Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Le dernier film que vous ayez vu
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 25, 26, 27  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Cinéma et télévision
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Evy
Civil


Inscrit le: 21 Aoû 2014
Messages: 9

MessagePosté le: Mar 26 Aoû 2014, 7:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

LUCY

Cela m etonne de ne pas voir de post a ce sujet.
Pour ma part je suis allez voir lucy recement et je me suis regalée.
Ca faisait bien longtemps qu a la fin d un film je ne m etait pas dit "Deja"
Je trouve le film tres bien réalisé il n'y a pas de temps mort, pas mal d'action melange avec un cote psychanalyse.
Alors certes certains diront que ce n est pas possible mais je rappelle que c est une film de science fiction et que nous sommes la pour nous détendre ce n est pa un documentaire et d autres diront que le sujet a deja etai vu et revue avec le film phenome et d autres du genre, mais Lucie apporte sa touche de modernite au sujet avec belle pointe d action et scarlett johansson est juste superbe dans ce film Wink
Voila je vous conseille vivement de le regarder Wink


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ilesax
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 19 Aoû 2012
Messages: 61

MessagePosté le: Ven 29 Aoû 2014, 5:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Evy a écrit:
LUCY

Cela m etonne de ne pas voir de post a ce sujet.
Pour ma part je suis allez voir lucy recement et je me suis regalée.
Ca faisait bien longtemps qu a la fin d un film je ne m etait pas dit "Deja"
]


Je suis moi aussi allé voir ce film hier... et je ne partage pas ton point de vue. :p

Certaines séquences de ce film sont très bonnes, notamment le début qui est même excellent. Mais dans l'ensemble, c'est médiocre.
Les personnages sont stéréotypés à mort, le méchant mafieux, le vieux professeur, etc.
Le scénario est aussi prévisible qu'un CaptainAmerica.
Y a les traditionnels séquences à la Besson qui reviennent dans presque tous ces films.
Le côté scientifique est assez...bateau (au delà du fait qu'il soit faux sur plein d'aspect et c'est prouvé).
Et le film est trop court, du coup, rien n'est développé, ou alors c'est l'inverse, bref.

Après, Scarlett est très forte dedans, très très forte, et comme je l'ai déjà dit, le début est super.
Voilà, désolé, je pouvais pas m'en empêcher, et après tout, c'est le dernier film que j'ai vu. Very Happy

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TenshiNoAme
Genin


Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 327
Localisation: Euuuuuhh.... Chui où la?

MessagePosté le: Ven 29 Aoû 2014, 8:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Seeking a Friend for the End of the World


Seeking a Friend for the End of the World ou Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare. L'humanité touche a sa fin, une météorite s'écrasera sur la terre dans un peu moins d'un mois. Dodge accompagné de Penny décide de rendre visite a un amour passé et regretté. M'attendant a une énième comédie romantique j'ai démarré le film sans réel enthousiasme. Ce film fut une bonne et agréable surprise.

Avant de commencer laissez moi vous dire que le trailer dessert le propos du film, l'origine principale de mon manque d'enthousiasme étant ce dernier. Malgré la présence (forte) de comédie ce film c'est avant tout un drame, ce n'est pas une énième comédie romantique ou tout se finit bien, non. D'ailleurs ce film souffre un peu du syndrome de Schwarzenegger avec la présence de Steve Carell qui pourrait faire croire le téléspectateur que s'il va voir ce film il va rire pendant 1h30... ce n'est pas le cas.

En parlant d'acteur, Steve Carell et Keira Knightley ont un superbe jeu d'acteur et laissent un fort impact (mention a la scène finale qui est juste parfaite).

Les personnages sont attachant et leur évolution est fluide et crédible (bien que quelque fois on voit que le scénariste choisit la facilité). Dodge en tant que cinquantenaire blasé et Penny en tant que jeune femme tonique et extravertie.

Seeking a Friend for the End of the World est un Melancholia adoucie. Bien que la finalité soit similaire, durant tout le film ont est dans une sorte d’atmosphère cotonneuse, c'est pourquoi la fin nous surprend et nous choque. On sait qu'elle arrive, on la voit venir a des kilomètre mais l'ambiance que le film a depuis ses début nous fait nous dire: "Quoi?... C'est vraiment en train d'arriver?" Et c'est avec un pincement au cœur que l'ont assiste a la fin du film.

Seeking a Friend for the End of the World est un film que je conseil a tous.

Edit HS:

@Ilesax
Citation:
Les personnages sont stéréotypés à mort, le méchant mafieux, le vieux professeur, etc.
Le scénario est aussi prévisible qu'un CaptainAmerica.


1- De nos jour, aucun personnages existant (toute fiction confondue) n'est pas un stéréotype. Ce qui fait la différence est le soin qu'on lui apporte. Un cast "stéréotypés a mort" n'a aucunement a rougir devant un cast "original" mais travaillé avec les pieds.

Spoil:
2- Depuis quand la fin d'un Captain America consiste a tourné le protagoniste en énergie pur et a lui faire remonté l'espace temps? Soit c'est moi qui suis limité soit tes super balèze pour prévoir ce genre de fin Laughing

_________________
Bang! Bang! My baby shoot me down...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Legna
Aspirant genin


Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 280
Localisation: avec ta soeur

MessagePosté le: Mer 03 Sep 2014, 12:33 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ce week end j'ai loué le dernier spider-man, bref c'est tout nah je rigole Laughing

N'étant pas fan de la nouvelle mouture, a cause de mon trop récent souvenir de la trilogie de Raimi, j'ai attendu qu'il sorte en dvd.

Enfin bref parlons des point fort du film:

Contrairement a son dernier volet, Spider-man sauve des gens avant d'affronter son/ses grand méchant, et ca j'ai bien aimé car dans le premier il fait rien et tout le monde l'adule.

Électro, le grand méchant du film, même avant d'avoir ses pouvoir il est cool, merci Jamie Fox Cool, il force Spidey a utiliser ses cellule grise, ce qui nous permet de voir ses lanceur de toile Very Happy .

Dernier point fort du film, Gwen Stacy ou l'utilité qu'elle apporte a spidey, sa mise en place.
Spoil:
Surtout sa mort en fait LOL, non parce qu'avec Raimi il a pas eu les couille de faire mourir Mary-Jane tandis que ce réalisateur, oui il l'a fait. Bref le malheurs qui manquait a CE spidey, il ne peut tenir sa promesse, la protéger et son meilleur ami la tue, parfait pour l'évolution du personnage de cette mouture.


Les points faible:

Harry Osborne/le goblin: Je vous arrête tout de suite, ce n'est pas l'acteur le problème, non l'acteur est bien, c'est l'arrivé du personnage, son développement qui pose problème *Oh merde on a oublié le meilleur ami dans l'dernier comment on va l'expliquer* le pourquoi il déteste spidey est a chier, comment il devient le goblin est pourrit bref j'aurai aimé un meilleur développement de ce perso.

Tandis que dans la dernière trilogie, Harry est bien amené, on voit l'obsession pour son père, l'amitier Harry/Péter est bien gérer, sa haine de spidey est une bien meilleur raison et sa transformation en goblin nous parait normal.

Enfin bref un bon film de super-héro qui n'a rien a envier a tous ses compétiteur, mais qui reste toujours dans l'ombre de la trilogie de Raimi.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mat
Sage des six chemins


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 6507

MessagePosté le: Ven 26 Sep 2014, 3:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Si tu as vu le dernier Spiderman - et pour toutes les personnes qui ont aussi pu y jeter un oeil - cette vidéo pourrait t'intéresser (elle est en anglais) :



De mon côté, j'ai vu un David Cronenberg :



Une espèce de plongée dans les coulisses d'Hollywood, histoire de voir que derrière les actrices, les jeunes qui réussissent, ceux qui tentent... on trouve aussi des cures de désintox à 12 ans, des actrices qui courent après le temps, se gavent de médocs et se réjouissent de certaines disparitions (parce qu'ainsi elles peuvent avoir le rôle qu'elles convoitaient), des types peu scrupuleux qui en profitent... des jeunes au langage cru et peu amène pour leurs aînés...

On va donc voir peu à peu apparaître ce qui est caché/dissimulé en public, tous les travers qui apparaissent, les secrets de famille et aussi une partie fantastique avec des apparitions (ou des hallucinations ?) qui vont plus ou moins pourrir la vie d'Havana et Benjie.

Inceste, plan à plusieurs, sexe en vase clos (ou presque), on dirait bien que Cronenberg et Wagner cherchent à attirer notre attention sur la consanguinité dans ce petit monde, ou quelque chose de ce genre. On a aussi pas mal de personnages qui apparaissent comme l'envers des autres (jeune/vieux, mature/immature, feu/eau, star/non star...) ce qui permet de croiser plusieurs dimensions à la fois.

On bénéfice également de quelques scènes irréelles ou presque :
Spoil:
le coup classique du flingue déchargé mais il restait une balle. Un chien en fait les frais ; le sang sur le canapé, le coup de gueule d'Havana qui finit par se faire tuer par son assistante, avec l'ironie suprême : elle meurt sous le coup du trophée remportée par sa mère...


Bilan : sans trop savoir vers quoi cela nous conduit (taper sur le "système" Hollywood ? Dissuader d'entrer dans ce monde ? Se méfier des personnes brûlées, des piscines et des cachetons ?) Maps to the Stars est un film quelque peu déroutant, porté par quelques acteurs stupéfiants (Evan Bird et Juliane Moore notamment). A conseiller à toute personne qui souhaite pénétrer dans ce monde ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
N.B
Anbu


Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 1463
Localisation: Brésil entre 2 paires de fesses.

MessagePosté le: Ven 26 Sep 2014, 3:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je me demande même si la scène du feu avec les effets spéciaux horrible n'est pas un pied de nez à l'industrie hollywoodien avec les énormes blockbusters etc

en gros t'a aimer ou pas ?

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mat
Sage des six chemins


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 6507

MessagePosté le: Ven 26 Sep 2014, 4:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ce serait pas mal comme signification. Surtout que les flammes avaient une de ces allures... niveau effets spéciaux on était dans le bizarre.

Même si je sais que je n'ai pas tout saisi ni compris où on voulait nous conduire j'ai plutôt aimé. Voir l'envers du décor sans aucune concession c'était pas mal et les acteurs collent bien avec les personnages.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
N.B
Anbu


Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 1463
Localisation: Brésil entre 2 paires de fesses.

MessagePosté le: Jeu 02 Oct 2014, 4:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

WINTER SLEEP


Nuri Bilge Ceylan-Palme d'or Cannes 2014




Palme d'or à Cannes en 2014 ( qu'est ce qui à bien pu passer par la tête du jury ) Winter Sleep est le premier film de Ceylan que j'ai eu l'occasion de voir. La question de la légitimité de la palme se pose ; le jury à t'il récompenser une grande fresque forte et racé ou un gros morceau de 3h15 ( parce que c'est quand même vachement plus cool qu'un film d'1h40 ! ) La seconde option me parait être la bonne. Après plusieurs récompense obtenu par le passé pour différents films un jour ou l'autre il fallait bien remettre la palme à ce fameux turc de compétition mais j'aurais préférer que ce soit pour un film un peut moins prétentieux de sa part . Winter Sleep à quelques qualités : la photographie plutôt jolie , les décors naturels somptueux avec les maisons troglodytes , et accessoirement une scène de capture d'un cheval inoubliable , mais tout ceci ne peut pas faire tenir un film sur plus de 3h car ce dernier est construit sur une panoplie de discutions métaphysiques-philosophiques qui n'en finissent pas ( le schéma des échanges étant de répéter la même chose sous différents forme au cas ou on aurait pas compris la première fois ) . Ceylan à aussi cette fâcheuse tendance de la bête à concours qui veut nous faire comprendre à chaque plan que nous sommes en train de regarder un immense chef d’œuvre qui va nous bouleverser à jamais , ambitieux mais surtout très masturbatoire dans la façon dont il s'y prend ( évidemment on à toujours la triplette des champions de la critique Télérama,Les inrocks,Le monde qui adore ce genre programme ) . Le cinéma est bien plus intéressent lorsque l'auteur fait ce qu'il sais faire , sans trop se préoccuper du quand-dire-t-on ? et qu'une part de mystère subsiste , si pour Ceylan cette part de mystère se traduit par une éloge du vide , de la misogynie , et de la philosophie en mousse je préfère ne pas insister .

3/10

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Optimus
Genin


Inscrit le: 08 Jan 2013
Messages: 401
Localisation: Quelque part dans la Bordure extérieure

MessagePosté le: Jeu 02 Oct 2014, 7:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bon je dois dire que je suis étonné que personne n'ait parlé du film Hercule avec Dwayne Johnson.

Spoil:


Voici le synopsis que j'ai repris sur Allociné :
"Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un dieu mais ressent aussi les peines et les souffrances d’un mortel.
Sa puissance légendaire sera mise à l’épreuve par des forces obscures."

En clair, ce film ne retrace pas les 12 travaux légendaires d'Hercule même s'il y fait référence. Dans ce film, on découvre la véritable force d'Hercule et ses tourments au cours de sa vie. Le roi décide de faire appel à Hercule afin de mettre fin à la guerre qui ravage littéralement son pays et reprendre le trône qui lui revient de droit, Hercule ,accompagné de ses camarades de combat, bien décidé à faire régner la justice décide de répondre à l'appel du roi et de faire cesser la guerre mais il va vite découvrir que l'histoire n'est pas si simple.


Spoil:
Ce film est pas mal dans le genre, il n'est pas là afin de juste reprendre un classique revisité je ne sais combien de fois mais plus pour donner une dimension réelle et plausible à la légende de Hercule.

Ce que j'ai apprécié est le côté humour mélangé aux scènes du film et le fait que le film soit simple tout en mélangeant un certain nombre de points intéressants : les personnalités sont bien développées et on les découvre petit à petit, le film n'est pas trop long mais juste ce qu'il faut et en même temps les effets spéciaux ont été très bien dosé, ensuite il y a tout au long du film un petit suspens qui dure donc (même si certaines scènes sont prévisibles) le film est bien ficelé.

A voir une fois si l'on apprécie ce genre de film.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fabest
Genin


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 474

MessagePosté le: Ven 03 Oct 2014, 10:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Juste pour contrer pacifiquement l'avis d'N.B. sur le très beau Winter Sleep. Histoire de donner envie aux personnes qui auraient pu être, ironiquement, refroidies.

Ceylan compose ce film depuis des années avec sa filmographie, on est clairement dans cette fameuse entité tabou auprès du grand publique : le film d'auteur.
Là où j'ai pu lire "masturbation intellectuelle", je note de mon coté une touchante pudeur et une profonde sobriété. Les artifices utilisés sont timides. Respectant le propos et le cadre de l'Anatolie.
Pour ceux qui auront vu et surtout apprécié les films d'Asghar Farhadi (que je conseille fortement), Une séparation et Le passé pour les plus connus, c'est la même mécanique d'approche humaine dans les dialogues.
Cette rigueur dans le placement caméra lors des échanges, et surtout ce flou moral sur la prise de position. Tour à tour on accorde à l'un ou l'autre des personnages son aval. Il n'y a pas un protagoniste dans le juste et l'autre dans le faux. C'est un vrai dialogue avec toutes les déviances que ça implique.
La prestation des comédiens est vraiment impressionnantes, Ceylan maitrise à merveille ses acteurs.
Comme l'a dit N.B, la photographie du film est savoureuse, et les décors prodigieusement beau.
Pour le rythme, effectivement il est lent. Parce qu'un film de ce calibre ne saurait être autrement. La notion de lenteur dans le Cinéma n'est pas forcement péjorative. Au contraire.

Je conseille vraiment à tout les gens passionné par le Cinéma, ou plus simplement sensible aux fresques humaines d'essayer de voir ce film.

"Winter Sleep se respire. Ivre d'une mélancolie songeuse, se mouvant dans l'art du non-dit. Douce errance dans les limbes de l'esprit."

_________________
Ok.

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
N.B
Anbu


Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 1463
Localisation: Brésil entre 2 paires de fesses.

MessagePosté le: Ven 03 Oct 2014, 2:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je sais pas ou tu vois une ressemblance avec Asghar Farhadi Fabest , Une séparation est un film magnifique avec des dialogues très bien écrit et qui montre bien une société iranienne en pleine mutation mais chez Ceylan l'homme écrase tout ses interlocuteurs , il n'y a pas vraiment de débats surtout avec les femmes du film , c'est du cinéma d'auteur de concours pour ma part c'est à dire qu'on est loin d'une véritable franchise dans le sujet , on cherche à impressionner plus qu'a démontrer , après tant mieux si t'a aimer le film , moi j'ai vraiment souffert dans la salle Smile

Noé


Darren Aronofsky




Avec Noé Darren Aronofsky semble revenir à ce qu'il à pu faire de pire dans sa carrière ( l'épouvantable The Fountain nanar interstellaire ) le film essaye de nous faire comprendre les prémices de la créations et la survie un peut par "chance" de l’espèce humaine au grand déluge ( on comprend que Noé voulais sauver les animaux mais laisser les humains crever , c'est en gros ce que le seigneur lui à dit de faire ) sauf que quand Aronofsky se lance dans un tel projet et essaye de faire des choses esthétique il nous balance ses compositions de couleurs digne d'un fond d'écran Windows à la figure et se sent obliger d'utiliser des masses d'effets spéciaux qui dans une dizaine d'années seront déjà obsolète. Une fois que tout ceci est passé et que votre cerveau à bien été lessiver sous un déluge de mocheté ( quelques plans en extérieur magnifique subsiste et 2,3 thèmes musicaux ) il n'y a plus grand chose à se mettre sous la dent et le dilemme final du héros à grand renfort de cris et de pleurs achève de faire de Noé un grand n'importe quoi biblique sur fond vert

2/10

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Optimus
Genin


Inscrit le: 08 Jan 2013
Messages: 401
Localisation: Quelque part dans la Bordure extérieure

MessagePosté le: Sam 04 Oct 2014, 1:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'aime bien ta petite vidéo sur Spider man Mat. xD

N.B Je suis d'accord avec toi, j'avoue avoir regardé ce film avant pour son acteur principal, Russel Crow, car je l'adore malheureusement, j'ai été déçu autant par le film lui même que par l'acteur. Enfin, ceci dit ce n'est pas à cause de l'acteur que j'ai été déçu mais plus par la manière dont on lui fait jouer son rôle.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sechs
Genin


Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 427

MessagePosté le: Sam 04 Oct 2014, 10:56 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sur Winter sleep, j'ai été surpris de voir qu'en dépit des 3h15 de métrage, je n'avais pas regardé ma montre une seule fois. Contrairement à La chambre bleue de Amalric, qui faisait 1h15.. Je n'ai pas été spécialement conquis par la Palme d'Or, mais j'ai trouvé que les joutes verbales qui charpentent le film étaient écrites et interprétées avec beaucoup de finesse et de justesse : on a vraiment l'impression de voir des gens se crêper le chignon et remuer le fond de leur personnalité.

Après, est-ce que ça vaut un prix aussi prestigieux et est-ce un must-see ? Je ne pense pas. Mais c'était loin d'être aussi pénible que la durée le laissait envisager.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
fabest
Genin


Inscrit le: 07 Jan 2007
Messages: 474

MessagePosté le: Sam 04 Oct 2014, 11:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le lien avec Farhadi, je ne parle pas des dialogues, mais de la mise en scène les relayant. Des cadres, des champs. De cette impression d'être au cœur de la tourmente. Ce remous intérieur que décrit Sechs.

Quand à la légitimité de la palme ... Je ne sais pas.
Je n'ai pas vu tout les concurrents encore. J'attends de voir le fameux Mommy du petit Dolan.
Reste que Winter Sleep se fige depuis quelques jours dans mon petit inconscient. J'y repense beaucoup. Je le trouve étonnement "plein".
En sortant j'avais ce sentiment de film accompli.
En 3h15 c'est la moindre des choses vous me direz.

_________________
Ok.

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mat
Sage des six chemins


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 6507

MessagePosté le: Lun 06 Oct 2014, 3:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je crois que je préfère cette fin de Spiderman à celle du film car le temps passe vraiment lentement pour Peter alors que là avec Batman et Superman c'est tout de suite autre chose.

Optimus a écrit:

En clair, ce film ne retrace pas les 12 travaux légendaires d'Hercule même s'il y fait référence. Dans ce film, on découvre la véritable force d'Hercule et ses tourments au cours de sa vie. Le roi décide de faire appel à Hercule afin de mettre fin à la guerre qui ravage littéralement son pays et reprendre le trône qui lui revient de droit, Hercule ,accompagné de ses camarades de combat, bien décidé à faire régner la justice décide de répondre à l'appel du roi et de faire cesser la guerre mais il va vite découvrir que l'histoire n'est pas si simple.


Ca m'a fait bizarre de voir D. Johnson avec autant de cheveux.

Hercule ou le film où il ne faut pas se fier au trailer. Je m'attendais à voir les 12 travaux revisités plus quelques éléments en plus, pour habiller la chose, voire Hercule dans toute sa superbe... j'ai été bien démenti et tant mieux.

Hercule et sa bande, comment se fabrique un mythe... le thème est dans l'air du temps mais j'ai trouvé qu'il était traité de manière plutôt plaisante, et que les différents personnages du groupe avaient chacun leur place (pas comme dans Expendables 3 où il y a trop de monde).

Je ne reprends pas ce que tu as dit sous les balises car je suis d'accord. Finalement si j'ai un reproche à faire, c'est au niveau du scénario qui finit par devenir trop prévisible.

Spoil:
Au moment où Hercule et cie capturent le "vilain" et le ramène je me suis dit que non, qu'en fait le roi était l'enfoiré dans l'histoire. C'est ce qui s'est passé et, c'est bête, mais j'ai trouvé cela un peu trop facile.

Idem à propos de la mort de la famille d'Hercule : quand il est avec le roi et qu'il est acclamé après un nouveau triomphe je me suis dit "mon coco tu vas avoir des ennuis". Et le plus bizarre c'est que ce sont des chiens qui s'occupent de sa famille et que tout le monde le soupçonne lui de les avoir tués. Je ne suis pas expert en la matière mais des marques de crocs sur des corps ce n'est pas la même chose que des coups de lames, de dents, etc. si ? L'absence des Experts lui a porté préjudice.

A part cela et quelques passages prévisibles j'ai passé un moment plutôt sympa'. Comme tu l'as dit, la durée est bien dosée et mine de rien c'est un plus appréciable.



Et dernièrement j'ai jeté un oeil à :



Citation:
Dans une ville où la justice est impuissante, les plus désespérés réclament vengeance, et les criminels les plus impitoyables sont poursuivis par des milices.
Marv se demande comment il a fait pour échouer au milieu d'un tas de cadavres. Johnny, jeune joueur sûr de lui, débarque à Sin City et ose affronter la plus redoutable crapule de la ville, le sénateur Roark. Dwight McCarthy vit son ultime face-à-face avec Ava Lord, la femme de ses rêves, mais aussi de ses cauchemars. De son côté, Nancy Callahan est dévastée par le suicide de John Hartigan qui, par son geste, a cherché à la protéger. Enragée et brisée par le chagrin, elle n'aspire plus qu'à assouvir sa soif de vengeance. Elle pourra compter sur Marv…
Tous vont se retrouver au célèbre Kadie's Club Pecos de Sin City… (Allociné)


Second volet qui met cette fois-ci plus l'accent sur la ville. Les rues, les passages en voiture, la route, les immeubles (le Kadie's), les quartiers, les villas... sans nous proposer une géographie de Sin City j'ai trouvé qu'on avait plus l'impression d'avoir des personnages jetés dans une ville qui a une consistance, une tenue, qui "existe" en quelque sorte. Et elle n'est tendre avec personne.

L'aspect visuel me plaît toujours autant. Pour l'histoire, on se situe quelques années après le premier opus et les personnages que l'on a connus ne vont pas fort.

Spoil:
Marv est toujours le cogneur qu'il est mais cette fois il se fait manipuler par Dwight et même Nancy (cela offre un joli contraste dans leur manière de procéder). Au pire il s'en moque car cela lui permet de ne pas s'ennuyer. C'est ça qui est marrant avec lui. L'aspect médicamenteux du personnage est rapidement évacué pour nous offrir du Marv 100%.

Le personnage de Nancy est intéressant dans son évolution. Ses danses sont plus ou moins réussies, elle picole et fume... et elle va même jusqu'à porter atteinte à son corps, son visage plus précisément. La beauté du Kadie's devient une balafrée pour mieux atteindre son objectif et venger, notamment, la mort d'Hartigan.

De son côté, le fils de Roark ne manque pas de classe. Mais il a gagné alors qu'il fallait perdre. Cela confirme que le sénateur est une ordure finie, que le commissaire ne vaut pas mieux (prêt à conseiller le fils pour qu'il s'en sorte mais il bave allègrement à propos de Nancy...) et que même en étant ambidextre, on n'a pas toujours la meilleure main. (D'ailleurs revoir Doc' en médecin aux mains tremblantes c'est une idée géniale.)

Sin City en ressort plus sombre que jamais et ce n'est pas le passage avec Ava qui viendra rehausser le niveau. Tromperies, mensonges, folie, meurtre et... Miho (toujours aussi mortelle) là aussi il y a de quoi faire.

Bilan positif donc. Un film qui poursuit bien dans la voie ouverte par le premier.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
N.B
Anbu


Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 1463
Localisation: Brésil entre 2 paires de fesses.

MessagePosté le: Lun 06 Oct 2014, 4:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Only lovers left Alive


Jim Jarmusch




Troisième film de Jim Jarmusch que je vois après Ghost Dog et Broken Flowers , Only lovers left alive possède toute les qualités d'un film de Jarmusch : mise en scène très stylisée,jeu de couleurs sympathique ( ici le bleu et jaune ),ambiance vraiment à part qui constitue vraiment l'empreinte de son cinéma,BO très soigné mais à part ça le film est d'un vide intersidéral sans nom , une bande de vampire qui se balade , écoute de la musique et taille une bavette sur notre époque horrible peuplé de "humain-zombies" tous plus pitoyable les uns que les autres qui ont détruit leur idéal de vie . Je sais pas si Jarmusch manque totalement d'inspirations ou si il à juste fait un film de fan mais c'est hyper décevant de voir un auteur se toucher la nouille derrière sa caméra comme c'est le cas sur cette œuvre , j'ai rien à dire de plus sur ce vide cinématographique .

3,5/10


Una Noche


Lucy Molly




Premier petit film sans prétention Una Noche délivre un message assez faible ( la vie à Cuba est compliquer et il n'y à pas d'avenir pour les jeunes ) au regard de ce que l'ont voit . La réalisatrice possède un réel talent pour filmé les corps d'une façon très sensuelle même excitante parfois mais en dehors de ça le film stagne un peut entre un personnage homosexuel qui ne s'assume pas trop et sa sœur qui entame une petite amourette avec son meilleur ami . La photographie est très jolie et Cuba est vraiment très bien filmer mais le film peine à décoller ( la réalisatrice se sert de la musique à chaque fois pour mettre du rythme , preuve que les personnages n'ont pas grand chose à dire ) , la dernière partie de Una Nocha est un peut bâcler et aurait pu être beaucoup plus touchante qu'elle ne l'est . Pour un premier film c'est pas mal mais sans plus .

5/10

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
N.B
Anbu


Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 1463
Localisation: Brésil entre 2 paires de fesses.

MessagePosté le: Jeu 23 Oct 2014, 4:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

GONE GIRL


David Fincher




Aujourd'hui faire la critique d'un film de Fincher se révèle être quelque chose d'assez compliquer et ce pour 2 bonne raisons . La première consiste à ne pas avoir envie d'affronter tout les fan-boy du cinéaste qui après Fight Club ( un film moyen pour ma part ) ont tendance à croire que tout ce que le réalisateur touchera se transformera en or cinématographique mais malheureusement ce n'est pas le cas et ce nouveau film le prouve . La seconde raison et la je rentre dans le vif du sujet sans faire de détour inutile c'est que les films de Fincher sont tellement bien écrit ( c'est peut de le dire ) que beaucoup en oublie le message même de l'auteur pour se focaliser sur la forme plutôt que sur le fond ce qui est précisément le point faible de Gone Girl .

Une fois que l'ont à passer les présentations d'usages après les 30 premières minutes et que l'ont à pu vérifier que l'ont était bien devant un film de Fincher , la machine se met en place et on a droit à un exposer féroce et macabre sur les dérives du tout-connecter,de la télé-réalité,et par dessus tout sur le mariage qui peut viré à l'enfer ( Ben Affleck et Rosamund Pike excellent ).Si la première heure est un peut en demi-teinte et procure un sentiment de déjà vu,la 2 éme est beaucoup plus rythmée et rattrape bien l'équilibre du film qui semblait partir sur le chemin d'un thriller classique et on peut deviner le plaisir que prend l'auteur à mettre en place son jeu d'échec morbide devant le spectateur .Il y' malheureusement un hic dans tout ce beau programme.Florence Maillard faisait état dans les cahiers du cinéma d'un "cynisme facile" de la part de David Fincher et même si je ne suis pas aussi sévère sur l'avis global de l'oeuvre , je ne peut que rejoindre cette définition de la pensée Fincherienne dans Gone Girl . Fincher ne peut s’empêcher d'injecter son venin avec toujours plus de manipulation , toujours plus de sang ( la scène gore était pas franchement utile même si elle est bien monter ) , toujours plus de tension et toujours plus de cynisme durant 2h30 et quand il n'y a rien derrière en terme de ressort secondaire pour atténuer la lourdeur du programme c'est assez lassant . Le sentiment qui prédomine est celui d'un aveuglement du spectateur pour que ce dernier ne se rende pas compte de la difficulté du cinéaste à apporter une alternative à ce qu'il sais faire . La mission est cependant réussie quand on voit le nombre de spectateurs qui ont l'impression d'avoir été toucher par la grace devant ce chef d'oeuvre incroyable qu'est Gone Girl .... Il suffira pourtant de revoir Effets Secondaires de Steven Soderbergh pour retrouver la même sorte d'intrigue et cette fois ci avec beaucoup moins de tambour et en beaucoup moins de temps , sans parler d'une fin qui assume son cynisme radical et sarcastique sur la relation manipulatrice-manipulé pour le plus grand bien du spectateur .

Gone Girl est donc un bon film mais un Fincher décevant quand on sais que ce dernier peut pondre des excellent films comme Benjamin Button , Social Network ou encore Zodiac . Au royaume des fans aveugles le Fincher est roi mais tu ne m'aura pas David !


7/10

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Optimus
Genin


Inscrit le: 08 Jan 2013
Messages: 401
Localisation: Quelque part dans la Bordure extérieure

MessagePosté le: Sam 08 Nov 2014, 12:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Donc voici le film de Christopher Nolan sorti il y a deux jours : Interstellar




Malheureusement la vie sur Terre touche à sa fin à cause de vagues successives de "maladies végétales" rendant l'agriculture impossible et de bien d'autres problèmes. Certains chercheurs s'attellent alors à la tâche de trouver une issue de secours pour l'humanité et veulent franchir les limites de la galaxie en voyage spatiale grâce à des singularités particulières ...



Je dois avouer que ce film est particulier, il s'agit d'un film qui me fait penser que soit on l'adore soit on ne l'aime vraiment pas. Personnellement, j'ai été transporté par ce film, il y a bien longtemps que je n'avais pas ressenti autant d'émotions en tout genre devant un film.
Le film est le plus réaliste que l'on puisse faire avec nos connaissances actuelles, il y a bien entendu des choses qui sont futuristes ou imaginées par les réalisateurs mais ces choses se fondent parfaitement, sont dans la continuité sans faire tâche.
Pour moi, ce film est magnifique et nous permet de nous remettre en question mais d'une manière encore jamais abordé je pense.

P.S : malgré le fait que j'adore ce film, je reste ouvert à toute critique et serais content d'en discuter. Smile

9,5/10

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
minimaxpower
Jounin


Inscrit le: 29 Avr 2006
Messages: 1090
Localisation: Where is Jessica Hyde ?

MessagePosté le: Lun 10 Nov 2014, 4:30 am    Sujet du message: Répondre en citant



Je viens de finir If I stay.
Ça m'a franchement plu ! Assez touchant, j'aime bien comment la narration de l'histoire est construite. Un casting sans faute, mais surtout une putain d'OST de ouf..! Que du bon dedans, je la met les yeux fermés dans mon top 3 !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Optimus
Genin


Inscrit le: 08 Jan 2013
Messages: 401
Localisation: Quelque part dans la Bordure extérieure

MessagePosté le: Lun 10 Nov 2014, 5:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Aurais tu l'amabilité de nous expliquer de quoi parle le film ? ^^

Je pense que je vais le regarder mais si tu l'as vu, j'aimerais bien savoir de quo traite ce film. Smile

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Cinéma et télévision Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 25, 26, 27  Suivante
Page 26 sur 27

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum