Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Onani Master Kurosawa

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Seinen Manga
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Doughnut
Genin


Inscrit le: 30 Juin 2012
Messages: 470

MessagePosté le: Ven 17 Aoû 2012, 10:42 pm    Sujet du message: Onani Master Kurosawa Répondre en citant



Genre : seinen, psychologie, romance
Auteurs : Ise Katsura (scénario), Yoko (dessin)
Volumes parus : 4
Statut : Terminé
Autre : il existe un épilogue, After the Juvenile en deux chapitres au format roman.


En ce moment j'ai de la chance, j'accroche directement à toutes les séries sur lesquelles je tombe. Onani Master Kurasawa n'est pas très long, le titre comme les couvertures ne donnent vraiment pas envie, et pourtant, il s'y passe beaucoup de choses.

Le cadre de l'histoire a de quoi rebuter : Kurasawa est un collégien en pleine puberté dont le hobby secret et quotidien est de se masturber dans les toilettes des filles au 3e étage de son école. C'est un type associal et orgueilleux, qui méprise ses camarades de classe, qui ne s'intéresse à rien et qui ne rêve d'aucun avenir. En fait ses séances dans les toilettes le confinent d'autant plus dans un monde complètement fermé qu'elles représentent le seul plaisir de sa morne vie.



Pourtant, en une ligne : c'est une histoire d'erreurs, de rédemption et de ce qui se passe entre les deux.

Pour écarter d'abord d'un revers de main tous les préjugés que je sens déjà prendre forme, OMK n'est pas un manga H. On ne trouve guère que quelques scènes de fantasme par-ci par-là, et pas une seule ne peut être véritablement considérée comme du fanservice. Amateurs de petites culottes, passez votre chemin.
OMK est encore moins un manga comique. Si l'on est bien dans un contexte school life/slice of life, OMK est avant tout un seinen psychologique.

Vous l'avez compris, ce n'est pas un manga joyeux, du moins pas dans sa première partie. Et si je l'ai trouvé aussi bon, c'est avant tout pour une chose : son réalisme. Rappelons que la perversité intérieure du héros, décrite sans compromis et dans toute sa vulgarité n'en est pas moins normale à son âge.



Pas de faux-semblant, pas de voile pudique, OMK est une œuvre très dépouillée de ce côté ; le manga sacrifie une certaine forme de beauté (il la trouve ailleurs, j'y reviendrai) pour s'approcher au plus près de la réalité. Et le pari est réussi. On peut vraiment assimiler, sans honte, le personnage de Kurosawa. Car celui-ci ne sort pas de nulle part, au contraire, il représente un profil qui lui est bien réel, et surtout, que je crois que nous (à des degrés divers s'entend) avons tous eu en nous quand nous avions le même âge. Qui n'a jamais évité de fréquenter certaines personnes "parce qu'elles craignent" ? Qui ne s'est jamais amusé une seule fois des malheurs subis par la tête de Turc de sa classe, participant indirectement à son humiliation publique ? Des exemples d'aspects abordés parmi tant d'autres.

L'histoire, bien consistante, ne s'arrête bien sûr pas aux petits jeux de Kurosawa.



On le voit témoin de l'humiliation systématique d'une fille de sa classe.
On le voit se faire piéger.
On le voit tomber amoureux pour la première fois de sa vie.
On le voit faire l'expérience de la jalousie, de la frustration, de la déception et du regret.
Enfin on le voit apprendre à se repentir, s'excuser, et rebâtir. C'est l'histoire, ou plutôt un moment de l'histoire d'un ado qui va à l'extrême et qui choisit malgré tout de grandir.

C'est de ce point de vue là que je trouve l'histoire jolie. Chaque scène, chaque passage a un sens, et leur enchaînement forme du début à la fin un ensemble parfaitement cohérent. Les auteurs voulaient raconter une anecdote. Ils l'ont fait complètement. Et pas n'importe quelle anecdote : la morale d'OMK, mise en perspective avec, au pif, le nindo d'un certain "ninja" semble soudain donner sens au mot "courage". De la profondeur. Voilà qui fait toute la différence.






On a vu mieux en matière de dessin, il faut reconnaître que c'est un style assez unique. Très cru, au coup de crayon complètement apparent, il met une certaine ambiance qui en fait colle très bien à l'histoire. Les ombres prennent de l'importance, accentuant encore plus le relief créé par le ton réaliste du manga. Finalement je m'y suis habitué sans peine, et après coup je me sens assez stupide de ne pas avoir lu OMK plus tôt juste parce que les dessins ne me disaient rien au premier abord.



Pour toutes ces raisons OMK est une sorte de leçon de vie qu'on aurait peut-être du lire quand on avait cet âge, mais qui en même temps demande du recul pour être appréciée dans son intégralité. Surprise (essayez donc de deviner la ending girl), réalisme et complétion, voici pour moi les clés qui font de ce manga un chef-d’œuvre qu'on pourrait malheureusement manquer très facilement.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le Cousin
Membre de l'Akatsuki


Inscrit le: 19 Oct 2008
Messages: 3206
Localisation: au bureau des affaires des chats

MessagePosté le: Mer 08 Mai 2013, 1:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Koe no Katachi m'a emmener sur la piste de ce manga et... wow. Je dois dire que ce n'est pas mauvais du tout. En fait, c'est même franchement bon, dans la même ligné que Koe no kataci ou que Aku no Hana. Je ne suis qu'au tome 2, mais j'ai mordu à l'hameçon et j'ai accroché. On voit bien les dynamiques ridicules qu'il peut y avoir dans les classes du secondaire, entre ''l'élite'' et la ''plèbe'' qui s'entre-déchire. Et le personnage principal, Kurasawa, est quelques chose. Bien que forcé d'agir contre son gré, il n'est pas soumis pour autant et reste bien en contrôle.

Un bon petit manga, bien que le trait de crayon ne soit pas des mieux réussit à mon avis.

Édit: bon, j'ai terminé ce qu'il y a de disponible.

D'abord: j'ai eu le sentiment que les coups bas que Kurosawa fait durant ça phase ''sombre'' étaient un peu trop... comment dire, redondant? Ça faisait un peu comme un Rambo tirant sur tout ce qui bouge (oui, mauvais jeu de mot Wink ). Et l''arc'' rédemption est aller un peu facilement, Kurosawa bénéficiant de plusieurs situation favorable pour s'en sortir.

Cependant, malgré ces petits ''défauts'', le manga est excellent. Voir Kurosawa se briser avant de souiller les autres élèves, puis sortir sa tête de la boue et affronter la musique est magique. Le voir ensuite tenter de changer, aidé pas l'ami qu'il avait toujours rejeté, est beau. Et la fin, alors que d'un côté il ''sauve'' Kitahara tout en se rapprochant de quelqu'un de surprenant, est très bien emmenée. Un des très bons mangas sur le thème, même si les dessins sont un peu brouillon.

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Doughnut
Genin


Inscrit le: 30 Juin 2012
Messages: 470

MessagePosté le: Mer 08 Mai 2013, 2:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Héhé, content que tu aies apprécié OMK. Effectivement les premiers chapitres du manga sont plus un genre de comédie noire (avec les clins d'oeil à Death Note et Code Geass entre autres), et l'histoire prend un peu de temps à vraiment décoller. Du coup aussi la deuxième partie du manga étant plus courte, elle fait peut paraître un peu "facile" même si je trouve juste que tout ce qu'il y avait à dire a été dit sans chercher à traîner.

Le monologue intérieur de Kurosawa juste avant qu'il accomplisse son dernier forfait m'a vraiment fait forte impression, et puis le point culminant représente l'acte le plus courageux que j'ai pu lire tous mangas confondus. Beaucoup plus intense que tous ces héros de mangas de baston qui se relèvent sans cesse.

Si ça peut t'intéresser le dessinateur (Yokota) a fait un doujin, Molester Man, basé sur une histoire vraie recueillie sur 2chan. Les deux œuvres sont très différentes, MM se la joue beaucoup plus comédie notamment, mais quelque part on reconnait bien le genre de Yokota, et pas seulement dans son coup de crayon (je te l'accorde, assez brouillon mais pas moche pour autant).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le Cousin
Membre de l'Akatsuki


Inscrit le: 19 Oct 2008
Messages: 3206
Localisation: au bureau des affaires des chats

MessagePosté le: Mer 08 Mai 2013, 3:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que ce moment là est particulièrement intense. Tout comme toi, j'ai rarement vu un acte aussi courageux.

Mais je trouve tout de même que la rédemption est aller plutôt facilement. Je vais donner un exemple: sa relation parental et avec l'école. J'aurais aimé voir comment cet acte affecte sa vie familiale, comment l'école le punis, etc... Tout cela est passé en sourdine, peut-être pour mettre l'emphase sur la relation dans la classe. Le tout est pratiquement bouclé en 3-4 chapitres, où il redevient ami avec la majorité des personnages ''nommés'' et, au final, il est même réaccepté dans le groupe... C'est surement, comme tu le dis, le déséquilibre entre les deux phases qui accentue ma perception de cette ''faiblesse''.

Néanmoins, c'est un très bon manga et j'ai même envie de la glisser dans mon top Wink

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Arlia
Reverse Thinker


Inscrit le: 12 Jan 2009
Messages: 18721

MessagePosté le: Mar 27 Mai 2014, 9:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah ouais.
Wow.

Dire que c'est un doujin ce truc, de temps en temps y'a des trucs qui déchirent dans le lot.

Donc Kurosawa. C'est prenant, et ça va vite. A vrai dire j'ai enchainé l'ensemble de la série avec le novel avec.
Très intéressant avec son personnage principal. Au delà de son fantasme qui n'est que l'illustration de sa situation sociale au final, son développement c'est quand même quelque chose.
Nous partons d'un gars isolé, qui vit dans son propre petit monde qu'il va faire exploser dans les toilettes jusqu'à ce qu'il se fasse attraper. Toutes les missions avec Kitahara, quand il se sent puissant, c'est du bon.

Quand il sort enfin la tête de sa carapace pour se prendre un énorme coup de marteau sur son pauvre petit coeur, c'était du bon aussi surtout avec les conséquences que cela a. Il découvre aussi que les gens changent au contact des autres là encore c'était du bon. Et surtout les dessins qui s'accompagnent pas dans la qualité du trait mais dans l'expression de certains visages et les positions prises par Kurosawa au niveau des mains.

La surprise du chef avec Sugawa. Celle là je l'ai clairement pas vu venir au début de la série vu ce qu'était Sugawa. Leur histoire continue sur quelques pages quelques mois plus tard dans le novel, novel qui montre aussi que certains autres personnages doivent se séparer pour après le lycée...

M'enfin on voit comment Kurosawa arrive à se construire une vie après ses erreurs et avoir supporté tout ce qu'il prend dans la tronche pendant sa rédemption. Il a une récompense à l'arrivée, c'est du bon. Lui même change énormément.

Content de ma lecture.

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Doughnut
Genin


Inscrit le: 30 Juin 2012
Messages: 470

MessagePosté le: Mer 28 Mai 2014, 11:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Hehe, oui, le style est assez unique mais c'est plutôt difficile de considérer le doujin comme une mauvais pioche ! Si tu as aimé je t'encourage à lire Molester Man, à peu près aussi long et tiré d'une histoire vraie. Pas vraiment le même genre mais il y a un petit air de famille vu que c'est le même dessinateur.

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Arlia
Reverse Thinker


Inscrit le: 12 Jan 2009
Messages: 18721

MessagePosté le: Mer 28 Mai 2014, 11:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ah je considère pas le doujin comme quelque chose de mauvais, quand je vois la tragédie incroyable qu'est Touhou Little Reimu en deux actes, deux actes horribles dans leur dénouement, je m'attends à trouver des titres de ce niveau de temps à autres.

Je pense que je lirais Molester Man un jour, tout comme Onani Master Kurosawa il était dans la liste de "A lire". J'ai mis des plombes à lire le premier, ça presse pas là :p

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Seinen Manga Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum