Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Georges Brassens
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Musique
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Densha
Aspirant genin


Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 290
Localisation: Arf... Plouf

MessagePosté le: Jeu 07 Juin 2007, 10:23 pm    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Georges Brassens :




Tout d'abord, qui est Geroges Brassens pour moi... C'est le plus grand chanteur/parolier (/poète ?) du siècle dernier...
Comme vous l'aurez compris, je l'idolâtre, je suis un inconditionnel. Comme il l'a chanté lui-même :
Citation:
Tout est bon chez [lui], y'a rien à jeter,
Sur l'île déserte il faut tout emporter.


Un petit point biographique :

Il né le 22 octobre 1921 dans un quartier populaire de Sète, d'un père maçon et d'une mère veuve de guerre (qui a déjà une petite fille de son premier mariage). Il se découvre une passion pour la poésie grâce à son professeur (désormais célèbre, il a rédigé la préface de sa biographie) Alphonse Bonnafé. Il sera renvoyé de son lycée en 1939 suite à une histoire de vol ; il en tirera d'ailleurs deux chansons : Les Quatre Bacheliers, puis La Mauvaise Réputation. En 1940, il s'installe chez sa tante à Paris. Il est envoyé en Allemagne par le STO en 1943. Il désertera lors d'une permission en mars 1944 ; il en fera une chanson : La Mauvaise Herbe :
Citation:
Quand le jour de gloire est arrivé
Comme tous les autres étaient crevés
Moi seul connus le déshonneur
De ne pas être mort au champ d'honneur.
Il se cache alors chez Jeanne (à qui il dédiera un certain nombre de chansons, telles que La Cane de Jeanne, ou encore Jeanne), chez qui il restera jusqu'en 1966. Entre temps, il connaît le succès qu'on lui connaît. Il rencontre l'amour de sa vie en la personne de Joha Heiman (qu'il surnomme Püppchen, qui signifie petite poupée en allemand). Ils décideront de ne jamais vivre ensemble et de ne jamais se marier ; il lui dédiera d'ailleurs la célèbre Non-demande en Mariage :
Citation:
L'encre des billet doux pâlit,
Vite entre les feuillets des li-
vre de cuisine.

J'ai l'honneur de
Ne pas te de-
mander ta main
Ne gravons pas
Nos noms au bas
D'un parchemin
De 1948 à 1951, il se produit dans plusieurs endroits à Paris, mais les réactions sont toujours les mêmes : le public reste insensible. Puis il fait, en 1952, une rencontre décisive : Patachou ; elle sera sa première interprète (car, à la base, Brassens ne cherchait pas à chanter ses chansons lui-même). Commencera par la suite sa fulgurante ascension, que je ne relaterais pas, car la plupart doivent la connaître, et elle est beaucoup moins intéressante.
Il s'éteint le 29 Octobre 1981 des suites d'un cancer, près de Sète. Sous la une de Libération (pour lequel il a rédigé quelques articles en 1946, sous les pseudonymes de Géo Cédille et Gilles Colin), « BRASSENS CASSE SA PIPE », on peut lire : « Il laisse derrière lui, sur trois accords, une brassée de refrains qui traînent dans la mémoire comme un remords... »

(Source : Le repère chronologique du petit livret qui accompagne l'intégrale de Brassens.)
('Sert à rien de chercher les enfants, j'ai tout rédigé moi-même, et je vivrais ça comme un affront qu'on ne respecte pas ce modeste travail :p)

On retiendra l'image d'un grand homme (bien que beaucoup décrié de son vivant, il écrira d'ailleurs lui-même : "Il est toujours joli, le temps passé. Un' fois qu'ils ont cassé leur pipe. On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés. Les morts sont tous des braves types." Le Temps Passé), travailleur (il ne cessera d'étudier les oeuvres des plus grands), marginal (solitaire même : "Le pluriel ne vaut rien à l'homme et sitôt qu'on Est plus de quatre on est une bande de cons. Bande à part, sacrebleu ! c'est ma règle et j'y tiens." Le Pluriel), anti-conformiste, provocateur, modeste, génial...


Je pense que je devrais vous faire partager mes chansons préférées, mais ce serait particulièrement long... Je vais donc juste vous donner les paroles d'une chanson qui m'a particulièrement marqué, à savoir Le Blason :

Citation:
Ayant avecques lui toujours fait bon ménage
J'eusse aimé célébrer sans être inconvenant
Tendre corps féminin ton plus bel apanage
Que tous ceux qui l'ont vu disent hallucinant.

Ceût été mon ultime chant mon chant du cygne
Mon dernier billet doux mon message d'adieu
Or malheureusement les mots qui le désignent
Le disputent à l'exécrable à l'odieux.

C'est la grande pitié de la langue française
C'est son talon d'Achille et c'est son déshonneur
De n'offrir que des mots entachés de bassesse
A cette incomparable instrument de bonheur.

Alors que tant de fleurs ont des noms poétiques
Tendre corps féminin' c'est fort malencontreux
Que la fleur la plus douce la plus érotique
Et la plus enivrante en ait de plus scabreux.

Mais le pire de tous est un petit vocable
De trois lettres pas plus familier coutumier
Il est inexplicable il est irrévocable
Honte à celui-là qui l'employa le premier

Honte à celui-là qui par dépit par gageure
Dota de même terme en son fiel venimeux
Ce grand ami de l'homme et la cinglante injure
Celui-là c'est probable en était un fameux.

Misogyne à coup sûr asexué sans doute
Au charmes de Vénus absolument rétif
Etait ce bougre qui toute honte bue toute
Fit ce rapprochement d'ailleurs intempestif.

La malpeste soit de cette homonymie
C'est injuste madame et c'est désobligeant
Que ce morceau de roi de votre anatomie
Porte le même nom qu'une foule de gens.

Fasse le ciel qu'un jour, dans un trait de génie
Un poète inspiré que Pégase soutient
Donne en effaçant d'un coup des siècles d'avanie
A cette vraie merveille un joli nom chrétien

En attendant madame il semblerait dommage
Et vos adorateurs en seraient tous peinés
D'aller perdre de vue que pour lui rendre hommage
Il est d'autre moyen et que je les connais
Et que je les connais.



Voilà, je vous encourage à écouter (et découvrir) ce génie par l'intermédiaire de radioblog ; et bien sûr à l'apprécier en achetant ses CD Mr. Green.

Je vous ai bien entendu épargner ses chansons les plus connues, mais si je vous dis les noms, l'air reviendra certainement dans vos têtes :
« Les Copains d'Abord »
« Le Gorille »
« Auprès de mon Arbre »
« Les Amoureux des Bancs Publics »
« Chanson pour l'Auvergnat »
« Le Temps ne Fait Rien à l'Affaire » (BO du Dîner de Cons)
« Marinette »

On pourrait continuer longtemps... Je pourrais vous conseiller quelques chansons ? :p
Déjà, toutes celles citées dans la biographie écrite plus haut. Ensuite :
« La Chasse Aux Papillons »
« Le Vent »
« Les Deux Oncles »
« Mourir pour des Idées »
« Mysoginie à Part »
« Le Mauvais Sujet Repentis »
« Putain de toi »
« S'Faire Enculer »
« Le Testament »
« Les Trompettes de la Renommée »
« L'Orage »
« La Traîtresse »
« Le Bulletin de Santé »

Merde, j'aurais pas dû commencer, je savais que je ne pourrais plus m'arrêter ^^' Désolé...

_________________
[quote="Chapitre 3"]Ca me fait mal de l'avouer, mais t'es quand même intelligent Densha. Razz[/quote]
Ar galleg eo karr an Ankoù e Breizh.


Dernière édition par Densha le Ven 08 Juin 2007, 2:15 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
orca
Aspirant genin


Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 229
Localisation: dans la paume de Bouddha

MessagePosté le: Jeu 07 Juin 2007, 10:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Densha....

Ma chanson favorite est celle "Les copains d'abord"

Il était effectivement un de ces paroliers qui traversent le temps et devient intemporel. Des textes de vie qu'on entend peu mais qui reviennent chez d'autres.

Un maître...

Les paroles Les copains d'abord pour les curieux

Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau
Qu'on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en pèr' peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord

Ses fluctuat nec mergitur
C'était pas d'la litterature
N'en déplaise aux jeteurs de sort
Aux jeteurs de sort
Son capitaine et ses mat'lots
N'étaient pas des enfants d'salauds
Mais des amis franco de port
Des copains d'abord

C'étaient pas des amis de luxe
Des petits Castor et Pollux
Des gens de Sodome et Gomorrhe
Sodome et Gomorrhe
C'étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boetie
Sur le ventre ils se tapaient fort
Les copains d'abord

C'étaient pas des anges non plus
L'Évangile, ils l'avaient pas lu
Mais ils s'aimaient tout's voil's dehors
Tout's voil's dehors
Jean, Pierre, Paul et compagnie
C'était leur seule litanie
Leur Credo, leur Confiteor
Aux copains d'abord

Au moindre coup de Trafalgar
C'est l'amitié qui prenait l'quart
C'est elle qui leur montrait le nord
Leur montrait le nord
Et quand ils étaient en détresse
Qu'leurs bras lancaient des S.O.S.
On aurait dit les sémaphores
Les copains d'abord

Au rendez-vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapins
Quand l'un d'entre eux manquait a bord
C'est qu'il était mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Son trou dans l'eau n'se refermait
Cent ans après, coquin de sort
Il manquait encore

Des bateaux j'en ai pris beaucoup
Mais le seul qu'ait tenu le coup
Qui n'ai jamais viré de bord
Mais viré de bord
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord

_________________



Dernière édition par orca le Jeu 07 Juin 2007, 10:44 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Old-blind-man
Aspirant genin


Inscrit le: 13 Fév 2007
Messages: 185
Localisation: à l'hospice pour les vieux, évidement...

MessagePosté le: Jeu 07 Juin 2007, 10:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voilà un beau topic bien illustré, j'en serais presque fier d'être natif de Sète comme ce grand homme. Mais bon comme je n'ai aucune influence sur l'endroit où je suis né je ne peux en retirer aucun mérite.

Bon moi parmi ses chansons celle que je préfère est la mauvaise réputation, c'est peut être pas la plus originale mais je l'aime bien

Sinon il y a supplique pour être enterré sur la plage de Sète que tu n'as pas cité mais là c'est mon patriotisme qui parle...

_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Chakal D. Bibi
~ Chakal Touffu ~


Inscrit le: 02 Nov 2004
Messages: 1985
Localisation: La Tanière du Chakal

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 11:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Aaah George...Un grand môssieur qui m'a bercé pendant pas mal d'années(mon papa est fan du moustachu à guitare^^).
Quand j'étais plus jeune, étant jeune(logique) et très con(toujours logique) je n'aimais pas Brassens ou Brel parce que papa-maman les écoutaient Very Happy Very Happy

Mais depuis que je suis moins jeune(jle suis toujours hein) et moins con(jle suis toujorus aussi, question de principe) j'ai redécouvert avec plaisir les chansons de Mr.Brassens qui son tout de même exeptionnelles, remplies d'humour, de métaphores, de messages! Elles sont vraiment superbes et il joue avec les mots avec une grande classe(par contre c'est pas facile de jouer Brassens à la gratte xD).

Jpense que si il n'y avait pas eu Molière avant lui, on dirait aujourd'hui :"je parle la langue de Brassens Cool "

_________________
[quote="Speed Hunter"]Chakal lui c'est un héros de musicien ![/quote]
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Space invader
Slobad [Robert Quiche]


Inscrit le: 01 Avr 2006
Messages: 1185

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 12:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci et Bravo Densha pour ce bel article sur Brassens (met un © on sait jamais ^^)

Bref pareil que vous j'adore Brassens, ma chanson préférée de lui étant " chanson pour l'Auvergnat "

J'en met d'ailleurs les paroles :

Elle est à toi cette chanson
Toi l'Auvergnat qui sans façon
M'as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid
Toi qui m'as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M'avaient fermé la porte au nez

Ce n'était rien qu'un feu de bois
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr' d'un feu de joie

Toi l'Auvergnat quand tu mourras
Quand le croqu'mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'hôtesse qui sans façon
M'as donné quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim
Toi qui m'ouvris ta huche quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
S'amusaient à me voir jeûner

Ce n'était rien qu'un peu de pain
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr' d'un grand festin

Toi l'hôtesse quand tu mourras
Quand le croqu'mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'étranger qui sans façon
D'un air malheureux m'as souri
Lorsque les gendarmes m'ont pris
Toi qui n'as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir emmener

Ce n'était rien qu'un peu de miel
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr' d'un grand soleil

Toi l'étranger quand tu mourras
Quand le croqu'mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Densha
Aspirant genin


Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 290
Localisation: Arf... Plouf

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 2:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Space Invader ^^

(Mais non, je fais confiance aux internautes :p Pis si besoin, je copie-collerai une phrase dans Google de temps en temps Laughing)


Pour l'anedcote, "Chanson pour l'Auvergnat" est une chanson dédiée à Jeanne et son mari Marcel Planche (voir le petit point biographique).

_________________
[quote="Chapitre 3"]Ca me fait mal de l'avouer, mais t'es quand même intelligent Densha. Razz[/quote]
Ar galleg eo karr an Ankoù e Breizh.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Eiko
Genin


Inscrit le: 31 Oct 2006
Messages: 448
Localisation: Loin-land ou Silent Hill, suivant l'humeur

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 6:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

ah voila un topic sympatoch ^^
Brassens, irremediablement un grand mosieur' =)

Pareil qu'en ce qui concerne bibi. Au debut, Brassens oui voila "c'est nul a chier", "sans plus", " les viocs qui ecoutent ça" blabla .. ET BAH NAN.

Brassens c'est, quand on s'attache vraiment un poète, un artiste a part entière. Des textes vivants, dénués de sens ou non, on s'en tappe. Style simple. (Qui a dit "les choses les meilleurs dans la vie sont les plus simples" huhu ^^") Et bah m'sieur Brassens restera un des mes compositeurs francais préféré =)

Enfin pour finir .. Garre au gorrileuuuuuuuh >_< ! xD

_________________
Le retour, peut-être ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
parpaing
The alpha and the omega


Inscrit le: 03 Oct 2004
Messages: 732
Localisation: Deutschland über alles!

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 6:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chanson pour l'auvergnat et les copains d'abord sont vraiment excellentes. Après je trouve qu'il y a un peu de déchets parmi ses plus populaires, genre Gare au gorille qui n'est pas franchement terrible...
En tout cas il ne risque pas de tomber dans l'oubli avec tous ces hippies de merde qui l'écoutent... Pour une fois qu'ils font preuve de bon goût pour quelque chose on va pas les blamer d'ailleurs :p
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Densha
Aspirant genin


Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 290
Localisation: Arf... Plouf

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 8:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

"Gare au Gorille" Un déchet ? Oo

Mon Dieu...

Tiens, une bout de commentaire de René Fallet à son propos :
Citation:
[…] Le gorille justicier qui viole ce juge qui criait « Maman », pleurait beaucoup - comme l'homme auquel le jour même - il avait fait trancher le cou, c'est Brassens. C'est aussi, cette chute du couperet après huit couplets et plus, la subversion dans toute son ampleur. Le refus. La révolte. Cette chanson est bien autre chose qu'une admirable polissonerie. C'est un « non » à la peine de mort. Et une menace : Gare au gorille.


Je rappelle que l'album est sorti en 1953, pour chanter une chanson comme celle-là à cette époque, il fallait en avoir dans le froque (oulà, voilà que je commence à rimer xD).
Moi personnellement, c'est une de mes préférées ^^ (mais je respecte le fait que toi tu n'apprécies pas)

_________________
[quote="Chapitre 3"]Ca me fait mal de l'avouer, mais t'es quand même intelligent Densha. Razz[/quote]
Ar galleg eo karr an Ankoù e Breizh.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Yun
Chuunin


Inscrit le: 22 Avr 2006
Messages: 668
Localisation: Note: faire un truc original un d'ces 4

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 8:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Densha a écrit:
(mais je respecte le fait que toi tu n'apprécies pas)


Sous entendu "gros con" Mr. Green.
Bref, j'aime beaucoup Brassens oui.
Passqu'il a le style.

Et il a des couilles, ça oui.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Densha
Aspirant genin


Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 290
Localisation: Arf... Plouf

MessagePosté le: Ven 08 Juin 2007, 9:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Yun a écrit:
Sous entendu "gros con" Mr. Green


Meeeuh non... Mr. Green

J'espère que parpaing le prendra pas de cette façon :p


Mine de rien, y'a pas mal de gens qui apprécient Brassens, ça me fait plaisir ^^

_________________
[quote="Chapitre 3"]Ca me fait mal de l'avouer, mais t'es quand même intelligent Densha. Razz[/quote]
Ar galleg eo karr an Ankoù e Breizh.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
parpaing
The alpha and the omega


Inscrit le: 03 Oct 2004
Messages: 732
Localisation: Deutschland über alles!

MessagePosté le: Sam 09 Juin 2007, 11:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Densha a écrit:
"Gare au Gorille" Un déchet ? Oo

Mon Dieu...

Je rappelle que l'album est sorti en 1953, pour chanter une chanson comme celle-là à cette époque, il fallait en avoir dans le froque (oulà, voilà que je commence à rimer xD).
Moi personnellement, c'est une de mes préférées ^^ (mais je respecte le fait que toi tu n'apprécies pas)


Je parle d'un point de vue musical, je trouve la musique et le rythme de cette chanson vraiment pas terrible, après que le message soit important, je ne dis pas le contraire Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Chakal D. Bibi
~ Chakal Touffu ~


Inscrit le: 02 Nov 2004
Messages: 1985
Localisation: La Tanière du Chakal

MessagePosté le: Dim 10 Juin 2007, 2:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je rejoins Parpaing sur ce point, musicalement, le Gorille n'est pas la meilleure chanson de Brassens mais niveau texte elle est superbe^^

_________________
[quote="Speed Hunter"]Chakal lui c'est un héros de musicien ![/quote]
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Densha
Aspirant genin


Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 290
Localisation: Arf... Plouf

MessagePosté le: Dim 10 Juin 2007, 3:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bah... En général, muscialement, chez Brassens y'a rien. Pour 150 chansons, il doit avoir 50 airs différents :p
Une quinzaine de chansons qui ont la même musique ^^

_________________
[quote="Chapitre 3"]Ca me fait mal de l'avouer, mais t'es quand même intelligent Densha. Razz[/quote]
Ar galleg eo karr an Ankoù e Breizh.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Etnad
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 30 Déc 2006
Messages: 139
Localisation: www.dtc.com

MessagePosté le: Dim 10 Juin 2007, 4:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah un topic sur Georges Brassens !!! Bravo à celui qui l'a fait c'est pas con du tout !!

Comme tu dis dans ta présentation on pourrait très bien dire que Brassesn est l'un des plus grand poètes du XXe siècle, y'a qu'à voir ses chansons.

En ce qui concerne la musique, certes elle est redondante mais personnelement je l'adore.

Voilà deux des chansons que je m'écoute en boucle : (J'ai pris les paroles sur des sites désolé s'il y a des fautes j'ai pas le temps de corriger)

Je me suis fait tout petit
Citation:
Je n'avais jamais ôté mon chapeau
Devant personne
Maintenant je rampe et je fait le beau
Quand ell' me sonne
J'étais chien méchant, ell' me fait manger
Dans sa menotte
J'avais des dents d'loup, je les ai changées
Pour des quenottes

Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui ferm' les yeux quand on la couche
Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui fait Maman quand on la touche

J'était dur à cuire, ell' m'a converti
La fine bouche
Et je suis tombé tout chaud, tout rôti
Contre sa bouche
Qui a des dents de lait quand elle sourit
Quand elle chante
Et des dents de loup quand elle est furie
Qu'elle est méchante

Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui ferm' les yeux quand on la couche
Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui fait Maman quand on la touche

Je subis sa loi, je file tout doux
Sous son empire
Bien qu'ell' soit jalouse au-delà de tout
Et même pire
Un' jolie pervenche qui m'avait paru
Plus jolie qu'elle
Un' jolie pervenche un jour en mourut
A coup d'ombrelle

Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui ferm' les yeux quand on la couche
Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui fait Maman quand on la touche

Tous les somnambules, tous les mages m'ont
Dit sans malice
Qu'en ses bras en croix, je subirais mon
Dernier supplice
Il en est de pir's il en est d'meilleures
Mais à tout prendre
Qu'on se pende ici, qu'on se pende ailleurs
S'il faut se pendre

Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui ferm' les yeux quand on la couche
Je m'suis fait tout p'tit devant un' poupée
Qui fait Maman quand on la touche



Oncle Archibald

Citation:
O vous, les arracheurs de dents
Tous les cafards, les charlatans
Les prophètes
Comptez plus sur oncle Archibald
Pour payer les violons du bal
A vos fêtes

En courant sus à un voleur
Qui venait de lui chiper l'heure
A sa montre
Oncle Archibald, coquin de sort !
Fit, de Sa Majesté la Mort
La rencontre

Telle un' femm' de petit' vertu
Elle arpentait le trottoir du
Cimetière
Aguichant les hommes en troussant
Un peu plus haut qu'il n'est décent
Son suaire

Oncle Archibald, d'un ton gouailleur
Lui dit : " Va-t'en fair' pendre ailleurs
Ton squelette
Fi ! des femelles décharnees !
Vive les belles un tantinet
Rondelettes ! "

Lors, montant sur ses grands chevaux
La Mort brandit la longue faux
D'agronome
Qu'elle serrait dans son linceul
Et faucha d'un seul coup, d'un seul
Le bonhomme

Comme il n'avait pas l'air content
Elle lui dit : " Ça fait longtemps
Que je t'aime
Et notre hymen à tous les deux
Etait prévu depuis le jour de
Ton baptême

" Si tu te couches dans mes bras
Alors la vie te semblera
Plus facile
Tu y seras hors de portée
Des chiens, des loups, des homm's et des
Imbéciles

" Nul n'y contestera tes droits
Tu pourras crier "Vive le roi!"
Sans intrigue
Si l'envi' te prend de changer
Tu pourras crier sans danger
"Vive la Ligue!"

" Ton temps de dupe est révolu
Personne ne se paiera plus
Sur ta bête
Les "Plaît-il, maître?" auront plus cours
Plus jamais tu n'auras à cour-
ber la tête"

Et mon oncle emboîta le pas
De la belle, qui ne semblait pas
Si féroce
Et les voilà, bras d'ssus, bras d'ssous,
Les voilà partis je n' sais où
Fair' leurs noces

O vous, les arracheurs de dents
Tous les cafards, les charlatans
Les prophètes
Comptez plus sur oncle Archibald
Pour payer les violons du bal
A vos fêtes


Bon y'en a d'autres notamment "Au bois de mon coeur" et "Trompe la mort".

_________________
Oscar Wilde a écrit:
S'aimer soi-même avant d'aimer les autres est l'assurance d'une longue histoire d'amour.
Heureux est l'étudiant qui, tout comme la rivière, suit son cours dans son lit.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Allen
Chuunin


Inscrit le: 30 Jan 2006
Messages: 788
Localisation: plus trop là...

MessagePosté le: Lun 11 Juin 2007, 12:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une qui m'a beaucoup touché, Supplique pour être enterré sur un plage à Sete.


La Camarde qui ne m'a jamais pardonné,
D'avoir semé des fleurs dans les trous de son nez,
Me poursuit d'un zèle imbécile.
Alors cerné de près par les enterrements,
J'ai cru bon de remettre à jour mon testament,
De me payer un codicille.

Trempe dans l'encre bleue du Golfe du Lion,
Trempe, trempe ta plume, ô mon vieux tabellion,
Et de ta plus belle écriture,
Note ce qu'il faudra qu'il advint de mon corps,
Lorsque mon âme et lui ne seront plus d'accord,
Que sur un seul point : la rupture.

Quand mon âme aura pris son vol à l'horizon,
Vers celle de Gavroche et de Mimi Pinson,
Celles des titis, des grisettes.
Que vers le sol natal mon corps soit ramené,
Dans un sleeping du Paris-Méditerranée,
Terminus en gare de Sète.

Mon caveau de famille, hélas ! n'est pas tout neuf,
Vulgairement parlant, il est plein comme un œuf,
Et d'ici que quelqu'un n'en sorte,
Il risque de se faire tard et je ne peux,
Dire à ces braves gens : poussez-vous donc un peu,
Place aux jeunes en quelque sorte.

Juste au bord de la mer à deux pas des flots bleus,
Creusez si c'est possible un petit trou moelleux,
Une bonne petite niche.
Auprès de mes amis d'enfance, les dauphins,
Le long de cette grève où le sable est si fin,
Sur la plage de la corniche.

C'est une plage où même à ses moments furieux,
Neptune ne se prend jamais trop au sérieux,
Où quand un bateau fait naufrage,
Le capitaine crie : "Je suis le maître à bord !
Sauve qui peut, le vin et le pastis d'abord,
Chacun sa bonbonne et courage".

Et c'est là que jadis à quinze ans révolus,
A l'âge où s'amuser tout seul ne suffit plus,
Je connu la prime amourette.
Auprès d'une sirène, une femme-poisson,
Je reçu de l'amour la première leçon,
Avalai la première arête.

Déférence gardée envers Paul Valéry,
Moi l'humble troubadour sur lui je renchéris,
Le bon maître me le pardonne.
Et qu'au moins si ses vers valent mieux que les miens,
Mon cimetière soit plus marin que le sien,
Et n'en déplaise aux autochtones.

Cette tombe en sandwich entre le ciel et l'eau,
Ne donnera pas une ombre triste au tableau,
Mais un charme indéfinissable.
Les baigneuses s'en serviront de paravent,
Pour changer de tenue et les petits enfants,
Diront : chouette, un château de sable !

Est-ce trop demander : sur mon petit lopin,
Planter, je vous en prie une espèce de pin,
Pin parasol de préférence.
Qui saura prémunir contre l'insolation,
Les bons amis venus faire sur ma concession,
D'affectueuses révérences.

Tantôt venant d'Espagne et tantôt d'Italie,
Tous chargés de parfums, de musiques jolies,
Le Mistral et la Tramontane,
Sur mon dernier sommeil verseront les échos,
De villanelle, un jour, un jour de fandango,
De tarentelle, de sardane.

Et quand prenant ma butte en guise d'oreiller,
Une ondine viendra gentiment sommeiller,
Avec rien que moins de costume,
J'en demande pardon par avance à Jésus,
Si l'ombre de sa croix s'y couche un peu dessus,
Pour un petit bonheur posthume.

Pauvres rois pharaons, pauvre Napoléon,
Pauvres grands disparus gisant au Panthéon,
Pauvres cendres de conséquence,
Vous envierez un peu l'éternel estivant,
Qui fait du pédalo sur la vague en rêvant,
Qui passe sa mort en vacances.

Vous envierez un peu l'éternel estivant,
Qui fait du pédalo sur la plage en rêvant,
Qui passe sa mort en vacances,

Elle est longue^^'

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Keïtaro
Jounin


Inscrit le: 12 Mai 2007
Messages: 860
Localisation: k-nada

MessagePosté le: Mer 13 Juin 2007, 10:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Parents fans, c'est inévitable on le devient ... des textes marrants, touchants, profonds ...
Une guitare, une voix et c'est partit :

Georges Brassens

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Carte
Anyarel
Chuunin


Inscrit le: 09 Aoû 2007
Messages: 743
Localisation: Saint-Denis (93)

MessagePosté le: Mer 19 Déc 2007, 11:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon bon ami Densha * léchage de bottes * m'a fait (re)découvrir Brassens, en me faisant lire les paroles de certaines de ces chansons peu célèbres mais qui valent vraiment le détour. ^^

Notre ami Brassens était un poète né, gloire à son art! ^___^

Citation:
Depuis que l'homme écrit l'Histoire
Depuis qu'il bataille à cœur joie
Entre mille et une guerr' notoires
Si j'étais t'nu de faire un choix
A l'encontre du vieil Homère
Je déclarerais tout de suite:
"Moi, mon colon, cell' que j'préfère,
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit!"

Est-ce à dire que je méprise
Les nobles guerres de jadis
Que je m'soucie comm' d'un'cerise
De celle de soixante-dix?
Au contrair', je la révère
Et lui donne un satisfecit
Mais, mon colon, celle que j'préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Je sais que les guerriers de Sparte
Plantaient pas leurs epées dans l'eau
Que les grognards de Bonaparte
Tiraient pas leur poudre aux moineaux
Leurs faits d'armes sont légendaires
Au garde-à-vous, je les félicite
Mais, mon colon, celle que j'préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Bien sûr, celle de l'an quarante
Ne m'as pas tout à fait déçu
Elle fut longue et massacrante
Et je ne crache pas dessus
Mais à mon sens, elle ne vaut guère
Guèr' plus qu'un premier accessit
Moi, mon colon, celle que j' préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Mon but n'est pas de chercher noise
Au guérillas, non, fichtre, non
Guerres saintes, guerres sournoises
Qui n'osent pas dire leur nom,
Chacune a quelque chos' pour plaire
Chacune a son petit mérite
Mais, mon colon, celle que j'préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Du fond de son sac à malices
Mars va sans doute, à l'occasion,
En sortir une, un vrai délice
Qui me fera grosse impression
En attendant je persévère
A dir' que ma guerr' favorite
Cell', mon colon, que j'voudrais faire
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit


J'ai appris à chanter cette chanson-ci quand j'étais en troisième. ^____^

_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Densha
Aspirant genin


Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 290
Localisation: Arf... Plouf

MessagePosté le: Mer 19 Déc 2007, 11:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bien joué le up ! Mr. Green

(pssst, c'était pas un poète né ; lis sa bio que j'me suis fait chier à rédiger, cancre :p)

_________________
[quote="Chapitre 3"]Ca me fait mal de l'avouer, mais t'es quand même intelligent Densha. Razz[/quote]
Ar galleg eo karr an Ankoù e Breizh.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
la mite a front plat
Étudiant à l'académie


Inscrit le: 21 Jan 2008
Messages: 106
Localisation: en train de nauséer, bouaaar******k, vomissements gras, pardon?

MessagePosté le: Dim 06 Juil 2008, 8:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Survival of old topic no jutsu! C'est pour la supra bonne cause : Mr BRASSENS

Perso, ma préférée est (à égalité avec les "Trompettes de la Renommée") Les Passantes, issue d'un poème d'Antoine Pol.

La voici dans son intégralité.

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu'on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu'on connait à peine
Qu'un destin différent entraîne
Et qu'on ne retrouve jamais

A celle qu'on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s'évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu'on en demeure épanoui

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu'on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A la fine et souple valseuse
Qui vous sembla triste et nerveuse
Par une nuit de carnaval
Qui voulu rester inconnue
Et qui n'est jamais revenue
Tournoyer dans un autre bal

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d'un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D'un avenir désespérant

Chères images aperçues
Espérances d'un jour déçues
Vous serez dans l'oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu'on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l'on a manqué sa vie
On songe avec un peu d'envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu'on n'a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lêvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l'on n'a pas su retenir



Ce poème d'Antoine Pol a été lui même tiré d'un poème de Baudelaire: "A une passante"

Voilà, j'espère que cette petite pause Brassenssophile vous a plus (même le centième de ce que ça me plait ce serait déjà énorme).

_________________
"Tu vas te manger un coup de poing dans ta sale tronche de merde, tu vas rien comprendre à ta sale vie de merde" (JSP)


"et sa truffe raclait le sol, dessinant un pentagone régulier de manière admirable" (Yun)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Carte
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Musique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum