Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Les jeunes et les agités de Konoha II : univers impitoyable
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Mar 02 Avr 2013, 12:13 am    Sujet du message: Les jeunes et les agités de Konoha II : univers impitoyable Répondre en citant

Voici donc la seconde partie de ma fiction "les jeunes et les agités de Konoha".

Le titre de cette seconde partie est "univers impitoyable", elle peut-être lu indépendamment de la première partie, mais si réfère sur certains points.

Le temps a passé depuis la dernière guerre, la paix règne grâce à une idée de Naruto et de Gaara. La vie est entrée dans une phase plus paisible plus propice à la vie de famille.

Chapitre 16 donc

Spoil:
Chapitre 16 : Scène de ménage.

Seule dans sa chambre la jeune femme se regardait dans le miroir. De face, de profil et de dos, alternant les poses, elle se questionnait devant son reflet tout en soulevant sa poitrine avec ses mains afin de bien juger de sa taille. Elle finit par relever ses cheveux essayant de voir si une natte lui irait mieux.

-Mais c'est pas croyable, comment ça se fait que les garçons ne s’intéressent pas à moi, bon sang. Je suis quand même jolie et plutôt bien foutue. Regarde-toi ma belle, cette chevelure longue et lisse à la couleur si pure, cadeau de ta grand-mère, les yeux magnifiques et la belle poitrine de ta mère...Sérieux, avec l’héritage des femmes qui ont séduit deux Hokage, comment fais-tu pour être sans petit copain à ton âge...Les mecs de ce village sont-ils tous aveugles ?Bon sang ça me rend folle.

A son insu deux jeunes garçons mataient son petit jeu en regardant par l’entrebâillement de la paroi coulissante de sa chambre.

-Alors Akira, tu crois que cela pourra te servir pour la suite de ton manga ? Tu me fais risquer gros.

-Sérieux, ta sœur elle est trop canon. Wahou quelle bombe.

-Chut parle moins fort, si elle t'entend on est mort. T'imagine même pas comment elle est quand elle se fout en rogne. C'est pire que Kyuubi.

L'un des garçons dessinait rapidement des croquis sur un carnet de notes, créant avec talent et rapidité un personnage féminin en se fiant aux courbes de la jeune fille. Son camarade contemplait son œuvre avec admiration.

-Tu peux ouvrir un peu plus que je vois mieux, sinon je pourrais pas finir mon croquis.

-D'accord, mais s'il-te-plait tais toi, lui répondit-il en glissant très lentement un peu plus le panneau afin de dévoiler à son ami dessinateur la silhouette entière de la jeune fille en dessous.

Cette dernière aperçut, en regardant le miroir, le visage des deux garçons qui entrebâillaient la porte de sa chambre. Elle saisit une brosse à cheveux juste à côté d'elle sur son chevet.

-JIIIII....RAAAAA......YAAAAA !! hurla-t-elle en projetant frénétiquement la brosse vers les deux voyeurs.

-Merde, elle nous a vus...viens Akira, fuyons !

Les deux garçons se mirent à courir dans les couloirs de la grande demeure. Derrière eux la jeune fille, en culotte et soutien-gorge comme unique vêtement, les poursuivait, le visage déformé par la colère.

-JIRAYA, AKIRA, je vais vous massacrer bande de sales petits pervers !

-Vite, suis-moi. Le seule endroit sûr, c'est le dôjô...dépêche Akira !

Filant le plus vite possible dans le grand dôjô familiale en bois, les deux garçons ouvrirent la porte et se jetèrent dedans en refermant rapidement derrière eux. La dite porte ne fit pas long feu, éclatant en morceaux sous un violent coup de pied.

-Je vous tiens sales morveux ! Venez prendre votre dérouillée ! Bon sang, hurla la jeune fille telle une furie. Ses cheveux rouges dansant sous l'effet de la colère tels les queues de Kyubi, elle fit craquer ses jointures en les cherchant dans le dojo. Vous n'avez plus que sept secondes à vivre, c'est moi qui vous le dit.

-Je peux savoir à quoi cela rime, Kushina ?demanda une voix ferme et stricte.

-Hein...la jeune fille se calma soudainement devant le visage pâle de Hanabi.

-« Hein » n'est pas une réponse. Puis-je savoir pourquoi tu harcèles ton frère et qu'elle est la raison d'une irruption d'une telle indécence dans le dojo familiale ? Entre ta tenue et la porte que tu viens de faire voler, j’exige une réponse sur le champs, jeune fille.

-Ma tante, je poursuis Jiraya pour lui apprendre à ne pas m'espionner quand je suis dans ma chambre. Ce sale petit pervers et son copain m'ont reluquée alors que je me changeais.

-Je ne te crois pas, Jiraya est un garçon sérieux, ce n'est pas un cancre existentialiste comme toi. Maintenant je te demande de quitter le dojo, ce n'est pas parce que tu ne viens jamais t'entraîner que tu dois l’empêcher de s'entraîner aux arts familiaux.

-Pfff n'importe quoi. Je m'en fous, moi, de vos traditions. Bon sang.

-Kushina, ta mère entendra parler de tout ça.

-Ça aussi je m'en moque, elle me comprend bien mieux que vous ne pourrez jamais le faire.

La jeune fille quitta le dôjô en ronchonnant des paroles inaudibles. Elle retourna dans sa chambre et mit ses vêtements. Elle regarda un instant une photo sur sa table de chevet, montrant sa mère tenant un bébé à la maternité, son père et elle à ses côtés, puis soupira et partit rejoindre la salle principale. Troisième arrivée, elle s'installa en ne disant qu'un simple bonjour aux deux personnes déjà en train de prendre leur petit déjeuner.

-Kushina, quand tu es comme ça, c'est que tu t'es disputée avec ton frère ou ta tante. Je me trompe ?

-Non maman, je me suis même disputée avec les deux.

-Pourquoi tu cries toujours sur tata Hanabi, grande sœur, demanda une fillette d’à peine cinq ans. Moi, tu me cries jamais dessus.

-Mais toi tu es un ange tite sœur, répondit-elle en lui caressant ses nattes blondes.

Hanabi et l'un des jeunes garçons firent leur entrée à ce moment là. Ils s’installèrent à table sous le regard colérique de Kushina.

-Grande sœur Hinata, je te demanderais de sermonner ta fille ainée, puisqu'elle ne m’écoute pas visiblement.

-Hnnn, soupira Hinata. Qu'a-t-elle encore fait, Hanabi ?

-Elle a démolit la porte du dojo et a poursuivi Jiraya alors qu'il venait s'entrainer.

-Mais c'est n'importe quoi. Je le poursuivais parce que lui et son copain Akira m'avaient espionnée dans ma chambre.

-Et alors, cela ne justifiait pas la dégradation du dôjô et ton entrée dans cette tenue. Si tu venais t'entrainer de temps en temps avec moi, tu connaitrais les usages.

-Je me fiches de la pratique du Juken. Je suis nulle, pas la peine de me forcer, je n'y arriverai jamais. En plus je vois pas à quoi cela pourrait me servir.

-Kushina...parle autrement à ta tante, s'il-te-plait.

-Mais maman, elle veut toujours me forcer à m'entraîner depuis mes onze ans. Moi je m'en fiche.

-Kushina, tu es l'ainée de la famille principale. Tu te dois en tant que Hyuga de pratiquer le Juken. Au lieu de ça tu passes tes journées à paresser ou disparaître on ne sait où.

-Et alors, quel intérêt de travailler ? La famille est riche et noble. J'ai pas à m'en faire pour mon avenir. Bon sang, ma tante. Et ça ne change rien à ce qu'à fait mon frère. C'est un sale petit pervers, il a pas hérité le meilleur de son homonyme. Il aurait pu hérité de la sagesse de Maitre Jiraya au lieu de ses penchants pervers...

-Kushina, cesse de t'en prendre à ton frère. Il est plus doué et plus sérieux que tu ne l'as jamais été. Il sera sûrement plus digne d’être l’héritier de la famille que toi.

-Ah oui il est doué lui...il s'entraîne avec toi, ma tante...Il n’empêche qu'il n'en est pas moins un sale petit pervers. Tu le protège parce qu'il te rappel ton ex...aussi pervers l'un que l'autre.

-Kushina...s'écria affolée Hinata mais il était trop tard. Hanabi folle de rage venait de jeter un verre d'eau sur le visage de la jeune fille.

-Jeune fille, je t'interdis de parler de mon ex. Ton frère mérite le nom de Hyuga, lui...

-Ça tombe bien ! s’écria Kushina en se levant les larmes aux yeux. Parce que moi, ma tante, mon nom c'est U-ZU-MA-KI. Je serai jamais une Hyuga et j'en suis fière. Puisque c'est ainsi, je n'irai pas à la remise de diplôme de Jiraya. Elle partit en trombe de la salle.

Un lourd silence que seule les sanglots de la petite fille s’abattit sur la tablée. Jiraya mangeait son riz en jetant des coups d’œil furtif à sa mère qui se tenait la tête entre ses mains.

-Grande sœur Hinata, tu dois te montrer plus ferme avec elle. Ses comportements sont de plus en plus inacceptables.

-Hanabi, tu devrais la laisser un peu. Ne te comporte pas comme notre père envers moi avec elle, c'est tout ce que je te demande. Ne la rabaisse pas sur son manque de talent. Quant à toi Jiraya, dis- moi si ce dont t'accuse ta sœur est vrai.

-Euh oui maman, mais c’était juste pour que Akira puisse dessiner...

-Je ne veux pas le savoir. Si j'entends encore ta sœur se plaindre que tu l'espionne dans sa chambre, je te punirai de sortie.

-Mais maman...

-Il y a pas de « mais maman » qui tienne. Tout à l'heure nous allons aller à ta remise de diplôme de l’académie, j’espère que tu te tiendras tranquille.

-Il sera parfait. Mon neveu est le digne successeur de son grand-père et de son oncle. Il fera un genin de talent. Pas comme ta fille ainée qui a refusé d'aller à l’académie ninja de notre village.

-Hanabi, s'il-te-plait. Laisse Kushina un peu tranquille, ce n'est pas sa faute si elle a le même tempérament que son père. Allons dépêchons-nous, la cérémonie commence dans dix minutes.

Le repas terminé, Hinata ajusta les vêtements de Jiraya et tenta de le peigner.

-Mon chéri, tu as les cheveux de ton père...impossible de te peigner.

-Oui maman, tu me le dis tout le temps, mais au moins ils ont ta couleur, répliqua-t-il fièrement.

Hinata, Jiraya et la petite fille partirent ensemble en direction de l’académie ninja. Il y avait foule à l'entrée. Un attroupement de parents et d'enfants d'une dizaine d'années attendaient devant la porte d'entrée.

-Hinata...par ici, s’écria Sakura en la voyant arriver.

-Sakura, Lee san, comment allez-vous ? répondit Hinata en les saluant respectueusement.

Lee et Sakura se tenaient côte à côte en souriant, entre eux se tenait une jeune fille aux magnifiques yeux verts et à la longue chevelure noire.

-Hinata, tu n'es pas venue avec Kushina ? l'interrogea Sakura.

-Non, elle s'est fâchée avec sa tante et a refusé de venir voir la remise de diplôme de son frère.

-Ahah...C'est tout le portrait de son père, s'esclaffa Lee.

-Leeeee...tu vas te taire ! Tu vois pas que cela met Hinata mal à l'aise ?

-Excuse-moi ma petite fleur...bafouilla Lee devant les sourcils froncés de Sakura.

-Je t'ai déjà dit de ne pas m’appeler comme ça en public.

-S'il-vous-plait, un peu de silence. Les enfants à droite dans la cour et les parents sur la gauche, hurla Iruka pour se faire entendre, nous allons commencer.

Les enfants quittèrent leurs parents pour aller s'aligner comme l'avait demander leur enseignant. Parmi eux, Jiraya s'installa entre la jeune fille aux yeux verts et son ami Akira un garçon aux cheveux et visage très pâles. A ses côtés une jeune fille un peu rondelette à lunettes et cheveux rouges cherchait quelqu'un du regard.

-Excusez mon retard...un jeune garçon au visage longiforme et fin entra dans la cour avec prestance. Ses longs cheveux blonds en queue de cheval tombaient jusqu'à la moitié de son dos, il fixa les rangs avec ses yeux bleues profonds en souriant fièrement. Une attitude qui entraîna quelques soupires chez les jeunes filles.

-Katsuya...ce n'est pas parce que tu es le fils du Hokage que tu peux te permettre d'arriver en retard.

-Pardonnez-moi, Iruka sensei, mais je viens juste de revenir avec ma mère d'une visite chez mon oncle, le Kazekage...Nous sommes rentrés tard dans la nuit.

-Oui ça va, rentre dans les rangs et épargne-nous les détails, que l'on puisse commencer la remise des diplômes.








_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vewtwo
Civil


Inscrit le: 03 Oct 2008
Messages: 33
Localisation: rochefort

MessagePosté le: Mar 02 Avr 2013, 6:36 am    Sujet du message: Répondre en citant

c'est pas juste que konohamaru et hanabi se soit séparer, ils allaient si bien ensemble, je suis déçu.

la fille de naruto et hinata a un corps de rève ? je comprend qu'elle s'énerve contre son ftère et son ami, mais elle devrait plus s'énerver contre ce dernier, vu que son frère est plus sérieux que perver.

et je suis perdu concernant katsuya et ce qu'il a dit.

la suite
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mar 02 Avr 2013, 9:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Spoil:
Que de changements que de changements... Résumons. Visiblement Katsuya est le fils de Temari et Shikamaru. De fait son père, Shikamaru est le septième Hokage... Ajouté au faits qu'on ne voit pas Naruto, que sa famille a emménagé au manoir Hyuuga et que Kushina pourrait être le nouveau Jinchuriki de Kurama, cela laisse présager un passé tragique pour Naruto. Probablement le même que Sasuke qui a disparu de la ligne d'horizon (il y a moins de cinq ans ?). Effectivement un univers bien impitoyable. Je suis curieux de lire la suite.

Les personnages de la nouvelle génération sont bien caractérisés, même si Kushina pourra sans doute paraitre très crispante au début (le temps qu'elle réalise la portée de son héritage). Si je ne m'abuse Akira devrait être le fils de Sai et Ino, et la fille entre Lee et Sakura la dernière Uchiha.


Dernière édition par aldebaran le Mar 02 Avr 2013, 9:05 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isumi
En cierto modo
En cierto modo


Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 4041
Localisation: Mukuchi na yousei wa soko ni iru

MessagePosté le: Mar 02 Avr 2013, 9:05 am    Sujet du message: Répondre en citant

Chamboultou !

Je sens que nous allons bien nous amuser.
Cela commence par jeu de déduction assez sympa.

Spoil:
Akira est le fils de Saï, reste à savoir avec qui...
Sakura a quitté Sasuke pour se mettre en ménage avec Lee et ils ont une belle petite brune aux yeux vert (assortie avec la tenue que papa porte encore ? XD).
Karin semble avoir eu de la descendance.
hanabi et Konohamaru, split et Hanabi semble ne pas avoir refait sa vie, mais compenser en jettant son dévolu sur son neveu Jiraya, fils de Naruto (cheveux difficiles à peigner) et Hinata, frère de Kushina "cancre existentialiste XD).
Naruto semble être mort...oO.
A moins qu'il ne soit parti (avec Sasuke XD).
Toujours est-il qu'il n'est plus kage.
Le beau gamin blond qui arrive à la fin étant fils du kage actuel et ayant un oncle à Suna indique une union, Shika/Tema et surtout que c'est Shikamaru qui est actuellement aux affaires (où je me trompe grossièrement ?).


Edit: merci de ton retour, je vais en rajouter une chtite couche et en profiter pour rectifier les balises spoil qui avaient merdé Mr. Green

Spoil:
Karin et Chôji, c'était évident, en fait, vu que la petite a la surcharge pondérale de papa. J'aurais du être plus attentive...

Akira est donc le fils de Saï avec Ino, j'ai maté sans vergogne le post d'Aldé héhéhé...
Pour moi ce nom est irrémédiablement rattaché au manga culte de Katsuhiro Otomo.
J'aime. ^^

Hanabi a tendance à se comporter comme Hiashi jadis, Hinata le lui fait remarquer. espérons qu'elle ne finira pas vieille aigrie Very Happy
Hinata est plutôt posée mais ferme pour gérer les conflits entre ses enfants. Elle assure.

Naruto, dégouté des magouilles de l'ONU aurait pu partir tel l'ermite avec son pote Sasuke. A eux deux ils auraient oeuvré pour la voie du Tao dont ils représentent chacun une composante Laughing

Le fils de Shika a les cheveux d'Ino, quelle ironie Mr. Green



Dernière édition par Isumi le Mar 02 Avr 2013, 10:22 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Mar 02 Avr 2013, 10:03 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ohoh je vois que les hypothèses vont bon train Laughing .

C'était effectivement un peu le but du truc.

@ Isumi.

Spoil:

Citation:
Akira est le fils de Saï, reste à savoir avec qui...


Yes bien vu, Akira pour deux raisons, la première prénom signifiant clarté ou lumineux, le garçon est pale du visage et des cheveux comme la clarté. Pour le nom de la mère, Alderbaran a vu juste. Smile
La seconde raison, Akira clin d'oeil a un prenom tres ancré dans le monde du manga...Akira le manga culte et Akira Toriyama le mangaka culte.

Citation:
Karin semble avoir eu de la descendance.

Tout a fait, mais la question avec qui ^^? J'ai laissé un chtiot indice Smile

Citation:
hanabi et Konohamaru, split et Hanabi semble ne pas avoir refait sa vie, mais compenser en jettant son dévolu sur son neveu Jiraya, fils de Naruto (cheveux difficiles à peigner) et Hinata, frère de Kushina "cancre existentialiste XD).


Alors la...chapeau! Tu as découvert absolument tout de la psychologie de cette Hanabi adulte. C'est exactement ça, elle a mal vécu sa rupture ( j'en donnerais évidement les raisons plus tard) et prend Jiraya comme fils de substitution.

Citation:
Naruto semble être mort...oO. A moins qu'il ne soit parti (avec Sasuke XD). Toujours est-il qu'il n'est plus kage.


Soyons sérieux un minimum tout de même, je sais qu'hier c’était le premier avril mais quant même Wink Dans l'ordre les réponses sont Peut-être, surement pas, en effet!

Citation:
Le beau gamin blond qui arrive à la fin étant fils du kage actuel et ayant un oncle à Suna indique une union, Shika/Tema et surtout que c'est Shikamaru qui est actuellement aux affaires (où je me trompe grossièrement ?)


Tout juste...Voici le beau gosse, fils de papa, neveu de tonton...qui va se la péter grave. Adulé par les filles, prétentieux mais il le vaut bien, jalousé par les garçons.

Citation:
Sakura a quitté Sasuke pour se mettre en ménage avec Lee et ils ont une belle petite brune aux yeux vert (assortie avec la tenue que papa porte encore ? XD).


Laughing oui Sakura a quitté Sasuke et c'est mise en ménage avec Lee. Non Kaori n'a pas les yeux assortie à sa tenue ^^. Sakura ne laisserai jamais sa fille s'habiller avec un sac à patate. Les yeux de la chtite sont ceux de sa mère, voila tout.

Les réponses aux raisons de ce chamboultou dans les prochains chapitres.


@Aldebaran

Spoil:

Oui Naruto est effectivement fort absent. La raison de cette absence sera a découvrir.

Bien vu pour Akira...Et tu parles de la portée de l’héritage de Kushina, mais de quel héritage est elle la descendante... Wink


@Vewtwo

Spoil:

Kushina s’énerve plus contre son frère que contre Akira, parce qu'il est son frère et que Hanabi prend sa défense. C'est plus en réaction de jalousie envers lui qu'en terme de justice qu'elle s'en prend à lui. Il y a un antagonisme terrible entre Kushina et sa tante. Comme l'a perçu Isumi, Hanabi voit en Jiraya un fils, un pur Hyuga et le surprotège au dépend de Kushina qui semble plus avoir herité du patrimoine des Uzumaki.

En ce qui concerne Katsuya la réponse a été donné par Alderbaran et Isumi.

_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vewtwo
Civil


Inscrit le: 03 Oct 2008
Messages: 33
Localisation: rochefort

MessagePosté le: Mar 02 Avr 2013, 4:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

dans ton derniers chapitre, tu n'as pas préciser l'age des personnages.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Mer 03 Avr 2013, 8:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

@Vewtwo

Spoil:
Je sais oui, c'est voulut. Je ne voulais pas faire une énumération de chaque caractéristique des nouveaux personnages style data book. Au contraire tout sera révéler par petits indices parsemés au fur et à mesure des chapitres.

Vous pouvez néanmoins avoir une petite idée de leur tranche d'age.

Je parle de jeune femme pour Kushina et de poitrine formée. Je parle de garçon pour Jiraya et de sa remise de diplôme à l’académie....cela devrait vous mettre sur la piste de leur age approximatif.


Mais trêve de bavardage...voici venu le temps des rires et des chants...

Chapitre 17 : Amour, gloire et Beauté...

des mots qui font rêver... Laughing





Spoil:
Chapitre 17 : Amour, Gloire et Beauté


Sous les yeux de leurs parents, chaque élève de l’académie recevait un par un son diplôme de Genin des mains d'Iruka. Bien en rang, ils en sortaient un par un pour récupérer le précieux bandeau. Iruka, suivant l'ordre des élèves, arriva à hauteur de la jeune fille à côté de Jiraya.

-Haruno Kaori, c'est avec un grand plaisir que je te remets ton diplôme de genin. Nous espérons que tu deviendras encore plus douée que ta mère pour la pratique de la médecine.

-Merci Iruka-Sensei, dit-elle avec un large sourire sous les cris de joie de Lee dans le public.

Iruka attendit qu'elle rentre dans le rang et s'approcha de Jiraya. Il le fixa un petit moment avec un sourire tendre.

-Uzumaki Jiraya...lança-t-il des tremolos dans la voix. Jiraya s’avança alors que des murmures parcoururent l'assistance. Jeune homme, c'est avec beaucoup d'émotion que je te donne ce bandeau. Il y a un peu plus de vingt ans, je donnais le même à ton père dans d'autres circonstances. Je n'aurai jamais pensé que ce jour là, le destin aurait pris une telle tournure et que je donnerais aujourd'hui un nouveau diplôme à un Uzumaki.

-Merci Iruka-Sensei, mais je suis un Hyugaa, déclara sèchement Jiraya en prenant le bandeau.

-Oui bien sûr... mélancolique, Iruka ne releva pas plus en passant au suivant. Yamanaka Akira, voici ton diplôme. Essaie d’être plus attentif en tant que genin et passe un peu moins de temps à dessiner qu'a t'entraîner. Akimichi Momo, appela-t-il devant la jeune fille rondelette à lunettes, voici ton diplôme, essaie à l'avenir d’être un peu moins timide.

Puis Iruka termina rapidement la remise des bandeaux et finit en arrivant près du garçon blond retardataire. Ce dernier le fixait d'un air hautain en balayant une mèche blonde de devant son front. Légèrement agacé par son attitude Iruka fit une petite grimace en l'appelant.

-Katsuya Nara, voici ton diplôme de genin. Nous sommes tous fiers de remettre ce bandeau au fils de notre Hokage et neveu du Kazekage. Espérerons que tu seras aussi talentueux et SAGE que les membres de ta famille.

-Merci Iruka-Sensei...Vous faites vraiment du bon travail.

-Trop gentil de ta part Katsuya-KUN ! répliqua Iruka en lui tournant le dos. Maintenant nous allons entendre un discours du septième Hokage sur le rôle du genin.

L'assistance se tourna vers une petite estrade sur laquelle venait de monter Shikamaru dans la tenue officielle des Kages.

-Bonjour à tous. Je serai bref. Jeunes genins, vous venez de réussir votre diplôme, mais contrairement à vos prédécesseurs, vous n'aurez pas les mêmes fonctions. Dans le passé, la fonction de ninja de Konoha était de remplir des missions pour le village. Suite à la volonté de mon prédécesseur et malgré ce que beaucoup pense de lui, je poursuis son idéal de paix. Les ninjas de Konoha n'ont plus qu'une seule mission : protéger le village et le pays du feu. Vous avez choisi cette voie, donc vous serez les garants de notre sécurité. Merci pour nous et encore félicitation à vous mes enfants.

Sans attendre la fin des applaudissements, Shikamaru descendit de l'estrade et se retira. Les enfants nouvellement diplômés coururent vers leurs parents. Les embrassades et cries de joies fusèrent dans l'assistance. Un petit buffet fut servi pour que tout le monde puisse profiter de rafraîchissements et d'une collation.

-Alors Hinata, fière de ton petit gars ?

-Oui Sakura, je suis très fière de lui. Même si ce qu'il a répondu à son professeur m'a un peu attristé.

-Allez Hinata, ça lui passera avec l'âge. En grandissant il trouvera la maturité nécessaire pour comprendre, enchaina Lee. Sakura, si tu veux retourner à l’hôpital, je m'occupe de Kaori.

-Oui attends, voilà Karin et Ino. Nous irons ensemble au travail.

-Sakura, Hinata, Lee alors ça nous rajeunit pas tout ça. Ino s’avança. Hinata, Akira m'a dit que ce matin il avait été discourtois avec ta fille ainée, rien de grave j’espère.

-Oh non, mais en ce moment Kushina n'est pas au mieux. Elle traverse une mauvaise passe et ses relations avec Hanabi sont plus tendues que jamais.

-Toujours à cause de son père...murmura Sakura.

-Oui, c'est un sujet de dispute entre elles. Je me fais du soucis pour Kushina, je la trouve instable en ce moment. Elle s'absente si souvent, cela m’inquiète.

-Ta fille a peut-être un petit ami ? J'ai entendu dire qu'elle trainait souvent en ville avec Azuki, la fille d'Anko et Iruka.

-Je ne savais pas, Karin. Tu es sûre qu'elle aurait un petit ami, parce qu'elle m'a rien dit à ce sujet.

-Possible, le beau Hanzo est en permission à Konoha depuis un mois. Et toutes les filles en sont folles.

-Ah Karin...toujours à regarder les beaux garçons mais tu es plus toute jeune ma pauvre.

-Je te demande pardon Sakura ? C'est pas parce que tu es la directrice de l’hôpital qu'il faut te croire tout permis...Je n'ai pas de leçon à recevoir d'une femme qui se contente de Lee après avoir rompu avec...

-DE QUOI...parce que toi et Choji...C'est quoi ? Continue comme ça et je te fous des gardes supplémentaires à faire.

-Allons les filles, ce n'est pas parce que vous avez toutes les deux eut des déboires avec Sasuke qu'il faut dénigrer vos hommes. Il fallait faire comme moi et regarder ailleurs, vous auriez trouvé un homme aussi beau que mon Saï. Au lieu de vous focaliser sur ce misanthrope d'Uchiha.

-Ino, garde tes conseils pour tes patients en psychiatrie, s'il-te-plait. Karin et moi savons parfaitement quelle est la valeur d'un homme stable. Toi, tu ne nous comprendras jamais.

-Exactement Ino, je t'interdis de vouloir faire croire que mon Choji est moins bien que ton Saï. Il est peut-être moins beau, mais c'est un garçon adorable et attentionné avec ses enfants. Ce n'est pas un fainéant comme ton mari.

-Saï n'est pas fainéant ! C'est un artiste...il lui faut du temps pour son art, voilà tout.

Le ton commençait à monter entre ces trois là. Hinata tenta de calmer le jeu mais rien n'y fit. Les trois femmes appelèrent rapidement leurs enfants et partirent sans se regarder.

De l'autre côté du village, à la terrasse d'un glacier, Kushina agitait nonchalamment les glaçons de son thé avec une baguette. Elle fixait songeuse la falaise de Konoha, sous les yeux un peu ennuyée d'une de ses amies.

-Kushina, ça n'a vraiment pas l'air d'aller. Tu regardes la falaise depuis dix minutes sans un mot.

-Azuki, ma tante me gonfle. J'ai vraiment envi de me barrer de la maison. Elle me prend pour une ratée, elle ne pense qu'à m'entraîner pour faire de moi une héritière de mon clan.

-Tu veux partir de chez toi...Sérieux t'es malade ? Tu vis dans une des plus belles demeures de la ville. Et tu voudrais faire quoi ?

-Oh j'ai toujours l'ancien appartement de mon père...Maman a les clefs, on pourrait habiter ensemble ce serait sympa, non ?

-Chut, regarde derrière toi...C'est lui.

-Qui ça ? Kushina se retourna et vit un jeune homme dans un bel uniforme blanc. Bein quoi c'est un officier de la Force d'intervention de la Société des Ninjas.

-Non mais t'es aveugle, c'est Hanzo...

-Hanzo ? Hanzo Sarutobi ?

-Oui évidement. Arrête, le regarde pas, il vient vers nous.

Le jeune homme s'approcha de leur table et se gratta discrètement la gorge en arrivant vers elle, l'uniforme blanc parfaitement repassé, les cheveux noirs, le visage viril se terminant par un petit bouc au menton. Il les fixa tour à tour avec ses yeux d'un rouge intense.

-Bonjour Kushina, ça fait longtemps. Tu me reconnais ?

-Hmm, je sais pas...Je me souviens pas, nargua la jeune fille sous le regard jaloux de son amie.

-Sarutobi Hanzo...le fils de Kurenaï, je m'entraînais avec ton père il y a des années.

-Ah oui...le petit Hanzo qui venait s'entraîner au Fûton avec mon père...Alors toujours aussi maladroit ?

-Kushina, t'es folle...Hanzo est l'un de nos représentants les plus doués de sa génération dans les rangs de la force de paix. Il a été promu commandant de section à seize ans.

-Merci Azuki...mais je suis colonel aujourd'hui, sourit-il à la jeune fille qui rougit en bafouillant. Et toi Kushina toujours aussi taquine ?

-Comme tu vois...Alors qu'est-ce que tu me veux...tu me fais de l'ombre. Aie...s'écria-t-elle en recevant un coup de pied d'Azuki sous la table.

-Directe, sans manière...le charme simple de son père, rit-il.

-Tu te moques de mon père ! cria-t-elle en se levant.

-Calme-toi Kushina, je ne me moquerai jamais de Naruto-Senseï. Tu sais que j'ai un profond respect pour lui. Il m'a enseigné la maîtrise du Fûton à la place de mon père. Si je me suis engagé dans la Force de paix c'est par respect pour sa vision de la paix.

-Oui, excuse-moi. Elle se rassit le visage morose. Alors tu voulais quoi...je n'ai pas trop envi de parler de mon père.

-Ah excuse-moi, je ne voulais pas... Je vous ai entendu tout à l'heure. Si tu veux partir de chez toi, pourquoi ne pas t'engager dans la Force de paix ? Tu poursuivrai ainsi le rêve de ton père et en même temps tu ferai quelque chose d'utile de ta vie.

-La Force de paix...Tu sais bien que je n'ai jamais été à l’académie. Je ne suis même pas genin. Que pourrais-je faire dans la force de paix ?

-Si c'est cela qui t’inquiète, sache que nous recevons des volontaires de tous niveaux, de tous les coins du monde. Des ninjas, de simple villageois, des vagabonds et même des criminels qui veulent être oubliés. Nous prenons toutes les âmes de bonnes volontés et nous les formons à toute forme de combat sans discrimination.

-Je sais pas, je vais y réfléchir. Tu repars quand ?

-Ma permission se termine ce soir,je dois être à la garnison demain matin. Ça m'a fait plaisir de te revoir Kushina.

-Ouais c'était sympa.

-Kushina, t'es folle. Tu as vu comment tu te comportes envers lui. Il est trop beau, je vais être jalouse. En plus vous vous connaissez, je le savais pas.

-Quand il avait six ans, mon père a voulu lui enseigner la pratique du Fûton. Il venait régulièrement s'entraîner chez nous. C'est un copain d'enfance, un grand frère en sorte, sûrement pas un petit ami potentiel.

-Tu me laisserai tenter ma chance ? Tu m'en voudras pas ?

-Quoi, il t’intéresse ? Alors vas-y sans problème. De toute façon, il n'est jamais venu me voir pendant les six dernières années, alors franchement je vois pas en quoi il pourrait s’intéresser à moi.

-Tu veux dire qu'il n'est plus venu après les événements d'il y a six ans ?

-Exactement...Apparemment il n'y avait que l'enseignement de mon père qui l'attirait chez nous. Je n'aurai aucune rancœur si tu sors avec lui.

Plus tard, les deux copines se quittèrent. Kushina songeuse resta un moment, adossée devant la porte d'entrée de sa maison à fixer la face non sculptée du sixième visage sur la falaise. Puis elle rentra pour rejoindre sa famille pour le repas.

-Jiraya, alors maintenant tu as du connaître le nom de tes coéquipiers et du Jounin qui sera ton maître.

-Oui bien sûr, tante Hanabi, répondit le jeune garçon avec le grand sourire de son père. Je serais avec Katsuya Nara et Kaori Haruno et mon maître sera...

-Teuh, teuh...toussa Hinata en faisant un petit signe de négation de la main.

-Grand Soeur, tu as attrapé froid, s’inquiéta Hanabi. En tout cas, cela va faire une équipe très performante, un ninja de combat à distance, une kunoichi déjà grandement versée dans les jutsu médicaux et toi un shinobi sensoriel et expert en corps à corps. Mais qui sera ton maitre ?

-C'est que maman m'a dit...

-Qu'est-ce qu'elle t'a dit ? Pourquoi ne me réponds-tu pas ? Hanabi regarda Hinata qui restait muette le visage crispé. Elle se tourna ensuite en direction de Kushina qui commençait à pouffer de rire. Kushina, je peux savoir ce qui te fais rire comme ça. Toi aussi tu sais qui sera le Jounin de Jiraya ?

-Non, je ne suis pas allée à la remise des diplômes, mais franchement vu le visage de maman et la gène de mon frère, faut pas être très maligne pour comprendre. AHAHAHAH, c'est trop drôle...

-KUSHINA, arrête de te moquer de moi. Et dites-moi qui c'est.

-Hanabi son maitre c'est...commença timidement Hinata.

-C'EST TON EX MOUHAHAHAHAHA...j'y crois pas, Jiraya va être entraîné par Konohamaru...Kushina éclata de rire en tapant sa main sur la table.

-Hinata...dis-moi que c'est pas vrai.

-Hanabi, Kushina a vu juste.

-C'est pas possible...hurla Hanabi en brisant le verre qu'elle tenait dans ses mains. Son visage déformé par la colère, elle ne put supporter les rires sarcastiques de Kushina. KUSHINA TAIS-TOI.

-Ah non ma tante. C'est trop drôle. Toi qui ne jure que par les règles du clan, qui veut m'imposer l’étude du Juken. Ton précieux neveu si doué pour les arts du clan, va être l’élève de l'amour que tu as perdu à cause du clan justement. Quelle ironie n'est-ce pas, ma tante ?

-TAIS-TOI ! hurla Hanabi en se jetant sur Kushina le byakugan activé.

-HANABI ! Hinata activa elle aussi sa pupille et bloqua le bras de sa sœur à quelques centimètres de la potrine de Kushina.

Elle ne put cependant pas stopper le second bras qui porta une attaque paume ouverte au visage de la jeune fille. La petite fille se mit à pleurer et Jiraya se jeta pour bloquer sa tante au niveau de la taille.

-Kushina...ça va ?demanda affolée Hinata qui maintenait le bras de sa sœur.

-Oui Maman, répondit-elle d'une voix glaciale. Ma tante ne m'a pas touchée. Je m'en vais dans ma chambre. Désolée ma tante, j'ai été un peu cruelle je l'admet. La jeune fille se retira de table sous les yeux de sa famille et les larmes de sa petite sœur.

Un instant de flottement s’écoula dans la grande salle.

-Hanabi, tu es folle. Je comprends ta colère mais de là à vouloir frapper ma fille.

-Pardonne-moi Grande sœur, j'aurai du me contrôler. Jiraya, excuse-moi de t'avoir montré ce piètre exemple de contrôle de soi.

Le repas se poursuivit dans le calme. Hanabi resta figé à sa place attendant qu'un domestique lui serve un thé. Hinata perturbée par l’événement n'osa pas aller voir sa fille ainée après avoir coucher ses deux plus jeunes enfants. Elle décida de retourner voir sa sœur.

-Grande sœur, si tu es venue pour me sermonner ce n'est pas la peine, j'ai suffisamment honte comme ça.

-Non Hanabi, je comprends ta douleur, les paroles de Kushina étaient rudes. Je sais ce que cela représente pour toi. J'ai toujours trouvé que tu devenais l'esclave du lègue de père.

-A chacun son destin. Tu as pu avoir l'amour de Naruto à défaut de celui de notre père. Moi j'ai choisi l'inverse. Laquelle de nous à tord ou raison, je ne pourrais le dire. Vu ce qui nous est arrivé à toutes les deux.

-Quoi qu'il en soit, que je ne te revois plus lever la main sur Kushina, sinon je quitterai la maison avec les enfants, Jiraya inclus. C'est une chance que tu aies raté ton coup.

-Je n'ai pas raté mon coup...Ta fille a esquivé.

-Tu dois te tromper, à cette distance et cette vitesse. Tu as du être déviée quand je t'ai saisi le bras.

-Si tu le dis...Au fait Grande sœur, Kushina était-elle maquillée aujourd'hui ?

-Co...mment ça. A ma connaissance Kushina ne se maquille pas. Pourquoi me demandes-tu ça ?

-Pour rien. Peux-tu me laisser seule maintenant ?



_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Ven 05 Avr 2013, 7:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Spoil:
Toujours une énigme sur ce qui est arrivé à Naruto, mais comme je le pensais c'est arrivé pendant que Hinata était enceinte de leur petite dernière... De fait la disparition de Sasuke a du avoir lieux en même temps. Kaori serait donc sa fille. On aurait donc dans la team Sarutobi un enfant de Naruto qui rejette son père, la fille de Sasuke et le fils du Hokage (le tout ayant une forte probabilité de former un triangle amoureux très analogue à celui des débuts de la team 7... Avec la fille de Karin en outsider dans une position qui pourrait être similaire à celle de Hinata... La communauté des gènes en plus)... De l'autre la fille ainée en rébellion contre le côté Hyuuga de son héritage va s'engager dans les casques bleus (d'autant que sa tante vient de lui en donner le parfait prétexte).

Mais les deux compères sont ils morts ou ont ils été contraint de quitter village et famille suite à un acte qui a mis (en apparence du moins) le discrédit sur eux (cause probable du rejet du fils)... Je penche pour la seconde solution. Du coup les deux équipes en devenir auraient l'opportunité de les retrouver et de sérieuses motivation pour ce faire... Et connaitre la vérité.

Le coup du maquillage... Evoquerai-ce un talent inné pour le senjutsu ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Ven 05 Avr 2013, 10:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

@Aldebaran

Spoil:
Citation:
Toujours une énigme sur ce qui est arrivé à Naruto, mais comme je le pensais c'est arrivé pendant que Hinata était enceinte de leur petite dernière... De fait la disparition de Sasuke a du avoir lieux en même temps. Kaori serait donc sa fille.


Oui il y a eu un problème avec Naruto il y a 6 ans donc au début de la grossesse de Hinata. Cependant ton analyse est juste sur ce point, mais pas sur Sasuke. Je rappel qu'a la fin de la première partie Sasuke n'est plus au village et qu'il a refus d'y revenir malgré la demande de Naruto. Il était à l'époque accompagné de Sakura dans son périple solitaire. Rien ne laisse pour l'instant à penser qu'il serait revenu à la fin de la première partie.

Tu occultes une autre possibilité que Ino a abordé dans sa discussion avec Sakura et Karine. Pourquoi serait ce Sasuke qui est partie 6 ans plus tôt...Pourquoi pas Sakura qui le plaque... Wink

Citation:
On aurait donc dans la team Sarutobi un enfant de Naruto qui rejette son père, la fille de Sasuke et le fils du Hokage (le tout ayant une forte probabilité de former un triangle amoureux très analogue à celui des débuts de la team 7... Avec la fille de Karin en outsider dans une position qui pourrait être similaire à celle de Hinata... La communauté des gènes en plus)


Il y aura forcement un triangle plus ou moins amoureux dans cette équipe, et oui Momo sera un outsider du coup. Mais pas forcement dans le même ordre, les personnalités ne sont pas les mêmes donc les amours ne seront pas dans le même sens...je ne ferais pas un copier coller strictosenso, mais une variante.

Citation:
Mais les deux compères sont ils morts ou ont ils été contraint de quitter village et famille suite à un acte qui a mis (en apparence du moins) le discrédit sur eux (cause probable du rejet du fils)... Je penche pour la seconde solution


Oui...il y a un élément donner dans mon dernier chapitre qui corrobore ton idée en effet. Cependant, tu inclus une destinée commune au deux comperes et c'est la ton erreur. Ton idée, au demeurant juste ne s'applique qu'à l'un d'eux.

Citation:
Le coup du maquillage... Evoquerai-ce un talent inné pour le senjutsu ?


Spoil:

Eusa_whistle je sais pas Smile , je dirais juste "pourquoi inné?

_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Lun 08 Avr 2013, 4:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Allez, c'est pas tout ça...Mais avançons

Cette fois il n'y aura pas de clochettes Laughing

CHAPITRE 18 : PAS DE CLOCHETTES



Spoil:
Chapitre 18 : Pas de clochettes !

Le lendemain matin, Jiraya se rendit comme prévu au terrain d’entraînement de Konoha. Il marchait dans la brume matinale qui entourait le village caché de la feuille, baillant un peu. Les événements de la veille occupaient largement son esprit. Il avait bien évité de croiser sa tante le matin sous les conseils de sa mère. Il arriva sur le lieu de rendez-vous, il était pour l'instant seul. Quelques minutes d'attente et Kaori Haruno le rejoingnit, suivie de peu par Katsuya Nara. Ils se saluèrent rapidement et attendirent leur nouveau maître.

Ce dernier arriva rapidement, la démarche nonchalante et les mains dans les poches, une grande écharpe blanche autour du cou. Il regarda les trois enfants, puis se tourna un instant vers la falaise en souriant.

-Tu vois grand-père, la volonté du feu perdure. Bien les enfants, je me présente, je m'appelle Konohamaru Sarutobi, j'ai trente ans. C'est moi qui vais vous enseigner l'art du travail en équipe et des missions de protection du pays du feu qui nous sont attribués. J'aimerais que nous commencions par des présentations rapides. Qui vous êtes, ce que vous aimez ou n'aimez pas et votre but dans la vie. Qui veux commencer ?

-Moi Senseï, déclara Katsuya de façon théâtral en remettant une mèche de cheveux en ordre d'un mouvement de la main. Je m'appelle Katsuya Nara, je suis le fils de Shikamaru Nara, notre Hokage. Ce que j'aime dans la vie c'est jouer au shogi avec mon père,mais je n'aime pas m’entraîner avec ma mère. Dans la vie je veux devenir quelqu'un d'aussi important que mon père ou mon oncle et me marier avec une jolie fille, finit-il par lancer en faisant un clin d’œil en direction de Kaori.

-Bien, bien...à toi jeune fille.

-Sensei, je m'appelle Kaori Haruno. J'aime m’entraîner avec l'ami de ma mère, Lee san et étudier avec ma mère les jutsus médicaux. Mon but dans ma vie, je ne sais pas encore vraiment à part aider les gens dans le besoin.

-Parfait, à toi Jiraya.

-Je suis Jiraya Hyuga !

-Je te demande pardon, toussa Konohamaru

-Uzumaki...Je suis Jiraya Uzumaki...Senseï, renifla le jeune garçon. J'aime m’entraîner avec ma tante. Je n'aime pas les gens qui me parlent de mon père. Mon but dans la vie, devenir aussi fort que ma tante et mon grand-père pour être l’héritier de la famille principale de mon clan.

-Je vois, soupira Konohamaru en fronçant les sourcils. Pour ce premier jour, nous allons faire un petit test sur vos capacités. Je connais la plupart de vos parents et je me doute que vos capacités n'ont rien à voir avec celles de genins normaux. Il me faut donc juger de leurs niveaux. Pour cela je vais vous demander de m'affronter en duel chacun à votre tour. J'ai tiré au sort l'ordre d'affrontement , chaque duel s’arrêtera si vous arrivez à porter un coup que je jugerai correct ou si vous abandonnez. Le sort en a voulut ainsi, ce sera toi qui débutera Kaori.

La jeune fille se mit en face de son nouveau senseï et prit une garde de combat. Konohamaru reconnut immédiatement le style de Lee et en conclut qu'elle devait sûrement exceller en taïjutsu.

-Vas-y Kaori. Montre-lui ce que tu sais faire, cria Katsuya.

-Merci et toi Jiraya tu m'encourages pas ? demanda la jeune fille en fixant son camarade.

-Euh oui, vas-y, répondit-il sans conviction fixant Konohamaru, le byakugan déjà activé.

-Hé hé, tu es bien le disciple de ta tante, tu ne perds pas de temps pour m'observer. J'imagine qu'elle a dû te parler de moi, pensa Konohamaru. Prête Kaori ? Alors vas-y, montre-moi ce que tu sais faire.

La jeune fille ne se fit pas prier et commença son assaut par une série d'attaques de taijutsu. Précises et lourdes, ses frappes n'avaient pas la puissance d'une genin de douze ans. Konohamaru, même s'il le soupçonnait, restait surpris de ses assauts. Elle enchaînait parfaitement coups de poing et coups de pied, mais n'arrivait toujours pas à trouver la faille dans la défense du jounin. Après un long échange de coups, elle décida de prendre le risque et lança une attaque que Konohamaru connaissait bien pour son efficacité.

Kaori effectua la tornade de Konoha que Lee lui avait enseigné, tentant de balayer les jambes d'appui de son adversaire. Malheureusement, ce dernier fit une pirouette en arrière pour esquiver le balayage. Il atterrit en prenant une pose étrange.

-Kaori tu as un talent indéniable pour le taijutsu et je vois que tu sais augmenter la puissance de tes coups au moment de leur impact grâce au contrôle de ton chakra. Mais est-ce que Lee-San, t'a appris le style que je pratique ? J'en serais surpris...

-Non Senseï quelle est donc cette garde ? Elle ressemble un peu à celle du style de l'homme saoul mais ça n'est pas cela, répondit-elle.

-En effet, c'est un style de combat peu connu mais très efficace directement lié à mon clan.

Konohamaru se mit à sautiller par petit bond en balançant les mains de haut en bas.

-Pfff regarde moi ce style, on dirait une pitrerie de singe, railla Katsuya.

-C'est exactement ça...ajouta Jiraya en le fixant. C'est le style du singe, ma tante m'en a parlé. Un taïjutsu que maîtrisent quelques membres du clan Sarutobi, il est enseigné par Enma à ceux qu'il juge digne de l'apprendre.

-Enma ? Tu parles de cette invocation que le troisième utilisait ? Tu sembles en savoir des choses dis-donc sur notre Senseï.

-J'en sais pas mal, oui . S'il utilise ce style c'est qu'il a reçu l'enseignement de Enma.

-Une invocation qui enseigne un art de combat à son invocateur, c'est amusant comme idée, mais farfelu. Une invocation n'est qu'un outil pour le shinobi, sûrement pas un ami ou un maître.

-Crétin ! Tu as beau être le fils du Hokage, t'y connais rien. Je porte les deux noms de personnes qui maîtrisaient le kata des crapauds.

-Tu me traites pas de crétin. Je suis pas le fils d'un minable comme ton père.

-Qu'est-ce que tu viens de dire ! hurla Jiraya.

Pendant ce temps, Konohamaru chargea Kaori portant des attaques du style du singe. La jeune fille n'arrivait pas à prédire ses mouvements, elle ne pouvait pas bloquer ses coups fluides et voltigeants. Malgré tous les entraînements avec Lee, sa maîtrise du taïjutsu n'y faisait rien. Rapidement sonnée par les coups, elle tomba par terre alors que Konohamaru d'un bond lui sauta dessus, lui stoppant un rasengan à quelques centimètres du visage.

-Tu abandonnes ? Questionna-t-il avec un sourire amusé.

La jeune fille voyant le chakra bleuté de la sphère tournoyer à quelques centimètres de son front abdiqua dans un oui timide.

-Je viens de dire que j'ai pas d'insultes à recevoir du fils d'un type comme ton père.

-Tu la fermes, salopard !

Le coup de Jiraya paume ouverte partit rapidement en direction de Katsuya. Cependant il ne put le toucher, s’arrêtant à quelques centimètres de son torse. Le bras tremblant, Jiraya ne pouvait plus faire un geste.

-Tu vois, tu es pas de mon niveau. Tu ne connais pas la manipulation des ombres, on dirait. Tu ne peux plus bouger...Alors maintenant tu vas gentiment me regarder battre ce prétentieux de professeur et admettre que le fils d'un type comme ton père ne peut pas rivaliser avec un génie comme moi.

-C'est moi qui le battrai, je te ferai ravaler tes insultes.

-Oui, oui, on verra.

-Ça suffit les garçons...Katsuya c'est ton tour.

Le jeune Nara relâcha son étreinte d'ombre et s’avança devant Konohamaru en prenant dans son dos un large éventail fermé.

-Celui-là va pas être simple à affronter, il semble qu'il maîtrise le Futon de sa mère et les techniques d'ombre du clan de son père. Une redoutable combinaison qui va m'obliger à l'affronter avec parcimonie. Katsuya souriait à Konohamaru en restant immobile face à lui, très sûr de lui.

-Voyons voir comment il se débrouille, se dit Konohamaru en exécutant un Rasengan dans le sol pour provoquer un nuage de poussière.

Le nuage retombé, Konohamaru chargea sur le jeune garçon, un rasengan dans la main droite.

-Je ne suis pas un ninja que l'on peut approcher si facilement, se vanta Katsuya en faisant un signe et activant la manipulation des ombres.

Konohamaru fut immédiatement bloqué par l'ombre étiré de Katsuya. Ce dernier saisit et ouvrit son éventail dans son dos tout en maintenant son emprise.

-Jiraya tu as vu...il est drôlement fort il va battre le professeur si rapidement.

-J'en doute, ce type pèche par son arrogance. Je pense qu'il va plutôt se faire rapidement battre, répondit Jiraya à la jeune fille qui s’était assise juste à côté de lui.

-Alors Senseï, ça fait quoi de se battre contre le fils et neveu de deux Kages ? Voici le premier niveau de l'art de l'ombre du vent...Katsuya projeta d'un mouvement d’éventail une bourrasque de vent que Konohamaru, bloqué par les ombres, ne put esquiver. Et voilà...Game Over.

-Tu as vu Jiraya, il a réussi.

-Non. Ce n'est pas le professeur, c'est un clone.

En effet au moment où Jiraya répondit à Kaori, le Konohamaru pris dans la bourrasque explosa en un petit nuage de fumée.

-Comment le savais-tu Jiraya ?

-Facile Kaori. Je suis peut-être pas le fils et neveu de deux Kages, ni aussi beau garçon que Katsuya, mais j'ai mes byakugans et un nuage de poussière ne m’empêche pas de voir ce qui se passe dedans, ni ce qui se passe derrière nous.

-Comment ça derrière nous ?

-Oui je peux voir sur un champs de trois cent soixante degrés. Et le professeur est juste derrière nous, il se prépare à attaquer Katsuya.

Se retournant, Kaori vit alors Konohamaru invoquant deux clones. Elle remarqua aussi que son professeur tenait dans sa main droite un grand bâton noir qu'il n'avait pas avant le combat. Puis les deux clones se lancèrent à l’assaut de Katsuya. Ce dernier qui venait de les repérés se préparait à la contre-attaque.

Le premier clone lança le jutsu des shuriken de l'ombre en lançant une multitude de projectiles, mais Katsuya les balaya d'une bourrasque qui fit simultanément disparaître le clone. Le clone suivant avait sauté dans les airs et lança sans attendre la technique de la nuée ardente. Le nuage de cendre n'eut pas le temps d'atteindre sa cible et de s'enflammer, Katsuya une nouvelle fois le balaya d'un coup d’éventail.

-Senseï c'est inutile, vous voyez bien que vous ne pouvez ni m'attaquer à distance, ni au corps à corps. Je suis bien le plus fort de nous deux et du groupe.

-Tu te vantes trop ! répliqua Konohmaru son bâton à la main.

D'un geste rapide il fit un mouvement pour frapper Katsuya qui se mit à rire vu la distance. Malheureusement pour le jeune élève, le bâton se mit à s’agrandir instantanément et lui faucha les jambes. Surpris, il garda tout de même son sang froid et se releva d'un saut rapide et arma son éventail prêt à projeter une bourrasque de vent sur son maître. Ce dernier ne lui laissa pas le temps de finir son geste. Projetant son bâton qui avait repris une taille normale, il réussit à désarmer Katsuya de son éventail. Les rames furent projeter loin derrière lui.

-Te voilà désarmé jeune homme, que vas-tu faire maintenant ? Je vais te faire abandonner comme ton amie. Konohamaru invoqua une orbe dans sa main et s'approcha lentement en souriant.

-Senseï, vous êtes stupide. Je vais vous capturer sans le moindre problème avec mon ombre. Préparez-vous...Kage...

Katsuya ne put terminer de faire son jutsu, il fut saisi par quelqu'un dans son dos. Immobilisé par des bras d'une force terrible, il ne pouvait plus bouger. Konohamaru lui présenta son orbe à quelques centimètres de son abdomen.

-Echec et mat, comme on dit, jeune prétentieux.

-Comment avez-vous fait ? Vous n'aviez pas de clone derrière moi.

-Exact, mais ce n'est pas un clone qui t'immobilise, c'est mon ami Enma.

-Konohamaru, essaie de m'invoquer pour autre chose qu'un entraînement la prochaine fois, soupira le grand singe qui bloquait Katsuya.

-Non j'avais pensé à tout. Vous ne pouviez pas l'avoir invoquer dans mon dos. Vous étiez face à moi et j'avais éliminé tous vos clones.

-Très juste mais une chose t'a échappé. Enma était mon bâton, il a donc repris sa forme initiale. Alors, tu abandonnes ?

-Oui j'abandonne, cracha Katsuya humilié.

Enma le relâcha et le laissa aller s'assoir à côté de ses deux camarades. Le regard bas, Katsuya n'avait jamais vécu une pareille humiliation devant des enfants de son âge. Jiraya se leva et le croisa.

-Quelle victoire, je suis impressionné, le nargua Jiraya en passant.

-Konohamaru, tu n'as plus besoin de moi pour ton dernier élève ?

-Non Enma, tu peux repartir. Celui-là, je connais le moyen de le battre sans toi. J'ai l'habitude des techniques de son clan. Alors Jiraya, tu dois bien savoir que ton juken n'a pas de secret pour moi.

-C'est pas parce que vous êtes l'ancien petit-ami de ma tante que vous pourrez contrer les arcanes de notre clan.

-Nous allons voir ça. Multi Clonage Supra.

Une bonne centaine de clones apparurent autour du fils de Hinata, qui se mit en garde Juken. Quelques clones attaquèrent Jiraya qui réussit avec des enchaînements de Taijutsu à les dissiper.

-Tu as un bon niveau, ta tante t'a bien formé. Maintenant voyons voir ce que tu sais faire contre les armes de jet.

Les clones jetèrent plusieurs shurikens sur Jiraya. Loin de paniqué, ce dernier exécuta un Kaiten et dévia les armes autour de lui.

-Vraiment bien formé, tu maîtrise le Kaiten si jeune. Mais malgré cela tu ne peux rivaliser contre autant de clones, tu en es bien conscient. Alors jeune Jiraya que vas tu faire maintenant ?

-Je...n'aime pas le faire. Mais je vais utiliser cette technique. Multi clonage !

-Oh...tu maîtrises donc quelques techniques de ton père.

-Oui maître, c'est la seule technique de lui que je connaisse.

-Je vois et que comptes-tu faire avec six clones contre tous les miens ? La donne reste la même.

-Sauf que...

Les clones de Jiraya se lancèrent au milieu de ceux de Konohamaru et se mirent dans la garde du Hakke. Sans attendre chacun d'eux exécuta les soixante quatre poings du Hakke sur les clones de Konohamaru. Rapidement un grand nombre de clones disparurent sous les attaques combinées de Jiraya.

-Tu es impressionnant Jiraya, tu arrives à faire exécuter à chacun de tes clones une telle technique. Malheureusement je crois que tu ne connais pas la faille du multi clonage. Regarde, tes clones se dissipent, tu es en train de gâcher ton chakra.

-Comment ça, je gâche mon chakra ! Il m'a fallu que six clones pour venir à bout des vôtres.

-Exact, mais pour faire des clones de l'ombre tu dois répartir une quantité de chakra dans chacun d'eux. La durée de vie de ces clones dépend de la quantité de chakra que tu leur fournis. Pour leur permettre à chacun d'eux d'utiliser une technique de Juken telle que les soixante-quatre poings du hakke, tu as dû leur donner une grande partie de ton chakra. Maintenant, de mon côté, j'ai nettement plus de Chakra, donc...

Konohamaru effectua de nouveau un Multi Clonage Supra, entourant le jeune Jiraya de nombreux adversaires.

-Alors, que vas-tu faire maintenant ? Si tu fais encore un clonage, tu vas épuiser d'avantage tes réserves de chakra. Tu n'en n'auras jamais assez pour me vaincre. Il me suffit d'attaquer ton vrai corps et le combat sera terminé.

-Pas question ! hurla Jiraya en fixant férocement Katsuya. Je vais gagner.

Sans attendre, le jeune garçon effectua de nouveau un multiclonage ne faisant apparaître que quatre clones cette fois.

-Tu vois, le nombre de tes clone diminue. Si je les touche cette fois, ils se dissiperont et tu perdras encore. Je ne suis pas assez bête pour refaire la même erreur, mes clones attaqueront à distance cette fois.

Les clones de Konohamaru se reculèrent rapidement et lancèrent sans attendre des shuriken en direction de Jiraya.

-Inutile, les armes de jet ne sont pas de taille face au Kaiten. KAITEN !

Les quatre clones et Jiraya activèrent ensemble le kaiten et dévièrent tous les traits qui fondaient sur eux.

-Alors vous voyez maître, s'exclama-t-il tout fier.

-Oui je vois que tes clones viennent de disparaître en utilisant tout leur chakra pour le tourbillon divin...et maintenant. Les miens sont toujours là et tu n'as sans doute plus assez de chakra pour en faire à nouveau. Tu agis sans réfléchir. Que vas-tu faire si chacun de mes clones t'attaquent avec un rasengan...

-Rien, parce que c'est moi qui attaquerai en premier.

Jiraya totalement essoufflé activa son hakke et partit à l'assaut en utilisant sa technique des poings du hakke, se déchaînant sur la multitude de clones. Konohamaru le regardait faire avec une certaine admiration. Mais il avait vu juste, le garçon s’épuisa et marqua un temps d’arrêt dans sa technique. Essoufflé, le buste penché en avant, les mains sur ses genoux, il respirait difficilement.

-Tu vois, tu es à bout. Abandonne Jiraya.

-Abandonnez l'idée de me faire abandonner ! Je n'abandonne jamais, c'est mon nindo, cria le jeune garçon en fonçant sur le vrai Konohamaru.

Le jounin sourit entendant les paroles de son jeune élève. Le voyant foncer avec fougue sur lui, il revit le visage de son ami et rival d'enfance.

-Bien que tu le rejettes, tu es bien le fils de Naruto ! Malheureusement, moi aussi j'ai le même nindo que Naruto-Niichan.

Épuisé par ses efforts successifs, la charge de Jiraya n’était pas assez rapide pour inquiéter le jounin qui le stoppa net d'un violent coup à l'abdomen. Il s'effondra au sol, inconscient.

-Jiraya...s’écria Kaori en s'approchant de lui.

-Ne t’inquiète pas, il est juste épuisé. Mon coup était juste fait pour lui couper le souffle. Les enfants rentrez chez vous, je vous revoie demain pour vous donner mes conclusions sur cet exercice.

-Maître, qui va ramener Jiraya chez lui ? demanda la jeune fille.

-Je m'en occupe. Bonsoir les enfants.

Konohamaru prit Jiraya sur ses épaules et se dirigea vers la demeure des Hyugaa. A l'entrée, il demanda à voir Hinata à l'un des membres du clan. La maman du garçon arriva un peu affolée.

-Konohamaru-Kun, que s'est-il passé ? Qu'est-ce qu'il a ?

-Hinata-San, tout va bien, il est juste épuisé, rien de grave. Du repos suffira, Puis-je l'emmener dans sa chambre ?

-Oui bien sûr, tu connais le chemin.

Ils l'emmenèrent tous les deux dans sa chambre, Konohamaru le deposa sur son lit. Hinata le borda avec douceur.

-Alors qu'a-t-il fait pour être dans cet état ?

-Hinata-San, ce garçon se donne à fond, sans concession. Quand je le vois se battre, j'ai un pincement au cœur.

-Pourquoi cela ?

Au même moment, Hanabi qui venait d'apprendre que son neveu était rentré inconscient se précipita devant la porte de sa chambre et s’arrêta en entendant la voix de Konohamaru. Elle se cacha derrière la porte pour écouter.

-Hinata-San, à toi je peux t'en parler. Quand je vois ce garçon, je vois toi et Naruto.

-C'est vrai qu'il ressemble à son père, à part la couleur des cheveux et ses yeux.

-Mais ce n'est pas que ça. Pour moi ce petit bonhomme est un peu le fils que j'aurai rêvé avoir...soupira le jeune homme.

-Oh, Konohamaru-Kun, je croyais que tu avais tourné la page.

-Ne le répète pas à ta sœur, mais je n'ai jamais tourné la page. Je n'ai pas cessé de l'aimer depuis notre rupture. Mais tu sais ce qui se serait passé si moi et Hanabi avions eu des enfants...Tout ça à cause du testament de ton père...

Il serrait ses poings de rage et de dépit. Hinata se leva et lui saisit les mains avec douceur.

-Tu ne dois pas abandonner, si tu l'aimes encore, n'abandonne pas. N'est-ce pas ton nindo ? Moi, non plus je n'ai pas abandonné l'espoir. Parle-lui, dis-lui tes sentiments.

-C'est inutile, j'ai déjà essayé.

Hanabi s’éloigna de la porte et marcha en direction du dôjô tel un fantôme. Elle ne se rendit même pas compte qu'elle croisa Kushina et qui lui demanda si elle allait bien. Elle entra dans le dôjô, ferma à clef derrière elle et se dirigea vers un autel pour l'ouvrir. La photo de Hiashi prônait entre deux brûleurs d'encens. Elle alluma deux bâtonnets d'encens et fit tinter un petit bol devant la photo. Puis elle se mit à pleurer en marmonnant :

-Père, c'est trop dur...ça fait si mal. Pourquoi n'ai-je pas le droit de vivre comme ma sœur... ?


_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Mar 09 Avr 2013, 10:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

CHAPITRE 19 : Déjeuner en paix


Spoil:
Chapitre 19 : Déjeuner en paix.

Shikamaru se leva comme tous les matins en s’étirant longuement dans son lit. Lentement, il posa un pied hors du lit, puis le second, se leva, ouvrit les volets de sa chambre, regarda un instant les nuages passer au-dessus de la falaise des kages tout en soupirant. S'en suivit une séance dans la salle de bain, se raser correctement mais cri strident de l'épouse, mauvais geste et petite entaille sur le menton.

-Quelle barbe...

Morceau de papier pour estomper le sang et finir par refaire le chignon avant de se rendre dans la cuisine pour prendre le petit déjeuner. Il passe près de Temari en lui faisant un bisou sur la joue, une caresse dans les cheveux blond de son fils, puis s'assit à sa table en prenant son journal.

-Chéri...Tu pourrais un peu t'investir. Ton fils n’arrête pas de se plaindre de son équipe.

-Hmmm, qu'est-ce que tu racontes ma petite brise ? répondit-il derrière son journal. Kastuya est dans une équipe parfaite.

-Mais papa, je peux pas supporter ce Jiraya. Il se prend pour un combattant hors pair avec les techniques de son clan. Mais c'est bien moi le plus fort...En plus, cette fille, j'ai l'impression qu'elle fait pas attention à moi. C'est insupportable.

-Katsuya, je t'ai déjà demandé de montrer un peu plus de respect pour le fils de Naruto Uzumaki. Le père de ce garçon a fait beaucoup pour ton oncle Gaara, ce sont des amis de notre famille.

-Je m'en fiche, il est trop prétentieux, il m'agace ! Papa, tu peux pas le faire changer d'équipe ? S'il-te-plait, papa...allez dis « oui ».

-Chéri, tu peux pas dire quelque chose ? insista Temari. Quand tu étais plus jeune, tu m'aurais dit que c'était le rôle d'un homme d’éduquer un garçon.

-Hmmm, répondit stoïquement Shikamaru en prenant une tranche de pain et la grignotant le nez toujours dans son journal.

-Papa, tu es pénible, tous les matins c'est la même chose...Maman, pourquoi il n’écoute jamais ?

Shikamaru prit son café en poussant un petit rire.

-Regarde-le Katsuya, ton père prend son café en riant, il nous regarde à peine, plus rien ne le surprend sur la nature humaine...lança Temari de dépit.

-Oui, c'est pourquoi je voudrais, enfin si tu le permets, déjeuner en paix !

-Mais papa, tu es l'Hokage. Tu as le pouvoir de faire ça, non ? Cette équipe est nulle et le professeur se croit plus fort que nous.

-Katsuya, as-tu surpassé ton professeur ? répliqua Shikamaru derrière son journal.

-Non, mais il a triché...franchement, comment sinon ce gugusse aurait-il pu me battre ? Je suis le fils du septième Hokage et neveu du Kazekage.

-Katsuya, ton professeur n'est pas un gugusse comme tu le dis. Et je t'ai déjà dit d’arrêter de te vanter sur ta famille. Konohamaru est le petit-fils de notre troisième Hokage. C'est aussi le neveu de mon maitre, je te demande de lui montrer un peu de respect.

-Katsuya, tu as entendu ton père. Alors je ne veux plus t'entendre nous parler de ça, cria Temari à son fils. Finis de manger ton déjeuner et dépêche-toi, tu vas être en retard.

-Une dernière chose Katsuya. Shikamaru abaissa le haut de son journal pour fixer son fils. N’embête pas le petit Jiraya à propos de son père, il souffre assez, pas la peine de tourner le couteau dans la plaie.

-Mais papa, pourquoi devrais-je montrer du respect pour cet homme qui a abandonné sa famille et sa fonction de kage pour...

-Tais-toi maintenant, je t'ai donné un ordre. Si j'apprends que tu as désobéis, je t'enverrai t'entraîner tout le prochain week-end avec ta mère.

Le garçon regarda sa mère en figeant son sourire, puis baissa sa tête dans son bol qu'il termina rapidement sans un mot. Puis il se leva de table et fila. Temari débarrassa la table lentement.

-Chéri, maintenant que le petit est parti, je voulais te dire quelque chose d'important.

Devant le mutisme de son époux derrière son journal, elle soupira et continua de parler seule.

-Chéri, j'ai du retard...

-NON, c'est pas possible !! cria Shikamaru en plaquant le journal sur la table. Le visage marqué d'un regard furieux et incrédule à la fois, il se leva d'un bond.

-Quoi, mais qu'est-ce qui te prend ? C'est bien ce que l'on voulait...

-J'y vais, ne m'attend pas pour manger ce soir, je rentrerai sûrement tard.

Il se dirigea dans l'entrée sans un regard pour Temari. Il mit ses chaussures, enfila sa tenue de Kage et le chapeau blanc, puis partit sans un « au revoir » d'un pas rapide.

-Mais qu'est-ce qui lui prend, il est devenu fou, s'agaça Temari en retournant ranger la table.

Énervée, elle se saisit de ce journal qu'elle détestait plus que tout. Chaque matin, c’était la même rengaine. Son mari ne passait pas un déjeuner sans le lire. Elle allait pour le froisser quand les caractères d'un article attirèrent son regard. Les yeux écarquillés, elle lut rapidement un article parlant d'un fait divers au pays de la terre. Sa tête se mit à tourner et une violente nausée lui vint, elle courut aux toilettes se soulager.

A l'autre bout du village, Kushina terminait de préparer son sac. Sa décision était prise, elle allait partir pour la force de paix internationale. Elle se sentirait plus libre que dans cette demeure. La peluche que lui avait offert son père pour ses deux ans trônait sur son lit, un petit Kurama en peluche. Sa sœur voulait toujours le lui prendre. Elle la saisit et prit la direction de la grande salle où elle savait que tout le monde déjeunait à cette heure.

Effectivement son frère, sa mère, sa sœur et sa tante étaient déjà en train de déjeuner. En la voyant entrer, sa mère se figea. Hanabi qui lui tournait le dos, lança une pique agressive.

-Toujours la dernière...

-Oui ma tante, mais c'est la DERNIERE fois justement, répliqua-t-elle en s'approchant de sa petite sœur. Tiens ma chérie, je te donne la peluche de Kurama, je sais que tu l'adores et là où je vais je ne peux pas l'emmener.

-Merci grande sœur, hurla la petite en prenant la peluche dans ses bras.

-Kushina, qu'est-ce que cela signifie. Où comptes-tu aller ? s’inquiéta Hanabi en se levant. Tu sais bien que tu ne peux pas quitter le village comme ça...surtout toi.

-Ma tante, je vais m'engager dans la force de paix. Je veux servir à quelque chose, vivre le rêve de papa mais en y participant.

-Tu es complétement folle...Hinata, dis quelque chose bon sang...Tu ne vas pas laisser ta fille t'abandonner maintenant. Son père, maintenant elle, tu laisses donc tous ceux que tu aimes te quitter. Réagis, ne reste pas impassible comme tu l'as toujours été.

-Hanabi...mon amour pour eux, c'est de les savoir libre, répondit Hinata adressant un sourire doux à Kushina.

-Merci maman...

-Ça ira Kushina, tu ressembles trop à ton père pour que je ne te comprenne pas. Fait attention à toi, c'est tout ce que je te demande. Hinata termina sa phrase en baissant sa tête un peu triste.

-Hinata, père avait raison. Tu as toujours évité le conflit et c'est ce qui te perd. Kushina, il est hors de question que je te laisse partir, tu sais très bien pourquoi.

Hanabi s'interposa entre sa nièce et la porte, alors que cette dernière s’avançait.

-Tante Hanabi, laisse-moi partir...Il n'y a aucun risque pour moi. C'est Jiraya qui a la pupille la plus efficace de la famille, c'est lui que tu dois protéger.

-Kushina, je t'en prie si c'est à cause de l'autre soir, pardonne-moi, je me suis emportée...reste je t'en supplie, pour moi, pour ton grand-père.

La jeune fille perçut de la tristesse et un soupçon de tendresse dans la voix de sa tante, elle n’était pas habituée à la voir ainsi.

-Tante Hanabi...ne t’inquiète pas, il n'y a plus eu de tentative d’enlèvement depuis que papa est parti...Je ne risque rien, tu le sais bien. Je ne veux pas être un oiseau en cage, comme mon oncle.

-Kushina, je t'en conjure...je sais que je suis dure avec toi, mais c'est que tu es tout ce qui me reste avec ton frère, ta sœur et ta mère...je t'aime malgré ton caractère.

Hanabi s'approcha en tendant les mains tremblantes vers sa nièce. Elle sentait son univers s’effondrer. Les paroles de Konohamaru de la veille et le départ de Kushina, c’était trop de tourment pour son cœur. De nouveau comme devant l'autel de son père, les larmes se mirent à couler malgré le dégoût qu'elle ressentait à se laisser aller à cette faiblesse.

-Ma tante...Kushina la serra dans ses bras. Je le sais bien. Ne pleure pas s'il te plait, je te jure que je ne pars pas à cause de toi.

-Mais tu n'a aucune connaissance en matière de ninjustu...C'est de la folie...s'englota Hanabi.

-Ma tante, c'est pour cela que j'y vais. Il n'est jamais trop tard pour apprendre et puis...Elle murmura à l'oreille de Hanabi.

Ensuite elle s’écarta de sa tante et passa la porte de la pièce, laissant sa famille derrière elle. Reniflant un début de larme, elle sortit sans se retourner de la maison et du village. Devant la grande porte de Konoha, son amie Azuki l'attendait.

-Tu es en retard.

-Désolée Azu-chan mais maintenant on va pouvoir y aller. On va montrer à tout ces mecs que les filles de Konoha ne se laissent pas faire.

-Ouaiiiis, bien dit Ku-chan. Oh attends, il me semble que tu as deux prétendants qui sont venus te dire au-revoir.

-Des prétendants ? Moi ? Tu n'es pas drôle Azu-chan.

Kushina se retourna et aperçut son frère et le jeune Akira courant vers elle. Ils arrivèrent devant elle, légèrement essoufflés.

-Petit-frère, ça me fait plaisir, lui dit-elle en le prenant dans ses bras. Occupe-toi bien de maman et tante Hanabi, elle ne va pas bien en ce moment. Et toi Akira, tu es venu me dire au-revoir...

-Oui, je...voulais vous donnez ça. Le jeune garçon tendit un tube en rougissant.

Kushina ouvrit le tube et en sortit un parchemin sur lequel le garçon avait réalisé une magnifique estampe d'elle.

-Wahou, c'est magnifique. Merci Akira-kun, dit-elle en se penchant pour lui embrasser le front. Tu as beaucoup de talent, mais évite de mater les filles quand elles se changent avec mon pervers de petit-frère.

Laissant les deux garçons derrière, elles prirent le chemin en direction de Suna.


Plus tard dans la journée, Temari se présenta au bureau de Sakura à l’hôpital de Konoha. Frappant à la porte, elle attendit que la directrice lui dise d'entrer.

-Temari ! Que me vaut la visite de la femme de notre Kage, sourit Sakura en venant l’accueillir.

-Bonjour Sakura, j'aurai besoin de tes services. Pourrais-tu me dire si je suis enceinte ?

-Avec plaisir, passe derrière mon pare-vent je vais t’ausculter. C'est une magnifique nouvelle dis-moi.

Temari s'installa sur une table d'examen, laissant Sakura passer ses mains sur son abdomen. Le chakra parcourut ses phalanges dans une teinte bleutée.

-Tu as eu des nausées, un retard ?

-Oui j'ai trois semaines de retard et ce matin, j'ai eu une violente nausée mais je ne sais pas si cela à un rapport.

-Je vais te le dire bientôt, un peu de patience.

-Tu sais, je t'admire, la façon dont tu as élevé ta fille seule...Moi j'ai du mal avec Katsuya, malgré la présence de son père.

-Oh, je ne suis pas seule, Lee est comme un père pour Kaori, il a été si attentionné avec nous.

-Je sais, mais tu as quand même fait un enfant en étant célibataire. Tu as pris un sacré risque, un pari sur l'avenir.

-Temari, je peux t'avouer quelque chose si tu le gardes pour toi, soupira Sakura.

-Bien sûr !

-Kaori n'est pas une enfant souhaitée...Cela date de peu de temps après ma rupture avec Sasuke.

-Ah bon ? Mais que t'est-il arrivé ? D'ailleurs je n'ai jamais compris la raison de cette rupture. Tu l'aimais au point de le suivre dans ses voyages, sans te fixer.

-Oui, mais lors d'un retour au village, nous sommes allés rendre visite à Naruto et Hinata. Quand j'ai vu leur petite famille et l'adorable petite Kushina, j'ai commencé à désirer plus que le seul fait d'accompagner Sasuke. Mais c'est là qu'il y a eu un problème. J'ai vite compris que Sasuke voulait être le dernier Uchiha. Il prétextait qu'il ne fallait pas que le Sharingan et le sang de son clan se perpétue, le monde en avait trop souffert. J'ai compris alors que je ne pourrai jamais avoir d'avenir familiale avec lui.

-Ah, je vois...En plus il n'est pas homme à changer d'avis facilement.

-Exactement, c'est la raison de notre rupture. J'ai donc ensuite décidé de faire un moment le point seule. J'ai trouvé un petit travail dans une auberge de source chaude comme médecin. Un soir j'ai rencontré un homme qui ressemblait terriblement à Sasuke, il était charmeur, nous avons beaucoup bu...

-Non. Toi, la sérieuse Sakura...tu as fait ça ?

-Temari j’étais triste et déprimée...Je suis tombée enceinte quelques temps plus tard. C'est ce qui m'a fait rentrer au village, la suite tu la connais.

-Je comprends. En tout cas je suis contente pour toi, que tu aies pu t'en sortir aussi bien. Alors est-ce que je suis enceinte ?

-J'ai le plaisir de t'annoncer que toi et Shikamaru allez avoir un nouvel enfant, en effet.








Attention dans ce chapitre se cache une référence...Qui saura la trouver ^^.

_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Mar 30 Avr 2013, 1:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Après un mois d'avril très chargé, j'ai enfin pu écrire un chapitre.
Navré pour mes quelques lecteurs pour le retard.

Chapitre 20 : Full Métal Kunaï




Spoil:
Chapitre 20 : Full Métal Kunaï

Azuki et Kushina arrivèrent après deux jours de marche à la base de la Force inter-nation de paix. Elle se dirigèrent vers l'entrée où un soldat montait la garde devant une barrière, derrière lui s’étendait une grande place d'arme au centre de laquelle trônait une grande statue de Naruto. Les deux filles s’arrêtèrent devant le soldat qui les regardait d'un air las.

-C'est pour quoi ?

-On vient pour s'engager dans la force de paix, s'écria Kushina.

-Nouvelles recrues...longez le mur d'enceinte sur cinq cent mètres, le bureau pour s'engager est là-bas.

-Merci mon brave, lui dirent-elles en se tournant vers le lieu indiqué. Elles entrèrent dans une pièce où de nombreuses personnes attendaient devant deux guichets. Un soldat en uniforme vint vers elle un carnet et un stylo à la main.

-Jeunes filles, vous venez vous engager ? J'ai quelques questions à vous poser avant. Vos noms, prénoms, pays et village d'origine, votre niveau de maîtrise en ninjutsu ainsi que les talents que vous pensez bon de me donner.

-Kushina Hyugaa...annonça la jeune fille sous les yeux étonnés d'Azuki. Je viens du pays du Feu, village de Konoha. Je n'ai aucun niveau de maîtrise en ninjutsu et mes talents se résument à la cérémonie du thé et l'ikebana.

Le soldat la regarda avec un air narquois, puis se mit à scribouiller sur son bloc note. « File de droite » lança-t-il.

-Azuki Umino, comme mon amie, pays du Feu, village de Konoha. Je suis Chunin et...

-File de gauche ! L'interrompit le soldat.

-Hey, on veut être ensemble, s'exclama Kushina.

-La ferme, tu n'as aucune connaissance en matière de combat ou de ninjustu alors tu vas avec le bétail, ma jolie. Tu ne peux pas suivre la même instruction que ton amie qui possède déjà des compétences. Alors file de droite...et on discute pas.

-C'est n'importe....Kushina fut stoppé par une main qui se posa sur son épaule.

-Laisse tomber, il t’écoutera pas, lui murmura un jeune homme à l'oreille.

Elle se tourna vers lui prête à l'envoyer se faire voir, mais elle s’arrêta en le voyant. Légèrement plus grand qu'elle, un visage fin surmonté de longs cheveux noirs tirés en arrière, il lui souriait avec douceur. Elle sentit le regard vert pâle du garçon la fixer intensément. Son cœur fit un bond dans sa poitrine, perdant en même temps son assurance.

-Merci, tu as raison, bafouilla-t-elle en rougissant.

-De rien, je m'appelle Ryo et toi ?

-Ku...Kushina, répondit-elle en se dandinant un peu sur place.

-Enchanté Kushina, on va être dans la même section apparemment puisque nous sommes des novices toi et moi. Je viens de Kusaga et toi ?

-Moi je suis de Konoha.

-Oh Konoha, c'est un grand village pas comme le mien. Tu t'engages pour quoi ? Moi j'ai jamais eu de famille alors je me suis dit que je pourrais en trouver une dans cette armée.

-Je crois que je m'engage pour réaliser le rêve de mon père.

-SILENCE DANS LES RANGS, hurla un officier qui surveillait.

Séparée de son amie, Kushina suivit ses nouveaux compagnons à l’équipement où on lui donna un ensemble de tenue et d’équipement pour faire ses classes d'apprentissage. Ensuite, tous partirent en direction de leur dortoir. Ils commencèrent par mettre leur uniforme et installer rapidement les affaires dans de grandes cantines en métal. Ils durent alors sortir sur la place d'arme pour se mettre au garde à vous en rang. Un homme d'une quarantaine d'années marchait devant eux en les dévisageant.

-Je suis le sergent Tetsuro et votre chef instructeur ! A partir d'aujourd'hui vous parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale gueule ce sera « Chef », tas de punaise. C'est bien clair ?!

-Chef, oui Chef ! répondirent une partie de la section.

-Mon cul, je n'entends rien ! Montrez-moi que vous en avez ! cria Tetsuro plus fort.

-CHEF OUI CHEF, hurlèrent-ils tous en chœur.

-Si vous survivez à mon instruction, les louloutes, vous deviendrez un ninja, une arme à légale des meilleurs, une arme de dissuasion. Mais en attendant, vous n’êtes que du vomi, le niveau zéro de la vie sur terre. Vous n’êtes même pas humains, bande d'enfoirés. Parce que je suis une peau de vache, vous me haïrez, mais plus vous me haïrez et mieux vous apprendrez. Je suis vache, mais je suis réglo pas de sectarisme nationaliste ici, je n'ai rien contre les abrutis du pays du Feu, les tapettes de l'Eau, les branleurs du Vent ou les fiotes de la foudre ! Ici vous n’êtes que des vrais connards et j'ai pour ordre de balancer toutes les couilles de loup qui n'auraient pas la pointure pour servir ma chère unité. Tas de punaise, est-ce que c'est clair ?

-CHEF OUI CHEF !

D'une fenêtre au-dessus de la place d'arme, Hanzo assistait à la scène derrière la vitre. Son regard fut rapidement attiré par la chevelure rouge et longue de Kushina dans les rangs.

-Impossible, s’écria-t-il.

-Un problème, Hanzo ? demanda Gai qui venait d'entrer dans la pièce.

-Général Gai, regardez par la fenêtrE. Kushina, la fille ainée de Naruto-Sama, est en bas dans les rangs de l'unité du sergent Tetsuro.

-Formidable ! La fougue de son père lui a été transmise. Cela lui permettra sûrement de terminer l'instruction de Tetsuro.

-Général, vous savez à quel point je trouve ses méthodes discutables. Humilier, rabaisser ainsi les hommes n'est pas une solution.

-Hanzo, je sais bien ce que tu en penses mais il s’avère que l'instruction de masse d'adultes ou adolescents sans aucune formation dans le ninjustu, ni discipline est plus difficile qu'avec des enfants sortant de l’académie. Leur esprit est plus enclin au refus de l'autorité, surtout quand ils viennent de plusieurs pays différents, l'esprit de corps n'existe pas. Tetsuro n'est pas un ange mais sa méthode est efficace pour effacer les sentiments nationalistes et inculquer l'esprit de corps, le respect de la hiérarchie et en faire des hommes prêts à se sacrifier pour une cause dépassant l’intérêt d'une seule nation.

-Général je sais bien mais avec Kushina...Mais dites-moi général Gai, quelle est la raison de votre visite ?

-Ceci, répondit Gai en tendant l'air grave une enveloppe à Hanzo.

Dans la cour, le sergent Tetsuro s'en prenait verbalement à une de ses nouvelles recrues lui faisant remarquer son embonpoint. Ryo qui se tenait aux côtés de Kushina fit une petite remarque à voix basse.

-Ce type est plus effrayant que Madara Uchiha.

Kushina ne put se retenir de pouffer de rire. Malheureusement pour Ryo le sergent entendit la remarque et se précipita vers lui. Sans le moindre avertissement, il le frappa avec violence dans le ventre, pliant Ryo en deux sur le sol.

-Tu te prends pour qui sac à merde. Interdiction de parler et interdiction de pleurer, je vais te faire vomir du sang, moi.

Voyant cela Kushina qui bouillait intérieurement devant l'attitude de cet homme explosa. Elle sortit du rang en hurlant :

-Foutez lui la paix !

-Tiens, qu'est-ce qu'on a là ? Une petite donzelle qui veut jouer aux grandes filles ? Tu as un sacré culot pour oser me parler comme ça, ma mignonne. Je voudrais pas faire couler ton maquillage ! Il se retourna vers elle et fronça les sourcils en voyant les yeux de la jeune fille. Oh, mais qu'avons-nous là, une Hyugaa, qu'est-ce que tu fous dans mon unité ? Dans votre famille de tarés, on apprend jeune l'art du poing souple. C'est quoi ton nom ?

-Traitez encore une fois ma famille et vous allez le regretter.

-Tu me menaces en plus !

Le sergent décocha un violent coup de poing de revers dans le visage de Kushina qui fut projetée sur le côté. Elle vacilla prête à tomber sur le sol, mais réussit à se rattraper de justesse. Cracha un peu de sang sur le sol et fixa le sergent avec rage.

-Si tu es dans les rangs de mon unité, tu dois être surement une sous-merde de la famille parallèle qui veut échapper à son destin. Je t'ai demandé ton nom !

Kushina se mit en garde poings dressés devant le visage.

-Si vous voulez mon nom il faudra me le faire cracher !

Le sergent sourit vicieusement et fit craquer ses doigts prenant lui aussi une garde de combat. Concentrant son chakra dans ses pieds et ses poings, il s’élança dans une série de combinaison de coups de taijutsu. Mais Kushina n'eut aucune difficulté à esquiver chacun de ses coups.

Gai et Hanzo qui regardaient depuis la fenêtre n'en revenaient pas. Le sergent continuait ses assauts sans aucun succès. Soudain Kushina tenta à son tour de le frapper d'un coup de poing au visage, mais le ninja vétéran n'eut aucun mal à esquiver d'un simple geste de la tête. La surprise fut de taille pour lui et tous ceux qui assistaient au combat, lorsqu'il reçut tout de même l'impact du coup le faisant voler à plusieurs mètres.

Il se releva un peu sonné par le coup et se tourna rageusement vers Kushina dont les yeux étaient cernés de marques rouges.

-Qui diable es-tu ? hurla-t-il en dégainant son kunaï.

-Un indice ? sourit-elle en faisant apparaître dans sa main droite une orbe de chakra bleuté.

-C'est impossible, s’écria Hanzo en voyant cela.

-Je t'ai demandé ton nom, répéta le Sergent en lui lançant le Kunaï dessus.

-Cela ne vous suffit pas, parfait ! répliqua Kushina avec autant de véhémence que son adversaire.

Elle esquiva sans mal le Kunaï.

-Puisque mon indice ne vous a pas suffit, en voilà un qui ne peut laisser aucun doute.

Levant sa main droite au dessus de sa tête, l'orbe se mit à tournoyer plus rapidement dans un bruit aigüe, quatre petite lames de lumières s’élargissant sur ses flancs.

-Mon nom est Uzumaki Kushina et je n'ai rien à apprendre d'un malade mental comme vous.

Elle s’apprêta à lancer son orbe au moment où Hanzo apparut devant elle en bloquant son bras. La surprise rompit sa concentration et l'orbe fut immédiatement dissipée.

-Kushina, calme-toi, s'il te plait. Sergent, je vous ordonne de vous arrêter aussi. Je ne veux pas de ce genre de rix dans l'une de mes unités. Maintenant Kushina tu va me suivre dans mon bureau et vous sergent reprenez avec les autres.

-Mais Colonel...

-Sergent, soyez heureux que je sois intervenu, sa technique vous aurait été fatale. Il s'agit ni plus ni moins que du célèbre Rasen Shuriken que Naruto-Sama notre fondateur à mise au point. Cette jeune femme est sa fille.

Le sergent se figea au garde à vous et resta ainsi jusqu'à ce que Kushina et Hanzo aient pénétré le bâtiment derrière eux. Hanzo fit entrer Kushina dans son bureau où Gai attendait à la fenêtre en arborant un grand sourire. Kushina croisa ses bras et fit une mou boudeuse.

-Tu vas me sermonner j'imagine.

-Kushina, je ne vais pas te jeter la pierre puisque c'est moi qui t'ai demandé de venir ici. Par contre j'ai besoin d'explications.

-Mouais, qu'est-ce que tu veux savoir, Hanzo ?

-Depuis quand maitrises-tu le Senjutsu et le Rasen Shuriken de ton père...et surtout, pourquoi avoir caché cela à tout le monde ?

-A partir de l'époque où il y a eu les tentatives d’enlèvement, mon père a commencé à me former en secret. Puis quelques semaines avant qu'il ne nous quitte, il m'a appris comment me rendre sur le mont Myoboku. Depuis, chaque après midi, je m'y rends pour m'exercer. Personne ne savait jusqu'à aujourd'hui, ma tante pense même que je me la coule douce dans les rues de Konoha ou avec mes amies.

-Impressionnant ! s’exclama Gai. Mais pourquoi avoir caché cela ?

-Gai-Sensei, mon père m'a dit de ne jamais rien dire à ma tante ni à personne sur ce secret. Il ne voulait pas que les personnes qui tentaient de m'enlever soient au courant de mes capacités. Il disait qu'il fallait au contraire qu'ils soient surpris par ma capacité à me défendre seule.

-Je vois...je vais te faire transférer immédiatement dans une section de ninja confirmés. Il est inutile que tu restes dans une unité de formation pour débutants, ce serait du gâchis et nous n'avons vraiment pas le loisir de gâcher un tel talent. Les temps risquent de devenir difficile et nous aurons besoin d'un maximum de ninja prêts à intervenir.

-Hanzo, de quoi parles-tu ? s’interrogea Kushina en voyant son ami soucieux.

-Kushina, je parle du retour de l'Akatsuki...

Pendant ce temps à Konoha dans le bureau de l'Hokage, les gens s'activaient autour de Shikamaru qui donnait ordre sur ordre, remplissant des formulaires et écrivant de nombreuses lettres officielles. L'un de ses assistants s'approcha de lui avec un dossier.

-Hokage-Sama, vous prenez vraiment au sérieux ces rumeurs sur le retour de l'Akatsuki ?

-Bien sûr que oui. L'article dans le journal a été confirmé par des membres de l'Anbu ainsi que des ninja du pays de la Terre. Il ne faut pas prendre ces informations à la légère. Un groupe nostalgique de l’idéologie d'Obito Uchiha ou même de Pain peut très bien s’être reformé, il n'y a rien de surprenant là dedans, sans compter les menaces proférés par ce Néo-Akatsuki envers le village de la Roche. Mais ce qui me perturbe le plus, ce sont les informations concernant son soit disant leader.

-De quoi parlez vous Hokage-Sama ? Je n’ai lu aucune information dans les rapports à ce sujet.

-Vous ne lisez jamais la presse ? répondit agacé Shikamaru. Ils disent que le leader du groupe bien que masqué laissent voir deux sharingan.

-Hokage-Sama, ce ne peut être que de simples ragots journalistiques en manque de sensationnel, vous ne pensez pas ?

-Peut-être mais dans le doute, je me dois de vérifier. Convoquez immédiatement Uchiha Sasuke au village, je dois m'entretenir avec lui.





_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Perlimpimpin
Aspirant genin


Inscrit le: 11 Oct 2012
Messages: 209
Localisation: Là où mon esprit me transporte

MessagePosté le: Mer 01 Mai 2013, 12:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'avais jamais pris le temps de lire tes fics, ni même de les commenter, cette erreur sera ce soir réparée...

J'ai, aux premières lectures, il y a quelques mois, rejeté cette fiction, le coté fleur bleu et romance agissait un peu sur moi comme un répulsif à cafard...

Aujourd'hui, je te prie de vouloir accepter mes excuses pour les préjuger que j'ai nourris à l'encontre de ta fic, et de toi à travers elle...

C'est bien écrit, bourré d'humour et de références (au quotidien comme au Manga), plein de sensibilité (mais sans sensiblerie) et d'émotions, et même si le coté fleur bleu demeure, il n'est pas étouffant et n'envahit pas l'univers shinobi...

C'est une bonne surprise, par contre je ne comprends pas le pourquoi du comment de la disparition de Naruto??? Est-ce un des mystères de l'intrigue ou des chapitres ont été supprimés entre les deux fics???

J'espère que ce mois de Mai bourré de viaduc potentiel te laissera plus d'opportunités pour poursuivre ta fic... :)

Bonne continuation!!!

_________________
Celui qui sait tout??? Moi aussi j'aimerai le rencontrer!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Mer 01 Mai 2013, 2:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

Déjà un grand merci pour ton commentaire qui fait chaud au cœur.

Effectivement dans mes fics j'aime insérer de la romance et des problèmes disons de vie familiale. D'autant plus dans "les jeunes et les agités" qui est une fic se passant après la guerre et ou je penses que des jeunes adultes venant de risquer leur vie n'ont qu'une envie c'est de fonder une famille et surtout une vie tranquille. Comme tu as pu le constater, la première partie monte crescendo en tension et en romance pour finir sur une note d'espoir dans les deux terrains.

La seconde partie qui est plutôt une "next gen", va connaitre un déroulement différent. La romance va s'estomper de plus en plus au profit d'une trame plus sombre. Par contre il me fallait quelques chapitres pour insérer les nouveaux personnages (les enfants), développés leur caractère et laisser quelques indices pour que le lecteur tentent de comprendre ce qui a pu se passer pendant les 18 années entre les deux parties.

C'est un peu moins présent dans ma première fic " Hyugaa, Inuzuka le lien secret" puisque c'est un exercice de style différent que j'avais adopté en tentant d’écrire un arc fictif pouvant s’insérer dans la série originel. Le respect du manga étant obligatoire, je ne pouvais pas me laisser aller à certaine liberté comme dans "les jeunes et agités".

Pour résumer, je penses que mes fics sont plus proches d'un esprit Seinen que de la ligne Shonen du manga, en tout cas c'est ce que j'essaye de faire.


Spoil:
Sur ton interrogation sur la disparition de Naruto, je te rassure il ne manque pas de chapitre. Oui c'est un des mystères de l'intrigues, j'ai laissé quelques petits indices par ci par la pour laisser quelques suppositions voir le jour.
Plus nous avancerons dans le recit et plus le mystere se dissipera ou pas Laughing


Je vais effectivement tenté de reprendre un rythme de parution plus regulier en ce mois de Mai.

Merci en tout cas et bonne lecture ( n'hesite pas à lire ma premeire fic, elle te plaira surement plus, le coté fleur bleu est present mais nettement moins pour laisser place à l'aventure Wink )

Ceci étant, je reste franchement pessimiste et un peu découragé. En un mois, cinq chapitres postés, 2 coms...J'ai vraiment l'impression de marcher dans le désert. Vu mon emploi du temps et mes obligations, je me demandes vraiment si j'aurai la motivation nécessaire pour continuer...

_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899


Dernière édition par Drielack le Ven 03 Mai 2013, 11:38 am; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Ven 03 Mai 2013, 12:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

Et ca continue encore et encore...
C'est que le debut d'accord...d'accord

Chapitre 21 : I'll be back!



Spoil:

Chapitre 21 : I'll be back



Deux mois s’était écoulés depuis l'incorporation de Kushina et Azuki dans une unité de la Force de paix. La fin des classes approchait rapidement et leur première permission tombait à point nommé, coïncidant avec la fête de la fondation de Konoha. Les deux filles avaient bien évidement le projet de rentrer au village pour l'occasion.

Elles parlaient toutes les deux lors d'une des rares pauses qu'elles avaient le soir. Assise à une table du réfectoire des soldats, Kushina fixait le jeune Ryo qui buvait une boisson, assis seul à une table loin d'elle.

-Toi tu es mordue de ce gars-là, taquina Azuki.

-Mais non...c'est juste qu'il a l'air si seul.

-Tu parles, tu le dévores du regard à chaque fois que tu le croises. Va donc le voir et lui parler, je ne peux pas croire que la grande Kushina, celle que les camarades ont surnommé « la sorcière aux crapauds », ait peur de parler à un garçon.

-Tu sais que je déteste ce surnom...Bien sûr que non, j'ai pas peur d'aller lui parler, s’écria Kushina en se levant pour se diriger vers la table du jeune Ryo. Hey salut, comment vas-tu ? Tes classes se passent bien, le sergent t'en fait pas trop baver ?

-Oh Kushina, ça fait plaisir de te voir, s'exclama-t-il. Non, ça va, on n'a plus que deux jours, alors on tient le coup et toi ? Tu sais que tu m'as vachement surpris le jour de l'incorpo. Pourquoi as-tu caché ta maîtrise du ninjutsu ?

-C'est une longue histoire, je préfère pas en parler. Dis-moi, tu voudrais pas marcher dehors pour parler un moment ?

-Si bien sûr...

Les deux jeunes gens sortirent dans le crépuscule et marchèrent un peu côte à côte.

-Tu vas rentrer dans ton village Ryo ?

-Non, je pense que je vais rester ici, je n'ai personne qui m'attends là-bas. En plus la guérilla mené par ce Neo-Akatsuki qui vient de naitre aux frontières de mon pays et de celui de la roche n'a pas l'air de se calmer.

-Sérieux, tu vas pas rester ici, c'est trop déprimant. Ça te dirait pas de venir avec moi à Konoha ? Il y aura la célébration de la fondation du village, une grande fête, c'est plus sympa qu'ici.

Le jeune garçon resta un moment bouche bée par la proposition de Kushina. Il finit par lui sourire :

-Comment veux-tu que je me rende à Konoha ? J'ai pas un sous pour y séjourner.

-Pas de problème, je t'invite chez moi. J'ai une grande demeure, je viens d'une famille noble, la place ne manque pas chez nous.

-Je me sens un peu gêné, je sais pas trop quoi te répondre...

-Et bien il te suffit de dire oui, lui lança Kushina. A moins que tu préfères que je t'y emmène de force, plaisanta-t-elle.

-Ok c'est bon, j'accepte ta proposition...Je sais vraiment pas comment te remercier.

Quelques jours après, les trois jeunes soldats de la paix arrivèrent en vue des remparts de Konoha. Les filles, impatientes de retrouver leur village, accélèrent le pas. Au détour d'un chemin forestier, ils s'arrêtèrent en voyant un homme se tenant à un arbre. Il était pris d'une violente quinte de toux et prenait appuie avec son bras sur le tronc d'un grand chêne.

-Monsieur, ça va ? demanda Ryo en posant son sac à terre.

-Oui, laissez-moi tranquille, rétorqua l'inconnu d'une voix froide en se redressant lentement.

Les trois jeunes gens se regardèrent perplexe ne sachant s'il fallait aider cette personne ou la laisser comme elle le demandait.

-C'est marrant j'ai l'impression de connaître sa voix et sa silhouette, murmura Kushina. Excusez-nous, mais vous allez à Konoha ?

-Oui, je vais à Konoha, mais qu'est-ce que cela peut bien vous faire ? rétorqua-t-il en reprenant sa route sans les regarder.

-Non mais sérieux, vous êtes vraiment malpoli, bon sang !

-Bon sang ? répéta l'inconnu en s’arrêtant. Qu'est-ce que tu viens de dire jeune fille ?

-J'ai dit que vous étiez un sale bonhomme malpoli...s’énerva Kushina en brandissant le poing.

-Calme-toi, Kushina...dirent en chœur ses deux amis.

-Bon Sang...Kushina...répéta l'homme d'un ton amusé. Et je parie que tu as des pupilles blanches et des cheveux rouges, n'est-ce pas ?

Les trois adolescents interloqués restèrent silencieux suite à la remarque.

-Vous me connaissez ? s’inquiéta Kushina.

-Bien sûr que je te connais. Tu ne dois pas te rappeler de moi, tu ne m'as vu qu'une seule fois et tu n’étais qu'une toute petite fille de quatre ou cinq ans. L'homme se retourna et la fixa.

-Bon sang, ça me dit pas qui vous êtes...s'agaça la jeune fille.

Elle avait beau le regarder, elle ne se rappelait pas connaître un si bel homme d'une trentaine d'années, le visage fin d'un teint pale, les cheveux noirs, un regard sombre et intense.

-Je vais en effet à Konoha les jeunes et je veux bien marcher avec vous, si cela ne vous dérange pas.

-Y a pas une minute, vous étiez en train de nous envoyer sur les roses et maintenant vous voulez marcher avec nous. Vous dites me connaître, sans vous présentez...Bon sang, pas question de faire le chemin avec vous sans savoir votre nom.

-Pfff la digne fille de Naruto...Bien jeune fille je vais te dire mon nom. Je suis Sasuke Uchiha, le meilleur ami de ton père. Ça te va maintenant ?

Azuki et Kushina n'en croyaient pas leurs oreilles et le dévisagèrent, pendant que Ryo, ne comprenant pas la réaction de ses camarades, leur demandait si elles le connaissaient. Sans plus de discussion le petit groupe reprit le chemin de Konoha accompagné de Sasuke. En chemin, le dernier des Uchiha se tourna vers Ryo et l'interpella.

-Dis-moi, ton visage me dit quelque chose, on s'est déjà rencontré ?

-Moi ? Je ne pense pas. En tout cas je ne vous connais pas.

Sasuke le fixa en fronçant les sourcils mais le jeune Ryo ne répondit à cette provocation que par un sourire radieux. Arrivant aux portes du village, Sasuke se sépara des jeunes et partit en direction du manoir de l'Hokage. Il arriva devant deux ninjas en faction à l'entrée de la bâtisse.

-Je viens voir Shikamaru Nara.

-Vous aviez rendez-vous ?

-Il m'a convoqué, cessez de me faire perdre mon temps. Je suis Uchiha Sasuke.

Les deux ninjas se crispèrent en entendant le nom et l'un d'eux conduisit prestement Sasuke dans le bureau de l'Hokage. En le voyant entrer, Shikamaru posa rapidement le dossier qu'il lisait et lui demanda de s'assoir.

-Shikamaru, voilà j'ai répondu à ta convocation. J'aimerais savoir pour quelle raison tu as trouvé bon de me faire revenir au village. J’espère que c'est important.

-Sasuke, tu es au courant de cette guérilla à la frontière du pays de la Terre.

-J'ai entendu des ragots sur un nouvel akatsuki mais je n'y crois pas. Est-ce pour cela que tu voulais me voir ?

-Oui, j'aimerais que tu m'expliques ce que tu penses des témoignages sur leur leader.

-Un autre ragot, aucun homme ne peut posséder deux sharingans, je suis le dernier Uchiha vivant ! Personne ne possède les pupilles à mon exception.

-Justement, je voulais savoir où tu étais ces derniers temps ?

-Je vois, tu me soupçonnes d’être le leader de ce mouvement.

-Non, je suis convaincu que ce n'est pas toi, mais comprends moi. Le pays de la Terre me somme de lui donner des informations sur tes activités. Ils te soupçonnent et s'adresse à moi puisque tu es originaire du village.

-Tu pourras leur dire que je continues mes recherches, je n'ai pas abandonné depuis six ans.

-Ah...tu n'as donc rien trouvé, aucune piste. C'est incroyable.

-Oui, six ans de recherche et pas la moindre trace de Naruto, à croire qu'il a disparu de la surface de la terre.

-Sasuke, pourquoi continues-tu à le chercher ?

-Shikamaru, je ne suis pas de ceux qui croit la version officielle. Je connais Naruto et cela ne lui ressemble pas de tout quitter comme ça. En plus s'il est vraiment parti avec une autre femme comme les témoins l'ont affirmé, j'aurai dû le trouver depuis.

-Tu te rends compte que tu poursuis une chimère depuis six ans. Les témoins sont formels, ils ont bien tous vu Naruto quitter Konoha avec une femme de Kumo. La lettre reçu par Hinata ne laisse pas de doute sur sa volonté de quitter sa famille et le village. Je te le redemande : pourquoi continuer de le chercher ainsi ? Même si tu le retrouvais, il ne reviendrait pas.

-Naruto est comme moi, il a perdu sa famille. Je crois être plus à même de le comprendre que toi.

-Sasuke, moi aussi j'ai perdu mon père dans la guerre.

-Et tu crois que parce que ton père est mort au combat quand tu avais dix sept ans, tu peux comprendre Naruto qui a grandit dans la solitude et le désir d'avoir un père et une mère. Il a toujours cru pouvoir me ramener à Konoha, il est de mon devoir de lui rendre la pareille. Quoi que ta logique te dise, moi je suis sûr que Naruto n'a pas pu quitter sa femme et ses enfants, juste pour une autre femme, c'est insensé !! s’énerva Sasuke.

-Ne t’énerve pas Sasuke. Je suis l'Hokage, je ne peux pas me permettre de sentimentalisme basé sur des intuitions. Les tensions au sein de la famille Hyugaa étaient très importantes avant son départ, de plus les témoins...

-Oh diable les témoins ! Je continuerais de croire qu'il n'a pas fait ça même si je suis la seule personne au monde. Quand je le retrouverai j'en aurai alors le cœur net.

-Bien, en attendant pourrais-tu rester un moment à Konoha, le temps que je reçoive la délégation d'Iwa ? J'aimerais que tu sois avec moi pour leur parler.

-D'accord je resterai au village en attendant. J'ai quelques personnes à voir, cela tombe bien finalement, répondit Sasuke en se levant.

Sans se retourner, il sortit du bureau en fermant la porte un peu sèchement. Puis il partit dans les rues de Konoha observant autour de lui un village qui avait vraiment prospérer pendant ces années de paix. Intérieurement, il souriait en se disant que c’était en partie l’œuvre de son frère. Il regarda un instant les visages sur la falaise, la face non sculpté du sixième lui faisait ressentir un profond malaise.

« Le numéro maudit » comme l'appelait les gens du village... Sasuke ne savait que trop bien que le premier sixième Hokage n'avait pas vu son visage gravé dans le roc parce qu'il l'avait tué dans sa vendetta. Quant à Naruto, le déshonneur d'avoir quitté sa fonction pour fuir le village avec une autre femme avait provoqué le courroux des habitants, les poussant à effacer sa face de la falaise en considérant que le sixième était maudit. Malgré toutes ses recherches, il n'avait pu trouver d'indice lui permettant de réhabiliter l'honneur de son ami.

-Naruto, où diable es-tu ? Pourrais-je un jour m'acquitter de ma dette envers toi ?

Déambulant le long du canal de Konoha, il s’arrêta devant le parc où jouaient les enfants déjà de l’époque de son enfance. Il resta immobile en voyant une petite fille aux nattes blondes sortir du parc suivie de sa mère. La mère et la fille le regardèrent de leurs pupilles nacrées.

-Sasuke ? C'est bien toi ? lui demanda Hinata en saisissant la main de sa fille pour qu'elle s’arrête.

-Hinata...C'est moi, oui.

-Tu es ici parce que tu l'as trouvé...lui dit-elle la voix tremblotante.

-Hinata, non je suis désolé. Je n'ai rien trouvé, aucune trace de lui, nulle part. Pardonne-moi, je t'avais fait une promesse il y a six ans.

-Maman, pourquoi tu pleures, demanda la petite fille en tirant sur le pans du yukata de sa mère.

-C'est rien ma chérie...c'est rien. Excuse-moi Sasuke, je n'aurai jamais dû te demander de partir à sa recherche...répondit-elle en essuyant ses larmes.

-Ce n'est rien Hinata, je l'aurai fait de moi-même de toute façon, répondit-il avant de se mettre à tousser. Apparemment il n'y a que nous deux qui soyons assez idiots pour le croire innocent malgré les preuves. Mais je n'abandonne pas, je te le promets.

Il termina sa phrase par une quinte de toux.

-Sasuke, si je peux faire la moindre chose pour toi, dis-le moi.

-Oh ce ne sera pas la peine. En fait... si, une chose. Pourrais-tu me dire où habite Sakura ?

-Tu veux aller la voir ? Cela fait si longtemps, tu penses que c'est une bonne idée ?

-Je sais, treize ans. La voir en ami, me ferait plaisir.

-Je vais t'accompagner, suis-nous.

Ils marchèrent en direction de la maison de Sakura en parlant un peu à demi-mot devant la petite.

-Sasuke, je ne comprends pas pourquoi tu veux la voir cette fois alors que tu n'as pas voulu la rencontrer quand tu es venu il y a six ans suite au départ de Naruto.

-J'ai mes raisons, dit-il d'un air sombre. Je veux juste la saluer, rien de plus.

-Je vois, dit-elle d'une voix douce. Toi non plus, tu n'as pas tourné la page...Je comprends ce que tu ressens, l'espoir malgré l'abandon.

-Hinata, détrompes-toi je n’espère rien. Notre histoire c'est du passé !

-Bien, bien...voilà c'est ici, dit Hinata en montrant une petite maison. Nous allons rentrer maintenant, dit-elle en prenant la petite dans ses bras alors qu'elle vacillait de fatigue.

-Oui rentre vite, ta petite est fatiguée, dit-il en caressant la chevelure de la fillette avec tendresse. J'ai croisé Kushina en venant, j'imagine que tu as hâte de passer du temps avec elle.

-Cela fait deux mois que je n'ai pas mangé avec mes trois enfants...C'est vrai que j'ai hâte. Si tu veux passer pour dormir ou manger n’hésite pas surtout.

Sur ces mots Hinata partit, laissant Sasuke sur le pas de porte de la maison de Sakura. Le poing fermé prêt à frapper à la porte, il hésita un instant puis frappa trois coups brefs. Il attendit et ne voyant rien, il s’apprêta à partir quand la porte s'ouvrit. Il se retourna en souriant s'attendant à voir Sakura. Mais son regard se posa sur une fillette d'une dizaine d'années aux longs cheveux noirs.

-Bonsoir Monsieur.

-Pardon je crois que je me suis trompé de maison, répondit-il en fixant les yeux verts de la jeune fille.

-Kaori, qui est-ce ? cria une voix féminine du fond du couloir.

-Je sais pas Maman c'est une erreur.

-Si c'est une erreur, ferme la porte et viens finir de m'aider à préparer le dîner.

-Sakura...appela Sasuke croyant reconnaître la voix de son amie.

-Vous voulez parler à ma mère ? demanda la jeune fille.

-Ta mère....répéta-t-il, incrédule.

-Bon Kaori ne perd pas de temps et vient m'aider, s’écria Sakura en s'approchant de l'entrée, un bol dans une main et un fouet dans l'autre.

-Mais Maman ce monsieur veut te voir...Kaori s’écarta en ouvrant la porte.

-Sa....su....ke.... bafouilla Sakura en laissant son bol tombé sur le sol.

Quelques minutes plus tard Sasuke et Sakura étaient assis face à face à la table de la cuisine sans se dire un mot. Ne comprenant pas trop la situation, Kaori leur servit à boire sans oser parler non plus. Sasuke la regarda fixement et se tourna vers Sakura.

-Tu as une fille, dit-il d'une voix sombre.

-Oui, elle s'appelle Kaori. Elle vient juste de passer genin.

-Je vois...et toi qu'est-ce que tu deviens ?

-Je suis devenue directrice de l’hôpital du village.

-C'est bien...dit-il, coupé par une forte quinte de toux. Tu vis seule ?

-Non monsieur, Maman et moi on vit avec Lee-San, répondit Kaori en prenant les verres vides.

-LEE...tu m'as donc plaqué pour te mettre avec LEE, s'écria Sasuke en se levant rageusement, les poings serrés de rage.

-Non, je t'ai quitté parce que tu ne voulais pas d'enfant, répliqua furieusement Sakura.

Le regard furieux, Sasuke s'appuya sur la table en toussant plus fortement.

-Tu sais parfaitement que je ne peux pas avoir d'enfant, que je ne dois pas transmettre le sang des Uchiha et le sharingan. Ce monde en a bien trop souffert. Tu le savais, je ne te l'ai jamais caché. J'avais été honnête dès le début de notre relation et voilà comment tu m'as remercié...Tout ça pour un minable comme Lee.

-Arrête de dire du mal de Lee...Je t'ai quitté parce que je ne supportais plus cette vie avec toi, sans famille ni projet, tu comprends.

-Si tu voulais une famille nous aurions pu adopter un orphelin ! cria Sasuke plus fortement. As-tu une idée du mal que tu m'as fait en m'abandonnant...connaissant mon passé tu savais à quel point un abandon pouvait me blesser.

Sasuke se penchant un peu plus sur la table à cause d'une quinte encore plus forte cette fois. Sakura le voyant ainsi s’inquiéta et lui demanda si tout allait bien.

Très en colère, il se redressa et toussa encore plus fort, sentant soudain un fort goût de sang dans sa bouche. La cuisine se mit à tourner autour de lui et il vit soudain le décor basculer, sa vision fixée un instant sur le plafond avant de plonger dans l'obscurité en entendant Sakura paniquée crier son nom.


_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isumi
En cierto modo
En cierto modo


Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 4041
Localisation: Mukuchi na yousei wa soko ni iru

MessagePosté le: Sam 04 Mai 2013, 11:43 am    Sujet du message: Répondre en citant

C’est toujours truffé de références ! Very Happy

On connait la les chansons Very Happy

Solidarité avec Shikamaru qui veut la paix le matin ...

Le chapitre 20 est epic !
Sergent Hartman Tetsuro Laughing
Nous avons une explication formalisée des folles nuits de la cancre existentialiste !
Sympa ce Ryo, dis donc …

Mais je m’inquiète de savoir qu’il dit quelque chose à Sasuke… Mr. Green
Sasuke qui est malade comme l’était Itachi, flute !
Sakura parviendra-t’elle a le faire rester un peu pour tenter un traitement de fond (il fait un peu Dame au caméliia là, le beau brun ^^) ?
Il sera intéressant de le voir répondre à la délégation d'Iwa.
Le mystère plane toujours autour de la réelle cause de disparition de Naruto, mais tu n'as pas hésité à donner une explication officielle bien scabreuse qui a du faire un effet Voici au village...

Ces derniers chapitres étaient très riches, un vrai régal, comme d'habitude.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Dim 05 Mai 2013, 9:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

@Isumi

Spoil:

Hehe je vois que mes clins d’œil ne passent pas inaperçus. Twisted Evil

Oui Sasuke est malade comme son big brother...surement une tare familiale ( qui a dit une de plus? Laughing )

Quant à Naruto, quoi de pire qu'un scandale à la DSK pour foutre en l'air une légende vivante ^^! La populace se rappelle toujours plus des travers scabreux que des actes héroïques...on aime toujours plus frapper un homme à terre que de l'aduler.


Passons maintenant à la suite., avec quelques révélations supplémentaires et l'apparition d'une menace de taille...


CHAPITRE 20 : CAUCHEMARS


Spoil:
Chapitre 22 : Cauchemars

La soirée se déroulait dans la joie chez les Hyugaa. Hinata était aux anges de retrouver sa fille ainée et ce malgré sa déception de l'absence de résultat des recherches menées par Sasuke. Le jeune Ryo, invité par Kushina, se montrait d'une politesse extrême, impressionné par la noblesse de la famille Hyugaa. Seule Hanabi restait de marbre devant les rires et la joie des autres membres de la famille, fixant régulièrement Kushina et Ryo qui se tenaient côte à côte.

Après le repas, Jiraya suivit Hanabi pour une séance d'entraînement dans le dojo familiale. Kushina fit visiter le jardin à Ryo.

-Kushina, tu as vraiment une maison magnifique et une famille géniale.

-Oui je sais, la maison est pas mal...mais parfois la famille, c'est pas le top. Les relations avec ma tante ne sont pas ce qu'il y a de plus simple.

-Pourquoi ? C'est super d'avoir une tante. Moi je suis seul et c'est vraiment dur parfois.

-C'est une longue histoire. Ma tante et mon père ont eu un profond différent lors du décès de mon grand-père. Depuis, ma tante est devenue assez austère et rigoriste. Je crois que c'est en partie à cause de moi d'ailleurs.

-De toi ?

-Tu sais, notre famille n'est pas comme les autres. Nous avons le byakugan et depuis toujours ce don intéresse énormément d'autres personnes. Ma mère avait subis très jeune une tentative d’enlèvement. Quand j’étais petite, j'ai moi aussi été la victime de tentative d’enlèvement et ce plusieurs fois. Je m'en souviens pas trop, mais je sais qu'à chaque fois mon père ou mon grand-père ont réussi à les déjouer. C'est à partir de ce moment que mon père a commencé à m'entraîner en secret. C'est à la mort de mon grand-père, que tout à basculer, j'avais dix ans. Je ne sais pas ce qui a pu se passer mais ma tante et mon père ne s’entendait vraiment plus du tout, ma mère en souffrait beaucoup.

-Kushina, pourquoi me dis-tu tout ça ?

-Oh parce que j'ai très envi de te parler de moi, répondit la jeune fille en le fixant. Un an après la disparition de mon grand-père, mon père a subitement quitté le village avec une autre femme. Juste après son départ, ma tante a rompu avec son fiancé et elle est devenue insupportablement autoritaire et exigeante envers moi. Même si je ne sais pas pourquoi, je suis certaine qu'il y a un lien entre moi et le changement chez ma tante.

Non loin d'eux Hanabi qui venait de finir la séance d'entraînement les écoutait discrètement.

-Bon écoute, je me sens vraiment gêné de toute ces confessions que tu me fais Kushina, balbutia Ryo. Ton invitation et puis tout ça...je sais pas trop comment le prendre...

-Prends le donc comme ça, murmura Kushina avant de plaquer ses lèvres contre les siennes.

Surpris le jeune homme écarquilla les yeux avant de les fermer et de partager le baiser de Kushina. En silence, Hanabi s’éclipsa et se rendit dans sa chambre, se laissant tomber sur son lit, elle jeta un dernier coup d’œil sur la photo posée sur son chevet. Enlacée et souriante dans les bras de Konohamaru lors de la promotion au rang Jounin de ce dernier, cette photo reflétait un autre temps se dit-elle avant de fermer les yeux.

Hanabi était assise à une table entre Naruto et Hiashi dans une ambiance lourde.

-Naruto, c'est déjà la sixième tentative d’enlèvement dont Kushina fait l'objet. Nous ne pouvons plus rester les bras croisés, il nous faut prendre une décision.

-Hiashi, nous gérons parfaitement la situation, aucune des tentatives n'a aboutit pour le moment.

-C'est de l'inconscience ! Il suffit d'une fois ! Il faut montrer à ceux qui ont le projet d'enlever Kushina que nous sommes déterminés.

-Hiashi, je ne vois pas où vous voulez en venir...Les kidnappeurs se suicident à chaque fois en avalant un poison. Je ne vois pas comment leur montrer une détermination plus forte que la leur. De quoi parlez-vous?

-Je crois avoir compris pourquoi tout ceci se produit.

-Soyez plus clair, Hiashi, s'agaça Naruto.

-La mort de Neji a fait disparaître le dernier Kagemusha de la branche principale. Hinata ne risque rien puisqu'elle est ton épouse, personne n'oserait s'en prendre à la femme d'un héros comme toi, sans compter qu'elle a maintenant les capacités de se défendre. Hanabi étant encore plus douée, les kidnappeurs n'auraient pas une proie facile, mais Kushina...

-J'ai peur de comprendre ! s'exclama Naruto.

-Même si je pensais renoncer à cette tradition, les événements me forcent à y revenir. Il faut que nos ennemis sachent que la famille secondaire protège toujours la branche principale. Il faut un Kagemusha pour Kushina, afin de décourager les éventuels kidnappeurs.

-Je m'oppose à ça, Neji a assez souffert de ce destin. Inutile de faire souffrir quelqu'un d'autre pour cela. De toute façon, il n'a pas eu d'enfants donc le problème ne se pose pas.

-Naruto, je le sais que trop bien. Je ne prends pas cette décision de gaité de cœur, mais pour faire cessez ces attaques sur mon adorable petite-fille, il n'y a qu'une solution. Hanabi ?

-Oui père ? se vit-elle répondre.

-Tu as toujours suivi les règles du clan comme ma digne fille, n'est-ce pas ?

-Bien sûr père...

-Je sais que ce que je vais te demander est un énorme sacrifice.

-De quoi s'agit-il père ?

-Puisque Kushina n'a pas de Kagemusha et qu'elle est le premier enfant née d'une de mes filles, elle sera de la branche principale. Par contre, je veux que ton premier enfant devienne le Kagemusha de Kushina...comprends-tu ?

-Père...répondit-elle abasourdie.

-HORS DE QUESTION ! hurla Naruto. Pas question que l'enfant de Hanabi et de Konohamaru devienne un Kagemusha.

-Naruto, nous n'avons pas le choix, c'est pour moi une évidence.

-Je préfère quitter ce clan avec Hinata et Kushina, si vous prenez une telle décision...est-ce que c'est clair ?

-Fort bien ! conclut Hiashi en se levant.

La scène s'estompa dans une brume obscure avant de laisser place à une autre. Hanabi veillait son père pâle et immobile dans son lit.

-Hanabi...tu es là ? murmura-t-il en cherchant à serrer la main de sa fille.

-Oui père, je suis là, répondit-elle d'une petite voix triste retenant ses larmes.

-Ma fille, je sais que je n'en ai plus pour longtemps. La tumeur est trop étendue, c'est une question de jours maintenant. Alors écoute-moi bien, voici mes dernières volontés.

-Père, ne dites pas une chose pareille.

-Écoute, notre famille a toujours fait face à son destin et ses devoirs avec dignité alors soit aussi digne que moi, s'il te plait. Je sais que Naruto est contre, mais je souhaite que tu fasses ce que je lui avais suggéré pour le Kagemusha de Kushina.

-Bien père, soupira-t-elle tristement.

-Prends soin de la famille en tant que chef de famille désormais, je sais que le leader de la famille principale ne devrait pas avoir son enfant comme un Kagemusha, mais Kushina est plus que la fille de ta sœur, c'est aussi la fille de l'Hokage...Pour le devenir de la famille, il faut qu'elle soit de la lignée principale.

-Père et pour le petit Jiraya ?

-Jiraya est le premier garçon née d'une de mes filles, il deviendra donc l’héritier de la branche principale. Enseigne lui les arcanes de notre clan. Kushina semble être imperméable à notre héritage. Tout est écrit dans mes volontés...le parchemin te sera remis après mon décès.

-Bien père...jura Hanabi en serrant fortement la main de Hiashi.

De nouveau la scène laissa place à une autre. Devant elle se tenait Konohamaru le visage triste et grave.

-Hanabi, tu ne vas quand même pas faire cela ? Il est hors de question que nos enfants deviennent des Kagemusha...

-Mon amour, c'est que j'ai promis à mon père sur son lit de mort. Essaie de me comprendre.

-Non, là tu m'en demandes trop ! Je ne peux pas te suivre sur ce chemin, dit-il d'un calme froid.

-Qu'est-ce que tu veux dire par là ?

-Que toi et moi, cela n'est plus possible tant que tu me demanderas une telle chose...

-Mais Konohamaru...je...

-Non désolé Hanabi, là je ne peux plus. Toi et moi c'est fini. Tu as fait ton choix entre ton clan et moi. Je ne vais pas lutter contre ça, je sais à quel point tu es entêtée et forte.

Sur ce Konohamaru partit en lui faisant un signe d'au-revoir de la main. Elle resta immobile les larmes perlant difficilement dans ses yeux. La scène s’estompa de nouveau et elle se revit devant les portes de l’hôpital, les larmes coulant le long de ses joues, sa main gauche sur son ventre avant d'y entrer.

C'est à ce moment, qu'en sueur, Hanabi se réveilla dans son lit. Essoufflée et perdue, elle regarda autour d'elle. Elle venait d'avoir un cauchemar et il était encore tôt, son réveil à côté de la photo indiquait quatre heure du matin. Elle se leva et se mit à marcher dans les couloirs de la grande demeure. Elle aperçut à travers une cloison la lueur d'une bougie ainsi qu'une silhouette affalée sur une table basse dans la chambre de sa sœur.

Délicatement, elle fit glisser la paroi et vit sa sœur endormie sur sa table basse, une photo de son mariage posée devant elle. Doucement elle s'approcha et prit une couverture pour couvrir Hinata, mais elle la réveilla malencontreusement.

-Hanabi ? Qu'est-ce que tu fais là...

-Grande-Sœur, j'ai vu que tu t’étais endormie alors je suis venue te couvrir. Je ne voulais pas te réveiller.

-Oh mon dieu, je n'ai pas vu l'heure...je me suis endormie sans m'en rendre compte. Que fais-tu debout à cette heure ?

-Rien, j'ai fait un mauvais rêve..voilà tout. Tu penses encore à lui ? demanda Hanabi en regardant la photo de mariage sur la table.

-Oh, je... oui...j'ai revu quelqu'un aujourd'hui et cela a réveillé des souvenirs.

-Oublie-le donc Grande-Sœur, c'est le mieux que tu puisses faire et cesse de te faire du mal.

-Hanabi, je ne peux l'oublier...si j’étais sûre qu'il soit heureux au moins, je pourrais me sentir soulager, mais cette absence et ce silence...c'est pire que de le savoir heureux ailleurs.

-Décidément, toi et moi nous n'avons pas de chance avec les hommes...

Le matin pointait, le soleil se levant sur la falaise des Kages. Kankuro voyait le visage de son beau-frère s'illuminer progressivement. Il marchait en direction du village, venant pour les jours de célébration voir sa sœur et son neveu. Son frère Gaara n'avait pas pu venir, trop pris par les affaires politiques de la crise diplomatique engendrée par la guérilla aux frontières de leur voisin du nord.

En cet instant à la frontière du pays de la Terre et de celui du pays de l'Herbe, une troupe de ninja du village caché de la Roche s'enfuyait dans les bois afin de prévenir le plus vite possible du danger que le pays courait. Ce qu'ils venaient de découvrir dépassait l'entendement, malheureusement ils n’étaient pas passés inaperçues et des forces ennemis les pourchassaient.

Essoufflés ils s’arrêtèrent le temps d'une pause dans le fond d'un canyon, avant de repartir au plus vite. La dizaine de ninja un peu reposé se prépara à reprendre la course en direction du village caché. Mais en face d'eux dans le canyon un homme seul approchait, masqué et portant un long manteau noir parsemé de motif de nuage rouge.

-Qui es-tu hurlèrent ?les hommes en sortant leur Kunai.

-S'il faut me donner un nom, vous pouvez m’appeler Orochi.

-Regardez, il a des sharingan ! hurla l'un des hommes pris de panique.

-Hmm hmm, oui j'ai le sharingan et tellement plus...J'apporte le Tenchu à ce monde.

-Le Tenchu...tu te prends donc pour un dieu !

-Erreur pauvre sot, je ne me prends pas, je suis un dieu !

Sortant ses mains de dessous son manteau, avec dans l'une d'elle une sorte de grosse pèche irradiant une lumière dorée, il mordit à pleine dent dans l’étrange fruit et le mangea en deux bouchées devant le regard incrédule des ninjas d'Iwa. Son corps se mit à s’entourer d'une puissante aura jaune dorée.

-Voilà, maintenant que mon chakra est à son paroxysme, je vais pourvoir invoquer le dieu qu'il me plaira pour vous châtiez.

Les ninjas ne se laissèrent pas distraire et lancèrent une technique de terre en commun pour faire écrouler les falaises sur lui. Le fracas fut terrifiant, le canyon totalement écroulé.

-Futiles efforts de créatures mortelles...s'amusa l'homme masqué qui lévitait dans le ciel debout dans la main d'une immense entité de chakra bleu vert.

Voyant cela les ninjas paniquèrent et s'enfuirent dans le sens opposé. Mais s’arrêtèrent rapidement devant une seconde entité de chakra rouge qui leur bloquait le passage.

L'entité à l'aspect de démon qui soutenait dans les airs l'inconnu, portait autour de sa nuque une sorte de grand baluchon de toile blanche. L'autre apparition rougeoyante avait dans son dos un cercle sur lequel reposait huit tambours circulaires. Le ciel se mit à s'obscurcir d’énormes nuages d'orage.

-Humains pathétiques et insignifiants, choisissez votre destructeur !

-Mais de quoi parles-tu ? hurla le leader des ninjas.

-Je suis celui qui accomplit la volonté des dieux, le Tenchu, le châtiment divin ! Alors préfères-tu être balayé par le vent divin de Fujin ou brûlé par la foudre purificatrice de Raijin ?

Les ninjas restèrent silencieux, tremblant de terreur devant ses immenses entités de Chakra.

-Je choisirais donc pour vous. Ce sera le vent ! Fujin Kamikaze !

Sur ces mots, l'entité bleuté ouvrit le sac qu'elle portait autour de son cou libérant des rafales de vent d'une puissance incommensurable qui balayèrent toutes choses sur leur passage et tranchant arbre, roche et chairs.

-HAA HA HA HA HA HA...j'adore le spectacle de ces petites créatures déchiquetées.

L'homme croisa les bras et resta dans la paume de la main de son entité, volant ainsi vers un village du pays de la Terre. Il sortit une boule d'un petit sac qu'il portait sous son manteau. Apparemment la sphère en cristal renfermait en son cœur un maelström de chakra bleu et rouge.

-TENCHU ! hurla-t-il, suivi d'un rire macabre et démoniaque avant de lancer la sphère vers le village en contrebas.

L'explosion qui s'en suivit détruisit tout le village dans un immense dôme de lumière.


_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Perlimpimpin
Aspirant genin


Inscrit le: 11 Oct 2012
Messages: 209
Localisation: Là où mon esprit me transporte

MessagePosté le: Lun 06 Mai 2013, 1:09 am    Sujet du message: Répondre en citant

Spoil:

Merci pour ces nouveaux chapitre!!!

Les choses se précisent sur l'historique de la famille Hyuga et ça n'est pas pour me déplaire au contraire :)

D'ailleurs, tu dis que Naruto a quitté le village avec une femme, mais pas pour une femme, aurait-il eu droit à une nouvelle prophétie, a propos de cet Orichi qui se prétend être un dieu?
Est-il parti pour se préparer à affronter cet énnemie?

Plutôt entreprenante notre jeune Kushina, en même temps vu son caractère ça n'est pas très étonnant!!! :D

Merci encore et bonne continuation!

_________________
Celui qui sait tout??? Moi aussi j'aimerai le rencontrer!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Drielack
Aspirant genin


Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 254

MessagePosté le: Mer 15 Mai 2013, 11:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Et voila j'ai repris le boulot et forcement mes chapitres arrivent plus lentement, navré à tous mes lecteurs pour l'attente.

Voici le nouveau chapitre et pour ceux qui n'ont pas capté le clin d'oeil du titre de la fic, voici le moment ou la traduction francaise arriva....voici venu le temps des


FEUX DE L'AMOUR



Spoil:
Chapitre 23 : Les feux de l'amour

Kaori finissait de préparer son sac méticuleusement. Lee qui venait tout juste de rentrer à la maison, s'approcha de la jeune fille.

-Kaori qu'est-ce que tu fais ?

-Lee-San, je prépare mon sac. Maitre Konohamaru nous emmène quelques jours pour un entraînement de survie en milieu sylvestre.

-Tu n'as pas vu ta mère ? Elle n'a pas l'air d’être à la maison. Elle m'avait pourtant dit qu'elle serait là quand je rentrerai de mission.

-Maman a changé son emploi du temps car elle a dû emmener et soigner un ancien ami. Cela fait deux jours qu'elle est à son chevet. Si vous voulez la voir, elle est à l’hôpital en ce moment même.

-Je vais y aller, tu le connais cet ami ?

-Non Lee-San, mais là j'ai pas le temps, je suis déjà en retard.

-File Kaori, sourit Lee en lui posant gentiment sa main sur l’épaule. Rend ta mère fière à l'entraînement.

Sasuke s’éveillait lentement dans un lit d’hôpital. Il ouvrit les yeux sur sa chambre aux couleurs clairs. En relevant son buste dans le lit, il remarqua la présence de Sakura effondrée sur une chaise à côté en train de ronfler très légèrement. Il se redressa et ne sentit plus le poids sur la poitrine qui le gênait depuis des mois. Il commença à se lever, mais réveilla Sakura.

-Sasuke, tu es réveillé ! s’écria-t-elle en se levant d'un bond.

-Oui...mais qu'est-ce que je fais ici ? Et toi qu'est-ce que tu fais ici...

-Tu ne te souviens pas ? Tu as eu un malaise chez moi. Je t'ai fais hospitaliser en urgence. Tu avais une infection pulmonaire à un niveau déjà fort avancé. Tu as mis deux jours à t'en remettre malgré le traitement.

-Une infection pulmonaire ? C’était ça, ma toux...

-Oui tu avais la tuberculose, c'est une affection des plus graves. Je t'ai moi- même soigné avec des appositions de chakra pour régénérer les tissus pulmonaires lésés ainsi qu'un traitement mis au point par Tsunade-Sama. Tu vas vite t'en remettre, mais tu dois te surveiller car il semble que tu aies une fragilité héréditaire au niveau des poumons.

-Je vois, répliqua Sasuke en pensant aux derniers instants de son frère Itachi. Tu n'avais pas besoin d'en faire autant et de me veiller comme ça...Maintenant que tu as une famille, tu ferais mieux de t'occuper d'eux plutôt que d'un type comme...

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu'une claque magistrale lui cingla la joue. Sakura le fixait avec dureté, les yeux embués de larmes. Sasuke comprit qu'il était allé trop loin avec sa remarque.

-Sasuke, premièrement je suis médecin. C'est mon devoir de soigner les malades que je les apprécie ou pas. Deuxièmement, c'est vrai que je t'ai traité avec plus d'attention que la majorité de mes patients mais c'est parce que tu n'es pas un patient comme les autres pour moi.

-Sakura, je n'aurai pas dû passer te voir. C’était une mauvaise idée...je n'ai fait que raviver de mauvais souvenirs. Excuse-moi pour ma mauvaise humeur, je ne suis pas au mieux en ce moment. Je crois que j'ai été jaloux de toi.

-Toi, jaloux de moi ? répondit Sakura surprise. Pour quelle raison pourrais-tu être jaloux de moi ?

-Je sais pas. Quand je t'ai vu chez toi, apprendre que tu avais un métier honorable et valorisant, une fille, un foyer...et une personne qui t'est cher auprès de toi. Finalement, j'ai beau tenter de le cacher au plus profond de moi, je n'ai pas réussi à me débarrasser de la perte de mon nid familiale.

-Sasuke...

-J'ai perdu ma famille. Je me suis fourvoyé dans ma vendetta...même les personnes que j'avais trahis et qui ont cru en moi malgré ça, je les ai finalement perdu aussi. Naruto a disparu et je suis incapable de le retrouver et toi tu m'as quitté. L'ironie de la situation, c'est que tu m'as quitté pour trouver ce que je me refuse et qui inconsciemment me manque...

-Non, tu te trompes ! Je ne t'ai pas quitté pour ça.

-Inutile de me ménager. Tu as eu raison finalement et moi tord, le destin a tranché.

-Arrête ! s’écria Sakura en saisissant les épaules de son ami. Le destin n'a rien tranché. Malgré ma décision de te quitter, je n'ai jamais cessé de t'aimer.

-Quoi ? Mais tu vis avec Lee...Ce que tu dis n'a aucun sens, répondit Sasuke les yeux écarquillés de surprise.

-Je t'aime depuis que je suis une gamine. J'aurai été prête à tout abandonner pour te suivre quand tu as quitté le village. J'ai continué de t'aimer même après que tu aies tenté de me tuer dans ta folie vengeresse. Crois-tu que l'on puisse effacer de tels sentiments aussi facilement ?

-Mais Lee...demanda Sasuke qui voyait le visage de Sakura se rapprocher.

-Lee est un homme adorable que j'aime beaucoup, mais il n'est et ne sera jamais l'amour de ma vie, répondit-elle avant de poser ses lèvres sur celle de Sasuke.

Sasuke ferma lentement les yeux pour se plonger dans ce moment de tendresse qui le ramenait au moins treize ans en arrière. Il finit par enlacer son ancienne petite amie dans ses bras pour poursuivre cette étreinte romantique.

Dans l'embrasure de la porte légèrement entre-ouverte, une personne assistait silencieuse à la scène en serrant les poings.

Deux jours, plus tard le petit groupe de genin suivait leur maitre Konohamaru dans la forêt en direction du Nord-Ouest de Konoha. Jiraya marchait devant au grand damne de Katsuya. Vers midi, le petit groupe fit une halte pour se restaurer. Jiraya regarda Kaori et lui lança sans la moindre douceur :

-Je peux savoir pourquoi tu me fixes comme ça ? Tu me regardes toujours comme une bête curieuse.

-Heu non rien, je te regarde pas, tu te fais des idées, répondit-elle un peu surprise.

-Enfin c'est évident ! soupira prétentieusement Katsuya.

-Ah bon parce que Monsieur l'intellectuel a compris pourquoi Kaori n’arrête pas de me fixer, alors que même moi je n'en sais rien ?

-Joue pas les finauds avec moi Jiraya...Mon père m'a légué son intelligence, alors oui, je sais parfaitement pourquoi notre jolie Kaori te fixe tout le temps, renchérit-il en lançant un clin d’œil à la fille de Sakura.

-Mais Katsuya, je ne le fixe pas...c'est juste une méprise.

-Mais si tu me fixes ! Alors Katsuya montre nous tes capacités intellectuelles légendaires.

-Quand on côtoie un genin comme moi, on imagine qu'on peut rivaliser sur le plan du charme. Alors tu dois t'imaginer que Kaori n'a d'yeux que pour toi parce qu'elle te trouve mignon...Mais c'est pas ça. Tu penses bien que face à mon charme, mon intelligence, ma force et mon charisme, l'explication est ailleurs.

Kaori et Jiraya regardèrent dépités Katsuya. Tous deux n'en croyaient pas leurs oreilles.

-La raison est beaucoup plus simple. Kaori est une des meilleurs genin en ce qui concerne le taijutsu. La seule personne qui lui tient tête et qui n'a jamais perdu un combat de taijutsu contre elle n'est autre que toi, n'est-ce pas ?

-C'est vrai, acquiesça Jiraya l'air perplexe. Mais ces derniers temps quand elle s'entraîne avec moi et qu'elle se concentre vraiment, elle arrive à parer un grand nombre de mes coups.

-Justement, elle te fixe pour t'observer et comprendre les raisons de ta supériorité sur ce plan, c'est évident, n'est-ce pas Kaori ?

-Ah mais c'est évident, tu as totalement raison Katsuya...Qu'est-ce que tu es malin, rit Kaori.

-Bon les jeunes, il va falloir y aller. Nous avons encore de la route avant d'arriver à la forêt du Grand Esprit. Et j'aimerais que vous arrêtiez vos chamailleries incessantes, cela me fatigue.

-Oui Senseï, répondirent-ils tous en chœur.

Le chemin sembla bien plus long qu'il ne l’était à Konohamaru qui dut subir les querelles entre Jiraya et Katsuya. En milieu d’après-midi, ils finirent par entrer enfin dans l’épaisse forêt dite du Grand Esprit.

-Maître, pourquoi appelle-t-on cette forêt, celle du grand esprit ? demanda Kaori.

-Elle se nomme ainsi parce que d’après les rumeurs, il y aurait un esprit ancestrale qui la protège. Il incarnerait l'esprit du vent et des arbres et serait invisible à ceux qui n'ont pas le don de le voir.

-Encore une histoire de bonne femme peureuse, raya Katsuya.

-Pas du tout jeune Nara, répondit Konohamaru en prenant la voix d'un compteur d'histoires terrifiantes. Ceux qui l'on vu disent qu'il a la taille et les griffes d'un ours, des oreilles pointues, une tête de chat et un sourire démoniaque. Que son cri est le plus puissant Fuuton qui existe et que nulle créature au monde ne possède une plus grande maîtrise du Mokuton.

Les trois jeunes se regardèrent avant d’éclater de rire devant le visage ridicule de Konohamaru qui tentait désespérément de prendre un air terrifiant. Voyant l'hilarité de ses genins, Konohamaru cessa et leur ordonna de préparer le campement pour la nuit. Après un repas rapide, Konohamaru assigna ses élèves au tour de garde. Jiraya fut le second à prendre un tour au milieu de la nuit.

Il activa son byakugan et resta sur une branche d'un arbre à côté du campement pour couvrir un champ de vision maximum. Il redescendit soudainement de son arbre et vint réveiller Kaori.

-Kaori, il y a trois hommes qui approchent du campement. Il faut prévenir Konohamaru-Senseï.

-Tu es sûr que c'est pas lui qui veut nous faire passer un test pour voir si on réagit correctement ?murmura Katsuya qui venait de se réveiller.

-Mais enfin, regarde-le il dort dans son sac de couchage...

-Jiraya, réfléchis. C'est lui qui a fait le premier tour de garde. Il a très bien pu te faire croire qu'il se couchait en laissant un de ses maudits clones le faire. Il sera alors parti préparer le simulacre d'une attaque du clan pour nous tester, c'est bien son genre. Moi je vais aller m'occuper de ces trois hommes, qui sont sûrement des clones du maître ! Je vais lui montrer de quoi je suis capable.

Sans attendre plus longuement, le jeune garçon prit son éventail et s’élança dans la forêt.

-Katsuya arrête, tu es malade...Kaori réveille le maitre et explique-lui ce qui se passe, je vais essayer d’arrêter Katsuya.

Jiraya partit de suite à la poursuite de son camarade. Rapidement il le rejoignit sur une haute branche, observant les silhouettes s'approcher en direction du campement.

-Katsuya, ils sont trois et la quantité de chakra que possède celui du milieu est très importante. Tu vois bien que ce n'est sûrement pas Maître Konohamaru.

-Tu parles. Il a changé l'apparence de ses clones et celui qui a une grande quantité de chakra c'est le maitre. Bien en ligne comme ça, un seul coup de mon éventail et le tour sera joué.

-Mais si ton analyse est fausse, on ne sait même pas qui on attaque. Attendons de mieux les voir pour faire quelque chose.

-Jiraya tu es tellement pleutre, pas question de laisser passer cette chance de me venger de l'humiliation que Konohamaru-Sensei m'a fait lors de notre premier entraînement.

Sans plus attendre, le fils de Shikamaru brandit son éventail et visa les trois individus en ligne. Mordant son pouce, il posa du sang sur son éventail.

-Qu'est-ce que tu fais ? lui demanda Jiraya. Tu ne vas tout de même pas utiliser la danse du faucheur contre le Maître ? C'est de la folie.

-Nous allons voir s'il est aussi fort que ça...Invocation Kikiri Maï.

Dans une forte bourrasque de vent, la belette borgne apparut et fondit sur les trois hommes, la faucille entre ses pattes. Juste avant l'impact, un immense dôme de pierre se matérialisa autour des trois inconnus, les protégeant de la bourrasque de vent.

-Crétin, tu vois bien que c'est pas le Maître. Il n'utilise pas le Doton, hurla Jiraya en saisissant son camarade par le col.

-Et toi abruti, crie donc plus fort pour signaler notre position.

-Trop tard de toute façon...murmura une voix derrière Katsuya.

Les deux garçons se lâchèrent et se tournèrent vers l 'assaillant. Ils s’immobilisèrent de surprise en voyant le chapeau et la tenue de ce dernier. Dégageant le pan de sa cape blanche, il s’apprêta à dégainer un sabre lorsque Konohamaru s'interposa devant lui.

-Un instant Tsuchikage, ces enfants sont mes élèves et ils se sont mépris. Pardonnez-leur ce geste.

Après de nombreuses remontrances envers ses élèves et des excuses plus qu'il n'en fallait de la part de Konohamaru, le Tsuchikage s'amusa finalement de la situation. Lui et ses deux gardes du corps partagèrent un moment l'hospitalité au campement du petit groupe.

Le nouveau chef du village de la Pierre était très jeune, à peine une vingtaine d'années, brun le visage souriant et portait un sabre sur son côté gauche.

-Alors jeune Jounin de Konoha, présentez-moi donc vos têtes brûlées, que je sache qui sont ces jeunes ninjas.

-Bien sûr Tsuchikage. Voici Katsuya Nara.

-Nara, tu serais le fils de Shikamaru Nara le septième Hokage. Je me demande ce que penseras ton père de ta tentative d'assassinat sur ma personne, dit-il d'un ton grave.

-Excusez-moi vraiment...Ne dites rien à mon père, je pensais qu'il s'agissait d'un exercice de mon Maître. Pitié Tsuchikage....implora plaintivement le jeune garçon en s'agenouillant.

-Allons, te fait pas de mal jeune homme, je plaisantais. Je suis bien placé pour te comprendre, je ne suis pas bien plus vieux que toi.

-Son camarade est Jiraya Uzumaki et la jeune fille Haruno Kaori.

-Haruno, Uzumaki...

L'homme fixa les yeux de Jiraya et fit un sourire étrange, avant de s’intéresser à la fille de Sakura. L’œil vif et pétillant, il se tourna vers Konohamaru.

-Je résume : le petit-fils du Troisième, le fils du Septième, le fils du Sixième et cette ravissante jeune fille qui est la fille de la disciple du Cinquième...Une prestigieuse équipe que nous avons là. Et quelle combinaison de talents. Mon agresseur doit posséder les capacités de Fuuton de sa mère et sûrement les arcanes de manipulation d'ombre du clan Nara. Et toi jeune Jiraya, tu possèdes un Byakugan et si tu as ne serait-ce que la moitié des réserves de chakra de ton père, tu seras aussi bien un ninja capable d'attaque à distance qu'un spécialiste du corps à corps et...toi jeune fille, sûrement les talents de médecin de ta mère, sans parler de sa beauté, n'est-ce pas ?

-Merci Tsuchikage, rougit Kaori. C'est vrai que j'ai le visage et les yeux de ma mère.

-Et les cheveux sont de ton père j'imagine, car on m'a dit que la célèbre Sakura avait les cheveux roses.

-Ah...je ne sais pas monsieur, je ne connais pas mon père.

-Nous partageons cela en commun, jeune demoiselle, je suis un orphelin de la grande guerre. Dites-moi, Konohamaru-San, nous pourrions profiter de votre campement pour la nuit si vous acceptez de nous accueillir.

-Oh bien évidement c'est un grand honneur, Tsuchikage-Sama. Mes élèves vont s'occuper des gardes pour vous permettre de vous reposer.

-Allons donc, mes hommes vont s'en charger. Que vos jeunes élèves se reposent de toutes ces émotions.

Ainsi les deux gardes du corps du chef d'Iwa s’occupèrent de monter la garde autour du camp. Une fois ses élèves endormis, Konohamaru revint s'excuser une fois de plus auprès du Tsuchikage.

-Allons c'est bon, oublions tout cela. Nous sommes aussi un peu fautif d’être passés par une route si peu fréquentée. Mais voyez-vous, je dois me rendre rapidement dans votre village et mon pays vient de subir plusieurs attaques d'un groupe se revendiquant de l'Akatsuki. Alors pour ma sécurité, mes hommes ont voulu que l'on passe par la forêt plutôt que par des routes principales.

-J'avais entendu parler d'une révolte menée à vos frontières par un soit disant Neo-Akatsuki mais je ne savais pas que votre pays avait subi une attaque.

-Malheureusement si. Un des villages frontaliers a été rasé par ce qui semblerait être une bombe biju d’après nos experts. Les années de paix sont en danger et je dois en parler avec votre Kage.

Pendant ce temps, le village de Konoha fêtait l'anniversaire de sa fondation, le feu d'artifice battait son plein dans la nuit. Les notables et chefs de clan participaient à un repas en présence de l'Hokage sur le sommet de la grande demeure sous les visages taillés dans la falaise.

-Shikamaru, toutes mes félicitations, lui souhaita Lee en lui serrant chaleureusement la main.

-Merci Lee, c'est gentil de ta part. Tu es seul ? Sakura n'est pas venue ?

-Euh non, répondit-il visiblement mal-à-l'aise. Elle n'a pas pu se libérer d'une garde ce soir.

Shikamaru laissa Lee pour aller saluer Hinata et ses deux filles.

-Bonsoir, tout va bien ? Vous semblez rester un peu à l’écart ? Kushina, alors comment se passe ton séjour dans les Forces de paix ?

-Super, Shikamaru-San, à quelques détails près , répondit évasivement la jeune fille.

-Hinata, je n'ai pas vu ta sœur ? Hanabi n'est pas venue ?

-Shikamaru-San, il faut l'excuser, elle n'est pas très bien en ce moment.

-Rien de grave j’espère, s’inquiéta Shikamaru. Déjà que Lee ne semble pas au mieux si toutes les forces vives du village s’épuisent ce n'est pas bon signe par les temps qui courent.

-Allons, Temari et toi attendez un heureux événement, mes félicitations à tous les deux.

-Merci Hi...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que trois ninjas de l'Anbu apparurent à ses côtés.

-Qu'est-ce qui se passe ? demanda-t-il surpris.

L'un des hommes vint lui murmurer à l'oreille. Le visage du Kage se déforma passant de l'effroi à la colère.

-Ma femme, est-elle en sûreté ? Est-elle au courant ?

-Oui Kage-Sama, Dame Temari est accompagnée par trois d'entre nous et dans un lieu sûr, mais nous ne lui avons rien dit.

-Shikamaru, s'affola Hinata, qu'est-ce qui se passe ? Cela à l'air grave, Temari a un problème avec le bébé ?

-Non, c'est un problème avec son frère...Je dois vous laisser.

Sur ces mots, Shikamaru sauta hors de la terrasse avec les membres de l'Anbu. Hinata posa sa main sur sa poitrine, se sentant oppressé par un mauvais pressentiment. Elle se tourna et vit les yeux de Kushina s'entourer d'une couleur rouge.

-Kushina...tes yeux ?

-Désolée de ne t'avoir jamais rien dit maman, mais papa le voulait ainsi.

-Tu maîtrise le Senjutsu comme ton père ? Mais depuis quand ? Comment as-tu appris ?

-Maman, je t'en parlerai plus tard, mais je veux les suivre...Je sens qu'il y a quelque chose de grave qui vient de se passer.

-Kushina je t'interdis d'y aller tu m'entends.

-Désolée, maman !

Kushina sauta elle aussi du toit, et suivit rapidement et discrètement les forces de l'Anbu et Shikamaru. Malgré leur avance, elle n'eut aucun mal à les repérer à l'aide de son byakugan et de la sensibilité du chakra du mode ermite.

Elle vit qu'ils s’étaient arrêtés dans une petite ruelle bloquée de part et d'autre par un certain nombre de Jounin. Elle se faufila rapidement sur un toit et s'approcha pour voir ce qui se passait.

Dans un premier temps elle entendit juste ce qu'ils se disaient.

-Attention Hokage-Sama, ne vous approchez pas trop c'est très dangereux.

-Oui messieurs, c'est bien lui...même dans cet état je le reconnais...Il s'agit bien de Kankuro, répondit Shikamaru d'une voix grave.

Trop curieuse pour rester loin, elle s'approcha plus près et regarda la scène. Elle vit alors le corps d'un homme partiellement carbonisé sur lequel demeurait encore des flammèches noires comme la nuit.













_________________



"Drielack Legend", le manga
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=30906

Ma fic humour/romance
Les jeunes et les agités de Konoha
http://forum.captainaruto.com/viewtopic.php?t=29899
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Perlimpimpin
Aspirant genin


Inscrit le: 11 Oct 2012
Messages: 209
Localisation: Là où mon esprit me transporte

MessagePosté le: Jeu 16 Mai 2013, 1:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Et voila j'ai repris le boulot et forcement mes chapitres arrivent plus lentement, navré à tous mes lecteurs pour l'attente.


Tu n'as pas à t'excuser, je suis déjà bien content de partager une partie de ta passion et de ton imaginaire. :)
De plus, c'est pas comme si on te payait pour le faire et comme si tu n'avais que ça à faire... :)

Citation:
Voici le nouveau chapitre et pour ceux qui n'ont pas capté le clin d'oeil du titre de la fic, voici le moment ou la traduction francaise arriva....voici venu le temps des



Oups, désolé, mais moi j'ai toujours pas capté!

Malgré tout j'ai apprécié le dernier chapitre...

A plus, avec grand plaisir! :)

_________________
Celui qui sait tout??? Moi aussi j'aimerai le rencontrer!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 1 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum