Index du Forum
ActualitésNaruto FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Arcade Chan IRC
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion Boîte à flood CarteCarte
S'enregistrer

. Vampiresses sexy vs Konoha le teen movie d'horreur de Naruto
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics
Voir le sujet précédent - Voir le sujet suivant  
Auteur Message
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Lun 15 Mar 2010, 12:42 am    Sujet du message: Vampiresses sexy vs Konoha le teen movie d'horreur de Naruto Répondre en citant

Tout part d'un délire. Je me demandais ce que donnerai un teen movie d'horreur de série Z avec les personnages de Naruto... et voilà ce que çà a donné (du moins le début). Petite note préamblaire : tous les personnages ont subit un lifting humoristique. Ne vous attendez pas à des super pouvoirs ou des arts ninja de la part des protagonistes... vous vous apercevrez vite que la plupart pourraient même avoir du mal à faire cuire des œufs durs...

Autre chose, il est possible que par moment çà vire au gore qui tache tout en faisant sourire (z'avez vu "Brain dead" de Peter Jackson?) aussi j'assortis cette fic d'un avertissement à l'attention des moins de 16 ans.

Je poursuivrai cette fic selon mon humeur et je continue en parallèle "la nuit des longs kunais" qui se veut plus sérieux.

Place à la fic et à la découverte de ce que son devenus les personnages. Paix à leur crédibilité.


Citation:
INTRODUCTION : Sur la route de Sunarkham

Le car jaune poussif avançait sur la route déserte quelque part dans la Nouvelle Angleterre, direction le lycée américano-japonais de Sunarkham. Il était rempli seulement au tiers, ses occupants étaient des élèves (tirés au sort) du lycée japonais de Konoha. Les finances étant au plus bas suite aux paris risqués qu’avait effectués la sous directrice de l’établissement, seuls douze élèves et deux enseignants avaient pu partir. Confortablement installé sur la place arrière, celle qu’il estimait revenir de droit à l’élève le plus cool, un jeune ténébreux était en train de jouer sur une guitare électrique rouge et blanche, dont la rotondité faisait plus penser à un éventail qu’à une Gibson, branchée sur deux minuscules enceintes de baladeur, ce qui devait être du Jimy Hendrix …
“- hum hum ham nexm to hum FIRE”
Malgré la pauvreté de l’exécution musicale, une jeune fille blonde les seins et les fesses moulés respectivement dans un top minimaliste et un boom-boom short le fixait avec des yeux de merlan frit, tout en le collant au maximum. Le pseudo guitariste se nommait Sasuke et la blonde, Ino. Sur le siège juste devant, une autre jeune fille observait le couple. Elle avait des cheveux roses retenus par un ruban à nœud qui, s’il n’aurait pas dépareillé sur une gamine de dix ans, seyait moins bien à la jeune fille de seize ans qu’elle était en vérité. Cette jeune fille s’appelait Sakura et était la meilleure amie d’Ino, terme qui cachait l’appellation moins glorieuse de "faire valoir", et elle avait toujours eu le chic pour s’amouracher des garçons que convoitait son amie bien plus dévergondée qu’elle.

L’ambiance sonore déjà bien pourrie par cette interprétation plus que foireuse et le rire de pétasse qu’émettait Ino à intervalles réguliers, était aggravée par les hululements stridents d’Akamaru, le chihuahua albinos de Kiba. Kiba, était un motard, conduisant à Konoha et au mépris de toutes les lois, notamment l’obligation d’avoir un permis pour ce faire, un gros cube dangereux comme un brochet mariné au fugu. Malheureusement il aimait aussi les chiens et avait fait face à un cruel dilemme : un gros chien nécessitait un side-car pour être transporté, ce qui était ridicule, et un petit chien était ridicule tout court… Il avait opté pour la seconde solution et le spectacle de la petite tête blanche d’Akamaru dépassant du col du blouson de Bozoku de Kiba, lui-même chevauchant son monstre mécanique, était devenue commune à Konoha. Pour l’heure Kiba bataillait avec son chien pour le faire taire, ce n’était pas tant les cris de son animal qui l’exaspérait, il en avait l’habitude, que les hurlements d’une petite teigne à cheveux blonds et survêtement orange qui lui lançait des bordées d’insultes en se bouchant les oreilles. Heureusement le bruit des jappements d’Akamaru couvrait ce dialogue ordurier ce qui permet à cette fanfiction de rester lisible par les moins de dix-huit ans. La teigne blonde s’appelait Naruto, c’était d’ordinaire un boute-en-train (ou un pauvre clown selon la version de l’interlocuteur) mais il était également d’un naturel nerveux et ne supportait pas d’être le dindon de quelque farce que se soit, ni de ne pas être le principal instigateur de chaos du groupe.

Au milieu de ce tumulte assourdissant, chacun essayait de s’occuper comme il pouvait. Il y avait sur un siège, un jeune homme maigrelet dont la coiffure faisait songer à un palmier. Il était occupé à tester le programme de shogi qu’il avait programmé, par pur désœuvrement, sur sa calculatrice pendant le trajet en avion. Il était mécontent car son programme d’intelligence artificielle n’était pas assez bon à son goût. Ce brillant élève binoclard répondait, quand il accordait un tant soit peu d’intérêt au monde extérieur, au nom de Shikamaru. Bien évidement c’était LA tête de sa classe, celui qui avait fait tous les exercices de son livre de math avant même la rentrée. A côté de lui se tenait un autre jeune homme que la délicatesse m'autorisera seulement à qualifier de "corpulent". Nommé Chouji, celui-ci avait stoppé son activité coutumière, manger des chips, pour s’adonner à la rêverie. Voila, il y était, le pays des hamburgers du cholestérol et de l’hypercalorie. Ici il allait pouvoir se goinfrer des pires cochonneries et paraitrait d’une corpulence tout à fait normale, gros parmi les gros, enfin chez soi. Derrière eux, plusieurs sièges derrière, se tenait un jeune garçon de quelques années plus vieux que ses camarades en combinaison verte horriblement criarde. Ses sourcils épais masquaient en partie son front bas. C’était Lee, le baseballeur de service de sa classe. Plusieurs fois redoublant et ne restant au lycée uniquement que par la grâce de ses résultats sportifs (et aussi du fait que son père, le professeur Gai, était le professeur de sport du lycée). Chose surprenante il semblait lire un livre, mais ce n’était en fait qu’un magazine sur son sport fétiche et il regardait simplement les photos, tous ces champion de baseball à qui il allait montrer ce que valait son coup de batte magique, la "Tornade de Konoha". Tous les sièges aux alentours étaient vides, tout simplement parce qu’une rumeur courait sur cet énergumène. On disait de lui qu'il ne retirait jamais sa combinaison, d’ailleurs le fumet qui émanait de lui semblait attester de la véracité de ce bruit. Un seul élève était en train de s’approcher de lui. Celui-ci était vêtu d’un sweet-shirt à la capuche rabaissée sur sa tête et portait des lunettes de soleil (il était en réalité allergique au soleil) et il s’approchait de Lee avec une épingle, non qu’il s’intéressa au sportif mais plutôt à une des mouches qui tournaient autour de lui. Prestement Shino, c’était le nom du photo-allergique, piqua la mouche qui irai rejoindre dans une trousse les quelques diptères, appartenant à des espèces endémique à cette partie du globe, qui avaient attirés son attention, et retourna à son siège pour l’admirer alors que l'innocent insecte agitait ses pattes dans les dernières convulsion de l'agonie. Son intérêt plus que prononcé pour les créatures possédant plus de deux paires de membres le mettait en marge de ses camarades ; mais comme il passait aussi pour un sacré barge, on lui fichait cordialement la paix. Assis sur les deux sièges devant lui se tenaient un autre jeune garçon et une petite fille de plusieurs années plus jeune. Le garçon, qui portait des cheveux longs, était vêtu de noir et de dentelles. Il était de surcroit maquillé, arborait des piercings et des bagues-griffes en argent et était tatoué d’un symbole de la croix de vie sur le front. A ses oreilles étaient pendus les écouteurs d’un baladeur MP3 qui débitait de la musique métal symphonique et dans ses main un très vieux livre sur la couverture, piquée de moisissure, duquel on déchiffrait très difficilement ce titre : "De Vermis Mysteriis". A côté de lui une fille d’une douzaine d’années était assise et tentais d’attirer son attention en lui tirant sur la manche. Elle devait aller aux toilettes. Elle était coiffée au bol et portait une veste enfantine beige. Les deux, Neji et Hinata étaient officiellement cousins. En réalité (et même eux l’ignoraient) ils étaient demi-frère et demi-sœur, Hisashi Hyuuga, leur père, ayant mis dans son lit la propre sœur de sa fiancée l’avant-veille de son mariage, elle y était revenue souvent jusqu’à ce quelle tombe accidentellement enceinte de Hinata. De toute façon sa belle-soeur, désormais trentenaire, devenait trop vieille aux yeux de Mr Hyuuga qui l’avait promptement remplacée par sa secrétaire particulière. Malheureusement pour cet homme d'affaire important, il avait été forcé pour sauver les apparences d'adopter Hinata après le suicide de sa mère. Leur père avait soudoyé la principale adjointe pour qu’elle accepte les deux dans le voyage, malgré la différence d’âge de Hinata et ainsi qu'elle truque le tirage au sort pour les envoyer sur le continent américain. Le but sous-jacent étant de libérer Mr Hyuuga pour qu’il puisse aller "essayer" sa toute nouvelle assistante, la jeune Shizune.

Leurs professeurs me direz-vous ? Il s’agissait de deux jeunes adultes fraichement sortis de la fac, Mr Sarutobi et de Mlle Yui, qui plutôt que de s’occuper de leurs élèves pour calmer le vacarme, profitaient du voyage pour se peloter comme des collégiens à l’avant du bus. J’oublie peut être quelqu’un ? Ah oui, pardon... il y a cette fille brune coiffée avec des chignons dont je ne sais rien si ce n’est son nom, Tenten. Elle ne se distingue que par sa capacité à passer totalement invisible aux yeux de ses camarades, et du reste du monde, d'ailleurs. Elle ne semble pas avoir de passé… Mais peut être a-t-elle un avenir ?


Dernière édition par aldebaran le Sam 10 Avr 2010, 1:57 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isumi
En cierto modo
En cierto modo


Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 4041
Localisation: Mukuchi na yousei wa soko ni iru

MessagePosté le: Jeu 18 Mar 2010, 10:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

AHHHHH !!!
Ils sont dans les murs qui ont des angles bizarres et quand vient le soir et chantent les grenouille on entend comme un air de flûte....
Oups, pardon.

Non franchement c’est génial.

Au départ, « vampiresses sexy » ouais bon…
Mais teen movie d’horreur quand même…
Je me suis dit, ça va nous donner au moins du Z.
Et c’est toujours sympa’. Wink

Lecture du préambule : bingo !
« Z’avez vu Brain dead de Peter Jackson ? »
Owi owi !!!

" INTRODUCTION : sur la route de Sunarckam "

Bim, un point de santé mentale.

« Le car jaune poussif avançait sur la route déserte quelque part dans la Nouvelle Angleterre »

Oh mon dieu, les pauvres ! Very Happy

Après, je me tiens les côtes, devant la description du couple Ino Sasuke, notamment et tout le reste.

Puis vient mon passage préféré, une vrai perle:

Citation:
« Assis sur les deux sièges devant lui se tenaient un autre jeune garçon et une petite fille de plusieurs années plus jeune. Le garçon, qui portait des cheveux longs, était vêtu de noir et de dentelles. Il était de surcroit maquillé, arborait des piercings et des bagues-griffes en argent et était tatoué d’un symbole de la croix de vie sur le front. A ses oreilles étaient pendus les écouteurs d’un baladeur MP3 qui débitait de la musique métal symphonique et dans ses main un très vieux livre sur la couverture, piquée de moisissure, duquel on déchiffrait très difficilement ce titre : "De Vermis Mysteriis" *. A côté de lui une fille d’une douzaine d’années était assise et tentais d’attirer son attention en lui tirant sur la manche. Elle devait aller aux toilettes. Elle était coiffée au bol et portait une veste enfantine beige. Les deux, Neji et Hinata étaient officiellement cousins. En réalité (et même eux l’ignoraient) ils étaient demi-frère et demi-sœur, Hisashi Hyuuga, leur père, ayant mis dans son lit la propre sœur de sa fiancée l’avant-veille de son mariage, elle y était revenue souvent jusqu’à ce quelle tombe accidentellement enceinte de Hinata. De toute façon sa belle-soeur, désormais trentenaire, devenait trop vieille aux yeux de Mr Hyuuga qui l’avait promptement remplacée par sa secrétaire particulière. Malheureusement pour cet homme d'affaire important, il avait été forcé pour sauver les apparences d'adopter Hinata après le suicide de sa mère. Leur père avait soudoyé la principale adjointe pour qu’elle accepte les deux dans le voyage, malgré la différence d’âge de Hinata et ainsi qu'elle truque le tirage au sort pour les envoyer sur le continent américain. Le but sous-jacent étant de libérer Mr Hyuuga pour qu’il puisse aller "essayer" sa toute nouvelle assistante, la jeune Shizune. »


Moi, j’dis : vivement la suite et ça sent la goule. =)
Peut-être même l’épouse de celui dont on ne prononce pas le nom… Twisted Evil

* Laughing Neji va avoir des points de mythe ?

Un bon moment, vraiment ^^

PS: Tenten première victime ?
-" non Tenten pas la cave !!! " XD
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Dim 21 Mar 2010, 7:43 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Isumi de ton enthousiasme... Effectivement il y a quelques références lovecraftiennes (même si ce n'est pas "le culte des goules" que lit Neji) dans la fic mais ce ne sont que des références... Genre le réalisateur aura mis çà parce qu'il trouvait çà trop cool Wink... Question jeu de rôle je me surtout inspiré de "Brain Soda le jeu de rôle de l'horreur grasse" de Willy Favre... D'ailleurs pour le initiés je mettrai les fiches des victimes héros dans le "générique de fin" partie casting...

Allez sans transition, la suite (et les premières victimes bien sur)

Citation:
CHAPITRE I : Sunarkham by night

Quelques heures de route plus tard et l’arrivée à leur destination, Naruto faisait face à un Sasuke, un Neji et une Ino particulièrement remontés et passablement mouillés. Naruto avait en effet sorti de son sac l’arme secrète qu’il conservait par devers lui, un gros lance-eau, et avait aspergé Sasuke et ses deux groupies : Sakura et Ino. Le jet d’eau avait fait deux victimes collatérales : Neji et Hinata. Heureusement, il n’avait touché ni Kiba ni Lee, qui étaient du genre à frapper d’abord et à gueuler après (pour refrapper ensuite). A présent Naruto, qui venait de recevoir des menaces de toutes sortes de la part de ses victimes, levait ses mains et, entre deux rires, se rependait en excuses. A sa décharge il fallait bien reconnaitre que le spectacle qui s’offrait à ses yeux était cocasse : le maquillage de Neji avait coulé, une grande tache sombre ornait l’entrejambe de Sasuke et le top d’Ino collait à sa peau, révélant qu’elle ne portait pas de soutient gorge. Derrière le menaçant trio, Sakura, la tête coiffée d’une serviette tirée de ses affaires, fouillait le sac de son amie pour lui en trouver une également. Hinata elle semblait bouillir de rage et réfléchir à un moyen de se venger.

" - Bon, çà suffit, intervient Mr Sarutobi décidé à finalement jouer un peu son rôle d’accompagnateur. Naruto, donne-moi immédiatement çà.
- Mais m'sieur, c’était juste une petite blague, rétorqua ce dernier.
- Oui, on a bien ri mais maintenant c’est fini. Donne-moi çà si tu ne veux pas être collé dès ton retour en classe."
Naruto fini par obtempérer et remis son engin à son professeur d’histoire. Alors que le professeur s’en retournait, Hinata en profita pour se glisser près de Naruto et le gratifier d’un bon coup de pied dans le tibia. Mr Sarutobi, qui pensait en avoir fait suffisamment pour montrer son rôle de mâle dominant et impressionner Mlle Yui, ignora délibérément le cri de douleur et la bordée d’insultes de Naruto.

Une fois la totalité du groupe séché, remaquillé et changé, ils quittèrent le parking pour se rendre à leur point de rendez-vous et prendre les chambres qui étaient mises à leur disposition pour la durée du séjour. Shino était à la traine car un coléoptère à la carapace luisante avait attiré son attention.
" - Je suis sure qu’il les mange en douce, confia Tenten dégoutée à son plus proche voisin qui s’avérait être Shikamaru
- Hein, répondit d’un ton absent Shikamaru ? De qui tu parles ? Manger quoi ? On est où ?
- Manger ? C’est l’heure de manger ? Intervient Chouji qui n’avait raccroché que sur un seul mot."
Tenten baissa la tête et soupira, résignée.

Le groupe arriva sans trop d’histoire à la cafétéria où un rendez vous avec des étudiants chargés de les accueillir été prévu. Quand ils entrèrent, la salle était vide d’étudiant et Chouji, qui était entré le premier, se dirigea illico vers le comptoir et commença à commander autant de victuailles que possible. Il revint avec un plateau chargé à ras-bord sur chaque main, maintenant son lourd fardeau avec une maestria et une habileté dont il ne faisait preuve que quand il s’agissait de nourriture. Il posa lourdement ses plateaux à côté de ses camarades qui s’étaient installés dans un calme tout relatif. Il fallait préciser que Naruto s’était vengé sur Hinata en retirant sa chaise au moment où elle allait s’asseoir, provoquant une crise de larmes. A présent Naruto avait le second échange de vue de la matinée avec Neji qui le menaçait des pires sévices tirés de ses lectures sur les minutes des procès de sorcière dans le moyen-âge européen, lecture dont il était friand. Même sur un être aussi totalement dénué de bon sens que le petit blond nerveux le récit de ces tortures avait un effet calmant. A la table Tenten tentait tant bien que mal de calmer les pleurs de Hinata, Ino fixait les deux plateaux de Chouji comme si elle était prise d’indigestion et Kiba retenait Akamaru qui aurai bien voulu allait fourrer son petit museau dans ceux-ci. Les deux professeurs étaient parti chercher les étudiant chargé de les accueillir et qui visiblement avaient oublié le rendez vous. Le reste du groupe se comportait de façon que l’on peut qualifier de normal.

Le temps passait et les professeurs ne revenait pas, Naruto blanc comme un linge et Neji étaient revenus s’asseoir et Chouji avait terminé un de ses plateaux, éclaboussant au passage Tenten avec un mélange de plusieurs sauces à la couleur indéfinissable qui avait bavé avec violence, mais sans préméditation, de son hot dog maxi-big-boeing-cadillac-extra-king-super-size. Cette dernière était allée se passer un peu d’eau pour nettoyer au maximum l’affront à sa tenue qui malheureusement promettait d’être indélébile. Sur le trajet jusqu'aux toilettes, elle était passée devant l’entrée d’un escalier descendant dans ce qui semblait être une cave et d’où montaient des gémissements. Malheureusement pour son esprit chaste, elle avait reconnu les voix et les rires de leurs deux professeurs accompagnant et aurai souhaité ne jamais l’avoir entendu. Quelques dix minutes d’une inutile bataille avec le gras plus tard, elle était revenue, passant à toute vitesse devant la porte de l’escalier encore ouverte. Eut-elle fait plus attention, elle aurait remarqué le silence absolu et peut être même senti que quelque chose de maléfique l’observait dans le noir.

A son retour, elle remarqua que ses camarades étaient à présent accompagnés par un trio d’étudiants habillés de noir, deux garçons et une fille. Les deux garçons avait des yeux bizarres, si le plus jeune, un petit roux tatoué sur le front avait l’air de ne pas avoir dormi depuis des lustres, le plus grand, un brun assez carré avait lui simplement l’air d’avoir abusé de la boisson, entre autre, du reste il vacillait sur ses pieds. La fille elle avait un air déterminée et des cheveux blonds attachés en quatre couettes. Elle était habillée d'un pantalon de cuir et d'un débardeur plutôt sexy et Ino semblait rager intérieurement en voyant que l’attention de Sasuke avait été distrait d’elle. Tenten en approchant put entendre la fin de la conversation. C’était la fille qui parlait.

"- …Voilà, soyez les bienvenus à Sunarkham, j’espère que vous vous y plairez. Vous savez où sont vos chambres… Quand à vos professeurs, ils sauront bien vous retrouver.
- Ouais, commenta Naruto, de toute façon tout le monde s’en f... "
Il fut cueilli à l’arrière de la tête par une violente claque expédiée par Kiba
" - Je, t’ai dit de la fermer ducon, alors je t’entends pas ! C’est clair ?"
Visiblement Naruto s’était encore rendu coupable d’une autre blague douteuse et s’était attiré la colère de la mauvaise personne. Le garçon aux cheveux roux repris comme si rien ne s’était passé.
"- Vous voudrez sans doute faire la fête cette nuit, ceci-dit je vous conseille de rester à l’intérieur. Il peut se passer des choses pas très nettes la nuit par ici…"

Le soir était venu, bien entendu presque personne n’avait tenu compte des avertissements du rouquin, qui se nommait Gaara, et étaient allé folâtrer dehors. Le campus paraissait vide en dehors d’eux. Seule Tenten, Hinata et Chouji, entièrement repus pour la première fois de sa vie, étaient allé se coucher. Shikamararu avait entamé une sieste dont il ne s’était pas réveillé et dormait encore sous un arbre. Shino était parti à la chasse aux insectes nocturnes. Sasuke avait emmené sa groupie favorite pour lui jouer de la musique à l’extérieur et Sakura avait suivit son amie. Quand à Naruto, Kiba et Lee, ils étaient parti, Dieu sait où. Neji était lui resté à l’intérieur. Il était à la bibliothèque, en totale illégalité, en compagnie de Temari, la fille qui les avait accueillis, qui avait résolument décidé de s’attaquer au seul garçon qui lui paraissait à la fois attirant et intéressant dans ce groupe de bras cassés. Ils étaient en train de feuilleter un livre très ancien écrit en arabe mais parsemé de gravures pour le moins dérangeantes.

"- Tu aimes les livres anciens alors demanda Temari ?
- Ouais, j’ai lu tout Aleister Crowley répondit Neji, qui avait du mal à détacher ses yeux du livre, et là je me suis attaqué au livre de Ludwig Prinn. Tu sais ton lycée a l’air d’être passionnant.
- Passionnant c’est le mot, commença à minauder Temari. Et encore t’as pas tout vu, il faudra que je te montre la fontaine indienne sacrée qu’il y a dans le parc, tout près du parking bus.
- Ouais c’est sur, répondit Neji d’une voix égale."
Temari se mordit la lèvre et se fit plus entreprenant, elle posa sa main sur l’avant bras de Neji et approcha son visage très près du sien.
"- Oui, commença elle à ronronner, mais demain hein, pour le moment on a pas autre chose à faire ? Tu crois pas…"
Neji comprit enfin où elle voulait en venir et repoussa le livre qui se referma comme dans un grognement pour attirer Temari dans un coin et se livrer avec elle à des activités moins intellectuelles mais tout aussi enrichissantes sur le plan personnel.

Du côté du parking, Sasuke avait amené sa groupie et il jouait, de l’air aussi inspiré qu’il pouvait, de sa guitare… si seulement ce pot de colle de Sakura n’était pas venue, il aurait pu amener Ino dans le bus pour se livrer à toutes les activités libidineuses qu’il avait en tête. Alors qu’il massacrait allégrement Pink Floyd dans la lumière de la demi-lune, la sonnerie d’un réveil retenti à l’extérieur suivi d’un bref bruit de lutte puis d’un grand fracas. Ce bruit tira Shikamaru de sa torpeur. Celui-ci sur le coup se demanda ce qu’il faisait là. Le bruit eu aussi pour effet de suspendre quelque secondes un torride corps-à-corps dans la bibliothèque. La tête de Neji émergea des profondeurs de sa compagne d’un soir avant que celle-ci ne le replonge dans sa besogne en lui disant qu’il n’avait pas fini.

Sur le parking le pseudo guitariste finissait sa chanson, quand une personne émergea des ombres. Il s’agissait d’une jeune fille de leur âge. Elle était rousse avec des cheveux longs, portait des lunettes, des cuissardes, une mini-jupe et un gilet entrouvert sur son nombril et il semblait émaner de sa personne une aura de sensualité prédatrice. Elle s’approcha du groupe d’une démarche féline.

"- Magnifique composition susurra t elle à l’adresse du bellâtre brun. Tu as du talent pour la musique, mais je suis sur que ce n’est rien par rapport à tes autres talents… cachés.
- Hey la morue, intervint violement Ino, tu dragues pas mon mec.
- Allons ma petite chatte poursuivi la nouvelle arrivante, sois pas jalouse, je m’occuperai de toi après si tu veux…"
Ino resta paralysée par ce que lui avait dit la rousse. Sakura se rappela les paroles de Gaara et se senti des plus mal-à-l’aise, ce qui n’avait qu’en parti pour cause la proposition sulfureuse de la fille, elle cherchait en son fort intérieur en quoi cela lui mettait la chaire de poule. Sasuke, qui arborait maintenant un sourire à la fois niais et libidineux, trouva la force d’articuler péniblement
" - Pourquoi… après, çà te dit pas… en… même temps ?
- Désolé mon mignon répondit la rousse, mais je ne... savoure qu’une seule personne à la fois."

Au même moment, Shino essayait de capturer un insecte. A ce qu’il en savait c’était un insecte nécrophage et il avait bien de la chance de ne pas avoir eu à approcher un cadavre pour en récolter un. Il était posé sur une petite touffe d’herbe sèche. Il piqua mais à sa surprise lorsqu’il retira l’épingle, il vit qu’il y avait une goutte de sang au bout. Intrigué il regarda de plus prêt la touffe et vis avec horreur qu’il s’agissait de ce qu’il restait du visage mort de Naruto. Celui-ci avait eu le crâne défoncé, un œil avait éclaté et la mâchoire arrachée pendait, un réveil fracassé gisait à côté de lui et il semblait qu’il avait été projeté avec force contre un arbre.

Du côté des groupies, Ino regardait la rousse embrasser dans le cou son Sasuke sans qu’elle n’y trouve la force d'avoir à y redire. Le baiser se prolongeait et elle ne remarqua que quelque chose se passait de travers quand la nouvelle venue releva la tête du cou ensanglanté de Sasuke révélant de longue canines rouges de sang et des yeux flamboyants. Ino cria du plus fort qu’elle pouvait à s’en époumoner tandis que la créature se relevait et se dressait face à elle avec une lenteur terrifiante. Ino ne pouvait faire un geste et son cri résonnait à des centaines de mètres à la ronde. Elle ne pu sortir de sa stupeur qu’en entendant les appels de Sakura qui se tenait à présent dans leur bus jaune, à la porte de derrière qu’elle avait visiblement ouverte. Ino pris ce qui lui tombait sous la main, la guitare de Sasuke, dans le vain espoir de se défendre, puis elle commença à courir. Hélas la créature la rattrapa. Heureusement dans un geste salvateur elle frappa de toutes ses forces dans les jambes la faisant chuter. La créature avait également faite tomber Ino et cette dernière se mit à ramper vers la main tendue en dehors du bus par Sakura qui s’était mise à quatre pattes sur le plancher du véhicule. Ino tendit désespérément la main et Sakura parvint à l’attraper et à la hisser dans le bus. Malheureusement avant que les filles n’aient pu se relever pour fermer la porte, la créature attrapa Sakura par la cheville et la traina hors de leur abri. Dans le bref moment de lutte qui s’ensuivit, Sakura cogna contre la porte du bus qui se referma au nez d’Ino qui assista au spectacle de la créature planquant avec violence son amie contre la paroi du bus, se collant corps contre corps et plongeant ses crocs dans son cou, arrosant la peinture jaune de giclures rouges dans le bruit des râles étouffés de Sakura.


Bilan : All the team 7 dead... + peut être les professeurs... Smile


Dernière édition par aldebaran le Lun 22 Mar 2010, 2:32 am; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isumi
En cierto modo
En cierto modo


Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 4041
Localisation: Mukuchi na yousei wa soko ni iru

MessagePosté le: Dim 21 Mar 2010, 12:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Merci Isumi de ton enthousiasme... Effectivement il y a quelques références lovecraftiennes (même si ce n'est pas "le culte des goules" que lit Neji) dans la fic mais ce ne sont que des références... Genre le réalisateur aura mis çà parce qu'il trouvait çà trop cool ... Question jeu de rôle je me surtout inspiré de "Brain Soda le jeu de rôle de l'horreur grasse" de Willy Favre... D'ailleurs pour le initiés je mettrai les fiches des victimes héros dans le "générique de fin" partie casting...



Mais de rien.^^
D'ailleurs, la suite est toujours aussi tordante.
Avec une Tenten qui éviiiite la cave de façon très pertinente Laughing
En principe, dans les films d'horreur, ceux qui se livrent à des ébats sont massacrés assez rapidement: j'ai donc peu d'espoir pour les profs Twisted Evil

Neiji et Temari ou voilà où peuvent mener les affinités intellectuelles Laughing
et la lecture du Nécronomicon.
J'espère qu'il n'y aura pas d'ellipse sur leur fin comme avec Naruto ^^ (soit dit en passant, la découverte de la boîte crânienne défoncée, bravo!)

La scène du bus est excellente.
Et je ris encore du plan à trois que propose ce petit pervers de Uchiha.
Karin en short, bon sang mais c'était bien sûr !
Je pensais à des créatures hors manga type goules (c'est pour cela que je les évoquais, pas en référence aux lectures de Neiji, en fait ^^), mais c'est encore mieux...

Vampiresses: vivement les autres !

Je ne connais pas le JDR auquel tu fais allusion, mais le titre est déjà tout un programme =)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Mat
Jûbi


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 5781

MessagePosté le: Dim 21 Mar 2010, 12:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

AVERTISSEMENT ! Evil or Very Mad

Je te préviens, si tu continues à écrire ta fic' sur les petits jeunes de Konoha et leur escapade aux Etats-Unis je risque de... devenir fan. Very Happy

L'introduction et le premier chapitre sont +++. Un départ sur les chapeaux de roue (tout le contraire du bus...) et un "Les finances étant au plus bas suite aux paris risqués qu’avait effectués la sous directrice de l’établissement, seuls douze élèves et deux enseignants avaient pu partir." tordant à souhait (Tsunade n'est donc pas plus vernie dans Naruto qu'ici) sans compter les descriptions au vitriol des personnages (la capacité de Tenten est exceptionnelle) qui sont aisément repérables (j'ai quand même hésité une seconde pour Neji en gothique mais avec la croix de vie j'ai vite retrouvé mes repères), le tout agrémenté d'une bonne dose d'ironie. What else ? Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Lun 05 Avr 2010, 1:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un peu de temps pour écrire ce chapitre, mais entre un scénario de jeu de rôle pour une partie de 11h et un méchant rhume, j'ai eu moins de temps. Mais voici la suite pour vous mes fans...

Citation:
CHAPITRE II : Horreur à Sunarkham

Dans la bibliothèque les guitares du groupe Metallica commençaient à hurler les accords de Call of Ktulu, ce qui avait empêché Neji et Temari d’entendre les hurlements dans le parc. Neji avait sorti son baladeur et des enceintes portatives ainsi qu’une bougie en suif de bouc pour recréer l’idée qu’il se faisait d’une ambiance romantique. A ses côté Temari qui avait réenfilé simplement son shorty, laissant le reste de son énergique et irréprochable plastique de sportive dévoilé, fronçait un peu le nez mais restait allongée, projetant de passer de nouveau à l’assaut quand il serait possible pour sa nouvelle conquête de reprendre vigueur et consistance. Neji qui se doutait d’où elle voulait en venir tenta d’amorcer la conversation pour gagner du temps et retrouver la pleine possession des ses moyens.
" - Ton frère, commença t-il, a parlé de choses étranges dehors, j’ai déjà vu pas mal de trucs strange et son histoire, çà m’intrigue.
- Je pensais pas en parler à qui que ce soit, répondit elle, mais j’ai l’impression que toi tu vas me croire."
Elle marqua une pause.
" - Et bien ? Demanda Neji.
- Il y a eu des vampires.
- Oh ? Canon… Raconte.
- On est arrivé en début d’année avec mes frangins et on a découvert qu’il y avait des disparitions et que seuls les hommes étaient retrouvés, bien sur vidés de leur sang… Le shérif a étouffé l’affaire parce que sa femme travaille ici et que le lycée aurait fermé si çà s’était su.
- Et les femmes ?
- On en a eu une, qui a voulu nous mordre. Sans Gaara, on serait plus de ce monde. Il est un peu… spécial, je t’en parlerai plus tard. Du coup on a commencé la chasse. Tous les vampires qu’on a rencontrés étaient des femmes, des disparues d’avant.
- Vous en avez tué combien ?
- Une demi douzaine mais on savait qu’il en restait d’autres… rien que dans l’année, il y a eu une flûtiste nymphomane de la chorale de Dotowich et l’entraineuse de l’équipe de natation de la fac de Kirinnsmouth qui ont disparu donc je ne sais pas combien çà en fait au total… Au final on a localisé la source et même si on n’a pas pu la détruire on a réussi à la coincer et à la sceller dans un vieux placard à balais au fond d’une vieille cave où personne ne va jamais. Depuis on n’a pas revu ses créations, comme si elles avaient besoin de leur maîtresse pour se manifester.
- Et ben, quand je disais que ce lycée était intéressant, je pensais pas autant… C’était quoi la source ?
- Une vieille, la femme d’un doyen du lycée au début du siècle dernier, Chiyo Armitage. Enfin bref depuis on n’a plus eu de problème mais on reste prudent, mes frangins Gaara et Kankuro patrouillent régulièrement et moi je garde toujours un pieu dans mon sac, on ne sait jamais.
- Hé hé, rit doucement Neji en se postant au dessus de Temari, visiblement prêt à repasser à l’action, j’ai une chasseuse de vampire canon avec moi, çà déchire à mort… "
Temari lui rendit son sourire et ils roulèrent l’un sur l’autre, reprenant les hostilités où ils les avaient laissées.



Tenten était dans la chambre des deux cousins Hyuuga, attendant patiemment que Hinata se rendorme. Cette dernière avait fait un cauchemar et ses cris avaient réveillé Tenten, qui dormait dans une chambre voisine aux murs guère plus épais que les cloisons en papier de riz de son pays natal et à l’isolation acoustique totalement inexistante. Tenten avait de l’affection instinctive pour la fillette et elle avait pris sur elle de la rassurer, voyant que Neji l’avait laissée seule. La source de son cauchemar était vraisemblablement un livre, un recueil de nouvelles d’E. Allan Poe, que Neji avait prêté à sa cousine pour qu’elle s’endorme. De quatre ans son ainée, Tenten avait frissonné en parcourant le Masque de la Mort Rouge et avait conclu que c’était vraiment une idée absurde de donner çà à lire à une fillette se retrouvant hors du confort familier de sa maison. Elle-même n’était pas sure de pouvoir fermer l’œil en toute quiétude.



Au même moment Ino était retranchée dans le bus jaune. Elle avait sorti de son sac un ustensile oblong, gainé de silicone fluorescent, qui maintenait, fort heureusement pour elle, la porte solidement close. Au dehors, la créature qui avait tué Sasuke et Sakura tournait lentement autour du véhicule, d’une souple démarche de prédateur, cherchant visiblement un moyen d’entrer.



Dans la bibliothèque, les guitares de Metallica s’étaient tues, remplacées par des gémissements, râles et autres halètements. Soudain, alors qu’ils étaient encore en pleine action Neji stoppa brusquement, l’air affolé, regardant de sa position supérieur par-dessus une pile de livres posée sur une table basse.
" -Qu’est ce qu’y a ? Demanda sa compagne rageuse.
- Tu as bien dit qu’il y avait une flutiste de disparu ? Demanda t-il en baissant au maximum la voix
- Ouais pourquoi ? Demanda Temari, soudain elle aussi soucieuse, en chuchotant elle aussi.
- Parce qu’il y en a une à la porte de la bibliothèque… Jette un coup d’œil discrètement. "

Après s’être retournée sur le ventre, Temari leva la tête pour regarder avec appréhension. Effectivement, une jeune fille aux long cheveux et coiffée d’un bandana, vêtue d’une combinaison moulante noire à décolleté très échancré et tenant une flute traversière s’apprêtait à pénétrer par la porte vitrée. Même de loin ses yeux semblaient rougeoyer. Temari se tapit aussitôt.
" - Merde, oui, c’est elle, souffla t-elle.
- Rhabille toi, dit Neji en réenfilant son pantalon après avoir pris soin de moucher la bougie, faut qu’on se casse discrètement. "



Lee, le sportif, avait finalement trouvé ce qu’il cherchait : les équipements sportifs de l’établissement, plus précisément le terrain multisports où se déroulaient les matchs de baseball. Celui-ci se trouvait un peu excentré des bâtiments principaux et se situait à côté d’une piscine découverte et d’un gymnase. Après avoir allumé deux des spots, il avait commencé son training habituel, cinquante tours de piste et s’attaquait maintenant à une série de mouvements d’échauffement à la batte. Il regrettait de ne pas avoir sous la main un partenaire ou un lanceur automatique de balles. Alors qu’il en était à son trente-septième mouvement, il entendit un fort clapotis en provenance de la piscine et aperçu une silhouette s’extirper de l’eau. Lee stoppa ses mouvements de batte pour regarder. De loin il devinait qu’il s’agissait d’une femme élancée aux cheveux longs. A sa grande surprise elle ne retourna pas vers les vestiaires mais passa par une ouverture du grillage et se dirigea vers le terrain où il se trouvait. Elle avançait avec assurance. Lee cru voir une furtive lueur rouge au niveau de son visage mais pensa qu’il avait du l’imaginer. La femme entra dans le terrain et dans la lumière. C’était une femme athlétique mais à la poitrine opulente. Elle semblait avoir une trentaine d’année. Elle avait des cheveux auburn, une longue frange cachant un des ses yeux, l’autre était bleu outremer et semblait scintiller de convoitise. Sa peau était pale et elle n’était revêtue que d’un maillot de bain deux-pièces minimaliste. Le regard de mâle de Lee oscillait entre le mouvement de ses jambes fuselées et les rondeurs de ses seins. Eut-il un peu plus d’esprit, il se serait fait la réflexion qu’elle ne frissonnait même pas malgré le froid de la nuit, sa peau mouillée et son habillement plus que sommaire.
" -Alors, beau gosse, ronronna la nouvelle arrivée, on s’entraine tout seul ? C’est courageux, surtout à cette heure. Mais tu dois t’ennuyer… Cà te dirai de t’amuser un peu avec moi ? On fera quelques lancers de balle pour que tu me montres tes talents… Et après on verra. "

Lee, déstabilisé, avala péniblement sa salive et répondit d’un hochement de tête en se mettant en position. La nageuse se saisit d’un chariot à roulette contenant des balles et l’amena à la base de lancer. Elle se saisit d’une balle. Et s’apprêta à lancer, Lee se tenant prêt. Le coup fut si rapide que Lee n’eu pas le temps de voir la balle arriver et lui percuter le ventre avec une force formidable. Même se abdominaux surdéveloppés eurent du mal à amortir le choc.
" - C’est tout ce que tu peux faire mon minet ? Ironisa la femme. Allez, tu peux faire mieux que çà. "
Elle se prépara à un second lancer que Lee anticipa avec son coup de batte fétiche, la tornade de Konoha. La batte se fracassa en deux en heurtant la balle mais renvoya néanmoins cette dernière à son envoyeuse. Lee esquissa un sourire jusqu’au moment où il s’aperçu que son adversaire avait arrêté sa balle d’une seule main.
" - C’est bien mon minet. J’aime les hommes forts comme toi, çà donne une saveur incomparable aux choses. Maintenant je passe aux réjouissances. "

D’un mouvement si vif qu’il ne pouvait être vu, elle renvoya à nouveau la balle qui percuta l’épaule de Lee, la déboitant, et lui faisant lâcher ce qu’il restait de sa batte. L’instinct de conservation de Lee refit alors surface. Il ne pouvait rester en présence d’une femme aussi dangereuse. Sa force n’avait rien de naturel et il devait fuir. A peine eut-il tourné les talons et fait deux enjambées qu’une autre balle lui percuta la nuque, accompagnée du bruit sinistre des os qui se rompent, le privant de toute sensation nouvelle. Il ne pu donc même pas se rendre compte que la créature le soulevait par les cheveux et mordait à sa gorge pour boire sa vie.



Neji et Temari s’étaient rhabillés. Ils se dissimulaient maintenant entre les rayonnages. La créature était rentrée et semblait les chercher. Elle reniflait de temps à autre, comme cherchant l’odeur de sang dans l’air. Neji et Temari progressaient autant qu’il le pouvaient vers la porte de sortie. Le vampire se dirigeait vers le lieu de leurs ébats. En se rapprochant, attirée par un gémissement malsain, elle vit le livre d’où semblait provenir les bruits et, à côté, la bougie de suif qu’elle prit dans ses mains en sifflant, tel un chat en colère, en même temps que la porte de la bibliothèque claquait.



Kiba filait sur la moto qu’il avait fauchée dans le garage. Il l’avait repérée dès son arrivée. Elle lui faisait de l’œil, une authentique Harley Davidson. Peut lui importait à qui elle appartenait, pour l’heure c’était lui qui la conduisait. C’était donc la sienne. Il avait fait un tour des environs avec, s’apercevant qu’en dehors du campus le comté était quasi désert… Pourquoi donc avoir conservé le campus ici, se demanda t-il. Aucune idée ne lui vint, mais il conclut que c’était une histoire de monument historique, les bâtiments ayant l’air anciens… au final, il s’en moquait. Pour le moment il faisait route vers le campus pour dormir un peu. Demain soir, il trouverait bien le moyen de taxer à nouveau cette merveille. Et peut être même de trouver une combine pour l’expédier au Japon à son départ. Akamaru émit un aboiement strident. Il vit alors sur le côté de la route une silhouette féminine qui faisait visiblement du stop. Son cœur fit un bon quand il reconnu Mlle Yui, son professeur de biologie. C’était à son cour que Kiba se montrait le plus assidu, non pas pour la matière en elle-même, mais bien pour l’enseignante. C’était son moment de félicité hebdomadaire, celui où il attendait que Mlle Yui entre dans la classe, vêtue coutumièrement d’un chemisier et d’une jupe de tailleur largement fendue, vienne s’asseoir sur son bureau, juste en face de lui, croise ses longues jambes merveilleusement galbées sous ses yeux, retire ses lunettes et commence la leçon. Durant ses cours, Kiba faisait tellement d’effort pour s’attirer l’attention et l’approbation de son enseignante que sa moyenne dans cette matière avait fait un bond prodigieux de cinq points. Il ne cru un instant pas ses yeux en voyant l’incarnation de ses fantasmes d’adolescent plein de sève, là, sur le bas côté de la route. Mlle Yui ne portait pas ses lunettes et avait détaché ses cheveux qu’elle nattait habituellement. Ces quelques détails ne faisaient qu’accentuer son aura de séduction. En s’arrêtant à côté d’elle pour la prendre en croupe, il remarqua également que les deux boutons du haut de son chemisier avaient été déchirés et qu’elle s’était parée d’un ras-du-cou rouge sombre.
" - Mlle Yui ? Commença t-il. Qu’est ce que vous faites ici.
- Une dispute, répondit l’enseignante alors qu’elle s’asseyait en amazone sur l’arrière de la moto et qu’elle enserrait la taille de Kiba de ses bras."
Kiba mis deux seconde pour répondre. N’eurent-été les tremblements causés par son excitation, qu’il eut peut être remarqué qu’Akamaru s’était tu et s’était réfugié sous son blouson tremblant lui-aussi, mais de peur.
" - Vous voulez retourner au campus ? Reprit péniblement Kiba.
- Non, amène-moi loin. J’ai pas envie de retourner là bas. Tu as fait un tour des lieux ? Tu as vu quelque chose où on peut dormir ?
- J’ai vu un motel plus loin, répondit Kiba, tentant le tout pour le tout. Il a pas l’air fameux mais il n’est pas cher je pense. Je vous y amène ?
- Oui, c’est une merveilleuse idée. "

Kiba redémarra la moto et lui fit faire demi-tour. Un long moment plus tard, il questionna.
" - C’est avec Mr Sarutobi que vous vous êtes disputée ?
- Oui, mais j’ai pas envie d’en parler, ni de le voir pour le moment. De toute façon c’était pas un homme pour moi. "
Il y eut un moment de flottement au bout duquel l’enseignante reprit.
" - Je préfère les hommes fonceurs, rebelles, qui ne soucient pas des lois… Même s’il sont plus jeunes. "
Elle rapprocha ses lèvres de l’oreille de Kiba et poursuivit
" - De toute façon j’ai toujours aimé être la première."
Kiba ne su quoi répondre à cette invitation à peine déguisée et il se contenta de mettre les gaz pour arriver plus vite au motel.



Dehors, Neji et Temari couraient à en perdre haleine, longeant le mur de la bibliothèque en quête d’un abri plus sur. Mais, alors qu’ils se retournaient pour vérifier qu’ils n’étaient pas poursuivis, un sifflement retentit devant eu, ils firent face à la nouvelle menace et virent une autre créature de la nuit. Celle-ci aussi était une femme, grande à la chevelure sombre. Elle ne portait comme tous vêtements qu’un body de résille une courte jupe et un long manteau. Son expression évoquait une gourmandise perverse partie de sadisme. Mu par son instinct, Neji porta la main à la croix d’argent qu’il portait au cou et la brandit devant lui, faisant reculer la créature.
"- Ia, ïa, Yog-Sothoth, récita t-il machinalement, toi qui es la clef et la porte, éloigne cette créature de mon chemin. Fhtagn !"
La troublante créature portait ses mains devant ses yeux, essayant de se protéger de la vue de cet objet. Temari, démontrant, par la fluidité et la sureté de son mouvement, qu’elle n’avait pas menti au sujet de son passé de chasseuse de vampire, sorti un pieu de son sac et l’enfonça dans la poitrine de la créature. Celle-ci hurla et commença à exsuder du sang par tous les pores de sa peau, laissant bientôt un cadavre desséché tomber au milieu d’un marre de sang, sous les yeux écarquillés de Neji.

"- Cà fait toujours un choc la première fois, commenta Temari en reprenant son souffle. Maintenant le truc c’est de surtout pas retirer le pieu du cœur et de la laisser cramer au lever du soleil… On pourrait aussi lui couper la tête mais j’ai rien pour çà, d’habitude c’est le travail de mes frangins. Et puis bien sur y a l’eau bénite mais les pasteurs du coin nous ont repérés et on n’a plus de réserve… "

Alors que Temari finissait de reprendre son souffle en s’adossant au mur, Neji restait à contempler le corps du vampire recroquevillé sur lui-même. Il ne fut tiré de sa contemplation que par un cri étouffé. Il se retourna et vit que la flutiste de la bibliothèque s’était subrepticement glissée dans le dos de Temari et mordait à présent sauvagement son cou. Neji resta une seconde bloqué devant ce spectacle et fini par réagir en plaquant sa croix d’argent contre le visage de leur assaillante. Celle-ci lâcha sa proie, qui s’effondra à genoux, fit tomber la flute qu’elle avait toujours à la main et porta ses deux mains à son visage, visiblement en proie à une douleur abominable. Neji n’avait pas lâché la flute du regard. Prestement il la ramassa et, d’un coup rageur, l’enfonça dans la poitrine de sa propriétaire. L’ex flutiste nymphomane émit un gargouillis répugnant alors que du sang coulait à gros bouillons de sa bouche et se mit elle aussi saigner de toute la surface de sa peau avant de bientôt s’effondrer, sèche et rabougrie.



Shino était resté bloqué devant le spectacle que le cadavre de Naruto offrait à son regard, même les cris qu’il avait entendu plus loin n’étaient pas parvenus à le tirer de sa stupeur. Tout était figé en lui, y compris le cri de peur et de surprise qui était monté à sa gorge. Il sentait vaguement une main lui secouer l’épaule et se décida à émerger. Il vit à côté de lui Shikamaru qui essayait de le sortir de son hébétement.
"- Naruto, souffla Shino ! Il est mort !
- Ouais, j’ai vu, répondit Shikamaru. "
Le surdoué de la classe ne semblait pas affecté outre-mesure par le spectacle. Sans doute, le doux autisme des grands intellectuels lui permettait de rester de marbre.
" - J’ai entendu des cris, reprit il d’une voix éteinte. Je crois que c’était Ino. On ferait peut-être mieux d’aller voir non ?"

Shino branla du chef pour acquiescer et les deux adolescents se mirent en chemin, suivant un sentier qui avait l’air de mener à la source des cris. Ils avaient à peine fait une dizaine de mètres que les buissons s’agitèrent devant eux. Ils s’immobilisèrent pour voir ce qui causait le bruit. Devant eux surgit une créature à quatre pattes, grosse comme un chien. Elle était noire et blanche et traversait le sentier d’une démarche pataude.
" - Un blaireau, souffla Shino."
L’animal sembla les avoir entendus et se figea, puis elle se tourna vers eux, commençant à grogner.
" - C’est pas un animal qui porte la rage, çà ? Questionna Shikamaru.
- Je sais plus répondit son comparse. Dans le doute, tu penses pas qu’il vaut mieux se dire que oui ?"
Le blaireau commença à grogner de plus belle et à commencer à avancer vers eux, de plus en plus menaçant.
" - Ouais, t’as raison, acquiesça Shikamaru avant de tourner les talons. Barrons-nous !"
Il joignit le geste à la parole, suivit une demi-seconde plus tard par Shino. Les deux lycéens, poursuivis par l’animal, se ruèrent ventre à terre en direction des bâtiments.



" - Qu’est ce que tu fais là, toi ? demanda Neji à Tenten en ouvrant la porte de sa chambre."
Tenten prit le temps de remarquer que Neji soutenait l’étudiante de tout à l’heure, visiblement dans les vapes, avant de répondre.
" - Je… Hinata avait fait un cauchemar et elle a crié alors…
- Ouais, ouais. Cà tombe bien, machine. Tant que t’es là fait-la se lever et s’habiller. Et toi aussi, faut qu’on se tire d’ici. Moi faut que je soigne cette fille."
Neji posa Temari sur son lit et fouilla dans ses affaires, sortant une écharpe de soie noire dont il se servit pour faire un bandage de fortune. Temari gémit faiblement.
" -Merde de merde, par les Grands Anciens, çà sera jamais assez, faut l’amener à l’hôpital. "

Une fois que Tenten eut réveillé Hinata, lui eu fait passer des vêtements plus chauds par-dessus son pyjama et fut revenue elle-même de sa chambre, le quatuor sortit discrètement de la chambre. A ce moment, une silhouette imposante et sombre se dressa devant eux.



La fenêtre de la chambre du motel où Kiba et Mlle Yui s’étaient arrêtés était encore allumée. De la pièce montaient les soupirs de plaisir du jeune homme. Soudain ces gémissements se transformèrent en cri de douleur. Il y eu un bruit de lutte. Akamaru se mit à aboyer frénétiquement. Une giclée de sang aspergea les rideaux tendus devant la fenêtre puis les cris d’Akamaru se murent en une plainte dramatiquement courte et ce fut le silence.



Tenten, Neji, Temari Hinata et Choji descendait prudemment les escaliers. Chouji était tombé sur les quatre autres alors qu’il sortait des toilettes et ils l’avaient emmené avec eux. Hinata avait l’air apeurée, cramponnée convulsivement au gilet informe de Tenten. Temari avait repris ses esprits quand Chouji avait fait l’énorme sacrifice de lui laisser une canette de boisson énergisante pour la remettre d’aplomb. Elle n’en demeurait pas moins mortellement pâle et son regard se faisait de plus en plus lointain et vitreux. Neji continuait de la soutenir, visiblement très inquiet pour elle. Elle parvint néanmoins à articuler
" - Faut pas passer… porte de d’vant… sans doute surveillée. La cave avec le placard, la fenêtre mène au parking… Et… voir ce qui a réveillé… l’ancienne."
Visiblement exténuée par cette débauche d’énergie, elle se contenta d’agiter son bras dans la direction d’une porte encore entrouverte. Tenten, reconnu la cave d’où plus tôt dans la journée elle avait surpris les bruits des ébats de leurs professeurs.
" - Chouji, demanda impérieusement Neji, descend le premier, nous on est chargé et dit nous s’il n’y a rien en bas. "
Chouji qui n’était pas spécialement du genre à discuter les positions des autres s’exécuta et descendit à tâtons l’escalier. Plusieurs minutes passèrent durant lesquels on n’entendit aucun bruit provenant d’en bas.

Durant ce moment chargé de tension, Temari eu la force de glisser une phrase à Neji.
" - Faut pas me… laisser devenir comme… elles hein ? Tu… promets ?
- Promis, répondit Neji, mais on va te sortir de là, courage !"
La voix forte de Chouji leur parvint alors.
" - C’est bon, j’ai pas encore trouvé l’interrupteur mais çà a l’air d’être vide."
Neji, concluant que Choji n’aurait pas été en mesure de parler en cas de mauvaise rencontre fit un signe de tête à Tenten pour descendre ce qu’elle fit et il prit sa suite. Deux minutes plus tard après avoir progressé dans le noir ils se retrouvèrent tous dans la cave.

" -Ah, je crois que j’ai trouvé le bouton, intervint la voix satisfaite de Chouji."
La pièce fut illuminée et Hinata poussa un grand cri de terreur. Elle venait de voir apparaitre le visage mort et exsangue de Mr Sarutobi, affalé sur une table, juste à hauteur de son regard. Elle se réfugia dans les bras de Tenten, tétanisée par l’horreur. La pièce en elle-même semblait être un mélange entre un local d’entretient et un dépôt d’outils. On pouvait voir pêle-mêle des balais, des pelles, des seaux et plusieurs armoires métalliques dont une grande ouverte.
" - Mais, bon Dieu, qu’est ce qui se passe ici ? demanda Tenten qui commençait à être gagnée par la panique.
- Des vampires, répondit Neji amer… Et apriori c’est leur première victime.
- Tu te fous de moi, c’est une caméra cachée ou quoi ?
- Tu crois quoi ? Que Temari s’est mise dans un état comme çà toute seule ? Et le prof aussi ? On en a rencontré deux tout à l’heure. Maintenant faut se magner de sortir, prendre une caisse et filer à l’hosto."
Neji désigna un soupirail assez grand en haut d’un des murs de la pièce.
" - C’est la fenêtre dont tu parlais Temari ?"
Mais cette dernière ne répondit pas.
" - Temari ? Temari ! Insista Neji, de moins en moins calme."

Il tenta de prendre le poult à son poignet mais ne trouva rien et du se résoudre à l’évidence, serrant les poings.
" - Chouji et machine ! Reprit Neji, se contenant. Sortez par la fenêtre faut qu’on se barre de toute façon… Moi j’ai un truc à finir et je vous rejoins."
Après que Choji ait péniblement fait passer sa masse à travers l’ouverture et que Tenten et Hinata se soient glissées à sa suite, Neji assit le corps de Temari en l’appuyant contre un mur, puis il se saisit d’une pelle, déterminé à tenir sa promesse. Il leva son outil et après quelques secondes d’hésitation frappa d’un grand coup, détachant la tête de Temari de son corps et tachant sa propre chemise ainsi que son visage d’une longue trainée de sang. Une fois sa sinistre besogne faite, il s’apprêta à rejoindre ses camarade mais ce que Mr Sarutobi tenait encore dans sa main attira son regard : le lance-eau de Naruto, confisqué plus tôt dans la journée.

Naruto, Sakura, Sasuke, Hinata, Kiba, Shino, Lee, Neji, Tenten, Chouji, Ino, Shikamaru, Gaara, Kankuro, Temari, Asuma, Kurenai.


Dernière édition par aldebaran le Dim 07 Aoû 2011, 12:11 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bane
Aspirant genin


Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 266

MessagePosté le: Lun 05 Avr 2010, 2:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'adore, bravo.
Ton style d'écriture est vachement fluide et donc agréable et facile et lire.
La suite !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isumi
En cierto modo
En cierto modo


Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 4041
Localisation: Mukuchi na yousei wa soko ni iru

MessagePosté le: Mer 07 Avr 2010, 6:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Call of Ktulu de Metallica, excellent choix.Cool
Neiji a de bonnes carac’ en constitution on dirait Laughing


Citation:
Une demi douzaine mais on savait qu’il en restait d’autres… rien que dans l’année, il y a eu une flûtiste nymphomane de la chorale de Dotowich et l’entraineuse de l’équipe de natation de la fac de Kirinnsmouth qui ont disparu donc je ne sais pas combien çà en fait au total…


Oh, mais que d’abominations en perspective.
J'adhère complètement au programme Twisted Evil


Citation:
D’un mouvement si vif qu’il ne pouvait être vu, elle renvoya à nouveau la balle qui percuta l’épaule de Lee, la déboitant, et lui faisant lâcher ce qu’il restait de sa batte. L’instinct de conservation de Lee refit alors surface. Il ne pouvait rester en présence d’une femme aussi dangereuse. Sa force n’avait rien de naturel et il devait fuir. A peine eut-il tourné les talons et fait deux enjambées qu’une autre balle lui percuta la nuque, accompagnée du bruit sinistre des os qui se rompent, le privant de toute sensation nouvelle. Il ne pu donc même pas se rendre compte que la créature le soulevait par les cheveux et mordait à sa gorge pour boire sa vie.


Juste magnifique.
Un vrai cauchemar Mr. Green
Remarque, dans son malheur, ce pauvre Lee a eu de la chance, car il aurait pu avoir affaire à ça

Spoil:


Very Happy

Epic fun ball for Bruce.
Mouahahahahahah.

Quelle est la vampiresse aujourd’hui momifiée qui disait qu’on ne reconnaissait plus personne en Harley Davidson ?
Sans Pitié Aucune pour Akamaru !

Sacré pneuj, le blaireau "garou niveau 10" providentiel !

Ino, ou voilà pourquoi on vous dit qu’il ne faut jamais fouiller dans le sac des dames…

J’ai bien peur d’adorer les cris de cette pauvre Hinata, tranquilisée que je suis de la compétence de « machine » (énorme) pour la rassurer et lui éviter la perte totale de son capital de points de santé mentale.
Ma pauvre Hina chou, quand même ^^

Citation:
Une fois sa sinistre besogne faite, il s’apprêta à rejoindre ses camarade mais ce que Mr Sarutobi tenait encore dans sa main attira son regard : le lance-eau de Naruto, confisqué plus tôt dans la journée.


Confused
Shocked
Laughing

C'est donc encore une réussite !

Contente que Temari soit morte "proprement" (j'adore Temari).
Nan, parce que Neiji aurait pu décoller seulement la moitiè du cou, s'y reprendre plusieurs fois, faire du travail de saligaud, prendre appui avec une jambe sur le torse de sa belle d'un soir pour finir d'arracher la tête en la tenant pas les cheveux, glisser dans le sang et se péter le coccix au passage 'Mr. Green
Là non. Boche Bosh, du travail de pro'.
Bon j'arrête ^^.


J'allais oublier: mémé Chyo scellée dans le placard à balai, c't'un coup de génie.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Mat
Jûbi


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 5781

MessagePosté le: Sam 10 Avr 2010, 2:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quo non ascendet ? Very Happy

C'est toujours aussi fluide, les descriptions des vêtements portés par ces dames toujours aussi soignées et les disparitions des élèves (ou plutôt leur fin tragique) bien amenées. Mourir abattu par des balles de base-ball, pauvre Lee... Neji est sympa' de se préoccuper d'Hinata, je l'aurais imaginé moins altruiste du genre "voilà l'occasion rêvé pour me débarrasser de cette froussarde". Tenten est toujours aussi bavarde. Mr. Green

Citation:
Rhabille toi, dit Neji en réenfilant son pantalon après avoir pris soin de moucher la bougie[...]


J'ai éclaté de rire devant le double-sens de cette phrase. Oui, j'ai l'esprit mal tourné avec tes écrits. Wink

Mais qui va nettoyer tout ce sang dans le motel ? Un nettoyeur va-t-il apparaître ? Very Happy
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Uchiwa_Kakashi
Genin


Inscrit le: 03 Sep 2008
Messages: 340
Localisation: Là-Haut

MessagePosté le: Lun 12 Avr 2010, 7:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai halluciné quand j'ai lu ta fic' tellement ça ressemble au scénar d'un teen movie. L'ambiance, les perso, les situations et tout et tout sont top et en plus c'est super bien écrit.

En plus je kif Temari, enfin voilà hahaha Embarassed Rolling Eyes

Bref, j'attends trop la suite.

_________________
Chapitre 3 de mes Kakashi Gaiden
Deviantart : http://paper-p.deviantart.com/gallery/#HATAKE-KAKASHI-CHRONICLES-OF-AN-ANBU
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Sam 17 Avr 2010, 10:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Me voici donc avec quatre fans... Ce nombre double à chaque chapitre n+1 = 2n. Logiquement je devrai avoir huit commentaires avec ce chapitre-ci... ou pas Very Happy

Sans transition la suite.

Citation:
CHAPITRE III : Fuir Sunarkham

Neji s’extirpa du soupirail, tenant le lance-eau dans une main et la pelle, rouge encore du sang de Temari, dans l’autre. Tenten, dans le pull de laquelle le visage de Hinata était enfoui, le regardait l’air peiné, comprenant sans doute le drame qui venait de se jouer. Chouji se remettait de ses émotions à sa manière, engouffrant un improbable sandwich tiré on ne sait comment d’une de ses poches. Neji semblait sur le point de s’exprimer quand un bruit de course se fit entendre. Le son de la cavalcade s’approchait à grande vitesse, son auteur allait surgir à l’angle, proche, du bâtiment. Neji lâcha le lance-eau et arma un magistral coup de pelle. Une forme sombre jaillit, le fer de la pelle siffla. Le nouvel arrivant eu juste le temps de se jeter au sol. L’outil lui frôla le sommet du crane avant de rebondir avec violence contre le mur.
" - Mais, çà va pas ! Hurla une voix familière."
Neji regarda de plus prêt et vit une silhouette revêtu d’un sweet à capuche. C’était Shino. En esquivant, il s’était étalé de tout son long, faisant voler ses lunettes de soleil, Tenten était déjà en train de les ramasser. Un autre arrivant surgit alors. A sa coiffure de palmier Neji reconnu sans peine Shikamaru. Celui-ci était en nage, comme sous le coup d’un effort inusité. Il profita de l’arrêt pour reprendre bruyamment son souffle puis fouilla dans une de ses poches pour en sortir un inhalateur duquel il tira trois vigoureuses bouffées de Ventoline. Derrière Neji, Tenten tendait ses lunettes à Shino.
" - T’es pas mal sans tes lunettes, annonça t-elle en souriant."
Shino piqua un fard et rechaussa ses verres fumés, puis il commença à se tâter le torse et fouilla dans la poche ventrale de son sweet. Manifestement, il cherchait quelque chose qui ne s’y trouvait pas.
" - Il est où ? fit il.
- Qu’est ce que tu cherche ? demanda Tenten.
- Mon porte-bonheur, il est où ?
- Je crois que je l’ai, annonça Chouji."
Le goinfre de la classe se baissa sans grâce, son énorme postérieur tendu vers le ciel, et ramassa un objet qu’il remit à Shino. Tenten put voir qu’il s’agissait d’un livre et put en lire rapidement le titre : La Métamorphose de Kafka. Shino remercia vaguement Chouji tout en époussetant la couverture de son bouquin avant de le fourrer dans sa poche.
" - Quand vous aurez fini, intervint Neji qui avait assisté à la scène, il faudra qu’on se dépêche de partir d’ici.
- Mais qu’est-ce qui se passe ? Questionna Shikamaru, le souffle encore court.
- Neji a dit qu’il a vu des vampires. J’ai rien vu mais le prof de géo et la fille qui nous a accueillis sont morts. Et vous, vous avez rien vu de bizarre ?
- On s’est fait coursés par un blaireau enragé, répondit Shikamaru.
- Et Naruto est mort, compléta Shino.
- Et aussi, conclut Shikamaru, on a entendu des cris en provenance du parking. Cà devait être Ino."
A cette mention, Neji grinça des dents.
" - Damnation, c’est là qu’on doit aller, forcément."



Les six élèves rassemblés prirent avec la plus extrême prudence le chemin du parking. Neji avait mis le lance-eau en bandoulière et avait confié la pelle à Chouji. Lui-même serrait dans son poing sa croix d’argent et se tenait prêt à la brandir à la moindre alerte. Personne ne parlait au sein du groupe, même Chouji avait cessé de mastiquer et Hinata, toujours agrippée à Tenten, faisait de son mieux pour assourdir ses gémissements craintifs. Ils finirent par apercevoir, au loin, la forme d’un bus. Il semblait que quelque chose tournait autour. Neji, estimant qu’il était temps d’exposer son plan fit signe à ses camarades de s’arrêter.

" - Quelque part prêt du parking, commença t-il, il y a une source indienne sacrée. Temari m’a dit que l’eau bénite pouvait détruire ces créatures. Du coup, de l’eau sacrée devrait faire pareil. Le plan c’est de trouver cette source, de remplir le lance-eau, de s’en servir pour dégager la voie et de prendre un bus pour se tirer d’ici.
- Et… les autres ? Commenta Tenten.
- On sait pas ou ils sont et on ne peut pas se permettre de les attendre. Et puis, il y a des chances que çà soit déjà trop tard pour eux. Si on en trouve un en chemin on l’embarque, mais on ne peut pas lancer des recherches au hasard, surtout qu’il faudrait qu’on se disperse et çà c’est à éviter à tout prix. Bon Shino, prend le lance-eau, çà sera à toi de t’en occuper. Machine, continue à surveiller Hinata. Chouji, si quelque chose s’approche trop prêt, frappe sans hésiter.
- Oui d’accord, intervint Shino en prenant le jouet de Naruto, mais çà ressemble à quoi une source sacrée indienne ?
- C’est une source qui, en toute saison, est illuminée par l’étoile du matin tant qu’elle est dans le ciel.
- L’étoile du matin ? Interrogea Shikamaru.
- C’est comme çà que les indiens appelaient la planète Venus. Mais on devrait pouvoir la trouver cette source. Cà devrait être indiqué… j’espère."

Les six élèves reprirent leur chemin. Tous étaient visiblement tendus, sauf Shikamaru qui pianotait d’un air absent sur sa calculatrice. Ils eurent confirmation que quelque chose tournait autour du bus, une fille aux cheveux roux, cherchant comment rentrer. Ils virent également qu’une fille blonde se tenait à l’intérieur, sans doute leur camarade Ino. Enfin en s’approchant un peu plus ils purent voir également les cadavres de Sakura, reconnaissable entre mille avec la couleur de ses cheveux, et de quelqu’un qui était sans doute Sasuke. La créature finit par les voir et se retourna vers eux en feulant. Elle se mit alors à courir vers eux griffes en avant et croc apparents. Neji leva sa croix et commença à psalmodier "Ia ïa Yog Sothoth fhtagn ! Ia ïa Yog Sothoth fhtagn ! Ia ïa Yog Sothoth fhtagn !" La créature se protégea les yeux de ses avant-bras et recula légèrement. Même si elle était repoussée par la croix, elle ne semblait pas encline à laisser un tel festin lui échapper. Hinata enfouit un peu plus son visage dans le pull de Tenten et Shikamaru continua d’utiliser sa calculatrice comme si de rien n’était, mais Tenten, Chouji et Shino, qui n’avaient pas encore vu les créatures de visu, restèrent un moment interdits, ébranlés par l’effondrement de leurs certitudes de l’inexistence du surnaturel. Ce fut Tenten qui réagit la première.
" - Il faut qu’on trouve cette source ! Vous la voyez ?
- Non, répondit Shino, pas de pancarte rien et je ne vois rien qui ressemble à un point d’eau. C’est sans doute caché par un des bosquets autour du parking.
- Attendez, intervint Shikamaru. Je suis en train de calculer la position probable grâces à des données astronomiques que j’ai apprises dans un stage il y a huit ans. Déjà, c’est plus ou moins par là."
Il désigna une direction vers laquelle le groupe se dirigea, Neji toujours en train de repousser la vampiresse de sa croix et de sa litanie. Shikamaru continuait de faire ses calculs le plus posément du monde. Tenten dont les nerfs commençaient à craquer se mit à marteler l’épaule de l’astronome improvisé de coups de poing en lui enjoignant plus que vivement de se dépêcher.
" - Mais soit réactif pour une fois ! Tu vois pas que c’est une situation super merdique ? Agit en homme ! Magne-toi bon sang !"
Shikamaru tapa sur la touche égale de sa calculatrice et stoppa. Une lueur de conscience s’était allumée dans son œil. Il désigna un bosquet de bouleaux.
" - C’est là !"
Le groupe recula. Neji restait en arrière pour tenir la buveuse de sang en respect. Tacitement, le groupe s’était entendu pour laisser Chouji, qui maniait le seul semblant d’arme en leur possession, passer en premier. Il sonda les alentours. Passé les arbres ils pénétrèrent dans une sorte de grand cercle végétal ouvert vers le ciel. Un bruit d’éclaboussement se fit entendre, Chouji venait de mettre le pied dans un point d’eau, la source qu’ils cherchaient. Soufflant de soulagement, Shino s’approcha et remplit le réservoir de son engin de farces-et-attrapes, veillant à fermer étanchement le tout. Il fit un signe de tête à Neji qui le regardait en coin. Neji avança alors avec détermination repoussant la créature qui les avait suivis à l’affut d’une faille. Le groupe s’extirpa tout entier de la végétation. Les élèves de Konoha étaient rongés par la crainte : et si cela ne marchait pas ? Après un instant d’hésitation, Shino qui avait à présent une ligne de vue dégagée sur le monstre épaula sa parodie de fusil, visa et pressa sur la détente.

Le jet d’eau parti en direction de la créature, l’aspergeant. Rien ne se produisit d’emblée puis, au bout de quelques secondes, la créature commença à fumer. Enfin elle se mit à émettre un cri horrible alors que des flammes à la surnaturelle couleur blanche rongeaient son corps, l’engloutissant dans un brasier immaculé. Le vampire se mit à courir puis à se rouler sur le sol pour éteindre les flammes, mais rien n’y fit et bientôt, il ne resta plus de la créature qu’un squelette calciné aux incisives anormalement longues. Les élèves restèrent un instant sur leurs positions, puis la tension retomba. Neji, baissa sa croix et ferma un instant les yeux.

Concentrés sur la destruction de la vampiresse rousse, les élèves de Konoha ne ressentirent pas, tout prêt d’eux, la présence d’un autre monstre affamé. Dissimulé dans un petit bosquet, la créature portait les restes déchirés d’une courte robe qu’une étudiante aurait pu arborer à une soirée où elle aurait prévu de la retirer le plus tôt possible. Elle était blonde aux cheveux coupés à l’égyptienne avec des yeux en amande, sa poitrine était fort développée. Elle observait le groupe d’un air affamé, ses yeux rougeoyant de convoitise. Elle attendait visiblement une occasion de fondre sur un membre isolé. Elle-même n’entendit pas un animal noir et blanc s’approchant en catimini d’elle.

Après avoir été témoin de la scène, Ino sortit du bus en larmes. Obéissant à un reflexe conditionné elle courut et tenta de se jeter dans les bras d’un beau mâle pour se faire chaudement consoler. D’un mouvement fluide, Neji l’esquiva et elle se retrouva pendue au cou de Shikamaru, sans doute le garçon qu’elle aurait choisi en avant-dernier parmi les quatre, mais elle fit avec, trop folle de terreur pour prendre en compte l’impact néfaste qu’aurait cette étreinte pour sa réputation, et commença à pleurer. Shikamaru rouge d’embarras fit du mieux qu’il put pour la calmer en lui tapotant gauchement la tête.

Il y eu soudain un énorme rugissement dans le bosquet derrière eux suivi d’un bref bruit de lutte puis d’un cri de douleur inhumain. Après un court moment de silence angoissant une forme fut projetée du couvert des arbres et atterri devant leurs yeux. Il s’agissait des restes d’un être humain sauvagement déchiqueté, précisément du buste d’une femme blonde auquel manquait également le bras droit, arraché au niveau de la clavicule. Les restes criaient encore faiblement et du sang coulait de leurs yeux et de leur bouche et, l’instant d’après, suintait de toute leur peau. La peau se fripa, se racornit et le sein gauche se déchira dans un bruit écœurant, laissant tomber un blob d’une matière gélatineuse blanchâtre. Ino avait enfoui son visage dans les bras de Shikamaru. Chouji luttait contre son impulsion à commettre le pire des sacrilèges : vider le contenu de son estomac sur le sol. Tenten avait caché la majeure partie de la scène au regard de Hinata avant de fermement clore les yeux elle-même. Les deux autres garçons restèrent pétrifiés un moment.
" - C’est toujours aussi crade, murmura Neji pour lui-même."

L’attention du groupe fut bientôt distraite par l’apparition de deux jeunes-hommes sortant du bois d’où avait jailli ce macabre tas de chair. Il s’agissait de l’étudiant aux yeux fatigués, Gaara, qui enfilait tout en marchant une large chemise canadienne et de son frère Kankuro, qui lui portait un bonnet rouge vert et jaune pour le protéger du froid ainsi qu’un gros sac sur le dos.
" -Et bien, commenta Gaara, je vois que vous nous avez attiré de gros problèmes.
- C’est toi qui as fait çà ? Demanda Neji. Ta sœur m’avais dit que tu étais spécial.
- Où est-elle ? Interrogea le rouqin."
Neji ne répondit pas à la question. Gaara s’approcha et l’attrapa par le col.
" -Parle ! Où est-elle ?"
Par réflexes Neji attrapa les avant-bras du jeune homme. Ses bagues griffe entrèrent en contact avec sa peau et celui-ci lâcha Neji, comme en proie à une vive douleur. Neji remarqua que ses bagues d'argent avaient laissé de fines marques de brûlure.
" - J’ai pas pu sauver Temari, répondit finalement Neji. Et j’ai du faire… ce qu’il fallait faire. Son corps doit encore être dans la cave à outils. On y a été et on a vu que la vieille dont m’avait parlé ta sœur n’y est plus. C’est la merde je pense.
- Oui, çà tu l’as dit, reprit Gaara après avoir encaissé la nouvelle de la mort de sa sœur. Faut partir d’ici. Tous les rejetons de la vieille doivent être affamés. Cà va devenir un véritable enfer.
- Il n’y a que les femmes qui se transforment en vampire après leurs morts, alors ?
- En tout cas, intervint l’autre autochtone d’une voix trainante, on a vu que çà pour le moment. Que des gonzesses, man... Les mecs sont toujours restés raides morts."

Pendant cette discussion Shino, Chouji, et Tenten s’étaient rapprochés pour écouter, mais Ino, embarrassée de s’être épanchée auprès d’un garçon qui avait une des quottes de popularité les plus basses de son lycée, s’était écartée légèrement de lui afin de remettre de l’ordre dans le peu d’esprit qu’elle avait, ainsi que dans sa tenue. Shikamaru ne sachant quelle attitude adopter était resté les bras ballants à la regarder. A ce moment, une forme bougea, quelqu’un avec les cheveux roses se relevait près du bus. Bien entendu Ino n’avait rien suivi à la discussion qu’avaient Neji et les deux garçons du cru et elle se précipita vers son amie pour la prendre dans ses bras.
" - Sakura, t’es vivante, c’est super ! Glapit-elle.
- Ah, la conne ! S’exclamèrent de concert Neji, Shino et Gaara au vu de la scène."
Shikamaru, son intérêt d’adolescent à la puberté tardive éveillé par la blonde, fut pour une fois prompt à réagir. Il se précipita vers Ino et la poussa pour la dévier de sa trajectoire fatale vers Sakura, qui arborait bien évident à présent des yeux rouges et un air affamé. L’intervention de l’intello fit tomber Ino hors d’atteinte de son ancienne meilleure amie mais, malheureusement pour Shikamaru, son geste héroïque le mit à la portée de Sakura qui le plaqua au sol avec force avant de mordre sauvagement sa jugulaire. Shino resta un moment sans réaction et ce fut Tenten qui lui arracha son lance-eau des mains. Elle l’épaula mais sentit le poids de Chouji lui tomber dessus.
" - Arrête cria t-il paniqué, tu peux pas faire çà, tu va le brûler !"
Neji et Shino durent intervenir pour débarrasser leur camarade du glouton et lui permettre d’arroser Sakura. Comme pour la rousse, du feu blanc la consuma de ses flammes qui ne touchèrent pas Shikamaru. Hélas, après s’être assuré que Sakura n’était plus, Gaara ne put que constater qu’il était trop tard pour Shikamaru. Il gisait blême et vide de son sang. Chouji sanglota devant ce spectacle, il venait de perdre, en partie par sa faute, son meilleur ami. Ino, bien que touchée par son geste, se réjouissait, elle, secrètement que l’intello ne soit plus en mesure de lui courir après. Elle estimait qu’elle avait vécu assez d’horreur pour cette nuit. Gaara coupa alors court aux atermoiements.
" - Il faut partir, maintenant, tout le monde dans le bus !"



Tout le monde s’était installé, Gaara montant une garde attentive sur la route derrière eux et Kankuro ayant pris le volant, Hinata n’avait pas lâché Tenten et, naturellement, elle la suivit et s’installa avec elle dans le bus, se collant contre-elle en quête d’un peu de réconfort. Timidement elle se mit à murmurer.
" - Ma maman disait que çà existait pas les monstres, que c'était pour rire, mais y en a…
- Oui, il y en a, répondit Tenten, çà existe.
- Alors, poursuivi la fillette, pourquoi les grands y disent çà?
- Parce que d'habitude c'est vrai..."
Neji s’approcha du siège ou se tenait les deux filles. Hinata, s’était effondrée, à présent que le stress intense s’était dissipé. Elle dormait en gémissant. Sans doute que ses rêves n’étaient pas des plus réconfortants.
" - Cà va, vous deux ? Demanda Neji à Tenten.
- Oui, çà va, répondit cette dernière."
Après un instant de flottement elle reprit.
" - Je t’imaginais pas prendre soin comme çà de ta petite cousine.
- C’est pour faire chier mon ordure de père, dit Neji. Il ne l’a pas recueillie de bon cœur et je suis sur qu’il y est pour quelque chose dans la mort de ma tante.
- Ta tante ? Tu veux dire la mère de…
- Oui, reprit Neji. Je hais mon paternel, c’est un vieux vicieux. Alors du coup je prends soin de Hinata. Je sais que çà le fait enrager.
- C’est juste pour çà ? Questionna Tenten."
Neji ne répondit pas et après un silence il reprit
" - En tout cas çà me libère d’un poids que tu en prennes soin comme çà, je te remercie… euh…
- Tenten, répondit la brunette aux chignons en souriant à la question informulée. Tu devrais t’en souvenir, c’est juste deux syllabes et c’est deux fois la même.
- Ouais, dit Neji en souriant également… Tenten… Merci pour tout."

Après cet échange, Neji se rapprocha de l’avant du bus. Kankuro conduisait d’une main et fouillait dans son sac, posé non loin de ses pieds, de l’autre. Il extirpa une cassette d’un rouge criard qui devait être sorti dans les années quatre-vingt. Il enfourna l’objet dans l’autoradio du bus et, comme Neji le craignait, celui-ci commença à débiter du reggae. Passant outre la voix de Bob Marley qui entonnait No woman no cry, Neji s’assit à la place avant droite du bus pour engager la conversation." - Je suis désolé pour votre sœur."
Kankuro ne lui répondit pas, sortant du sac un étui un cigare dont il tira un pétard de taille imposante, le porta à ses lèvres et l’alluma, rependant dans le bus l’odeur si caractéristique du cannabis.
" - T’inquiète, man, lui répondit-il finalement. T’as fait ce qu’il fallait. Cà s’rai pas cool si sœurette devait sucer du sang tout le temps, elle est végétarienne. Maintenant elle est en paix mon frère."
Neji fut un peu rassuré par ces paroles, même s’il doutait que l’état de Kankuro, il avait agi comme il le fallait. Kankuro prit une grande bouffée de fumée et tendit son joint à Neji.
" - Tiens man, c’est du oinj’ à quat’ feuilles, çà porte bonheur.
- Non merci, répondit Neji en interposant sa main devant lui, désolé mais je ne me shoote qu’à l’absinthe.
- Ah ben fallait le dire, reprit Kankuro en prenant son sac pour le tendre à Neji, y a tout ce qui faut dans le sac à défonce. "
Neji, interloqué, fouilla dans le sac qui contenait visiblement tout ce que l’homme et Dame-Nature avaient jamais conjointement inventé pour se droguer. Ecartant une pipe à eau et un tupperware contenant des champignons, Neji trouva effectivement une bouteille d’absinthe et une boite en bois ornée d’une fée, laquelle contenait le verre et la cuillère idoines ainsi que du sucre. Pensant qu’un peu d’apaisement ferait du bien à ses nerfs, il s’installa à la place juste derrière puis, coinça le verre entre ses genoux et commença le rituel de la Fée Verte.
"-Au fait, man, reprit Kankuro tandis que Neji faisait couler la liqueur sur la cuillère et le sucre, le petit blond, vous l'aimiez bien?
- Naruto ? Répondit Neji. Bof non pas en ce qui me concerne.
- C'est Gaara qui l'a défoncé, il l'avait énervé à lui faire une sale blague avec un réveil et çà a fait péter les plombs de mon frangin.
- Oui, commenta Neji pas spécialement touché par la nouvelle, ton frangin n'est pas d'une espèce à faire chier.
- Comme tu dis... T'avais deviné man ?
- Ouais.
- Sa vie a vraiment changé depuis que ce con de blaireau l'a mordu..."

A l’arrière du bus, Gaara vit une lueur unique qui se rapprochait d’eux, une moto probablement se dit il, ce que le bruit caractéristique d’une Harley en approche confirma presque aussitôt. Leur bus fatigué ne parviendrait jamais à la distancer en cas de problème. Au vu de la route que son frère prenait, Gaara conjectura qu’ils allaient passer dans peu de temps dans une zone éclairée. Il avisa Ino qui était la plus proche de lui
" - Toi, la blonde, là, l’apostropha t-il. Viens voir ici.
- Hé, oh, se défendit Ino, me parle pas comme çà."
Gaara regarda avec colère la blonde.
" - Fais ce que je te dis, grogna t-il."
Intimidée par son attitude, Ino obéit et se leva pour se porter au côté de Gaara. Celui-ci désigna la route et le phare qui se rapprochait encore.
" - Quand la route sera éclairée, reprit Gaara, tu me diras si tu connais le conducteur."
Ils attendirent une poignée de seconde puis la moto apparut toute entière dans la lumière des réverbères. Elle était conduite par une femme brune au chemisier blanc et rouge. Ino parvint à la reconnaitre.
" - Mais c’est Mlle Yui notre prof de bio. Faut s’arrêter et la faire monter."
Gaara la regarda d’un air excédé.
" - T’as pas encore rentré dans ta tête de piaf que les femmes qui se font tuer par ces créature le deviennent à leur tour. Ton amie, çà t’as pas suffit comme exemple, pauvre idiote ? Bon je vais m’occuper de son cas."
Gaara entreprit d’enlever sa chemise et la jeta à terre, sous les yeux d’Ino. Il contracta ses muscles qui commencèrent à apparaitre. Puis les membres du jeune homme s’allongèrent, une fourrure noire et blanche le couvrit, des dents énormes sortirent de sa mâchoire ses ongles se changèrent en griffes terribles. Il regarda Ino, que ses jambes avaient cessée de porter et qui cherchait à reculer le plus possible, les pupilles de ses yeux étaient devenues deux sortes de croix. Il grogna avant d’arracher la porte arrière du bus et de bondir dans la nuit en direction de la moto.

Derrière eux, le phare de la moto dansa un instant sur la route. La route étant de nouveau plongée dans l’obscurité, Ino ne put voir ce qui se passait. Obéissant à l’impulsion de faire quelque chose elle couru dans la travée du bus en direction de Neji. Il fallait aider Gaara. Elle empoigna la croix d’argent qui pendait au cou du gothique et l’arracha et courut de nouveau vers l’arrière du bus. Neji, l’esprit embrumé par l’absinthe mit un temps pour raccrocher à la réalité. Il savait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas du tout dans la situation présente. Il mit le doigt dessus au tout dernier moment, alors qu’Ino s’apprêtait à lancer la croix en direction du phare qui se rapprochait à grande vitesse.
" - Non hurla Neji, surtout pas de …"
Trop tard, Ino avait lancé son butin.
" - … l’argent, conclut Neji en murmurant."
Le phare derrière eux dansa une nouvelle fois avant de se stabiliser de nouveau, sur la partie gauche de la chaussée.

La moto se rapprocha et finit par les dépasser, laissant les occupants du bus assister à une scène cauchemardesque : Le guidon de la moto était encore agrippé par le corps sans tête d’une femme desséchée à la peau couverte de sang. Sur la place arrière se tenait Gaara qui avait retrouvé sa forme humaine. Sa tête tombait en avant, la croix d’argent de Neji dépassant d’un de ses orbites. De la fumée sortait de sa bouche encore béante.

La moto arriva au niveau de l’avant du bus et la tête de Gaara, visiblement surchauffée éclata, aspergeant la vitre d’une bouillie rosâtre. Kankuro eut un mauvais réflexe à cette vision en écrasant la pédale de frein et en braquant son volant. Le bus partit dans un dérapage incontrôlé.
" - Accrochez vous tous ! Hurla Tenten."
Ses camarades eurent juste le temps de s’exécuter avant que l’avant du bus percute de plein fouet un arbre qui se trouvait sur le bas côté, stoppant le bus net dans un énorme fracas et projetant tous les élèves de Konoha contre le dos du siège devant eux.

Neji, qui était le plus proche du conducteur sortit la tête pour voir si leur conducteur s’en été sorti, mais la marre de sang mêlée de bouts de poumon qui maculait la vitre l’informa que ce n’était pas le cas. Kankuro n’avait pas mis sa ceinture et le volant avait écrasé sa cage thoracique lors de l’impact. Heureusement, la musique s’était arrêtée aussi.


Naruto, Sakura, Sasuke, Hinata, Kiba, Shino, Lee, Neji, Tenten, Chouji, Ino, Shikamaru, Gaara, Kankuro, Temari, Asuma, Kurenai.


Dernière édition par aldebaran le Dim 07 Aoû 2011, 12:00 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mat
Jûbi


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 5781

MessagePosté le: Lun 19 Avr 2010, 12:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Serais-je le premier à commenter ? Edit : oui.

Chouji me fait penser à Alceste et à sa faculté extraordinaire à avoir toujours de la bouffe sur lui. Very Happy Tenten est en train de s’affirmer (relativement à sa position de départ) et réussit à ne plus se faire appeler Machine par Neji ! Ces horribles aventures n’auront donc pas eu que des aspects négatifs. Et Neji en profite pour expliquer son attachement envers Hinata. Bien manoeuvré.

Ino fait honneur aux stéréotypes circulant sur les blondes. Voulant aider elle ne fait qu'aggraver la situation. Sera-t-elle punie par les accidentés/survivants du bus ? Je note aussi la pub' faite en matière de prévention routière : ne pas fumer de pétards et attacher sa ceinture quand on prend la route pour ne pas se "répandre" dans le véhicule en cas d'accident. Twisted Evil
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Isumi
En cierto modo
En cierto modo


Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 4041
Localisation: Mukuchi na yousei wa soko ni iru

MessagePosté le: Lun 19 Avr 2010, 1:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Une montée en intensité dans le gore, c'est fort bien.

Citation:
La peau se fripa, se racornit et le sein gauche se déchira dans un bruit écœurant, laissant tomber un blob d’une matière gélatineuse blanchâtre


Voilà donc le secret de la belle de Kumo Laughing

Pauvre Gaara, quand même...
J'espère qu'Ino subira les pires outrages Twisted Evil
C'est vrai quoi: la poupée Barbie a à son actif la responsabilité de la disparition de deux personnages que j'apprécie beaucoup...
Il ne manquerait plus qu'elle survive Laughing


La chute du chapitre m'a scié :
Citation:
Heureusement, la musique s’était arrêtée aussi.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Kaori
Aspirant genin


Inscrit le: 25 Déc 2008
Messages: 218
Localisation: Chez les Télétubbies !

MessagePosté le: Lun 19 Avr 2010, 1:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

aldebaran, tu gagnes une nouvelle fan.
Ton style est fluide et léger. J'aime beaucoup la façon dont tu nous décris la mort des protagonistes. C'est juste à mourir de rire.

Je m'apprêtais à quoter mes passages préférés mais je me suis vite aperçue que ce n'était pas une bonne idée : il y en avait beaucoup trop.

Ah oui, un petit plus pour le personnage de Neji : je l'adore.

J'aimerais m'attarder sur le cas Ino :

Je trouve que cette fille est une sacrée chanceuse et est bien plus dangereuse que les vampires. Je m'explique :
1- elle parvient à se débarasser du boulet qui l'a empêchée de vivre un moment intime avec son Sasuke, j'ai nommé Sakura.

2- Le jeune homme qui aurait pu ruiner sa réputation -selon ses dires- est mort en lui sauvant la vie. En bonne fille superficielle qu'elle est, elle en est même soulagée. C'est vrai, trouver un peu de "réconfort" auprès d'un homme intelligent, il n'y a rien de pire. Mr. Green

3- L'unique autre demoiselle qui aurait pu lui faire de l'ombre est morte.

4- Elle est responsable du décès de Gaara. Vous savez celui qui venait de la traiter de "conne". Bizarre ou pas ? Mais ce n'est pas tout, elle pourra toujours dire qu'elle a seulement voulu l'aider et blabla. Elle lache quelques larmes et le tour est joué.
D'autant plus que la seule personne qui aurait pu le lui reprocher et donc se venger est également morte.

Sacrée coincidence ! Je vais finir par croire qu'elle a passé un pacte avec ces forces surnaturelles. J'en viens même à me demander qui il faut craindre le plus. Laughing
Non. Cette "croqueuse d'homme" ( Rolling Eyes ) a vraiment le cul bordé de nouilles.
A la place de Tenten, je me méfierais.

Quoique celle-ci n'est pas mal non plus. C'est vrai que niveau stratégie, elle n'a rien à lui envier. Bah oui, la stratégie qu'elle a mise en place commence à porter ses fruits - Neji connaît désormais son prénom et commence à se confier - à savoir "m'occuper de la cousine pour me rapprocher lentement mais sûrement de celui que je convoite".

Euh, un duel en perspective ? Very Happy
Je plains ces hommes. Mr. Green

_________________
«Malheur à qui n'a plus rien à désirer ! Il perd pour ainsi dire tout ce qu'il possède. On jouit moins de ce qu'on obtient que de ce qu'on espère, et l'on n'est heureux qu'avant d'être heureux».
ROUSSEAU, Jean-Jacques, La Nouvelle Héloïse.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bane
Aspirant genin


Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 266

MessagePosté le: Lun 19 Avr 2010, 6:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Excellant comme d'habitude.
Plus que 6, à mort Ino ! J'ai adoré les morts de Gaara et Kankuro, c'était vraiment soigné. Tenten ? Ç'était ça, son nom ?
Bref, vivement le lynchage d'Ino :]

Edit : le remake d'alien ... :]
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Keke33
Civil


Inscrit le: 04 Avr 2010
Messages: 15
Localisation: Gujan

MessagePosté le: Lun 19 Avr 2010, 7:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Salut aldebaran ET UN FAN DE PLUS POUR TOI !!!
Ton style d'écriture gore et comique à la fois est excellent
Ino tue tout le monde en voulant les aider c'est trop cool ça
Plus que 6 mais avec notre serial killeuse de blonde il y aura plus personne à ce rythme là Smile
J'adore le final : "Heureusement, la musique s’était arrêtée aussi." comme si il s'en tape que l'autre soit mort .
Enfin bref c'est une excellente fic' et j'espère qu'il y aura autant voir plus d'humour (noir) et de sang Smile
Bye !!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Mer 02 Juin 2010, 4:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Voilà longtemps que je n'avais pas poster ici. La cause est le décès malencontreux de mon PC et la perte de certaines de mes données (dont le chapitre IV de cette fic que j'étais en train de travailler). Du coup j'ai du tout reprendre. Mais pour faire patienter mes chers fans, je fais le coup du teaser... Pour vous, en avant première :

Et beh non, plus besoin d'avant première, le chapitre est publié.


Dernière édition par aldebaran le Ven 29 Juil 2011, 8:12 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isumi
En cierto modo
En cierto modo


Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 4041
Localisation: Mukuchi na yousei wa soko ni iru

MessagePosté le: Mer 02 Juin 2010, 11:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de penser à tes fans en dépit des contrariétés que tu as pu connaître. ^^
Ce teaser est des plus dark. Plus dure sera la chute, hein.
Ma pauvre Hinata chou !!! Dévorée par le clébard de Kiba, mais euh.
La sale bête a des capacités qui font froid dans le dos, d’ailleurs …
Tenten perd ainsi le beurre et l'argent du beurre, si je puis dire, hé hé.

Bon, pas le temps de pleurer Nejii, je rage déjà que Ino lui ai survécu. Twisted Evil

Yog Sothtoth en rit encore Very Happy
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Mat
Jûbi


Inscrit le: 13 Fév 2008
Messages: 5781

MessagePosté le: Mer 02 Juin 2010, 12:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ouf, j'ai cru que tu étais contaminé par le "syndrome Miura" (ou Hagiwara) qui consiste à lancer une très bonne oeuvre puis à laisser ses lecteurs patienter six mois jusqu'à ce qu'un nouveau chapitre apparaisse. Heureusement, ce n'était pas ça. Very Happy

Cette mise en bouche avait un goût de sang. N'y aurait-il que le petit cochon de compagnie de Shizune (s'il est présent dans l'oeuvre) qui aurait le droit d'être en contact avec son corps ? Twisted Evil Les pompes funèbres vont être très riches à la fin... est-ce que ce sont elles qui sont derrière tout cela, tirant les ficelles dans le noir ? Mr. Green
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
aldebaran
Chuunin


Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 561
Localisation: Maison du Taureau, Sanctuaire, quelque part en Grèce

MessagePosté le: Dim 10 Juil 2011, 3:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

Après une très grosse pause due à des causes diverses, j'ai enfin fini ce chapitre qui m'aura donné du mal. Je m'excuse auprès de ceux qui m'auront attendu. Mon emploi du temps de l'été devrait, j'espère, me permettre de terminer les deux dernier chapitres de cette fic. Je vais avoir des nuits à occuper.

Citation:
Chapitre IV : Aux frontières de Sunarkham


Les lycéens titubants sortaient du bus. Hinata s'était assommée contre l'accoudoir lors du choc et s'était ouvert le cuir chevelu, du sang coulait sur son visage. Shino s'était proposé pour la porter. Il avait le lance-eau de Naruto en bandoulière, Tenten sortait à leur suite. Elle ne fit que deux pas avant de se plier en deux pour vomir. Choji aidait Ino à descendre. Elle avait cassé un de ses talons et tenait ses chaussures à la main. Elle gémit en posant le pied sur la route pauvrement goudronnée, tentant de ne marcher sur aucun bout de verre. Neji, totalement dégrisé descendit en dernier, se dirigeant vers Shino et sa cousine pour examiner la blessure de cette dernière qui s'avérait être superficielle, après quoi il se dirigea vers sa camarade encore courbée près du bus, lui posant la main sur l'épaule.
" - Ca va, Tenten ?
- Oui, j'ai été secouée, c'est tout. Et le conducteur ? Et Hinata ? J'ai vu qu'elle saignait.
- Hinata n'est que légèrement blessée. Ca saigne toujours abondamment le cuir chevelu, mais c'est toujours plus impressionnant que c'est réellement grave. Par contre Kankuro, le conducteur, est mort. Il ne reste que nous six. Il faudrait que j'aille voir le moteur du bus et la moto, pour savoir si on peut repartir et sauver ce qu'on peut de ce désastre. T'es sure que ça va aller, toi ?
Oui, lui répondit Tenten en se relevant, t'inquiète pas pour moi, vas y."

Alors que Neji longeait le bus, Tenten déchira un bout de son chemisier et le pressa contre la blessure de Hinata, toujours dans les bras de Shino, pour faire stopper l'écoulement de sang.

" - Merci de m'aider, fit-elle à Shino.
- De rien, on a vraiment besoin de se serrer les coudes."

De son côté Neji, même sans être un expert en mécanique, constata que le moteur ne pourrai plus jamais redémarrer. Se dirigeant vers la moto qui s'était abîmée dans un fossé un peu plus loin, il fit le même constat car la fourche était tordue à presque quarante cinq degrés. Le choc avait du être rude. Le corps desséché et décapité de Mlle Yui était toujours cramponné à l'engin. Neji constata qu'elle avait passé autour de son bras un bandana rouge avec des motifs d'empreintes de chien qu'il avait déjà vu porté par Kiba, détail qui le fixait sur le sort tragique du bozoku. Seul le sort de Lee lui restait à présent inconnu mais, compte tenu de la débilité caractéristique du baseballeur, Neji ne se faisait aucune illusion. Il releva la tête et scruta les alentours. Heureusement bien des heures nocturnes passées à la lueur ténue des bougies avaient aiguisé sa nyctalopie. Gaara avait été projeté un peu plus loin. Sans aucun espoir, il prit de pouls du blaireau-garou mais ne pu rien déceler. Gaara avait encore la croix de Neji plantée dans l'orbite. Neji la retira avec dégoût. Quand bien même cela le répugnait, il avait vraiment besoin de cet objet. Il l'essuya ensuite dans l'herbe. Neji allait repartir quand il vit qu'une sorte de carnet sortait de la poche du jean de Gaara. Neji le sortit et constata en le feuilletant qu'il s'agissait d'une sorte de journal. Contenant potentiellement des informations cruciales, il l'empocha.

Au moment où Neji revenait vers ses camarades, le faisceau des phares d'une voiture éclaira la route qu'ils avaient parcourue. Le silence absolu se fit instantanément. Tous, y compris Ino, redoutaient l'arrivée d'une nouvelle créature de la nuit. Les élèves de Konoha restèrent sur la route, prêts à se réfugier dans le bus si nécessaire. Neji cramponna sa croix.

" - Combien il nous reste d'eau sacrée, demanda t-il à Shino
- Il reste les deux tiers du réservoir. Un tiers nous a permis de buter deux de ces créatures, on peut espérer en avoir encore quatre avec ce qu'il reste, peut-être cinq...
- Tenten, commença Neji..."

Réagissant à l'injonction que Neji avait laissé en suspens, Tenten récupéra le lance-eau que lui tendit sans un mot Shino.

Le véhicule s'approchait. Il s'agissait visiblement d'un gros tout-terrain. Le chauffeur avait laissé les pleins phares et ils étaient éblouis. Au bout d'une minute qui leur paru durer une éternité, le véhicule s'immobilisa à cinq mètres d'eux. La portière s'ouvrit. On entendit alors clairement les rifs de guitare de la chanson Dark Night des Blasters provenant de l'autoradio et une silhouette sombre se découpa à côté du véhicule. Tous étaient tendus à l'extrême, prêts à réagir à la menace.

Une voix rude et masculine fusa alors.

" - Marchal Omoï, shérif du comté de Sunarkham. Qu'est ce que c'est que ce putain de bordel de cul ?"

La silhouette était de taille et de corpulence moyenne et portait le couvre chef des shérifs américains.

" - Une bande de gosses, hein? Poursuivit la voix. Monter à l'arrière du pick-up et tout de suite, je vous amène à mon bureau pour démêler ce bordel."

Un à un les élèves de Konoha passèrent devant le shérif, pour se rendre à l'arrière du tout terrain. C'était un homme de couleur, avec les cheveux décolorés coupés courts et de petits yeux inquisiteurs. Il mâchonnait un bâtonnet de sucette et sa main était posée ostensiblement sur la crosse de son arme de service. Il arrêta Shino quand il passa devant lui et inspecta le crâne de Hinata en grognant négligemment.
Tenten sauta à l'arrière du pick-up et hissa Hinata en même temps que Shino grimpait à son tour, puis les deux aidèrent leurs camarade à monter. Choji fut le dernier à prendre place et Neji avait du se joindre à Tenten et Shino pour le hisser. Le marshall reprit place à l'avait, il cracha le bâtonnet usagé sur le plancher de la place du passager, puis prit le temps de déballer et de porter à sa bouche une nouvelle sucette avant de démarrer.

* * * * *


"Pose sa tête ici demanda Tenten à Shino désignant ses genoux."

Shino s'exécuta sans broncher. Il déposa délicatement la tête de Hinata sur les genoux de sa camarade. Celle ci était assise au bout d'une banquette. Il prit soin de ramener les pieds de l"enfant sur celle-ci, l'allongeant dans la position la plus confortable possible, puis il la couvrit avec la veste que Tenten venait de quitter.

" - Maman, gémit Hinata dans son sommeil."

Shino regarda autour de lui. C'était la pièce d'entrée de l'office, une sorte de salle d'attente sobrement meublée. Choji s'était effondré sur une autre banquette. Ino s'était assise près de lui pour trouver un peu de confort. Sans doute aurai t-elle demandé au glouton de la classe, avec sa morgue réservée aux garçons impopulaires, de lui laisser la place, mais Choji semblait trop difficile à réveiller, elle avait donc pris sur elle et s'était endormie à son tour. Nul doute que le pesant jeune-homme lui paraissait repoussant mais elle semblait néanmoins trouver son épaule dodue des plus confortables. A part Shino, Tenten et Hinata, il n'y avait personne, aucun assistant et Neji était parti parler dans le bureau du shérif. Shino s'assit sur un fauteuil indubitablement moins confortable que les vieilles banquettes de cuir et sorti son livre de la poche de son sweet. Il se sentait trop nerveux pour trouver le sommeil et Tenten semblait dans le même état. Il ouvrit une page au hasard et commença à lire.

" - Tu lis souvent ce bouquin ? Demanda Tenten au bout de plusieurs minutes de silence.
- Quand je ne me sens pas bien ou nerveux. Je me plonge dedans et j'oublie un peu mes problèmes.
- Pfff souffla Tenten désappointée, j'aimerai faire pareil mais le seul livre que j'ai sur moi c'est un recueil de nouvelles macabres de Poe. J'ai bien peur que ça ne me fasse pas me sentir mieux.
- Je ne pense pas que tu trouveras dans ce livre une situation pire que ce que nous vivons.
- Ouais, tu as raison, répondit Tenten songeuse."

Elle passa la main dans sa veste en faisant attention de ne pas réveiller Hinata et extirpa le livre de sa poche intérieur. Elle jeta un coup d'œil au sommaire et trouva un titre qu'elle trouva, naïvement, romantique : le cœur révélateur. Elle commença à lire. Le silence s'installa dans la pièce.

Au moment où Tenten terminait le récit de ce meurtrier aux confins de la folie, la porte s'ouvrit et Neji appela ses camarades dans le bureau du marshall Omoi. Tenten réveilla Hinata avec douceur et Shino se dirigea vers l'autre duo. Si Ino émergea rapidement, Choji était plongé dans un profond sommeil et Shino du lui dire à l'oreille qu'il y avait du poulet rôti pour le sortir de sa torpeur.

Quelques instant plus tard me groupe faisait face au marshall dans une pièce qui devait à la fois lui servir de bureau et de pièce de vie. En effet, outre le bureau, l'ordinateur et le râtelier d'armes que l'on pouvait s'attendre à y trouver, il y avait aussi un billard, un canapé convertible et un frigo. Le shérif devait avoir une passion pour la Guerre de Sécession puisque plusieurs pièces de collection appartenant à l'armée de l'Union, un clairon, une casquette de fantassin, une bâillonnette, un sabre et un drapeau nordiste, décoraient la pièce.

"  - Bien, entama le marshall, votre ami est soit drogué soit complétement crétin et je n'ai pas que ça à faire d'écouter ses délires.
- Vous voulez parler des vampires, intervint Tenten ?
- Et c'est reparti soupira le shérif.
- Mais...
- Stop s'emporta t-il soudain ! Vous avez une idée du merdier que vous m'avez collé dans les pattes ? J'ai du mettre tous les hommes disponibles pour remettre de l'ordre sur la route, et vous venez me baver des histoires invraisemblables ?
- Pourtant, s'entêta Tenten. "
Elle aperçu du coin de l'œil Neji qui secouait légèrement la tête en la regardant. Elle se tut. Il y eu un moment de flottement.
"  - Je vais vous dire, continua de tempêter le marshall Omoi. Vous avez une chance pas possible d'être des mineurs étrangers. Si c'était pas le cas, vous moisiriez déjà au trou. Demain dès la première heure, je contacte votre ambassade pour qu'on fasse le nécessaire pour réexpédier vos petits culs jaunes dans votre pays de bridés ! Maintenant caltez de mon bureau et restez dans la salle d'attente ! "
Les lycéens ne réagirent pas. Hinata commençait à sangloter
"  - J'ai dit maintenant bande de trous du cul, hurla le shérif en frappant du point sur le bureau ! "

Prudemment les jeunes firent retraites et une fois que Neji eut franchi la porte, le shérif se leva et leur claqua violemment la porte à la figure.

Neji s'avachit sur une des banquette

" - Et bien, inutile de compter sur ce mec. Ca ne m'étonne pas. Temari m'a dit qu'il avait laissé courir cette histoire de disparitions, sans doute parce que sa femme travaille au lycée.
- De toute façon rétorqua Shino, ce n'est plus nos affaires, nous partons et nous laissons ça derrière nous.
- Le temps qu'on soit rapatriés, il peut s'en passer des choses... Vaut mieux nous préparer au pire.
- Et tu comptes faire ça comment?
- J'ai trouvé un journal sur Gaara. Apparemment lui et sa fratrie y consignaient les détails de leurs activités occultes.
- Hein ? Interrogea Ino.
- Lui, Kankuro et Temari parlaient de leurs chasses à la vampiresse dans ce journal.
- Parce qu'ils chassait les vampiresses ?
- C'est très bien ça, intervint Tenten, ignorant la bimbo. Il faut éplucher ce journal.
- Sans moi objecta Ino, ça me donne déjà mal à la tête.
- Et moi j'ai trop faim pour réfléchir et je n'ai plus de sandwich rétorqua Choji.
- Et bien on va s'y mettre à trois dans ce cas répondit stoïquement Neji en regardant alternativement Tenten et Shino.
- Bien sur, répondit Tenten un large sourire aux lèvres tandis que Shino hochait silencieusement la tête. "

Tenten et Shino penchèrent la tête par dessus les épaules de Neji et commencèrent la lecture.
De son côté, Ino s'assit sur la deuxième banquette à côté de Hinata qui s'était rendormie. Choji s'avachit sur le fauteuil peu confortable.



Une longue demi-heure silencieuse s'était écoulée quand le bruit d'une automobile fit sursauter les lecteurs du journal de Gaara, qui étaient les seuls encore éveillés. Le moteur du véhicule s'arrêta, et ils entendirent des bruits de portière mêlés d'aboiement stridents, suivis du son de pas sur le gravier. La clenche tourna. Neji avait empoigné sa croix et Tenten avait mis la main sur le lance-eau. La porte s'ouvrit et trois souffles de soulagement s'échappèrent de leurs bouche quand ils virent qu'il s'agissait d'un homme. C'était un jeune homme à peine plus âgé qu'eux. Il était blond et glabre, de petite stature avec un visage triangulaire et une raie sur le côté. Il portait l'uniforme des forces de l'ordre, même s'il semblait nager dedans. Le nouvel arrivant ne leur accorda qu'un seul regard dubitatif avant de s'engouffrer dans le bureau du shérif.
Soulagés les trois lycéens poursuivirent leur lecture sans prêter vraiment attention à ce qui se disait derrière la porte.

"  - Marshall Omoi, commença une voie fluette, nous avons ramassé un chien bizarre. Peut être que vous devriez venir voir. Il pourrai avoir la rage ou quelque chose dans ce genre. On l'a anesthésié mais il …
- Et qu'est ce que tu veut que ça me foute petite merde, rétorqua la voix acerbe du shérif ? Tu crois que j'ai pas autre chose à régler avec cet accident ? Met moi ce clébard au chenil.
- C'est en train de se faire, mais il me fait peur, shérif...
- Quoi, tu chies dans ton froc ? J'en ai marre de ta gueule blondinet ! File moi ton insigne et ton flingue. T'es viré ! Tu rendras ton uniforme demain, et je veux pas une trace de pneu dessus, pétochard ! Maintenant casse toi ! "

La porte se rouvrit et l'ex flic sortit. Malgré les circonstances, il arborait un air soulagé.

Les trois jeunes lycéen le regardèrent négligemment passé et se replongèrent dans leur lecture ils était arrivé à un passage intéressant presque à la fin de la partie écrite du carnet. Le passage était écrit d'une main imprécise, probablement celle de Kankuro.

21 Janvier
Nous avons combattu la source hier. La galère ! Temari lui a planté un pieu en plein dans le cœur. Pas possible qu'elle l'ait manqué, sœurette ne rate jamais ça. La vieille continuait d'avancer. On s'est barré grâce à Gaara, heureusement que c'était la demi-lune. Gaara est finalement revenu et il a jamais été aussi amoché. Il ne l'a pas détruite mais elle s'est barrée. Il faut qu'on trouve un plan pour la prochaine demi lune. Gaara a frappé au niveau du cœur et a ouvert sa poitrine. Il dit qu'il n'y avait pas de cœur. C'est la merde et faut qu'on trouve une solution.


Quelques passages plus loin, un passage était manuscrit d'une écriture fine et élégante. Neji était certain qu'il s'agissait de l'écriture de Temari

5 Février
On l'a eu ! Ce fut un rude combat et j'ai encore une fois était obligée de jouer le rôle de l'appât. D'un autre côté, je commence à être habituée. Je n'ai pas eu le temps de lancer un débat sur la misogynie latente de mes frères mais il faudra que j'en parle bientôt à mes frères, vu que nous sommes visiblement débarrassés de ce fléau. Bref...
Kankuro avait garni un placard à balais avec des bouts d'hosties collés à l'intérieur comme à l'extérieur. Kankuro s'y connait, bien évidement, parfaitement en colle et il sait être efficace quand il ne la sniffe pas. J'étais confiante.
Malgré ça, j'ai manqué par deux fois de passé de vie à trépas, Mais Gaara l'a poussée dans le placard et enfermée dedans. Le temps que les hostie perdent leur efficacité, la source sera desséchée complétement et en état de torpeur. Il faudra la maintenir à l'intérieur et faire le nécessaire pour trouver une solution permanente. Nous allons pouvoir néanmoins souffler un peu.


Le dernier passage était écrit en caractères minuscules d'imprimerie. Le trio déduisit qu'il s'agissait de Gaara.

22 Mars
Pas de nouvelle attaque depuis que la source est enfermée. Nous n'avons toujours pas trouver comment la détruire définitivement mais il semble que les autres vampiresses ne peuvent sortir dans l'état actuel des choses. Reste à espérer que des imbéciles ne feront pas sortir la source.



Le trio resta un instant silencieux avant de commenter ce qu'ils venaient de lire.

" - Pas de cœur, entama Neji, amer... Bien sur c'est pas drôle si c'est facile.
- Mais pour le cœur, murmura Tenten, songeuse, je crois que j'ai une idée. Et si...
- Où est Hinata demanda Neji en balayant la pièce du regard ? "

En effet, la place à côté d'Ino, qui dormait toujours, était inoccupée. Neji se rua vers la blonde et la secoua.

"  - Connasse, où est ma cousine ? Répond-moi ! "

Ino marmonna quelques instants en reprenant ses esprit. Tenten du intervenir pour que Neji ne gifle pas Ino avec ses grandes bagues griffes.

"  - Hein, mais je sais pas,répondit l'interrogée. Je dormais. Quand le type est entrée elle a parlé d'aller chercher un chien ou quelque chose .
Le chien que les flics on ramené, commenta Tenten. J'ai vu une sorte de petit bâtiment pas loin du bureau. Ca doit être là. "

Neji repoussa violemment Ino dans la banquette.

"  - Je pars la chercher. Je reviens et je te jure, je m'occupe de toi ! "

Neji parti en trombe et Ino commença à sangloter. Choji, réveillé lui aussi vint lui passer la main sur les épaules.

" - Mais pourquoi tout le monde m'en veut, hoqueta t-elle. Moi je suis pas douée, sais as faire les choses bien. "

Tenten s'approcha d'elle et lui parla d'un ton diplomatique

"  - Si tu fais quelque chose de bien, peut être qu'il t'en voudra bien. Viens avec moi, on va l'aider à la retrouver. D'accord ? "

Ino hoqueta à nouveau, renifla et hocha la tête.

"  - Les garçon, demanda Tenten. Occupez le shérif, on part et on prend le lance eau au cas où. "




Neji s'engageait dans un couloir qui, d'après un plan accroché aux murs, menait aux chenils. Il porta pour la énième fois de la nuit la main à sa croix et la tendit devant, prêt à faire reculer ce qui pourrait apparaître. Le petit bâtiment était désert mais les lumières encore allumées. Il vit la porte grillagée d'un de ceux-ci ouverte.
" - Hinata ? Appela t-il."
Aucune réponse ne lui parvint, il eut juste l'impression d'entendre un bruit léger de mastication qui n'augurait rien de bon. Ses pas le menèrent à deux mètres de la porte, puis à un. Il marqua une seconde d'arrêt, puis passa la tête par l'embrasure de la porte, posant le regard sur un abominable tableau. La cage était presque vide. Il n'y trônait au milieu qu'un bras d'enfant encore enfilé dans la manche d'une veste beige ourlée de fourrure et, dans un coin, un petit chien au pelage rouge vif rognant les restes d'un crane dont les traits avaient été effacés à coups de croc mais dont la couleur noire bleutée des cheveux était horriblement familière à Neji. Il ne put étouffer le cri de peine qui monta à sa gorge et le chien se retourna. C'était Akamaru, le chihuahua de Kiba, même si son pelage avait à présent une couleur surnaturelle et que ses yeux étaient deux puits de démence malveillante. La bête émit un son grondant qui ne pouvait appartenir à aucun animal au monde et s'apprêtait visiblement à se jeter sur le nouvel arrivant. Neji brandit sa croix devant lui, entendant au même moment des bruits de course et la voix de Tenten qui l'appelait lui et sa cousine, mais son attention resta toute entière fixée sur la créature. Le chien recula. Neji eut un bref moment de soulagement alors qu'Akamaru faisait volte-face, mais ce moment ne dura même pas l'espace d'un battement de cœur, car la bête sauta dans la direction de l'angle des murs et, au lieu de se heurter au béton le chien démoniaque plongea dedans, dans un volute de brume rougeâtre. La même brume émergea de l'angle de sa croix et la tête rageuse de l'animal en surgit, gueule ouverte. Les crocs de la bête se refermèrent sur le visage de Neji qui bascula en arrière. La morsure était si terrible qu'elle pénétra ses os instantanément et happa un bout de cervelle. Neji mourut avant de toucher le sol.

* * * *


Au moment même ou son fils rendait l'âme, Takako Hyuuga, au Japon, conduisait sa voiture. Elle suivait le taxi où son mari était monté avec une de ses jeunes assistantes. Cette dernière était une brune discrète aux cheveux coupés au carré et portant un long et sobre kimono noir. C'était le crépuscule au pays du soleil levant. Mme Hyuuga portait, malgré l'approche de la nuit, une paire de lunettes noires. Une vieille habitude pour qu'on ne la reconnaisse pas comme étant Takako Doji, l'ex mannequin à la mode de sa belle époque. C'était avant qu'elle ne rencontre ce riche homme d'affaire qui allait devenir son mari, avant la naissance de Neji, avant le suicide de sa sœur. Maintenant c'était une femme à la quarantaine largement passée et dont les quelques vestiges de sa beauté d'antan, l'alcool et la drogue des soirée de la jet-set nippone ayant fait leurs ravages, l'attristaient plus qu'ils ne la réconfortaient. Elle passa devant un petit jardin animalier et arriva, le cœur serré, dans le quartier des hôtels. Comme elle s'y attendait, le taxi s'arrêta devant un des love-hotel les plus extravagants, un endroit où on proposait tout le matériel pour assouvir les fantasmes les plus inavouables. Elle ralentit, et doubla le taxi au moment où son mari sortait du véhicule avec l'air détaché du vieil habitué et s'engouffrait dans l'hôtel avec la fille, qui elle avait l'air bien plus mal à l'aise. L'histoire du séminaire n'était donc qu'un piteux mensonge de plus... mais ce serai le dernier. Elle fit demi tour et alla garer sa voiture dans une allée déserte longeant le petit parc zoologique et se mit d'abord à sangloter puis à pleurer à chaudes larmes.

Dans le jardin, des oiseaux couleurs de bois mort s'agitèrent. D'abord doucement, puis de plus en plus fort, ils entonnèrent une lugubre mélopée ronflante et pétaradante, accompagnant Mme Hyuuga dans ses pleurs. La mère de Neji mit prêt d'un quart-d'heure à sécher ses larmes, puis elle fouilla dans la boite à gant et en sorti le revolver qu'elle cherchait. Elle allait en finir avec ce menteur ! Cette nuit ! Le chant des engoulevents se faisait de plus en plus syncopé. Les pensées de Takako, finirent par la trahir, elle revit les premières années de mariage qui furent heureuses, elle ne put se résoudre à tuer celui qui lui avait donné ce bonheur. Elle retourna l'arme contre elle et fit un dernier outrage, sanglant et fatal, à la beauté de son visage.

Au même moment, dans la chambre le paradis du bondage du love-hotel, Hisashi Hyuuga avait laissé sa jolie assistante l'attacher au lit, le bâillonner et lui bander les yeux. Il aimait ça. Lui, qui terrorisait son conseil d'administration, aimait se laisser mettre à la merci d'une femme, même si c'était quelqu'un qu'il tenait d'une autre manière. Malheureusement pour lui, il ne vit pas sa dernière conquête, sortir un long poignard de son sac. Il ne vit pas, mais il sentit distinctement les six premiers coups dans sa poitrine, puis la mort vint, lui épargnant la douleur des huit autres coups qui suivirent dans un acharnement rageur.

La dénommée Shizune laissa tomber son couteau et regarda le corps de sa victime, le regard embué de larmes. Elle n'avait pas eu le choix, son défunt patron la harcelait pour qu'elle cède à ses avances, mais le culte que vouaient ses concitoyens à la réputation l'avait empêché de recourir à des poursuites. Maintenant sa vie était fichue, mais au moins l'argent de ce porc n'aurait pas pu acheter son corps. Elle pris son élan et sauta par la fenêtre, tombant du dernier étage dans une pluie de verre brisé. Les engoulevents du parc zoologique se turent au moment même où son corps heurta le sol, comme repus de quelque diabolique festin.

Il est des puissances qu'il n'était pas bon invoquer à la légère, Neji aurait du le savoir. Ce genre de puissances ne faisaient ni dans le détail, ni dans la mesure.

* * * * *


Les filles venaient d'arrivé sur le théâtre du carnage. Elle restèrent un instant interdite puis Ino commença à hurler. Akamaru bondit au visage de Tenten. Cette dernière se jeta in-extremis au sol; plongeant en avant, et esquiva l'attaque. Elle avait lâché le lance eau. A deux pas d'elle Ino était toujours en train de s'époumoner. La bête s'apprêtait à bondir vers elle.

" - Le lance eau vite, cria Tenten ! Prend le ! Vite ! "

Le chien démoniaque bondit. Tenten jeta ce qui lui passait sous la main, sans s'apercevoir qu'il s'agissait du tibia sanguinolent de Neji. Akamaru fut dévié de sa course et passa à quelques centimètres du visage d'Ino qui reprit alors ses esprits. Elle plongea à son tour et saisi le jouet de Naruto. Elle épaula et appuya sur la gâchette en recommençant à crier. Le chien se dissout alors en une bouillit verdâtre en émettant un hurlement d'outre-monde. Le volume sonore de la pièce devait atteindre celui d'un avion au décollage. Ino continuait d'envoyer de l'eau et Tenten ne pu l'interrompre avant qu'elle n'ait vider le réservoir. Elles étaient débarrassées de la bête mais à présent sans eau sacrée à opposer aux vampiresses.

* * * * *


Morose et abattue, Tenten trainait des pieds sur le sentier qui menait au bidule du shérif. Ino, a côté d'elle, avait un air perdu, elle n'avait même pas nettoyé le sang qu'elle avait sur le visage et ne pestait pas non plus contre les taches hideuses sur sa tenue, bref, elle n'était pas dans son état normal. Tenten remarqua cependant, à travers la brume de son malêtre qu'une voiture supplémentaire était garée devant le bâtiment. Elle fit signe a Ino de s'arrêter et entreprit un tour rapide du véhicule. Elle repéra très vite l'étiquette personnel enseignant, apposée au dessus du tableau de bord, bien en vu.

Elle se souvint de ce que Neji lui avait rapporté sur le shérif qui n'était pas intervenu sur les affaires du lycée de Sunarkham. Il y avait une raison, une raison qui était lié à sa femme, il lui semblait bien... Elle réfléchit un instant avant d'être sur d'elle. C'était bien ça, la femme du shérif était professeur au lycée et elle ne rentrait que maintenant. Tout le mal qu'augurait ce fait fit dresser les cheveux de Tenten sur sa nuque. Elle attrapa par le bras sa camarade blonde, qui continuait d'avancer comme un automate, pour la faire stopper.
"- Hey ! fit celle-ci à haute voix en se débattant."
Tenten s'arrêta et entendit distinctement des bruits de talon haut derrière la porte. Quelqu'un s'apprêtait à l'ouvrir. La poignée tourna, la porte joua sur ses gonds.

La fine silhouette d'une femme se dessina par l'embrasure de la porte. La femme était noire américaine, peut être métisse. Elle portait un ensemble composé d'une veste cintrée et d'un pantalon noirs, complétés par des escarpins ouverts à talon de la même couleur. Ses cheveux, colorés au héné, étaient maintenus en arrière par un serre tête, lui aussi noir. Comme Tenten, cachée sous le pick-up du shérif avec Ino, s'y attendait, elle avait les yeux rougeoyants et des perles de sang gouttaient de ses lèvres pour s'écraser sur son chemisier rose. La créature huma l'air à la recherche de quelque chose. Au bout d'un moment, elle siffla de dépit et referma la porte. Tenten se voyait déjà obligée de se tenir tapie sous le véhicule à attendre l'aube, ne pouvant rien faire pour ses camarades, mais une autre vision l'en dissuada : au loin, à un endroit prédominant de la route éclairé par les lampadaires, elle pouvait distinguer une demi douzaine de formes qui avançaient. Elles marchaient, et à ce rythme seraient là dans une dizaine de minutes. Elle doutait que ce fut les secours. Elle n'avait pas le choix, il lui fallait entrer dans le bâtiment pour trouver le moyen de s'y défendre, ou au moins récupérer les clefs d'un véhicule et fuir de nouveau. Elle sera dans sa main le crucifix de Neji et rassembla sa volonté pour passer à l'action.

Tenten posa son doigt sur sa bouche à l'adresse d'Ino pour lui faire signe de se taire, puis elle décrivit un demi cercle du bout du doigt pour lui faire signe de faire le tour du bâtiment et trouver une entrée secondaire. Elle attendit un moment que sa blonde camarade hoche la tête en signe d'assentiment. Estimant qu'elle avait une toute petite chance d'avoir été comprise, Tenten rampa silencieusement d'en dessous le pick-up et se relevant à demi en fléchissant les genoux, elle entreprit de longer le mur est de la bâtisse. En regardant derrière elle, elle pu voir qu'Ino, miraculeusement, l'imitait consciencieusement. Elle remarqua, au coin du mur sud, celui opposé à la porte principale, qu'une lumière filtrai d'un minuscule soupirail. Elle avança précautionneusement et tendit l'oreille. Une voix de jeunes hommes se faisaient entendre.
" - Tu avais une meilleure solution peut être ? Cette porte est la seule chose que j'ai trouvé à mettre entre cette créature et nous.
- Oui, mais là, répondit une voix plus mollassonne mais typiquement masculine aussi, on est piégés comme un homard dans une cocotte minute."

Pensant reconnaitre le style des métaphores alimentaires de Choji, Tenten déduisit que le premier jeune homme était Shino. Elle s'aplatit sur le sol et héla.

" - Hey, les garçons ? C'est vous ? C'est Tenten et Ino.
- Ino et qui ? Demanda la voix de Choji.
- Tenten, rétorqua la voix de Shino avec une pointe d'agacement !
Tenten qui avait l'habitude de ce genre d'oubli de la part de ses interlocuteurs, mais touchée néanmoins que Shino se souvienne d'elle, ne se laissa pas démonter.
- Bon, reprit-elle, qu'est ce qui s'est passé ?
- Une minute, l'interrompit Shino, toi et l'autre vous êtes des filles hein ?
- Quel sens de l'observation, répliqua sèchement Tenten !
- Non, mais ce que je veux dire c'est qu'est ce qui nous prouve que vous n'êtes pas ces monstres maintenant.
Tenten qui n'avait pas pensé à cette question prit un temps de réflexion puis, prenant la croix d'argent dans son poing, elle glissa son bras par le soupirail.
- Regarde, fit elle en ouvrant la main, c'est une croix et ça me brûle pas.
- Bon ok pour toi. Mais Ino.
- Tu crois pas que si elle était devenue une vampiresse elle m'aurai déjà bouffée ? Bon qu'est ce qui s'est passé alors ?
- A peine deux minutes après qu'Ino et toi soyez parties, une voiture est arrivée. Le marshall Omoi est sorti et a dit un truc du style, bonsoir ma chérie, t'es enfin là. Et comme je me suis souvenu de ce qu'à dit Neji sur sa femme...
- Tu t'es méfié, compléta Tenten.
- Ouais. Du coup j'ai pris Choji avec moi, j'ai attrapé le trousseau de clef de la cellule et je nous ai enfermé ici. Personne n'est venu, on sait même pas si on a bien fait.
- Si, vous avez bien fait, confirma Tenten. On a vu une femme sortir et c'est bien une vampiresse. Mais le gros problème c'est qu'on a vu des formes sur la route au loin, elles devraient être là dans cinq minutes.
- T'as un plan ?
- La vampiresse à l'intérieur est toute seule, on doit la tuer et se barricader dans la maison. Y a des barreaux aux fenêtres, on sera protégés si on verrouille la porte. Bon, je vois une petite porte sur ce mur, j'essaye de la prendre et on vous rejoint."

Mettant ses dires en pratique, Tenten se releva et, tenant Ino par le poignet, se glissa le long du mur. Elle posa la main sur la porte puis découvrit qu'elle n'était pas fermée. Elle ouvrit et se retrouva dans une petit corridor coudé qui semblait mener aux cellules et sur les murs duquel étaient posés deux balais. Se retournant vers la porte et voulant la verrouiller, elle ne put que constater l'absence de clef et se résolu à coincer l'ouverture avec le manche d'un balais.

"- On fait quoi maintenant, commença à gémir Ino.
- On se tait surtout répliqua Tenten, faut pas se faire repérer. Reste là si tu veux.
- Pas question glapit sa camarade, je te suis.
- Alors pas un mot."

Les deux filles enfilèrent le couloir et débouchèrent sur les cellules. Une d'entre-elles contenait effectivement Choji et Shino. Les voyant, Shino déverrouilla la porte de leur cellule et sortit.

"- Bon quel est le plan ? Demanda Shino.
- On n'a pas le choix répondit Tenten, il faut profiter de la surprise et lui foncer dessus. Je lui met la croix dans la tronche et vous l'achevez.
- Oui mais comment ? On n'a plus d'eau bénite ?
- Non, répondit Tenten en glissant un regard vers Ino. Mais on sait qu'un pieu dans le cœur ça les paralyse, et que le feu ou la décapitation les tuent. Faudra improviser avec ce qu'il y aura dans le bureau du shérif.
- Y a des queues de billard, ça peut faire des pieux, intervint Choji.
- Y a un sabre de la Guerre de Sécession au mur, compléta Shino. Il coupe peut être encore."
Tous les trois se retournèrent vers Ino qui, sentant probablement que le moment de sortir une remarque constructive était venu, approuva.
"- Je suis avec vous les amis, on va gagner !"
Ses trois camarades firent la moue et se détournèrent d'elle.

Tenten prit la tête, serrant la croix dans sa main, elle était suivie des deux garçon puis d'Ino toute tremblante. Le groupe arriva au bout d'un couloir qui faisait un angle et débouchait sans doute sur la pièce principal. La porte était ouverte et on pouvait entendre par delà des ricanements malsains et des gémissements étouffés. Tenten désigna ses yeux avec ses doigts, faisant signe aux garçons qu'il fallait jeter un œil. Elle même se laissa glisser sur les genoux et tendit le haut du corps, s'appuyant sur ses coudes. Shino, son visage d'habitude blême soudainement très coloré, par la mise en valeur soudaine et inattendue des courbes agréables de l'arrière-train de Tenten, se cassa en deux pour passer sa tête et Choji se hissa sur la pointe des pieds pour regarder.

Ce qu'ils remarquèrent immédiatement, fut le marshall Omoï. Il était presque nu, vêtu en tout et pour tout d'un string de cuir noir à boucle. Ses mains étaient menottées derrière la chaise sur laquelle il avait était assis et était bâillonné par une boule de bondage rouge pétante. Ses chevilles aussi étaient attachées. Il saignait d'une demi douzaines de plaies sur le torse. Une femme approcha, la vampiresse que Tenten avait vu plus tôt, un verre à pied à la main. Elle s'assit à califourchon sur lui et enfonça un de ses ongles effilés dans son sein droit et entreprit de lui lacérer une nouvelle fois le torse d'une longue entaille avec une lenteur que, visiblement, elle savourait. Du sang jaillit de la plaie et la vampiresse le recueillit dans son verre avant de porter celui-ci à ses lèvres. Elle semblait se délecter du sang de son mari. Elle se leva et regarda sa victime d'un air faussement désolé.

" - Je suis navrée mon amour... commença t-elle avant d'ostensiblement lâcher le verre qui se brisa sur le sol. Mais j'ai tellement faim... Cet apéritif m'a vraiment mis en appétit."

Elle empoigna brusquement les cheveux de son époux pour dégager sa nuque, s'apprêtant à mordre sauvagement. Tenten sauta alors sur ses pieds et couru vers elle. Un peu désarçonné, Shino suivit avec une demi seconde de retard, se dirigeant tout droit sur le sabre qu'il avait repéré. Un cri strident et continu jaillit alors de derrière eux, mais ni Tenten ni Shino, concentrés sur leur tâche ne se retournèrent.

Tenten piqua vers la vampiresse, croix brandie en avant. En cinq enjambées elle fut sur elle et lui appliqua le métal de la croix sur le visage. La peau de la créature commença à se racornir mais à la grande horreur de Tenten, la vampiresse lui attrapa le poignet et commença à le tordre pour lui faire lâcher prise tendit que la main droite de la créature griffait l'air à la recherche de sa gorge. Un bruit de course lui parvint de sa gauche au moment ou elle lâchait la croix et la lame d'un sabre de cavalerie apparu dans son champ de vision, décrivant un arc de cercle. Malheureusement, l'arme, bien qu'elle trancha à demi le bras de la créature, se brisa sous le choc. La vampiresse fut projetée en arrière. Shino, d'un mouvement vif, ramassa la croix, se glissa dans le dos de la créature et, empoignant son bras gauche pour se protéger, appuya de nouveau sa croix sur le visage du monstre. La créature claquait des mâchoires, à la recherche de la chair de son assaillant. Dans la gueule ouverte plongea alors un tube de métal sombre et Shino entendit le bruit caractéristique d'un fusil à pompe que l'on arme.
" - Recule, Shino, entendit-il"
Il s'exécuta et un coup de feu retenti, suivi d'un son d'éclaboussure à vous retourner les tripes. Par réflexe Shino ferma les yeux une seconde. Quand il les rouvrit, il vit Tenten un fusil dans les mains, les vêtements, les mains et le visage mouchetés de petits points carmins. Elle était debout devant un tableau effrayant : le corps d'une femme, un bras à demi sectionné, avec pour seul reste de visage un bout de mâchoire inférieur, le tout avait pour prolongement une purée rosâtre mêlée d'esquilles d'os qui s'étendait sur un bon mètre. Les cris que Shino avait entendu au début de leur assaut n'avaient pas cessés. Il se retourna et vit Ino agrippée à Choji qui essayait maladroitement de se dégager d'elle. Leur blonde camarade s'époumonait et était bel et bien l'auteur de ces cris.

Ce fut un autre bruit qui tira Shino de son hébètement : celui de pas avançant dans le gravier, juste derrière la porte. Il bondit alors sur la clef encore enfoncée dans la serrure, la tourna deux fois et fit retomber une lourde barre de traverse qui avait visiblement pour vocation de maintenir la porte close. Sa tâche finie, il eut juste le temps de reculer de deux pas avant que la poignée ne joue et que des feulement de colère ne fusent de derrière la porte, mais celle-ci tint bon.

Les cris d'Ino s'étaient arrêtés et elle hoquetait à présent, toujours agrippée à un Choji rougissant. Le corps de la vampiresse finissait de se dessécher dans son propre sang de la façon dont il avait déjà été témoin. Tenten baissait son arme, les yeux écarquillés, visiblement encore sous le choc. Le marshall Omoï, lui, s'était évanoui.

Naruto, Sakura, Sasuke, Hinata, Kiba, Shino, Lee, Neji, Tenten, Chouji, Ino, Shikamaru, Gaara, Kankuro, Temari, Asuma, Kurenai.


Dernière édition par aldebaran le Dim 07 Aoû 2011, 12:13 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum - Fanfics Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum