Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. La Chronique : Du rififi entre les générations ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Le site - www.captainaruto.com
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Mat
Sage des six chemins


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 6507

MessagePosté le: Jeu 17 Jan 2013, 11:46 am    Sujet du message: La Chronique : Du rififi entre les générations ? Répondre en citant

(Il s'agit de la chronique qui est parue sur le site le même jour. Si elle vous inspire des remarques, commentaires, etc. n'hésitez pas à venir en parler dans ce sujet, il est aussi fait pour ça.)



[Socrate] À tout cela [certains effets d’un excès de liberté dans une cité démocratique mal dirigée], dis-je, s'ajoutent encore ces petits inconvénients : le professeur, dans un tel cas, craint ses élèves et les flatte, les élèves n'ont cure de leurs professeurs, pas plus que de tous ceux qui s'occupent d'eux ; et, pour tout dire, les jeunes imitent les anciens et s'opposent violemment à eux en paroles et en actes, tandis que les anciens, s'abaissant au niveau des jeunes, se gavent de bouffonneries et de plaisanteries, imitant les jeunes pour ne pas paraître désagréables et despotiques.
[Adimante] C'est tout à fait ça ! dit-il.
[…]
[Socrate] Eh bien, dis-je, mon très cher, tel est le beau et vigoureux commencement duquel naît la tyrannie, ce me semble.
Platon, République, VIII, 562c-563e



Surpasser les Hokages des générations précédentes est un objectif affirmé à Iruka par Naruto, dès le premier chapitre du manga. Pourtant, l’idée (plus générale) que les nouvelles générations prennent le relais des précédentes – voire les surpassent –, n’est explicitée que bien plus tard. Les propos que tient Chiyo (chapitre 279), avant de rendre son dernier soupir, à Naruto et Sakura, restent encore centrés sur des personnes (elle souhaite que Naruto devienne un Hokage comme il n’y en a jamais eu), tout en évoquant l’avenir de Suna et Konoha.

Le thème générationnel occupera une place centrale lors de l’arc opposant Kakuzu et Hidan à Konoha, que ce soit dans les actions d’Asuma comme dans le discours de certains personnages, notamment Kakashi. Tandis que Naruto se fait soigner, le fils de Sakumo se met à penser : « l’époque où la génération suivante prendra le relais est toute proche » (chapitre 342). Il se demande même si Naruto ne le surpasse pas déjà. Remarquant que Kakuzu est encore en vie, il le rejoint. Le trésorier de l’Akatsuki ne comprend pas comment des « gosses » ont pu l’avoir. Et Kakashi de lui répondre que c’est toujours comme ça… parce que les nouvelles générations sont toujours amenées à surpasser les précédentes avant de lui porter le coup de grâce. Que veut dire Kakashi au juste ? Les nouvelles générations font-elles toujours mieux que les précédentes ? Quels rapports apparaissent donc entre ces catégories ?

Pour expliciter les relations qui peuvent se nouer entre les différentes générations du manga deux séquences importantes et liées l’une à l’autre ont été retenues. Il s’agit du sommet des Kages et de la quatrième grande guerre des shinobis.


Tout d’abord, un conflit de générations semble se dessiner lors du sommet des Kages, notamment entre Gaara et Oonoki. Si ce conflit recoupe d’autres questions (les intérêts bien compris des nations représentées par les Kages, etc.), un « clash » semble se dessiner entre un Tsuchikage en position de maître, et Gaara en position d’élève, présent pour apprendre le métier, savoir comment se tenir et parler, etc. Si le Kazekage révèle son ignorance de certains dossiers, il fait pourtant bonne figure, et contre toute attente, renverse la situation en « choquant » le Tsuchikage, qui finit par changer radicalement de discours et d’attitude en (re)devenant l’homme qu’il était auparavant (cf. chapitre 470). Un effet durable qui sera reconnu et valorisé par Muu (chapitre 547). La nouvelle génération n’a donc pas à apprendre passivement de ses aînées, elle peut les « bouger » et les tirer de leur position d’ « assoupis ».

Au cours de la guerre de nouvelles interactions s’apprécient. Déjà avec le discours de Gaara pour mobiliser ses troupes et reconnaître que seul il est trop jeune, immature pour tout régler, qu’il a besoin de l’aide de toutes les générations présentes. Ensuite, lors de l’affrontement entre les anciens et les nouveaux Kages. Le 3ème Raikage donne le ton en affirmant sa confiance dans l’idée que leurs descendants sont devenus assez forts pour les dépasser (chapitre 546). Pourtant, les affrontements sont loin d’être évidents et c’est ici toute une collaboration qui va se faire jour entre les générations présentes sur le champ de bataille pour battre le Raikage (Naruto obtient des informations d’Hachibi et est aidé par Dodai) et, surtout, le Mizukage.

En effet, même si les Kages révèlent leurs points faibles, les vaincre n’est pas aussi simple. Le second Mizukage pose clairement le problème dans le chapitre 557 : il n’aidera pas davantage ses adversaires car s’ils ne sont pas capables de le battre, ont besoin de plus d’informations c’est qu’ils sont plus faibles que lui. Ils auraient donc échoué et ne mériteraient pas de traitement de faveur : s’ils ne peuvent le vaincre, comment penser qu’ils triompheront du chef des « méchants » ? Comme le suggère le Mizukage, par cet acte, il continue à les aider, mais d’une autre façon.
Ce passage illustre l’idée que l’on peut se faire du rapport qui se noue entre les différents âges présents dans le manga. La nouvelle génération ne doit pas faire table rase du passé : même si elle a des idées (c’est Gaara qui piège le Mizukage), il lui faut quand même des soutiens pour réussir (le Mizukage a donné des informations, Oonoki a parlé de la technique ninjutsu du Mizukage grâce à ce qu’a pu lui dire Muu, son ancien maître). Cette séquence montre une forme de collaboration (qui prend de multiples formes) entre les différentes générations qui peut se retrouver au cours d’autres combats (les Kages contre Madara avec la Mizukage qui baisse les bras, la volonté de pierre d’Oonoki, etc.).
Ainsi le propos voulant que les nouvelles générations prennent le pas sur les précédentes est-il à préciser. D’une part cela ne veut pas dire que le passé ne compte pas, que les jeunes font mieux que les vieux, etc. : les anciens sont en partie vénérés et respectés (les visages de pierre des Hokages, la volonté du feu, la crainte qu’inspirent certains noms…). Ils restent toujours plus ou moins présents et peuvent se révéler utiles, vivants ou morts. D’autre part, s’intéresser concrètement, aux interactions entre des personnages d’âges différents permet de montrer la multiplicité des rapports qui se nouent et d’évacuer la question des comparaisons entre les générations et les problèmes qu’elles entraînent. La persistance de la guerre et des conflits pourrait laisser penser que rien n’a changé et qu’il y a une stagnation voire un recul par rapport au passé et aux actes du Sage (d’où le plan Œil de la Lune pour faire mieux…). La tonalité est plus positive avec la perspective retenue ici : il vaut la peine de prendre appui sur les anciens pour leur faire honneur... en prenant le relais.

***


En écartant la question du niveau des générations (laquelle est la plus forte ? Etc.) pour s’intéresser aux interactions qui se nouent entre elles nous espérons avoir pu mettre en évidence quelques éléments dignes d’intérêt. Sans prétendre fournir la version de l’auteur (qui d’ailleurs n’existe peut-être même pas), l’idée générale qui émerge de cette (trop) rapide analyse est qu’il y a une coopération entre les générations qui prend deux formes principales : une réciprocité directe (le cas emblématique étant celui de Gaara et d’Oonoki) et, surtout, une réciprocité indirecte. Cette dernière consiste pour un individu X à coopérer avec un individu Y parce que celui-ci a coopéré avec un individu Z. C’est un mécanisme très important pour la coopération car il la rend possible au sein même de grandes populations, où les mêmes individus n’interagissent jamais deux fois.

Appliqué aux générations, cela revient à dire que, pour remercier les anciens de ce qu’ils nous lèguent (savoir, etc.) la génération actuelle ne leur renvoie pas tant l’ascenseur qu’elle ne se préoccupe de la génération suivante (le « roi » de Konoha…), manière ici de rembourser la « dette » contractée à l’égard de la génération précédente. On parle ainsi beaucoup de l’académie mais pas de la maison de retraite des ninjas par exemple... L’échange de Shikamaru avec son père, dans le chapitre 342, s’inscrit pleinement dans ce cadre et renforce l’idée que les générations font preuve d’une réciprocité indirecte, mécanisme fondamental pour que la société shinobi se reproduise.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Hyuuga Neji
Sage des six chemins
Sage des six chemins


Inscrit le: 05 Juil 2010
Messages: 7506

MessagePosté le: Ven 18 Jan 2013, 2:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai apprécié cette chronique, elle a mit en lumière un aspect du manga que j'avais remarqué sans m'y intéresser plus que ça. Notamment le "roi" de Konoha qui est vraiment la situation type d'interaction entre l'ancienne et la nouvelle génération. Dommage que vous ne vous soyez pas attardés plus que ça sur la force, mais d'un côté cet aspect est assez flou car je n'ai pas l'impression que la réplique "la génération suivante surpasse toujours la précédente" s'applique sur la force des ninjas, la Mizukage actuelle me semble moins forte que le deuxième, Tsunade et Minato, Tobirama et Hashirama... Donc au final je dirais même que c'est une bonne chose de ne pas s'être penché là-dessus car les générations semblent se surpasser plutôt dans la mentalité, ce qui est très bien souligné dans la chronique, notamment avec la parallèle Oonoki/Gaara, mais celui avec Oonoki et Meï bien qu'il semble prouver le contraire me conforte dans ce sentiment car si le Tsuchikage encourage la Mizukage c'est bien après être redevenu l'homme qu'il était et ça grâce à un homme de la génération suivante.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mat
Sage des six chemins


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 6507

MessagePosté le: Sam 19 Jan 2013, 12:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour ta réaction.

Juste une petite question (sans importance et à ne pas prendre sérieusement) avant de commencer : pourquoi me vouvoyer ? Mes 36 personnalités te remercient de leur rendre hommage (ainsi que mon grand âge) mais tu peux me tutoyer, cela ne me dérange pas (à moins que tu n'aies utilisé le vous en pensant qu'il y avait plusieurs auteurs ?).

En effet j'ai sciemment écarté les réflexions sur la force, la puissance, etc. pour au moins deux raisons : d'une part établir des comparaisons n'est jamais aisé et d'autre part, ainsi que tu le remarques, l'idée de dépassement, de prendre le relais ne recouvre pas nécessairement ces questions. Je me suis donc tourné vers certaines interactions que le manga nous proposait afin d'avoir des "matériaux" directement observables afin de voir si ce que j'avais en tête depuis un petit moment sur le sujet se voyait confirmé ou non. Et effectivement, ce qui est dit sur le Roi de Konoha semble coller assez bien avec les idées présentées (sans prétendre pour autant que c'est ce que l'auteur avait en tête).

Et comme tu le soulignes justement, il y a tout un tas de situations "hybrides" (je ne sais pas si c'est le bon terme) où les générations se soutiennent : le cas de la Mizukage montre que les "vieux" (Oonoki) peuvent toujours être utiles et avoir valeur d'exemple à suivre. Cela peut faire écho, jusqu'à un certain point, à ce qui avait été dit concernant la reconnaissance qui n'est jamais gagnée une fois pour toute : prendre le relais des anciennes générations est un travail de tous les instants et si on faiblit à un moment alors on peut, par exemple, s'appuyer sur eux afin de repartir. Cela donne un aspect dynamique aux interactions qui ne sont donc pas figées dans une seule direction.

En espérant ne pas avoir trop déformé ton propos pour rebondir dessus.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Perlimpimpin
Genin


Inscrit le: 11 Oct 2012
Messages: 354
Localisation: Là où mon esprit me transporte

MessagePosté le: Dim 17 Fév 2013, 5:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mon commentaire est tardif...désolé!

je fais partie d'une génération dont les grands parents ont connu la guerre...(39-45)
Certains m'en ont parlé, d'autre jamais...
Etaient-ce trop dûr pour eux??? Eprouvaient-ils de la culpabilité???

Mais une de mes grand-mère, m'a parlé de la guerre, elle fétait ses vingt ans le 3 septembre 1939... Elle a passé le jour de ses 20 ans à pleurer...
Qu'y plus est, son père était invalide de guerre (14-18), aveugle et à moitié sourd, son épouse étant sa marraine de guerre...
Elle vivait à la campagne dans l'Isère, entre Crémieu et Morestel, pas très loin d'un petit village appelé Trept... Ses cousins(cousines) de Lyon, faisaient à velo, chaque fois qu'ils le pouvaient le trajet de 45km pour venir s'approvisionner d'un peu de beurre, de lait, d'oeufs et de viande( un lapin, un poulet, un morceau de porc...)...
Un jour des "recenseurs" du gouvernement de Vichy sont venus pour envoyer ses jeunes frères au STO, ils sont repartis brecouilles, ils avaient été mal renseignés...
Après cela ma Grand-mère a épousé un gars du village, dont elle était marraine de guerre, il avait été fait prisonnier en 1939, lors de la Blitzkrieg... Sans avoir combattu et sans avoir tiré un coup de fusil, il s'est retrouvé prisonnier...Cet homme là, c'est mon Grand-père...

C'était un "taiseux" comme on dit, la guerre s'était quoi, "kartofeln", un des mots qu'il avait retenu de son "séjour" en Allemagne...

Malgré cela, à la fin des années 80, il a accueilli chez lui les amis allemands de l'est d'une de ses filles comme il aurait accueilli sa propre famille...
Ce jour là, j'ai pris la plus grande claque de ma vie!!! J'étais jeune adolescent puceau et puérile de 14 ans, et mon Grand-père "victime" de la guerre 39-45 me donnait une de mes plus grandes leçons de vie...

Tout ça pour dire quoi?!?! Que nos anciens méritent une oreille attentive même si parfois ils radotent... Que nos aïeux possèdent parfois la sagesse et le recul dont nous sommes dépourvues et qui peut nous faire défaut!

Je ne serai jamais tant reconnaîssant à mes Grand-parents de m'avoir enseigné le respect et la tolérance!!!!

_________________
Celui qui sait tout??? Moi aussi j'aimerai le rencontrer!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Le site - www.captainaruto.com Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum