Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Kyouran Kazoku Nikki

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Light Novels
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Zefyris
Jounin


Inscrit le: 14 Oct 2011
Messages: 1071
Localisation: Dome of Crystal Seers, Ultanash Shelwe

MessagePosté le: Dim 23 Mar 2014, 7:45 pm    Sujet du message: Kyouran Kazoku Nikki Répondre en citant

狂乱家族日記



Auteur : Akira
Illustrations : x6suke ( à prononcer "pekerokusuke" )
Genre : Comédie, Drame, science fiction, surnaturel
Format (terminé) : 15 tomes pour la série principale + 9 recueils
Parution :
Série principale : Juin 2005 - Mars 2011
Recueils : oct 2006 - juillet 2011


Adaptation Anime : Oui, partielle (tomes 1 à 8 partiellement adaptés+ premiers recueils partiellement adaptés)
Adaptation Manga: Oui, très partielle, en 4 volumes.
Traduction Anglaise : Non.
Traduction Française : Non.


Synopsis : Le grand empire japonais, plus puissante nation du monde s'étendant sur la majorité des territoires du globe depuis plus de 1000 ans à un gros problème. Cela fait désormais 1000 ans qu'Enka, dieu de la destruction qui à l'époque avait presque éradiqué l'humanité, mettant la planète à feu et à sang, à laissé derrière lui une sombre prédiction. A l'heure de sa mort, défait par l'humanité, il promit à celle ci que son enfant se réveillerait 1000 ans plus tard pour le venger.

Cette prédiction qui ne fut jamais rendue publique mais fut soigneusement conservée par les autorités de l'empire, semble on ne peut plus véridique. Le département des affaires surnaturelles, puissante entité administrative et militaire de l'empire chargée d'éliminer les monstres et démons pullulant sur ce monde menaçant la population humaine, conçoit un plan audacieux. Afin d'éviter que l'enfant d'Enka se retourne contre l'humanité et la planète comme son défunt père, la meilleure idée serait de lui faire aimer cette planète et l'humanité avant qu'il n'éveille ses pouvoirs, afin de le neutraliser sans entrer en guerre contre lui.
Pour cela, ils comparent l'ADN de toute créature organique et inorganique sur terre aux reste d'Enka, et décident de regrouper les potentiels enfants d'Enka en une seule et même famille, leur procurant un foyer aimant qu'ils n'oseront pas détruire.

Et voilà Midarezaki Ouka, chef de la section armée du département des affaires surnaturelles catapulté sans prévenir chef de famille. Lui qui a perdu toute capacité de ressentir des émotions suite au massacre de sa famille lorsqu'il avait 3 ans va devoir procurer un foyer aimant à des individus pas comme les autres. Et pour l'aider, son épouse, Kyouka sera une femme d'1m20 aux cheveux bleus qui fume la cigarette, passe son temps à faire ce qu'il lui plait et à imposer ses caprices à son entourage et... Aux oreilles de chats. Oh, pendant qu'on y est, c'est aussi la déesse de la nation souterraine Shangri-la, souveraine incontesté de ce royaume très secret qu'elle a abandonné du jour au lendemain pour aller voir ailleurs. ...Et elle a une queue de chat, aussi.


C'est avec cette épouse sortie tout droit de ses pires cauchemars qu'Ouka accueille ses enfants.
Ginka, fils ainé, un jeune adulte blond platine à la beauté éblouissante, fils de la plus puissante lignée de Yakuza en activité, travesti aux penchants homosexuels... Vite dirigés vers son père.
Yuuka, jeune fille membre de la famille Himemiya, redoutés comme des démons, et accessoirement souffre douleur du reste de sa famille, lynchée et isolée depuis son plus jeune age.



Teika, second fils, dernier descendant des rois des animaux, qui a massacré le reste de sa famille en combat lors d'un différent avec ses pairs qui a mal tourné. C'est un lion. Qui parle. Poliment.
Hyouka, fils cadet, aussi connu sous le nom de "13ème Noir". 2 mètres 30 de haut, noir, pas de bouche, pas d'yeux, pas d'oreilles, du métal, des câbles, et des armes camouflés dans le corps jusqu'à la gueule. C'est une arme biologique. Doué de raison.
Gekka, fille cadette. Rose, mole, avec des tentacule. C'est une méduse de l'espace. Qui vole, émet des éclairs et change de couleur lorsqu'elle éprouve des émotions.



Et c'est avec cette famille abracadabrante qu'il va falloir composer. Ayant tous un passé tragique et bien des problèmes laissés en plan, la famille aurait dû exploser rapidement. C'est sans compter sur Kyouka, qui au-delà de son caractère égocentrique, égoïste et chamailleur se révèle être capable de miracles pour ses enfants. En jeu, l'avenir de la planète, ainsi que leur propre vie, car la proposition de cette famille n'était pas la seule émise par l'empire. Une bien plus expéditive est de les éliminer tous avant qu'ils ne posent le moindre problème. Et certains songent sérieusement qu'il s'agit de la meilleure solution face à cette bombe à retardement.

Mais tout cela n'est qu'un tissu de mensonges. Alors que la famille Midarezaki réussi tant bien que mal à garder sa cohésion en dépit des secrets de chacun tous plus démesurés les uns que les autres, les cartes des dirigeants et autres entités millénaire commencent à être abattues les unes après les autres. Alors que la vérité sur chacun comme sur le passé de l'empire se révèle peu à peu, la famille est entrainée dans une tourmente où les vies de chacun pèsent bien peu face aux idéaux qui s'affrontent...



Avis : Kyouran Kazoku Nikki est l'un des très nombreux roman du très primé Akira. L'auteur a commencé à écrire au lycée et a très rapidement reçu 6 prix différent alors qu'il n'avait pas encore fini ses études.

Sous ses abords de complet délire et de chaos absolu, de grand n'importe quoi et de personnages déjantés, KKN dissimule en son sein une trame scénariste et un développement de personnage totalement inattendu. Au delà des deux premiers tomes, la majorité des délires sont relégués aux recueils d'histoire courtes plutôt qu'aux 15 tomes principaux. Et si cette famille déjantée reste déjantée, les sujets touchés sont sérieux, et la trame principale est on ne peut plus solide et surprenante. en 3 tomes, les situations, vérités que l'on prenait pour acquises peuvent être quasiment renversées de tout au tout. Les personnages qui sont au départ laissés plutôt de coté, comme Ginka ou Gekka, s'avèrent par la suite être très complexes.

Qui plus est, les indices annonciateurs de la suite arrivent très tôt dans l'histoire, et c'est donc un scénario principal parfaitement construit et cohérent auquel nous avons affaire. Si l'on peut regretter parfois la faiblesse relative des scénarios par tome, le scénario global au travers des tomes est l'un des mieux construits qu'il m'a été donné de lire sur des LN.

Malheureusement, ce titre étant à ce jour non traduit, il faudra donc pour pouvoir en profiter savoir lire langue du soleil levant. Si cela vous est possible, je ne peux que le conseiller. L'anime effleure à peine les personnages, et occulte carrément l'histoire principale en enlevant tous les points qui y sont relatifs. Bien que n'étant pas le meilleur du genre, l'originalité de ce titre, son scénario et ses personnages hauts en couleurs en font une lecture très plaisante d'un bout à l'autre.

Autre : Kyouran Kazoku Nikki a permis à l'auteur de remporter la mention honorable au 6ème prix Entame (2004).

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zefyris
Jounin


Inscrit le: 14 Oct 2011
Messages: 1071
Localisation: Dome of Crystal Seers, Ultanash Shelwe

MessagePosté le: Dim 06 Avr 2014, 10:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

( Copie du thread sur l'anime, rassemblés en un seul post, sous spoil essentiellement pour éviter le post de 3km :] )

Je reviens pour parler du premier tome de Kyouran kazoku Nikki
Spoil:


Déjà, première remarque qui m'a fait sourire : (l'image n'est pas assez grande au dessus pour voir ce qu'elle a entre les doigts, sinon ça se remarquerait sans que je le dise x] ) : Tout comme victorique, la version LN de Kyouka est une fumeuse. Pas avec une pipe cette fois, mais avec des cigarettes. Décidément les persos loli que j'apprécie provenant d'adaptations de LN sont toutes des fumeuses dans leur version originale ou quoi xD.

Sinon, le tome 1 couvre la création de la famille ainsi que l'arc de Yuuka (avec la conclusion par la destruction de la famille Himemiya et l'intégration de senko dans la famille); soit simplement les 3 premiers épisodes.
C'est assez différent cela dit. L'anime prend le pari d'être encore plus déjanté que le LN et réécrire en bonne partie les scènes.
C'est un pari réussi puisque l'anime est très drole, mais je pense que j'apprécie plus la manière dont c'est traité dans le LN.

Déjà, dans le LN, jusqu'au moment ou Kyouka intervient pour résoudre le problème de Yuuka, pas une seule fois elle ne fait le moindre acte montrant qu'elle est autre chose qu'un trouble fete. Par exemple, le moment où Hyouka et Teika sont sur le point de s'entretuer et que Ouka pointe son arme sur Hyouka pour le faire s'arrêter, dans l'anime Kyouka apparait de nulle part et kick Ouka en lui disant de ne pas pointer une arme sur Hyouka et lui expliquant pourquoi? A ce moment dans l'anime Kyouka fait preuve de sang froid et de logique, montrant aussi qu'elle connait des informations détaillées sur les enfants, qu'elle a mémorisé.

En réalité, Kyouka n'intervient pas dans cette scène. Kyouka n'a qu'un intérêt mineur pour les infos des enfants, ne les a absolument pas mémorisé, c'est Ouka qui lui fait le résumé parce que ça la saoule de lire les feuilles.

Ce qui est assez sympa parce que du coup, personne dans la famille ne pense une seule seconde que Kyouka est capable de résoudre le problème de Yuuka qui subit de l'ijime à l'école. Quand ses deux petits frères se rendent comptent du problème, ils songent à demander de l'aide à leur père ou à leur grand frère ginka, mais jamais, surtout pas, à demander de l'aide à leur mère.
L'auteur insiste vraiment sur ce point. Tout le monde est persuadé non pas que Kyouka est la dernière personne à qui aller demander conseil; mais carrément que Kyouka n'entre même pas dans la liste des personnes à qui aller demander conseil.

L'ijime est beaucoup plus violent dans le LN aussi. C'est pas juste quelques coups qu'elle se prend à la fin. Elle est à terre, ruisselante de sang, et incapable de se lever, une ambulance vient carrément la chercher. De même, on a la liste détaillée d'exemple de ce qu'elle a subit par le passé avant de rejoindre la famille Midarezaki, et c'est absolument affreux. Ca va du diagnostique médical suite à une pointe du compas dans l'oeil ayant provoqué un écoulement du liquide interne de l'oeil et donc un aveuglement temporaire, à la liste des os cassés, des tentatives de suicides, du nombre ahurissant d'appels à l'aide aux numéros d'aide pour enfance maltraité etc, aux nombre hospitalisation pour demande de protection ou blessures, etc, la liste a de quoi faire blêmir.

Et pendant tout ce temps, même quand finalement toute la famille apprend le problème après que Yuuka ait été hospitalisé; même quand Yuuka déclare vouloir se suicider, Kyouka continue de déblatérer des idioties, voir des phrases de ce type

Au moment où la famille se rend compte que les poignés de Yuuka sont couvert de cicatrices de ses tentatives de suicide précédentes :

"Kyouka :Quand Kyouka sama était plus jeune, elle ne savait pas que "wrist cut" était une méthode pour se suicider. Lorsque j'ai entendu un jour que c'était très à la mode parmi les masses, j'ai demandé "oh, c'est quel genre de coupe de cheveux ?" et tout le monde s'est foutu de moi. Les mots en vogue dans le monde sont vraiment difficile à comprendre!
Ouka : Kyouka..."

Ou bien juste un peu plus loin, toujours dans la même scène :
"Ouka : Yuuka, il est hors de question que tu meurs. Se suicider, c'est stupide. Papa n'admettra pas ce genre de chose.
Kyouka : Exactement! Les humains peuvent gagner d'énorme sommes d'argent en vendant leurs propres organes alors qu'ils sont encore en vie. Faire s'envoler ce genre de big money avec la fumée du crématoire, c'est loin d'etre malin! Au moins si tu dois mourir, meurs après avoir contribué aux revenus de la maisonnée!
Ouka : C'est pas le problème. C'est pas le problème. Ce n'est pas où je voulais en venir. Dès que tu rejoins une conversation ça devient le bazar, donc tais toi pour l'éternité s'il te plait!
Kyouka : Tu demandes à un dieu de se la fermer? Mais c'est Ragnarok là!"

Autant dire que je n'aurais pas vu l'anime avant, et n'aurait donc pas connu le vrai tempérament de Kyouka vis à vis des problèmes que rencontre sa famille, qu'a ce genre de moment je me serais dit que c'était un personnage absolument détestable. La pauvre gamine est dans un état psychologique désespéré, et elle te sort ce genre de remarques déplacées.

Et ça prend donc tout le monde de court quand, alors que Ouka propose à sa fille de ne plus aller à l'école, Kyouka part au quart de tour et refuse cette solution en disant que c'est fuir, puis en proposant ce plan insensé de faire passer Yuuka pour un cyborg défenseur de l'humanité auprès de ses camarade de classe.

J'aime bien cette manière qu'a eu l'auteur de cacher soigneusement ce trait de personnalité de Kyouka qui fait la différence entre un perso exécrable et un personnage appréciable.

Il y a beaucoup d'autres différences de manière générale. Ouka n'est pas forcé à signer le mariage, il le fait de son plein gré; Kyouka est mauvaise en cuisine mais le résultat n'est pas un truc qui parle (là c'était abusé dans l'anime xD ), kyouka est encore moins réfléchie dans le Ln que dans l'anime, c'est juste qu'elle part en berserk quand on touche à sa famille.

De manière générale, le LN est beaucoup plus sérieux.
le traitement par exemple du sujet sérieux de l'ijime et la violence familiale sur des enfants est fait avec plus de profondeur.

...Même si bien sûr, avec une famille déjantée pareille, il ne faut pas s'attendre à des miracles, ce n'est pas non plus Satougashi no dangan wa uchinukenai que j'ai lu juste avant coté violence familiale, là au moins tout est bien qui finit bien.


Les personnages en dehors de la famille ne sont pas déjantés comme dans l'anime (le pretre qui les marie par exemple, où les pontes demandant à Ouka de se marier à Kyouka). Les sorties de kyouka par contre sont peut être encore plus phénoménales par leur absence totale de sens commun, et ouka a beaucoup plus un role de tsukkomi @ la kyon que dans l'anime.

Enfin, le LN Alterne des passages à la première personne (la famille tient un journal (nikki en japonais) où chaque membre de la famille y écrit en rotation journalière, le journal étant appelé "journal de famille (kazoku nikki)" jusqu'au moment où Kyouka rajoute sur la couverture... Vous aurez compris ce qu'elle rajoute x] ) qui sont des extraits du journal, et une narration classique.
Le résultat est assez rafraichissant, chaque personnage ayant des idées bien différentes sur ce qu'il faut écrire dans le journal.

Au final, il y a un boulot assez énorme pour refaire complètement dans l'anime la moitié des phrases et des scènes. Ce n'est pas un massacre comme C^3 qui détruit simplement tout; ici, c'est refait mais le résultat tient la route.

Gekka par exemple apparait sous sa forme véritable dès le premier tome, et punit Senko (on ne sait pas que c'est elle par contre, on l'netend parler mais senko ne la voit pas, elle est a terre en train de se tordre de douleur, tout ce qu'elle perçoit c'est une "présence" imposante derrière elle. De même le scenario organisé par toute la famille pour que les élèves apprécient à nouveau Yuuka se passe après que senko donne de l'argent aux enfants. Senko ne retente plus après ce passage de torturer Yuuka, alors que dans l'anime c'est après qu'elle augmente d'intensité.

Et ce n'est pas plus mal je dirais pour l'instant. Ca me permet de redécouvrir l'histoire de cette famille avec pas mal de surprises au vu des différences de taille x].


Le tome deux traite du voyage en lune de miel qui se termine sur une ile déserte pas si déserte. Je l'ai juste commencé, donc pour l'instant je ne peux rien dire de plus x].


Je continue avec le second tome.
Spoil:
Tout comme le premier, il donne une impression beaucoup plus posé que dans l'anime où le délire va vraiment très loin (tout le passage avec l'agence de voyage n'existe carrément pas dans le LN d'ailleurs).
Sans être aussi profond dans les réflexions que le premier tome (le sujet sérieux étant un peu moins concret et un peu plus philosophique sur les bords, cela n'a pas le même impact sur le lecteur), et cette fois ci Kyouka est magnifique dans ses plans comme dans ses remarques; elle n'a rien à envier à l'anime.
Gekka a la classe comme d'habitude (je crois que l'auteur l'aime bien en plus, c'est palpable comme nagato(haruhi) et kirika(c^3) dans leurs oeuvres respectives, ce qui annonce généralement du lourd à venir à propos du personnage dans les tomes qui suivent), la discussion Hyouka/Inuhiko est bien sympa aussi.
On continue sur le style mixte "journal de famille à la première personne"/"narration standard" qui n'est pas pour me déplaire non plus.

Le tome couvre la période sur l'ile déserte et s'arrête donc au retour à la maison (fin d'épisode 6).
Encore une fois, à part les très grandes lignes, l'anime a complètement refait le scénario et les scènes. Je commence à me demander finalement si c'était une si bonne idée de s'en aller si loin de l'oeuvre originale. On verra bien dans les tomes à venir.

Mais ça, ce n'est pas pour tout de suite du tout, car je ne les ai même pas encore sous la main x].


Me voici de retour pour le tome 3.

Spoil:


Et quel tome mes amis! Si le doute pouvais subsister sur le bien fondé de changer complètement le ton de la série pour en faire une série beaucoup plus déjantée dans l'anime, cette fois ci au moins c'est clair : non ce n'était pas une bonne idée.

Le tome trois couvre la période entre l'arrivée de shinigami 3ban et de Odessa (petite soeur de Kyouka) jusqu'à la fin du parc d'attraction dédié aux guerres historiques.
Que dire. Le tome alterne avec brio le ton léger caractéristique de la famille Midarezaki avec un ton beaucoup plus lourd, avec les tourments de Kyouka qui avec l'arrivé de Odessa et Siar doit faire face au désespoir à l'idée qu'elle n'est pas humaine, au désespoir de Shinigami 3ban (Kirisaki Shiruku) qui voit sa seule famille (Ouka) l'abandonner pour Kyouka, et du fait qu'elle doit faire face à l'idée qu'elle a plus ou moins abandonné tout droit au bonheur ainsi que son humanité en revêtant le titre de shinigami , au conflit intérieur de Ouka qui se doit de couper les ponts avec Shiruku mais ne souhaite pas la blesser en le faisant vu qu'il tient beaucoup à elle; on a le droit au passé très particulier de Shiruku en détail.
Des combats violents en veux tu en voilà avec les brutes que son Shiruku et Kyouka, et un nombre impressionnant de révélation sur la vraie nature de Kyouka complètement passées sous silence dans l'arc version anime.

Pour ceux que ça intéresse, les infos de Kyouka telles qu'elles auraient dû nous être données dans cet arc dans l'anime


Spoil:

Midarezaki Kyouka
Vrai nom : Vanessa Eldragon
Dans la langue Mazoku, son nom signifie "crépuscule" et "flamme blanche".

Race : Mazoku (race inconnue du monde humain qui n'a pas de corps, vit à la frontière entre la réalité et les rêves (domaine appelé le Makai), et se nourrissant des rêves des humains. Les Mazoku possèdent la capacité de posséder un corps physique en implantant leur volonté à la place du possesseur originel du corps ).

Historique : Vanessa Eldragon est la première reine des Mazoku. Avant elle, le chaos régnait parmi ses pairs. Elle a regroupé tout le monde sous sa bannière, a établi les lois régissant son peuple, a combattu et mené son peuple à la victoire face à une race qui menaçait son peuple d'extinction, a grandement amélioré le quotidien de sa race en améliorant les méthodes d'approvisionnement, et a reigné sur son peuple de façon juste et avisée. Pour son peuple, elle est à la fois un souverain éclairé, un héros de guerre, un stratège consommé, une inventrice de génie, et un politicien habile. Autrement dit, la crème de la crème de la crème de la race Mazoku.... Et aussi un traitre dont le nom n'est plus prononcé qu'avec dégout et mépris.

Il y a 20 ans, les Mazoku eurent à faire face à une menace inconnue et sans précédent : soudainement, les rêves des hommes n'arrivaient plus jusqu'à eux, étant probablement intercepté par une créature inconnue qui soit dévorait les rêves, soit tuait en masse les humains. Après avoir tenté de nombreuses solutions, face à l'impossibilité de mettre fin au problème, Kyouka réuni alors son peuple pour lui proposer une solution. Abandonné leur dignité en tant que Mazoku et migrer vers le monde des humains pour prendre possession d'eux, survivant ainsi en tant que parasites plutôt qu'en tant que race fière et indépendante.
Face à cette proposition, son peuple se scinda en deux. Une partie était prête à suivre, l'autre refusa catégoriquement.
Il est dit que suite à cela, la faction opposée arriva à coincer Kyouka, la blessant sévèrement et la forçant à prendre possession d'un humain pour fuir. Suite à cela, la faction
1)la poursuivie et déroba sa mémoire afin de s'assurer qu'elle ne divulgue rien du Makai chez les humains,
2) Installa sa petite soeur odessa sur le trone à sa place
3) s'assura que le nom de vanessa eldragon n'était plus prononcé qu'avec mépris au titre d'avoir commis le tabou de vouloir devenir un humain.

En réalité, la situation est quelque peu différente. Vanessa Eldragon n'a pas fuit, mais s'est sacrifié en prenant possession d'une terrifiante créature appelée "SYGNUSS" aussi appelée "dieu de la destruction" qui avait commencé à ravager les humains (note: c'est la créature qui a tué absolument tout le monde sauf shiruku dans son village do'rigine 20 ans plus tot) afin de la sceller en prenant possession de son corps. Le corps possédé par Kyouka n'est donc pas humain, et elle ajoute à son tableau d'exploit déjà formidable celui de sauveur de sa race, probablement sauveur de l'humanité, et de quasi-martyr.

Kyouka ne se rappelle de rien de cela. Sa mémoire commence 20 ans plus tot, où recueillie dans le royaume souterrain humain de Shangri-là, son étrangeté et son pouvoir lui vallèrent d'être adorée comme une déesse sous le nom de Kyoukya Eaeriaea, elle a vécu jusqu'à récemment. Afin de se prouver à elle même qu'elle est humaine, elle quite finalement ce peuple pour partir à l'aventure dans le monde humain, et se retrouve à la tête de la famille Midarezaki quelques temps plus tard.



l'une des scènes les plus soft du combat final du tome en image :

Pas trop la même ambiance.


Le tome 4 combine des histoires qui ont été détachées dans l'anime :
"le premier amour de Hyouka" (où Hyouka rencontre la petite soeur de la fille qu'il a tué dans le labo)
"La mélancolie de Chika" (où Chika et plus tard Kyouka enquetent sur une drogue qui transforme les gens en mi homme -mi bêtes)
"Electric butterfly" (la montée de Raichou (ex shinigami 2ban) au pouvoir au sein du department of supernatural affairs et le plan qu'il trame)
Dans le LN, on a la première partie de chacune de ces histoires puis la seconde partie de chaque, avant d'avoir deux parties qui lient le tout.
Spoil:

En réalité, le tout est lié puisque Dr Gebok qui est directement impliqué dans la rencontre entre hyouka et la fille ainsi que dans la tentative de démolition de Hyouka en lui faisant rappeler son passé sanglant, et que sur la même période c'est lui développe la drogue utilisée notamment par le père de la fille et qui transforme les élèves de la classe à Chika, tandis que c'est Gebok qui envoi le petit frère de Hyouka s'assurer que les membres de la famille Midarezaki (Chika/hyouka) qui enquetent ne se fassent pas blesser par la famille Yakuza mêlée à la production de la drogue (Momokusa), et que c'est l'electrique butterfly qui rend la totalité des mi homme mi bete fous de rage et a aussi construit la ville souterraine que Gebok hijack en partie pour lutter contre Hyouka vers la fin.

On a un certain nombre de notions ici qui apparaissent
1) le doute envers le department of supernatural affairs. Raichou ou l' "electric butterfly" est le plus grand criminel et traitre de l'histoire du pays et est revenu des enfers où elle avait été balancé. Elle est revenu sous forme complètement différente et avec des ailes et antennes de papillons, ce n'est pas dit mais vu qu'il connait le vrai nom de Kyouka (il l'appelle Vanessa à un moment), on peut sérieusement penser que l'apparence trahit la présence d'un Mazoku en elle. Elle arrive en quelques mois à éjecter les personnes de confiance et corrompre le reste du système et à atteindre le rang le plus élevé du service gouvernemental dont Ouka dépend. Ce qui met en porte à faux la famille Midarezaki(ainsi que shinigami 3ban) avec eux. On a même une scène où CHika est sur le point d'être sérieusement maltraitée par deux soldats du department.

2) Odessa, qui dans le LN a abandonné sa vindicte contre sa soeur Kyouka à la fin du tome précédent (contrairement à l'anime) est rapidement vue et amène deux autres problèmes dont on ré-entendra certainement parler plus tard : les mazoku sur terre sont traqués et éliminés (Odessa appelle cela "mazokugari", la chasse au mazoku) depuis peu de temps par un groupe inconnu. Odessa vient sur terre pour prévenir Kyouka du danger mais manque d'être tuée (sauvée par Hyouka) avant d'avoir franchit un seul quartier de la ville. Elle mentionne au passage que la situation du coté Makai est désespérée aussi, puisque les Mazoku sont au bord de l'anéantissement pour une raison différente qu'elle ne prend pas le temps d'expliquer, et donc qu'elle n'a pas de temps à consacrer aux rares mazoku ayant fait le choix de vivre sur terre.

3) Un lien est clairement visible entre Gekka (que Raichou appelle Enka (!!!) mais gekka s'énerve derrière et dénie... partiellement), Sygnuss qui est possédé par Kyouka, et Enka. Je me demande quel rapport ils ont. Les trois sont désignés sous le nom de dieux de la destruction. Ce lien n'existe pas dans l'anime. Gekka se lamente sur le fait que les hommes cherchent toujours le conflit, laissant entendre que sygnuss et elle même souhaitaient la paix. Ce qui est étrange, car sygnuss dans le tome 3 avait l'air extrêmement belligérant.

4) Plusieurs infos laissent entendre que la terre et plus particulièrement le department of supernatural affairs se préparent très sérieusement à une catastrophe qui viendrait du ciel. Hyouka et ses pairs ont été construits dans le but de se battre contre cela ( a l'insu de ses inventeurs tel que Gebok d'ailleurs), les canons sous la ville que l'on voit à la fin de l'arc ainsi que tous les abris pour la population aussi, et Raichou a l'air de vouloir mettre à l'épreuve les différents membres de la famille midarezaki pour les forcer à évoluer et être prêt face à cette menace.



.... En clair, un tome qui ouvre des tas de pistes pour la suite, je me demande comment l'auteur va lier tout ça. Le tome en lui était moins bon que le tome 3, mais clairement intéressant et très important pour la suite. Un tome qui donne donc clairement envie d'en savoir plus en laissant entendre que beaucoup d'infos que l'on a recup au début sont au moins des semi-mensonges. A suivre.

NB: la fin du tome 4 correspond à la fin de l'épisode 14. Certains épisodes sur la période sont complètement HS (le cuisinier empoisonneur, le chat qui se transforme en femme et ginka, et mujaki le pirate).


EDIT : j'oubliais un point. Dans l'anime; Raichou est ridiculisé en permanence , alors que c'est en fait un perso extrêmement inquiétant. Son apparence, son passé en tant que shinigami (IE: l 'un des humains les plus balèzes existants aux coté de shinigami sanban) comme en tant que terroriste (elle est surnommée "la courtisane terroriste" d'ailleurs), ses rapports avec les autres membres du DoSA, sa capacité à corrompre les posts clés comme Kumo, sa manière de se comporter... On a aussi le droit à un court combat entre Gekka et Raichou vers la fin du tome, ou Raichou montre une capacité à effectuer des attaques à distances surnaturelles (Gekka remarque que ce n'est ni de la magie ni scientifique, et qu'elle ne sait donc pas ce que c'est), bien qu'elle n'ait pas le niveau pour lutter contre Gekka.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zefyris
Jounin


Inscrit le: 14 Oct 2011
Messages: 1071
Localisation: Dome of Crystal Seers, Ultanash Shelwe

MessagePosté le: Mar 08 Avr 2014, 12:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

Après avoir reporté les textes de l'autre thread ci dessus, je passe maintenant à du neuf, puisque je n'avais jamais parlé des tomes suivants.

Les tomes 5 et 6 couvrent un seul arc, celui de la transformation complète en animal (et non pas comme l'arc précédent où la transfo était partielle donc) de l'humanité. L'arc est beaucoup plus long que l'anime, avec une vraie attention apportée à Madara (non, pas celui de Naruto ;o ) et son passé/lien avec Shakuya/Teika. La drogue du tome précédent a été remaniée avec des conséquences dramatiques sur sa vitesse de propagation dans l'eau contaminée et l'impact sur le genre humain.


Mais surtout, c'est un arc où l'auteur commence à abattre ses cartes au niveau du scénario. Avec le tome 3, on a pu voir que les infos donnés sur certains persos (en l'occurrence, Kyouka sur ce coup là ) pouvaient être complètement fausses. On a aussi pu voir, via le tome 4, que c'était le cas de plus d'un perso (gekka) , et en assemblant certaines phrases dites par Gekka, Sygnuss et Raichou au fil de ces deux tomes, commencer à douter aussi à partir du tome 4 de la réalité du but suivi par l'empire japonais dans la construction de la famille Midarezaki.

Cet arc est l'arc où Gekka se révèle à sa famille. Dans une longue discussion complètement inédite aux autres supports, elle explique la raison de sa venue sur terre, et Raichou indique clairement qu'il attend de la famille Midarezaki de résoudre le problème de la venue imminente de l'alien nommé GouyokuOu suite à sa promesse avec Gekka.
Plus encore que dans le 4ème tome, la position de Raichou devient complètement floue. Elle semble tramer quelque chose de pas net du tout, mais d'un autre coté, semble prête à défendre l'humanité du péril imminent. Au fait de détails vieux de mille ans que personne à part Gekka et Sygnuss, contemporains des faits, ne semble connaitre, le mystère autour de cet étrange personnage s'épaissit.

D'autant plus que Ginka semble reconnaitre en Raichou quelqu'un de complètement différent, qu'il appelle Ranmei, et semble bouleversé par cette découverte. Chika, sur les lieux, n'en est pas moins frappé de stupeur, mais ce moment est interrompu avant que l'on puisse en comprendre plus...

Cet arc est le début d'un lien permanent entre les faits et personnages d'il y a mille ans et les faits d'aujourd'hui. Ce phénomène va durer jusqu'au dernier tome, donc c'est récurent dans le récit : un certain drame autour d'une certaine famille reconstituée et de l'héritière du trone de l'empire japonais va prendre une place de plus en plus centrale dans le récit. Et des noms comme Warave, Sygnuss, Enka, Ruuya, Asaya, Akahige, Ranmei et Wakarazunomiya vont devenir centraux dans chaque arc, chacun ayant ses propres conséquences.

Et pour commencer, c'est au tour de Warave (Gekka), puisqu'à la fin du tome 6, à peine le problème de la drogue transformant en animal résolue, une pluie de cocons géants commencent à s'abattre sur toute la surface terrestre. L'heure est venue de tenir la promesse faite il y a mille ans.

Un arc qui sous ses premiers abords anodins introduit/développe nombres de personnages récurrents (Takahata, Madara, etc...) et est un arc charnière de l'oeuvre. A la fin du tome 6, le virage est fait, on est parti dans le vif du sujet. Et on a clairement compris que de nombreux mensonges se sont glissés dans les infos que l'on a eu au départ. Ce qu'on l'ignore encore, c'est à quel point c'est un tissu de mensonge. Et là, de belles surprises nous attendent.

EDIT : -----------------------------

L'arc suivant, tome 7 et 8 donc, reprend exactement où nous avait laissé la fin du précédent, sur une scène d'apocalypse.



Avec GouyokuOu qui vient comme promis après 1000 ans chercher Gekka, et amène avec lui, en tant que Dieu de l'univers, des tas de trucs. Genre des tas d'aliens agressifs par exemple. GouyokuOu se révèle en lui même un personnage fort sympathique; c'est assez amusant de voir que le "gerrant de l'univers" est un vrai romantique comme on n'en fait plus.

L'arc se révèle très bon, avec un très gros focus sur un nouveau personnage, Oasis, qui sera d'ailleurs le perso principal de l'un des deux tomes, l'autre étant centré autour de Gekka.
Les deux personnages sont plaisant à suivre, et si la romance autour d'Oasis est simple en soit, elle est efficace et la conclusion frappe fort (au propre comme au figuré).

Il est intéressant de constater qu'alors même qu'on pourrait penser qu'il s'agit de l'arc central sur Gekka, on apprend finalement assez peu de chose sur son passé (et pour cause, il va se révéler au centre de tous les tomes restant en étant dévoilé petit à petit), et qu'il est donc focus plus sur le développement émotionnel de ce personnage plutôt que son background.

Cet arc est aussi l'apparition de personnages extrêmement importants pour la suite, Kyuupi, amie d'enfance de Kyouka, et sorte d'ambassadeur du royaume de Shangri La; et Koucha, ex-chef du bureau des investigations et disposant de pouvoir importants sous les ordres direct de l'empereur japonais.

J'ai de manière générale bien aimée le développement d'Oasis et de Gekka dans ces tomes, ainsi que la proposition finale d'Oasis.
Ce sommet entre les trois partis ou chacun propose une solution différente pour résoudre la situation est une partie fantastique. Déjà GouyokuOu pris en flag de débaucherie par Gekka ça valait le détour, et Raichou est quand sacrément bâtard d'avoir amené Sygnuss à dire un truc pareil devant GouyokuOu. Et dans une telle tenue aussi. Le coup du si t'accepte notre proposition t'as la petite soeur en plus de la femme, onii chan; c'était violent. Et GouyokuOu qui était vachement intéressé, le con Very Happy (gekka a pas apprécié ahahah).

De façon plus globale, après le tournant du dernier arc, nous voici désormais complètement dans la résolution des drames/évènements qui se sont passé il y a mille ans. C'est vraiment surprenant.
Afin d'éviter que Oasis se serve de GouyokuOu pour détruire la terre, Gekka se sert à deux reprises de son pouvoir de téléportation, expédiant d'abord les deux hors terre, puis à l'autre bout de la galaxie. Séquence riche en émotion, où Ouka rejette Oasis complètement, à son grand désespoir. Mais elle épuise complètement ses pouvoirs avec le deuxième saut. Nous voilà avec la base de l'arc suivant, centré sur une gekka qui épuisée, va générer de nombreux problèmes d'une nouvelle sorte pour la famille Midarezaki.


EDIT 2 -------------------------------------

Le tome 9 est l'unique tome du 5 au 15 où l'arc est terminé au bout d'un seul volume. Cet arc est aussi le premier arc à ne pas avoir été adapté dans l'anime, qui se finissait avec les événements du tome précédent. Comme dit auparavant, l'anime a complètement occulté 90% des faits/évènements/discussions en rapport avec la trame principale de l'histoire de KKN, pour se concentrer sur les trames par arc. D'où l'impression échevelée de la trame dans l'anime.
Bref, le tome 9 marque le début d'un phénomène qui va continuer jusqu'à la fin du tome 11. Sur ce point, on pourrait considérer (et c'est ce que l'auteur fait de fait dans ses postfaces) que le tome 9 est à regrouper avec le 10 et 11. Le tome 9 traitre deux choses :

1) - Suite à l'utilisation trop massive de ses pouvoirs, gekka perd le controle et en est réduit à l'état de nourrisson. Qui plus est, contrairement à d'habitude, le choc est suffisamment violent pour que la personnalité de Gekka soit perdue au passage, et son esprit est lui aussi rendu à l'état de nourrisson.
D'après le DR. Hell et Raichou, Gekka récupérera probablement sa personnalité une fois qu'elle aura regagné ses pouvoirs. vu que ceux ci fluctuent avec les phases de la lune, suffit d'attendre et elle devrait en regagner suffisament.
Le problème? C'est que quand bébé gekka pas content, bébé gekka lance des décharges d'électricité à tout va. Ce qui rend sa proximité mortellement dangereuse, et surtout, ce qui consomme l'énergie regagnée au fur et à mesure... Et gekka, même en grandissant un peu, ne récupère pas sa personnalité non plus... Et puis Yuuka, de son coté, semble se comporter étrangement...



2) l'histoire de la famille de Gekka il y a 1000 ans commence à être racontée, alternant avec l'histoire ci dessus. C'est le fameux phénomène dont je parlais plus haut, qui va continuer dans les prochains tomes, qui seront mi-flashback d'il y a 1000 ans, mi histoire contemporaine. On retrouve donc Gekka (Warave), Sygnuss, Enka (yep, enka!), Ru'uya, Asaya, et akahige dans un premier temps. D'autres personnages trainent en arrière plan mais on ne s'en rend pas encore compte.

Cette partie flashback est d'une importance absolument capitale car TOUS les personnages qui prennent part à cette tragédie influent d'une façon ou d'une autre le présent depuis le début de l'histoire,e t vont apparaitre/être révélés au lecteur les uns après les autres au fil des tomes à partir de maintenant. Elle est menée de façon coordonnée avec l'avancée des évènements actuels, et nous montre les choses sous une lumière complètement différente. Et c'est là, LA, qu'on commence vraiment à réaliser à quel point l'auteur nous a sérieusement mené en bateau au niveau des infos fournis. Attention mesdames et messieurs, ça risque de secouer quelque peu.

Et ça commence donc dès maintenant avec Ru'uya. Dévorée par la haine des humains, ce personnage est la plus tragique victime de ce qu'il s'est passé jadis, et la source du plus grand regret de Gekka.


Un tome qui commence donc un retournement complet de la situation en 3 tomes. Dernier tome qui ne se centre pas sur la politique internationale d'ailleurs, puisque dès le prochain tome on met le pied en plein dedans pour ne plus vraiment en ressortir. Premier tome révélant ce qui s'est passé il y a 1000 ans. Très intéressant à lire, ce tome donne vraiment envie de continuer pour continuer à découvrir ce qui se trame derrière tout cet assemblage de mensonges qu'on nous balance depuis le départ.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zefyris
Jounin


Inscrit le: 14 Oct 2011
Messages: 1071
Localisation: Dome of Crystal Seers, Ultanash Shelwe

MessagePosté le: Ven 11 Avr 2014, 11:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Passons aux tomes 10 et 11, qui forment l'arc appelé "conférence internationale"
Le plus puissant groupe financier de la planète, qui tient ni plus ni moins les rênes dans la majorité des domaines et dans tous les pays d'énormément de devises et de marchandises: Warazunomiya. En tant que pays, froissez les et vous pouvez vous préparer à la récession pure et simple de votre pays.
La personne à la tête de ce groupe ne se montre jamais, l'on ignore même à quoi il ressemble. La seule personne qui apparait sur les écrans, la jolie mais naive et idiote Wakarazunomiya Million, qui est son épouse et son pantin. Million qui est aussi le bailleur de fond derrière l'ascension de Raichou à la tete du Bureau, et seule maitresse de Kumo, chargé par elle de surveiller Raichou.

Ce pantin qui n'a pour fonction que celle d'apparaitre devant le public annonce soudain au lendemain de la résolution de l'incident alien une conférence regroupant tous les gouvernements du monde, dans un lieu encore tenu secret, pour une raison absolument inconnue.
Et la famille Midarezaki est invitée. Ils se rendent sur l'étrange citée-bateau qui doit les y conduire.
Et au milieu des dignitaires de tous pays, un étrange jeu de mascarade commence, le tout orchestré par Million, ou plutôt Moyoko, soeur biologique de Yuuka et Chika, qui pourrait bien avoir trompé son monde depuis le début sur sa naiveté...

Le tome 11 se passe d'un bout à l'autre en huit clos sur un immense navire-cité, ou tout le monde a été dispersé, portant un masque non enlevable, sans aucun moyen de communiquer avec ses proches par téléphone ou autre, et avec pour seule monnaie pour survivre une monnaie appelée "million", qui n'existe que sur le bateau et que chacun a reçu en part égale au début du trajet. Et le moindre acte est payant. Commence une étrange mascarade forcée où chacun va réagir de façon différente, tandis que leur moindre fait et geste est surveillé et soigneusement analysé. Mais dans quel but...?

Tome 11-

Wakarazunomiya Million est morte. Assassinée par balle et à coup de grenades sous les yeux des dignitaires et de la famille midarezaki. Coup de tonnerre sur la scène mondiale. Les retombées risquent d'être effroyables.
Le coupable? Koucha. Mais il transforme Raichou en bouc émissaire. il faut dire qu'avec son passé de condamnée à mort et son surnom de "Terroriste courtisane", Raichou fait le bouc émissaire parfait. Surtout si elle est morte avant de pouvoir être interrogée. Ce qui est le cas. Accourant pour sauver sa maitresse et bailleur de fond Million, elle est intercepté par les forces de Koucha et immédiatement jugée coupable et exécutée par Shinigami 3ban, qui la découpe en deux dans le sens de la longueur. Raichou est morte, et bien malin qui pourrait dire qu'elle n'est pas la coupable.

Ou du moins, c'est ce qu'on aurait pu croire. La conférence semble ne pas être annulée malgré la mort de celle qui l'organise. Sa propre mort elle même pourrait bien avoir été un simple coup de maitre de Million, qui semblait avoir tout prévu. Et par sa mort, les filets se referment sur un homme qui agit dans l'ombre depuis des temps immémoriaux. Lorsque la conférence commence, le mari de Million abat ses cartes l'une après l'autre froidement. A la clé, un nouvel ordre mondial implacable. Dans l'ombre, le père adoptif de Kyouka, Bartholo Dandemion, qui en l'absence de Kyouka est à la tête du royaume souterrain de Shangri La , commence lui aussi à bouger.
Et voilà qu'une étrange démone humanoide immortelle, Ranmei, fait sa réapparition. L'immortelle Kizakura Ranmei, étroitement lié à Ginka, et qui avait cessé depuis des siècles de s'intéresser au monde des hommes, décide soudain d'agir de façon surprenante, sortant de sa neutralité.

Tous les acteurs sont en place. Des desseins vieux de mille ans se percutent. Et au centre, la famille Midarezaki, ballotée par les nouvelles dimensions d'un conflit qui les dépasse complètement...



--
L'arc de la conférence mondiale marque de très gros changements sur le ton de l'oeuvre et énormément de révélations qui renversent beaucoup des réalités que l'on tenait pour acquises. Dans la continuité du tome 9, le récit de la tragédie d'il y a mille ans continue à se révéler sous nos yeux en alternance avec le récit de la conférence.
Un arc qui m'a bien plus de par son ton résolument sombre et ses grosses surprises dans la trame du scénario, très bien amenées d'un bout à l'autre. Des trucs comme ça, perso j'en redemande. Qui aurait pu croire que l'oeuvre pourrait prendre une telle direction à la lecture des premiers tomes. Et qui aurait pu croire que la réalité derrière la légende d'Enka était quelque chose comme ça. Avec la fin de cet arc, tout est en place pour le show final, qui va se décomposer en deux arcs, dont un premier focus sur la pas banale Ranmei.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Light Novels Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum