Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Ze bible(the yaya testament)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  

notes
5/5(trop bon)
16%
 16%  [ 2 ]
4/5(bon)
41%
 41%  [ 5 ]
3/5(moyen)
16%
 16%  [ 2 ]
2/5(en desous de la moyenne)
0%
 0%  [ 0 ]
1/5(pas terrible)
0%
 0%  [ 0 ]
0/5(nul)
25%
 25%  [ 3 ]
Total des votes : 12

Auteur Message
chedi
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 03 Aoû 2007
Messages: 100
Localisation: ici

MessagePosté le: Ven 15 Aoû 2008, 7:44 pm    Sujet du message: Ze bible(the yaya testament) Répondre en citant

"Desole pour les fautes d'orthographes"
bon, voila, je voudrais vous faire part de c'ette "parodie" de la creation de l'univers:(deconseillée aux croiants)


Au commencement Dieu créa la terre et le ciel, ce qui n’est déjà pas mal vu qu’avant, il y avait rien, même pas un MacDonald*. Il vit qu’il était déjà 17h30 et pour garder du boulot pour le lendemain, il décida de débaucher parce que bon ,y’a pas de raison de faire des heures sup’. Dieu dit « Je prendrais bien une bonne bière bien fraîche. »,mais il réalisa qu’il n’avait créé ni le malt ni le houblon, encore moins l’orge,et encore moins le verre. Déçu, Dieu rentra chez Lui en trainant les pieds. En ce temps béni, les ténèbres couvraient la terre et comme Il avait peur de se prendre les pieds dans sa toge, Dieu dit : « que la lumière soit, bordel de bite de con, fait chier » car il s’était finalement pris les pieds dans sa toge. Et la lumière fut. Et Dieu dit « Que la lumière soit, mais moins fort, ça m’éblouit. » Et la lumière fut, mais moins fort parce que ça L’éblouissait. Dieu vit que la lumière était bonne et décida de la garder, ça pourrait toujours servir à quelque chose. Il sépara la lumière des ténèbres et appelle la lumière « tractopelle » et les ténèbres « quelque chose qui tombe tard le soir et pendant lequel on ne voit rien du tout et où on peut se prendre les pieds dans sa toge. ». Il se dit que finalement ce n’était pas très vendeur et appella les ténèbres « nuit ». Il ne toucha pas à « tractopelle » car il trouvait ça joli. Dieu vit que tout cela était bon et puis de toute façon, bon ou pas, personne ne viendrait critiquer.

Le lendemain, Dieu revint sur son chantier et dit : « Fait pas chaud aujourd’hui », ce qui prouve que Dieu n’a pas toujours quelque chose d’intéressant à dire ; je sais, ça n’apporte rien à l’histoire mais bon, ça désacralise un peu sa position vu que, des fois, Il commence à prendre le melon.Tout ça parce que Monsieur a créé l’Univers. Moi aussi, si je pouvais, j’le créerais, l’Univers. Bref, après avoir enfilé une veste sur son pull, Dieu dit : « Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux et qu’il sépare les eaux d’avec les eaux . » C’est très joli comme formule pour dire qu’Il a créé la mer et le ciel ; c’est vrai que s’Il avait dit « que la mer et le ciel soient. », c’est plus aride et moins poétique, mais bon, je m’égare. Ensuite, Dieu, qui n’était pas un fainéant, créa la terre en disant cette formule : « que les eaux qui sont sous le ciel s’amassent et qu ‘apparaisse le continent .» Comme il n’avait rien d’autre à faire, Il appela le continent Terre et la masse des eaux « mers » mais maintenant que j’y repense, « clé de douze », ça aurait pu marcher aussi, mais moi pour ce que j’en dis. Dieu, qui décidément en ce troisième jour était très motivé pour bosser, dit : « Que la terre verdisse de verdure (je sais ça fait un peu débile de dire ça, à croire qu’Il nous prend un peu pour des cons, comme si on allait s’imaginer que la terre verdirait de marron ; Dieu, faudrait qu’il arrête de nous prendre pour des buses des fois, non mais, alors..) » et puis Il dit tout un tas de trucs après mais on s’en fout ; le résultat, c ‘est qu’il y a des arbres . Je veux dire, on s’en branle de la phrase exacte, l’important c’est le résultat et là le résultat, c’est qu’Il a créé les arbres et l’herbe. Non, pas cette sorte d’herbe à laquelle vous pensez, je vous voit venir avec vos grosses volutes de fumée bleue. Non, c’est juste de l’herbe toute con, enfin, oui, bon, évidemment il y bien l’herbe qui fait rigoler bêtement, mais c’est pas de Sa faute, Il s’est un peu mélangé les pinceaux en créant tout ça ; mais, il faut Le comprendre, c’était la fin de la journée, Il était crevé, alors il a peut-être fait une ou deux conneries. Je sais, vous allez me dire « Et si tout le monde faisait pareil, on n’en sortirait jamais. ». Mais c’est pas n’importe qui, c’est Dieu, alors vous pensez s’il s’en fout des conneries qu’Il a pu faire.

*McDonald, tous droits réservés pour vous faire bouffer de la merde. Ainsi se termine cette troisième journée bien remplie et Dieu se dit qu’il en foutrait moins lourd le lendemain parce que bon,’ fallait pas abuser tout de même.

Ce quatrième jour, Dieu dit : « qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour de la nuit » et Il créa les lampes halogènes. Il se rendit compte alors que c’était un peu stupide d’avoir créé ça, vu qu’il n’y avait même pas de prise pour les brancher. Et puis il se dit que ce type de luminaire, c’était bien pour avoir une ambiance douce dans un appartement mais pour calculer les calendriers, c’était zéro.

Désappointé par son erreur, Il se mit en quête d’une lumière plus puissante ; il essaya les spots, mais c’était trop faible, la boule à facettes, mais Il se dit que ça faisait pas sérieux, et il créa finalement deux grandes sources lumineuses. Elles éclaireraient à jamais la destinée de toutes les créatures que cette Terre porterait (cette phrase m’a été aimablement donnée par le poète Francis Lalanne qui passait justement à la maison et qui m’a demandé : « qu’est-ce que tu écris ? », alors je lui ait répondu que j’étais nègre pour Dieu et que je lui écrivais Son livre, comme j’avais fait Céline Dion et Sulitzer, et là mon Francis, il me sort cette phrase, alors je l’ai notée pour lui faire croire que je m’intéresse à ce qu’il fait mais en fait j’en ait rien à branler de sa poésie à 2 balles pour romantique de mes couilles, bordel de bite à con, chié.) Puis Il se rendit compte que le jour ça irait, un astre suffirait à contenter tous les êtres qu’il s’apprêtait à façonner, et de toute façon Il avait créé le soleil (c’est ainsi qu’après brainstorming avec les anges puis vote, Il avait décidé d’appeler l’astre du jour) assez puissant pour aveugler quiconque le regarderait trop longtemps en face. Pour le jour, c’était donc réglé. Mais il subsistait le problème de la nuit, car pour que la nuit reste noire (ce qui est l’essence de la nuit sinon c’est le jour, évidemment), Il avait créé le second astre avec une luminosité plus faible et quand la nuit vint Dieu se rendit compte que ça faisait un peu vide tout ce noir, donc pour combler un peu Dieu prit des cristaux du sol et les lança dans le ciel formant les étoiles (je sais, on n’y croit pas mais bon moi je fais ce qu’on me dit de faire). Non seulement ça faisait joli dans le firmament mais en plus en les reliant on pouvait dessiner des formes rigolotes. Dieu se dit en rigolant dans sa toge : « A tous les coups, il va y avoir des cons qui vont croire que ça veut dire quelque chose. » et il rentra chez lui. Quatrième jour.

Le jour suivant, tandis que le soleil nouvellement créé brillait de tous ses rayons, Dieu dit : « Que les eaux grouillent d’un grouillement d’êtres vivants (ce qui prouve entre parenthèses que c’est pas le vocabulaire qui L’étouffe.) et que des oiseaux volent au-dessus de la Terre contre le firmament du ciel . » et il en fut ainsi. Dieu créa toutes les petites bébêtes qui nous emmerdent partout où on met les pieds, il créa par la même le mérou et la méduse, animaux aussi inutiles à l’existence du reste des êtres portés par la terre que peut l’être un cerveau pour une animatrice de TF1, mais comme TF1 n’existe pas encore, on s’en fout un peu.

Dieu déclara à tous les êtres qu’Il venait de créer : « Allez-y les copains, baisez comme des fous, faites une partouze géante, qu’il y en ait partout. ».Puis Il réalisa qu’il s’était un peu emporté et que Ses mots avaient dépassé Sa pensée, Il tenta donc de rectifier le tir : « Euh, enfin ce que je veux dire, c’est : reproduisez-vous, soyez féconds, emplissez l’eau des mers, et que les oiseaux multiplient sur Terre . », parce que ce n’était pas chose aisée pour les oiseaux que de se reproduire en altitude, chose commune à tous les êtres vivants, sauf pour les girafes.

Ce fut ainsi que se déroula le cinquième jour. Petite journée.

6ème jour, mission : créer les bestioles, les bestiaux et les bêtes sauvages, en langage d’adulte, les insectes et les animaux macroscopiques (j’t’en foutrais moi, des bestioles et des bestiaux, on est pas en maternelle ici..).

Il créa donc le teckel à poil ras, qui a eu du mal à émerger face au tigre et au lion dans la lutte effrénée entre tous les êtres vivants, mais il créa également le bigorneau qui eut un peu moins de mal à se développer et on se demande un peu pourquoi. Dieu dit alors : « Tiens je créerais bien un animal plus intelligent que les autres, dont la magnificence n’égalerait que son infinie sagesse et sa capacité à aimer. »Et il créa le labrador. Dieu se dit également : « Je créerais bien aussi une créature à mon image, pour faire joli dans le paysage. Faisons l’homme à notre image. » (Quand je vous disais que Dieu des fois, il prend un peu le melon.)

Dieu créa l’homme et la femme et leur déclara d’une voix solennelle et profonde, empreinte d’une sagesse et d’une bonté qu’on croiraient infinies (je dis ça mais en fait c’est juste de la lèche au patron.), deux points, ouvrez les guillemets, doucement et avec respect : « je ne sais pas pourquoi, j’ai un mauvais pressentiment sur vous deux mais bon, ce qui est fait est fait, je ne vais pas revenir sur ma décision de vous créer mais sachez que si vous essayez de m’enculer, ça va chier dans le ventilo. Alors je vous conseille de vous tenir à carreau, capicce ? »(Après mûre réflexion, Il décida d’ôter ce passage de la première ébauche éditée et qui a pourtant servie de base à une religion ridicule.)

« Bon, allez, soyez féconds, et dominez sur toute la Terre et même sur les fauves cruels mangeurs d’hommes et sur les communistes, moi je rentre à la maison, je suis crevé. » Ainsi se termina le sixième jour. Dieu refit les comptes le lendemain et constata qu’Il avait tout créé et que donc il pouvait s’accorder un jour de congé, fallait pas trop pousser tout de même. Il le sanctifia parce qu’il n’avait rien branlé de la journée et un jour où on ne fout rien est toujours un jour béni.

Quand Yahvé Dieu créa la Terre, pour ainsi dire, yahvé rien dessus (ce calembour miteux m’a été suggéré par M.Francis Perrin, honnissons ce sinistre cuistre.) Il n’y avait aucun arbuste, aucun brin d’herbe ayant poussé car Yahvé Dieu n’avait pas encore fait tomber la pluie sur les champs et aucun agriculteur n’était là pour y mettre des nitrates et des pesticides pour faire pousser son maïs transgénique qu’il aurait ensuite mélangé à des carcasses de moutons, de l’huile de vidange, du sirop pour la toux (pour que les bêtes ne tombent pas malades) et de l’urine recueillie lors du solstice d’hiver après diverses incantations (je précise à tous ceux que ça intéresse que je développerais plus particulièrement le sujet quand j’écrirais la bible satanique.) pour donner à manger aux bêtes . Cependant montait du sol un flot qui arrosait la terre (on se demande un peu comment ; des fois je me dis qu’Il doit un peu abuser de Ses créations illicites.), alors Dieu modela la glaise et forma ainsi l’homme. A ce propos on ne peut que se féliciter que Dieu fût un peu conservateur en matière de structure, je vous dit pas le gueule qu’on aurait si il avait eu la sensibilité artistique de Picasso ou de Dali. On aurait la tête en forme de losange ou toute molle avec des tiroirs nous sortant du nez, ce qui il faut en convenir ne serait pas du plus pratique pour se moucher. Mais Dieu avec tout le classicisme qu’on lui connaît créa l’homme comme une sculpture de Michel Ange, avec une quéquette un peu plus grosse quand même faut pas abuser. Il insuffla dans ses narines une haleine de vie ; l’homme ouvrit ses yeux et lui dit : « Pouah, je sais pas ce que tu as mangé à midi mais tu refoules du goulot ! » et Dieu lui répondit avec compassion : « Ta gueule, c’est pas ma faute j’ai mangé des escargots à l’ail. Et de quel droit tu me tutoies, après tout, je suis ton créateur, et tu me dois le respect, bordel de moi-même. »
Yahvé Dieu planta un jardin en Eden à l’Orient. Bon c’est vrai qu’il y avait plus près qu’Eden en orient mais il faut reconnaître qu’Eden en Orient, ça sonne mieux que Melun dans le 77. C’est pourquoi on dit le jardin d’Eden et non pas le jardin de Melun. Il y mit l’homme qu’il venait de créer et fit pousser toutes sortes d’arbres (dont le mélèze et le bégonia rose, ce qui n’a à priori aucun interêt mais bon on ne sait jamais, il y en a peut-être quelques uns que ça va intéresser.), beaux à regarder et bons à manger. Malheureusement l’homme découvrit que les feuilles d’arbres, c’était pas génial comme repas et que le bois est difficilement digérable pour un être qui ne s’apparente que de très loin à la termite. L’homme reprocha à son divin créateur de ne pas lui avoir laissé de mode d’emploi avec les arbres. Dieu lui répondit qu’on ne pouvait pas toujours penser à tout. Au milieu de ce jardin merveilleux se tenait l’arbre de vie, qui n’était ni un mélèze ni un bégonia rose ; certains pensent que c’était en fait un géranium et d’autres un pommier ; il existe beaucoup de théories sur la nature réelle de l’arbre de vie qu’aucun scientifique n’a jamais pu vérifier à ce jour. Et à vrai dire tout le monde s’en branle et c’est très bien comme ça.
Donc au milieu du jardin se tenaient l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal (entre nous soit dit c’est un peu débile de donner à un arbre la faculté de désigner le bien du mal, d’ailleurs moi je la connais, la définition du bien : c’est tout ce qui peut contribuer à mon plaisir personnel exclusif, alors j’ai pas besoin d’un arbre à la con pour me dire quoi faire et quoi éviter de faire, non mais.) Un fleuve parcourait ce jardin céleste en se divisant en quatre bras qui ont des noms à coucher dehors qui ne servent que si on tombe sur un questionnaire sur la génèse à Question pour un Champion ©. Yahvé Dieu prit l’homme dans sa grande main et le déposa dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder parce que les environs n’étaient pas sûrs et on ne peut se fier à personne de nos jours. Dieu fit ce commandement à l’homme d’une grosse voix qui tonne afin d’impressionner l’animal qui se tenait bêtement sur ces deux pattes arrières devant Lui : « Tu peux manger de tous les arbres du jardin, même du mélèze ou du begonia rose si ça t’amuse. Mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement, et si tu ne meurs pas, t’auras surement une chiasse à t’en liquéfier les intestins et parce que de toute façon, cet arbre, c’est ma production perso, alors pas touche! » . L’homme répondit, la tête dans les nuages : « Mais non j’y toucherai pas à tes fruits de mes deux, j’m’en cogne de tes fruits. » Yahvé Dieu marmonna quelque chose dans sa barbe en guise de réponse et déclara ensuite : ‘Il n’est pas bon que l’homme reste tout seul : il va s’emmerder comme un rat mort. Je vais lui créer une aide.’ Dieu modela encore du sol toutes les bêtes sauvages et tous les oiseaux du ciel. (c’est fou ce qu’on peut faire avec un pouvoir divin et un peu de glaise ; néanmoins, c’est vrai que Dieu est resté un grand enfant, à son âge, c’est pas sérieux de jouer dans la boue.) Cependant, quand il créa le canard, la glaise était un peu trop mouillée et la sculpture n’était pas la plus ressemblante qui soit (en fait Dieu avait réellement chié sa sculpture, pour dire elle ressemblait à l’accouplement contre nature entre une serpillière et un chimpanzé mais avec la vivacité de la serpillière.) Dieu jeta cette ébauche de sculpture au loin puis il péta un coup, ce qui prouve que même Dieu n’est pas à l’abri d’une digestion difficile.

Malheureusement pour la pauvre créature qu’elle engendra, la divine flatulence atteint l’étron sculpté et lui donna vie, un souffle de vie restant toujours un souffle de vie, quel que soit l’orifice par lequel il sorte. Dieu créa ainsi par inadvertance l’ornithorynque auquel il donna ce nom ridicule afin qu’il soit mis à l’écart de tous les autres animaux.
Yahvé Dieu amena les animaux à l’homme afin qu’il leur donne un nom à tous. Il donna un nom à tous les animaux même si le guépard fut quelque peu tatillon sur le choix de son patronyme (en effet il fut nommé au début grocon en raison de son peu de faculté à résoudre des intégrales par parties ; par la suite, il fit part de son désaccord à l’homme en essayant de lui ouvrir le ventre. L’homme tenant un peu à garder son estomac en un seul morceau changea son nom. L’escargot protesta ensuite mais l’homme lui dit de fermer sa gueule.) Toutefois, l’homme ne trouvait toujours pas d’aide à sa mesure.
Alors Dieu le fit tomber dans un profond sommeil (probablement en lui faisant ingérer du lexomil ou du tranxène ) et Dieu lui prit une côte en faisant une incision avec un scalpel de 12 du haut vers le bas à partir de la neuvième côte et jusqu’à le douzième côte dite côte flottante. Puis avec des écarteurs il sépara les deux pans de muscles qu’il venat d’inciser. Soudain, on ne sait pourquoi, à l’aide d’une tenaille rouillée il arracha une côte à l’homme (ce qui prouve qu’il y a un fond de sadisme chez Dieu, qui l’a poussé à créer le caniche nain et la belle-mère afin d’embêter l’homme.) Il recousu avec du catgut et le laissa en réanimation pendant 24 heures le temps qu’il cicatrise.

Puis à partir de la côte qu’il avait prélevé l’homme Dieu façonna une femme belle et éclatante comme le jour et lui dit :‘Tu seras l’esclave de l’homme pendant 4000 ans jusqu’à ce qu’une connasse de ton genre invente le MLF alors pour l’instant je te conseille de faire ce qu’on te dit de faire, O.K. ? ’ (Ce dialogue prouve que Dieu était quand même un peu misogyne sur les bords .)
Dieu l’amena à l’homme qui s’écria : ‘A ce coup, c’est l’os de mes os et la chair de ma chair . Celle-ci sera appellée « femme » car elle fut tirée de l’homme, celle-ci .’(Il est à noter qu’on ne dit plus « elle fut tirée de l’homme » mais « elle fut tirée par un homme. ») (Je suis comme vous, je ne vois pas du tout ce que ça veut dire mais bon, ça faisait joli ici dans mon texte.) Or tous les deux étaient nus et ils n’avaient pas honte l’un devant l’autre. Il faut dire que l’homme ne bandait pas.

Note de l’auteur : Dieu, cette grande andouille, avec l’accord de l’éditeur a encore changé d’avis ; donc la génèse qui a été gardée est la deuxième et par conséquent l’histoire va découler de ce commencement . Je ne m’excuse pas auprès des gens qui ont perdu du temps à lire la première version, j’en ai rien à foutre.

Le serpent était le plus rusé des animaux ; d’ailleurs ne dit-on pas « rusé comme un serpent » ? Ah non merde c’est pas ça. Mais un serpent, un renard, c’est presque les mêmes animaux à part qu’ils sont complètement différents. Enfin, quoi qu’il en soit, le serpent dit à la femme : ‘Alors Dieu a dit : « vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin » ?’ avec un air chafouin qui sieds bien au serpent et au communiste. La femme répondit au serpent avec tout ce sens pratique qu’on connaît à la gent féminine : ‘Nous pouvons manger des fruits de tous les arbres du jardin. Mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin Dieu a dit : Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sous peine de mort, si je vous prends à le regarder ça va chier et si jamais il y en un de vous deux qui essaye de me niquer la tête, j’en prends un pour taper sur l’autre alors faisez gaffe. » (Cette citation prouve aussi à l’évidence que Dieu fait des fautes de français ; c’est normal il est juif mais bon quand même, Adolf Hitler avait beau être antisémite, il ne faisait pas de faute quand il écrivait ‘éradication’). Le fourbe serpent répliqua à la femme : ‘Mais non, t’es conne ou quoi ? Vous allez pas en crever ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux, qui connaissent le bien et le mal. ’ Ce à quoi répondit la femme, qui n’avait rien perdu de son originelle stupidité ‘Mais je comprends pas mes yeux sont déjà ouverts.’
Le serpent, sarcastique, riposta en s’énervant : ‘Ce que tu peut être gourde ma fille. C’est une métaphore ; ça veut juste dire que tu sauras différencier ce qui est bien de ce qui est mal .’
La femme écarquilla les yeux de stupeur et s’écria : ‘Tiens je n’avais pas remarqué que tu n’avais pas de bras ! C’est marrant tu n’as pas de jambes non plus ! Tu es vraiment un animal étrange.’
- Bon dis-moi est-ce que l’homme est dans le coin, je préfèrerais lui parler, il pourrait finir par comprendre, lui.’ interrogea le serpent à la femelle stupide qui se tortillait les cheveux avec un doigt d’une façon extrêmement énervante. -Non, je sais pas où il est parti.
-Bon alors tu vois l’arbre là-bas, tu peux manger de ses fruits, il ne te feront pas mourir, au pire tu auras une légère indigestion mais pas plus.’ siffla sournoisement le serpent. Le femme comprit (enfin !) que l’arbre était bon à manger et séduisant à voir et que si elle avait su, elle aurait préférée être la femme de l’arbre, tellement ce dernier était désirable. Elle prit de son fruit et mangea. Elle en donna à son mari qui, comme il revenait d’on ne sait trop où (encore parti aux putes sûrement), crevait la dalle. Alors leurs yeux s’ouvrirent réellement et ils connurent qu’ils étaient nus et que l’homme bandait. Ils cousirent des feuilles de figuier entre elles, ce n’était pas très seyant, il y avait des puces, des chenilles, et toutes sortes d’arachnides dessus mais peu importait, à part pour la femme qui commença immédiatement à se faire des chaussures assorties avec des feuilles de dattier et qui tressa ensuite des feuilles de bananier pour se confectionner un joli sac à main, ce qui donnait un certain style à l’ensemble que l’abbé Pierre lui-même n’aurait pas renié.

Ils entendirent les pas de Yahvé Dieu (on se demande un peu comment, car si Dieu est partout, il n’a pas besoin d’utiliser ce moyen vulgaire de déplacement qu’est la marche.) qui se promenait dans le jardin à la brise du jour. Cela lui arrive des fois à Dieu, comme ça, sans raison aucune, il s’en va marcher dans le jardin à la brise du jour. Certains dorment, d’autres font l’amour, Dieu, lui, va faire un tour dans le jardin à la brise du jour. En même temps, il y fait bien ce qu’Il veut dans le jardin, c’est lui qui l’a créé alors il peut bien faire ce qui lui chante ou ce qui lui passe par la tête. S’il le voulait, il pourrait pisser contre l’arbre de la connaissance du bien et du mal, il pourrait tenter de sodomiser des chèvres, il ferait n’importe quoi, comme par exemple se curer le nez pour ensuite coller des crottes de nez sous le ventre du serpent qui a tenté la femme qu’on ne pourrait rien lui dire. Par contre je peux vous dire que si jamais je choppe Dieu en train d’enculer la chèvre qui broute paisiblement dans mon verger ou en train de pisser sur mes parterres je peux vous garantir qu’il va m’entendre ! Non mais, ‘faut pas se croire tout permis sous prétexte qu’on est Dieu, sinon jusqu’où peut-on aller ? Bref, Dieu divaguait dans le jardin à la brise du jour et l’homme et la femme se cachèrent parmi les arbres mais c’était assez moyen comme camouflage vu qu’ils n’étaient ni des mélèzes ni des caméléons. Yahvé Dieu appela l’homme : ‘Youhou ! Pupuce, où tu es caché pupuce ? Où il est le petit homme à son pépère ? Bon, alors tu te ramènes humain à la con !’ finit-Il par hurler. ‘Je t’ai vu, alors essayes pas de te cacher ducon !’ ‘J’ai entendu ton pas dans le jardin,’ répondit l’homme, ‘j’ai eu peur parce que je suis nu, et je veux pas qu’un vieux pervers reluque ma quéquette.’
Dieu reprit : ‘Qui t’a dit que tu étais nu ? Et surtout, qui t’a dit de me tutoyer, je fais finir par m’énerver !’Dieu s’arrêta un instant, comme perdu dans Ses pensées puis recommença : ‘Mais attends une seconde, si tu sais que tu es nu, ça veut dire que tu a mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger !’ -Non, je n’ai pas mangé de l’arbre parce que le bois c’est dégueu à bouffer, j’ai mangé de ses fruits, ce qui fait que je n’ai pas enfreint la règle que tu m’avais imposé !’ riposta l’homme.
-Joues pas avec les mots, p’tit con, tu devais pas y toucher, point à la ligne et tu m’as désobéi.
-Ouah l’autre eh, c’est même pas ma faute d’abord, c’est la femme que Tu a mise à côté de moi qui m’a donné de l’arbre à manger. -Dis donc elle est encore plus con que ce que Je croyais.
-Et moi stupide et naïf comme je suis, j’en ai mangé.’
Yahvé Dieu dit à la femme : ‘Qu’as-tu fait là, espèce de pouffiasse ?’ et la femme répondit : ‘C’est le serpent qui m’a séduite ! Le salaud ! Il m’avait promis un manteau de fourrure en vison, une Mercedes SLK et une villa avec piscine si je le suivais. Il m’a menti l’enfoiré.’
(Il est à noter, non sans par ailleurs un pouffement de rire, que la femme en dépit du progrès extraordinaire de sa capacité à réfléchir tombe encore souvent dans ces pièges grossiers tendus par des mâles à testostérone cherchant un bout de viande à mettre autour de leur bite.) Alors Yahvé Dieu dit au serpent : ‘Parce que tu as fait cela, Maudis soit-tu entre tous les bestiaux et les bêtes sauvages.
Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la terre tous les jours de la vie.
Je mettrais une hostilité entre toi et la femme, entre son lignage et le tien .
Il t’écrasera la tête et tu l’atteindras au talon.’
(On notera qu’avant sa déchéance le serpent avait des pattes avant et arrières, ce qui lui permettait de ne pas ramper de façon risible comme il le fait à présent. De plus, on remarque qu’avant de se nourrir de rongeurs et d’œufs, le serpent fut contraint à se nourrir de terre, ce qui prouve deux choses : premièrement, qu’une punition divine n’est pas éternelle puisque maintenant le serpent n’a plus à se nourrir de terre, et deuxièmement qu’on peut survivre rien qu’en mangeant de la terre, alors arrêtez de m’emmerder quand je goûte à mon terreau ! Enfin, on notera que c’est Dieu qui a instauré ce peu de compréhension entre les serpents et le genre humain, ce qui empêche parfois des relations pourtant très fortes. [je rappelle qu’au départ Roméo était en fait un serpent dans la pièce de Shakespeare, mais cédant aux pressions de la monarchie qui ne voulait pas faire de vagues en montrant des relations femme-serpent, celui-ci dût se résoudre à faire de Roméo un adolescent romantique échevelé un peu grotesque.] Cette incapacité à se comprendre pousse parfois certains pythons à s’enrouler autour de l’homme pour l’embrasser fougueusement mais avec cette incommunicabilité persistante entre l’homme et son compagnon à écailles l’homme ne peut signifier au reptile qu’il serre un peu fort et par conséquent il meurt dans d’atroces souffrances.) A la femme Dieu dit : ‘Je multiplierai les peines de tes grossesses et en plus on ne découvrira pas la péridurale avant 1950 ans, dans la peine tu enfanteras de tes fils et si tu as des filles aussi, il y a pas de raison. Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui domineras sur toi.’
(Alors les MLF, c’est pas la peine de taper sur la gueule des mecs, s’il n’y a pas égalité des droits entre les hommes et les femmes. C’est la faute à Dieu.)
Dieu rajouta à la fin de sa diatribe : ‘Et ce sera bien fait pour ta gueule !’ (Cette citation n’apparaît en fait que dans les écrits apocryphes des apôtres) A l’homme, il dit : ‘Bon toi tu n’auras rien pour cette fois-là, mais fais gaffe , je t’ai à l’œil.’
La femme tenta de protester mais Dieu lui intima l’ordre de se taire, comme elle devrait le faire encore pendant 20 siècles, alors autant s’habituer tout de suite.
Dieu réfléchit que même si la femelle était inférieure à l’homme et par la même futile et soumise à ses passions, il fallait qu’Il punisse l’homme pour avoir succombé à la tentation de la femme.
Alors Yahvé Dieu prit la parole et dit à l’homme : ‘Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé des fruits dont je t’avais interdit de manger, maudit soit le sol à cause de toi. Tu n’en tireras quelque chose qu’à force de grandes peines et pour améliorer les rendements dans une perspective productiviste tu seras obligé de mettre des pesticides et des engrais qui pollueront la nappe phréatique et pourriront toutes les réserves d’eau douce de cette Terre et que Je vous ai données. Ainsi tu feras périr toute ta lignée. Mais j’anticipe un peu. Pour l’instant tu vas en chier des ronds de chapeau pour faire pousser quelque chose. A la sueur de ton visage tu mangeras... ton ...pain.. ? Qu’est ce que c’est que ce charabia ?
Qui m’a écrit ce discours de colère ? C’est n’importe quoi !
Hum...bref puisque tu est issu du sol tu y retourneras, car tu es glaise et tu retourneras à la glaise.’ L’homme osa une brève incursion dans le très long monologue de Dieu : ‘C’est marrant ,je connais la même citation mais avec la poussière « mais saches que tu es poussière et retourneras à la poussière », c’est plus joli, non ?’ -Ah...Alors je te l’ai déjà faite celle-là.’ dit Dieu sans cacher se déception.
‘Quoi qu’il en soit, tu es maudit et donc tu n’es pas sorti de la merde.’ termina Dieu.
L’homme appela sa femme Eve parce qu’elle fut la mère de tous les vivants et parce que c’était le prénom le plus court qu’il connaisse (l’homme ne voulait en effet pas s’encombrer la mémoire avec des choses inutiles.) Dieu fit des tuniques en peau d’ornithorynques parce que c’était un raté de la création comme l’homme et la femme, mais aussi parce que ça tient chaud l’hiver. En effet, l’ornithorynque, ou Ornithoryncus Abominabilis (ça fait pro de mettre les noms en latin.) possède dans sa couche cutanée une couche graisseuse dans le stratum granulosum, constituée de graisse brune. Cette graisse est très abondante chez les animaux qui hibernent et chez le nourrisson, ce qui leur permet à tous de passer l’hiver en dormant sans trop subir de contrecoups dus aux variations de température. Ceci est très vrai pour le nourrisson qui a souvent du mal à passer l’hiver dans une grotte. Cependant vous allez me dire : ‘mais que diable l’ornithorynque vient-il faire dans cette catégorie puisque ce n’est ni un nourrisson, ni un animal hibernant ?’ Je vous répondrais alors que ce n’est pas pour rien que c’est une erreur de la création.

Yahvé Dieu les chassa du jardin d’Eden et posta devant l’entrée du jardin des chérubins pour garder le chemin de l’arbre de vie .( En fait c’est très con comme route. Il suffit de prendre l’A6 en direction de Hamamet puis la nationale 09 jusqu’au troisième feu. Là il faut prendre à gauche, à gauche, à droite et puis encore à gauche. Après, il faut aller tout droit, on peut pas se tromper .)

. L’homme connut Eve, sa femme ; elle conçut ( avec un peu d’aide de la part de l’homme tout de même ) et enfanta Caïn ( ça elle l’a fait toute seule, l’homme ne pouvait être partout, il n’a pas quatre bras ; il ne faut pas lui demander l’impossible, à l’homme. Déjà il a aidé la femme à faire un gosse c’était pas mal, surtout que lui à priori préfèrait avoir un ornithorynque mais les impossibilités de reproduction femme-ornithorynque ayant été limitées par Dieu, l’homme devait se contenter d’un enfant).


Elle donna aussi le jour à Abel, qui par le fait même devenait le frère de Cain ( mais bon, ça on s’en cogne un peu. Abel, il pourrait être sa tante, son neveu ou le cousin par alliance de ma belle-soeur que ça ne changerait pas le court de l’histoire. Je dis ça, c’est juste pour préciser un peu même si certains me taxeront de lapalissades, mais ceux-là je les emmerdent tous autant qu’ils sont, j’écris ce que je veux, même si je répète cinquante fois la même chose et même si je fais des parenthèses qui font cinq lignes, je suis sûr qu’en racontant encore plus de conneries, je pourrais arriver à six : voilà, c’est chose faite. )
Bref on passe sur leur enfance qui fut un peu ennuyeuse vu qu’il n’y avait pas de Playstation et qu’ils n’étaient que deux alors pour faire une équipe de football, c’était un peu limite. Ils durent se rabattre sur les activités de plein air comme l’élevage de bétail ou la culture de blé, passe-temps qu’on ne retrouve plus beaucoup ces jours-ci, surtout depuis qu’un incompétent politique a décrété que les enfants ne devaient plus travailler qu’à partir de seize ans (sauf évidemment dans les usines Nike en indonésie, mais là-bas tous les enfants sont méchants alors pour les punir, on les fait travailler).


Le temps passa parce qu’il n’avait rien d’autre à faire de plus intéressant et il advint que Cain présenta en offrande à Yahvé des produits du sol et Abel les premiers-nés de son troupeau et même de leur graisse (authentique ! même si les processus d’extraction des graisses étaient un peu rustiques et que, par conséquent Abel n’obtint que de faibles rendements, mais il faut bien commencer quelque part.)
Or Yahvé agréa l’offrande d’Abel mais il dit à Cain : « Dis-donc tu te fouterais pas un peu de ma gueule, non ? Trois pauvres de sacs de maïs et deux d’orge, c’est tout ce que tu as à offrir en offrande à ton Dieu ? Qu’est ce qu t’as branlé dans des tes champs, putain ? (Ce court dialogue illustre un phénomène bien connu de tous les catholiques, dit « l’engueulade par Dieu ». Pour schématiser, c’est comme la « colère de Dieu » mais les éclairs et le déluge en moins. Ce phénomène assez rare dans la bible arrive cependant quand le christ fait croire qu’il est mort pour faire son intéressant et quand l’espérance de Tunis (Club de foot) perds 4 à 3 après avoir mené 3 à 0 pendant une heure.)
Cain fut très irrité de cette remontée de bretelles par la divinité courroucée et il marmonna dans sa barbe : « et gnagnagna Abel c’est le plus beau, Abel c’est le plus grand, Abel il fait des extractions de graisses et gnagnagna... » d’un ton ironique et acerbe.
Malheureusement pour lui, Dieu étant partout à la fois (et même dans les toilettes quand on fait caca, c’est dire si Dieu est un vieux pervers), il entendit les marmonnements de Cain grâce à son écoute aussi fine que celle de Super Jaimie ; mais elle, elle triche parce qu’en fait elle est bionique alors que Dieu c’est de la divinité 100 % naturelle, sans prothèses.
Bref, Dieu arrive près de Cain et lui dit : « Excuse moi, j’ai pas bien entendu, tu disais ? »
Ce à quoi Cain répondit, en bafouillant : « Euh non, monsieur, j’ai rien dit moi, c’est Abel qui se vante, c’est un péché, il faut le punir ! »
- Alors non seulement t’es une feignasse pas terminée mais en plus t’es un menteur ! Tu vas voir ta gueule, si je t’attrape !» rugit Dieu en se dirigeant à grands pas vers Cain qui s’enfuit désespérement pour essayer d’échapper au courroux divin. Hélas pour lui Dieu le rattrappa et lui foutu une volée comme il n’en avait jamais eu auparavant (il faut dire qu’Adam avait été un peu laxiste sur l’éducation de ses enfants et en plus, il n’était jamais là. Eve ne valait pas mieux, devenant accro à l’alcool de blé.)
Dieu tança une nouvelle fois Cain : « Méfie-toi, si tu n’es pas bien disposé, le péché, qui est tapi devant ta porte comme un paillasson où il y a écrit ‘Bienvenue’ dessus et qui fait de la musique quand on se frotte les pieds dessus, va s’emparer de ton âme. C’est une bête qui te convoite et que tu dois dominer.
-Qui ça ? Le paillaisson ? Je dois dominer le paillasson ? Je risque d’avoir des problèmes, non ? rétorqua acidement Cain.
-Joue pas au plus con avec moi, tête de noeud !
-C’est vrai qu’avec toi, j’ai de la grosse concurrence. »
Cette dernière répartie (pourtant fort bien lancée par Cain qui n’avait pas perdu sa faconde et son esprit en dépit du fait qu’il se trouvait en posture peu favorable) fit entrer Dieu dans une fureur énorme et il lui mit un coup de boule.
Cain tomba à terre, sonné. « Tiens, ça t’apprendra à me chercher ! » s’exclama Dieu, convaincu de sa toute puisssance. Puis il se tourna et disparu.
Cain se redressa et regarda, furieux, son frère, comme s’il était responsable de ce qui venait de se passer. « Allons dehors » dit-il à Abel.
Ils sortirent tous deux et se trouvèrent en pleine campagne ; Cain se jeta sur son frère et le tua.
Yahvé revint et dit : « P’tit con, où est ton frère ? Je dois lui remettre une récompense.
-J’en sais rien moi, où il est ; je suis pas sa mère !
-Un ton en dessous, tu veux bien ? Ou alors tu préfères que je te mette un autre coup de boule.
-Euh non.
-Bon alors, ta gueule.Mais ...eh dis-donc qu’as-tu fait ?
-Quoi moi, j’ai rien fait, il est tombé tout seul, c’est pas ma faute !
-Qu’est-ce que tu me chantes là ? Je te parle des offrandes ! Tu as mélangé l’orge et le blé dans les sacs. T’es vraiment un incapable. Mais, attends voir, de quoi tu parlais toi ?
-Moi, euh, de rien.
-Tu as tué ton frère, c’est ça ?
-Comment tu as deviné ?
-C’est facile, j’ai remarqué que tu as un tic nerveux quand tu mens.
-Qui est ..?
-Tu te tords les mains dans tous les sens, ensuite tu fais le poirier pendant 37 secondes, tu manges de l’herbe et enfin tu essayes de sodomiser un ornithorynque.
-Damned, je suis fait. Je savais que ces petits riens conduiraient à ma perte.
-Dans ces conditions, je ne peux que te punir. Tu me copieras 300 milliards de fois « Je ne dois pas tuer mon frère et sodomiser des ornithorynques. »
Dieu réalisa que ce ne serait pas assez pour qu’il comprenne alors il lui dit : « En plus, soit maudit et chassé du sol fertile qui a ouvert la bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Et si jamais tu essayes de cultiver le sol, il ne te donneras plus son produit : tu seras un errant parcourant la Terre. »
C’est ainsi que Dieu créa le chômage et l’exclusion sociale (alors qu’ils n’étaient que quatre sur Terre et que le capitalisme et le productivisme n’existaient même pas).
Caïn déclara alors, pour se défendre contre une telle punition : « Ma peine est trop lourde à porter ! Vois ! Tu me bannis aujourd’hui du sol fertile, je devrai me cacher loin de ta face, ce qui ne seras pas aisé, vu que Tu es partout, et je serai un errant parcourant la terre : mais le premier venu me tuera. » (A noter que ce n’est pas tout à fait ce que Caïn dit, en fait, il lui est tombé à genou et s’est accroché comme une merde à la toge de Dieu et l’a supplié, en se traînant dans la boue : « Allez s’te plaît, fais pas ton enfoiré. Je pourrais jamais supporter d’être tout seul. J’ai peur quand je suis tout seul. » Après quoi, il a pleuré comme une loque ; et Dieu s’est laissé un peu attendrire, ce qui lui joua des tours. D’ailleurs, Il retiendra la leçon et se montra plus ferme après ceci.)
- T’es con ou quoi ! Vous n’étiez que quatre sur terre. Toi, ton frère et tes parents et tu as éliminé ton frère. Qui pourrait alors te tuer ? Ton père avec tous ses rhumatismes ! Ou ta mère, alors que c’est une alcoolique qui ne peut même pas tenir sur ses jambes. -Ah ben oui c’est vrai, je suis con. -Mais bon, si tu veux vraiment te sentir en sécurité je veux bien faire un geste, mais c’est vraiment parce que Je suis gentil. » Et il lui donna un poireau.
-Euh, Tu es sûr de ce que tu fais ? demanda Caïn à son créateur.
-Oups ! Autant pour moi, je me suis gouré, ça peut arriver. » Et lui donna un AK-47 avec deux chargeurs afin que si jamais quelqu’un voulait le frapper, il puisse donner la première salve.
(On peut remarquer à cet égard que St Caïn est la saint patron des policiers New-Yorkais.)
Puis Caïn se retira de la présence de Yahvé et séjourna au pays de Nod, à l’orient d’Eden, dans ce qu’on devrait connaître plus tard comme étant Menzel Bourguiba (les noms ont un peu changé, et pas en mieux).
Il s’emmerda là-bas tellement qu’il en vint à déprimer. Comme le prozac ne devait être inventé que 3970 ans plus tard et que Sigmund Freud n’avait pas inventé la thérapie à 500 dinars l’heure, il ne put se soigner et finit par se suicider, ce qui fut tout un problème. En effet, pas de médicaments, pas de train pour se jeter en dessous, pas de voiture donc pas d’accident, pas de flingue (l’AK-47 n’avait plus de balles), il a donc été obligé de se pendre. (Cette partie a été occultée dans la première édition de la bible, mais Dieu veut ici qu’on connaisse tout ce qui s’est réellement passé.)
Cependant, entre deux séances d’ennui profond, il trouva le temps pour avoir une descendance.
[Bon alors là,je dois t’avouer, cher lecteur (je dis cher, c’est parce que tu as du casquer pour pouvoir lire ceci) que la façon dont il eut sa descendance est un peu bizarre. Je m’explique.
Le patron a mis sur sa feuille : « Il connut sa femme qui conçut et enfanta Hénok » Passons sur le risible du prénom mais soit le patron est débile, soit il ne se relit pas, parce qu’il n’a créé que Adam et Eve qui n’ont eu que deux enfants dont l’un a été tué par l’autre. Comment est-ce qu’il peut y avoir une autre femme ? Ou alors Dieu a fait de la création au noir pour ne pas à avoir à payer d’impôts dessus. Comme je ne sais pas, alors je vais faire comme tous les chrétiens, je vais faire semblant de rien voir et de rien comprendre.]
Donc il eut une descendance qui elle même proliféra.(Bon il y a tout un tas de nom, tous plus ridicules les uns que les autres mais j’ai la flemme de tous les écrire ; pour les connaître, il suffit de m’envoyer un chèque en blanc, cela remonterait mon taux de motivation.) Chacun fut l’ancêtre d’une tribu quelconque.
Yabal fut l’ancêtre de ceux qui vivent sous la tente avec les troupeaux (vraiment, des fois, je me dis que Dieu n’a aucune culture ; c’est pourtant pas difficile de savoir que ce sont des nomades), Yubal fut l’ancêtre de ceux qui jouent du chalumeau et de la lyre (authentique !), en un mot des sidérurgistes mélomanes qui créèrent plus tard Da3choun, etc.
Adam, qui avait encore quelques spermatozoïdes de reste eut un autre fils d’une autre femme (là aussi, je demande d’où elle vient, celle-là, surement d’un réseau de prostitution d’Europe de l’Est, tel que je connais ce vieux cochon d’Adam.). Il l’appella Seth, comme ça, il pouvait faire des calembours désopilants du style « Jeu, seth et match .» et j’en passe des pires.
Adam vécut jusqu’à neuf cent trente ans et pendant tout ce temps, il continua à engendrer des filles et des garçons (quand je vous disais que c’était un vieux cochon). A cette époque on vivait longtemps ; Dieu n’avait pas encore inventé le cancer.

Toutes les descendances vécurent en moyenne 742.8 ans (avec un écart-type de 15.2 ans) et pendant ce temps, ils n’ont pas arrêté de procréer (vraiment, ils ne pensait tous qu’à ça)
(Il se raconte qu’à la fin, ils faisaient entre eux des concours du plus grand nombre d’enfants, mais ça n’a pas pu être vérifié.)
Bref, à la fin, un de ses obsédés finit par donner naissance à Noé, après des siècles de baise effrennée, car ils savaient tous qu’il aurait une importance particulière aux yeux de Dieu ; celui-ci, pendant ce temps là, passait tout son temps à picoler, à dormir et à faire n’importe quoi : il s’humanisait.

A suivre....

Qu’est-ce que Noé va pouvoir faire sur terre ? Comment Dieu fait-il pour ne pas avoir mal à la tête les lendemains de cuites ? Comment faisaient-ils pour encore bander à cent trente ans ? Qu’est-ce qu’ils utilisaient comme aphrodisiaque, vu que le viagra n’existait pas encore ? Est -ce que toutes les femmes étaient des perverses gérontophiles ou est-ce qu’elles n’avaient pas le choix ? Sommes nous seuls dans l’univers ? Si non, est-ce que les extra-terrestres ont une forme de courgette ? Si je replante mes mégots est ce que j’aurais un arbre à tabac, est-ce qu’ils vont pouvoir refleurir ?


La réponse à ces questions et à bien d’autres dans le prochain épisode de bible 2, le retour.

_________________


Au commencement Dieu créa la terre et le ciel lire la suite
Spoil:

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Yahoo Messenger MSN Messenger Carte
elrilck
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 67
Localisation: clermont

MessagePosté le: Sam 16 Aoû 2008, 12:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

je réponds petit à petit Wink
j'aime généralement bien ce genre de trucs...donc je serai impartial, niark niark.(je crois en quelque chose hein, qu'on me traite pas de je ne sais quoi :p)

je pense que le :
"bordel de bite de con" ferait mieux d'etre remplacé par 'non de dieu'...en l'occurrence ça sonnerait mieux Wink

j'editerai au fur et a mesure Wink


edit1: "Ce quatrième jour, Dieu dit : « qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour de la nuit »" c'est plus tractopelle?

edit2: outre un peu trop de vulgarité je continue Wink....ah oui, quand on en perds un..on en gagne d'autres...(perrin)...desolé, reminiscence d'un passé proche.

edit3: "A ce propos on ne peut que se féliciter que Dieu fût un peu conservateur en matière de structure, je vous dit pas le gueule qu’on aurait si il avait eu la sensibilité artistique de Picasso ou de Dali" ça j'aime bien XD

edit4:"il faut reconnaître qu’Eden en Orient, ça sonne mieux que Melun dans le 77" pfiouuuu là aussi tu me donnes du travail pour pas que je te repique cette replique XD

edit5:"le bois est difficilement digérable pour un être qui ne s’apparente que de très loin à la termite" mouarf arf arf....ça aussi, va falloir que je fasse attention a pas te le piquer....raaaaaaaaaaah tu me donnes du boulot là XD

bon apres ya du bon....et du long ^^'
fais attention a ne pas t'epuiser sur le long terme Smile....prends du repos ^^'

mais il faut creuser dans cette direction..ça sonne pas trop mal Wink

_________________
l'art le plus laid à nos yeux peut-être considéré comme un chef d'œuvre aux yeux d'autrui

si un peu de lecture vous intéresse:
Bizarre-bazar...livraison de prose à domicile
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
chedi
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 03 Aoû 2007
Messages: 100
Localisation: ici

MessagePosté le: Dim 24 Aoû 2008, 6:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

merci pour le premier commentaire elrilck ,pour les gros mots j'avais deja dit que c'etait deconseillée aux croyants.

Vus ton message je dirait que t'a mis longtemps pour tous lire.

Enfin desolé a tous les lecteurs de les avoir traiter de de je ne sais quoi Wink

_________________


Au commencement Dieu créa la terre et le ciel lire la suite
Spoil:

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Yahoo Messenger MSN Messenger Carte
elrilck
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 67
Localisation: clermont

MessagePosté le: Dim 24 Aoû 2008, 7:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

eh bien disons que....il m'a fallu un certain temps ^^'
je ne lis pas vite Smile...même si j'ai l'habitude pourtant, bref.

et...franchement, les lecteurs, il faut s'en foutre ^^'
je parle en connaissance de cause...enfin...
il faut accepter leur critique qui peut etre très utile, mais tu dois d'abord ecrire pour te faire plaisir, toi.Smile
les lecteurs viennent apres Wink

pour les gros mots, je pense pas que ce soit totalement lié à la croyance, c'est plus...comment dire...bref quand tu lis un texte, trop de gros mots tue le texte Smile

sur ce, a plush.

_________________
l'art le plus laid à nos yeux peut-être considéré comme un chef d'œuvre aux yeux d'autrui

si un peu de lecture vous intéresse:
Bizarre-bazar...livraison de prose à domicile
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
chedi
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 03 Aoû 2007
Messages: 100
Localisation: ici

MessagePosté le: Ven 29 Aoû 2008, 8:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

t'a entierrement raison, faux s'en foutre de ces con***d de lecteurs a la c**,car,c'est eux qui me sourisse d'existence vu que se sont des tunisiens tout comme moi,et surtout qu'on ne peut pas parler de dieu comme ca devant eux. s'ils se contentaient de faire des critiques ca serai bien,sauf qu'eux ils refuses carrement d'ecouter ne serais qu'un mot,mer*e.

quand tu as dis "je parle en connaissance de cause" ca veut dire que t'a dejas poster quelque chose?

Enfin, pour moi les GM ne tue un texte, seulement si on ont abuse.

P.S: apparament personne a part toi ne la lu Sad

_________________


Au commencement Dieu créa la terre et le ciel lire la suite
Spoil:

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Yahoo Messenger MSN Messenger Carte
elrilck
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 67
Localisation: clermont

MessagePosté le: Lun 01 Sep 2008, 10:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

ouai j'ai posté un petit 'debut' de truc ^^
mais c'est pas la mort si personne me lit, parce que ça ne mene à rien...enfin on ne peut pas dire quel est le but à mon premier chapitre, ce qui est voulu en fait ^^'

_________________
l'art le plus laid à nos yeux peut-être considéré comme un chef d'œuvre aux yeux d'autrui

si un peu de lecture vous intéresse:
Bizarre-bazar...livraison de prose à domicile
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
loobid
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 11 Mar 2010
Messages: 66
Localisation: Sur un ring du Kamogawa Boxing Gym entrain d'apprendre à Makunouchi le dempsey évolution

MessagePosté le: Sam 29 Mai 2010, 10:12 am    Sujet du message: Répondre en citant

pas mal j'ai bien aimé lire ca de bon matin
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Littérature Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum