Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Expatriation

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Débats
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Mikazuki
Dramaturge des forums
Dramaturge des forums


Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 1269

MessagePosté le: Mer 07 Aoû 2013, 1:32 pm    Sujet du message: Expatriation Répondre en citant

Bonjour à tous,



Une étude récente montre que 27% des jeunes diplômés comptent s'expatrier et partir travailler à l'étranger plutôt que de rester en France, lorsque l'année dernière, ce chiffre n'atteignait que 15%.

Un chiffre qui a de quoi alerter. Même dans un contexte de mondialisation, la jeunesse représente l'avenir d'un pays, or certaines personnes (parmi elles, des chercheurs) avouent partir sans savoir si elles reviendront un jour, fuyant le chômage de masse chez les moins de 25 ans et des perspectives sociétales et économiques bien ternes (à lire ici).

Personnellement, je vais entrer dans ce qui sera probablement ma dernière année d'études (je suis en école d'ingénieurs). Or il se trouve que, par esprit d'ouverture et par curiosité, presque la moitié de mes camarades de promotion termineront leurs études à l'étranger (le choix des destinations est varié : pays développés comme le Japon, l'Australie, les Etats-Unis, mais aussi en plein essor comme le Brésil et la Chine). J'en vois aussi d'autres qui ne partent pas mais qui affirment ne pas vouloir rester en France une fois leur diplôme acquis.

Je trouverais intéressant de savoir quels sont les perspectives des CN-nautes en termes d'emploi. Avez-vous l'intention de partir travailler à l'étranger ? Si oui, où et pourquoi ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le Cousin
Kage


Inscrit le: 19 Oct 2008
Messages: 2716
Localisation: au bureau des affaires des chats

MessagePosté le: Mer 07 Aoû 2013, 3:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ma réponse est oui, mais certainement pas pour vos raisons. Déjà, je suis canadiens et ici nous n'avons pas les mêmes problèmes de chômage (d'ailleurs, beaucoup de vos compatriotes immigrent au Québec, rare autre pays développé francophone). Si je désire m'expatrié, c'est un peu par carriériste (je fais des études sur les relations franco-japonaises, et le Québec est plutôt... hors de ce sujet. En plus, je peux m'y trouer un poste comme professeur de langue anglaise ou française donc...) mais aussi par goût: j'ai envie de vivre un moment dans la société japonaise.

Mais je ne pense pas y faire ma vie.

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
L-dorado
Genin


Inscrit le: 15 Juin 2005
Messages: 375

MessagePosté le: Mer 07 Aoû 2013, 9:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je sais pas si je partirais à l'étranger pour un choix de carrière. Ca serait plutôt un choix de vie en général qu'un choix économique ou professionnel.

Je pense qu'il y a simplement pas mal de gens qui ne sont pas heureux dans notre société et qui voudraient aller voir ailleurs, que ce soit au hasard ou dans un pays qu'ils apprécient particulièrement pour différentes raisons pour pouvoir y être plus épanouis.

Personnellement, c'est plus mes amis et ma famille proche qui m'empècheraient de partir plutôt que des raisons professionnelles.

Je fais des études de géographie et c'est vrai que de toute façon j'ai pas énoméments de débouchés ''directs'' devant moi, je suis loin d'être assuré de trouver un travail dans la branche qui m'intéresse plus tard alors du coups comme je n'ai pas réellement de projet là ou je vis peut être que vivre dans un autre pays avec un style de vie qui me convient mieux pourrait m'intéresser mais je pense que c'est un tout, y'a pas que des raisons professionnelles ça va plus loin pour moi.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
gare à naruto le démoniak
Gnd
Gnd


Inscrit le: 06 Juil 2004
Messages: 890
Localisation: La montagne rouge

MessagePosté le: Lun 12 Aoû 2013, 11:53 am    Sujet du message: Répondre en citant

Personnellement je partirai peut-être... si c'est la seule solution.

Je voudrais être chercheuse ou enseignante-chercheuse, un domaine où il y a très peu de postes par rapport au nombre de candidats et où une expérience d'un ou deux ans à l'étranger est très valorisée... mais peut aussi constituer un "piège" : en s'éloignant de la France, on perd la partie "réseau de connaissance" avec les personnes en place dans les universités, et ça peut compliquer la réussite aux concours par la suite quand il y a déjà un candidat pressenti sur place.


A l'heure actuelle, il me reste deux ans de thèse : je vais en profiter pour bétonner mon CV et surtout essayer de faire du réseau dans mon université et voir si la partie enseignement m'intéresse vraiment pour l'avenir. Dans un an et demi il faudra que je décide si je pars à l'étranger ou non, en fonction de l'importance que je veux donner à l'enseignement et de l'état où sera mon CV. C'est encore flou pour l'instant.

Et à terme, dans une dizaine d'années, si je n'arrive pas à décrocher un poste sur concours en France, la solution sera de changer radicalement de voie... ou d'aller chercher un poste à l'étranger !

_________________


FCs : Gaara, anti sasouk, HP, D gray-man, Ouran high school, naheulbeuk.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Saharienne
Sennin


Inscrit le: 03 Nov 2006
Messages: 2391
Localisation: comme vous y allez vite :3

MessagePosté le: Mer 14 Aoû 2013, 11:46 am    Sujet du message: Répondre en citant

Il ne suffit pas de vouloir travailler à l'étranger pour pouvoir le faire je pense. Et par pouvoir j'entend "psychologiquement".
La partie étude ou travail ne me pose en effet aucun problème : c'est dynamique, on a la tête dans le guidon, on parle à son boss ou son équipe, il se passe des choses.

Le plus dur c'est les temps calmes, surtout pour ceux qui partent seuls :
Avec qui je sors samedi soir ? avec qui je vais au cinéma ? le dimanche qu'est ce que je fais ? et si la nourriture est trop différente et que je ne l'aime pas ? et si je déprime à qui m'adresser ? et si ma langue maternelle tant que langue vu, pratiquée, entendu, me manque trop ?

Tout ça c'est très fort psychologiquement, on le sous estime souvent au prix d'un "c'est de l'anecdotique, on est un peu triste et ça passe" mais pour certains ça peut avoir un réel impact sur la personnalité.

D'autres sont très sociables et ne mettent qu'une semaine à trouver leur marque mais pour certain la vie sociale demande plus de temps, d'attention, les gens qui n'ont pas beaucoup d'amis mais deux trois meilleurs amis à la vie à la mort par exemple, des gens que quelques discussions à la buvette ne rassasient pas psychologiquement, or on ne se fait pas des amis ailleurs comme on s'en fait en France et autant les communautés Erasmus propose un melting pot qui annule les différences autant des Français peuvent être très choqué après des années passé à être amis avec des américains de voir que non, ils n'ont pas été invité à l'anniversaire du petit dernier, voir même pas du tout invité chez eux et qu'au fond la relation est restée superficielle.
Idem avec l'amitié au Japon par exemple qui n'a rien à voir avec notre vision de l'amitié.

Je m'interesse à cet aspect parce que pour tout dire je me tape un putain de syndrome indien (en gros énorme déprime à peine posé le pied sur le sol indien dû à la perte de tout ses repères) et que autant le voyage m'a toujours semblé une passion évidente, autant je découvre là ses effets psychologiques qui sont bien plus intenses que je le pensais, pourtant pas faute d'être restée un mois dans d'autres pays avant.
C'est fascinant parce que c'est là que tu te rends compte que tout ce qui t'es invisible au quotidien (les terasses des cafés, le fait de ne pas regarder les gens de façon insistante, le fait de manger telle ou telle saveur plutôt que telle autre, telle admission générale de la politesse, le fait de parler ou non d'argent avec ou sans pudeur) te structure profondément et te sers de repère dans ton quotidien.

Donc si je peux me permettre un conseil, pour une première expatriation, tentez d'abord un pays occidental, on minise souvent trop l'impact d'un déracinement car en gros la mécanique qui va de la perte de repère à la déprime est bien plus rapide qu'on ne l'imagine, en effet on est destabilisé car RIEN mais RIEN n'est comme nous en avons l'habitude et tout est à réapprendre ce qui demande un effort réel et de long terme.
Cela dit je pense que, même en occident, cela, cette perte de repère parfois dans des domaines inatendus, est valable, mais peut être de façon moins intense.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
hulk_
Chuunin


Inscrit le: 25 Juil 2009
Messages: 533
Localisation: ici

MessagePosté le: Mer 14 Aoû 2013, 11:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2013/07/09/expatriation-des-chercheurs-francais-temoignent_3442259_3224.html
Je partage avec vous ces différentes expériences de chercheurs français ayant connu une expatriation. Evidemment, c'est orienté mais j'y découvre des choses intéressante.
Dans mon cas, je fais des études de commerce international et je pense partir à l'étranger pour "m'élargir" et dans l'intérêt de ma carrière. Une ou 2 années, probablement. Le baguette me manquerait trop Smile

_________________


"Pas besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer"

"Tu vois le haut des tours s'élever au dessus des maison seulement quand tu as quitté la ville"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Doughnut
Genin


Inscrit le: 30 Juin 2012
Messages: 470

MessagePosté le: Jeu 15 Aoû 2013, 11:51 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon enseignant-chercheur de père est parti travailler à Pékin et rentre cet été en France pour de bon après 4 ans d'expatriation. Je l'ai moi-même accompagné pendant les 2 premières années (correspondant à mes 2 dernières années de lycée).

Au début, j'me souviens, je voulais pas venir. Perte des amis, perte des repères, etc. Et mon père n'était censé rester en Chine qu'un an ou deux.
Une fois sur place il s'est bien révélé que : le pain est mauvais, les desserts sont mauvais, le climat t'en veut (été chaud et humide, hiver froid et sec), la pollution est abominable (interdiction de faire du sport à l'extérieur certains jours), les vendeurs t'agressent limite pour te faire acheter, la rue est sale, YouTube, Facebook, Twitter et certains sites encore moins recommandables sont censurés, et je pourrais continuer la liste sans effort pendant encore longtemps.

Mais à côté de ça tu gagnes deux fois plus qu'en France, tu vis (souvent) dans une résidence de luxe avec piscine au sous-sol, salle de loisir, salle de muscu, chauffeur de fonction ; engager une bonne coûte une misère, tout comme la nourriture, les vêtements, le taxi... même le hi-tech coûte beaucoup moins cher (détaxe, détaxe) et les magasins sont ouverts h24 et 7j/7.

Tu lis la presse internationale à la place du journal de 20h, tu balayes tes préjugés, t'es plus ouvert. Tu te fais de nouveaux amis. Ils ont plein de choses à te faire partager. Tu découvres les karaokés, les salons de massage, les happy hour où tout est gratuit, les feux d'artifice et les pétards qui explosent toutes les nuits (de célébration) durant, tu voyages dans des lieux toujours plus exotiques pendant les vacances, t'apprends une (parfois deux) nouvelle langue, une nouvelle façon de vivre, tu prends un rythme différent, tu assimiles une culture différente. Rien ne le remplace.

Tout ça pour dire que beaucoup sont réticents à l'idée de partir (c'est d'ailleurs peut-être pour ça que les offres d'expatriation sont si avantageuses) et préfèrent garder leurs marques en pensant que bouger c'est pas fait pour eux, alors qu'au fond leur légère appréhension leur fait manquer énormément. Après bien sûr, on a tous d'autres priorités , le changement ne se fait jamais sans contraintes, je pense notamment à la famille qui se retrouve morcelée, ou peut-être encore à la responsabilité qu'on a vis-à-vis du pays qui nous a éduqué.

A l'échelle individuelle, l'expatriation, c'est une expérience riche. Si j'ai l'occasion de la renouveler, je la prends sans hésiter.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
la baronne
Aspirant genin


Inscrit le: 31 Jan 2009
Messages: 252
Localisation: chez moi comme d'hab

MessagePosté le: Ven 16 Aoû 2013, 5:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Doughnut
ce que tu racontes la , c'est un reve pour beaucoup de jeunes , mais tu as oublié (entre autre) quelques évidences auxquelles il faut penser
si vous devez partir pour revenir , il faut 2 choses , ou des parents qui vous ouvriront la porte a votre retour , ou vous devez gagner assez pour entretenir votre logement Français, pendant votre absence. En plus de votre logement du pays ou vous serez.
(ceux qui sont déjà independant, si vous ne résidez pas dans votre logement Français , vos aides seront coupées , donc adios apl et tout le toutim).
Comme pour tout l'argent fait loi , mais lorsqu'il s'agit de vivre a l'etranger c'est encore pire.
je pense ne pas me tromper en affirmant que, seul ceux qui ont une superbe opportunité pro , ou ceux qui ont les moyens , peuvent partir s'installer a l'etranger. Je ne parle pas bien sur du gars qui devient "educ spé" en Belgique , quand il habite pres de chez moi Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le Cousin
Kage


Inscrit le: 19 Oct 2008
Messages: 2716
Localisation: au bureau des affaires des chats

MessagePosté le: Ven 16 Aoû 2013, 8:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'aimerais savoir pourquoi il faut payer deux logements à la fois? Dans le cas de l'expatriation, on ne parle pas d'un court voyage, mais de faire sa vie, du moins un moment, ailleurs. Dans le pire des cas, c'est un local de stockage qu'il faut, ce qui coÛte un peu moins chère qu'un appartement à Paris.

Et pour le retour, nous sommes maintenant à l'ère des télécommunications: réussir à trouver un logement à l'autre bout du monde n'est plus un gros défi, surtout quand c'est dans ton pays natal (tu peux le faire visiter par des parents/ amis, etc...)

S'il faut un peu de moyen pour s'expatrier, ce n'est certainement pas un luxe immense, surtout pour les séjours de travail.

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
la baronne
Aspirant genin


Inscrit le: 31 Jan 2009
Messages: 252
Localisation: chez moi comme d'hab

MessagePosté le: Lun 19 Aoû 2013, 2:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

tu dis exactement la meme chose que moi , des dollars ou des parents.

De plus je répondais a Doughnut qui parlait d'etudes, sauf si je me trompes, et que je suis deconnectée de la realité ,peu d'étudiants ont les moyens de partir sans l'aide des parents financières d'abord, et plus si affinités ^^ . Apres je ne dis pas que c'est impossible , mais ca limite quand meme le nombre de candidats.
tiens D'ailleurs un sondage serait sympa sur ce sujet , combien aurait voulu partir , et pourquoi ils ne l'ont pas fait
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le Cousin
Kage


Inscrit le: 19 Oct 2008
Messages: 2716
Localisation: au bureau des affaires des chats

MessagePosté le: Lun 19 Aoû 2013, 10:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Disons que c'est plutôt ''peu d'argent ou des parents''. S'expatrié coûte surement moins chère que tu le crois. Certes, un sans abris ne pourra pas le faire, mais...

Et pour les étudiants, s'est souvent presque rien: les bourses pleuvent bien souvent lorsqu'il est le temps d'aller étudier ailleurs, couvrant des pourcentages assez élevés des dépenses.

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
izZzi
Jounin


Inscrit le: 27 Avr 2010
Messages: 839

MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013, 11:47 pm    Sujet du message: re Répondre en citant

Pour ma part je n'ai pas vraiment comme objectif de partir travailler à l'étranger, mais étant quelqu'un de nature un peu aventuriste, il n'est pas impossible que je m'en aille si l'occasion se présenterait. Après tout, sans avoir de raison particulière me poussant à vouloir partir à l'étranger, je n'en ai pas non plus qui me pousse à l'inverse, à rester dans mon pays natal. Dans un système, nous ne sommes qu'un numéro, un ouvrier destiné de bien ou de gré à rapporter de l'argent à l'état tout le long de sa vie. Alors il est vrai que je ne voit pas de différence entre le faire dans son pays natal ou dans un autre pays. Peut être que le faite d'aimer les voyages et la découverte pourrait être une raison pour partir, mais je n'ai pas encore projeté de m'en aller pour l'instant.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Débats Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum