Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Et si...
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Dim 18 Aoû 2013, 8:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 60
Diversion



Cette seconde d’inattention offerte par Itachi fut suffisante à Minato pour jeter sa cape en feu, avant que la chaleur des flammes ne le recouvre.

Tout se passa alors en un instant.

Brûlant dans la nuit, la cape lancée dans les airs illumina le visage déterminé de Minato, qu’Itachi vit au dernier moment envoyer un kunaï droit sur lui.

Et il prépara un Rasengan.

La vitesse des lancers de Minato était exceptionnelle, et Itachi failli se faire prendre de vitesse. Le kunaï visait sa tête, aussi Itachi dû se baisser.
Mais il était évident qu’esquiver un kunaï du Yondaime ne suffisait pas. Il ne pourrait pas s’en éloigner suffisamment pour être hors de portée en cas d’apparition. Et il était évident que Minato allait profiter de son lancer pour utiliser l’Hiraishin.

Cette fois-ci, Itachi ferait mieux. Il n’allait pas lui faire une éraflure, ou lui brûler sa cape. Ces attaques étaient insuffisantes pour l’Eclair Jaune.
Il allait utiliser ses dernières réserves de Chakra pour lancer un second Tsukuyomi.
Car Minato, s’il voulait le toucher, serait obligé de le regarder ; ou alors son attaque serait inutile et dangereuse, car Itachi pourrait l’atteindre en premier.

Et soudain, il le vit.
Et il comprit.

Dans l’ombre du kunaï, sous la lumière des flammes de la cape en feu qui illuminait le combat, un deuxième kunaï était également présent.

« Un deuxième kunaï caché dans l'ombre du premier... »

C’était trop tard.
Minato apparut, et Itachi ne put qu’encaisser la puissance du Rasengan en pleine poitrine.
Le clan Uchiwa lança une exclamation de joie. Danzô avait la mine sombre.
Minato cru voir un sourire sur le visage d’Itachi, tandis qu’il allait s’écrouler contre cette même antenne sur laquelle il s’était tenu fièrement face au Yondaime, quelques instants auparavant.

Tsunade avait les yeux grand ouverts.

« Ce Minato... C’est vraiment quelqu’un... »

Ses yeux retombèrent sur le jeune Naruto, inconscient, aux côtés d’Hinata.

« Jiraya... Que dirais-tu, en voyant cela ? »

Mikoto sourit au vieux Sarutobi. L’homme masqué lança à nouveau des Shuriken, auxquels il mêla un gigantesque Katon.
Enma reprit la forme d’un bâton simple, tandis qu’Hiruzen effectuait une série de mudras.

SUITON – SUIRYÛDAN NO JUTSU

Un dragon aqueux se forma.

« Ce ne sera pas suffisant, remarqua Hiruzen en comparant la taille de son modeste dragon – créé sans source d’eau – au Katon gigantesque de l’homme masqué. »

DOTON – DORYÛHEKI

Un mur de terre se forma juste devant Mikoto et lui.

Mais l’homme masqué avait profité de ce Jutsu pour se rapprocher du Sandaime.

– Tu ne m’intéresses pas, vieil homme, dit-il, tendant sa main.

Mikoto comprit soudain qu’il ne fallait surtout pas qu’il le touche, et Hiruzen venait de s’épuiser avec son enchaînement de Jutsu.
Elle s’empara d’un des Shuriken en plein vol, en prenant soin de ne pas toucher sa partie recouverte de flammes noires, et le lança droit sur l’homme masqué.

Celui-ci n’eut qu’à se baisser pour esquiver.

– De pire en pire. Tu t’affaiblis déjà ?

Mais Mikoto avait profité de ce lancer pour placer, sur ce Shuriken, Enma, sous sa forme de bâton, dont Hiruzen s’empara pour se propulser en arrière en le faisant grandir.

Le chef ANBU observait la scène depuis les toits des bâtiments, entouré de toute sa troupe.

– Devons-nous intervenir ? demanda l’un d’eux à son adresse.
– Non... Nous serions une gêne. Restons en retrait, ouvrons l’œil et, à la moindre ouverture, nous saisirons notre chance.
– In-incroyable...
murmura l’un des ANBU, voyant Mikoto et Hiruzen s’entre-aider et redoubler d’agilité face aux pluies de Shuriken géants lancés par l’homme masqué, ainsi qu’au feu devenu omni-présent, le tout entouré de flammes noires.

Le chef ANBU savait très bien ce qui le fascinait tant dans ce combat.
Une femme et un vieillard se battaient côte à côte en effectuant de telles prouesses qu’aucun de ses hommes n’oserait même s’approcher.
C’était une belle leçon d’humilité.

Mais le surprenant, pour lui, était surtout de voir Mikoto Uchiwa – ex-Joonin de Konoha devenue civile – se battre d’égal à égal aux côté de l’Hokage du village.

« Elle est encore plus forte que la dernière fois... »

Alors que tout le monde – y compris Minato lui-même – le voyait gagnant, Itachi venait de se transformer en corbeaux qui se dispersèrent bruyamment et disparurent.

Il y eut un gros silence.
Minato était le premier surpris.

« Un clone... ! »

Mais quand avait-il pu faire un clone ?
Les capacités sensorielles de Minato n’étaient pas infaillibles, et Itachi aurait sans doute pu le tromper en combat singulier... Mais pas sous les yeux de tout le clan Uchiwa !
Ils étaient partout autour, Sharingan activés. C’était tout bonnement impossible d’échapper à toutes ces pupilles.

Minato comprit soudain, et une goutte de sueur froide coula de son front.
C’était un clone depuis le début.

Il regarda Tsunade.
Que faisait-elle ici ? Pourquoi n’était-elle pas à l’hôpital ?

Tout s’expliquait dans sa tête à toute vitesse.

Le massacre Uchiwa...

« Ce n’était qu’une diversion... »

Sarutobi fut soudain prit dans un puissant Genjutsu de l’homme masqué.

« Alors c’est ça, s’horrifia Hiruzen, la pleine puissance des pupilles Uchiwa... »

Mikoto tapa du pied dans le bâton qu’il tenait en main, provoquant un cri de douleur de Enma tandis qu’il s’écroulait sur Hiruzen, le réveillant du Genjutsu.
Mais l’homme masqué avait profité de cette ouverture pour envoyer un nouveau Shuriken, presque intégralement recouvert de flammes noires.

Mikoto, Sharingan activés, pu suivre la direction de l’arme, qui fonçait droit sur le Sandaime.

« Il n’esquivera pas... pensa avec horreur le chef ANBU, sortant un kunaï de sa sacoche. Et son invocation est par terre... »

Il lança le kunaï en l’air.

Minato disparut du quartier Uchiwa, et réapparut au niveau du kunaï, provoquant des expressions de surprise chez les troupes ANBU.

Mais c’était trop tard.
Le shuriken se planta, faisant gicler du sang.

Mais ce n’était pas dans Hiruzen qu’il s’était planté, mais dans le dos de Mikoto.
L'Uchiwa avait fait barrière de son corps, protégeant le vieil Hokage d’une attaque qui lui aurait été mortelle.

– MIKOTO ! hurla Minato.
– Et maintenant... murmura Mikoto à Sarutobi. L’offensive...

Elle semblait encore consciente. Grâce aux capacités de son Sharingan, elle avait pu se faire toucher par la seule zone du Shuriken non recouverte par les flammes noires.

– On va lui montrer... On va lui montrer qu’on n’a pas besoin de lui...

Et Hiruzen se releva, bâton en main, tandis que Minato se téléportait au niveau de Mikoto, lui extrayant le shuriken en le téléportant ailleurs.

Mais déjà Hiruzen envoyait l’offensive avec Enma.
L’homme masqué ricana.
Mikoto aussi.

Comme c'était à prévoir, le bâton traversa le corps de l’homme, comme si celui-ci était immatériel.
Mais soudain, à la surprise générale, toute la partie de son corps que le bâton aurait dû frapper fut recouverte de flammes noires.

« Qu’est-ce que... »

Mikoto lui lança un regard empli de haine.
Elle se releva tant bien que mal, tandis qu’Hiruzen envoyait des séries de puissants coups que l’homme masqué n’eut pas la folie de laisser traverser son corps, et qu’il dû encaisser tant bien que mal.

– Je le savais... murmura-t-elle, crachant du sang. Ces Shuriken venaient bien de quelque part...

Minato lui-même était incapable de comprendre ce qu’il se passait.

– Mes flammes noires ne s’éteignent qu’après sept jours et sept nuits... Je vous ai forcé à absorber l’un de mes Shuriken recouvert de flammes noires. Et il semblerait que ces flammes aient tout consumé... à l’endroit où vous les avez envoyées.

Elle éclata d’un rire franchement sadique tandis que l’homme masqué se consumait sous ses yeux.

– Madara Uchiwa, hein ? dit-elle avec mépris. J’attendais bien mieux du rival du Shodaime Hokage...

Une équipe de scellement fit disparaître les flammes noires entourant la scène.
Et l’homme masqué disparut.

« Devoir utiliser Izanagi... pensa-t-il alors, caché derrière une habitation. »

Mais il avait été repéré.

Il s’enfuit.

Mikoto attrapa le bras de Minato, tandis que celui-ci s’apprêtait à rejoindre l’hôpital.

– Tu... auras... besoin... de moi...

Il fallait absolument un Chakra Uchiwa pour que l’encre ait une utilité.
Elle cracha du sang, puis sourit à son ami.

– Retrouvons Kushina...

Et ils disparurent tous deux pour revenir à l’hôpital.

Mais quelque chose clochait. Mikoto se tourna vers Minato, tandis que celui-ci fonçait droit jusqu’à la chambre de Kushina.

– Je croyais que tu lui avais apposé un sceau...

Minato ne répondit pas. De toute évidence, ce sceau avait été retiré de Kushina, peut-être à cause du sceau en forme de cercles concentriques, ou pour une autre raison...

Il ouvrit la porte de sa chambre.

– Kushina, la sieste est finie !

Mais Kushina n’était plus dans son lit.
Elle était étendue sur l’épaule d’Itachi, appuyée sur le rebord de la fenêtre.
Mikoto eut une expression de surprise. Minato n’eut pas le temps de décoller son regard. Itachi semblait avoir préparé son Genjutsu à l’avance, attendant qu’ils n’ouvrent la porte.
Il fut prit dans son Genjutsu.

– Itachi... murmura Mikoto. Pourquoi... ?

Elle crut voir une larme couler sur la joue de son fils aîné, avant que celui-ci ne s’enfonce dans la nuit, emportant Kushina.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 24 Aoû 2013, 11:05 am    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 61
Le deal



Minato parvint facilement à s’extraire du Genjutsu d’Itachi, plutôt basique et simplement destiné à le ralentir le temps suffisant pour pouvoir fuir.

Car il était bel et bien trop tard, à présent.
Minato et Mikoto venaient d’affronter deux shinobis de niveau supérieur – peut-être les meilleurs – et malgré cela, ils étaient tous deux là, le cœur vide, tout comme la chambre d’hôpital devant laquelle ils se trouvaient.

Et c’est alors que chacun sentit une main se poser sur son épaule.
Hiashi était entre eux deux.

– Je les ai vus... murmura-t-il. J’ai essayé... Je suis désolé...

Mikoto et Minato se tournèrent vers lui, mais aucun d’eux ne pouvait lui en vouloir d’avoir échoué.

Ils virent soudain, derrière, des corps sur des brancards.
C’était Naruto, Hinata et Tsunade.

– Ne vous inquiétez pas, dit aussitôt Hiruzen, qui venait de les rejoindre. Ils ne sont pas en danger.

Il était suivi de la troupe ANBU.

– Et Madara ? demanda Mikoto, d’une petite voix.
– Il s’est enfui... répondit le chef ANBU.

« Izanagi... pensa Mikoto avec rage. »

– Pensez-vous qu’il s’agissait vraiment de Madara Uchiwa ? Il devrait être mort...

Mikoto regarda le Sandaime, qui semblait bien plus à même de répondre à une telle question.

– Ce n’était pas Madara, dit soudain Hiashi.

Tout le monde se tourna vers lui, avec étonnement.

– C’était Obito... Obito Uchiwa.

Minato ouvrit grand les yeux.

– Impossible !

Mikoto se mit une main sur sa bouche, le visage plein d’horreur et d’étonnement.
Le chef ANBU lui-même ne put cacher son expression de totale incompréhension.

– En es-tu sûr, Hiashi ? demanda Hiruzen, qui paraissait également très perturbé par la nouvelle.
– J’ai vu à travers son masque... Il n’y a pas de doute possible.

Minato et Hiashi passèrent la nuit à l’hôpital.
Mikoto rentra chez elle, malgré son état et l’insistance des ninjas médicaux.

Elle croisa sur son chemin des Uchiwa.
Elle regarda droit devant elle, s’attendant à ce que des tensions naissent.
Oui, elle était la mère du « traitre ». Oui, elle n’était pas là durant le massacre... Mais si une seule personne insinuait quoi que ce fût... Elle n’apprécierait vraiment pas.

Yakumi s’approcha alors d’elle. Elle restait méfiante.
Il la regarda d’un air sérieux. Puis il la laissa passer, et tapa une fois dans ses mains.
Puis une deuxième.
Puis encore une fois.

Non loin, Tekka et Yashiro fixaient également Mikoto.
Celle-ci ne savait que trop bien qu’ils ne l’aimaient pas vraiment.
Et pourtant...

Ils commencèrent également à taper dans leurs mains.

Les autres membres, de part et d’autres de Mikoto, en firent autant.
Sans qu’elle ne s’en rende compte, ils lui avaient fait une haie d’honneur, et tout le clan Uchiwa l’applaudissait.

– Nous avons appris pour votre combat... lui confia Yakumi. Vous avez honoré tout notre clan en vous battant aux côtés de l’Hokage... Et en défendant nos familles.

Il s’approcha d’elle.

– Les rumeurs disent qu’il a failli tuer le Sandaime Hokage... ?
– Les rumeurs vont vite...
répondit Mikoto, qui avait l’esprit ailleurs.

Yakumi comprit qu’elle n’avait pas vraiment la tête à faire la fête.

Tekka s’avança, ses pupilles toujours rouges, des larmes de rage sur ses joues.

– Je vengerai Inabi... murmura-t-il.

Il semblait avoir du mal à parler, mais sa rage était plus forte.

– Vous êtes la plus forte des Uchiwa...

Mikoto lui lança un regard, ne pouvant masquer sa surprise malgré la situation.
Yashiro se mit aux côtés de Tekka.

– Justice doit être faite... et pour cela... Nous avons besoin de vous... à notre tête.

Il y eut un gros silence, empli de respect.
De toute évidence, personne ne semblait trouver ses paroles absurdes.

Mikoto fixa chacun des Uchiwa, mais son esprit était vide.
Au fond d’elle, elle le savait : elle aurait toujours rêvé d’entendre ces paroles.
Mais aujourd’hui, tout lui semblait si insignifiant...

Elle reprit sa route, sans répondre, sous les yeux perçants de son clan.

Elle entra chez elle.
Sasuke l’attendait.
Qu’allait-elle lui dire ?

Mais avant qu’elle eût pu songer à ses paroles, avant même d’ouvrir la bouche, elle vit que Sasuke n’était pas seul.
Danzô se trouvait à ses côtés, appuyé sur sa canne, fixant Mikoto d’un regard pénétrant.

Minato s’était endormi aux côtés de Naruto.
Hiashi fixait Hinata, pensif.

En pleine nuit, le médecin en chef bougea. Il rejoignit la chambre de Naruto, dans laquelle Minato s’était écroulé par terre.

Naruto ouvrit un œil et le vit se baisser pour remettre son père debout.
Mais avant même de finir son geste, l'homme cracha du sang sous les yeux de jeune garçon, et s'écroula en silence, sans doute mort.
Naruto eut tout juste le temps de voir Hiashi, debout, derrière lui, avant de sombrer dans le sommeil.
Ce devait être un mauvais rêve... Ce n’en était pas un.

Mikoto activa ses Mangekyô, yeux grand ouverts.
Elle se fichait des conséquences. Elle allait tuer Danzô, ici et maintenant.

– Calmez-vous... Mère... !
– ... !


Mikoto regarda Sasuke avec étonnement.

– Est-ce...

Il eut un sanglot, mais fronça les sourcils pour masquer ses émotions devant sa mère.

– Est-ce vrai que grand-f... Itachi...

Il semblait extrêmement concentré.

– Est-ce vrai qu’Itachi nous a trahis ?!

Mikoto fut troublée par la question de son fils.
Elle acquiesça d’un signe de tête.

– Et tout le monde dit que...

Soudain, Sasuke vit une goutte de sang tomber du dos de sa mère.

– Mère... !

Sasuke se précipita sur elle, la voyant blessée.
Il ne put cette fois-ci retenir ses larmes tandis que Mikoto posait un genou à terre, exténuée.

– Les rumeurs sont donc vraies... murmura Danzô. Tu t’es battue et tu as failli mourir.

Mikoto fronça les sourcils.

– C’était... Itachi ? demanda Sasuke.

Elle hocha la tête en signe de négation. Sasuke fut rassuré. Danzô sembla comprendre.

– Sasuke, dit-il soudain à l’adresse du jeune garçon. Je vais m’occuper de ta mère. Vas te coucher. Tu devras être en forme, demain.

Mikoto lança un regard noir à Danzô, tandis que Sasuke partait rejoindre sa chambre.
Danzô se rendit alors dans une pièce proche. Mikoto l’entendit fouiller dans une armoire.
Il revint alors avec de la pommade.

Il s’abaissa aux côtés de Mikoto, qui était trop faible pour le repousser, et lui appliqua la pommade.
Soudain, Mikoto fut totalement incapable de bouger. Il venait d’utiliser un sceau d’immobilisation.
Il appuya alors avec vigueur la pommade sur le dos blessé de Mikoto, qui sentit la douleur affoler ses sens.

– Les Uchiwa te portent beaucoup d’estime. Ton exploit n’est pas passé inaperçu... Et au moment même où le clan Uchiwa allait tout perdre, tu as su lui redonner la renommée dont il est si fier.

Il mit encore plus de pression. Mikoto aurait hurlé si elle l’avait pu.

– Ils sont en temps de crise. Il leur faut un meneur... Et ils l’ont trouvé, en toi. Car tu es plus forte que chacun d’eux.

Il s’arrêta dans son mouvement un instant.

– Tu deviendras ce leader.

Mikoto sentit son cœur manquer un battement, puis battre plus vite, comme pour rattraper.
Elle ne savait pas où Danzô voulait en venir, mais une chose était certaine : il y avait toujours une contre-partie.
Et celle-ci ne resta pas secrète bien longtemps.

– Et Sasuke Uchiwa entrera dans la Racine.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Ven 30 Aoû 2013, 10:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 62
Ennemi repéré



Le lendemain matin, lorsque Mikoto ouvrit les yeux, son cœur était terriblement vide.
Elle s’était endormie à l’entrée.
Elle ne voulait pas se lever.

Pourquoi elle ?
Qu’avait-elle fait, pour mériter cela ?

Soudain, elle se souvint de Danzô, et de Sasuke.

« Sasuke... ! »

Elle se leva soudain, oubliant son désespoir pour se diriger à toute vitesse jusqu’à la chambre de Sasuke.
Personne.

Son cœur fit un bond dans sa poitrine.

Il était déjà trop tard...

Elle fondit en larmes.
Il lui avait pris son deuxième fils...

– Mère ! hurla soudain une voix d’enfant.

C’était Sasuke. Il semblait très inquiet pour sa mère.

Mikoto poussa un cri de soulagement et prit son fils dans ses bras.

– Ne me refais plus jamais ça... Sasuke... !

« Tu es tout ce qu’il me reste... »


Sasuke semblait ne pas comprendre.

Mikoto réfléchit à toute vitesse.
Aujourd’hui, Sasuke avait l’académie.
Elle l’y emmènerait. Et elle resterait aux alentours.
Elle surveillerait. Elle ne laisserait aucune occasion à Danzô et ses sbires.

Elle fit manger Sasuke, comme si de rien n’était, comme si c’était une journée normale.
Mais elle remarquait que le jeune garçon n’avait vraiment pas faim. Il semblait très perturbé.
Elle n’y avait même pas fait attention. Sasuke venait de perdre Itachi.
Que savait-il de cette affaire ? Elle n’en savait rien, mais le simple fait d’être séparé de son frère était en soi suffisamment traumatisant.

Elle devrait prendre soin de lui, en plus de le protéger.

Elle pensa soudain à Minato, et l’espoir revint.
Il était toujours là. Et avec elle aux commandes des Uchiwa, elle ne le laisserait pas moisir en prison. Elle pourrait même avoir un poids suffisant pour l’aider.

Et lui, il pourrait l’aider en retour.
Minato est aimé du peuple et redouté, même par Danzô.
Il pourrait l’aider à protéger Sasuke...

« Oui, avec Minato, Danzô ne touchera pas à Sasuke... »

Elle était très tendue en sortant avec Sasuke, mais un petit peu rassurée.
Mais Sasuke paraissait l’être encore davantage.

– Ca ne te dérange pas, qu’on passe par l’hôpital ? demanda Mikoto d’une voix douce.

Sasuke acquiesça, l’esprit ailleurs.

Le jeune Uchiwa et sa mère se rendirent donc jusqu’à l’hôpital de Konoha, sans prêter attention aux regards des villageois sur leur passage.

À peine entrés dans le grand bâtiment, ils sentirent une forte agitation.
Il s’était passé quelque chose.

Mikoto accéléra le pas. Sasuke la suivit.

L’agitation venait justement de la chambre où se trouvait Naruto.

– Comment ce truc blanc est-il arrivé jusqu’ici ?
– Je vous expliquerai...
répondit la voix calme de Hiashi Hyûga.

Mikoto ouvrit la porte à la volée.
Elle vit Hiashi, debout, ainsi que quelques ninjas médicaux.
Minato était réveillé, assis sur le lit de Naruto qui semblait faible, mais excité.

Et par terre gisait un corps blanc.

Mikoto fronça les sourcils.

– Que s’est-il passé ?
– Poussez-vous
, dit alors une voix de femme, et Mikoto se sentit propulsée violemment contre un mur.

C’était Tsunade.
Elle se pencha sur le corps.

– Mort.

Elle fixa chacun d’eux.

– J’exige des explications.

Tout les regards se tournèrent vers Hiashi. Celui-ci échangea un regard avec Minato.

– C’était un espion.

Des membres ANBU étaient également présents. Ils avaient pour rôle de surveiller Minato, dont le Conseil n’avait pas encore décidé le sort.

– Il avait pris l’apparence du chef des ninjas médicaux.

Ils eurent tous une exclamation de surprise, excepté Minato qui semblait également au courant.

– Lorsque j’ai rendu visite à Minato, en prison, celui-ci m’a demandé d’être ses yeux dans le village. Il était évident qu’un espion se trouvait dans le village, un espion qui était au courant de choses que seules quelques personnes étaient censées connaître.

Mikoto comprit ce à quoi il faisait allusion. L’attaque d’Orochimaru ou les connaissances de l’Akatsuki sur le cas de Kushina étaient de parfaites preuves d'une transmission d'informations.

– Tu as donc pu identifier l’imposture grâce à ton Byakugan ? récapitula Tsunade. Mais alors, pourquoi ne pas l’avoir arrêté tout de suite ? Pourquoi avoir attendu jusqu’à maintenant, alors que tu avais dû quitter le village quelques jours plus tôt ?

Hiashi regarda le corps étendu à ses pieds.

– Mes yeux n’étaient en fait pas suffisant. Sa métamorphose n’était pas simple...
– Tu veux dire... qu’il pouvait même tromper le Byakugan ?


Hiashi acquiesça.

– C’est pourquoi, poursuivit-il, j’avais pour rôle de surveiller Minato. L’hypothèse de l’imposteur était sans doute la plus probable. Cependant, pour qu’une métamorphose puisse échapper à l’œil Hyûga, il faut que celle-ci utilise le Chakra de son adversaire.
– En effet, et Hanator le sait bien
, dit soudain Hiruzen, qui venait de faire son apparition. Il l’a appris à ses dépens face au Shodaime Hokage en personne, lorsque nous n'étions encore que des enfants.

Hiashi acquiesça.

– Ainsi, dit Hiashi, un contact est nécessaire entre la personne qui se métamorphose, et celle qui doit se métamorphoser. Mais c’est Shikaku qui nous a donné la pièce manquante au puzzle.

Tous parurent surpris. Mais Mikoto voyait de quoi il parlait : sa dernière rencontre avec Orochimaru.

– Certains... indices laissaient penser qu’Orochimaru et l’Akatsuki n’étaient pas en très bons termes. De toute évidence, Orochimaru n’était pas dans toutes les confidences et l’Akatsuki voulait le tester... Les détails importent peu mais... Pour résumer, Orochimaru souhaitait voir Minato cette nuit, sans savoir qu’il était emprisonné, et l’Akatsuki devait vouloir jouer là-dessus pour tester quelque chose...
– Attends
, l’interrompit Tsunade en fronçant les sourcils. Je me fiche des détails, mais s’il s’agissait d’un imposteur, pourquoi étais-tu dans les confidences ?
– Mikoto et moi possédons tous deux un sceau de Minato sur nous-mêmes. Contrairement au kunaï marqué que nous avons aussi, ce sceau n’est pas un cadeau volontaire mais s’est imposé comme nécessaire durant nos nombreuses missions ensemble. Les sceaux de Minato ne s’effacent jamais, et sont issus de son ADN. De tels sceaux ne peuvent être copiés. Ainsi, Mikoto et moi-même étions les personnes les moins susceptibles d’être des imposteurs.


Ses paroles furent suivies d’un silence.

– Nous avons donc comprit que Minato était clairement une pièce centrale dans leurs plans, et que tôt ou tard l’espion lui rendrait visite. Je surveillais donc chacune de ses visites, Minato m’envoyant un de ses cheveux à chaque fois que quelqu’un venait le voir.

Minato baissa les yeux avec tristesse. Cette méthode, il l’avait utilisée en souvenir de Kushina.

– Et comment faisais-tu, Minato ? s’étonna Hiruzen. Ton pouvoir était...

Mais il sembla soudain comprendre.

– Tu...

Minato acquiesça. Hiruzen paraissait extrêmement surpris, mais les autres semblaient avoir du mal à suivre.

– Bref, lorsque le médecin en chef est venu rendre visite à Minato, il lui a fait une prise de sang. C’est à ce moment là que j’ai décidé de le suivre plus attentivement. Puis, j’ai dû m’éloigner de Konoha. J’ai prévenu Minato. Quelque chose de louche se préparait. Minato était prêt.

Ses paroles furent suivies d’un silence. Mais tous les yeux se posèrent sur Minato, qui savait d’avance ce qui l’attendait.

– Comment t’es-tu échappé, Minato ?

Minato ne répondit rien.

Itachi fit son apparition dans l’un des repères de l’Akatsuki.
Kisame était déjà présent, et regardait avec un sourire amusé Pain réparer Sasori.
Konan, voyant qu’il tenait Kushina, inclina la tête.

– Ta mission a été un succès...

Pain se tourna vers Itachi.

– Bienvenue, Itachi. Te voilà officiellement membre de l’Akatsuki.

Soudain, Sasori sembla particulièrement excité – chose plutôt rare chez lui – en regardant derrière Itachi, au loin, dans la forêt.

– Toi... !

De toute évidence, un membre avait été suivi...

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Dim 22 Sep 2013, 9:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 63
Obscurs desseins



L’orage grondait devant la grotte abritant les membres de l’Akatsuki.
Tous se tournèrent pour regarder l’endroit où le regard de Sasori était fixé.
Un éclair illumina le ciel, dévoilant, parmi les arbres, un individu encapuchonné dans une longue cape noire.

– Où est-il passé ? demanda Konan, lorsque l’obscurité revint.

Il y eut un nouvel éclair. L’individu se trouvait à présent à l’entrée de la grotte.

– Voici donc... l’Akatsuki.

Itachi se tourna vers le nouvel individu.

Celui-ci sembla avoir une sorte de frisson.

– Le Genjutsu d’Itachi... murmura Pain. Le fameux Tsukuyomi.

Il s’approcha de l’homme.

– Ne le tue pas, Itachi. J’aimerais savoir qui il est...

Il s’avança.

– Inutile, murmura l’individu.

Itachi posa un genou à terre.

Pain fronça les sourcils, fixant l’individu d’un regard dont la menace était très claire : d’une seconde à l’autre, il pouvait lui-même s’en charger.
Tous les regards étaient fixés sur eux.

– Je veux parler à votre chef, dit alors l’individu encapuchonné.

Pain fit un nouveau pas en avant.

– Tu l’as devant toi.
– Votre vrai chef...


C’en était trop. Pain leva une main.

– Ton insolence te coûtera la vie, inconnu.

Sa main fut soudain retenue par quelqu’un.

– Je suis là, dit alors l’homme masqué, qui venait d’apparaître aux côtés de Pain.

Les autres membres de l’Akatsuki s’agitèrent. L’incompréhension était totale.

L’homme masqué tenait le bras de Pain. Celui-ci lui jeta un regard.

– J’espère que tu as de bonnes raisons de faire ça, menaça Pain.

Il abaissa son bras.
L’homme masqué s’approcha de l’homme encapuchonné.

– Il serait intéressant que chacun montre son visage pour qu'on y voit plus clair... murmura Kisame d’un ton ironique.

Mais personne ne l’écoutait.
L’homme masqué était paralysé.

« Que se passe-t-il ? s’étonna Kakuzu, préférant rester en retrait. »

– J’espère que le message est passé, dit alors l’homme encapuchonné.
– Oui, c’est très clair.

Et tous deux disparurent. L’un dans une spirale, l’autre instantanément.

– Il en est hors de question ! hurla Mikoto. Minato a sauvé le village à plusieurs reprises.
– Sans lui, le clan Uchiwa aurait été massacré, dit alors Hiashi.

Hiruzen les écoutait tous deux, dans le couloir. Ils s’étaient éloignés pour se tenir à l’écart des autres, et notamment du jeune Naruto.
Le chef des ANBUs s’avança.

– Hokage-Sama, dit-il à l’adresse d’Hiruzen. La peine du Yondaime Hokage n’avait-elle pas pour but de l’éloigner du titre de Kage, le temps qu’il se calme ?

Hiruzen lui lança un regard. Sachant qui était derrière ce masque, il se doutait bien où voulait en venir l’ANBU.

– Le fait est qu’il a montré non seulement qu’il n’avait pas perdu l’esprit en calculant tout son plan depuis le début... mais en plus, il a prouvé qu’il était indispensable pour ce village.

Hiruzen baissa la tête.

– Autrement dit, murmura-t-il. Vous estimez que la peine de Minato doit non seulement s’achever, mais qu’il doit aussi retrouver son titre ?

L’ANBU croisa le regard de Minato.

– Oui, c’est ce que je pense, Hokage-Sama.

Mikoto crut voir l’ombre d’un sourire se dessiner sur le visage du vieil homme.

– Bien. Deux cérémonies se tiendront donc bientôt.

Mikoto lança un regard étonné à Minato.
L’Hokage n’avait pas été très difficile à convaincre. De toute évidence, il ne les avait attirés à l’écart que pour qu’ils lui donnent une bonne raison d’arrêter cela.

– Minato, dit soudain Hiashi. J’aimerais te parler.

Mikoto et Hiruzen se regardèrent.

– OK, ça va, j’ai compris ! dit alors Mikoto en tournant les talons, suivie de l’Hokage.
– Tu peux rester, Mikoto. Tu es également concernée.

Le vieux Sarutobi fronça les sourcils, mais partit.

– Minato, Mikoto... Je sais que votre mémoire est assez trouble, concernant les derniers événements.

Les deux concernés se regardèrent, sans comprendre.

« C’est comme ils le disaient. Leur mémoire a été altérée. Ils ne se rendent même pas compte qu’un passage de leur vie a été scellé. »

– De quoi vous souvenez-vous ? demanda-t-il alors, curieux.

Ils semblaient tous deux aussi troublés par sa question.

– Eh bien... murmura Mikoto. Tu parles de quand, au juste ?
– De la nuit dernière. Tu étais à Kumo, Mikoto. De quoi te souviens-tu ?
– Ah, oui
, répondit aussitôt Mikoto. Eh bien, je me suis battu contre pas mal de monde, cette nuit là... Ils ont sorti l’artillerie lourde et j’ai... j’ai été dépassée...

« Elle donne beaucoup d’importance au combat, remarqua Hiashi. »

– Et puis je me suis réveillée avec vous tous.
– Et c’est tout ?
– Oui, je crois... Enfin, à quelques détails près...
lâcha-t-elle, apparemment un peu gênée.

Hiashi fronça les sourcils.

« C’est comme ils l’avaient dit... Elle ne se souvient plus de rien... »

– Et toi, Minato ?
– J’ai combattu Orochimaru... Euh... Je ne vous l’ai pas dit au fait ?
demanda-t-il face à la réaction de surprise de Mikoto.

Hiashi fronça les sourcils.

« Tu nous l’as dit, en effet, Minato... Mais c’était à Uzushio. »

– Ensuite, poursuivit ce dernier, Sasori des Sables Rouges s’est joint au combat.

Mikoto ouvrit grand les yeux.

– Et j’ai perdu l’avantage.

« Vu la réaction de Mikoto, je ferais mieux de ne pas donner trop de détails du combat... surtout concernant Jiraya-Sensei... »


– J’ai été touché par une aiguille empoisonnée et j’ai perdu connaissance. Je me souviens avoir été secouru... Ce devait être cette femme...
– La femme aux cheveux rouges ?
demanda Mikoto.

Ils se regardèrent et tous deux surent qu’ils pensaient à la même chose, mais personne ne prononça un mot car c’était devenu tabou. Mais cette femme ressemblait énormément à Kushina.

– Oui.

« Je vois... pensa Hiashi, impressionné. L’esprit de Minato a inconsciemment trouvé une explication logique à son trou de mémoire jusqu’à Kumo. »

Il les regarda tous les deux. Minato fronça les sourcils.

– Et toi ? demanda-t-elle alors.
– Je me suis rendu en voyage d’affaires, avec mon père, concernant notre clan.
– Oula, c’est du sérieux !
ironisa Mikoto. Et ce... voyage d’affaires... a-t-il été fructueux ?
– Très. Je tiens à vous l’annoncer en premier... J’ai déjà discuté avec Sandaime-Sama à ce propos...


Minato et Mikoto fixaient Hiashi avec intérêt. Celui-ci semblait tendu.

– Du fait des discordances entre les clans Uchiwa et Hyûga... ainsi que des événements de la nuit passée... Il est évident qu’Uchiwa et Hyûga ne pourront jamais s’entendre complètement. Certains Uchiwa soupçonnent déjà un lien avec l’absence de notre clan.
– Ce ne sera plus plus un problème
, dit alors Mikoto. J'en fais mon affaire...
– De plus, le clan Hyûga a reçu une proposition assez intéressante. J’en ai discuté avec mon père ces dernières heures. Je comprends mieux ses positions.
– De quoi tu parles ?
s’étonna Mikoto. Tu viens de dire que ton père était parti en voyage d’affaires avec toi. Je ne crois pas qu’il soit rentré avec nous...

Hiashi activa ses Byakugan.

– Nous, Hyûga, avons les moyens de communication les plus rapides au monde.

Minato fit un pas vers Hiashi.

– N’y a-t-il pas d’autre solution ?
– Si seulement...
– Konoha a besoin de vous... et nous aussi...
– Rassure-toi, Yondaime Hokage, nous avons déjà conclu un accord avec le Sandaime Hokage. Une somme importante sera versée au Pays du Feu. Et nous resterons liés.
– Je ne parlais pas de ça
, dit Minato. Je ne parlais pas de ce lien. Tu es mon ami, Hiashi.
– Nous nous sommes mis d’accord avec le Sandaime Hokage. J’attendrai trois jours, afin d’avoir l’accord officiel du Daiymo. Et... J’ai cru comprendre que deux nominations importantes auraient lieu. Je ne voudrais pas manquer ça.


Il leur sourit. Mikoto fronça les sourcils.

– Mais pour l’heure, dit-il, je pense aller dormir. Je dois vous avouer qu’entre les événements de la nuit passée, mes discussions avec mon père et les négociations avec le Sandaime Hokage, je n’ai que peu dormi et ai un peu trop utilisé mes nerfs, même pour un Hyûga.
– Attends
, intervint Mikoto. Tu veux quitter Konoha ?!

Hiashi la fixa d’un air soudain redevenu impassible.

– Mais pour aller où ?!
– Je ne peux pas vous le dire. Pardonnez-moi.


« Ils me l’ont interdit... »

Il y eut un puissant éclair.
Le soleil se levait à l’horizon, laissant voir quatre silhouettes approchant du village. Le trio Ino-Shika-Cho, bien qu’affaibli, revenait au village, tous soutenus dans leur marche difficile par un quatrième homme.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 28 Sep 2013, 6:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 64
« Yondaime »



C’était le quatrième jour suivant le coup de force de l’Akatsuki.
Mikoto et Sasuke étaient dehors. La mère et son fils s’entraînaient.
Mikoto gardait ainsi un œil sur lui.

KATON – GOUKAKYUU NO JUTSU

Mais Mikoto avait aisément esquivé l’attaque de Sasuke, et venait de le bloquer par son bras en un déplacement instantané.

– Tu dois être plus réactif. Avec le Sharingan, tu pourras suivre les mouvements de ton adversaire, mais si ton corps ne suit pas tu seras impuissant.
– Je sais déjà ça, Mère
, dit au loin une voix d’enfant.

Ce que tenait Mikoto n’était qu’un simple Bunshin sans consistance. Le vrai Sasuke avait profité du Katon pour créer un clone et s’éloigner jusqu’à côté d’un arbre.

– C’est ce que je dis, Sasuke, répliqua Mikoto.

Sasuke comprit soudain qu’un kunaï était planté dans le tronc, déchirant son pull, et sur lequel une inscription venait de brûler.

« Un kunaï explosif ?! »

Mais trop tard. Le fait que Sasuke soit attaché par ses vêtements le retarda d’une fraction de seconde, et le parchemin brûla jusqu’au bout.

– Boum, dit alors Mikoto.

Sasuke baissa tristement la tête en fronçant les sourcils.

– Ton action était bonne, mais isolée. Tu as trop compté sur une seule tactique, sans prendre en compte la suite, rendant incomplète ta stratégie. Et, quand les capacités de l’adversaire lui permettent de venir à bout de cette stratégie, comme ce fut mon cas, tu es alors pris au piège. De plus, pour cette unique stratégie, tu as utilisé ton meilleur Jutsu d’entrée de jeu, sans même analyser ton adversaire ; c’est très risqué.

Sasuke tremblait de rage.

– Mais tout ça viendra avec l’expérience, l’âge et la maturité, dit alors Mikoto sur un ton beaucoup plus doux.
– Je n’ai pas le temps... Je n’ai pas le temps d’attendre de grandir !

Naruto avait reprit les cours à l’académie. Cela lui permettait de se changer les idées.
Son regard était perdu au dehors.

« Sasuke... Où es-tu ? »

– OH ! Naruto ! Tu m’écoutes ?! s’écria le professeur. J’ai dit qu’il était l’heure d’y aller.
– Hein ? Où ?
demanda le jeune garçon, perdu dans ses pensées.

Ses camarades se regardèrent, surpris. Shikamaru s’approcha.

– Les adultes disent que c’est un grand jour pour le village...
– On va voir ton père !
s’écria Choji. Comment peux-tu ne pas être au courant ?

Ino se mit à pleurer. Sakura la prit dans ses bras et lança un regard noir à Naruto.

Personne ne fut cependant étonné par sa réaction. Son père était encore à l’hôpital, ainsi que ceux de Shikamaru et Choji.
Ils avaient tous trois été ramenés, quatre jours plus tard, par un quatrième homme d’un combat qui aurait pu les tuer, selon Tsunade.

Le quatrième homme leur avait administré quelques soins.

– Vous n’êtes peut-être pas un talentueux Shinobi, avait dit Tsunade, mais vous semblez avoir de bonnes connaissances en médecine... Comment avez-vous fait ?

L’homme, aux longs cheveux touffus, lui avait tendu une plante. Tsunade n’avait jamais vu plante médicinale pareille, elle qui pensait toutes les connaître.

– Qui êtes-vous ?
– Oh, vous savez, je ne suis qu’un ermite qui parcourt le monde.


Elle avait froncé les sourcils.

– Et cette plante ?

Mais Hiruzen s’était avancé, voyant Tsunade devenir un peu trop agressive.

– Etranger, vous avez sauvé trois Joonins parmi les meilleurs du village. Comment pourrions-nous vous remercier ?
– J’aimerais juste un lieu pour loger
, avait aussitôt répondu l’individu.
– Vous voulez dire... Habiter Konoha ?
– Non, mais j’aime bien les forêts alentours. J’aimerais habiter la forêt contenant la plus grande proportion de vie.


Hiruzen et Tsunade s’étaient regardés, surpris.

– Je pense à la forêt au Nord-Est du village, avait alors poursuivit l’individu.
– La forêt de la Mort ?
– Quel nom paradoxal... Oui, c’est bien ça.


Un accord avait vite été trouvé, l’homme ne demandant absolument rien de plus. Il ne souhaitait qu’habiter la forêt.
Et personne ne le revit suite à cet entretien.

Quant au trio Ino-Shika-Cho, la nouvelle de leur état avait fait le tour du village. Certaines rumeurs disaient que Tsunade avait affirmé qu’ils étaient cliniquement morts, mais vivaient toujours, pour une raison obscure. Certains allaient même jusqu’à affirmer qu’ils étaient morts et avaient été ressuscité.

Leurs enfants respectifs, en apprenant la nouvelle, avaient été particulièrement perturbés. Le simple fait de savoir que son père aurait pu, ou dû, mourir, était traumatisant pour la pauvre Ino.

Les enfants arrivèrent sur le toit de la demeure de l’Hokage, où se déroulaient toutes les cérémonies importantes du village.

Hiruzen et Minato se tenaient face à la foule. Un sourire se dessina sur le visage du vieil homme en voyant arriver les jeunes générations.
Minato croisa brièvement le regard de Naruto, mais celui-ci détourna la tête.

Le clan Uchiwa était présent, chacun présentant une tenue noble sur laquelle était représenté l’éventail, symbole de leur clan.
Les Hyûga étaient eux aussi présents, à l’autre extrémité de l’assemblée.

Le Sandaime fit un pas en avant.

– Merci à tous d’être venus si nombreux.

Le silence se fit.

– Aujourd’hui se tiendra une double-cérémonie, très importante pour le village.

« Malheureusement, il manque encore une personne... »

– Nous allons élire officiellement les deux quatrième du nom. L’Hokage et la Chef de la Police de Konoha.


Certains se regardèrent, ne comprenant pas pourquoi Mikoto n’était pas présente.

Danzô fit alors son apparition, regardant le sol, impassible.

Neji et Orochimaru, chacun recouverts d’une cape, avançaient tous deux dans la forêt.

– Allons-nous enfin le voir ? demanda Neji.
– Oui.

L’obscurité due aux arbres était telle que la nuit semblait être tombée.

– M’aidera-t-il ?
– Oui.


Un serpent rampait aux côtés d’Orochimaru, faisant bouger les feuilles mortes qui parsemaient le sol. Ce seul son résonnait en échos, tant les alentours étaient étrangement silencieux.

– Est-il si fort ?
– Oui.


Neji s’arrêta. Orochimaru ralentit, sans se retourner.

– Plus fort que vous ?

Le Sannin s’arrêta.

– Oui.

Soudain, Neji vit qu’ils n’étaient pas seuls. Un homme encapuchonné leur faisait face.
Le jeune Hyûga fut parcouru d’un frisson.

La cérémonie avait commencé.
Minato fut recouvert du chapeau de l’Hokage.

Soudain, arrivant sans prévenir au milieu de la foule, Mikoto et Sasuke se joignirent à la fête.
Sasuke partit rejoindre son clan tandis que Mikoto s’avançait en direction des Hokage.

« Tu ne risqueras rien, au milieu de la foule, Sasuke. »

Mikoto fut à son tour décorée de la tenue officielle du chef de la Police.
Elle était également la quatrième du nom, bien qu’ayant auparavant occupé ce poste de façon officieuse, suite au départ de Fugaku et avant que Shisui, le fils du premier chef de clan, ne soit finalement choisi.
Ainsi redevint-elle Shinobi du village de Konoha.

La cérémonie passa très rapidement, car ni Minato ni Mikoto n’avaient la tête à cela.
L’un comme l’autre, ils ne pensaient qu’à leurs fils respectifs, qui se tenaient au milieu de la foule... Naruto et Sasuke, dont le destin était déjà tracé.


_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Dim 13 Oct 2013, 2:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 65
L’encapuchonné



– Ainsi donc, tu es Neji, dit alors l’encapuchonné. Neji Hyûga, de la Bunke, non marqué. Ton potentiel sera intéressant. Cette forêt sera ton terrain d’entraînement.

Neji regarda Orochimaru.

« Alors c’est lui, le chef ? Il semble fort... »

– Cependant
, poursuivit leur maître, pour l’heure, nous avons un problème à régler. Vous avez été suivis.

Orochimaru le fixa d’un regard paniqué. Neji ne l’avait jamais vu ainsi, et il se doutait bien que ce n’était pas le fait d’être suivi qui l’inquiétait tant.
Ce qui le terrifiait, c’était que l’encapuchonné l’avait remarqué.

– Ce qui est étrange, c’est qu’il ne se montre pas... murmura-t-il, plus pour lui-même.

Orochimaru restait comme tétanisé, comme attendant que l’encapuchonné se décide.

– Je crois savoir... ajouta enfin son maître.

Soudain, Orochimaru s’effondra sur le sol, sous les yeux de Neji.
Celui-ci activa ses Byakugan. Orochimaru n’était pas mort. Il était plongé dans un puissant Genjutsu, si bien que tout son Chakra était complètement perturbé.

Minato eut un sursaut. Mikoto, à ses côtés, comprit.

– C’est l’heure ? demanda soudain Hiruzen, dans leur dos.

Minato acquiesça d’un signe de tête.

– Soyez prudents. Nous comptons sur vous.

Mikoto prit la main de Minato, et tous deux disparurent aussitôt, sous un cri de surprise du village.

– Où sont-ils passés ?
– Que se passe-t-il ?!
– Qu’avaient-ils de prévu ?


Hiruzen leva les mains en l’air pour demander le silence.
Danzô lui-même fronça les sourcils, semblant ne pas plus comprendre que les autres.

– Ecoutez-moi tous... dit alors le Sandaime. Le Yondaime Hokage et la Chef de la Police ont été appelés pour une mission secrète et urgente.

Il y eut un ensemble de murmures dans la foule.

– Cette mission, poursuivit le vieil Hokage, consiste en la capture d’Orochimaru.

Sa remarque fut suivie par un ensemble d’émotions, toutes confondues. Certains exprimaient leur approbation totale et levaient les mains en l’air en signe de victoire ; d’autres, quant à eux, semblaient bien plus terrifiés. Capturer un Sannin n’était pas chose facile et chacun était bien conscient de la menace que représentait Orochimaru, et particulièrement pour le village.

Danzô croisa les mains, fixant son rival d’un regard pensif.

– Soyez rassurés, dit alors Hiruzen face à ces réactions. Il sera en de bonnes mains.

Mais ça ne semblait pas suffisant. Certains, dans la foule, ne comprenaient pas cette soudaine volonté de capturer Orochimaru.
De l’avis général, il était évident qu’Orochimaru devait être tué.

– Tuer est beaucoup plus facile que capturer ! hurla un Chuunin. Et on sait tous que le Yondaime Hokage y parviendrait sans problème.
– Mikoto aussi !
ajouta un Uchiwa. Elle est vraiment forte !
– Et pour nos enfants ?!
s’inquiéta une mère de famille. Quelle idée de capturer un dangereux criminel...

De l’avis général, il était évident que la nouvelle de la capture d’Orochimaru n’enchantait guère le village.
La haine, la peur et l’incompréhension étaient omniprésentes, y compris chez Tsunade, dont les sourcils s’étaient froncés tandis qu’elle regardait Hiruzen d’un air surpris – presque déçu.

Au loin, sur la statue de son grand-père, invisible même aux meilleurs yeux dont l’attention était trop centrée sur l’Hokage, un fauve observait calmement la scène.

– Je comprends vos réactions, répliqua Hiruzen. Nous ne pouvions informer personne.

Hiashi activa ses Byakugan, et crut percevoir le mouvement rapide d’une queue tigrée sur le visage de pierre du Hokage premier du nom.

« Qu’est-ce que... ? »

Mikoto venait d’immobiliser Orochimaru.

– Vas-y, Minato, téléporte-le.
– C’est trop facile...
murmura Minato.
– Tu viens pourtant de dire que tu ne ressentais aucune présence.
– Tu sais aussi bien que moi que les Shinobis peuvent masquer leur présence... Parfois au point de tromper mes capacités sensorielles.
– Ca ne court pas les rues...
– Et un Sannin Nukkenin de rang S, seul et inconscient en pleine forêt ?


Mikoto fronça les sourcils.

– Alors dépêche, amenons-le tout de suite à Konoha avec ta téléportation.
– Non.
– Mais... Minato... Même s’il n’est pas seul...


Minato baissa tristement la tête.

– Le danger pourrait venir de lui-même... L’emmener à Konoha pourrait être une grosse erreur...
– Alors, tu...
– J’abandonne la mission.
– Minato... ! C’est peut-être notre seule chance... Je sais à quoi tu penses... À Kakashi, et à Rin... Tu as peur qu’Orochimaru soit lui aussi un piège...
– Et le père de Kakashi a su abandonner sa mission quand il le fallait !


Mikoto activa ses Sharingan et envoya rageusement un crochet du droit en direction de Minato.
Celui-ci se baissa pour esquiver.

Minato sortit un kunaï qu’il envoya en direction de Mikoto en se relevant. Celle-ci para avec son propre kunaï qu’elle lança droit sur Minato. Le kunaï de Minato fut propulsé au loin tandis que celui de Mikoto fonçait droit sur lui. Il tandis ses mains devant et le fit disparaître au dernier moment.
Le kunaï, lancé à pleine vitesse, réapparut alors au niveau du kunaï marqué de Minato, en plein vol dans la forêt. Il y eut un bruit sourd.

– On l’a eu ? demanda Minato.
– Je crois...

Il fut suivi d’un rictus amusé.

– Votre petit jeu psychologique était pathétique.

Mikoto fronça les sourcils tandis qu’un individu encapuchonné faisant son apparition, le jeune Neji derrière lui.

– Permettez-moi de l’analyser. Sachant qu’un piège se cachait dans la forêt, piège que vous étiez incapables de repérer avec de simples capacités sensorielles... vous avez simulé une dispute pour repérer ce piège sans que celui-ci ne s’en rende compte.

L’individu tourna sa tête encapuchonnée vers le Yondaime.

– Et tandis que tu te baissais, Minato, pour esquiver le coup...

Il tourna à nouveau la tête.

– Tu en as profité pour scruter les environs avec ton Sharingan, Mikoto...

Les deux se regardèrent, surpris.

– Activer le Sharingan pour repérer l’ennemi aurait pu être un signal d’alarme pour lui, le poussant à attaquer et vous mettant dans une situation tout aussi dangereuse. En l’activant pour simuler un combat entre vous, vous lui faîtes baisser sa garde.

Il fit un pas en avant. Minato et Mikoto sortirent chacun un kunaï.

– Il est clair que vous êtes habitués à travailler en équipe... mais votre technique était trop... prévisible, pour moi.

Minato fronça les sourcils.
Cet individu avait l’esprit vif.
Et il semblait autrement plus dangereux que celui qu’ils étaient venus chercher à l’origine...

Orochimaru reprenait d’ailleurs conscience, derrière eux.

– Laissez-moi deviner, reprit l’individu encapuchonné. Vous saviez Orochimaru marqué et attendiez l’instant où son corps serait le plus vulnérable pour le capturer – autrement dit, à son sommeil. Mais si les capacités de l’Hiraishin sont abouties, elles ne sont pas adaptées à un individu dont le sang se rapproche tant des reptiles. Seul un puissant Genjutsu aura été suffisant pour vous déclencher ce signal d’alarme.

Orochimaru s’éloigna en rampant, Neji à sa suite.
Minato était inquiet par la réaction du Sannin.

– Vous ne pouvez gagner.

De toute évidence, le combat ne le faisait pas fuir. Il semblait pourtant réfléchi et connaître – au moins de réputation – ses deux adversaires. Le fait qu’il reste malgré tout aussi confiant était très inquiétant.

Il semblait être le supérieur direct d’Orochimaru.

Minato lança un regard en coin à Mikoto. Il fallait qu’elle reste calme. Leur adversaire n’était pas n’importe qui.

Mikoto regarda également Minato, Sharingan toujours activés. Elle savait qu’il s’inquiétait pour elle. Elle savait que leur adversaire n’était pas à prendre à la légère.
Mais ce qu’elle savait également, c’est que cette fois, elle se battrait aux côtés de Minato.

« Qui que tu sois... Tu es tombé sur le mauvais duo. »

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 19 Oct 2013, 9:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 66
Duo d’élite



Minato arma un kunaï.
Orochimaru fronça les sourcils, caché au loin, à côté de Neji.

– Pourquoi ne pas l’aider ? demanda Neji.

Orochimaru ne répondit pas.
Il n’aimait pas cela, mais devait bien se l’admettre : il ne ferait que le gêner.
Et les conséquences pourraient être très dérangeantes pour lui.
Au mieux, il serait capturé par Konoha...

– Le combat va commencer... se contenta de répondre Orochimaru.

Mais il se trompait, et Minato l’avait bien senti.

D’un coup d’œil, il vit que Mikoto avait activé ses Mangekyô Sharingan.
Elle tentait un Genjutsu d’entrée de jeu ; il en était habitué, car cette stratégie, Mikoto l’utilisait souvent lorsqu’elle se battait à ses côtés, le sachant prêt à assurer ses arrières en cas d’échec.
Le Genjutsu du Mangkyô Sharingan serait d’autant plus redoutable que l’œil utilisé était puissant.

Le Yondaime concentra donc toute son attention sur leur adversaire, comme il le faisait à chaque fois que Mikoto tentait un Genjutsu.
En effet, un Genjutsu entraînait une irrégularité dans la circulation du Chakra, assimilable à un bruit en fréquence, qui donnait l’impression d’une perturbation de la nature du Chakra. Cela permettait donc à Minato de s’assurer du bon fonctionnement du Genjutsu.

Mais ici, il ne se passait rien. Ce n’était même pas que le Chakra de l’individu ne changeait pas ; il n’arrivait purement et simplement pas à le sentir !

« Il est totalement insensible à son Genjutsu ! »

Pourquoi Mikoto n’arrêtait-elle pas ? Experte dans le domaine et bonne tacticienne, elle n’aurait pas fait l’erreur de passer plus de quelques dizièmes de secondes à tenter un Genjutsu sans le moindre succès.

À peine une seconde s’était écoulée mais pour Minato l’explication était évidente, et il l’avait anticipée.
Mikoto s’était fait prendre à son propre jeu.

Malgré sa vitesse, Minato savait qu’il n’aurait pas le temps de réveiller Mikoto si le Genjutsu était trop puissant, ni d’attaquer l’adversaire avant que Mikoto ne soit définitivement hors combat.

Il lança simplement un kunaï à toute vitesse en hauteur.
L’arme refléta l’un des timides rayons de Soleil qui passait à travers la dense végétation, illuminant l’adversaire qui fit un pas en arrière, de toute évidence ébloui, avant de se planter sur une branche en hauteur.

Mikoto sembla soudain reprendre son souffle, comme sortant d’un mauvais rêve.
C’était tout juste. Si Minato n’avait pas anticipé d’utiliser la lumière comme attaque, malgré sa vitesse, il serait trop tard pour elle, tout du moins pour ce combat.

Et quelque chose disait au Yondaime que seul, il ne ferait pas le poids...
Si Orochimaru, l’alter-égo de son Sensei Jiraya, s’était mis à l’écart, ce n’était pas pour rien... Cet individu, bien que dissimulant parfaitement son Chakra, dégageait une aura maléfique.

« Genjutsu inefficace... analysa Mikoto. Et pourtant, ce n’était pas un Genjutsu basique... Minato, ça s’est joué à rien. Malgré mon Mangekyô Sharingan et ta réactivité, j’étais à deux doigts de me faire avoir... »

Elle croisa son regard, et lut dans ses yeux qu’il pensait comme elle.
Ce n’étaient que les premières secondes du combat ; elle avait attaqué lâchement, sans prévenir, et malgré le fait que tous deux étaient considérés comme faisant partie des meilleurs Shinobis du monde, l’ennemi avait déjà failli les écraser.
Ce n’était pas n’importe qui.

– Utiliser le Soleil contre moi... était une bonne idée, reconnut l’individu.

Minato eut soudain une idée.
Il lança un regard à Mikoto.

– Combo Minato-Shisui, lui murmura-t-il en s’éloignant d’un déplacement instantané, lançant immédiatement un nouveau kunaï.

Mikoto comprit juste à temps, se souvenant du récit du combat de Minato et Shisui contre Pain.
Tout comme Shisui l’avait fait, elle utilisa la nature des kunaïs marqués de Minato pour y insérer son élément : l’Enton, aidée par sa vision parfaite des mouvements procurée par le Sharingan pour toucher le kunaï en plein vol.

Le kunaï fila droit sur l’individu à pleine vitesse. Au moindre contact, les flammes noires le consumeraient.

D’un geste dédaigneux, l’individu encapuchonné lança un caillou qu’il tenait dans sa main sur le kunaï.

– Vous m’ennuyez... lâcha-t-il, tandis que le kunaï était totalement dévié de sa trajectoire et que le caillou, à présent consumé par les flammes noires, retombait par terre sur les feuilles mortes.

Mikoto trouvait également l’attaque un peu facile. La stratégie était là, mais peu aboutie pour Minato.

– Cible : Minato ! hurla soudain Minato.

Mikoto ne réfléchit pas. Elle savait ce qu’elle devait faire. Elle avait compris.

ENTON – KOSHUHA

D'innombrables jets de flammes noires foncèrent droit sur Minato, qui plaça ses mains droit devant lui, un kunaï marqué entre elles.

La stratégie était habituelle pour ce duo. Minato utilisait l’offensive de Mikoto pour atteindre l’adversaire par un chemin détourné et beaucoup plus rapide via barrière spatio-temporelle. L’efficacité de l’attaque était ainsi fortement accrue, car à la vitesse décuplée de l’offensive s’ajoutait l’effet de surprise.
C’était presque imparable.

Et, par le biais de l’utilisation de la stratégie de Minato et Shisui, qui avait en elle-même suffit à atteindre ce « Pain », Minato et Mikoto avaient pu suffisamment détourner l’attention de leur adversaire.

L’offensive était parfaite.
Minato avait tout analysé d'après toutes les capacités qu'il avait déjà rencontrées dans ses nombreux combats : il ne voyait aucune esquive possible.
Il restait cependant conscient que l’ennemi pourrait potentiellement encaisser une telle attaque, même s’il n’avait encore jamais vu ça.

Le kunaï marqué qui avait été dévié par le caillou devint ainsi une fontaine à flammes noires. Tourbillonnant dans tous les sens, il propulsa une pluie d’Enton dans tous les sens, tout autour de l’adversaire. Orochimaru entraîna Neji un peu plus en retrait, tant le terrain devenait dangereux.

L’ennemi était piégé. Il était entouré de flammes, au sol et en plein air, et d’autres lui fonçaient droit dessus.
Il serait touché. Il ne pouvait pas esquiver.

« C'est comme esquiver des gouttes de pluie dans une averse... se dit Minato, avec une once d'amusement. À moins d'avoir un parapluie, c'est impossible... Et je serais curieux de connaître ton paraenton... »

Minato lança malgré tout le kunaï qu’il tenait en main droit dans cette nuée de flammes noires.
Mikoto n’en fut pas étonnée : Minato ne sous-estimait jamais un adversaire.

Elle crut croiser, dans l’ombre de la capuche, le regard de l’individu.
Mais c’était trop rapide, si rapide que même son Sharingan ne put vraiment le lire.
Son cœur fit un bond dans sa poitrine : l’individu avait disparu.

Minato eut une terrible frisson, et comprit une fraction de seconde plus tard.
Il tourna aussitôt la tête vers Mikoto. Elle devait avoir lu ses mouvements...
Mais comment... Par où pouvait-il se déplacer, alors même que les flammes l’entouraient, ne laissant pas suffisamment d’espace pour s’échapper ?

Mikoto n’avait rien vu du tout.
Et c’est avec horreur que Minato comprit que l’individu était juste derrière elle.

Il était trop tard. Il ne pourrait pas la sauver à temps.
Elle était à sa portée.
L’individu frappa. Il y eut une puissante onde de choc.
Minato dû se téléporter à plusieurs reprises sur les différents kunaïs qu’il avait marqués pour éviter de prendre l’impact de plein fouet. Orochimaru mit Neji à terre et tous deux restèrent à plat ventre.
Le sol était fissuré et une partie des arbres rasés.
Ce simple coup avait été suffisant pour faire d'importants dégâts...

« Seuls les Jinchuuriki ont une telle puissance... remarqua Orochimaru. »

Minato réapparut non loin.
Mikoto avait encaissé l’attaque de plein fouet...
Aucun humain normal ne pouvait survivre à un tel coup direct...

La fumée dégagée, masquant la scène, se dissipa et Orochimaru se lécha soudain les lèvres.

Minato vit une forme immatérielle entourant Mikoto.

– Bonne défense. Je l’attendais.

L’individu ricana.

– Et belle offensive, ajouta-t-il d’une voix plus forte pour que Minato l’entende. Vous m’avez forcé à être sérieux. Je vous ai sous-estimés...

Minato fronça les sourcils.

– Tu sembles surpris... Je ne pouvais pas me déplacer entre les flammes, et tu en as conclu que j’étais incapable de m’échapper, n’est-ce pas ?

Il ricana à nouveau.

– On oublie parfois vite ses propres capacités pour juger son adversaire, lorsqu’on se croit être le meilleur Shinobi du monde...

Minato comprit soudain.

– Etait-ce... une téléportation ?
– Tu saisis vite...

« Je ne vois pourtant aucun sceau... Se pourrait-il qu'il... »


Minato comprit soudain d’où lui venait ce frisson.
L’individu, en utilisant cette technique, avait de toute évidence dû arrêter de dissimuler son Chakra.

Mais si cette faiblesse était rassurante, rendant ce personnage plus accessible, la découverte de son Chakra fut terrible pour Minato.
C’était un Chakra sombre, comme il n’en avait jamais rencontré auparavant.

Mais ce n’était pas tout...
Et Minato comprit.

« Il en a après Mikoto... ! »

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013, 7:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 67
L’ascension des Ténèbres



L’éclair jaune n’hésita pas, lançant un nouveau kunaï droit sur l’individu. Celui-ci l’attrapa d’une main tandis que Minato se mordait le pouce.

KUCHYOSE NO JUTSU

Le gigantesque crapaud du mont Myoboku, Gamabunta, apparut, non pas au niveau de Minato mais de son kunaï marqué.
Il venait de faire une invocation combinée à l’Hiraishin, générant un double espace spatio-temporel.

Gamabunta se retrouva sur l’individu.

– Hmm... murmura celui-ci, d’un ton un peu moins assuré qu’en début de combat.

Orochimaru se tourna vers Neji.

– Observe bien sa cape. Utilise ton Byakugan.

Neji s’exécuta.

– C’est... du Chakra ?
– Sous sa forme la plus sombre...


Neji fronça les sourcils.

– Ce crapaud géant... n’a aucune chance, pas vrai ?

Orochimaru se lécha les lèvres.

– Va-t-en, sale batracien, murmura l’individu, dont l’agacement était clairement perceptible.

Gamabunta faillit être éjecté mais, curieusement, parvint à rester.

– Qu’est-ce...

Un bras le retenait. Un bras immatériel, de plusieurs mètres de longueur.

– Ce Chakra est très sombre aussi, fit remarquer Neji, tandis qu’Orochimaru se léchait plus que jamais les babines.

Le bras attrapa l’individu, pris par surprise dans son élan pour se débarrasser du crapaud.

– Tu as affaire à la plus puissante des Uchiwa ! hurla Mikoto.
– Susano’o... Alors tu le maîtrises enfin, Miko...

KIIROI RASENGAN


Minato ne lui laissa pas le temps de répondre, se téléportant immédiatement sur son kunaï marqué pour le toucher avant même que l’individu ne puisse réagir.

Il croisa son regard.

– Pourquoi... ? demanda le Yondaime, d’un ton presque suppliant.

Mikoto fronça les sourcils tandis que le puissant Jutsu de Minato rencontrait le manteau de Chakra sombre de leur adversaire.

Neji désactiva son Byakugan et dut détourner la tête pour ne pas être trop ébloui.
Orochimaru fronça les sourcils. Il ne s’attendait pas à voir un tel niveau en face.

Mais, tandis que la lumière s’atténuait et que la silhouette de son maître réapparaissait, son Chakra partiellement anéanti et dans un état apparent assez pitoyable, l’évidence lui sauta aux yeux.
Aussi fort fût-il, son Maître avait perdu. Il n’était plus en état de combattre, et face à lui Minato, bien que faible, semblait toutefois capable de l’achever ; pire, Mikoto était quant à elle au summum de sa force !

L’individu apparut juste devant Orochimaru et Neji. Il était totalement affaibli, et son visage presque visible, à peine caché que par des gouttes de Chakra.
Orochimaru croisa son regard. Ses yeux brillaient.

Il les attrapa et, dans ce qui semblait être un dernier effort surhumain, disparut avec ses deux disciples.

Volant, tel un oiseau dominant le monde, une ombre encapuchonnée avait vu toute la scène.

– Tu as été trop impulsif... murmura-t-elle d’une voix lente, assurée, contrôlée, douce et féminine. Trop sûr de toi... Une erreur de jeunesse...

Elle s’éloigna dans les cieux, semblant marcher avec souplesse sans limite de déplacement.

– J’ai fait cette même erreur, moi aussi, à l’époque...

Elle se rapprocha du sol. Et tandis qu’elle posait le pied sur les dales d’un chemin, une fleur qui avait réussi à forcer la vie dans une fissure fana aussitôt.

– C’est ce qui me valut ma défaite face à ton ancêtre... Face à Madara Uchiwa.

Et elle s’éloigna d’un pas souple, suivant le chemin.

– Minato, murmura Mikoto tandis que Gamabunta disparaissait. On va rentrer... bredouilles, pas vrai ?
– Prends ma main
, se contenta de répondre Minato. Nous avons un village à protéger...

Et ils partirent.

Ils s’attendaient à être très mal reçus par la population, non seulement pour leur départ rapide, mais surtout pour leur échec.
Au lieu de ça, ils furent applaudis.
Certains ninjas, parmi lesquels Kakashi et le Sandaime, étaient cependant perplexes.

Attraper Orochimaru n’aurait pas dû être un problème pour eux.
Il y avait forcément eu des complications.

La nuit tombée, une dernière cérémonie fut organisée par le clan Hyûga. Contrairement à d’habitude, elle était ouverte à tout le village.
C’est avec honneur que Mikoto et son clan s’y rendirent.

Tous les clans y étaient réunis.
Le clan Inuzuka fut le premier à arriver, suivi du clan Aburame.

L’arrivée du Sandaime Hokage provoqua de vives réactions de joie parmi la foule.

Plus tard, dans la soirée, les clans Akimichi, Nara et Yamanaka firent leur apparition avec une agréable surprise : le trio Ino-Shika-Cho. Ils étaient affaiblis mais bien vivants, sortis de l’hôpital.

– Minato, murmura soudain Shikaku à son oreille. Tu sembles affaibli, toi aussi... Je ne pensais pas Orochimaru capable d’un tel exploit...

Minato sut immédiatement que Shikaku en savait plus qu'il ne disait.

– Tu es réputé pour être le meilleur Shinobi du monde. Mais les rumeurs sont peut-être fausses ?

Minato regarda Chôza, occupé à complimenter la gastronomie Hyûga.

– Tu sais, Minato, même les meilleurs peuvent progresser... quand ils ont de bons conseillers.

Inoichi, amusé, retint Chôza, qui semblait capable de ruiner toute la fortune Hyûga en nourriture.

– Ton potentiel... Il est temps de l’optimiser.

La soirée se poursuivit, avec quelques jolies anecdotes comme des duels amicaux, ou des photos souvenir.
Mikoto avait même préparé un discours signifiant, au nom de son clan, toute son amitié au clan Hyûga.

Minato était un peu triste de constater qu’il fallait attendre de perdre quelque chose pour se rendre compte de sa valeur.

La soirée dura finalement toute la nuit. C’était comme si chacun voulait repousser l’heure des adieux.
Et finalement, Hiashi mit fin à la cérémonie.

Une fois le calme revenu et les invités dispersés, il s’approcha de Minato et Mikoto, qui aidaient au rangement.

– Minato, Mikoto... Nous nous reverrons.

Mikoto se jeta dans ses bras. Minato crut voir une larme briller sur l’œil blanc du Hyûga.

– Prenez soin de Konoha. Prenez soin de vous.
– Prends soin de ton clan. Prends soin de toi, mon ami.


Minato et Hiashi se serrèrent solennellement la main.

L’heure des adieux était passée, et Mikoto, les larmes aux yeux, insista pour se rendre ailleurs.
Minato la connaissait bien. Il savait à quel point les adieux étaient difficiles pour elle.

– J’ai besoin de solitude, murmura-t-elle à son oreille.

Il ne comprenait pas pourquoi elle lui disait cela.

– Mais je ne veux pas être seule... ajouta-t-elle.

Elle tendit la main. Minato la lui pris, et tous deux disparurent.

Il choisit de réapparaître sur le visage de pierre le représentant.

– Ça va faire un vide...
– Ce ne sera jamais vide
, répondit Minato. Ce sera juste... différent. On ne peut pas empêcher les choses de changer, mais les vrais amis resteront toujours.
– Tu penses qu’on le reverra ? On ne sait même pas où il va...
– Que te dit ton cœur ?


Mikoto le fixa. Minato savait qu’elle avait cette même sensation que lui ; cette sensation d’avoir vécu quelque chose, comme un rêve oublié.

– Le cœur n’oublie jamais.

Ils s’assirent sur la pierre, le Yondaime Hokage et la Chef de la Police veillant sur ce village qu’ils chérissaient tant.

Ils se regardèrent.
L’expérience qu’ils venaient de vivre se lisait dans leurs yeux, même s’il leur était impossible de l’exprimer d’une quelconque autre manière.

– Minato... dit soudain Mikoto. Je... Je te le promets, je ramènerai Kushina !

Minato lui sourit.

– Je sais. Je ne suis pas seul. J’ai foi en toi, Mikoto.

Elle regarda le ciel. Le soleil se levait à l’horizon, derrière les montagnes.

– Minato... murmura Mikoto. Que dirait-il ?

Minato posa une main sur l’épaule de Mikoto, sur laquelle était visible le symbole des Uchiwa.

– Il serait fier, mais pas étonné... tout comme moi.

Perdue dans ses pensées, Mikoto ne put retenir une larme.

– Je me demande s’il est en vie... S’il va bien... Ce qu’il fait... Où il est...

Minato comprit soudain que Mikoto ne parlait pas de Jiraya, mais d’un homme qu’elle semblait – tout au moins jusqu’ici – avoir définitivement rayé de sa vie.
Un homme que Minato aurait préféré qu’elle oublie...

Il resta silencieux, tandis que Mikoto se mettait à pleurer à chaudes larmes, et tous deux contemplèrent en silence le soleil levant, baignant le village de sa douce chaleur.

– Fugaku... Quelles sont les nouvelles ?

Agenouillé et en piteux état, Fugaku Uchiwa se tenait face à une sorte de trône, sur lequel était assise une silhouette tout aussi encapuchonnée que lui.

– Tout se passe comme prévu, Maître...

Il y eut un léger mouvement à ses côtés. Dans l’ombre, un autre individu encapuchonné semblait également incliné face au trône. Son allure était plus fine, plus féminine.

À peine visible, un oeil de leur maître s’ouvrit, laissant apparaître un iris de grande taille, au motif de spirale.

– Excellent...

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Lun 11 Nov 2013, 9:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 68
Pièges et divisions



– Cinq années se sont écoulées depuis notre dernière rencontre... dit le jeune homme d’un ton froid et impassible.

La pluie tombait sur la forêt longeant une plaine, sur laquelle se trouvaient quatre ANBU de Konoha faisant face à deux membres de l’Akatsuki.

– Hatake Kakashi...
– Uchiwa... Itachi.


Kakashi se tourna vers les autres ANBU.

– Vous tous, ne le regardez pas dans les yeux. Cet homme sera difficile à capturer. Il était chef ANBU à 13 ans...

Les ANBU se regardèrent. Malgré leurs masques, il n’était pas difficile d’imaginer leurs regards terrifiés.

– Cela signifie... qu’il est plus fort que moi.

Il y eut un ricanement.

– Itachi, murmura un deuxième homme, vêtu de sa même cape noire. Il semblerait qu’ils souhaitent ta capture. Je me demande bien qui est à l’origine d’une telle folie...
– Ne les sous-estime pas, Kisame
, répondit Itachi en sortant des shuriken de sa main droite. C’est lui...
– Qui ?
– Moi.


Minato avait piégé Kisame. Ce dernier se trouvait à la merci de son kunaï.

– Incroyable, murmura l’homme-requin. Je ne t’ai même pas vu venir. Pour m’avoir eu aussi rapidement, tu es sûrement le leader du groupe. Tu dois être d’un niveau supérieur à celui du Ninja copieur et des autres...

Kakashi, Sharingan activé, comprit soudain.

« Il est rapide... Sortir les Shuriken n’était qu’un leurre, qui lui a permis de créer un clone pour... »

– Minato-Sensei, attention !


Mais trop tard : Minato prit le kunaï dans le dos.
Les ANBU s’apprêtèrent à attaquer. Kakashi leva un bras pour leur ordonner de ne rien faire.

– Trop lent... murmura Itachi, derrière Minato.

Minato se transforma en branche d'arbre.

« Il avait prévu l’attaque... remarqua Itachi, ses yeux fixés sur le parchemin explosif activé posé sur le bois. »

Kakashi baissa son bras.

« Minato-Sensei est d’un tout autre niveau... Ses capacités sensorielles lui ont permis d’anticiper l’action d’Itachi, à la manière d’un Sharingan... Ce sont ces mêmes atouts qui lui permettent de gérer sa propre vitesse. Aussi rapide soit Itachi, Minato est habitué à la vitesse. Il ne perdra pas sur ce terrain là. »

Itachi fronça les sourcils, et, à la surprise générale – sauf de Minato, caché dans la bordure des arbres – il envoya un violent coup de pied qui propulsa Kisame au loin.
Le parchemin explosa.

« Il a compris qu’il n’aurait pas le temps de se sauver lui-même et Kisame, analysa Minato. Il a fait le choix de sacrifier son clone pour son coéquipier. »

Kisame se releva.

– Merci pour le coup de main, Itachi...
– Le coup de pied...
corrigea ce dernier. Sois plus prudent, ne les sous-estime plus ; cela te coûterait la vie. J’ai dû sacrifier la moitié de mon Chakra pour te sauver.

« Bien joué, Sensei !
pensa Kakashi. »

– Oh, ça va hein, ne me fais pas culpabiliser, marmonna Kisame.

Il lança son épée en l’air et joignit ses mains.

SAMEHADA – ITACHI NO SAISEI

Le cordon de Samehada s’étira.

« C’est mauvais, pensa Kakashi en envoyant une série de kunaïs, il veut lui redonner du Chakra... ! »

Itachi envoya les trois shurikens qu’il tenait toujours dans sa main droite, contrant l’attaque. Le cordon de Samehada s’enroula alors autour de son bras.

– Si j’ai bien compris, reprit Kisame, en plus du Ninja copieur et de cette bande d’incapables, nous combattons l’Eclair Jaune de Konoha. C’est un honneur...

Malgré son ton mielleux, une certaine inquiétude était visible sur son visage quand il croisa le regard froid d’Itachi.

– A-t-il eu le temps de...
– Non
, répondit Itachi, renvoyant d’un geste rapide l’épée à Kisame.

Kisame parut soulagé en rattrapant son épée.
Kakashi comprit l’inquiétude de Kisame. S’il avait été marqué, ce combat aurait pu finir très rapidement pour lui, malgré son premier sauvetage par Itachi. L’intervention d’Itachi, si elle avait échoué dans sa finalité, avait cependant permis d’empêcher une défaite trop rapide de son partenaire.

« C’est mauvais, pensa-t-il alors. Itachi se sait peu adapté à combattre plusieurs adversaires, mais est très efficace contre un adversaire redoutable. À l’inverse, le Nukkenin de Kiri est connu pour sa quantité phénoménale de Chakra. Itachi seul serait rapidement dépassé face au nombre, et Kisame seul serait aisément vaincu avec un adversaire comme Minato ; mais les deux, ils se complètent trop bien... »

Itachi fixait le lieu où se cachait Minato.
Kisame, quant à lui, fixait les ANBU.

Kakashi analysa rapidement la situation, puis conclut sur ce qui lui semblait être le plus efficace.

– Vous, lança-t-il à l’adresse des ANBU, suivez-moi.

Ils se mirent en travers du chemin d’Itachi.

– Nous serons tes adversaires, Itachi.

« Bien vu, Kakashi, pensa Minato, derrière les arbres. Je vais en finir rapidement avec Kisame. »

Il contourna furtivement la zone de combat qui s’annonçait, voyant comme prévu Kisame se mettre en travers du chemin d’Itachi et des autres.
Kisame voulait affronter le groupe. Minato allait l’avoir par surprise.

Il s’apprêtait à attaquer, quand soudain ses sens l’alertèrent.
Itachi était derrière lui, caché dans la forêt.

Celui qu’il voyait, immobile, face au groupe, n’était qu’un Bunshin simple qui, au premier kunaï envoyé par Kakashi, s’étala par terre, sans vie.

« Mince ! s’inquiéta Kakashi. Quand est-ce que... »

Minato fronça les sourcils.

– J’aurais dû le prévoir, murmura ce dernier. Parler avec Kisame et lui renvoyer son épée t’a suffi à attirer notre attention ailleurs. L’épée étant concentrée de Chakra, même mes capacités sensorielles ont été brouillées. Cela vous a permis de vous séparer dans une configuration optimale pour vous. Toi contre moi, Kisame contre le groupe.

Kisame eut un rictus.

– Ton Sharingan manque d’entraînement, ninja copieur ?

Kakashi arma un kunaï. Ils s’étaient fait avoir.
Et Minato et Itachi étaient tous deux bien trop discrets pour qu’ils puissent se séparer et qu’un groupe prenne le temps de les retrouver dans cette forêt.

Il se tourna vers Kisame.

« Et puis, il ne nous laisserait pas faire si facilement... »

Itachi retira le chapeau de paille de l’Akatsuki et le fit tomber sur le sol.
Minato vit un corbeau lui foncer dessus. Il concentra son Chakra et parvint de justesse à arrêter le Shuriken qui lui avait été lancé.

– Jolie bague, reconnut-il. Mais ce type de Genjutsu est trop basique.
– Rassurez-vous, j’ai bien mieux...
murmura Itachi.

Minato fronça les sourcils.
L’un comme l’autre, ils feraient quelque chose de peu commun : ils se battraient à fond.

« Soyez prudents, Kakashi, Tenzô, Yûgao, Tokara... »

Kisame eut un grand sourire.

– C’est moi qui vais devoir me taper cette bande d’incapables ?

Mais malgré cela, il le savait : par leur nombre, ses ennemis étaient plus forts que lui. Kakashi, seul, était déjà suffisant pour lui poser quelques problèmes. Les trois autres ANBU étaient sans aucun doute d’un niveau proche.

« On va écouter les conseils d’Itachi, pour cette fois... »

Kisame effectua une série de sceaux.

– Attention... avertit Yûgao, il est surnommé le Bijuu sans queue !
– Une attaque d’eau
, analysa Kakashi avec son Sharingan. Tenzô, à toi de jouer !

SUITON – BAKUSUI SHOHA


Kisame créa ainsi une gigantesque quantité d’eau, formant un véritable Tsunami tandis que l’un des ANBU s’exécutait.

DOTON – DORYU JOHEKI

Le sol se suréleva sous les pieds des ANBU, de telle sorte qu’ils se retrouvèrent à hauteur du haut de la vague sur laquelle Kisame effectuait un nouveau Jutsu.

SUITON – SUIKÔDAN NO JUTSU

Un requin constitué d’eau fonça droit sur eux.
Mais Kakashi avait anticipé l’attaque avec son Sharingan, et amena les autres ANBU au sol. Ils purent ainsi éviter l’attaque frontale du requin d’eau qui fila au loin.

– Je vois, murmura Kisame. Avec un Sharingan et un utilisateur du Doton, me voilà bien mal tombé...
– Tu n’es pas au bout de tes surprises
, répliqua Kakashi. Les deux autres pourraient être encore plus redoutables, si toutefois tu survis suffisamment longtemps pour les voir à l’œuvre...

« Kakashi...
pensa Yûgao. »

Kisame ricana.

« Voilà de quoi motiver les troupes, se dit Tokara. »

– Que voilà des paroles bien assurées... Vous aussi risquez d’avoir quelques surprises...

Itachi et Minato avaient entendu l’onde de choc des deux techniques. Mais aucun d’eux ne bougea. Leur combat serait différent : le moindre mouvement, jusqu’au plus petit bruissement de feuille, jusqu'à la plus fine goutte de pluie, aurait son importance.

Spoil:

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013, 10:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 69
Orgie






– Devons-nous attaquer ?
– Non, ce serait trop dangereux...
– Tu as peur ? Sale merdeux vas.
– Ils sont forts. Orochimaru-Sama nous a dit de simplement regarder.


Quatre jeunes Shinobis se tenaient à l’affût, à distance, observant le combat des ANBU contre Kisame.

Kisame attaqua avec Samehada. Mais son coup fut automatiquement paré par l’épée de Yûgao, qui l’enchaîna aussitôt avec une telle vitesse et une telle précision que Kakashi voyait clairement son épée passer entre les écailles de Samehada pour trancher Kisame à plusieurs reprises.

Il comprenait pourquoi Minato l’avait choisie pour cette mission : Yûgao était une épéiste assassine. Non seulement elle jouait dans la même cours que son adversaire, mais en plus son arme lui assurait une protection simple et efficace contre la terrible Samehada.

– Ils sont tous nos ennemis ! Pourquoi se priver, bande de cons ?
– Pas si fort, Tayuya...
– À nous quatre, nous pourrions les enfermer dans une immense barrière...
– Et après, on ferait quoi ? T’imagine la taille de la barrière pour enfermer une telle zone de combat ? C’est impossible...


Sous les yeux étonnés des autres ANBU, Yûgao parvint à pousser Kisame dans ses retranchements en simple corps à corps. Celui-ci utilisa l’eau pour se défendre, mais ses arrières furent aussitôt attaqués par un essaim d’insectes tueurs, contrôlés par Tokara.
Kisame fut contraint de s’entourer d’eau totalement.
Kakashi fronça les sourcils, et lança un bref regard à Tenzô, qui comprit.

Des branches sortirent de sous les pieds de Kisame et l’attrapèrent, le bloquant totalement.
Celui-ci poussa une exclamation de rage tandis que Yûgao enfonçait sa lame dans son cœur, sans la moindre hésitation. L’eau qui le recouvrait retomba et les insectes de Tokara le recouvrirent intégralement.

Kakashi s’approcha à son tour.

– Je t’avais prévenu, dit Kakashi.

Il lui trancha simplement la tête avec un kunaï.

Les insectes se dispersèrent tandis que Kisame se transformait en eau.

« Un clone aqueux... ! »

L’un des pieds de Kakashi fut agrippé et entaillé par la puissante machoire de Samehada.

– Je comptais avoir la femme épéiste, mais je suis tombé sur un plus gros morceau encore, lança Kisame, non loin.
– Tu n’es pas le seul à maîtriser les clones élémentaires.

Et soudain, Kakashi se transforma en électricité.
L’énorme lac en mouvement qui s’était créé fut alors le siège de la fureur de la foudre.
Yûgao, qui s’y trouvait, fut aussitôt attrapée par la branche créée par Tenzô afin d’éviter l’électrocution.
Kisame, lui, s’éloigna en glissant mais fut toutefois bien touché par la foudre. Samehada poussa un terrible cri. Kisame avait la respiration haletante.
Il était affaibli. C’en était bientôt fini.

– Ce Sharingan... Depuis le début, tu savais pour mon clone...
– Exact. Je me suis volontairement fait piéger à la place de Yûgao pour t’atteindre. Le Mokuton n’avait pour but que de lui éviter la foudre ; te bloquer n’était qu’une diversion.


Kisame fronça les sourcils, respirant profondément.
Il était bien conscient de ne pas faire le poids. Il était plus fort qu’eux individuellement mais face aux quatre, il était dépassé.

– Bon, j’y vais, lâcha Tayuya.
– Attends, dit alors une nouvelle voix tandis qu’une main se posait sur son épaule.
– Tu es...

« Kimimaro... »

– N’oubliez pas votre mission. Nous observons, c’est tout.


La jeune femme se calma aussitôt.

– C’est devenu trop dangereux, poursuivit Kimimaro en tournant les talons. On s'en va.

Tayuya ouvrit grand les yeux. Elle ne s’attendait pas entendre ces paroles de la bouche de celui qu’elle craignait tant.

Kimimaro s’éloigna, entouré des quatre autres ninjas d’Oto.
Et, tandis qu’ils quittaient la zone de combats, un bruit d'ailes les fit s’interrompre.

Ce qui ressemblait à deux grands oiseaux blancs approchaient, dans les airs. Ils descendirent jusqu’à leur hauteur.

Deux individus les chevauchait..
L’un semblait particulièrement bossu, voire pas humain, le visage dur masqué.
L’autre était, à l’inverse, beaucoup plus élégant et soigné, et fixait les cinq d’Oto d’un regard excité.

– Etes-vous des alliés des Shinobis de Konoha ?

Tayuya fronça les sourcils, semblant hésiter à répondre voire, directement, engager le combat.

« Reste tranquille, Tayuya... pensa Kidômaru. C’est pas le moment... »

Kimimaro fit un pas en avant, se démarquant clairement comme le leader du groupe.

« Il semble sûr de lui, remarqua Jirôbu. »

– Non, répondit simplement le jeune Kaguya.

Sasori poursuivit sa route, passant au milieu du groupe sans même les regarder
Sakon avala sa salive.

« Les ninjas de Konoha vont se faire défoncer... »

L’autre membre de l’Akatsuki restait immobile, fixant Kimimaro qui soutenait son regard avec calme. De toute évidence, l’assurance visible dans les yeux du jeune homme le dérangeait au plus haut point.

– Eh, Sasori, on devrait peut-être les tuer, au cas où... Hmm...
– Nous n’avons pas de temps à perdre
, répondit l’autre de sa voix grave. Viens, Deidara.
– À pied ?
– On approchera plus discrètement.


L’autre resta un instant supplémentaire à défier Kimimaro du regard, puis il rejoignit son partenaire.

– Espérez qu’on ne se revoit pas, hmm... ! lança Deidara derrière lui, d’un ton menaçant.

Tayuya s’apprêtait à répondre, mais Jirôbu plaqua une main devant sa bouche.
Elle le mit au sol et l’insulta copieusement, tandis que Kimimaro fermait les yeux.
Et ils repartirent.

Kisame avait bien compris que créer une gigantesque sphère d’eau serait idiot, face à plusieurs adversaires, et consommerait trop de Chakra.
Le Taïjutsu était une mauvaise idée également : l’épéiste ANBU à elle seule suffisait à être un vrai problème, et avec les autres en soutient il perdrait.
Le Ninjutsu se montrait trop dangereux face à l’utilisateur du Mokuton, d’autant plus que, inévitablement, cela implique également une maîtrise du Doton face auquel le Suiton est faible.
Le Genjutsu serait un vrai danger pour Kisame, dont le niveau n’a jamais été très élevé dans ce domaine et qui faisait en plus face à un utilisateur du Sharingan – et il était le premier à savoir ce que cela impliquait pour en avoir un à ses côtés habituellement.
Techniquement, ils étaient avantagés par le nombre et leur côté stratégique.

« Et ces saletés d’insectes... »

Les insectes ne le lâchaient pas. Kisame ne pouvait même pas se reculer, il était sans arrêt suivi. Son épée était inutile : les insectes s’y agrippaient et la vitesse d’absorption de Chakra des insectes égalait celle que Samehada prenait pour absorber le leur, annulant les effets de l’épée.

– Inutile d’essayer de les noyer, marmonna Tokara en voyant les veines tentatives de Kisame pour s’en débarrasser avec de l’eau. Cela fait longtemps que mes insectes se sont adaptés à l’eau.

Les insectes semblaient totalement insensibles à la présence d’eau. Ils semblaient y nager – ou courir dessus – en recouvrant leur corps de minuscules bulles d’air.

– Mes insectes sont spéciaux. Mais tu ne mérites pas de savoir pourquoi. Sache simplement que dans ton eau, faite à partir de Chakra, mes insectes peuvent respirer sans limite.

Kisame dut se rendre à l’évidence : l’équipe qu’il affrontait était trop adaptée à lui pour qu’il s’agisse d’une coïncidence.

« Konoha... Ils avaient tout prévu... ! »

Soudain, deux gigantesques oiseaux d’argile prirent leur envol depuis la forêt et approchèrent à toute vitesse.

– Admirez mon art ! hurla Deidara en envoyant de l’argile.

Kakashi, Sharingan activés, vit clairement qu’elles étaient pleines de Chakra.

« Merde... »

– Vous tous, éloignez-vous des projectiles !

Sasori rejoignit Kisame en un saut.

– Pardonne-nous pour l’attente... Deidara a trainé.
– C’est son requin aqueux qui a été lent !
hurla Deidara, offensé.

Puis il reporta son regard vers son argile. Il avait atteint ses cibles. Ils étaient tous trop proches. Ils n'auraient pas le temps de s'en éloigner suffisamment.

KATSU

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 23 Nov 2013, 7:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 70
Itachi vs Minato









Les deux hommes n’avaient pas encore échangé un seul coup.
Tous deux cherchaient la faille. Le premier qui frapperait devrait être le dernier.
Minato n’avait eu aucun mal à sortir du Genjutsu basique de la bague d’Itachi. Il devait toutefois prendre en compte cette capacité qui resterait dérangeante face à un tel adversaire, apportant à ce dernier la fraction de seconde d’ouverture pour en finir.

– Itachi... Pourquoi... ?

Le jeune Uchiwa le fixait avec calme.

– Pour mesurer... mes capacités. Ce clan était un frein.

Rageusement, Minato lança un kunaï, qu’Itachi dévia avec un Shuriken.

– Mensonges.
– Le Yondaime Hokage se déplace en personne pour me poser ces questions. J’imagine que le Sandaime n’est même pas au courant ?


L’Eclair jaune fronça les sourcils. Quelque chose le perturbait dans la remarque d’Itachi. Mais il ne revint pas dessus.

– Où est Kushina ? demanda-t-il alors, plantant rageusement un kunaï dans le sol.

Itachi ferma les yeux au moment même où Minato levait pour la première fois ses yeux vers lui. La fraction de seconde d’après, tous deux avaient reprit leur position d’origine.

– Qui sait...
– Ne joue pas à ça, Itachi.


Il fit un nouveau tir, qu’Itachi para.

« Un deuxième kunaï, dans l’ombre du premier ? remarqua-t-il alors. »

Les lancers de Minato étaient extrêmement rapides. Peu de Shinobis étaient capables de ne serait-ce qu’esquiver un kunaï aussi rapide.
Trop tard : il ne pourrait pas contrer cette deuxième attaque avant qu’elle ne soit à sa hauteur. Le kunaï était marqué : Minato pourrait donc y apparaître.

Itachi fit un pas en arrière. Le mouvement était simple, mais suffisant pour esquiver de justesse l’attaque de l’arme grâce à son Sharingan.
Mais esquiver ce kunaï ne serait pas suffisant. Il était trop proche, et Minato apparut au niveau d’Itachi.

« Merde... »

Les bombes de Deidara n’avaient pas explosé. En regardant plus attentivement, elles étaient toutes recouvertes d’insectes.

– Ils absorbent le Chakra... lui dit alors Kisame.
– Saleté d’insectes !
– Ce n’est pas grave
, répliqua Sasori. Ils ont simplement retardé leur fin.

Itachi était prêt. Il envoya un coup faible mais rapide derrière Minato lorsque celui-ci réapparut. Ce fut suffisant pour que Minato perde l’équilibre et qu’Itachi prenne aussitôt l’avantage dans un corps à corps.
Minato disparut et revint sur son kunaï planté dans le sol, et tous deux reprirent leur position d’origine.

– Vous pensiez m’avoir deux fois avec la même technique ? fit Itachi, faisant référence à leur dernier combat, cinq ans plus tôt. C’est grandement sous-estimer un utilisateur du Sharingan.

« Il n’a pas seulement esquivé mon attaque
, remarqua le Yondaime. Il s’est bien placé pour pouvoir me frapper aussitôt, sans force mais en utilisant le fait que mon sceau est en mouvement et que mon équilibre est donc au plus bas à mon apparition. Son mouvement était parfait : il a mis ce qu’il faut de force, sans plus pour n’avoir pas besoin d’armer son coup plus que nécessaire et m’atteindre avant que je ne puisse riposter. Une simple diversion comme un kunaï de l’ombre ne sera pas suffisante... Pas face à un tel adversaire. »

– Itachi
, répliqua Minato. Tu fais face à un Hokage. Rends-toi.

Itachi eut un léger rire.

– Pensez-vous que votre titre suffira à me vaincre ? C’est bien mal me connaître...

Mais Minato savait qu’Itachi avait probablement atteint un niveau supérieur à celui de nombreux Kage. À 13 ans, il était déjà chef ANBU ; son niveau dépassait celui des Joonins de Konoha. Avec l’expérience et la maîtrise du Mangekyô Sharingan des cinq dernières années, il avait sans doute atteint un niveau bien plus grand encore.
Son assurance face à Minato en témoignait.

– Même vous, vous ne pouvez plus me vaincre. Pas avec le pouvoir du Mangekyô Sharingan.

Minato soupira tristement.

– Ta mère...
– Ma mère n’est qu’une faible femme. Elle ne sait rien du potentiel Uchiwa.
– Mais elle en sait suffisamment sur toi.
– Il ne faut pas se fier aux apparences et...
– ... aux idées préconçues
, coupa Minato. Shisui avait raison. C’est valable pour toi aussi, Itachi.

Itachi hocha la tête.

– Vous ne me connaissez pas.
– Et toi, te connais-tu seulement ?


Itachi ne répondit pas.

– Depuis ce jour, ta mère a perdu tout ce qui lui restait. Toi comme ton frère, qui a rejoint la Racine de son plein gré...

Itachi ouvrit grand les yeux, apparemment surpris.
Minato sentit que la nouvelle ne le laissait pas indifférent, aussi froid fût-il jusqu’ici.

– Vous avez toujours été proches, n’est-ce pas ?

Itachi restait muet.

– Depuis cinq ans, personne ne sait ce qu’il est devenu. Ni moi, ni le Sandaime, ni même votre propre mère...

Minato sentait ses yeux humides.
S’il avait regardé Itachi dans les yeux, il se serait rendu compte qu’il n’était pas le seul.

– Il en est de même pour Kushina...
– Kushina est toujours en vie
, murmura alors Itachi.
– Pourquoi devrais-je te croire ?

Soudain, Minato sentit quelque chose de doux sur sa main. Il regarda. C’était un cheveu ; un cheveu rouge.
À en juger par la direction du vent, il venait d’Itachi.
À en juger par son faible éclat en Chakra, il était tombé récemment.
Itachi le lui avait-il envoyé volontairement ? Minato n’aurait su le dire.

Il referma sa main sur tout ce qui lui restait de Kushina, son cœur battant à tout rompre.

– Pourquoi ?

Itachi ne répondit pas.

« S’ils la gardent en vie, se dit Minato, dont le cœur se pinça sur ces simple pensées, c’est que le Kyûbi... »

– Cette mission a pour objectif premier ta capture, Itachi.
– Capturer un Shinobi demande d’être fortement supérieur à lui.
– S’il le faut
, poursuivit alors Minato, dont les yeux fixaient le sol d’un regard dur, je te tuerai.

Itachi ferma les yeux.

– Vous essayerez...

Il sentit une puissante énergie se concentrer. Minato malaxait son Chakra dans sa main droite.

« Le Rasengan... »

– Voici donc le Ninjutsu le plus abouti de l’Eclair Jaune de Konoha
, ironisa Itachi, les yeux toujours fermés. Une simple sphère ; du Chakra à l’état pur, demandant une maîtrise parfaite de son changement de forme. C’est une belle démonstration technique.

Minato sentit un puissant Chakra se concentrer dans les yeux d’Itachi.

– Laissez-moi vous montrer le gouffre qu’il y a entre nous. Vous, le génie de la Troisième Grande Guerre, celui face auquel tout Shinobi avait ordre de fuir... Armé de votre plus redoutable Ninjutsu.

Itachi ouvrit très lentement les yeux. Il vit d’abord les pieds de Minato, dans lesquels le Chakra s’était intensifié, à la manière du Rasengan qu’il tenait dans sa main.

« Il prépare un Shunshin. Ne pouvant apposer de sceau suffisamment proche de moi, sa seule option est de casser la distance par la vitesse. Mais sans téléportation, il sera à la merci de mes yeux. S’il veut être suffisamment précis pour m’atteindre avec sa technique, il devra me regarder. Et s’il veut être suffisamment rapide pour m’empêcher toute esquive, il devra venir en ligne droite ; il ne pourra échapper à mes yeux. »

– Nous allons donc mettre à l’épreuve le Ninjutsu le plus abouti de l’Eclair Jaune de Konoha, face à mon plus puissant Genjutsu : Tsukuyomi.


Les yeux d’Itachi s’ouvrirent davantage. Il vit la tête de Minato se relever.

– Et vous comprendrez alors le gouffre qu’il y a... entre vous et moi.

Le regard de Minato croisa enfin celui d’Itachi au moment même où il partait.

Le Yondaime était lancé. Tsukuyomi également.
Tout se jouerait en une fraction de seconde.
Quel serait le plus rapide ?

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Dim 24 Nov 2013, 8:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 71
L’éclair et le clin d’œil






En un éclair, Minato arriva sur Itachi.
En un clin d’œil, Itachi activa Tsukuyomi.

Minato trébucha.
Itachi avait-il gagné ce concours de vitesse ?

– Vous voilà à présent dans ma dimension.

Il lança un shuriken. Minato voulut fuir, mais ses mouvements étaient trop ralentis. Impuissant, il vit le shuriken s’enfoncer dans son flanc. Il s’écroula.

– Tout ici est sous mon contrôle. L’espace et le temps ; j’en ai la maîtrise absolue.
– C’est faux
, cracha Minato.
– Ah, vraiment ? murmura soudain une voix dans son oreille.

C’était un deuxième Itachi. Il envoya valser Minato sur plusieurs mètres en un coup de pied.

– Vous vouliez Kushina ? Votre mission sera un succès.

Et soudain, Minato la vit. Etendue de tout son long, dans une cellule constituée de ce qui ressemblait à une énergie, Kushina Uzumaki semblait sans vie. Seuls ses cheveux, encore rouges, étaient le témoin de la force de vie de la femme que Minato avait toujours aimée.

Il se rappela ses mots, et sa main se serra sur le cheveu qu’il tenait toujours.

« Minato, se souvint-il, réentendant la voix de celle qu'il aime dans son esprit, tant que mes cheveux seront rouge... Tu seras un homme battu, ttebane ! »

Minato voulait passer cette barrière.
Elle était là, à quelques pas de lui.
Il s’écroula, en larmes. Cela faisait cinq années ; cinq années qu’il ne l’avait plus revue. Et elle revenait, d’un coup, face à lui, tel un éclair foudroyant.

– Pourquoi... demanda alors Minato.

Itachi haussa un sourcil.

– Pourquoi l’appelles-tu... par son nom ?

Itachi baissa les yeux.

– Pourquoi l’as-tu appelée... Kushina ?

Itachi s’approcha.

– Vous n’avez pas besoin de le savoir.

Mais soudain, un troisième Itachi fit son apparition. Il semblait plus jeune, et était présent à l’intérieur de la cellule, à genoux, devant le corps étendue de l’Uzumaki.

Il parlait. Minato n’entendait pas ce qu’il disait.
Il le vit s’essuyer les yeux.

Et tout disparut. Itachi semblait perturbé.
Avait-il vraiment voulu lui montrer ces images ?

Minato fronça les sourcils.
Itachi croisa son regard.

– C’est fini.

Et la souffrance commença. Les secondes s’écoulèrent ; ou peut-être étaient-ce des minutes ou des heures.
Mais Minato était déjà touché, avant même qu’Itachi n’entame sa séance de torture physique.

Itachi semblait de plus en plus faible à mesure que cela se poursuivait.
Etait-ce dû à ce qu’avait vu Minato ?

« Non, son corps s’affaiblit... »

Minato subissait la torture. Il sentait Itachi s’affaiblir, mais ce n’était pas tout.
Le contrôle d’Itachi sur cette dimension n’était pas absolu. Il pouvait réduire le temps, pas le stopper.
Et pour quelqu’un comme l’Eclair Jaune, du temps, il n’en fallait qu’un peu pour effectuer de réelles prouesses.

Soudain, Itachi cracha du sang sur Minato.
Mais ce dernier avait disparu.

« L’Hiraishin No Jutsu... ! »

Sorti de la dimension, Minato avait réussi à se téléporter sur son kunaï.

« Il ne s’est concentré qu’une seule minute pour faire réagir son Chakra dans ma dimension, analysa Itachi, en plein vol. Je me doutais que l’Hiraishin provoquait une perturbation suffisante du Chakra pour échapper au Tsukuyomi, mais le faire aussi vite... Cela dépasse l’entendement ! Cela équivaut à un millième de seconde au réel... »

Si Itachi volait, c’est parce que le Rasengan de Minato avait eu le temps de l’effleurer : le Tsukuyomi n’avait pas empêché Minato de l’atteindre dans la foulée.

« Un millième de seconde... Le temps que met un éclair pour frapper la Terre. »

Il vit le cheveu rouge que Minato tenait dans sa main voler avec lui.

« M... »

Trop tard.
Minato apparut et enfonça un kunaï dans l’abdomen d’Itachi.

– Si tu avais davantage écouté Shisui, murmura Minato, serrant avec force le cheveu de son épouse dans sa main gauche, sa main droite enfonçant davantage la lame dans son adversaire, on n’en serait pas là...
– Au contraire
, répondit Itachi.

Il y eut un croassement, puis une multitude.
Minato ouvrit grand les yeux de surprise tandis qu’Itachi se transformait à nouveau en corvidés.

« Un clone... Quand a-t-il... ? »

Il n’avait pourtant rien senti.
Les corbeaux, en s’envolant, laissèrent voir derrière le vrai Itachi, qui se rattrapait tant bien que mal au sol.
Minato comprit. Itachi avait eu le temps de créer un clone dans les airs, juste après avoir subi les dégâts du Rasengan et juste avant que Minato ne se téléporte sur le cheveu de Kushina.

– Bon timing... fit le Yondaime. Mais tu es affaibli.

Minato mit un genou à terre.

– Vous ne semblez guère mieux, répliqua calmement Itachi en se relevant.

Minato subissait encore les dommages du Tsukuyomi. Il parvint toutefois à se relever pour faire face à l’Uchiwa.

« Mon Rasengan ne l’a qu'effleuré. Ce n’était pas suffisant pour l’empêcher de combattre. »

– Mais je suis impressionné. Je n’aurais jamais cru qu’un non-Uchiwa pourrait résister au Tsukuyomi au point de pouvoir continuer à se battre... Minato... Sensei.


Minato fronça les sourcils.

– Je ne suis plus ton Sensei. Ceci n’est pas un cours particulier, Itachi.
– Alors, battez-vous sérieusement.
– Tu veux toujours mesurer ta force ?


Celui-ci fixa Minato d’un regard fou, malgré ses airs calmes.

– Non, je veux que vous la mesuriez.

Minato fronça les sourcils.

– Comme tu voudras.

Itachi vit que Minato préparait un nouveau Shunshin. Il fronça les sourcils.

« Tsukuyomi est trop dangereux ; j'en ai fait les frais. Mais ça l'est tout autant pour lui. »

Et Minato fonça, tête baissée, sans croiser le regard d'Itachi.
Malgré ses capacités sensorielles, ne pas regarder son adversaire était encore plus dangereux que le fixer car, en plus d'être plus vulnérable aux attaques physiques, l'offensive était bien moins précise.

Itachi, bien que moins rapide, comprit que l'esquive serait facile pour lui, malgré la vitesse fulgurante de son adversaire qui l'empêchait de le voir distinctement avec son Sharingan, exception faite de cette goutte de sang qui tombait par terre, comme au ralenti à côté du déplacement éclair du Yondaime Hokage.

« Une goutte de sang... ?! s'étonna soudain Itachi. »

Minato avait certes été touché par Itachi, mais pas physiquement. Jamais un Tsukuyomi – aussi puissant fût-il – n'avait fait saigné personne.
Il comprit soudain la tactique de Minato, mais il était trop tard.

KUCHYOSE NO JUTSU

Un gigantesque crapaud apparut soudain sur un kunaï lancé par Minato, et sur lequel, au lieu du sceau de l'Hiraishin, était actuellement visible le sceau d'invocation partiellement masqué par une trace de sang. Apparaissant sur un objet en mouvement, le crapaud l'était donc également.

« Sacré Minato... Sans me regarder, il a perdu en précision. Pour y remédier, il a joué sur la taille de son invocation. »

Un seul coup de crapaud géant lancé à pleine vitesse lui serait fatal.

« C'est inesquivable... »

Itachi encaissa la puissance dévastatrice de l'invocation et se retrouva projeté sur plusieurs centaines de mètres, dévastant les arbres sur son passage.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Mer 25 Déc 2013, 11:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 72
Retournement de situation






Tandis qu’il marchait, entouré de ses quatre coéquipiers, Kimimaro s’arrêta brusquement en entendant un bruit sourd.

– Vous tous, dit-il alors, ça vient...

Un arbre fut littéralement déraciné non loin et un corps s’écrasa à une vitesse fulgurante sur le sol, juste à côté d’eux.
C’était Itachi. Il venait d’être projeté avec une force considérable.

À peine eurent-ils le temps de comprendre ce qu’il s’était passé qu’un gigantesque crapaud, en plein bond, obscurcit le soleil devant eux et retomba face au cratère qui s’était créé dans le sol durant la chute de l’Uchiwa.

– Vous devriez partir, leur conseilla Minato, sur le crapaud, sans même les regarder.

Kimimaro vit clairement l’inscription « Yondaime » sur sa cape.

– Ainsi, c’est vous, dit-il alors. Celui que même Orochimaru-Sama n’a pu vaincre.
– Kimimaro
, murmura Jirôbô, je pense qu’on devrait vraiment partir...
– Ce gars là
, fit Sakon, il est trop fort pour nous...
– Souviens-toi ce qu’a vu Neji-Sama...
dit Kidômaru.
– Arrêtez vos conneries, lâcha Tayuya. Me dîtes pas que vous croyez encore à ses histoires de gars encapuchonné !

Minato, toujours dos à eux, tourna la tête. Tayuya se tut.

La fumée se dissipa autour du corps d’Itachi. Un sourire venait d’apparaître sur son visage.
Une cage thoracique immatérielle recouvrait son corps.
Tandis qu’il se relevait, l’énergie recouvrant son corps prit la forme d’un torse gigantesque, armé de quatre bras, d’une épée et d’un bouclier.

Au loin, elle regardait la scène.

« Hum... Intéressant... »

Minato fronça les sourcils.

« Susano’o... »

– Gamabunta...
murmura Itachi. Cela faisait longtemps.
– Tu es... Sale petit bipède juvénile !


Susano’o pointa son épée vers Gamabunta.
Celui-ci esquissa un geste pour parer l’attaque, mais se ravisa au dernier moment et fit un énorme bond en arrière.

Le sol trembla.
Les Cinq du Son s’éloignèrent.

– Gamabunta, que se passe-t-il ?
– Cette épée...
murmura le crapaud en fixant Itachi. C’est Totsuka no Tsurugi...
– Elle existe vraiment... ?
murmura Minato. Il est dit qu’elle peut sceller tout ce qu’elle touche dans une dimension illusoire...
– On dit aussi qu’elle a été forgée à partir du Nunoboko. Ses capacités sont terrifiantes. Ne te fais surtout pas toucher.


Minato fronça les sourcils.

– Attaquons-le à distance. Susano’o est résistant, mais pas invincible. Utilise une attaque Suiton. Je m’occupe du reste.

Sur ces mots, Minato s’accroupit et posa la paume de sa main sur Gamabunta tandis que celui-ci se préparait à cracher de l’eau.
Soudain, en un éclair, un jet d’une puissance fulgurante sortit de la bouche de Gamabunta.
Itachi lui-même, malgré son Sharingan, ne s’attendait pas à une attaque aussi rapide. L’eau, en plus d’être projetée à une vitesse fulgurante, tourbillonnait et se concentrait pour ressembler à une gigantesque pique.
Il n’avait jamais vu de Ninjutsu élémentaire aussi rapide, si bien qu’il eut tout juste le temps de lever son bouclier devant lui.
La puissance de l’impact était telle que l’eau s’évapora à l’impact, dégageant une épaisse fumée.

– Quelle Ninjutsu incroyable, murmura Itachi. Vous avez combiné la puissance du Suiton de votre invocation avec votre propre capacité à manipuler la nature du Chakra, et avez concentré toute cette puissance en un point. Un tel niveau aurait été suffisant pour venir à bout de Susano’o...

Itachi leva son bouclier.

– Mais c’était sans compter sur le miroir de Yata...

Minato fronça les sourcils.

– Impossible... murmura Gamabunta. Où s’est-il procuré ces deux armes légendaires ?
– Peu importe
, répliqua Minato. Ce miroir s’adapte à n’importe quelle nature de Chakra. Aucun Ninjutsu ne fonctionnera.

Il croisa ses mains pour effectuer un mudra caractéristique.

– Je vais le forcer à s’attaquer. Au mieux, je parviendrais à utiliser la dangereuse allonge de l’épée pour le faire s’auto-détruire. Au pire, j’attirerais au moins son attention pour te créer une ouverture.
– Minato, tu sous-estimes Totsuka
, répliqua le crapaud. Oogama Sennin l’a affronté, par le passé... Crois-moi, ton clone ne te sauverait pas. Non seulement tu diviserais ton Chakra mais en plus, si ton clone se faisait toucher, alors le potentiel Chakra qui s’y trouve serait à jamais scellé. Même en récupérant, tu ne dépasserais plus la moitié de ta quantité de Chakra d’origine... Eh, tu m’écoutes ?!

Minato avait déjà créé un clone et tous deux fonçaient droit sur Itachi.

Les trois membres de l’Akatsuki avaient pris le dessus sur les ANBU. Les quatre étaient au sol, vaincus.

– Bon, on les achève ? lança Deidara d’un ton indifférent.
– Non, la priorité est de retrouver Itachi, répondit Kisame, visiblement affaibli. Il affronte un gars un peu plus coriace... Le Yondaime Hokage.
– OK, Deidara, on décolle, on les retrouvera plus facilement d’en haut
, fit Sasori en tournant les talons.
– A... Attendez... murmura Kakashi qui se releva péniblement. Nous... n'avons... pas... fini...

D’innombrables lianes surgirent soudain du sol agrippèrent les pieds des trois membres de l’Akatsuki, tandis que le sol se fissurait.

– Ne sous-estimez pas les Shinobis de Konoha... poursuivit Kakashi tandis que les autres se relevaient à leur tour. Nous ne sommes peut-être pas tous aussi coriaces que vous...

Itachi utilisa Amaterasu, mais Minato, avec ses capacités sensorielles, sentit l’attaque venir et fit un Shunshin qui lui permit de prendre de vitesse même le Sharingan. Les flammes noires vinrent brûler un arbre derrière.

« Je dois faire vite... Gamabunta est en danger. »

Il eut une pensée émue pour Kushina. C'était elle, qui lui avait fait prendre conscience de la responsabilité qui était due aux invocations et qui les distinguait de toute autre arme Shinobi.

Mais trop tard. Itachi avait également compris que le crapaud était une cible facile.
Minato lança un kunaï droit sur Susano’o. L’offensive était beaucoup trop faible pour l’inquiéter outre mesure.

– ... mais nos coéquipiers nous permettent de réaliser des exploits, poursuivit Kakashi. Nos équipes ne sont pas le fruit du hasard...
– En effet
, murmura Tokara tandis que des bourgeons se multipliaient et que le sol se recouvrait totalement de végétation. Mes insectes n’ont eu qu’à utiliser des graines Mokuton pour les féconder, et vous piéger pendant que vous essayiez bêtement de tout péter.

Deidara soupira.

– Vous pensez vraiment qu’avec vos combos ingénieux, vous pouvez ridiculiser mon art ?

Il lança de l’argile.

– Je vais tout péter.
– Je vous le déconseille
, murmura Yugaô qui apparut dans la végétation, renvoyant d’un coup d’épée agile les bombes à son envoyeur.
– De plus, ajouta Tendô, faire exploser le sol accélérera le processus...

Kisame fronça les sourcils et esquiva une attaque directe de Yugaô par un mouvement violent qui lui permit de s’extraire des plantes qui le maintenaient.
Le sol se fissura.

« Qu’est-ce que... pensa Sasori. Un piège ? »

Yugaô les regarda en souriant, la mine fatiguée mais l’excitation visible.

– Vous nous avez fortement sous-estimés.

Le sol s’écroula sous les pieds des membres de l’Akatsuki. Yugaô s’éloigna en quelques bons, sachant où aller pour éviter le gouffre qui se créait.

« Et maintenant, à mon tour, pensa Kakashi. Kisame est le plus affaibli, et Yugaô a attiré son attention... Il sera potentiellement le dernier à pouvoir réagir... Je dois les finir au Katon ! »

Et il prépara un Jutsu en direction du gouffre dans lequel tombaient leurs adversaires.

« Merde, je n’aurai jamais assez de Chakra... »

Itachi lança son attaque sur Gamabunta. Mais, tandis que les flammes noires semblaient se dessiner, le crapaud disparut et réapparut sur le kunaï envoyé par Minato. Le crapaud fit voltiger Susano’o dans les airs, tandis que le Minato à l’origine du lancé de kunaï disparaissait.

Le vrai Minato avait préparé son fameux Kiiroi Rasengan. Il sauta sur Gamabunta pour prendre de l’élan.

« Ce Chakra... Impossible... Si je me fais toucher par ça... pensa Itachi tandis que Minato le rattrapait en l’air et passait sans problème la défense de Susano’o par en dessous. Je suis mort. »

Minato arriva à la hauteur d’Itachi.

Les trois coéquipiers de celui-ci tombèrent dans le gouffre, mais le Katon que leur envoya Kakashi ne fut pas suffisant pour les atteindre.
Le jeune ninja copieur tomba à genoux, au bord du gouffre, tandis que sa vue se troublait. Ses camarades étaient tous à bout également. Des sourires narquois se dessinèrent sur les visages des membres de l’Akatsuki. Ils n’auraient aucun mal ressortir.

Kakashi tenta un ultime Katon, mais ses réserves n’étaient plus suffisantes que pour cracher un mince filet de feu.
Et pourtant...
Sa vision était trouble, mais il aurait juré voir un torrent de flammes recouvrir le gouffre ; des flammes noires...
À bout de forces, il se sentit tomber dans le gouffre, mais une main douce le rattrapa par l’épaule et l’amena en arrière.

– C’est fini, murmura une voix que Kakashi reconnut aussitôt.

Il perdit connaissance tandis que celle qui l’avait sauvé disparaissait. C’était un clone...

Le Jutsu de Minato frôla Itachi, mais une violente attaque de foudre noire les sépara et les deux hommes s’écrasèrent au sol, à bout de forces.
Mikoto Uchiwa se tenait entre eux.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Ven 27 Déc 2013, 8:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 73
Du nouveau






Itachi était étendu au sol, derrière sa mère. Minato était à genoux.

« Cette technique... pensa Itachi. C’est bien plus qu’un simple Rasengan... »

Il essaya de se relever, en vain.

« Grâce à cela, il m’a vaincu. »

Minato regarda Mikoto. Elle semblait se tenir devant Itachi, comme pour le protéger.

– Ecarte-toi, Mikoto...

Elle soutint son regard, déterminée.
À quoi pensait-elle ?

– Mikoto, il est trop dangereux... Il...
– Peu importe la voie qu’il a empruntée
, murmura Mikoto. Il est toujours...

Itachi ouvrit grand les yeux, fixant l’insigne de chef de clan Uchiwa sur la tenue de sa mère.

– ... mon fils.

Minato voyait flou, mais il remarqua clairement que le Mangekyô Sharingan de Mikoto était activé.

– Vas-tu m’attaquer ?
– Seulement si tu m’y obliges... Je suis désolée, Minato.


Minato se releva, le corps tremblant.

– Prends conscience de ce que tu fais...
– Toi aussi... Tu as agi dans l’ombre du Sandaime et de tous, prenant ta petite équipe personnelle d’ex-ANBU pour régler une affaire pers...
– Minato...
coupa Itachi, faisant aussitôt taire Mikoto.

Minato regarda le jeune homme, étendu à terre. Pour la première fois depuis des années, il avait l’impression de retrouver Itachi.
Cet Itachi qu’il avait connu, qu’il avait soutenu, qu’il s’était juré de protéger, comme un fils...

Dans un tourbillon spatio-temporel, Tobi apparut.

– Pourquoi ? murmura Minato.
– Il n’est pas très sage de juger les autres...

Tobi s’abaissa pour s’emparer d’Itachi, tandis que celui-ci fixait Minato d'un regard plus que jamais déterminé.

– ... sur leurs apparences...

Minato eut la vision d’un individu encapuchonné...

– ... et vos idées préconçues...

... et d’une chevelure rousse.

Et ils disparurent, laissant Minato et Mikoto seuls sur ce champ de bataille dévasté.

– Il est totalement affaibli, murmura Tayuya à Kimimaro, tous deux cachés dans la forêt avec le reste de leur groupe. C’est tout juste s’il tient debout... Si on le tue maintenant... Orochimaru-Sama sera...

Kimimaro s’écroula.
Les quatre autres, d’un même geste, regardèrent en direction de Minato. Il était toujours présent, avec Mikoto.
Mais, c’est avec horreur que chacun put constater que malgré leur retraite, l’Uchiwa, Sharingan activés, regardait dans leur direction. Ils étaient repérés, et Kimimaro venait d’être mis hors de combat d’un simple regard.

Minato cracha du sang et s’effondra.
Mikoto s’agenouilla aussitôt pour lui porter secours.

Les Quatre du Son n’eurent pas à échanger un mot. Tous s’étaient mis d’accord implicitement – y compris Tayuya. Il fallait fuir.

« Cette femme, pensa Kimimaro, reprenant ses esprits, tandis que les autres le transportaient au loin à travers les arbres. Elle est... dangereuse... »

– Mais qu’est-ce qui t’a pris ?!
murmura Mikoto en le soignant.

Minato ne répondit pas. Il venait de comprendre beaucoup de choses...

Le village d’Ame pleurait la défaite de l’Akatsuki.
Pain, représenté par le corps Tendô, était assis sur un grand fauteuil. À ses côtés, sa fidèle Konan regardait d’un air neutre les quatre membres de l’Akatsuki, totalement affaiblis, sauvés de justesse par Tobi.
Kakuzu était également présent, debout, en retrait.

– Quatre Joonin ont suffit à vous vaincre, murmura Pain d’une voix calme à Deidara, Kisame et Sasori.

Deidara fronça les sourcils.

– Ne me fais pas rire, Pain. Tu penses nous intimider avec ton regard ? Ne te la joues pas grand chef.
– Silence !
s’exclama Konan. Tu t’adresses à Pain...
– Non, Konan, il peut parler. Chacun dans l’Akatsuki a ses propres idéaux, ses propres objectifs, et mérite le respect.
– Alors quoi, tu vas nous punir ?
ajouta Deidara d’un ton méprisant.
– Non, ce n’est pas mon intention. J’ai besoin de vous. Il faut voir au-delà des conflits. Le but de l’Akatsuki est de réunir les Bijuu ; vous tuer n’apporterait rien à cette cause.

Deidara voulut répliquer, mais Sasori lui lança un regard qui le fit taire.

– Une simple offensive de Konoha a failli réduire nos forces de façon considérable.

Kisame fronça les sourcils.

– Ils nous ont pris par surprise...
– Justement
, répliqua Pain. Ils attaquent. Et ils sont forts.
– C’est cette Mikoto Uchiwa
, fit Sasori. Elle les a rejoints... Elle est forte.

Pain parut intrigué par la nouvelle. Une fraction de seconde, son Rinnegan croisa le Sharingan d’Itachi, qui était resté silencieux durant tout ce temps.

– Yondaime Hokage... murmura soudain Pain, plus pour lui-même que pour les autres. Je me chargerai de toi personnellement.

Puis, il leva ses yeux vers tous les membres.

– Rétablissez-vous, retrouvez vos forces.

Son regard croisa à nouveau celui d’Itachi.

– Bientôt, l’Akatsuki accueillera un nouveau membre...

Mikoto soutenait Minato, rejoignant les autres. Tous semblaient bien mal en point.
Mikoto les étendit les uns à côté des autres et leur fit se joindre la main.

– Je vais vous ramener à Konoha, murmura-t-elle.

Minato fronça les sourcils. Quelque chose l’intriguait.

– Joints-toi à eux, fit-il. J’ai récupéré suffisamment de Chakra grâce à toi.

Elle eut une hésitation, puis s’exécuta.
Minato lui prit la main, et tous disparurent pour réapparaître dans la maison du Namikaze. Minato lâcha la main de Mikoto et partit s’asseoir, à bout de forces.

– Bien, leur fit-il. Vous êtes tous – exceptée Mikoto – entrés dans ma maison avant que je ne nous téléporte en dehors de Konoha. Dans l’hypothèse où nous soyons surveillés, il faudra donc que vous sortiez en état correct. La douche est disponible, et prenez le temps de récupérer. Si l'on vous a vu entrer chez moi en état, vous ne devez pas sortir affaiblis, ce serait louche.
Vous comprendrez sans doute qu’il vaut mieux que les derniers événements restent secrets... Du moins pour un temps.


Minato plaqua sa tête dans ses mains. De tous, il était sans doute le plus fatigué, avec Kakashi.

– Mikoto, je vais te téléporter chez toi. Laisse-moi juste le temps de récupérer un peu...

Il n’eut pas de réponse.

– Mikoto ?

Il regarda autour de lui. Les autres en firent autant mais, de toute évidence, Mikoto avait disparu.

– En fait, poursuivit Minato, comme si de rien n’était. Ne traînez pas trop quand même... Naruto rentre bientôt de mission...

Il croisa le regard de Kakashi.
Chacun se prépara donc pour ressortir en état convenable, afin d’éviter d’éveiller les soupçons en partant.
Seul Kakashi resta, apparemment plus exténué que les autres.

– J’ai trop utilisé mon Sharingan, murmura-t-il. Cela me prendra plus de temps pour récupérer...
– Ça ne fait rien ; reste. Ton élève arrive bientôt. Tu seras notre invité.


Naruto ouvrit la porte à la foulée.

– Fini ! Enfin ! Ttebayo...
– Je ne pensais pas que les missions t’énervaient tant
, murmura Minato.
– C’est ces missions pourries, j’en ai marre ! Attraper des chats et s’occuper des champs, c’est pas du boulot de Ninja ! Et pendant ce temps, Kakashi-Sensei se prend du temps libre, sous prétexte qu’on est suffisamment forts...

Naruto croisa soudain le regard de Kakashi. Ce dernier ferma les yeux, laissant deviner un sourire derrière son masque.

– K-Kakashi-Sensei... !
– Yo, Naruto !


Naruto tourna la tête vers son père, l’air de dire « qu’est-ce qu’il fait là, ttebayo ?! ».

– Ton père m’a invité, poursuivit aimablement Kakashi, comme pour répondre à la question non posée de Naruto.
– Vous avez pas l’air très en forme, tous les deux, fit alors Naruto, l'air soupçonneux.
– Nous nous sommes entraînés, lui expliqua Minato.
– Quoi ?! Et il t’a mis dans cet état ?! Trop fort, Kakashi-Sensei !

Kakashi lui fit un clin d’œil en buvant un verre de saké que venait de lui servir Minato.

– Ou alors... poursuivit Naruto, qui semblait en proie à une intense réflexion, c’est toi qui es trop nul, Papa...

Kakashi manqua de s’étouffer dans son verre tandis que Minato lui lançait un sourire gêné.

« Je ne sais pas trop comment je dois le prendre... se dit le Ninja copieur, passablement vexé. »

– Eh bien, jeune Ninja, nous verrons demain ce que tu vaux, pour ta première mission de rang C...
– Tu parles, on va juste escorter un constructeur de ponts...


Cette fois-ci, Kakashi recracha son Saké.

– Désolé, Minato-Sensei ! dit-il d'un ton plein d'excuses à l’adresse de ce dernier, qui nettoyait la table avec une serviette.
– Beurk ! s'exclama Naruto en s'essuyant la joue.
– Comment ça se fait que tu sois déjà au courant ?! poursuivit Kakashi.

Minato fronça les sourcils. Kakashi et lui se regardèrent, tous deux pensant à la même chose.
De toute évidence, le fils du Yondaime Hokage était du genre curieux...
Ce dernier se promit de mieux cacher les informations qu’il jugeait secondaires.

Minato se leva, et posa une main dans les cheveux de son fils.

– Eh bien, Naruto, il se pourrait que cette mission te réserve des surprises. Et puis, vu l’état dans lequel j’ai mis ton Sensei aujourd’hui...

« N’en faîtes pas trop non plus, Minato-Sensei
, se vexa Kakashi. »

– ... tu auras intérêt à être à ton meilleur niveau demain !

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Dim 29 Déc 2013, 11:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 74
Au revoir






Le lendemain, dans le bâtiment de l’Hokage, Kakashi, Kiba, Naruto et Sakura étaient présents, attendant que leur soit donné l’objectif de leur future mission.

– Où est Tazuna ? s’exclama Naruto, regardant à droite et à gauche.

Hiruzen lança un regard à Minato. Celui-ci, gêné, essaya de lui faire comprendre qu’il n’y était pour rien.
Kakashi rentra sa tête dans ses épaules, mal à l’aise.

Le Sandaime éclata de rire.

– Je vois que certains savent s’informer... C’est une bonne qualité de Ninja...
– Mais attention à ce que Papa ne le remarque pas
, poursuivit Minato, ce qui eut pour effet d’intensifier le rire du vieux Hiruzen.

Ce dernier semblait particulièrement de bonne humeur. Il se calma, reprenant son sérieux.

– Bien, je vais vous le présenter.

Il regarda alors en direction d’une porte.

– Hey, allez-vous venir ?
– Qu’est-ce que ça signifie ?
fit un homme en l’ouvrant. C’est une bande de gosses stupides... Et plus particulièrement... le plus petit avec l’air idiot... Etes-vous réellement des Ninjas ?
– Ahah
, s’exclama Naruto, en regardant ses deux camarades. Qui est le plus petit avec l’air idiot ?

Il se rendit compte qu’il devait lever la tête pour regarder chacun d’eux, et comprit...

– JE VAIS TE TUER !!!
– Quel est l’intérêt de tuer la personne que tu es supposé protéger ?
marmonna Kakashi en le retenant. Idiot !
– Je suis le super expert constructeur de ponts, Tazuna
, reprit celui-ci. J’attends de vous une super protection jusqu’à ce que je revienne dans mon pays et finisse le pont.

Les Cinq du Son étaient sur le chemin du retour. Kimimaro avait récupéré du puissant Genjutsu dans lequel il avait été rapidement plongé.

Les arbres s’épaississaient. La lumière du jour peinait à passer à travers toute cette végétation, plongeant cette forêt dans d'éternels ténèbres.
Ils arrivaient à l’entrée de la grotte. Ils étaient attendus par un individu de petite taille, vêtu d’une longue cape blanche.

« Neji-Sama... »

– Vous avez échoué...
murmura celui-ci d’une voix calme.

Tayuya, qui l’avait méprisé durant leur mission, se montra bien plus réservée face à lui.

– Je dois parler à Orochimaru-Sama, répliqua Kimimaro.
– C’est impossible. Tu devras te contenter de moi.

Kimimaro fronça les sourcils.

– Ne te place pas au dessus de moi, Neji-kun. Tu ne le mérites pas.

Les quatre autres se regardèrent. Kimimaro semblait déjà de mauvaise humeur.

– Tu ne mérites pas de me juger, Kimimaro. Tu ne mérites pas de regarder Orochimaru-Sama dans les yeux.

Kimimaro s’avança d’un pas, pour se tenir en face de Neji. Le front de ce dernier se trouvait au niveau de ses yeux.

– Tu n’es qu’un gamin, après tout.

Un sourire se dessina sur les lèvres de Neji.

– Surveille tes paroles, Kimimaro. Ne m’oblige pas à t’humilier devant ta petite bande...
– Quelle arrogance
, murmura le jeune Kaguya en faisant sortir sa colonne vertébrale de sa nuque, comme s’il s’agissait d’une arme conventionnelle.

Etait-ce un sifflement ou un rire ? Quoi que ce pût être, ce son sourd qui venait du repère faisait froid dans le dos.

– Intéressant... murmura la voix à l’origine du bruit.

Tous les regards se tournèrent instantanément vers Orochimaru lorsque celui-ci fit son apparition.

– Voyons voir qui est le meilleur...
– Orochimaru-Sama...
murmura Kimimaro.

Le visage de l’homme-serpent semblait fasciné.

– M’autorisez-vous à combattre sérieusement ?
– Ne l’abîmes pas trop quand même, Kimimaro
, dit alors une autre voix.

« Kabuto... »

Il s’approcha du jeune Kaguya.

– Neji est le petit protégé d’Orochimaru-Sama... murmura-t-il dans son oreille. Même si tu es le plus fort, Neji est le plus ancien...

« Il me sera plus utile en Edo Tensei...
se dit Orochimaru. »

Une fois à l’entrée du village, et tandis que Naruto partageait à nouveau son excitation et Tazuna son exaspération, Minato vint à leur rencontre.

– Je suis venu vous souhaiter bonne chance, et... dire au revoir à mon fils.
– Arrête, Papa...
murmura Naruto, boudeur. Je suis un Ninja !
– Et alors ?
renchérit son père avec un clin d’œil.

Il s’approcha de son fils.

– Ecoute bien Kakashi, murmura-t-il, c’est un bon Sensei. Et montre-leur à tous ton potentiel, jeune Uzumaki.
– Compte sur moi !
– Ah, et...
ajouta-t-il enfin, si doucement que Naruto ressentit la nécessité de grimacer pour comprendre. À ton retour, je t’apprendrai un nouveau Jutsu.
– L’Hiraishin ?!
s’exclama soudain Naruto, attirant l’attention de tout le monde tandis que Minato lui lançait un sourire gêné.
– Eh bien... hésita Minato en se grattant les cheveux. Oui...

Naruto le regarda avec des yeux ronds, plein d’enthousiasme. Il ne s’attendait pas à une telle réponse. Il s’attendait à un Jutsu plus classique.
L’Hiraishin no Jutsu lui apparaissait comme magique. Il savait que c’était là l’atout principal de son père, qu’il considérait comme étant le meilleur Ninja au monde. L’Hiraishin avait un côté inaccessible, presque magique, voire tabou – ce qui ne dérangeait évidemment pas Naruto, mais entendre une telle proposition de la part de son père était vraiment inattendu.

Mais ce qui fut le surprenant aux yeux des autres – et Minato le premier –, c’est la réaction de Naruto, qui prit soudain son père dans ses bras et l’y serra avec force.

– Je deviendrai fort, je te surpasserai et...

Des larmes coulaient sur ses joues.

– ET JE RAMENERAI MAMAN TTEBAYO !

Minato resta un moment à regarder son fils, les yeux brillants.
Sakura s'essuya les yeux.

– Naruto... murmura-t-il enfin. Je sais... J’ai foi en toi.

Les coéquipiers du jeune Uzumaki restèrent sans voix devant cette scène.
Minato tourna enfin la tête vers Kakashi.

– Ramène-le moi en un seul morceau, Kakashi, lui fit-il avec un clin d’œil, pour détendre l’atmosphère. Sinon, je me charge de toi personnellement.

Kakashi avala sa salive pour simuler sa terreur. Sakura éclata de rire.

– Comptez-sur moi, Sen... Yondaime Hokage, dit-il avec une imitation parfaite de la pose de Gai.
– Allons-y ! hurla soudain Naruto en partant d’un pas énergique.
– Enfin des paroles intelligentes, soupira Tazuna, dont chacun avait fini par oublier la présence.
– Au revoir, Naruto.

Les quatre du Son avaient les yeux grands ouverts, surpris par ce qu’ils venaient de voir. Kabuto lui-même était particulièrement surpris.
Seul Orochimaru ne semblait pas étonné par l’issue du combat.

Neji revint se placer aux côtés d’Orochimaru.

– Je ne doutais pas de ta victoire, mais je ne m’attendais pas à ce que tu gagnes facilement contre un adversaire comme Kimimaro...
– J’avais la chance de connaître les capacités de mon adversaire ; lui pas.


« Quelle cruauté, pensa Kabuto en s'agenouillant pour soigner Kimimaro. Il a laissé ces deux enfants se battre sans aucune limite. »

Il regarda le visage de Kimimaro.

« Il a l’air bien mal en point... »

Mais écouter son pouls fut suffisant pour établir un diagnostic clair.
Il lança un regard à Orochimaru, qui semblait déjà savoir et ne pas s’en émouvoir.

– Mort.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Lun 20 Jan 2014, 4:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 75
Nouvelle génération






Minato regardait son fils s’en aller avec une drôle de sensation.
C’était la première fois qu’il quitterait Konoha.
Il avait un mauvais pressentiment...

« Arrête de t’inquiéter, se dit-il. Kakashi est avec lui... »

– Minato
, dit soudain une voix derrière lui.

Il se retourna. C’était Hiruzen.

– J’aimerais te parler, poursuivit le vieil homme.

Le Yondaime acquiesça, et suivit son prédécesseur.

– Où allons-nous ? demanda soudain Minato, voyant que le vieux Sarutobi ne prenait pas la direction de la demeure de l’Hokage.
– Chez moi, répliqua Hiruzen.

Sur le chemin, ils croisèrent Asuma.

– Hokage-Sama, fit-il respectueusement.

Hiruzen le salua de la tête, comme il l’aurait fait avec n’importe quel Joonin.

– Yondaime Hokage, j’ai cru comprendre que c’était la première mission d’extérieur de votre fils ? Pas trop inquiet ?
– On l’est toujours, au début
, répondit Minato avec un sourire.

Le vieux Sarutobi soupira en regardant droit devant lui. Son fils lui lança un regard furtif.
De toute évidence, cette conversation n’était pas la bienvenue pour lui.

Minato, voyant le visage attristé d’Asuma, lui souhaita aimablement une bonne journée et repartit avec le Sandaime Hokage.

Une fois arrivé chez ce dernier, Minato vit un salon assez simple quoique somptueux. Il remarqua la présence certains objets chers, mais dont le rôle n’était clairement pas d’être mis en avant.

Un portrait d’Hiruzen avec Biwako était également visible sur un mur. Le Namikaze ne put s’empêcher de repenser à la tristesse refoulée du vieil homme à la découverte de la mort de son épouse...

– Assieds-toi, Minato.

Minato s’exécuta, face à une somptueuse table en bois verni. Hiruzen s’assit en face de lui, joignit ses mains et le fixa d’un regard pénétrant.

– Je ne sais pas ce qu’il s’est passé avec Kakashi hier...

Minato fronça les sourcils.

– ... mais je sais comment tu traites tes disciples. Jamais tu ne l’aurais mis dans un tel état, et encore moins juste avant la première mission d’extérieur de ton fils.

Voulait-il donc lui parler de ça ?

– Mais peu importe, poursuivit le vieil homme. J’ignore ce qu’il se passe, mais je ne chercherai pas à le savoir.
– Sandaime Hokage...
– Tu es aussi l’Hokage, après tout. J’ai foi en toi.


Minato ne s’attendait pas à une telle réplique.
Hiruzen soupira.

– Si je te parle, c’est justement parce que je sens mon temps venu. Je n’ai plus la force d’assumer une telle fonction.
– Hokage-Sama, vous êtes toujours...
– J’apprécie ta gentillesse
, coupa Hiruzen avec un sourire amusé. Mais tu sais, à une époque, j’étais presque aussi fort que toi. Les autres Kage me craignaient. Le Sandaime Raikage lui-même avait évité un combat contre moi, durant la dernière guerre...

Minato le fixa avec admiration. Sarutobi éclata de rire, nostalgique.

– Ah... Le bon vieux temps... Mais, j’ai vieilli, comme tout le monde, et perdu en crédibilité.
– Je comprends votre choix
, poursuivit Minato. Soyez sans crainte, j’assumerai ce rôle pleinement. Vous pouvez compter sur moi.
– Je le sais, Minato. Tu me les rappelles un peu... Shodaime, Nidaime... Je sais qu’avec toi, ils peuvent reposer en paix.

KUCHYOSE – EDO TENSEI


Quatre cercueils sortirent de terre au niveau d’Orochimaru.

– Bien, murmura-t-il, ma collection s’agrandit...
– Shodaime Hokage, Nidaime Hokage, le Sannin Jiraya... Tu fais vraiment tâche, parmi eux, Kimimaro
, murmura Neji d’un ton plein de mépris.
– Qu’est-ce que... tonna Tobirama, mais il fut coupé par l’annulation de la technique par Orochimaru.

Les quatre du Son restèrent bouche-bée devant cette démonstration.
Ils n’étaient cependant pas les seuls à l’avoir vue.

« Hashirama Senju... pensa la femme encapuchonnée, au loin. Te voir ainsi humilié par ce gamin d’Orochimaru est amusant... ! »

– C’est quoi ce délire ?!
murmura Zetsu blanc.
– Qu’est-ce qui te perturbe le plus ? demanda Zetsu noir. Voir des shinobis légendaires, ou...
– Alors c’est lui, mon original ?
coupa Zetsu blanc. Ça va, il a plutôt la classe...
– Tu es pitoyable...
– Qu’est-ce que ça signifie ?
demanda alors le blanc.
– Cela signifie... murmura lentement Zetsu noir, qu’Orochimaru sait que nous l’avons trouvé. Il est inutile de rester. Son message est clair : il est fort. On s’en va.

Et l’être bicolore disparut dans la terre.

Minato fixa Hiruzen dans les yeux.

– Vous comptez vraiment arrêter ?
– Oui.
– Pourquoi me dire ça ?
– Parce qu’il me semble que ton défunt Sensei... était censé t’avoir fait part d’un souhait à ce propos, quand mon temps serait venu...


Minato ouvrit grand les yeux. Comment était-il au courant ?

« Jiraya-Sensei avait dû le lui dire... Il savait... »

Le jeune Kage fronça les sourcils.

– En effet...

La température à Konoha était assez bonne à l’extérieure, mais elle restait glaciale dans les souterrains, où se terraient les membres de la Racine.
Ou peut-être était-ce l’ambiance générale... ?

– Tu n’es pas un membre ordinaire, Sasuke, murmurait Danzô, face à un corps d’enfant étendu à ses pieds. Toutes ces fois où tu as été attaqué par d’autres enfants, des camarades, dans des combats à mort... Tu n’as jamais tué...
– Ils ne m’intéressent pas
, répondit Sasuke, debout face à Danzô.
– Tes sentiments se renforcent, et te renforcent, à l’inverse de tous les autres qui ont perdu toutes émotions. Ton œil a évolué.[/i]

Les yeux du dénommé Sasuke s’ouvrirent dans les ténèbres, laissant apparaître un iris rouge ; un Sharingan.

– Vous ne m’avez jamais fait passer le fameux test, dont tout le monde parle...
– Je te l’ai dit : tu n’es pas un membre ordinaire. Des individus comme ce jeune peintre que tu as vaincu doivent rester sous contrôle pour la Racine. Mais tu es différent. Ce test n’est pas fait pour toi...

« Refouler tes sentiments serait contre-productif, bien que moins risqué...
se dit Danzô en repensant à son défunt Sensei. »

– Alors, pourquoi m’avez-vous fait venir ?
– Pour te tester...
– Vous vouliez juste que je batte ce type ?
– Non, ce n’était qu’un avant-goût... J’ai une mission, pour toi...
– Une mission ?
s’étonna Sasuke.
– Tu devras capturer un individu...
– Quoi, c’est tout ?
– Il est sous bonne surveillance... Mais moins que d’habitude...


Sasuke soupira. Cette mission semblait l’aggacer.

– Qui dois-je capturer ? demanda-t-il enfin, comme s’il s’apprêtait à faire une corvée sans intérêt.
– Le fils du Yondaime Hokage...

« Naruto... »

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 01 Fév 2014, 12:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 76
Le fils du Yondaime Hokage






– Tu as compris, Neji ? murmura Orochimaru, face à son jeune disciple.
– Oui, Orochimaru-Sama.
– Alors, vas.


Et Neji, dans sa longue cape blanche, encapuchonna son visage et partit.

– Devons-nous l’accompagner ? demanda Kidomaru.
– Tu sais bien que non... répliqua Orochimaru.

Les quatre comprirent aussitôt ce à quoi Orochimaru faisait allusion. Le niveau de Neji était tel qu’il n’y avait aucun doute sur la réussite de sa mission.

Kakashi était curieux de voir ce que donnerait cette équipe sur le terrain...

Akamaru poussa un petit cri, la queue entre les jambes. Le ninja copieur fronça les sourcils en même temps que Kiba ; tous deux savaient très bien ce que cela présageait...
Déjà, les ennuis commençaient... Kakashi s’arrêta subitement.

– Qu’y a-t-il, Kakashi-Sensei ? demanda Sakura.
– Où est Naruto ? demanda Kakashi.
– Et le voilà qui recommence... soupira Kiba.

Mais Kakashi était inquiet. Pour que Naruto disparaisse aussi silencieusement, il devait y avoir quelque chose...

Il y eut un cri étouffé – Kakashi sortit un kunaï – puis un deuxième – l’équipe se plaça autour de Tazuna pour le protéger...
Et deux shinobi apparurent de nulle part, portant une sorte de masque à gaz et maintenus par une chaîne.
Et, fait notable : ils étaient tous deux inconscients avec, derrière eux, un petit garçon blond au grand sourire.

Kakashi soupira.

– Naruto...

Le jeune Naruto semblait très satisfait de lui.

– Alors, j’vous épate hein ?

« Incroyable, je n’avais même pas encore repéré leur présence. Ce gamin, il a beau être bête comme ses pieds, son flair ne le trompe pas ; Akamaru a un sérieux rival... »

– Bon... On continue la mission !
s’exclama Naruto, plus excité que jamais.

Et l’équipe repartit, laissant leurs deux ennemis à moitié inconscients.

– Il s’est passé quoi ? demanda l’un.
– Bon sang... murmura l’autre.

Ils furent interrompus par un bruit de feuilles qu’on dégage. Un jeune garçon en sortit, les mains dans les poches.

– Vous avez été réveillés, répondit Sasuke.
– Ces yeux... murmura l’un d’eux. Enfoiré, tu nous as contrôlés...
– Nous travaillons pour Gatô. Tu sais sans doute qui il est... Tu es mal...


En un déplacement instantané, le jeune Sasuke se mit à la hauteur des deux shinobis.

– Je me contrefiche de ce Gatô. Ne me forcez pas à vous tuer.

Les deux se turent, voyant en celui qui les avait contrôlés un individu qu’il valait mieux ne pas menacer.

– VOUS AVEZ ECHOUÉ ! hurla Gatô, dans sa cachette. J’ai donné beaucoup d’argent pour vous embaucher, pensant que vous étiez des ninjas qualifiés !

Mais, face à lui, se tenait un ninja autrement plus qualifié... C’était un assassin, anciennement épéiste de Kiri : Zabuza Momochi.

– Orochimaru-Sama, murmura Kabuto. Un individu attend à l’entrée du repère.
– Qui est-ce ?
demanda le Sannin.
– Je l’ignore... Il ne porte aucun signe distinctif, si ce n’est...

Orochimaru fronça les sourcils tandis qu’une goutte de sueur tombait du front de son associé.

– ... Un Chakra monstrueux... siffla l’homme serpent, qui se dirigea aussitôt vers la sortie sans rien ajouter pour retrouver l’homme.

Celui-ci inclina la tête.

– Le Sannin... Orochimaru... Je suis très honoré...
– L’avez-vous ?
répliqua ce dernier.
– Gamin, tu devrais te montrer plus courtois...

Orochimaru ne répondit rien.

– Ceci dit, oui, je l’ai, poursuivit-il dans un soupir en lui tendant un morceau de chiffon qui semblait contenir quelque chose. J’espère qu’elle reconnaîtra ma prise de risques...

L’homme regarda dans les nuages.

– J’aimerais tant que tu me pardonnes, ma bien-aimée... ! Malheureusement, je ne peux voir aussi loin...

Les nuages semblèrent se disperser rapidement. Ou peut-être était-ce le vent ?
Sur ces mots, il effectua quelques mudras et disparut.

Orochimaru ricana.

Minato était assis sur sa statue de pierre, regardant le village.
Il pensait à son fils...

Naruto et son équipe avaient bien progressé. Ils se trouvaient à présent au Pays des Vagues.
Mais quelque chose les avait encore fait s’arrêter. Encore une fois, Akamaru avait poussé un petit cri, qui avait aussitôt alerté Kiba.

– Je le sens aussi, murmura Naruto. Cette fois-ci, c’est du sérieux... Un Chakra à dominance Suiton... Et une intention vraiment, vraiment mauvaise !

« Bien joué, Naruto !
se dit Kakashi. Sensei, vous l'avez bien entraîné... »

Il était clair qu'avoir pour père l'un des meilleurs shinobis de son temps était un avantage net.
Mais les capacités sensorielles de Naruto semblaient clairement supérieures à tout ce que Kakashi n'avait jamais vu...

« Bordel... pensa Zabuza, caché dans les branches d’un arbre, c’est qui, ce gosse ? »

– Tu saurais repérer sa présence ?
demanda Kakashi.
– Difficile à dire... murmura Naruto. Il masque bien son Chakra.

Zabuza fronça les sourcils, s’étonnant de la réponse de cet enfant apparemment si spécial.

– Je plaisante ! répliqua Naruto, qui se trouvait sous la branche, un rasengan à la main.

« Un clone d’ombre ! »

Il eut tout juste le temps de se protéger avec son épée avant d’être propulsé et de s’écraser contre un rocher sous la puissance de l’orbe tourbillonnant.

« C’est quoi, ce jutsu ?! »

Kakashi cligna des yeux, moitié impressionné, moitié exaspéré.

« Il a feint ses limites par une plaisanterie pour surprendre son adversaire... Une blague... Sacré Naruto, tu es bien imprévisible... »

Zabuza se releva. Kakashi fronça les sourcils.

« Ne me dîtes pas que c’est... »

Zabuza éclata de rire. Kakashi retira son bandeau frontal masquant son sharingan.

– Kakashi, le Ninja Copieur...
– Le démon Zabuza Momochi...


Zabuza éclata d’un rire rauque.

– Retiens tes mômes, si tu ne veux pas que je les éradique...

« Ce gars est d’un autre niveau... Naruto, arrête ! »


Le rocher sur lequel il s’était écrasé se transforma soudain en Naruto, un kunaï placé contre le cou de Zabuza.

– Et voilà ! lança fièrement Naruto. Comme Papa, avec moi ça se joue en quelques secondes.

Zabuza fronça les sourcils. Sakura ouvrit grand les yeux, impressionnée par le niveau de Naruto. Kiba fit la moue et Akamaru aboya.

– Naruto, derrière-toi ! hurla soudain leur Sensei, courant vers lui tandis que Zabuza se transformait en eau.

Mais trop tard. Le vrai Zabuza faisait son apparition derrière Naruto.

– Comme Papa, tu dis ? Ca y est, je vois que tu es... Tu es le fils du Yondaime Hokage !

Naruto était impuissant. Il était totalement à la merci du démon.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Ven 07 Fév 2014, 11:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 77
Genin Power !






– Gamin, fit Zabuza à Naruto, tu devrais éviter de sous-estimer tes adversaires... Je te laisse la vie sauve, pour cette fois.

Il le repoussa violemment en avant. Kakashi le rattrapa.

– Je suis venu tuer cet homme, ajouta-t-il en montrant Tazuna. N’interférez pas.

« Il a épargné Naruto...
remarqua Kakashi. Ça ne ressemble pas à ce qu’on dit de lui... »

Il sortit un kunaï.

– Je ne te pensais pas aussi clément, Zabuza...
– J’ai fait un choix...
murmura ce dernier. Tuer ce môme pourrait m’être regrettable...

Kakashi abaissa son bandeau frontal, laissant apparaître son Sharingan.

– Kakashi-Sensei... murmura Naruto, d’une petite voix.

Le jeune Uzumaki ne se rappelait que trop bien la remarque de son père à ce sujet. Si Kakashi devait sortir son Sharingan, c’est que l’ennemi était fort.

« Je m’en doutais, se dit Kakashi. Il a conscience que faire du mal au fils du Yondaime Hokage signerait son arrêt de mort. »

– Mais te tuer, toi...
murmura une voix à son oreille.

Kakashi était coincé. Zabuza le transperça avec son kunaï.
Kakashi se transforma en eau.

– Raté ! lança alors Kakashi, sur un lac non loin de l’endroit où Naruto s’était camouflé en rocher.

Mais trop tard. Une lance aqueuse le frappa de plein fouet.

– Je sais, murmura Zabuza, à ses côtés.

SUIRÔ NO JUTSU

Trop tard : Kakashi fut piégé par une prison aqueuse.

– Sensei !! hurla Sakura.
– Quelle réactivité : tu as profité de l’agitation provoquée par le môme bruyant pour créer un clone d’eau... Mais tu as omis un détail : tu n’avais pas libéré ton Sharingan avant de faire ce clone, et je t’ai donc vu faire ce mouvement deux fois.

Kakashi fronça les sourcils.

– Tu as de bons yeux... C’est exact...

Mais Kiba eut un léger rire. Akamaru remua la queue.

– C’est pas le moment de rire !
– Tu peux parler, crétin, tu fais l’idiot depuis le début !
– Arrêtez, les garçons... !


Akamaru aboya tandis que Kakashi se transformait en foudre, électrocutant Zabuza à travers sa bulle d’eau.

– Vous comprenez Akamaru, Kakashi, n’est-ce pas ?
– En effet...
répliqua le ninja copieur, descendant d’un arbre proche. J’ai une... forte habitude, de parler aux chiens.

Akamaru poussa un nouvel aboiement. Naruto se gratta la tête.

– Kiba n’est pas le seul qui comprenne Akamaru, poursuivit Kakashi, ébloui par le flash lumineux de l’électrocution de Zabuza. Akamaru avait flairé la menace avant toi, Naruto. Avant même que Zabuza n’arrive ; avant même qu’il ne nous voit, celui qui vous accompagnait était un clone Raiton. J’étais, pour ma part, caché parmi les arbres. Le clone Suiton qui a premièrement piégé Zabuza, je ne l’ai créé que plus tard pour forcer son offensive et le pousser à vite m’atteindre par une attaque Suiton. Et l’électricité... a fait le reste.

Naruto ouvrit grand les yeux.

– Je comprends mieux pourquoi Papa a autant d’estime pour vous...

Kakashi croisa brièvement le regard de Naruto, à la fois gêné et touché par sa remarque.

– Mais ce que vous n’aviez pas prévu, répliqua soudain une voix d’enfant, c’est qu’il ne serait pas seul...

La lueur dégagée par la foudre se dissipa, laissant voir Zabuza, toujours debout, aux côtés d’un jeune individu.

– Un peu de vent m’aura suffit à dégager la foudre.
– Haku...
– Veuillez m’excuser, j’ai dû intervenir... Ils sont forts.


Kakashi posa un genou à terre.

« Merde, ces deux clones élémentaires n’ont pas arrangé mon état de fatigue... »

Sakura se précipita sur lui, mais ce dernier leva la main pour l’arrêter.

– N’oubliez pas la mission ! dit-il en se relevant péniblement. J’ai encore suffisamment de forces...

Zabuza éclata de rire.

– Tu sembles bien mal en point, Kakashi... Alors, à moins que tes gamins puissent nous tenir tête, tu ferais mieux de nous laisser faire ce qu’on a à faire. Evitons les morts inutiles...
– Tu es bien placé pour parler de morts inutiles, Zabuza...


Ce dernier éclata d’un rire rauque, faisant froid dans le dos.

– Il ne sera pas seul ! lança Kiba. Pas vrai, Naruto ?
– Et comment !
renchérit le jeune ninja imprévisible.

Zabuza éclata à nouveau de rire.

– T’as un plan ?
– Euh...


Kakashi fronça les sourcils en voyant les deux jeunes garçons murmurer. Sakura, quant à elle, restait devant Tazuna, un kunaï à la main, la peur masquée par sa détermination d’être à la hauteur de ses deux coéquipiers.

Et soudain, sans prévenir, Kiba lança un fumigène coloré. Zabuza leva son épée et Haku se tint prêt.

Puis, sans prévenir, Kiba et Akamaru sortirent de la fumée et deux clones de Naruto également.
Kiba et Akamaru se ruèrent sur Haku tandis que les deux clones de Naruto attrapaient Zabuza, qui éclata de rire, l’un à la jambe et l’autre essayant de lui arracher son épée.

– M’attraper au corps à corps, c’est pitoyable, ça ne demande aucune défense... Gamin, je te l’ai dit : tu ne m’intéresses pas...

Mais soudain, une intense douleur au mollet le fit hurler.

« Des crocs... »

Les deux clones de Naruto se transformèrent soudain en Kiba et Akamaru – ce dernier lui mordant le mollet, tandis que ceux à la hauteur de Haku s’avérèrent être Naruto et l’un de ses clones.

Profitant de la surprise et de la douleur de Zabuza, Kiba lui arracha son épée et s’éloigna avec.

« Bon sang, elle est lourde... »

Il ne fit pas quelques mètres que Zabuza éjectait Akamaru et le rattrapait.

« Oh, non... pensa Kiba, le voyant sortir un kunaï. »

Le kunaï frappa et Kiba, qui avait fermé les yeux, entendit un bruit métallique.

– Ne m’oublie pas, murmura Kakashi, également présent, son kunaï contrant celui de Zabuza.
– Tu devrais plutôt aider ton favori... répliqua Zabuza, lançant un regard à l’espèce de dôme de glace qui s’était créé.

Kakashi eut un bien mauvais pressentiment à la vue de ce jutsu. Naruto affrontait un utilisateur de Kekkei Genkei, et le ninja copieur eut la sale impression d’avoir sous-estimé ce deuxième adversaire...

Kiba lança une nouvelle boule en l’air.

– Encore un fumigène ? grogna Zabuza en esquivant le lancer d’un geste facile. J’ai mieux, dans le genre...

Et soudain, eux aussi se retrouvèrent piégés, non par des murs de glace solides mais par un épais brouillard dont l’origine n’était pas difficile à identifier...

– Je récupérerai cette épée... murmura Zabuza. Et je vous tuerai.

Kakashi vit une ombre au niveau de la grande épée. Mais ce n’était pas Zabuza ; Akamaru avait été plus rapide et l’avait prise des mains de Kiba.

– Inutile, précisa Zabuza. Ce chien est encore plus faible que toi, gamin, il ne risque pas de...

Il s’interrompit car, à sa grande surprise, Akamaru s’éloigna avec l’épée, tel un chien rapportant son bâton à son maître.

– Ça, c’était sans compter les pilules du soldat, lança Kiba d’une voix moqueuse. Bien joué, Akamaru !

Akamaru aboya.

« Enfoiré... pensa Zabuza, comprenant soudain. Cette boule qu’il a envoyée, ce n’était un fumigène... Ce sale cabot l’a sûrement avalée... »

– Peu importe
, répliqua l’épéiste. Je n’ai pas besoin de ça...

Kakashi entendit clairement le bruit d’un kunaï fendant l’air.

– ... pour te tuer, murmura Zabuza à l'oreille de Kiba.

Mais ce dernier contra l’attaque de justesse.

« Qu’est-ce que... »

– Ne sous-estime pas le clan Inuzuka !
hurla le Genin, résistant de toutes ses forces à ce simple mais puissant coup. Mes réflexes et mon flair rendent ton camouflage inutile !

« Bien joué, Kiba !
pensa Kakashi. »

Le ninja copieur ressentait clairement la fatigue due à sa dernière mission. Il était loin d’être à son efficacité maximale mais, à son grand soulagement, les Genin de son équipe se montraient particulièrement habiles dans ce combat.

« Cela me rappelle des souvenirs... pensa Kakashi, touchant la cicatrice entourant son Sharingan. »

Naruto parvenait à anticiper les attaques de Haku sans grande difficulté grâce à ses capacités sensorielles, mais l’atteindre était une autre paire de manche...

– Tu m’énerves, laisse-moi sortir, ttebayo ! Je dois rejoindre Kakashi-Sensei et les autres !

Soudain, Haku lança un Jutsu Suiton que Naruto parvint à esquiver de justesse, malgré l’inconfort de sa situation dans cette prison de glace, mais il ne vit pas venir l’aiguille que ce dernier lui lança en pleine gorge, et ne put l’esquiver dans sa situation.

« Oh, oh... eut-il tout juste le temps de penser... »

Mais l’aiguille fut rattrapée en plein vol entre un pouce et un index.
Naruto ouvrit grand les yeux, croisant ceux – rouge brillants – d’un ancien camarade de classe qu’il n’avait plus vu depuis des années...

– Je te veux vivant, répliqua ce dernier, ignorant totalement Haku.

Et Naruto comprit alors pourquoi il avait été surpris par l’attaque de Haku. L’arrivée brusque d’un nouvel individu sur le champ de bataille avait perturbé ses capacités sensorielles.

– Sa... su... ke...

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 22 Fév 2014, 12:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 78
Une affaire de vengeance...






La brume était suffisamment épaisse pour donner un net avantage à Zabuza. Si Kiba et Akamaru pouvaient le sentir et l’entendre grâce à leurs sens très développés, leur niveau n’avait rien pour venir à bout d’un Joonin et cette brume les isolait totalement.

De plus, Zabuza pourrait à tout moment s’attaquer à Tazuna et y parviendrait sans difficulté.

Kakashi en était bien conscient, mais il ne pourrait pas agir correctement sans visibilité.

« Je dois trouver un moyen de... »

KATSUYA !


Il entendit de nombreuses attaques et ressentit de forts vents, et comprit soudain, en voyant la brume se dissiper, que Kiba et Akamaru n’avaient pas encore dit leur dernier mot.

Cela tombait bien, car Zabuza se trouvait derrière Tazuna. Trop tard. Kakashi et Kiba se trouvaient bien trop loin.
Quant à Sakura, elle se trouvait devant l’homme, et n’avait pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait que déjà Zabuza faisait preuve de sa folie meurtrière.

– Stop.

Zabuza fut bloqué dans son attaque en un instant...

Naruto, les yeux grands ouverts, fixait Sasuke avec stupeur.

– Sasuke...

Il serra le poing, ses larmes coulants, et l’abatit sur le visage de l’Uchiwa qui le para d’un geste nonchalant de sa main libre tout en se payant le luxe de lui attraper son poing dans sa main.

– MAIS QU’EST-CE QUE TU FOUS LÀ, TTEBAYO ?!
– Je suis venu te capturer...


Haku fronça les sourcils et attaqua sans prévenir, à toute vitesse.
Naruto comprit que lui et Sasuke étaient tous deux dans son champ d’attaque.
Sa vitesse était trop importante pour que Naruto puisse l’esquiver dans sa situation actuelle, son poing bloqué par Sasuke qui lui ferait perdre le laps de temps qu’il faut pour esquiver.

« Si tu ne peux esquiver... Contre ! »

Un Rasengan se forma dans sa main libre. Sasuke fronça les sourcils à la vue de cet orbe tourbillonnant tandis que lui-même esquivait aisément l’attaque d’Haku. Ce dernier arrivait à hauteur de Naruto, et le jeune Uzumaki comprit qu’il avait parfaitement repéré le rasengan et qu’il pourrait facilement l’atteindre sans se faire avoir grâce à sa vitesse.

Mais soudain, Naruto fut propulsé en l’air, tiré par le poing que maintenait Sasuke, si bien que son corps se décala de façon imprévisible pour Haku et que le rasengan frappa le jeune de plein fouet, en plein dans son masque qui se brisa tandis que le garçon était propulsé contre un de ses propres miroirs de glace, le pulvérisant au passage.

– ... vivant, ajouta Sasuke.

Kakashi vit son coup s’arrêter subitement dans le dos de Tazuna, ce dernier étant si pâle qui n’osait même pas se retourner.
C’est Akamaru et Kiba qui, les premiers, comprirent.

« C’est qui, ce type ? pensa Kiba. Je n’ai jamais vu Akamaru aussi inquiet... »

– Encore un gamin ?
murmura Zabuza. Tu veux que je te tue, toi aussi ?
– Tu ne devrais pas parler de la Mort ainsi
, répliqua une voix de garçon.

Kakashi comprit soudain. Un garçon se trouvait entre Zabuza et Tazuna, suffisamment petit pour être caché par ce dernier. D’une manière ou d’une autre, il avait bloqué le coup de Zabuza.

– La Mort se mérite, et les gens comme toi, qui sont prêts à tuer pour quelque chose d’aussi futile et limité que de l’argent, ne devraient même pas pouvoir ôter la vie.

Zabuza éclata de rire.

– Kakashi, tu nous sors décidemment des gamins originaux !

Kakashi fronça les sourcils.

– Mais tu as l’air plus coriace que les autres... Quel est ton nom ?
– Hyûga... Hyûga Neji.


Sasuke jeta un œil furtif à Haku, totalement inconscient.

– Belle technique, fils du Yondaime...
– Fils du Yondaime ?!
s’exclama Naruto. Alors, c’est ainsi que tu me voies ttebayo ?

Sasuke ferma les yeux.

– La ferme, crétin...

Kakashi arma un kunaï.

– Neji ?
– Qui est-ce ?
demanda Kiba.
– Un homme de main d’Orochimaru...

Zabuza fronça les sourcils.

– Orochimaru ? Le Sannin Orochimaru ?

Kakashi se déplaça, et vit que Neji trouvait bien entre Tazuna et Zabuza, tournant le dos à ce dernier tandis que l’épéiste avait planté un kunaï arrêté par du Chakra à l’état pur.

– Hmm... murmura Zabuza. Intéressant, vraiment...

Il fit un bond en arrière.

– Jeune garçon, fit l’épéiste. Je ne compte pas te tuer. J’ignore quelle est ta mission, mais la mienne est de tuer cet homme. Ne te mets plus en travers de mon chemin.
– La Mort se mérite
, répliqua à nouveau Neji, fixant de son byakugan à présent l’espèce de dôme de glace.

« Quel est son délire ? se demanda Kakashi. »

Et soudain, sans prévenir, le jeune Neji fit un bond extrêmement rapide jusqu’au dôme de glace.

« Mince, pensa Kakashi, comprenant soudain. Il va tuer... »

Mais il était coincé. Kiba avait déjà beaucoup donné et Sakura ne ferait absolument pas le poids pour protéger Tazuna.
D’un autre côté, ce Neji semblait extrêmement redoutable et, s’il comptait tuer Naruto, ce dernier ne serait sans doute pas de taille, malgré son niveau exceptionnel pour un Genin...

« Il ne me reste qu’une solution... »

Il sortit un nouveau kunaï. Un kunaï marqué...
Zabuza fronça les sourcils.

– Zabuza Momochi, ce combat termine maintenant... Prépare-toi, ouvre bien les yeux, tu vas goûter à la puissance du Yondaime Hokage...

Kakashi ne laissa pas le temps à Zabuza de réagir que déjà, il lançait son kunaï en l’air...

Kiba et Sakura se regardèrent, surpris et excités.
Tous deux reconnurent le kunaï qui s’élevait.

C’était donc ça, le dernier recours de Kakashi : faire venir l’Hokage sur le champ de bataille.
Tous deux avaient largement entendu parler des exploits de l’Eclair Jaune durant la dernière guerre, et savaient que cette situation embarrassante serait vite réglée...

Minato venait de sentir deux appels.
Il se concentra sur le dernier et disparut, comprenant qu’il y avait urgence...

– Minato, cela faisait longtemps...

Le kunaï que Kakashi avait envoyé se planta dans le sol, mais aucun Yondaime n’était apparu...

Zabuza, d’abord terrifié, comprit à la réaction de stupeur du ninja copieur que tout ne s’était pas déroulé comme prévu.

Naruto et Sasuke s’étaient lancés dans un violent combat.
Si leurs capacités d’anticipation étaient identiques, Sasuke était plus rapide, si bien que Naruto se retrouva vite sur la défensive.

Il para ainsi de justesse un violent coup de pied envoyé par Sasuke qui le propulsa sur quelques mètres. Naruto se releva péniblement.

– Pourquoi te relèves-tu ? Je te domine, Naruto...
– Parce que...


Mais soudain, Naruto sentit quelque chose derrière lui et se baissa donc. Sasuke, Sharingan activés, vit alors derrière Naruto un individu frappant directement dans sa direction. Il esquiva de justesse le coup.

– Tu as progressé, Sasuke... fit Neji, d’une voix calme.

« Lui... se souvint Sasuke, tandis que Naruto s’éloignait d’un bond, ne comprenant apparemment pas ce qu’il se passait. »

– Je vois que tu as éveillé ton Sharingan.
– Tu es ce type, de l’autre fois...
gronda Sasuke.
– Bonne mémoire. Mais cette fois-ci, ton frère ne viendra pas te sauver.
– Qui es-tu ?
– Neji Hyûga, fils d’Hizashi Hyûga...


Sasuke fronça les sourcils.

– ... et fils adoptif d’Orochimaru, car...

Naruto ouvrit la bouche.

– ... mon père est mort, tué par Mikoto Uchiwa.

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mizuki_tiger
Sennin


Inscrit le: 29 Mar 2012
Messages: 2369

MessagePosté le: Sam 01 Mar 2014, 11:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre 79
Le Nindô de Neji : dépasser les limites






Mikoto se trouvait sur le visage de pierre du Yondaime, debout, observant le village, vêtue de sa tenue de chef de Police.
Ses yeux rouge, brillant dans le noir, perçaient l’obscurité. S’ils n’étaient pas aussi habiles que ceux des Hyûga pour rechercher des détails, il n’en restait pas moins qu’un Chakra avait disparu subitement, un Chakra qu’elle surveillait sensiblement plus que les autres...

D’un bond, elle quitta aussitôt son emplacement. Quelque chose s’était produit pour que Minato se téléporte hors du village, sans prévenir, en pleine nuit.

Le Yondaime fronça les sourcils. S’il avait su qui l’avait invoqué...

– Danzô... murmura-t-il.

Mais le plus surprenant n’était pas tant l’individu, mais sa position.
En effet, le vieil homme était ligoté, et pas par n’importe quoi...

« Des serpents... C’est la signature d’Orochimaru... »

Mais Minato avait déjà sentit sa présence, et un kunaï s’était planté contre un mur, la lame rougie par le sang de la joue d’Orochimaru qui se terrait dans l’ombre.

« Il a utilisé un kunaï non marqué, plus léger et donc encore plus rapide pour me surprendre. »

– Raté !
ironisa le Sannin. Ne sais-tu donc plus viser, Minato ? Ou bien...

Minato fronça les sourcils.

– N’était-ce qu’un avertissement, et as-tu compris que me tuer serait encore plus dangereux étant donné mon avantage ?

« Il a raison
, dut admettre Minato. Il détient Danzô et ses serpents peuvent le tuer d’un instant à l’autre. Si je tue Orochimaru, Danzô mourra... »

Il se retourna, faisant ainsi face à Orochimaru qui s’avançait dans la lumière d’une bougie, sa longue langue léchant le sang qui coulait de sa joue.

« Et si Danzô meurt... Les premiers suspects seront les Uchiwa... »

– Je pense que tu as suffisamment de présence d’esprit pour éviter de déclencher une guerre civile dans Konoha, Minato. Les conséquences pourraient être désastreuses...


Le combat entre Neji et Sasuke avait pris de l’ampleur. Neji était clairement dans une offensive chirurgicale, frappant avec précision dans l’objectif d’atteindre tous les points vitaux de l’Uchiwa, qui parvenait grâce à son Sharingan à anticiper les mouvements de l’Hyûga.

– Testons les capacités de ton Sharingan... murmura Neji en changeant soudainement de position.

« Il prépare quelque chose... »

– Cette zone est parfaite
, murmura Neji. Car à présent, tu trouves dans mon champ d’attaque.

« Je connais cette pose ! »

HAKKE ROKUJUU YONSHOU


Hiruzen fut brusquement réveillé par la présence d’une ombre à sa fenêtre.

– Mikoto, murmura le vieil homme, il y a du nouveau ?
– Sandaime-Sama... Vous m’aviez dit de surveiller les agissements de Minato...


Sarutobi se leva aussitôt.

– Il s’est téléporté ?
– Oui...
– Hmm
, fit-il, enfilant sa tenue de combat. Viens avec moi.
– Où allons-nous ?
– Voir les seules personnes susceptibles de le retrouver...

« 2 poings...
compta Sasuke, en les esquivant. »

Naruto cherchait une ouverture, une faille quelconque pour intervenir, mais ce combat qui ne le concernait pas était trop axé sur le Taïjutsu.
Il ne savait pas quoi faire. D’un côté, il y avait Sasuke, qui avait clairement montré son hostilité... Et de l’autre, ce Hyûga, qui semblait tout aussi dangereux...

« 4 poings... Ses coups sont d’une rare précision. »

Sasuke esquivait toujours, sous les yeux de Haku, à moitié inconscient.

« 8 poings... Je dois rester concentré. Le Byakugan est redoutable... »

Les coups se poursuivaient avec violence.

« 16 poings... Mais le Sharingan est meilleur ! »

Sakura avait profité de la diversion de Kakashi pour entraîner Tazuna à distance convenable de Zabuza. Mais ça ne serait pas suffisant.
Zabuza ricanait, conscient d’être le seul shinobi présent en pleine possession de ses moyens. Et la volonté de Kakashi de faire venir le Yondaime démontrait bien son impuissance face à cette situation...

« 32 poings... J’y suis presque ! »

Neji n’en croyait pas ses yeux. C’était la première fois qu’un individu parvenait à venir à bout de cette combinaison de combat par pur esquive de chacun des coups.
Le Sharingan était vraiment incroyable : sa capacité d’anticipation était exactement ce qu’il fallait pour venir à bout de l’offensive parfaite permise par le Byakugan.
Un combat au corps à corps entre les deux se terminerait sur la durée.

« 64 poings... J’ai réussi ! À mon tour... »

Mais soudain, Sasuke eut le souffle coupé. Il cracha un mince filet de sang tandis qu’il était projeté en arrière, son estomac provoquant une sensation très désagréable, comme si sa peau était devenue insensible mais que ses organes avaient pris un coup de plein fouet.

« Que s’est-il passé ?! J’avais tout esquivé... »

– Toutes ces limites...
murmura Neji en s’avançant lentement. Toutes ces limites que l’on se fixe et qui nous empêchent d’avancer...

Sasuke se releva péniblement.

– Belles esquives, je dois l’admettre... Esquiver soixante-quatre poings demande une excellente maîtrise de ta pupille... Dommage pour toi que tu n’aies pas vu venir le soixante-cinquième...

Sasuke fronça les sourcils. Ce coup l’avait perturbé, mais ça ne l’empêcherait pas de contre-attaquer...

Il effectua une série de mudras.

« Il est rapide, remarqua Naruto, qui cherchait, dans ce passage au Ninjutsu, une ouverture... »

KATON – GOKAKYU NO JUTSU

Une gigantesque boule de feu se créa, illuminant les miroirs de glace. Naruto s’éloigna, la chaleur devenant trop forte, tandis que Neji voyait Sasuke effectuer un nouveau signe.

« Un Kage Bunshin ? »

Mais l’importante quantité de Chakra contenue dans la flamme masqua son adversaire.

« Il utilise la force de mes yeux comme faiblesse... Trop de Chakra brouille le Chakra ; je l’ai perdu de vue... »

HAKKE SHOU KAITEN


Tournant sur lui-même, Neji fit sortir du Chakra de tous ses tenketsus, se créant un bouclier d’énergie pure qui fut suffisant à le protéger de l’incandescence de l’attaque.
Mais déjà, Sasuke passait à l’offensive, armé d’un unique kunaï, profitant de la position de faiblesse de Neji due à son tournoiement.

Celui-ci leva une main devant lui, à l’aveugle.

JUKEN !

Sasuke vit clairement du Chakra s’échapper de la main de Neji. Il para avec son kunaï, mais la puissance de l’impact le propulsa en arrière. Il atterrit cependant sur ses pieds, un sourire satisfait aux lèvres.

– Comme prévu, tu es fort, murmura l’Uchiwa. Mais, toi qui parlais de limites... Je connais les tiennes.

Il ricana.

– Tu croyais vraiment qu’après m’être fait attaquer par un Hyûga, je n’apprendrais pas vos faiblesses ?

Naruto comprit soudain. Sasuke avait créé un clone qui fonçait droit derrière Neji, tête la première, les bras étendus le long du corps comme pour se maigrir.
Ainsi, il se trouvait dans l’exact angle mort du Byakugan.

– Hmm... murmura Neji, en fermant les yeux. Les limites sont faites pour être dépassées...

D’un mouvement sûr, l'Hyûga stopa net le clone de la paume de sa main contre sa tête.

– Toutes...

« Quelle précision !
s’étonna Naruto en voyant le clone se décomposer sous le choc. Je ne m’y connais pas très bien en art Hyûga, contrairement à Papa, mais il a dû atteindre une zone liée au cerveau... Beurk... »

– Belle anticipation
, murmura Sasuke, mais pas suffisante.

Neji comprit soudain, mais trop tard.
Le clone se transforma complètement en flammes et Naruto ne put retenir une exclamation admirative.

« Un clone de feu... Je n’avais encore jamais vu ça ttebayo ! »

Neji n’avait pu anticiper cette offensive. Il avait clairement vu Sasuke s’apprêter à effectuer un Kage Bunshin, mais sa vision avait été troublée... Depuis le début, Sasuke l’avait induit en erreur, et le fait d’utiliser son angle mort avait permis à l’Uchiwa de garder la nature de son clone secrète et ce, jusqu’au contact avec l’Hyûga.

Neji prit ainsi feu et Sasuke vit clairement son corps se consumer sous l’ardente chaleur des flammes.

« Sasuke, pensa Naruto avec étonnement. Tu... »

Mais Sasuke se tourna vers Naruto. Il paraissait insensible, mais ses yeux dégageaient une lueur plus intense encore que le feu derrière lui.

– Si tu ne résistes pas, aucun mal ne te sera fait...
– C’est donc là tout le pouvoir d’un prodige Uchiwa ?
dit soudain une voix derrière lui.

Les flammes se dispersèrent brusquement, laissant apparaître une peau assombrie. La longue cape blanche de Neji cessa de se consummer, laissant çà et là apparaître sa peau nue tout aussi sombre que son visage, et contrastant avec ses cheveux devenus blancs.
Deux cornes s’étaient développées sur son front.

– Voici donc tes limites...

_________________
Ma fic (click Wink ) :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 4 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum