques pourront t'être utiles.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Lun 11 Fév 2013, 3:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mat a écrit:

Il y a quelques coquilles au niveau des conjugaisons (participe passé, etc.) et pour certaines formulations mais rien de très important.

Comme tu as pu l'indiquer, le passé et le présent se mélange. Du coup je me suis un peu perdu par moments en ne sachant pas trop si les paroles que Shosuro tenaient venaient du passé ou alors du présent.


Je vais retravailler ça et la concordance des temps... Et les passages passé seraient peut être plus lisibles en italiques...

Mat a écrit:
Par rapport à sa cécité et à la croix de vie qui a tourné : c'est une punition du clan ? Ou alors c'est naturellement que la croix évolue et rend aveugle ?

C'est là que je ne suis pas satisfait de ce que j'ai écrit... Je voulais sous entendre que c'était le fait de Kushina (la scène du début), et pour des motifs que je voulais laissés en sous-entendus mais plus longuement développer par la suite

Citation:
Ensuite il y a un élément un peu étrange mais qui sera sans doute développé par la suite : tu mentionnes qu'elle vit en recluse, a été traitée de folle mais elle s'occupe de Hinata (ce doit être dans la logique de Hiashi qui ne se préoccupe pas trop de sa "ratée" de fille ?)


Là encore ce que je voulais faire comprendre passe difficilement... Le fait que Shosuro a eu une période de folie prolongée mais que se plonger corps et âme dans l'entrainement lui a donné un nouveau but...

Citation:
et, surtout, elle vit dans une cabane au fond des bois et à la fin Hinata et al. viennent demander asile. Niveau installation, etc. on doit pouvoir trouver mieux donc pourquoi s'entasser dans un tel endroit ?

Là effectivement il s'agit de la suite... Hinata ne lui demande pas asile mais doit demander asile, avec l'aide de sa sensei Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mat
Jûbi


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 5781

MessagePosté le: Mar 12 Fév 2013, 1:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour ton retour. C'est vrai que pour Kushina je ne voyais pas les choses ainsi mais avec ton commentaire, cela apparaît en filigrane.

Citation:

Là effectivement il s'agit de la suite... Hinata ne lui demande pas asile mais doit demander asile, avec l'aide de sa sensei Wink


Mes excuses. J'ai mal lu le "Je suis dans l’obligation de demander asile au nom du clan et de plusieurs alliés." en croyant qu'il y avait un "vous" qui se cachait dedans ("je suis dans l'obligation de vous demander...") alors qu'il n'en est rien. Du coup la suite permettra d'en savoir plus ! Hâte de connaître ce qui a pu se passer pour conduire Hinata dans une telle position.

Juste une petite question de curiosité : pourquoi des chevaux ? Est-ce pour ne pas épuiser les "hauts dignitaires" qui sont de sortie ? Pour gagner du temps (cela va plus vite à cheval qu'en se déplaçant à la façon ninja) ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013, 5:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

Nouvelle résolution pour cette été de travail nocturne : travailler au moins une heure chaque nuit de repos sur mes fics... Voilà donc un début de résultat. N'hésitez pas à commenter, spécialement si des éléments vous semblent obscurs ou mal expliqués, que je me corrige (ou l'explique dans des chapitres ultérieurs Wink).


Comme dans les "vampiresses sexy", vous pouvez cliquez sur le lien dans le texte pour avoir la musique évoquée.

Citation:

Chapitre 5 : Asile

L’aube pointait. La troupe poursuivait sa route, les étranges chevaux continuaient de porter les blessés d’un galop sûr et sans heurt, entourés du reste de la troupe qui bondissait d’arbre en arbre. Même si Ko était encore conscient, il ne pouvait pas se déplacer avec sa jambe à nouveau brisée. Setsume, Megumi, Genji, Natsu et Kahoru étaient eux inconscients et pourtant ne glissaient pas de leurs assiettes. C’était Iuchi, un ninja de la Bunke que Neji ne connaissait que de vue jusqu’alors, qui avait invoqué ces très utiles alliés. Malgré leur indéniable secours, Neji ne pouvait s’empêcher de les trouver étranges : l’un avait une crinière de plumes, un autre des cornes torsadées en lieu et place des oreilles, quand un troisième arborait une troisième jambe antérieure au milieu du poitrail; qu'un quatrième possédait un troisième œil et qu’un cinquième était recouvert d’écailles. Le dernier était le plus étrange puisque sa tête était celle d’un oiseau de proie et que sa moitié postérieure était, elle, semblable à celle d’un félin. En plus de cela ces chevaux ninja ne laissaient pas d’empreintes visibles. C’était une chance et avec le groupe d’effaceurs qui les suivait ils avaient une chance d’échapper à la poursuite.

Neji reporta son attention sur cette Shosuro qui les guidait. Cette femme était encore plus étrange, et pas uniquement par sa cécité qui ne l’empêchait pas de se mouvoir sans problème. Son attitude était vraiment atypique et il avait entendu plusieurs des membres plus âgés du clan murmurer à son sujet. Il avait ainsi appris qu’elle avait défait son oncle Hiashi et avait été élève de l’ermite Jiraya. Il avait aussi appris qu’elle avait glissé dans une spirale infernale et dans la folie alors que lui-même n’était tout juste qu’un bambin. Même avec toute la foi qu’il portait au jugement de Hinata, il ne pouvait s’empêcher de nourrir de sérieux doutes sur elle... Mais la solution que proposait sa cousine était sans doute la plus adéquate. En tout cas, ni lui ni personne n’en avait trouvé d’autre si ce n’était combattre, dans un héroïque mais vain dernier carré. Même les Nara père et fils avaient l’air d’approuver la décision de sa cousine.

Gai-sensei s’était porté au côté de Shosuro et faisait mine de vouloir lui parler. Après avoir vérifié que le précieux parchemin qu’il portait glissé dans sa ceinture était bien en place, Neji donna une impulsion plus forte sur une branche et se propulsa derrière Hinata qui les suivait non loin et semblait aussi vouloir les écouter.

" - Ainsi, entama Gai à brule pourpoint vous êtes la rival dont Jin-sensei m’a tant parlé ?
- C’est bel et bien moi, même si à l’époque j’étais très différente de maintenant.
- Jin sensei m’a toujours dit que c’était grâce à vous qu’il avait compris l’importance d’un rival pour l’entrainement. C’est comme cela que je suis devenu rival avec Kakashi.
- Tu parles bien de l’élève préféré de Minato-kun ?
- De Yondaime-sama ? Oui.
- Le temps trace décidément de bien étranges courbes...
- Mes élèves Neji et Lee, reprit Gai après un flottement, sont aussi des rivaux. Ca leur a permis de beaucoup progresser... Surtout Lee.
- Celui qui nous suit depuis que nous avons commencé à parler ; c’est ton deuxième élève, Héritier ? "

Gai tourna la tête

" - Oui c’est bien lui Shosuro-san.
- Approche toi donc, Porteur du Passé, interpella Shosuro d’une voix rieuse. Visiblement tu es le dépositaire d’une tradition que j’ai initiée et ce que j’ai à raconter n’a rien de secret. "

Neji n’avait, en entendant la manière dont elle l’avait nommé, pu retenir un geste compulsif en direction de sa ceinture. Il se rapprocha néanmoins d’avantage.

" - Tu te demandes si vous pouvez vous fier à moi n’est ce pas ? "

Neji ne répondit rien, un peu gêné, gêné aussi par Hinata qui le regardait elle aussi, interrogative.

" - Ne t’en fait pas. Moi même je ne connais pas la réponse à cette question. Mais nous allons bientôt le découvrir. "

Il se passa un moment puis Shosuro reprit comme si de rien n’était.

" - Toi aussi tu as rencontré le Kame-senin demanda t-elle à Gai ?
- Oui, c’est de Genbu-sama que je tiens les techniques d’ouverture des trois dernière portes.
- C’est ce que Jin-kun m’avait dit : pour bénéficier de la faveur de trois des dieux gardiens, il faut rencontrer le quatrième... "

Elle renifla l'air brièvement et s’interrompit.

" - Hime-chan, reprit-elle à l’adresse de sa disciple, tu devrais donner l’ordre de s’arrêter. Nous arrivons dans peu de temps au monastère de Cast. "

Hinata fit un geste de la main et la troupe stoppa.

" - Bien, nous allons descendre des arbre et nous diriger tranquillement là bas, Hime-chan, nous devons présenter ta requête à l’abbé Enji et il n'aimera pas voir une troupe entière de ninjas se ruer chez lui."


* * * * *



Neji. Hinata et Shosuro étaient sortis du couvert des arbres et marchaient à présent, suivis par le reste de la troupe, au milieu des champs. En ce début d’hivers, nul ne les cultivait. Le vent soufflait face à eux, apportant des senteurs iodées. Une mouette les survola en caquetant. Pour le moment ils montaient le versant d’une colline qui les empêchait de voir l’horizon.

" - Dis moi Hime-chan, interrogea Shosuro, tu ne m’as pas dit pourquoi tu voulais demander asile à ce monastère. Je croyais que le clan Hyuuga versait une généreuse obole à bien d’autres lieux de culte plus prestigieux, et plus influents auprès de notre Daimyo.
- C’est bien pour cette raison sensei. Nos poursuivants sont forcément au courant. Je fait comme vous même qui avez choisi ce lieu pour ne pas avoir à devoir indirectement votre pain à mon grand-père... Nul ne peut se cacher à l’endroit où on l’attend.
- C’est bien vu Hime-chan. Ah ! Dans quelque pas vous devriez voir le monastère de Cast "

En effet, le trio de tête achevait de gravir le versant de la colline et arrivait à son sommet. Quelques pas plus loin l’océan se découvrit à eux, gris et écumeux. Sur un cap de granit était bâti un haut monastère qui défiait le vent.

" - Voici le monastère de Cast, commenta Shosuro avant d'émettre un petit rire. Plus connu des marins comme amer que comme lieu de dévotion. "

Une dizaine de minutes plus tard,ils s’étaient suffisamment rapprochés de l’édifice pour que Neji puisse le détailler. Le temple était construit en pierre, ce qui était assez inhabituel mais lui permettait sans-doute de résister aux éléments. Les toits étaient ornementés de quelques lions-gardiens de grès rouge. Le temple avait été construit au bord de hautes falaises, falaises qui se prolongeaient sur toute la côte aussi loin que Neji puise voir. La pluie s’abattait sur la mer, au loin, et se rapprochait du monastère de Cast. Sans savoir pourquoi, Neji le vit comme un très mauvais présage.


* * * * *



Quelques heures plus tard, Neji se rafraîchissait le visage au dessus d’un broc d’eau. Shosuro avait tenu à lui faire subir une séance
d’entrainement, juste après qu’elle ait introduit Hinata auprès de l’abbé.

" - On m’avait fait le portrait d’un jeune homme plus éclairé, Porteur du Passé, l’avait-elle tancé lorsqu’il avait émis des réserves. Nul ne va à la bataille avec une arme qu’il n’a pas affutée... "

Devant cette vérité indiscutable, Neji avait cédé. Shosuro était une personne d’un réel talent, il devait bien l’admettre et il était épuisé. Après avoir fini de s’essuyer le visage, il constata que Hinata s’était approchée de lui, un plateau portant deux tasses fumantes et deux onigiri dans les mains. Elle souriait doucement, un peu lasse elle aussi. Neji ne souffla mot et suivit Hinata qui se dirigeait vers un recoin un peu reculé du vaste hall où se tenaient les membres de la troupe. Hinata posa le plateau sur le sol et s’agenouilla sur un des coussins que les moines avaient mis à leur disposition et Neji fit de même. La musique d’un biwa se faisait entendre, c’était Sano qui jouait doucement pendant que les ninjas prenaient pour la plupart du repos, bercés par la musique nostalgique. Sano était de l’équipe d’effaceurs, se souvint Neji. Cela voulait dire que les traces de leur passage avait été soigneusement supprimées et qu’il était en théorie impossible de les pister. Cela leur offrait une relative sécurité. Neji prit la tasse que Hinata lui tendait.

" -Merci Hinata-chan dit il en s’inclinant très légèrement et en marquant sans la moindre ironie le suffixe. "

Cela fit sourire Hinata. Il se passa quelques minutes durant lesquelles ils sirotèrent leur thé au jasmin.

" - Shosuro-sensei ne t’a pas ménagé dirait-on, remarqua Hinata.
- Non. Sans être tout à fait aussi intense que l’entrainement de Gai-sensei, ce n’en est pas loin. C’était très instructif mais... Je ne me sens vraiment pas à l’aise avec les implications de tout cela.
- Ne doute pas Neji-niisan, tu en es plus que digne. Et puis nous devions les séparer, au-cas-où, tu comprends...
- Oui, je suppose, répondit Neji en jetant un regard au parchemin que Hinata portait elle aussi à la ceinture...
- Où est Shosuro-sensei, à propos, demanda Hinata ?
- Elle est restée méditer face à l’océan.
- Bien, commenta sa cousine.
- Comment cela s’est passé avec l’abbé, questionna Neji ?
- La situation est... inconfortable. Les préceptes du monastère enjoignent les moines à nous accorder l’asile, mais l’abbé Enji n’est pas vraiment satisfait de l’affaire, même si je lui ai offert en notre nom des compensations très généreuses, et malgré l’entremise de Shosuro-sensei... Après tout nous faisons parti des forces du village caché sensé les protéger, pas l’inverse. Et je dois avouer que moi non plus, je n’aime pas cela. Si la situation dégénère, nous devrons les laisser. Au moins leur hospitalité nous aura permis de reprendre des forces.
- A ce propos, ne devrais-tu pas te reposer ?
- Cela vaut aussi pour toi, Neji-niisan mais tu as raison. Je voulais simplement parler un peu avec toi.
- Je vais nous chercher des couvertures, affirma Neji en se levant. "


Le hall était calme. Les blessés avaient été emmenés par les moines pour se faire soigner. Visiblement, Shizune était partie avec eux. Bien qu’une bonne moitié des ninjas dormait, plusieurs groupes mêlant Hyugas et ninjas d’autres clans discutaient paisiblement. L’ambiance était sereine, la confiance mutuelle était palpable. Dans un coin, Neji repéra Ino qui minaudait avec Goju, un ninja de son âge avec lequel il s’était souvent entrainé. Choji et son père partageaient un plat de riz à la vapeur avec Hida et Ko, ce dernier portait à présent un emplâtre. Shikaku disputait une partie de shogi contre Iuchi et avait l’air de mener au vu de l’expression du Hyuuga. Neji vit que Tenten s’était assoupie contre une cloison. Sa couverture avait glissé de son épaule. Neji s’approcha et la remit délicatement en place, puis il vit ce qu’il cherchait. Hanabi était un peu en retrait elle aussi, remerciant Asuza qui venait de lui apporter un bol de riz. Quelques pas plus loin, Konohamaru la regardait à la dérobée. Il se tenait contre une cloison, debout sur une jambe, l’autre repliée sous lui, les mains croisées nonchalamment derrière sa tête. Neji s’approcha de lui.

" Tu as eu le temps de te reposer Konohamaru, interrogea Neji ?
- Oui, j’ai du dormir deux heures. Ca me suffit pour le moment Neji-niisan.
- Bien. Il va falloir que je dorme un peu moi aussi. Mais Hinata m’a confié une mission et j’aimerai que tu m’aides.
- Oui, demande toujours répondit Konohamaru, levant un sourcil interrogateur.
- Il faudrait que tu gardes un œil sur Hanabi. On a peu de risque de se faire attaquer, mais il faut rester prudent pour le moment... Et puis j’ai le sentiment que ça ne va pas te poser problème. "

Neji nota la déglutition et le rosissement des joues du jeune garçon avant que celui-ci ne se compose un air détaché.

" - Ouais, répondit il d’un ton trop hautain pour être sincère, je suppose que Naruto-niichan en aurai fait autant.
- Je te remercie Konohamaru. Il serai fier de toi. "

Se détournant en souriant, Neji alla prendre deux couvertures et retourna auprès de Hinata.


* * * * *



Konohamaru était en train de se réchauffer avec un bol de soupe au miso. Il observait Hanabi qui s’était endormie, une ou deux heures auparavant, se questionnant sur ce que lui avait dit Shikamaru la veille. Il la scruta. Elle était plus petite que lui avec les cheveux qui lui arrivaient déjà au milieux des omoplates. Elle était fluette, mais commençait à avoir des débuts de formes. Son visage, au repos, était aussi angélique que celui de sa sœur. Quelles pensées la harcelaient-elle en permanence pour avoir cet air si farouche quand elle était éveillée ?

Hanabi bougea dans son sommeil, puis ouvrit les yeux. Au bout d’une poignée de secondes, elle prit conscience de l’attention que lui portait Konohamaru. Elle lui décocha un regard noir. Konohamaru, pour se faire une contenance, alla chercher un bol de soupe et lui apporta.

" - Merci, lui lança Hanabi laconiquement. "

Le ton se voulait rude mais ne parvenait pas à l’être autant que la jeune-fille semblait le souhaiter.

" - De rien. "


Un moment passa durant lequel Hanabi fixa son bol sans le voir.

" - Tu sais, reprit Hanabi à brûle pourpoint, j’ai failli ne pas aller à l’Académie.
- Ah bon, pourquoi çà ? Tu ne devais pas devenir ninja ?
- Si mais je devais avoir une éducation ‘privée’, comme la plupart des membres de la Soke, une sorte de privilège en tant que famille noble.
- Je ne savais pas çà. Mais, et ta sœur ?
- Cà c’est une histoire de famille un peu compliquée. Enfin, bref, c’est la Godaime qui a obligé tous ceux qui voulaient devenir ninja à s’inscrire à l’Académie, après l’attaque d’Orochimaru et… les pertes que... "

Elle s’interrompit, un peu gênée.

"- Non, çà va je t’assure, la rassura Konohamaru, grand père a eu la fin qu’il aurait voulu, j’ai mis longtemps à l’accepter mais maintenant c’est fait… Cà ne me gène pas que tu en parles. Continue. Pourquoi Tsunade-sama a t-elle insisté pour que tout le monde aille à l’Académie ?
- Elle disait qu’étant donné le fait que les genins sortis de l’Académie allaient devoir assumer plus tôt des missions de rang C au moins, il était impératif que tous puissent adopter une stratégie commune afin de se mettre en équipe efficacement. Je pense qu’elle avait tout à fait raison… Et puis je dois bien avouer que j’étais contente de sortir de chez moi... "

Un mouvement à l’autre bout de la pièce attira son attention. Shosuro et un moine étaient venus chercher Hinata et Neji. Le moine les invitaient vraisemblablement à entrer dans le temple.
Hanabi se leva d’un bond.

" - Qu’est ce que tu fais ?
- Je cherche à en savoir un peu plus sur ce qui se passe. Ca ne t’intéresse pas toi ?
- Si, bien sur...
- Alors suis moi. Aie l’air naturel et fait comme si on t’avait invité... Ca marche presque à tous les coups. "

Konohamaru et Hanabi suivirent leurs ainés, pressant le pas pour les rejoindre. Arrivée derrière eux, Hanabi adopta une démarche altière, relevant le menton avec morgue. Konohamaru adopta une démarche trainante et croisa machinalement ses mains derrière sa tête, jusqu’à ce que Hanabi fronce les sourcils à son encontre après quoi il eut l’intelligence d’imiter l’attitude de calme vigilance de Neji. Hinata remarqua alors sa sœur mais au lieu de lui faire une remarque, elle lui décocha un petit sourire attendri en apercevant Konohamaru à ses côtés.

La salle dans laquelle on les fit pénétrer était une salle de prière. Un moine très âgé attendait, assis en tailleur, sur une estrade. Trois coussins étaient placés à deux mètres de lui en contrebas. D’autre moines attendaient, agenouillés le long des murs, sur les côté de la pièce. L’un d’eux se leva et, sans un mot, apporta deux coussins supplémentaires avant de retourner à sa place.

Les shinobis s’installèrent.

" - Hyuuga-san, entama l’abbé sans ambages, je vous ai laissé du temps pour vous reposer et pour panser les blessures de vos hommes. Mais, il faut à présent que nous parlions de votre présence ici, qui risque de mettre en péril la vie de mes moines. Dites nous donc pourquoi vous être ainsi pourchassés, et qui plus est par les troupes de votre propre Kage, serviteur officiel du Daimyo de ce pays et nommé par lui ? Nous sommes des moines et sommes théoriquement neutres en politique, mais en réalité, nous opposer à la volonté du seigneur de ce pays ne peut que nous apporter des ennuis.
- En réalité, répondit Hinata, nous sommes dans cette situation du fait de notre allégeance au Daimyo.
- Expliquez vous. "

Hinata se tus un instant, ferma les yeux et reprit.

" - Comme vous le savez peut-être, le clan Hyuuga était autrefois un clan de samouraïs, nous avons gardé de nombreux stigmates de ce passé dans notre organisation. Un grand nombre de ces samouraïs furent les disciple du Rykoudou et cela transforma petit à petit le clan en un clan de ninjas. A la création des villages cachés nous étions encore au service direct du Daimyo du pays du feu. C’est lorsque le Nindaime a donné le rôle de police au clan Uchiha, dont le Daimyo de l’époque se méfiait à cause de la réputation de Madara Uchiha, que les Hyuuga ont reçu l’ordre de s’installer à Konoha pour créer un contrepouvoir éventuel. En échange de cela le patriarche des Hyuuga obtint l’anoblissement par son mariage avec la fille du Daimyo. C’est pourquoi nous sommes aujourd’hui considérés comme un clan noble. Cet arrangement est devenu une tradition et c’est pour cela que ma mère est la nièce de l’actuel Daimyo... Mais ce n’est pas tout. Père m’a expliqué cela quand je lui ai demandé pourquoi le Hokage pourrait vouloir nous attaquer : en plus de constituer un contrepouvoir aux Uchihas, le clan devait jurer fidélité au village et surveiller le Hokage afin de s’assurer qu’il ne puisse pas trahir le Daimyo.
- C’est donc pour cela, intervint Shosuro, que Hantei-sama m’a condamnée... En jurant directement fidélité à Minato-kun, j’ai rompu cette position du clan.
- Oui, sans-doute, Shosuro-sensei. Peut être que le Rokudaime est simplement paranoïaque à notre endroit ou peut être prépare t-il véritablement un coup d’état contre le Daimyo...
- Mais Hinata-neechan, intervint Hanabi, pourquoi avons nous fui plutôt que de faire notre devoir en restant pour combattre ?
- Père est parti pour accomplir ce devoir, m’a t-il dit. Il voulait le faire seul. Il m’a laissé la charge du clan.
- Mais nous allons passer pour des lâches !
- Hanabi-chan, riposta Hinata avec une légère pointe d’agressivité très inusuelle dans la voix ! As tu vu l’état du village ? A t-on besoin d’autres combats alors que la reconstruction commence à peine ? Nous nous sommes battu contre Pain. Tsunade-sama et Naruto-kun ont mis leurs vies en jeu pour sauver Konoha. Naruto-kun est parti pour venir en aide à son ami. Je ne veux pas qu’il rentre pour trouver le village en proie à la guerre civile, tout ça parce que je n’aurai pas voulu perdre la face. Ce qui devra être fait le sera, mais je ne compte pas gaspiller des vies en affrontant Danzo selon ses propres termes ! Nous combattons toujours, nous ne nous sommes pas rendus. La fuite fait simplement partie du combat "

Le silence était tombé sur la pièce. Hanabi baissa la tête, Neji se redressa en inspirant, Shosuro afficha un petit sourire. L’abbé Enji faisait néanmoins la moue.

" - Cela est bel et bon, Hyuuga-hime, dit-il,mais... "

Il fut interrompu par des bruits de pas précipités. La porte coulissa violemment, révélant le visage alarmé de Hida.

" -Hinata-sama, s’exclama t-il ! Ils nous ont retrouvés ! "

Hinata, Hanabi, Shosuro, Neji et Konohamaru se précipitèrent à l’extérieur, jusqu’à la porte de la cour. Tous les Hyuuga étaient à présent éveillés, leurs byakugans activés, serrant les poings ou aboyant des expressions de colère et d’indignation. Un groupe de ninjas était visible à plusieurs centaines de mètres. L’un d’entre eux se rapprochait. Konohamaru avait vu Hanabi activer, elle aussi, son byakugan. Presque aussitôt elle eut un mouvement de recul apeuré, plaquant les mains devant sa bouche pour étouffer un cri de surprise angoissé.

" - Père, s’exclama t-elle ! "

Une larme coulait sur sa joue.


Dernière édition par aldebaran le Mer 17 Juil 2013, 4:28 am; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum